AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Merci de privilégier les nombreux scénarios, pré-liens et membres des familles lors de votre inscription !
N'hésitez pas à interpréter un membre de la secte !
Nous recherchons activement des parrains, n'hésitez pas
N'oubliez pas d'aller vous recenser

Partagez | 
 

 First time, first play...Ft Alistair

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

membre qu'on adore
Voir le profil de l'utilisateur
LITTLE TALKS : 94
AVATAR : Bridget Satterlee
CREDITS : Whovian
ÂGE : 21

MessageSujet: First time, first play...Ft Alistair    Ven 17 Aoû - 22:59

Firtst time, first play...
feat... Alistair & Tessa



C'était un bel après-midi, le temps était agréable. La température était de saison, assez pour que la jeune femme passe la journée en mini-short en jean. Rares étaient les occasions où elle portait ce genre de vêtement. L'aînée des Foxworth était le plus souvent gêné de montrer des parties de son corps. Elle n'avait pas la même façon d'appréhender sa sensualité féminine, elle avait même de la difficulté à en prendre confiance. Jeune, elle était plutôt garçon manqué, courant dans les champs, montant à cheval, suivant ses frères et jouant à leurs jeux, et ne jouant pas à des jeux de fille. De plus, elle avait quelques réserves, n'ayant pas confiance en elle sur sa beauté, surtout depuis la mort de son père, quelques mois auparavant.

Son père, son héros, mort lors d'une mission. C'est comme si une partie de Tessa avait été arracher, une partie qu'elle ne retrouverait jamais, une partie d'elle-même. C'était son modèle, celle dont il était le plus proche. Malgré ses longues absence en raison de ses missions, elle avait beaucoup de souvenir heureux avec lui, l'accompagnant partout, quoi qu'il fasse, aimant partager des moments avec son père. Elle se souvenait d'une époque où il l'emmenait voir des matchs, mangeait des frites avec de la mayonnaise, une casquette de leur équipe favorite sur la tête. Et tout cela n'arriverait jamais plus. Ses cadets ne reverraient jamais leur père et la jeune Foxworth avait dû mal à en supporter l'idée. Elle essayait de les protéger tant bien que mal, de se montrer forte, pour eux, mais surtout pour sa mère, sa mère qui avait perdu le seul homme qu'elle avait aimer, partageant cette même douleur qu'est la disparition d'un être proche. Elle ne pourrait oublier les funérailles, son père enterré en héros, et ce malgré le fait que son corps ne fut jamais retrouver. Sa mère s'accroche à l'idée qu'il ai disparu, qu'il ai survécu et soit quelque part. Mais Tessa savait la vérité. Il ne reviendrait jamais. Il n'y aurait plus de surprise comme l'avait fait son père à un des meilleurs Noël de sa vie, son plus beau cadeau étant de la savoir à la maison pour les fêtes.La brunette n'avait jamais été matérialistes. Mère et fille ne partageaient pas le même point de vue, et notamment vis-à-vis de l'homme qui supervisait la mission dans lequel son père a perdu la vie. De cet homme, elle ne connaît que le nom. Fairchild. Et sans le connaître, elle le haït pour avoir échouer, pour ne pas avoir réussit à sauver l'homme qui lui était le plus proche. L'homme qu'il avait sous son entière responsabilité. Sa mère voulait lui envoyer une lettre, pour l'excuser, lui ôter le sentiment de culpabilité, c'était ce qu'elle disait, et Tessa n'acceptait pas cette idée, il ne méritait pas son pardon, pas à ses yeux, pas quand elle avait le sentiment de savoir mieux gérer ses nombreuses responsabilités quand lui n'en avait qu'une, ramener toute son unité dans leurs familles. Elle n'avait pas le sentiment d'exagérer, pour elle c'était totalement légitime, elle était incapable de relativiser, ni même d'accepter son deuil et de le faire...

Dehors, dans le campus, elle avait retrouvée le reste de sa promotion, simplement pour passer le temps, ensemble, hors des murs de l'université, hors des salles de classe. L'un des étudiants avait amené un frisbee, histoire de s'amuser un peu. Ce n'était pas ce qu'elle préférais, mais au moins, ce serait assez pour penser à autre chose, pour se libérer l'esprit, une heure ou deux. Elle réceptionna le lancer, se sentant comme une joueuse de football qui venait de faire son premier touchdown. Elle était sans aucun doute meilleur pour attraper que pour lancer. C'était sa certitude quand le lancer qu'elle fit ne partit pas dans l'exacte direction souhaitée mais fonça vers un homme qui se tenait plus loin. La jeune femme mit sa main devant sa bouche en pensant qu'il allait le recevoir en pleine figure et au dernier moment il l'attrapa entre ses doigts, ayant beaucoup de réflexe.

La jeune Foxworth couru en sa direction, l'air sincèrement désolé. En s'approchant de lui, elle s'interrogea sur qui était cet homme. Il n'avait pas vraiment l'air d'être prof, mais peut-être était-ce un parent qui venait chercher son adolescent, voir un ancien élève. Il semblait chercher quelque chose, ou possiblement quelqu'un. Il se tenait droit, de la même façon que se tenait son père, toujours droit avec un bon maintien, semblant toujours sur le qui-vive. Lorsqu'elle fut au plus prêt, elle glissa une mèche de cheveux derrière sa nuque, très gênée, le rouge aux joues. Elle ouvrit lentement la bouche, cherchant ses mots.

- Je suis vraiment désolé...Je suis maladroite, c'est pas vous que je visais...

Elle s'apprêtait à lui faire une proposition, mais se sentant stupide et confuse ne préféra rien dire. Il devait déjà la discréditer, elle ne tenait pas à se rabaisser davantage.
©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas

avatar

membre qu'on adore
Voir le profil de l'utilisateur
LITTLE TALKS : 320
PSEUDO : FAR AWAY
AVATAR : Toby Kebbell
CREDITS : odistole
ÂGE : 35

MessageSujet: Re: First time, first play...Ft Alistair    Dim 19 Aoû - 2:30

Cela faisait à peine quelques semaines qu’Alistair était rentré à Redwood Hills. Il avait eu en tête un objectif bien pressé. Il voulait s’assurer que la famille Foxworth se portait bien. Il se sentait responsable de ce qui était arrivé à leur père et c’était presque devenu une mission de s’occuper d’eux. Avant de partir de l’armée, il avait demandé à avoir accès à son dossier et il avait vu qu’il avait une grande famille. Il avait quatre enfants et à cause de lui, ils ne pourraient plus voir leur père. C’était une idée affreuse pour lui. Cela faisait dix-sept ans qu’il n’avait pas vu son père pour sa part. Bien sûr, les circonstances étaient différentes étant donné que son père ne voulait plus entendre parler de lui mais la souffrance était tout de même affreuse. Peut être pire étant donné qu’il avait un père dans cette ville et qu’il ne pouvait pas aller le voir car il ne le voudrait pas. Le fait est qu’il n’était pas du genre à faire une compétition de la souffrance. De toutes façons, la sienne, il la conservait et la contrôlait depuis des années. Aujourd’hui, il voulait se concentrer sur celle de cette famille.

Depuis qu’il était arrivé, il avait réussi à voir la matriarche partir au travail et faire sa journée avec professionnalisme et acharnement. Il avait eu l’impression qu’elle donnait le change, qu’elle ne s’enfermait pas sur cette souffrance comme elle avait pu lui dire dans cette lettre. Les enfants semblaient avancer dans leur vie et avaient repris les bancs de l’école et leurs activités. Ils ne restaient pas chez eux à ne rien faire ce qui rassura l’ancien militaire. En tout cas, il pouvait le dire pour les plus jeunes mais jusqu’à présent, il n’avait pas pu se résoudre à aller voir ce que devenait l’aînée de la famille. Il savait par sa mère qu’elle lui en voulait, qu’elle ne voulait pas le pardonner et bizarrement, son avis semblait beaucoup compter pour lui. Le problème qu’il avait au fond de lui, était de se dire que s’il voyait qu’elle n’arrivait plus à vivre, il aurait probablement envie de rester sur place pour l’aider à aller mieux. Il y avait un moment dans la vie où un homme ne pouvait pas sans cesse fuir et il avait envie de faire bien les choses. Il passa donc plusieurs semaines à patienter, à attendre de trouver le courage d’aller la voir.

Il se dirigea ce jour là vers le campus de Burlington où elle faisait ses études. Il ne savait pas encore s’il était réellement prêt mais il n’y aurait probablement jamais de bon moment alors autant se décider. Il était arrivé sur le campus alors que le soleil tapait fort sur la peau de ses bras et de ses jambes dénudés par le fait qu’il porte un simple t-shirt et un bermuda. Il avait un air décontracté qui ne devait pas énormément dénoter par rapport à ses étudiants mais il se doutait qu’il ne ferait pas illusion bien longtemps à cause de son grand âge. Il tenta de trouver un coin tranquille où il pourrait observer la jeune femme sans se faire voir, bien sûr. Il n’avait aucune intention d’entrer en contact avec elle, à moins que cela ne soit réellement nécessaire. Il était en train de chercher depuis quelques minutes à peine qu’il se fit attaquer par un frisbee lancé par une étudiante. Il attrapa le disque à la volée dans un réflexe comme lorsqu’il était adolescent et qu’ils jouaient au bord du lac. Il regarda le disque quelques instants avant d’entendre un voix qui vint vers lui. Lorsqu’il releva les yeux, il fut plus que surpris de voir celle qu’il était censé chercher. Lorsque son père avait disparu, il était allé vider son dortoir et avait trouvé une photo de famille qui lui permit de reconnaître chaque membre. « Euh c’est rien… » C’est la seule chose qu’il réussit à dire sur le coup. Il n’avait pas prévu de lui parler et pourtant elle s’était présentée à lui par l’action du destin, ou de la fatalité, il ne savait pas bien encore. Il regarda un peu dans la direction de là où le groupe était en train de jouer et se rendit compte qu’effectivement, le groupe était bien loin de la direction dans laquelle elle avait lancé l’objet. « Effectivement, tu aurais peut être bien besoin de quelques ajustements au niveau du tir… » il ne disait pas ça avec énervement, bien au contraire. Il eut même un certain sourire qui se fixa sur son visage en se rendant compte qu’elle n’était pas très douée. « En même temps, je peux rien dire parce que quand on était jeunes avec mes potes on a perdu pas mal de frisbee dans le lac Champlain. » Bizarrement, lui qui était peu loquace avait comme l’envie de discuter avec elle. Il ne pouvait pas l’expliquer mais peut être que simplement, le moment de devenir cet homme qui fait bien les choses était bel et bien arrivé.

_________________
On avale à pleine gorgée le mensonge qui nous flatte et l'on boit goutte à goutte une vérité amère. ▵ endlesslove.
patience is bitter but its fruit is sweet ▵
Revenir en haut Aller en bas

avatar

membre qu'on adore
Voir le profil de l'utilisateur
LITTLE TALKS : 94
AVATAR : Bridget Satterlee
CREDITS : Whovian
ÂGE : 21

MessageSujet: Re: First time, first play...Ft Alistair    Lun 20 Aoû - 12:04

Firtst time, first play...
feat... Alistair & Tessa



Malgré la mort de son père, la vie avait repris, le monde continuait de tourner. Même si elle ne se sentait pas capable d'avancer seule, elle le faisait, elle essayait, ou en tout cas elle en donnait l'impression. Comme sa mère qui se montrait forte pour ses enfants, elle ne pleurait jamais devant les plus jeunes même si Tessa l'avait déjà vu verser des larmes ces derniers jours. Elle avait repris le travail, comme si son deuil était fait. Depuis la mort de Liam, rien n'était plus vraiment pareil. Son absence se faisait plus que jamais ressentir, alors même que le père de famille n'était que rarement présent au sein de sa famille. Et malgré ce drame, la vie des Foxworth continuait bel et bien, sans que le monde s'arrête et cesse de tourner autour d'eux. La plus jeune allait en cours, les deux garçons aussi continuaient leur scolarité, même ce genre d'événement avait un impact, ce pourquoi des psychologues se tenaient à leurs dispositions. Elle, elle n'appréciait pas vraiment les psychologues, préférant se renfermer sur elle-même, garder tout pour elle seule, tout ce qu'elle ressentait, tout ce qu'elle ne parvenait à extérioriser : Tristesse, solitude, rancœur...

Elle se sentait différente, elle avait l'impression d'être la seule à s'enfermer dans ce cercle, à se laisser ronger par la souffrance, sans pouvoir l'éviter, sans pouvoir l'esquiver. Son seul moyen d'extérioriser était finalement la rancœur qu'elle avait pour l'homme qui avait fait tuer son père, l'homme qui était responsable de sa mort alors qu'il était responsable de sa vie et devait le ramener à la maison. Ô c'était tellement plus facile de se trouver un coupable, d'évacuer tout sur cet homme, jusqu'à en oublier le reste. Sa mère même, n'était pas d’accord avec elle, considérant qu'il s'agissait d'un accident, un accident dramatique et qu'il avait fait tout son possible pour le sauver, mais que parfois, et bien le destin se fiche bien d'effort vain pour sauver une personne, comme si tout était finalement écrit. Elle avait imaginer tant de scénarios de leurs rencontres, tant de scénarios improbables. C'était tellement plus simple de s'imaginer forte devant un miroir pour finalement n'être pas capable d'assumer ce poids dans la vie quotidienne. Elle avait imaginer une scène comme dans les films, le giflant alors que lui se laissait faire. Et au fond, elle ne savait même pas si elle aurait la force d'agir ainsi. Elle ne voulait pas le voir, elle ne voulait pas le voir débarquer dans leurs vies, considérant qu'il avait fait assez de dégâts et que le mieux serait qu'il disparaisse loin de là, comme s'il n'avait jamais exister. Elle se sentait incapable de pardonner, de laisser une place dans son cœur pour le pardon, parce qu'elle était simplement incapable d'oublier la douleur qu'elle ressentait au plus profond d'elle-même.

Elle était dehors, hors des murs du campus, à profiter, à s'amuser pour oublier. Il fallait continuer à vivre et elle ne pouvait se résoudre à rester enfermer. Elle avait suivie ses camarades dehors, ces derniers ayant prévu de profiter de cette pause pour jouer au frisbee. Ils s'étaient répartis, les uns à quelques mètres des autres afin de laisser évoluer l'objet circulaire entre eux. Et puis, ce fut à son tour de lancer le frisbee, celui-ci ne prenant pas la direction qu'elle pensait lui avoir donner, l'envoyant vers un homme plus loin qui s'apprêtait à le prendre au coin de la figure. Sauf que l'homme l'intercepta alors que la jeune femme se précipitait en sa direction pour s'excuser et reprendre le frisbee. L'homme se tourna vers elle, posant son regard sur la jeune femme qui avait bredouiller des excuses. Son regard sembla finir par se porter sur le reste du groupe, là où les étudiants jouaient avant qu'elle ne lance le frisbee. Un sourire fin apparut sur ses lèvres, alors qu'il parlait de son niveau de tir à ajuster. Sans dédain ou mépris. La jeune femme sourit légèrement, les joues rougies, gênée de cette situation et glisa une de ses mèches derrière sa nuque.

- Oui, c'est même sûr... Répond la jeune femme qui avait de la difficulté pour croiser son regard.

Il dégageait beaucoup de choses, et son attitude lui faisait penser à celle de son père. Il avait la même façon de se tenir droit. Elle eut un sourire à l'anecdote que lui confia l'homme, au moins, le frisbee n'était pas perdu. Elle hésita un instant, avant de faire sa proposition, sans savoir si l'homme en avait envie, ou si même ses camarades accepteraient qu'un adulte joue avec eux.

- Vous êtes occupé... ? Je voulais vous demander si vous...Si vous voudriez vous joindre à nous ? Ce serait l’occasion d'ajuster le tir..., conclue t'elle avec un petit sourire en coin, ses joues semblant plus rouge.

©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas

avatar

membre qu'on adore
Voir le profil de l'utilisateur
LITTLE TALKS : 320
PSEUDO : FAR AWAY
AVATAR : Toby Kebbell
CREDITS : odistole
ÂGE : 35

MessageSujet: Re: First time, first play...Ft Alistair    Lun 20 Aoû - 21:01

Alistair avait une force extraordinaire pour se flageller longuement lorsqu’il se sentait coupable. La preuve, il n’y en avait pas beaucoup qui aurait tout quitté pour entrer dans l’armée simplement à cause de la culpabilité d’avoir fait tuer leur frère. Le pire étant que personne ne lui en tenait vraiment rigueur mais il ne pouvait s’empêcher d’être exigeant avec lui-même. Il était sorti un soir pour s’amuser et les choses s’étaient mal passées mais il n’avait pas le moins du monde appelé des débiles pour qu’ils viennent armés et qu’ils finissent par tuer son frère. Jamais il n’aurait pu l’imaginer et jamais il n’aurait voulu une chose pareille. Il était très proche de son frère, il l’avait toujours défendu et il le prenait comme exemple, un véritable héros pour lui. Il était donc normal pour l’ancien militaire de se considérer comme responsable car c’était son action qui avait entraîné la perte de cet être si cher. Si cher à son propre père aussi étant donné qu’il n’avait jamais pu lui pardonner la mort de son frère.

Peut être que c’était pour cela qu’il n’avait pas pu aller voir Tessa jusqu’à présent. Il savait bien, de part la lettre de sa mère, qu’elle n’était pas prête à lui pardonner. Cela faisait probablement un peu trop de personnes qui lui en voulaient. Lui qui avait déjà tant de mal à se pardonner, il pensait peut être que si quelqu’un réussit à ne plus lui en vouloir il pourrait passer à autre chose. Il n’avait pas envie d’aller voir son père alors Tessa serait peut être plus accessible. Il ne connaissait pas la jeune femme, il ne savait pas si le temps pouvait lui faire oublier sa rancune et toutes ces questions s'étaient bousculées dans sa tête pendant ces dernières semaines. Il avait fini par se dire qu’il ne pourrait jamais le savoir s’il n’allait pas la voir. Il ne saurait d’abord jamais s’il serait capable de faire autre chose que de la regarder de loin. Il n’était pas le plus doué pour ce qui était des relations humaines alors il ne savait pas du tout comment cette escapade au campus de Burlington pouvait se passer.

En tout cas, il ne se serait jamais douté qu’il allait tomber directement sur la jeune femme et qu’elle lui enverrait un frisbee dessus qui aurait pu le blesser s’il n’avait pas eu des réflexes. Il ne se serait pas attendu à une telle entrée en matière mais il y a par moment des choses que l’on ne contrôle pas. Ce n’était pas facile à vivre pour lui qui avait passé les dernières années de sa vie à tout contrôler mais il fallait bien s’adapter. Il la regarda quelques instants, il la vit replacer une de ses mèches de cheveux et sur le coup, en la voyant un peu intimidée comme elle l’était, il n’arrivait pas à se dire que c’était bien elle la jeune femme qui lui en voulait à mort. Il se mit à sourire lorsqu’elle confirma qu’elle n’était pas très douée mais fut complètement surpris de l’entendre lui proposer de jouer avec eux. Il n’avait déjà pas imaginé lui parler alors entrer dans son mode c’était encore plus inattendu. En même temps, s’il avait envie de se faire pardonner un jour, il faudrait bien en passer par là. « Euh… ouais pourquoi pas, ce serait cool. » Il se força à sourire car il était un peu gêné mais partit avec elle pour rejoindre ses amis avec qui elle jouait.

Ils jouèrent pendant un certain temps où il put observer la jeune femme s’exercer au tir en se mettant à sourire, parfois à rire aussi et par moment, étant près d’elle, il lui donnait quelques conseils pour ses tirs et à ce moment là, il la voyait un peu plus gênée, timide peut être mais adorable en le faisant. A un moment où elle envoya encore le frisbee trop loin, les deux mecs avec qui ils jouaient partirent en courant pour le rattraper parce qu’il s’était envolé vers des filles canons selon eux. Il se mit à sourire en le voyant partir et se tourna ensuite vers Tessa et se rapprocha un peu d’elle. « Je pense que la partie est terminée… » Il avait l’impression d’être un gamin avec une fille qui ne sait pas vraiment quoi dire. « Au fait… je m’appelle Alistair.. Alistair Wilson. » bizarrement il ressentit le besoin de donner un nom de famille bidon. Il aurait pu se contenter de donner son prénom mais non, il était trop habitué à devoir se présenter de manière formelle. « Et tu es étudiante ici ? » Il ne savait pas grand-chose d’elle en fait. La seule chose qu’il connaissait était son nom et son physique de par les photos qu’il avait vu. Il avait donc envie d’en connaître un peu plus.

_________________
On avale à pleine gorgée le mensonge qui nous flatte et l'on boit goutte à goutte une vérité amère. ▵ endlesslove.
patience is bitter but its fruit is sweet ▵
Revenir en haut Aller en bas

avatar

membre qu'on adore
Voir le profil de l'utilisateur
LITTLE TALKS : 94
AVATAR : Bridget Satterlee
CREDITS : Whovian
ÂGE : 21

MessageSujet: Re: First time, first play...Ft Alistair    Jeu 6 Sep - 0:47

Firtst time, first play...
feat... Alistair & Tessa



La jeune Foxworth n'avait pas encore fait son deuil. C'était encore trop tôt dans son esprit candide, trop douloureux. Son père lui manquait énormément et cette absence pesait grandement en elle, bien qu'elle essaye de le cacher, qu'elle cherche à se montrer forte pour sa mère et ses cadets. Elle laisse ses larmes couler quand il n'y a personne, recroquevillée dans son lit, son visage enfoncé dans son oreiller. Elle se demande si la douleur va finir par la quitter, disparaître. Son père était tout pour elle, son héros, son modèle. Ce qu'elle ne retrouverait jamais, ce dont on l'avait privé. Son corps n'avait jamais été retrouvé, et c'était sans doute ce qui pesait le plus pour la jeune femme. Elle avait besoin de le voir, une toute dernière fois, de lui dire au revoir, de lui rendre un dernier vrai hommage. Elle croyait qu'ainsi il ne trouverait jamais la paix dans l'au-delà. Et c'est ce qui cristallisait la rancune qu'elle entretenait à l'égard de l'homme qui devait s'assurer qu'il rentre vivant, qu'il puisse revoir sa famille. Fairchild. C'était son nom. Elle le détestait, sans jamais l'avoir rencontrer. Elle se disait qu'elle ne pourrait jamais le pardonner, pas comme sa mère avait voulu le faire en lui envoyant une lettre. Elle s'était opposée à cette idée, considérant qu'il ne méritait pas leur pardon.

Elle ignorait si la rancune la libérerait, comme la douleur qui la rongeait. Ce n'était pas dans sa nature d'être violente, remplie de mépris et de haine. C'était plus fort qu'elle. Quelque chose qu'elle ne contrôlait pas vraiment, qui prenait le dessus sur sa conscience et sur sa raison.

La jeune Foxworth était loin d'imaginer que le destin puisse la rapprocher de la personne pour laquelle elle vouait une profonde rancœur. Quelque peu maladroite, le frisbee qu'elle envoya partit loin de là où elle pensait l'envoyer, se dirigeant vers un adulte qui attendait non loin. Elle ignorait qui il était. Parent ? Ancien élève ? Elle ne s'attendait pas plus à ce que l'homme intercepte le frisbee, s'attendant davantage à ce qu'il n'entre en collision avec son crâne. Elle se précipita vers lui, se couvrant d'excuses auprès de l'homme dont l'attitude était droite et ample. Elle glissa une mèche rebelle derrière sa nuque, ses joues rougies alors qu'elle essayait d'esquiver le regard de l'homme, quelque peu intimidée. Elle lui confia qu'elle n'était pas très douée, ce qu'il avait repérer, et sans réfléchir lui proposa de jouer avec eux et de rejoindre le groupe. Elle trouva ça totalement stupide, se sentant confuse de cette demande, songeant qu'il avait sans doute mieux à faire. Ses joues virèrent au cramoisie et elle fut encore plus surprise par ses mots alors qu'il acceptait. Elle ne savait pas ce qui lui était passer par la tête, imaginant déjà les regards interloqués de ses camarades.

- Super ! Déclare t'elle avec un sourire se dessinant sur son visage alors qu'elle l'emmenait vers le groupe de jeunes étudiants.

Le groupe reprit le jeu. Elle sentait parfois le regard de l'homme sur elle alors qu'elle recevait ou s'apprêtait à lancer le frisbee. Elle croisait son regard par moment, lui adressant des sourires et attentive à ses conseils pour s'améliorer, appréciant qu'il l'aide, alors qu'il n'était en rien son obligé. Et la jeune Foxworth rougissait, étant timide, hochant la tête aux divers conseils qu'il lui glissait entre deux lancers. La brune envoya le frisbee un peu trop loin, de nouveau, se mordant la lèvre, gênée de paraître si ridicule aux yeux de ses camarades et devant l'inconnu. Ses deux camarades partirent chercher le frisbee alors que les quelques filles quittaient de même le groupe pour remonter vers les bâtiments. L'homme se rapprocha d'elle, lui confirmant ce qu'elle pensait. Elle hocha la tête, replaçant une mèche derrière sa nuque une nouvelle fois.

- Enchanté Monsieur Wilson. Tessa, Tessa Foxworth !

A son tour, la jeune femme se présente, un sourire se dessinant au bord de ses fines lèvres alors qu'elle tendait sa main à l'homme, songeant que c'était stupide alors qu'ils avaient passer déjà un moment ensemble.

- Oui, je suis étudiante en Histoire. Et vous, Monsieur ? Demande la jeune femme.

©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas

avatar

membre qu'on adore
Voir le profil de l'utilisateur
LITTLE TALKS : 320
PSEUDO : FAR AWAY
AVATAR : Toby Kebbell
CREDITS : odistole
ÂGE : 35

MessageSujet: Re: First time, first play...Ft Alistair    Jeu 25 Oct - 12:20

Alistair se retrouvait un peu dans une situation inédite. Les bancs de la faculté n’avaient jamais été une destination pour lui. peut être en avait-il rêvé un jour mais il n’était même pas sûr de s’en souvenir. Lorsqu’il avait perdu son frère d’une manière si brutale, c’était un peu comme si tout s’était évanoui autour de lui et que le simple fait de réfléchir ou de se souvenir de ce qu’il était avant lui demandait un effort surhumain. Arrivé ce matin sur le campus, il se surprit à se demander ce qu’il aurait bien pu faire s’il n’avait pas décidé de tout fuir et de s’enrôler. Il regardait tous ces étudiants, se disant que certains avaient trouvé leur voie et était dans la meilleure filière pour leur avenir tandis que d’autres erraient tranquillement par ici pour éviter que leurs parents que piquent une colère noire de ne les voir rien faire. C’était toujours l’éternel problème. Il y aurait toujours dans la vie des parents pour faire sentir à leurs enfants qu’ils sont des moins que rien. Le fait est qu’il ne pouvait souhaiter à personne de ressentir les mêmes peines que lui vis-à-vis de son père. Il n’avait pas beaucoup discuté avec Foxworth lorsqu’il était encore parmi nous mais de ce qu’il avait cru comprendre il était un père aimant qui n’aurait jamais agi comme le sien avec lui. C’était peut être ce qui faisait qu’il se sentait encore plus coupable.

Et aujourd’hui s’était encore pire puisqu’il voyait de ses propres yeux la personne à qui il avait arraché ce père. Elle semblait aller bien mais il savait aussi à quel point cela pouvait être facile de cacher ses sentiments pour que tout le monde arrête de se poser des questions et de nous en poser. Cette phase où tout le monde semble marcher sur des œufs est peut être la pire qui puisse exister et la plus difficile à supporter. C’est un peu comme si tout le monde avait l’impression que nous étions de toutes petites poupées sans défense qu’il faut manipuler avec précaution. Alistair détestait cela, et c’est probablement l’une des raisons qui le pousse à s’enfuir à chaque fois qu’il se retrouve dans une situation comme celle là. Pour l’instant, la fuite n’était pas encore envisagée puisqu’il passa relativement un bon moment. Il avait eu un peu peur lorsqu’elle lui avait demandé de les rejoindre mais en fait c’était ridicule. Un grand gaillard comme lui, qui avait fait l’armée et qui se retrouvait inquiété par un jeu de frisbee ? Ses compagnons d’arme se seraient probablement bien foutu du lui.


Lorsque les autres partirent pour retrouver les filles qu’ils venaient de croiser, il se décida à parler avec Tessa. Une grande appréhension revint en lui puisqu’il était loin d’être un bavard et qu’il ne savait pas forcément quoi dire. Il ne la connaissait pas cette fille en réalité mais il avait fortement envie de la connaître sans pouvoir expliquer pourquoi. Il se mit à sourire discrètement aussi lorsqu’elle se présenta et lui serra la main. Lorsqu’il lui demanda si elle était étudiante, il ne s’attendait pas à ce qu’elle lui retourne la question, ni même qu’elle le vouvoie et qu’elle l’appelle monsieur. Certes il était habitué aux formalités mais il ne s’attendait pas à cela de sa part. « Tu peux me tutoyer tu sais… jouer au frisbee ça rapproche je pense. » Il tenta un plaisanterie mais en fait il venait de se rendre compte qu’il n’avait préparé aucune explication à sa présence sur le campus et que maintenant il devait inventer dans l’urgence. Lui qui ne s’était jamais posé la question de ce qu’il aimerait faire à la fac, il fallait qu’il se décide très rapidement. « Et moi je suis un ancien étudiant. Je viens de rentrer en ville donc je voulais revenir un peu ici, voir si les choses avaient changées. » Heureusement pour lui, il avait fait quelques fêtes sur le campus, à l’époque, et il pouvait voir ce qui avait changé ou non mais il y avait des questions auxquelles il ne serait probablement pas prêt.

_________________
On avale à pleine gorgée le mensonge qui nous flatte et l'on boit goutte à goutte une vérité amère. ▵ endlesslove.
patience is bitter but its fruit is sweet ▵
Revenir en haut Aller en bas

avatar

membre qu'on adore
Voir le profil de l'utilisateur
LITTLE TALKS : 94
AVATAR : Bridget Satterlee
CREDITS : Whovian
ÂGE : 21

MessageSujet: Re: First time, first play...Ft Alistair    Dim 4 Nov - 0:55

Firtst time, first play...
feat... Alistair & Tessa



C'était sans doute stupide. D'inviter cet inconnu à jouer au frisbee avec des étudiants pour s'excuser de lui avoir justement envoyer involontairement l'objet à la figure. Il était bien plus âgé qu'elle et il n'était certainement pas un étudiant. Il ressemblait plus à un professeur, même si elle ne l'avait jamais vu auparavant. Peut-être qu'il n'était pas non plus professeur à Burlington mais juste un ancien élève, ou un père qui attendait une personne. Tout ça pour au final qu'il se joigne à la partie, les regards intrigués de ses camarades disparaissant pour se concentrer à nouveau sur le jeu. Ils ne se connaissaient ni d’Ève ni d'Adam, mais cela n'empêcha pas l'homme de discuter avec la jeune étudiante, de lui donner des conseils afin d'améliorer sa technique et d'affiner ses lancers. Maladroite, c'était une chance que l'homme avait attrapé le frisbee à temps, la jeune Foxworth ayant cru qu'il le recevrait dans le nez. Elle avait été terriblement gênée en l'approchant, honteuse, ce qu'avait pu remarquer l'homme. Et voilà que cet homme se tenait à ses côtés. Elle s'amusait, ne pensait à rien, ne pensait pas aux soucis, ne pensait pas à son père, à sa tragique disparition, et ses lèvres affichaient même un sourire sincère qui s'étirait sur ses joues. C'était grâce à son père qu'elle avait trouver sa voie, qu'elle savait où elle souhaitait se diriger, qu'elle se donnait les moyens pour réussir, au point de ressembler à une Hermione Granger, souhaitant que son père puisse être fier d'elle. Nul doute qu'il l'aurait été de son vivant, qu'il l'aurait poussé à continuer et à atteindre ses objectifs.

Malgré sa mort, la vie continuait. Le monde n'avait pas cessé de tourner simplement pour elle. Elle ne s'y était pas encore totalement faite, à ne plus le revoir. Il ne reviendrait jamais, il n'y aurait plus de surprise comme quand elle était enfant, il n'y aurait plus d'hamburgers et de hot-dogs mangés en assistant à un bon match de football américain. Ne lui restait que les souvenirs, des souvenirs qui embrumait ses yeux de larmes quand personne ne la voyait. Car elle devait être forte pour sa mère, elle devait être forte pour ses frères et sa sœur, alors elle essayait de ne rien montrer, même si la plaie ne s'était pas refermée. Elle aurait aimé que ses funérailles puissent être complètes. Son corps disparu, elle avait le sentiment qu'il ne pouvait reposer en paix. Dans toute cette douleur, elle avait de la colère, une profonde rancœur à l'égard de l'homme qui était censé s'assurer que tous les hommes rentrent chez eux. Il ne l'avait pas ramené. Il n'avait pas ramené son père et n'avait pas ramené son corps. Dans son esprit tempétueux, elle accusait, ne comprenant pas que le corps ai pu être retiré de l'épave. A ses yeux, une épave ne disparaissait pas comme ça. Ce n'était pas le triangle des Bermudes. Ses pensées étaient incohérentes, brouillonnes. Elle était tout simplement perdu, elle ne s'était jamais préparée à une telle chose. Elle avait toujours eu plus de responsabilités que les enfants de son âge, mais maintenant que son père n'était plus, tout était si différent. Rien ne serait jamais comme avant. C'était un père aimant, aux petits soins avec ses enfants. Un lien particulier l'unissait avec son aînée, la seule qui avait un instant songé à suivre sa voie. Il était un modèle à ses yeux, et plus encore. Un héros. On le lui avait arraché, sans qu'elle n'ai pu lui dire au revoir. Derrière son masque, elle cachait le vide qui la consumait, un gouffre que rien ne remplissait. Elle gardait les larmes pour les moments de solitude, apparaissant pour les autres pour une fille qui avait continué à vivre, qui avait surmonté la perte d'un être proche. Elle ne pensait pas qu'il aurait été si simple de cacher ses sentiments. C'était ce qu'elle avait trouvé pour ne plus à entendre les mêmes questions bourdonner à ses oreilles, pour ne pas à avoir à y répondre. Elle détestait l'attitude des gens à son égard, cette sorte de prudence, cette fausse douceur, cette fausse compréhension. Et ce mot qu'elle ne voulait plus entendre. Condoléances. Prononcés en boucle, au point de perdre tout sens. Alors ce masque avait été vitale, même si il avait un aspect négatif, qu'elle se renferme et renferme sa douleur sur elle-même. Peut-être qu'elle devrait aller voir un psy, parler de ça à quelqu'un. Une personne qui pourrait remettre de l'ordre dans le nœud formé par la tristesse, la rancœur et accrût par des choses qui pesaient en elle bien avant la mort de son père.

Les garçons du groupe partirent, les laissant finalement seul. L'homme et elle. Leur laissant l'occasion de faire plus ample connaissance. Elle ignorait tout de lui, et pourtant, quelque chose le marquait chez lui. Dans sa posture, son attitude, quelque chose qui lui rappelait son père. Elle se demandait si c'était vrai, ou si elle s'imaginait des choses simplement parce que l'homme devait avoir son âge et qu'elle ressentait un manque de cette figure paternelle. Elle lui serra la main, une fois les présentations faites. Elle lui indiqua qu'elle était étudiante, ce qu'il avait sans doute remarqué dès le premier regard, étudiant en Histoire. Elle s'intéressa à lui, à cet inconnu qu'elle avait faillit balafré en raison de son lancer de disque. Elle aurait presque pu déceler de la surprise, pourtant il était habituel qu'elle vouvoie un inconnu. C'était dans ses principes.

- D'accord ! Et bien on peut dire ça oui..., Dit-elle avec un léger sourire sur ses fines lèvres alors que ses mains se glissaient dans ses cheveux pour remettre une mèche en place, derrière sa nuque.

- Je vois. Et beaucoup de choses ont changer ici depuis les années où vous avez étudier à Burlington ? Demanda t'elle doucement.

©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: First time, first play...Ft Alistair    

Revenir en haut Aller en bas
 

First time, first play...Ft Alistair

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» no time to play hide and seek. (ft. fleur)
» L'école ça craint, Time to play #D&CO
» [+18] it's almost time to play, it's time to be afraid. [feat. Siddil]
» Enfin.... : Passage en Free to Play « imminent » en Europe
» Seize the Time!An essay by Cynthia McKinneySeptember 19, 2008

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
REDWOOD HILLS :: 
YOU'RE ENTERING REDWOOD HILLS
 :: travelling :: Burlington
-
Sauter vers: