AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Merci de privilégier les nombreux scénarios, pré-liens et membres des familles lors de votre inscription !
N'hésitez pas à interpréter un membre de la secte !
Nous recherchons activement des parrains, n'hésitez pas

Partagez | 
 

 douce tempête ∞ ruthwin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

membre qu'on adore
Voir le profil de l'utilisateur
LITTLE TALKS : 753
PSEUDO : pearlizz ou jess.
AVATAR : elizabeth olsen.
CREDITS : sarasvati (avatar) &. crack in time (signature).
ÂGE : 33

MessageSujet: douce tempête ∞ ruthwin   Lun 3 Sep - 12:46


il y a des vérités qui ne peuvent être révélées qu'à la condition d'être découvertes
ruth whitaker & edwin stanhope
Assise sur le tabouret face à son chevalet, Ruth était en quête d’inspiration afin de combler cet ennuie qui l’habitait aujourd’hui. Elle n’avait pas spécialement envie de sortir, de voir du monde et pourtant, se retrouver toute seule, dans cet atelier, ne lui convenait pas non plus. Peindre aurait pu l’occuper, mais toutes les dernières toiles qu’elle avait pu tentées avait terminé de la même façon ; inachevées dans un coin de la pièce. Si les couleurs sombres ou les étendues d’eau emplissaient généralement ses peintures, le rouge avait fini par trouver une place prépondérante dans tout ce qu’elle pouvait faire. Même sans y réfléchir, en laissant simplement son pinceau glisser sur la toile, tout finissait toujours par la ramener à la Rose Lunaire. Depuis son retour de Greenwich, Ruth s’était d’autant plus repliée sur elle-même, ne sortant qu’en cas d’extrême nécessité. Elle n’avait plus revu Edwin et par-dessus tout, elle se refusait involontairement de mener l’enquête. Découvrir que la secte était la raison pour laquelle avait effectué des voyages secrets à Redwood Hills la rendait dingue. Elle ne parvenait pas à comprendre et à chaque fois qu’elle avait tenté de jeter un coup d’œil au carton qu’ils avaient ramené de Greenwich, elle s’était soudainement rappeler qu’elle avait autre chose à faire. Soupir. Ruth balança à travers la pièce le pinceau qu’elle tenait dans la main, faisant râler au passage, le vieux matou qui l’accompagne depuis quelques années déjà. Il lança un regard noir à sa maîtresse avant de se diriger royalement vers un coin de l’atelier pour aller s’installer sur un carton. Le carton. N’était-il pas temps pour elle de prendre son courage à deux mains afin d’affronter la réalité plutôt que de jouer les lâches en restant enfermée ici ? Peut-être bien… Un nouveau soupir. Ruth se leva de son siège pour aller récupérer le carton, écopant au passage d’un nouveau miaulement plaintif de la part de Lucifer. Elle le posa sur le plan de travail de la cuisine et plongea à nouveau dans ces souvenirs douloureux. C’était il y a quelques mois et pourtant, la jeune femme se rappelait comme si c’était hier de cette douloureuse sensation qui l’avait habitée lorsqu’elle avait découvert ce qu’il se cachait derrière une tapisserie de la chambre de sa sœur. Les mains dans le carton, elle en sorti d’abord les lettres qu’elle posa à côté du carton puis récupéra le cadre photo qu’il y avait au fond. Cette photo de famille en compagnie de la tante Cora devant la maison où la famille Whitaker avait passé quelques étés. Une maison dont elle avait un vague souvenir et devant laquelle elle avait déjà dû passer un bon nombre de fois depuis qu’elle s’était installée en ville sans avoir conscience de l’importance qu’elle pouvait avoir.

Ruth se passa une main dans les cheveux, jeta un coup d’œil autour d’elle puis après un nouveau soupir, démonta le cadre pour en récupérer uniquement la photo qu’elle glissa dans la poche de sa veste. Il ne lui restait plus à présent qu’à retrouver cette maison et tenter sa chance. Elle était certaine de ne pas y trouver Cora, ça aurait été beaucoup trop facile, mais ne fallait-il pas commencer quelque part ? La jeune femme déambula durant un moment dans les rues de Redwood Hills, son regard s’attardant par moment sur certaines façades jusqu’à finalement trouver celle qu’elle recherchait. Par acquis de conscience, elle sortie la vieille photo de sa poche, mais il n’y avait aucun doute à avoir, rien n’avait vraiment changé, si ce n’est peut-être la peinture des châssis, vieillie par le temps. Que convenait-il de faire à présent ? Frapper simplement à la porte tout en demandant si une certaine Cora vivait encore ici ? Quel prétexte pourrait-elle utiliser pour justifier cette visite ? Et que ferait-elle finalement si la fameuse tante vivait toujours bel et bien ici ? Qu’elle se retrouvait face à cette femme qui avait bouleversé la vie d’Hannah ? Il n’y avait qu’une seule façon de le savoir de toute façon… essayer. Elle n’était pas venue jusqu’ici, à rester planter pendant une bonne dizaine de minutes devant cette maison pour finalement faire demi-tour. Quoi que réfléchir avant d’agir n’était peut-être pas une mauvaise idée. Mais ce serait se mentir que d’imaginer que ce serait reculer pour mieux sauter. Il lui avait fallu des mois pour enfin prendre son courage à deux mains et retrouver cette maison. En faisant demi-tour maintenant, Ruth savait au fond d’elle-même qu’elle ne trouverait pas le courage de revenir de sitôt. Elle prit alors une grande inspiration et poussa le petit portail qui lui permettrait d’atteindre la porte d’entrée. Elle posa un pied sur la première marche lorsque le bruit caractéristique d’une porte qui s’ouvre se fit entendre. Ruth releva alors la tête, prête à se présenter, mais aucun son ne sorti de sa bouche lorsqu’elle reconnut la personne qui se trouvait face à elle. Lui. « Qu’est-ce que tu fiches ici ? » siffla-t-elle finalement sur un ton de reproche. Oui, qu’est-ce qu’il foutait dans cette maison ?! La réponse devait pourtant être simple. Lui, il avait eu le courage de venir plus tôt jusqu’ici. Et visiblement, il avait dû sympathiser avec le propriétaire des lieux. Et c’est ce qui agaçait probablement le plus Ruth. Elle était à la traîne, encore. Est-ce qu’il avait eu des informations sur Cora ? L’avait-il rencontrer ?
fin août 2018
⇜ code by bat'phanie ⇝

_________________
« lost »
There you are. In a darkened room. And you're all alone, looking out the window. Your heart is cold and lost the will to love. Like a broken arrow. Nobody wants to be lonely. Nobody wants to cry.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

fantôme égaré
Voir le profil de l'utilisateur
LITTLE TALKS : 1076
PSEUDO : caro, linoa
AVATAR : sam claflin
CREDITS : tearsflight (av) exordium (sign)
ÂGE : 34

MessageSujet: Re: douce tempête ∞ ruthwin   Jeu 6 Sep - 10:25


douce tempête
Ruth & Edwin
Cette maison. Edwin aurait peut-être dû s’en douter, mais jusqu’à découvrir la demeure sur le cliché découvert dans les affaires d’Hannah quand lui et Ruth se trouvaient dans le Connecticut, il n’aurait jamais pensé qu’il puisse y avoir le moindre lien entre la maison, Cora... et Hannah, donc, forcément. Tout était lié et il le découvrait maintenant, et toutes ces révélations lui avaient demandé de prendre du recul sur les choses, il avait ressenti le cruel besoin de s’éloigner de tout ça, s’éloigner de Ruth et de l’esprit d’Hannah, il avait besoin de faire le vide. Et son enquête avait repris, il avait ainsi appris que la tante d’Hannah avait vécu dans cette maison et, avec l’échange épistolaire entre Cora et sa nièce, il était presque évident que c’était sa tante qui avait initié Hannah à la Rose Lunaire. Sa tante qui avait certainement dû l’inciter à écrire tous ces mots sur le mur, l’inciter à plonger un peu trop dans la folie, car qu’est-ce que ce serait, sinon ? Edwin était persuadé qu’Hannah n’aurait pas pu basculer ainsi sans une aide d’une personne en qui elle avait une confiance aveugle, et cette personne était cette Cora. Hannah avait toujours été trop gentille, du genre à ne pas vouloir vexer, à aider de n’importe quelle façon qui soit, et Cora s’en était servie. Maintenant, il ne rêvait plus que de mettre la main sur cette femme pour lui demander des comptes, pour lui parler d’Hannah et peut-être même – de façon insidieuse, sans vraiment vouloir se l’avouer – se venger. Pourtant, il n’y avait pas d’idée de vengeance à avoir puisqu’Hannah avait perdu la vie dans un tragique accident, tout le monde le savait, la version officielle, mais maintenant qu’ils avaient découvert tout cela, Edwin se demandait ce qui restait encore à découvrir, si d’autres vérités ne risquaient pas d’éclater au grand jour. Pourtant, il devait se retenir, il devait se contrôler pour ne pas perdre pied à son tour. C’était peut-être ce qu’il redoutait le plus, à trop vouloir marcher dans les traces d’Hannah, il risquait de devenir fou, risquait de ne pas réussir à remonter, alors il devait avancer prudemment, sans perdre de vue son objectif.

Mais l’idée de retrouver Cora était devenue obsédante, il n’en dormait plus la nuit, il voulait la confronter, il voulait lui dire elle est morte ! Et vous, vous vivez encore. Où est la justice là-dedans, dites-moi ? il s’était imaginé la confrontation un nombre incalculable de fois mais, bien sûr, ça ne marcherait certainement pas ainsi. Ça ne marchait jamais comme on le souhaitait. En attendant, Edwin poursuivait sa vie et son étrange relation avec Maggie, une relation qu’il ne réussissait pas vraiment à définir mais il passait une grande partie de son temps chez elle, dans cette maison qui n’avait pas fini de révéler tous ses secrets et c’était aussi pour cette raison qu’il venait aussi souvent, il rêvait de mettre à jour d’autres souvenirs, de déceler le moindre indice qui lui permettrait de remonter la trace de Cora. Car, puisqu’elle ne vivait plus ici, où était-elle maintenant ? Mais il n’avait pas encore réussi à se retrouver seul dans la maison, pas suffisamment longtemps en tout cas pour enquêter sans éveiller les soupçons de Maggie et ce jour-là, alors que la jeune femme était encore à l’intérieur, il devait retourner chez lui pour récupérer quelques affaires, avant d’aller travailler. Tout un programme, mais heureusement, le quartier historique de Redwood Hills n’était pas très grand et il pourrait rentrer chez lui à pied. Néanmoins, alors qu’il sortait en toute hâte de la maison, il ne s’attendait pas à se retrouver nez à nez avec Ruth. Ruth, bon sang. Il se figea, abasourdi, tandis que la jeune femme se figeait elle aussi. Elle le devança et lui demanda ce qu’il faisait ici et Edwin, inquiet, jeta un coup d’œil par-dessus son épaule comme s’il redoutait que Maggie ne l’entende, ne sorte à son tour. Agacé de la croiser ici alors qu’il essayait de la fuir depuis un certain temps, il l’agrippa furieusement par le bras pour l’entraîner dans la direction opposée, vers la rue – l’emmener loin d’ici, loin de Maggie. « Ce ne sont pas tes oignons, à ce que je sache » pourtant, il devait le lui dire, il ne pouvait dissimuler plus longtemps ce qu’il savait, même si cela lui coûtait énormément. Ils avaient découvert le secret d’Hannah ensemble, ils devaient continuer ensemble. Une fois qu’ils furent plus loin sur le trottoir et plus dans le champ de vision de la vieille maison, il la lâcha. « Il se trouve que je sors avec l’occupante des lieux, depuis... depuis déjà un certain temps » il ne souriait pas, ne se délectait même pas de la situation alors que, quelques mois plus tôt, il aurait adoré la faire enrager un peu. Mais cette fois, il n’était plus dans cette optique-là, puisque ce qu’ils avaient découvert dépassait de loin leur petite guerre. « Mais non, il ne s’agit pas de Cora. Cora... Je ne sais pas où elle est. En tout cas elle n’habite plus ici depuis longtemps » il croisa le regard de Ruth et essaya de lire une quelconque émotion, mais il ne devait pas être doué pour cela, tant le tempérament de la jeune femme demeurait un mystère pour lui. Il avait ressenti le besoin de s’éloigner de toute cette histoire, mais il devait toutefois reconnaître que croiser un visage connu le soulageait. Même pas un visage ami, car on ne pouvait dire qu’ils étaient amis, mais ils étaient maintenant liés par cette affaire, ils étaient liés par le secret d’Hannah.
(c) DΛNDELION

_________________

Il n'y a que la mémoire qui soit belle. Le reste, c'est de la poussière et du vent.
- le club des incorrigibles optimistes
Revenir en haut Aller en bas
 

douce tempête ∞ ruthwin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Les dégâts d'une tempête [PV : Flamme Noire, Étoile de Lumière, Douce Caresse et Croc Sanglant]
» Quand le vent souffle, la tempête se déchaîne
» [BAL] Douce tromperie (PV Marie-Anne et Marine)
» Douce Missive... [Shaelyss]
» [TopikaMétéo] La tempête...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
REDWOOD HILLS :: 
YOU'RE ENTERING REDWOOD HILLS
 :: Waterfall Avenue :: lilac road
-
Sauter vers: