AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Merci de privilégier les nombreux scénarios, pré-liens et membres des familles lors de votre inscription !
N'hésitez pas à interpréter un membre de la secte !
Nous recherchons activement des parrains, n'hésitez pas
N'oubliez pas d'aller vous recenser

Partagez | 
 

 (ulm) We always find a way back home

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

membre qu'on adore
Voir le profil de l'utilisateur
LITTLE TALKS : 320
PSEUDO : FAR AWAY
AVATAR : Toby Kebbell
CREDITS : odistole
ÂGE : 35

MessageSujet: (ulm) We always find a way back home   Jeu 30 Aoû - 23:36

we always find a way back home ft Ulysse Myers

L'animosité c'est comme la sympathie, ça se communique sans s'expliquer.

L’ancien militaire devait bien avouer que depuis qu’il était rentré, il s’était surpris lui-même à apprécier retrouver des têtes connues. Il avait toujours pensé qu’il serait accueilli comme un paria. Pourquoi ? déjà parce qu’il avait imaginé que tout le monde le pensait responsable de la mort de son frère. Après tout, son propre père le pensait responsable alors tout le monde devait le penser. Et ensuite, il s’était dit que les gens dont il était proche n’avaient pas dû apprécier de le voir s’enfuir sans rien leur dire. Certes, à l’époque, il n’avait pas eu le temps de dire quoi que ce soit étant donné qu’il avait l’impression de se faire chasser de chez lui mais il y avait probablement d’autres solutions. Il aurait pu se faire héberger par l’un de ses potes ou parler avec un oncle ou une tante pour ne pas avoir à partir de cette façon. Oui, il y aurait pu y avoir d’autres solutions évidemment mais il ne pouvait pas réellement regretter la tournure qu’avait pris sa vie. D’un enfant égoïste ne pensant qu’à s’amuser, il avait fait un homme responsable sur lequel on pouvait compter. Il y avait probablement des inconvénients à le côtoyer encore aujourd’hui mais l’important restait le fait qu’il était fier de lui la plupart du temps. Alors oui, finalement il était plutôt heureux de retrouver son ancien entourage mais il n’avait pas forcément envie de parler de ce qui l’avait poussé à revenir.

Aujourd’hui, il avait passé la journée dans le parc du campus de Burlington. Il avait voulu observer de loin l’ainée de son ancien subalterne mais la surveillance discrète avait plutôt dégénéré. En effet, elle lui avait envoyé un frisbee dessus et elle lui avait même proposé de les rejoindre dans leur partie. Alors bien sûr, il aurait pu lui dire non qu’il était occupé mais il n’avait pas pu s’y résigner. C’est pour cela qu’il se trouvait au Garnet ce soir là. Il n’avait pas vraiment besoin d’excuses pour y aller en même temps vu qu’il y passait beaucoup de son temps mais il avait réellement besoin de compagnie ce soir. En réalité, il espérait un peu retomber sur Ruth. Il l’avait revue ici et il aurait apprécié la revoir pour qu’elle lui change les idées comme elle l’avait déjà fait la dernière fois. malheureusement pour lui, il ne la vit pas ce soir là. Il s’assit au comptoir enchaina assez rapidement deux bières en espérant la voir passer la porte mais non… elle ne la passa pas et il ne vit pas non plus quelqu’un qu’il connaissait. Du moins, jusqu’à ce qu’il voit une sorte de tignasse brune qui était loin de lui être inconnue. Il se mit à sourire légèrement et à secouer la tête en se disant que décidemment il allait vraiment revoir tout son passé, même ceux qu’il n’aurait pas imaginé apprécier revoir. Il hésita un peu avant de commander une autre bière et de se rapprocher d’Ulysse Myers. Il n’avait pas vraiment changé… en tout cas, pas physiquement. Il avait toujours ses vieilles boucles noires de jais, ses fossettes et ses tâches de rousseur. Il était bien bâti aussi… à croire que tous les anciens du lycée avaient décidé de s’entretenir pour leurs vieux jours. Il arriva jusqu’à la chaise prise par son ancien ‘’ennemi’’ en se disant qu’il espérait tout de même qu’ils avaient assez grandis pour ne plus se mettre sur la gueule pour rien. « Ulysse Myers… t’as pris un sacré coup de pelle dis donc. » Il lui dit ça en souriant tout en lui tendant la bière qu’il avait prise pour lui histoire de lui montrer qu’il rigolait et qu’il n’était pas en train de déclarer une guerre ouverte. Le fait est qu’à l’époque, lorsque tout le monde appelait l’ancien militaire Robert c’était un peu une bataille constante avec Ulysse et ses amis.


©crack in time

_________________
On avale à pleine gorgée le mensonge qui nous flatte et l'on boit goutte à goutte une vérité amère. ▵ endlesslove.
patience is bitter but its fruit is sweet ▵
Revenir en haut Aller en bas

avatar

membre qu'on adore
Voir le profil de l'utilisateur
LITTLE TALKS : 117
PSEUDO : Ulm
AVATAR : Bob Morley
CREDITS : Sweet poison
ÂGE : 34

MessageSujet: Re: (ulm) We always find a way back home   Dim 2 Sep - 1:07

we always find a way back home ft Ulysse Myers

L'animosité c'est comme la sympathie, ça se communique sans s'expliquer.

Son retour n'avait pas provoqué d'esclandres, pour une fois. Quelque part, Ulysse s'ennuyait de cette douce réalité, lui qui s'était toujours senti le plus lui même dans l'adversité. Cette fois là, les Myers l'avaient accueilli à bras ouverts parce qu'il n'était pas parti sur un coup de tête en ne donnant pas la moindre nouvelle pendant des semaines. Non, cette fois, Ulysse avait donné une adresse, une raison explicite et surtout une date supposée de retour. Cette mission humanitaire avait été une nécessité dans son existence à ce moment là, ayant incroyablement besoin de se sentir responsable de quelqu'un ou quelque chose pour se construire en tant qu'individu. Ulysse n'avait pas toujours été capable d'être quelqu'un de si sérieux et réfléchi mais ces quelques mois à l'étranger lui avaient prouvé qu'il était en mesure de faire attention aux autres, de ne pas toujours être ce connard impulsif qui faisait du mal autour de lui. Bien sûr, il n'avait pas changé à cent pour cent et ses coups de sang existaient encore, ils étaient juste moins puissants ou alors ils naissaient pour des raisons plus sérieuses. A plus de trente ans, l'aîné des Myers était enfin en train de comprendre que la vie ne se résumait pas uniquement à sa petite personne et ses drames quotidiens. Il avait vu des choses horribles aux Philippines, des familles décimées pour un rien, sans raison apparente et il en avait souffert comme tous les autres volontaires qui ne s'étaient pas spécialement préparés à autant de souffrance. Ulysse, lui, avait tout encaissé, en silence la majeure partie du temps parce que c'était ce qu'il avait toujours su faire, tout garder au fond de lui pour mieux exploser quelques semaines plus tard. Pas cette fois, non, au contraire, il avait pris son mal en patience pour tout rebâtir, ne s'autorisant à quitter le continent que lorsqu'il fut entièrement satisfait du résultat. Il espérait que son retour à Redwood Hills lui apporterait la même satisfaction, il avait toutes les raisons d'en douter vu tout ce que ce village lui avait fait porter comme fardeau depuis sa naissance.

Il avait vu la mort dans les yeux, plutôt deux fois qu'une. Au final, Ulysse en avait oublié la notion même d'amusement ou de distraction. L'Amérique était reconnu pour ces soirées arrosées et cette possibilité qu'avait toujours la jeunesse de se mettre la tête à l'envers, sans avoir aucun regret lorsque le jour se levait. Ulysse avait longtemps été un de ces individus, ceux qui profitaient de la vie de manière tout à fait indécente, sans penser aux conséquences ou au mal qu'il pouvait faire aux gens à qui il mentait pour son propre bien, pas le leur. Il avait grandi heureusement, mais cela ne l'empêchait pas d'observer autour de lui, accoudé au comptoir du bar, à compter le nombre d'idiots qui allaient finir aux urgences pour quelques lueurs d'espoir sans importance. Il se reconnaissait en eux, cet Ulysse du passé qui avait dragué à outrance pour se remettre de ses douloureuses émotions. Il était loin de cette image là désormais, fort capable de boire une bière sans finir complètement ivre pour se sauver de ses peines de coeur. Au contraire, il acceptait sa douleur, c'était ce qui le rendait plus fort à vrai dire. Soudainement, une figure du passé vint le sortir de ses rêveries, un sourire narquois s'étalant sur ses traits lorsqu'il tomba sur la tête de Fairchild. Lui aussi avait eu le potentiel du branleur notoire et c'était pour cette raison qu'ils s'étaient tant haïs lors de leurs jeunes années. "Je te rends la pareille, Fairchild. T'as pris du poids toi, non? Faut te calmer sur la picole, je dirais..." Pourtant, il souriait en le regardant. Il n'avait plus aucune raison de le mépriser, il n'était plus cet adolescent ingrat, a priori. "Pourquoi j'ai pas croisé ta trogne depuis la fin du lycée, dis moi?" Les gens changeaient, parfois ils partaient mais apparemment, tout le monde finissait par revenir à Redwood Hills.


©crack in time

_________________
Fall into the dark side.
Take me through the night, fall into the dark side. We don't need the light, we'll live on the dark side. I see it, let's feel it while we're still young and fearless, let go of the light.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

membre qu'on adore
Voir le profil de l'utilisateur
LITTLE TALKS : 320
PSEUDO : FAR AWAY
AVATAR : Toby Kebbell
CREDITS : odistole
ÂGE : 35

MessageSujet: Re: (ulm) We always find a way back home   Jeu 13 Sep - 21:58

we always find a way back home ft Ulysse Myers

L'animosité c'est comme la sympathie, ça se communique sans s'expliquer.

Cela faisait tellement d’années que le jeune homme n’avait pas repensé à ses années lycée. La plupart des personnes avaient tendance à s’en souvenir comme des plus belles années de leur vie. Si toute sa vie n’était pas partie à volo à la fin il aurait pu en dire de même mais aujourd’hui il ne pouvait que se retrouver à regretter toute cette époque. Après dix-sept ans, il était toujours incapable de se pardonner. Il ne savait même pas s’il serait capable de se pardonner un jour tout simplement. Il n’était peut être pas le meilleur des hommes mais en tout cas, il était probablement le meilleur pour s’auto-flageller. Il y avait fort à parier qu’il accordait bien trop d’importance à ce que l’on pouvait penser de lui. Il avait toujours ressenti en son for intérieur qu’il ne serait jamais aussi bien que son frère aux yeux de son père. C’était déjà le cas lorsqu’il était encore en vie. Il avait donc fait en sorte qu’en dehors de chez lui tout le monde l’apprécie. C’était probablement pour cela qu’il avait fait en sorte d’être le pitre qui voulait faire rire les autres et tout simplement qu’ils l’aiment.
En voyant Ulysse ce soir là, il repensa brièvement à cette époque où tout semblait les opposer. Pourtant, maintenant qu’ils étaient adultes, il commençait à se demander si finalement tout ce qui à l’époque les opposait n’était pas plutôt des choses qui auraient normalement dues les rapprocher. Il avait l’impression qu’il devait se ressembler bien plus que ce qu’ils n’avaient voulu l’admettre à l’époque. De toutes façons, il était de notoriété public que les personnes qui étaient d’apparence antagonistes étaient souvent bien plus ressemblant qu’il n’y paraissait. Aujourd’hui, de l’eau était passée sous les ponts et il avait envie de partir sur de nouvelles bases avec le brun. Bien sûr, il ne pouvait pas non plus oublier son passé et il fallait qu’il commence en le chambrant doucement. « Désolé de te décevoir mais c’est que du muscle, mais bon je comprends, tu sais pas le reconnaître. » Il sourit de bon cœur parce que cela lui faisait du bien de parler ainsi sans prise de tête en sachant qu’il n’y avait aucune pique cachée, ou en tout cas, qu’elles n’étaient pas réelles. Il s’installa avec son ancien camarade de classe qui lui demandait comment cela se faisait qu’il ne l’avait pas vu depuis toutes ces années. Il but une gorgée de sa bière avant de lui répondre. « Je suis parti à l’armée directement, je viens à peine de rentrer… de prendre ma retraite si on peut dire. C’est cadeau, tu peux te foutre de la gueule du papy que je suis. » il lui fit un clin d’œil comme s’il était prêt à dire qu’il pouvait anticiper les réactions du jeune homme. En même temps, c’était probablement un peu présomptueux puisqu’il ne le connaissait plus du tout en réalité. « Et toi ? t’as pas bougé d’ici du tout ? » C’est vrai qu’il le retrouvait un peu dans ce bar comme s’il n’avait jamais levé le siège. Même s’ils n’avaient jamais officiellement eu l’âge pour pouvoir être dans ce bar, il n’était pas rare de voir leurs deux groupes se trouver chacun dans un coin de la salle. Il ne fallait pas qu’il soit dit que ces deux groupes pouvaient s’apprécier. Bien sûr, ce n’était pas comme s’il y avait eu une guerre des gangs entre eux mais plutôt une guerre de popularité. Après toutes ces années, cela lui semblait bien puéril finalement.

©crack in time

_________________
On avale à pleine gorgée le mensonge qui nous flatte et l'on boit goutte à goutte une vérité amère. ▵ endlesslove.
patience is bitter but its fruit is sweet ▵
Revenir en haut Aller en bas

avatar

membre qu'on adore
Voir le profil de l'utilisateur
LITTLE TALKS : 117
PSEUDO : Ulm
AVATAR : Bob Morley
CREDITS : Sweet poison
ÂGE : 34

MessageSujet: Re: (ulm) We always find a way back home   Jeu 20 Sep - 19:31

we always find a way back home ft Ulysse Myers

L'animosité c'est comme la sympathie, ça se communique sans s'expliquer.

Parfois, la haine et le mépris ne s'expliquaient pas. On pouvait passer des années à détester une personne sans avoir de réels arguments pour cela et c'était certainement ce qui était arrivé entre Ulysse et Alistair. Jeunes et cons, c'était probablement la meilleure définition qu'on pouvait faire de ces deux gaillards adolescents passant leur temps à se tirer dans les pattes pour des raisons obscures. L'époque du lycée était chaotique, de toute évidence, et en tant que garçon populaire du lieu, il fallait qu'il n'y ait qu'un roi au milieu de tout ce harem féminin. Ulysse avait été reconnu pour ses tendances à vouloir régner sur son petit monde à cette époque là: il voulait avoir toutes les filles à ses pieds, même s'il ne voulait pas vivre la moindre idylle avec elles. Clairement, il avait été un égoïste notoire qui avait laissé le jeu se dérouler pendant très longtemps, même après la fin de ses études. Bon, entre temps, il avait eu une relation sérieuse, ce qui l'avait relativement calmé mais dès lors que l'affaire s'était tragiquement terminée, il était retourné à ses vieux démons. Ulysse ne savait pas du tout ce qui était arrivé à Fairchild de son côté: ils s'étaient vite perdus de vue une fois qu'ils avaient tous deux quittés les bancs de l'école et puis, est-ce qu'ils auraient été capables de mettre leurs différends de côté à ce moment là? Non, ils étaient trop jeunes et surtout trop stupides pour calmer cette espèce de jalousie d'ignares qu'ils avaient développé l'un envers l'autre. Aujourd'hui, plus de dix ans après, Myers assumait totalement la bêtise dont il avait fait preuve quand il n'était encore qu'un gamin irresponsable. Il n'avait pas aimé plus que cela martyrisé les autres lycéens pour se rendre plus populaire et il aimait encore moins la personne qu'il avait bien failli devenir à force d'être adulé par le reste de la population. Finalement, il aurait eu besoin de plus d'un Alistair pour ne pas aller trop loin dans la bêtise mais tout allait mieux, il était une toute autre personne désormais, quelqu'un de respectable et qui faisait bien plus attention aux autres. Alors, forcément, Myers était curieux d'en apprendre plus sur son vieil ennemi juré, voir si lui aussi avait été changé par les épreuves de la vie ou s'il correspondait encore à cette image de chieur qu'il avait encore en tête. "Du muscle, ça? J'aurais dit du chocolat fondu perso' mais si tu le dis, je vais faire semblant de te croire." Il n'y avait pas d'animosité dans le ton qu'il utilisait. Non, à la place, c'était le sourire d'Ulysse qui régnait parce que c'était toujours agréable de retrouver un visage connu longtemps auparavant, surtout quand on rentrait d'un voyage aussi harassant que celui qu'il venait de vivre. "Retraité à notre âge? Bordel, on a pas vécu la même vie. Et tu comptes faire quoi maintenant que t'es ridé et en besoin d'un déambulateur? Surtout dans ce village hein... Honnêtement, ça a jamais été une grande distraction notre bled." Pourtant, ils y revenaient tous à un moment donné. Ils avaient certainement un brin de masochisme pour adorer Redwood Hills dans le Vermont. En attendant, ils en étaient au même point tous les deux, bien loin de leur image de coq d'antan. "Quelques mois ici et là, mais je suis revenu à chaque fois. J'ai ma famille ici... Enfin, tu le sais, t'as dû voir Robin, non? Je sais pas ce que tu lui voulais au lycée m'enfin." Ulysse n'avait pas tellement aimé cette collaboration mais ils étaient tous adultes désormais et puis, les choses changeaient, irrémédiablement.


©crack in time

_________________
Fall into the dark side.
Take me through the night, fall into the dark side. We don't need the light, we'll live on the dark side. I see it, let's feel it while we're still young and fearless, let go of the light.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

membre qu'on adore
Voir le profil de l'utilisateur
LITTLE TALKS : 320
PSEUDO : FAR AWAY
AVATAR : Toby Kebbell
CREDITS : odistole
ÂGE : 35

MessageSujet: Re: (ulm) We always find a way back home   Jeu 25 Oct - 12:38

we always find a way back home ft Ulysse Myers

L'animosité c'est comme la sympathie, ça se communique sans s'expliquer.

Lorsqu’Alistair repensait à sa vie d’adolescent il se trouvait réellement puéril. Cela avait été sa marque de fabrique, cette attitude désinvolte par laquelle tout le monde le connaissait mais en même temps il se rendait bien compte aujourd’hui que cela n’avait été qu’une façade pour que l’on ne voit pas à quel point il pouvait souffrir de ses relations avec son père. De toutes façons, c’était une évidence que lorsqu’une personne en fait des caisses de cette façon c’est souvent parce qu’elle a de gros besoins affectifs à combler, des problèmes qu’elle ne veut pas laisser voir. En fait, avec un peu de recul, Alistair se dit qu’Ulysse devait être exactement comme lui à l’époque. Pendant un bref instant, il se surprit à se demander ce qui pouvait être le déclencheur pour lui mais la soirée n’était pas de ce genre. Apparemment, l’un comme l’autre avait besoin de ranimer les petites rixes du passé. Ils étaient capables de le faire maintenant puisqu’ils savaient bien que c’était par simple amusement et peut être même une façon détournée de réellement s’intéresser à l’autre. « Confonds pas avec ce que tu vois tous les matins dans ton miroir Myers… ou alors faudra que je dise à ta femme d’arrêter de te bercer de douces illusions. » Il se mit à sourire parce qu’ils pouvaient continuer ainsi pendant toute la nuit si personne ne les arrêtait. En tout cas, cela aurait pu être le cas plus jeune mais peut être que cette fois il y aurait un sujet qui leur permettrait de se calmer et de prendre les choses au sérieux, pour de bon. « Et oui à la retraite. Je rentre de dix-sept années d’armée en fait. Et tu sais, on part souvent plus rapidement à la retraite. Histoire de préserver nos corps de rêve. » Il lui fit un clin d’œil, comme s’il était incapable de se montrer sérieux sur ce point. C<’était encore un sujet très sensible. Si cela n’avait tenu qu’à lui, si les choses s’étaient passées autrement alors il serait resté dans l’armée. Le fait est qu’il en était parti et qu’aujourd’hui il devait remettre un peu sa vie en question. « Tu sais, j’ai pas mal baladé avec l’armée et quand tu te poses c’est souvent chez toi qui te revient à l’esprit… Après, c’est pas dit que je reste pour toujours non plus. » C’était peut être une des rares fois où il avait légèrement ouvert son cœur. Il avait dit la vérité même si elle n’était pas forcément très claire mais en tout cas il avait répondu sans faire l’idiot. D’ailleurs, la conversation sembla prendre une tournure plus simple puisqu’ils en revinrent à ce qu’Ulysse avait fait à son tour. En revanche, lorsqu’ils parlèrent de Robin, il n’était pas sûr que le ton reste le même bien londtemps. « T’es parti pour quoi faire ? Vacances ? Et oui, j’ai croisé Robin, ça m’a fait bizarre, elle a changé et en même temps je l’ai reconnue tout de suite. » Il sourit en se rendant compte que même avec les années il y avait souvent peu de choses qui changeaient. « Tu nous joues le grand frère protecteur là ou quoi ? Genre t’approche pas de ma sœur. Si ça peut te rassurer, ça lui faisait du bien de te faire rager et moi ça me faisait rire. En plus, elle est sympa ta sœur. On avait pas mal de points communs et à l’évidence c’est encore le cas. » Après tout, ils sortaient tous les deux de l’armée donc forcément ils connaissaient des choses que d’autres ne pouvaient pas comprendre. « Mais t(inquiète, on est des adultes maintenant, promis si je m’intéresse à ta sœur ce sera pas juste pour te faire chier. » Il sourit avant de lever sa bouteille et d’en boire une nouvelle gorgée. Décidément le petit saligaud qu’il était ne se cachait pas bien loin.

©crack in time

_________________
On avale à pleine gorgée le mensonge qui nous flatte et l'on boit goutte à goutte une vérité amère. ▵ endlesslove.
patience is bitter but its fruit is sweet ▵
Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: (ulm) We always find a way back home   

Revenir en haut Aller en bas
 

(ulm) We always find a way back home

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» RAVEN&CLAY ∞ « It's time to go back home »
» Come Back Home ! [pv Morwen]
» Our way back home [Grace]
» [n°7] Back Home
» I'm Back Home... } Regina & Alexis

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
REDWOOD HILLS :: 
YOU'RE ENTERING REDWOOD HILLS
 :: Waterfall Avenue :: The Garnet
-
Sauter vers: