AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Merci de privilégier les nombreux scénarios, pré-liens et membres des familles lors de votre inscription !
N'hésitez pas à interpréter un membre de la secte !
Nous recherchons activement des parrains, n'hésitez pas

Partagez | 
 

 Take the long way home (PV)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

membre qu'on adore
Voir le profil de l'utilisateur
LITTLE TALKS : 642
PSEUDO : Red
AVATAR : Aaron Tveit
CREDITS : Aloa + tumblr
ÂGE : 35

MessageSujet: Take the long way home (PV)   Sam 8 Sep - 20:05

Conduire offrait pas mal de temps pour réfléchir, même si Burlington n'était qu'à une petite vingtaine de minutes du café. C'était vendredi et j'avais un rendez-vous avec un fournisseur en milieu d'avant-midi. J'aurais certainement pu envoyer un employé pour ce genre de transactions, mais je prenais plaisir à gérer moi-même la plupart des détails administratifs, ce que je n'avais jamais pu faire dans une grosse boite. À présent que le café comptait bon nombre d'employés expérimentés à qui je faisais suffisamment confiance pour faire rouler boutique, je pouvais me permettre de m'absenter et de me plonger complètement dans tout ce que comportait la gestion de l'établissement. Ce n'était cependant pas spécialement à ces nouvelles pâtisseries qu'on m'avait offert de goûter en toutes les variétés, que je pensais en sortant de mon rendez-vous, nouvel accord en poches pour le Snow Rose. Il n'était que onze heures et quart et le tribunal de Burlington se trouvait à un coin de rue d'où j'avais garé ma voiture. Cela faisait poindre en moi une vilaine curiosité parfaitement indomptable.

Je n'avais pas la moindre idée de ce que je trouverais à l'intérieur, mais j'entrais dans l'imposant bâtiment et parvenais quelques minutes plus tard à une grande salle d'audience publique où l'on me permettait d'entrer en me faisant signe d'être discret. Je m'installais tout à l'arrière, balayant du regard la salle. Je n'avais aucun mal à identifier la silhouette de la personne qui m'avait donné envie de venir. Des cheveux noirs de jais, le complet et la chemise, une cravate que je devinais sous l'ombre d'un sourire que je gardais pour moi. J'avais l'étrange sensation -exaltante et à la fois incommodante- de pénétrer son intimité, même s'il y avait des dizaine de personnes assises pour assister à l'audience. Je n'avais pas vraiment de raisons d'être ici. J'écoutais la plénière sans m'encombrer vraiment de la compréhension des détails de l'affaire qui se déroulait sous mes yeux. « Maitre Shelby ? » Je relevais les yeux vers la juge qui venait de prononcer ces mots, la curiosité à son comble. Je le voyais se lever et l'écoutais prononcer quelques mots... Son regard, au loin, croisait le mien. J'étais comme hypnotisé, mais je le voyais détourner les yeux et poursuivre. Il n'y avait rien au monde ni personne pour déstabiliser Gwenn-Aël, songeais-je avec une certaine fascination.

Son plaidoyer terminé, la juge annonçait l'ajournement de la séance jusqu'à lundi matin et le silence de la salle s'éclipsait pour faire place aux discussions à voix basse des gens qui sortaient de la salle. Je restais quant à moi assis, je savais qu'il m'avait aperçu et je le laissais récupérer ses affaires. Quelques instants plus tard, il s'arrêtait à ma hauteur. « J'étais dans le coin et curieux, je l'avoue. » Je lui souriais doucement, le détaillant quelques secondes. Redwood Hills, ou devrais-je dire Burlington, n'était pas l'Irlande. J'ignorais quelle place il restait pour cela. La vie continuait son cours, c'était obligé, cela sans m'accorder de réponses, mais j'étais inlassablement attiré par les questions que cela posait. Tout comme je l'étais momentanément à regarder son visage, ses traits, sa bouche... que je connaissais si bien déjà. Nous ne nous étions pas vus depuis le retour, même s'il m'avait appris en réponse à un SMS qu'il était sur une affaire importante à Burlington. « Tu avais quelque chose de prévu pour le déjeuner ? » Comme on dit, qui ne demande rien n'a rien et j'avais particulièrement envie de sa compagnie.


_________________
When I was young, it seemed that life was so wonderful
A miracle, oh it was beautiful, magical. But then they send me away to teach me how to be sensible, logical, responsible, practical. And they showed me a world where I could be so dependable, clinical, oh intellectual, cynical 
The Logical Song - Supertramp
(c) endlesslove
Revenir en haut Aller en bas

avatar

L'impitoyable
Voir le profil de l'utilisateur
LITTLE TALKS : 242
PSEUDO : Aloa
AVATAR : Andrew Scott ♥
CREDITS : Signature : anaëlle.
ÂGE : 41

MessageSujet: Re: Take the long way home (PV)   Sam 8 Sep - 23:32

Take the long way home.
Archibald & Gwenn-Aël.

Ces derniers temps, Gwenn-Aël avait beaucoup de travail. Il s'était officiellement lancé dans la défense en droit des mineurs et il bossait son sujet au maximum. On lui avait confié sa première affaire à son retour d'Irlande. Autant dire, il n'avait pas vraiment eu le temps pour récupérer et le retour à la réalité avait été un peu brutal pour lui. Son affaire concernait un adolescent de seize ans qui avait été récupérer dans la rue, sans famille, on l'avait placé en détention provisoire, accusé pour vol, son seul moyen de s'en sortir était de trouver un tuteur car Gwenn-Aël était présentement entrains de défendre sa cause pour faire sauter les heures d'intérêts générales que la partie adverse voulait lui imposer. Il était clair que cet adolescent était paumé et surtout abandonné par sa mère qui préférait boire plutôt que de s'occuper de lui. Elle avait d'ailleurs refusé de le reprendre chez elle, ce qui laissait peu de marge à Gwenn-Aël pour le sortir tout de suite de cette détention soi-disant provisoire. Justin comptait beaucoup sur son avocat, mais il comprendrait si cela finissait par une défaite, car il avait l'air de penser que sa vie était basée sur un échec permanent. Une chose que Gwenn-Aël ne pouvait absolument pas accepter.

Tournant son regard vers l'assemblée, son regard croisa brièvement celui d'Archibald qui semblait être assit au fond de la salle d’audience. Cela ne déconcentra pas Gwenn-Aël, bien au contraire, cela donnait encore plus de conviction au propos qu'il pouvait émettre durant sa plaidoirie. Le juge annonça la fin en donnant un délai à l'affaire, histoire que chaque partie réfléchisse et surtout pour que Gwenn-Aël puisse avancer de son coté, mais en attendant, Justin retournerait en détention et cela ne lui plaisait guère. Il resta quelques instants avec lui. Le but était de lui faire comprendre qu'il n'abandonnerait pas et surtout que c'était le dernier week-end qu'il passait dans cet endroit et que lundi matin, il passerait le voir avant la dernière plaidoirie qui servirait probablement de verdict à cette affaire. Gwenn-Aël laissa partir son jeune client, refermant son dossier qu'il inséra dans une mallette qu'il referma ensuite pour prendre le chemin de l'allée centrale menant à la sortie. Il s'arrêta bien évidement à la hauteur d'Archibald, un léger sourire sur les lèvres.

- Je ne savais pas que mon travail t'intriguait à ce point.


Où se demandait-il si c'était bien vrai ? S'il avait tant de travail qu'il le prétendait. Ça l'était et surtout, il ne lui fallait aucune distraction. Pas qu'il n'était pas capable de se concentrer autrement, mais il se laissait – à sa grande surprise- facilement aller avec Archibald.

- Non, vraiment rien de particulier. Tu m'invites ?

Gwenn-Aël l'invita ensuite à se relever car ils ne pouvaient pas rester éternellement dans la salle qui avait probablement un planning aussi chargeait que celui de Maître Shelby. En quittant la pièce, une jeune femme l'attendait à la porte, c'était son assistante. Il l'a présenta rapidement à Archibald avant de lui confier sa mallette qu'elle lui échangea contre son manteau, qu'il passa simplement autours de son bras n'ayant pas froid pour le moment. En sortant du tribunal, il se remit à parler.

- Ce sont les affaires qui t’amènent à Burlington ou tu venais simplement pour t'assurer que je ne traînais pas dans un autre café ?

Façon peut-être pas si subtile de la part de l'avocat pour essayer de savoir le pourquoi du comment Archibald se retrouvait ici, aujourd'hui. Quoi qu'il en soit, il en était ravi.
CODES c LITTLE WOLF.

_________________

« Ane Brun ~ All My Tears. »
It don't matter where you bury me, I'll be home and I'll be free. It don't matter anywhere I lay, all my tears be washed away.
ϟ
Revenir en haut Aller en bas

avatar

membre qu'on adore
Voir le profil de l'utilisateur
LITTLE TALKS : 642
PSEUDO : Red
AVATAR : Aaron Tveit
CREDITS : Aloa + tumblr
ÂGE : 35

MessageSujet: Re: Take the long way home (PV)   Mer 12 Sep - 19:14

Comment lui dire ? Que non seulement son travail m'intriguait, mais que j'aimais le voir en action. Il maitrisait son affaire, s'exprimait avec assurance... Il flamboyait au devant de cette cour ! On avait beau lui coller cette étiquette d'avocat véreux et lui d'en sembler parfois fier, ce n'était pas ce que je voyais. À mon avis, il tenait particulièrement à cette affaire. Mais bien sûr, je n'en disais rien. Cela n'aurait servi à rien de se perdre dans de plus longues explications. Et puis, c'était le mot d'ordre entre nous, pas vrai ? Se laisser porter par le courant et en profiter. J'avais déjà donné un petit coup de pouce au hasard en me risquant à venir jusqu'ici cet avant-midi. J'étais soulagé de ne pas être éconduit, car pour tout dire, je ne savais pas très bien comment gérer ça, ce flou entre nous qui se voulait léger. Je n'avais rien contre, mais j'avais déjà conscience qu'il valait mieux ne pas me plier à la moindre envie que j'avais de le voir. Cela m'arrivait trop souvent, mais comment faire autrement après ce weekend à l'étranger ? « C'était le plan, ouais. » Je quittais la salle d'audience à ses côtés, un sourire énigmatique sur le visage. Cette faiblesse finirait par avoir raison de moi et en avoir conscience ne limiterait en rien les éventuels dégâts.

« Archibald Stanhope. » Je serrais la main de son assistante, restant en retrait pour éviter d'envoyer des messages qui ne lui plairaient pas. Enfin, je ne savais pas s'il avait l'habitude de se balader comme ça sur les lieux de son travail avec des conquêtes ou pas - je ne voulais pas le savoir. Je préférais donc ne rien insinuer, pas même une amitié ou un rapport professionnel, ce n'était rien de ça non plus et je n'étais pas un très bon menteur. « Les affaires, oui. » Je souriais en coin. « On doit changer de fournisseur pour les pâtisseries. J'avais donc des décisions très importantes à prendre ce matin. » J'en riais parce que cela me plaisait vraiment. Ce n'était pas des questions de vie ou de mort certes, mais le café faisait ma fierté et je m'en occupais bien. C'était de loin plus agréable que les assurances. J'étais comblé professionnellement - qui l'eut cru ! - par le fait de devoir aller goûter et choisir un fournisseur de pâtisseries pour mon établissement.

Il insinuait que je le surveillais et je faisais un signe de la main dans le vide pour réfuter cette possibilité. « Tu ne dois rien au Snow Rose, tu es libre d'aller dans un autre café... Si tu trouves qu'ils sont aussi bien. » J'avais rigolé, mais j'évitais de le regarder malgré mon flegme habituel. Il était libre, j'étais libre. Où était le mal ? J'avais beau dire tout ce que je voulais, je n'étais pas fait pour ça. J'étais sans l'ombre d'un doute le type le plus monogame de l'univers, mais il n'avait pas besoin de le savoir. Je n'étais pas au bout de mes peines avec un tel esprit de contradiction et je refusais de saboter moi-même ce qui me plaisait dans cette liaison entre nous. « J'ai toujours envie de manger indien, j'ai parfois envie de conduire jusqu'au Connecticut pour ce petit resto où j'allais. Il parait qu'ils en ont un à Burlington, ça te tente ? » Le tribunal était bien situé et il était possible de se déplacer au centre-ville à pieds. « Tu vas bosser tout le weekend ? » Je ne savais pas trop où je voulais en venir avec cette question, après tout ce n'était pas comme si je pouvais l'inviter chez moi en ce moment. Entre mon voisin qui menaçait de piquer une crise et le fait que je ne vivais pas seul, ça faisait pas mal de choses que je devrais lui dire. Mais j'étais aussi curieux de savoir ce qui en était de cette affaire qui l'avait occupé sans relâche depuis le retour d'Irlande.


_________________
When I was young, it seemed that life was so wonderful
A miracle, oh it was beautiful, magical. But then they send me away to teach me how to be sensible, logical, responsible, practical. And they showed me a world where I could be so dependable, clinical, oh intellectual, cynical 
The Logical Song - Supertramp
(c) endlesslove
Revenir en haut Aller en bas

avatar

L'impitoyable
Voir le profil de l'utilisateur
LITTLE TALKS : 242
PSEUDO : Aloa
AVATAR : Andrew Scott ♥
CREDITS : Signature : anaëlle.
ÂGE : 41

MessageSujet: Re: Take the long way home (PV)   Ven 14 Sep - 23:46

Take the long way home.
Archibald & Gwenn-Aël.

Un sourire se dessina sur la bouche de Gwenn-Aël. Il n'était pas contre cette invitation surtout maintenant que sa plaidoirie avait eu lieu. Cet après-midi, il retournerait probablement à son bureau pour mettre une nouvelle stratégie en place, histoire d'être prêt pour lundi matin. C'était difficile de trouver un foyer d'accueil pour un adolescent de seize ans qui se retrouver en centre de détention pour mineurs après vol. De plus, Justin se baladait avec de la drogue, chose qui n'allait vraiment pas dans son sens, mais qui irait peut-être finalement dans celui de Gwenn-Aël. Comme toujours, un verdict pouvait être changer quelques secondes avant la fin d'un procès. Ils descendirent les immenses escaliers du tribunal lorsque Gwenn tourna le visage vers Archibald.

- Le rêve, manger des pâtisseries toute la matinée !


Il échappa un léger rire. Oui, c'était vraiment le rêve. En plus de ne pas être vraiment sportif, il aimait le sucre. Heureusement, il avait un bon transite, mais autant dire qu'il n'avait jamais eu la musculature d'un mannequin. Si cela avait pu le complexer lorsqu'il était jeune, c'était devenu le dernier de ses soucis désormais. Archibald lui fit ensuite part qu'il était libre d'aller dans le café qu'il souhaitait et Gwenn-Aël y voyait comme un double sens. Enfin, il n'allait probablement pas lancer de débat à ce sujet pour la bonne raison qu'il n'en avait pas envie. Il estimait faire les choses comme il l'entendait sans forcément avoir besoin de rendre des comptes à Archibald. Il était honnête et il savait pertinemment qu'il ne jouerait pas sur plusieurs tableaux puisqu'il l'avait tout simplement décider le soir où il avait été aborder pour la première fois le jeune homme dans ce bar.

- Va pour l'indien dans ce cas.


Le choix lui importait peu, si cela faisait plaisir à Archibald alors tant mieux. Il se laissa néanmoins guider dans la ville n'ayant pas le souvenir d'y être aller un jour. Gwenn se contentait souvent des grands classiques en terme de nourriture. Archibald mentionna sa ville natale et Gwenn tourna son visage une nouvelle fois vers lui afin de lui répondre.

- Tu me parleras un jour du Connecticut ? De ta vie là-bas.

Cela l'intéresser sincèrement d'en savoir un peu plus sur la vie d'Archibald. De savoir comment c'était de grandir dans une famille avec des règles de bourgeoisie. Peut-être aussi un peu sur des choses plus profondes, mais il évitait de poser trop de questions comme si elle était là, cette barrière de l'engagement qu'il n'avait pas le droit de franchir. Haussant brièvement les épaules, il reprit la parole.

- Une bonne partie, je pense. Je n'ai pas le droit à l'erreur lundi matin. Pourquoi ? Tu voulais qu'on parte visiter un autre pays ?

Gwenn-Aël était loin de se douter, de tout ce qui se tramer autours de lui. Pourtant, il aurait dû sans douter, quand tout va bien, tout va mal. L'ignorance était un sentiment horrible, mais au moins il vous conforte dans cette idée où tout va bien pour au moins encore quelques minutes.
CODES c LITTLE WOLF.

_________________

« Ane Brun ~ All My Tears. »
It don't matter where you bury me, I'll be home and I'll be free. It don't matter anywhere I lay, all my tears be washed away.
ϟ
Revenir en haut Aller en bas

avatar

membre qu'on adore
Voir le profil de l'utilisateur
LITTLE TALKS : 642
PSEUDO : Red
AVATAR : Aaron Tveit
CREDITS : Aloa + tumblr
ÂGE : 35

MessageSujet: Re: Take the long way home (PV)   Sam 15 Sep - 6:02

Je me souvenais bien qu'il m'avait proposé implicitement, lors de notre escapade, de lui faire découvrir d'autres choses sur mon compte comme il l'avait fait en m'amenant dans son pays natal et au défilé de la fierté. Ce n'était sans doute pas aussi évident comme ça, mais Gwenn-Aël avait droit à une part de moi que non seulement je ne destinais pas à un grand nombre de personnes, mais que je découvrais aussi avec lui. La plupart des éléments de ma vie avaient toujours été dans le plus grand ordre, car je n'étais pas de nature impulsive. Être ici à l'improviste, l'inviter à déjeuner... Cela signifiait déjà beaucoup à ma façon. « Je t'en offrirai la prochaine fois, l'avis d'un fidèle client m'importe. » Honnêtement, j'aurais voulu que cette parenthèse dure plus longtemps. Mais c'était comme les pâtisseries dont il parlait, et sans aucun doute plus encore parce que pour ma part je n'avais pas particulièrement la dent sucrée ; j'avais tout simplement envie d'en goûter davantage. Je n'étais pas rassasié et saurai-je l'être ? J'étais donc ravi de retrouver une conversation si facile avec lui. Impossible de nier l'attraction qu'il exerçait sur moi, mais ce n'était pas que ça. Je pouvais lui parler, j'avais ce sentiment criant de vérité chaque fois que nous échangions même avec des sujets légers.

Sur certains points, je préservais ma nature prévoyante et j'avais donc au préalable vérifié l'adresse du restaurant en question et la façon de s'y rendre. C'était donc naturellement que je nous y guidais et l'instant d'après, nous étions installés à une table d'un minuscule restaurant qui avait tout de même un indéniable cachet exotique. Je levais les yeux vers le brun. Je me serais contenté de moins que ça, je n'avais pas besoin d'un autre pays tous les weekends. « Dommage... » Ce n'était pas un crime d'avoir envie qu'il m'invite chez lui, pas vrai ? Je sentais qu'il me faudrait prendre mon mal en patience, mais je ne pouvais que respecter son ambition professionnelle et son engagement auprès de ses clients. Je laissais de côté cette légère déception pour rebondir sur ce qu'il avait dit juste avant. « Pourquoi attendre un jour ? » Ma vie à Greenwich n'avait rien de très inspirant, mais je me demandais franchement si en lui parlant, je n'en découvrirais pas des facettes insoupçonnées, comme l'était cette facilité que j'avais avec lui seul à me livrer au moment présent. « Tu sais déjà que j'ai deux frères, qui sont ici, un job qui fait en sorte que j'ai pas mal de cravates que je ne porte plus, une famille que tu détesterais... » Du reste, l'explosion de ma vie personnelle, puis professionnelle, c'était tout de suite moins glorieux et cela appartenait au passé. « J'ai possédé un bar avant d'acheter le café. » Pas surprenant quand on savait ma passion pour le bon alcool, mais davantage puisqu'un bar était un établissement moins bien vu par le genre de famille dans laquelle j'avais grandi. Présage de la suite pour moi, à leurs yeux, peut-être ? J'étais pourtant loin d'être débauché, mais je savais que c'était l'avis qu'auraient les Stanhope s'ils en venaient à avoir l'occasion de juger ce que je faisais à présent de mon quotidien, plusieurs aspects confondus. Je n'aimais pas tellement parler de moi -tout ça restait d'ailleurs à la surface- et j'avais bien plus d'intérêt à en apprendre sur lui, mais je me demandais surtout ce qu'il aurait voulu en apprendre.

« Qu'est-ce qui t'intéresse avec Greenwich ? » Ou le Connecticut. Ou ma vie d'avant, peut-être. Je souriais en coin. Un serveur s'approchait, nous saluait et nous servait deux verres d'eau. Je ne quittais pas Gwenn des yeux, ou rien qu'une seconde pour remercier le jeune homme. « C'est une grande ville, mais c'est plus anonyme. » Pas que la ville d'ailleurs, mais mon ancienne vie aussi. J'avais si longtemps eu comme désir premier d'atteindre des objectifs qui me semblaient aujourd'hui si futiles. « Tout le monde connait tout le monde à Redwood Hills... D'ailleurs, j'ai appris que mon voisin s'amusait à espionner qui sort de chez moi au petit matin. » Et contrairement à ce que Gwenn avait semblé pensé à plusieurs reprises depuis notre rencontre, j'y étais complètement indifférent. Cela ne me dérangeait pas que l'on présume de mon orientation ou que qui que ce soit ait connaissance de ses allées et venues chez moi. Le rire légèrement étouffé que j'avais me ramenait surtout à penser aux paroles de Nate, auxquelles j'avais choisi de n'accorder aucun crédit, ce pourquoi je n'avais pas embêté l'avocat avec ces idioties.


_________________
When I was young, it seemed that life was so wonderful
A miracle, oh it was beautiful, magical. But then they send me away to teach me how to be sensible, logical, responsible, practical. And they showed me a world where I could be so dependable, clinical, oh intellectual, cynical 
The Logical Song - Supertramp
(c) endlesslove
Revenir en haut Aller en bas

avatar

L'impitoyable
Voir le profil de l'utilisateur
LITTLE TALKS : 242
PSEUDO : Aloa
AVATAR : Andrew Scott ♥
CREDITS : Signature : anaëlle.
ÂGE : 41

MessageSujet: Re: Take the long way home (PV)   Dim 16 Sep - 18:33

Take the long way home.
Archibald & Gwenn-Aël.

Cette phrase ne tombait pas dans l'oreille d'un sourd. Archibald pouvait être sûr que Gwenn-Aël sauterait sur l'occasion pour lui reparler pâtisserie d'un moment à l'autre. Parler, pour Gwenn, c'était quelque chose de facile. Quelque chose qu'il avait appris et qu'il maîtrisait désormais. Il arrivait à manipuler, à se faire détester ou/et adorer et il était presque persuadé qu'il pourrait faire croire n'importe quoi, à n'importe qui. Néanmoins, avec Archibald, c'était différent. Il ne se posait pas vraiment de questions sur comment il devait parler ou sur quoi. Il était à la fois surpris et ravis d'arriver à s'entendre avec quelqu'un d'aussi différent de lui. Après tout, ils n'avaient pas du tout grandit dans le même contexte, leurs vies se trouvaient être parfaitement opposées où leur seul point commun évidant était l'argent qu'ils possédaient aujourd'hui.

- Sache que je m'en souviendrais.


Un sourire prit forme sur ses lèvres alors que son regard se tourna brièvement vers son interlocuteur. Archibald lui demanda s'il allait travailler tout le week-end et c'était fort probable même s'il comptait le faire de chez lui. Il ne se voyait pas passer tout le week-end à son bureau et en dehors de samedi où il irait sur le terrain pour son affaire, dimanche, il ne comptait pas quitter sa maison.

- Mais dimanche je travaille de chez moi, si tu veux passer avec tes pâtisseries.


Il haussa les épaules continuant de marcher. Loin de lui l'idée de le forcer et loin de lui l'idée de lui en vouloir si au final, il ne venait pas pour n'importe quel raison. Gwenn-Aël prenait vraiment les choses comme elles arrivaient. Il n'avait pas envie de commencer à se poser des questions sur le « pourquoi » il ferait telle ou telle chose. Archibald en vint à parler un peu de lui et la première réflexion que se fit Gwenn-Aël était de savoir si oui ou non, ses frères lui ressemblaient, à en croire sa dernière phrase, pas vraiment.

- Pourquoi je la détesterai ? Tu es venu ici rejoindre tes frères, non ? Ou tu parles exclusivement de la relation avec tes parents ?

Quelque part, Gwenn-Aël trouvait ça dommage que la relation entre Archibald et ses parents soit si compliquée, mais cela n'était dû qu'au fait que lui n'avait plus ses parents depuis bien trop longtemps. Il aurait donné n'importe quoi ne serait-ce que pour les voir encore une fois. Chaque famille avait décidément son lot de casseroles en tout genre. Il s'arrêta un bref instant se tournant vers Archibald.

- Un bar ?! J'aurais adoré y faire un tour.

L'idée d'un bar lui plaisait en général, mais tout dépendait de l'ambiance bien évidement. Il était presque sûr que celui d'Archibald devait être le genre de bar qu'il aimait fréquenter. Ils s'étaient installés à la table du petit restaurant en question.

- Tout. Je ne connais pas cette ville.

Il adressa un bref sourire au serveur en guise de remerciement pour le verre d'eau et son attention se reporta de nouveau sur Archibald qu'il laissa parler. Gwenn-Aël se doutait bien que l'endroit dont il parlait devait être bien plus grand que Redwood Hills ou même Burlington. Gwenn échappa un léger rire lorsque Archibald lui parla de son voisin pour la bonne raison qu'il avait lui-même une voisine qui l'espionner. Cependant, elle était âgée et un peu vieux jeu. Elle espérait sûrement que Gwenn finisse par se ranger en épousant une femme convenable. Au fond, elle était un peu comme une grand-mère, rien à voir avec le voisin d'Archibald dont il ignorait l'identité.

- Et comment s'appelle ce voisin ?

Puisque tout le monde se connaît à Redwood Hills, il y avait fort à parier que ce nom lui dirait un minimum quelque chose.
CODES c LITTLE WOLF.

_________________

« Ane Brun ~ All My Tears. »
It don't matter where you bury me, I'll be home and I'll be free. It don't matter anywhere I lay, all my tears be washed away.
ϟ
Revenir en haut Aller en bas

avatar

membre qu'on adore
Voir le profil de l'utilisateur
LITTLE TALKS : 642
PSEUDO : Red
AVATAR : Aaron Tveit
CREDITS : Aloa + tumblr
ÂGE : 35

MessageSujet: Re: Take the long way home (PV)   Dim 16 Sep - 21:14

J'étais persuadé que le sourire qui naissait sur mon visage ressemblait à celui d'un gosse. J'étais ravi qu'il me propose de venir et en le regardant, je cherchais à savoir s'il agissait pour me faire plaisir ou parce qu'il en avait autant envie que moi. Je voulais le savoir et tout à la fois, je me délectais du mystère. C'était quelque chose de complètement nouveau pour moi. « Serais-tu en train de m'utiliser pour mes pâtisseries ? » J'éclatais de rire sincèrement, pas sérieux dans mes accusations. À moins que ce ne soit autre chose, si la voie du coeur était celle de l'estomac, j'avais plusieurs cartes dans mon jeu. Si je croyais avoir compris avec certitude une seule chose à son sujet, c'était qu'il ne faisait rien dont il n'avait pas envie. En ce sens, je pouvais compter sur cela et c'était tout ce dont j'avais besoin en ce moment. J'étais ravi d'en être. « Il faudrait pour ça que tu me donnes ton adresse. » Ajoutais-je avec un nouveau sourire, décidant que nous pourrions conclure cela plus tard.

Le sujet était celui de ma famille et c'en était un complexe. En l'écoutant me questionner, je songeais au fait que j'avais glissé un mot à mes deux frères à propos de lui... Je m'étais sentis probablement aussi inconfortable face à eux que je l'étais devant lui à en parler et c'était simplement que ces mondes semblaient presque irréconciliables. « C'est une façon de parler et tu aimerais peut-être mes frères. » Pourtant, je reprenais le plus naturellement du monde. C'était facile, de lui parler. J'étais bien loin de détester Edwin et Henrik, ce n'était pas à eux que j'avais fait allusion de toute façon. « Je suis surtout venu pour partir de là, je ne pensais pas tomber amoureux du café. C'était que des affaires, après un bar pourquoi pas un café. » J'étais persuadé que cela se passait d'explications plus détaillées, il avait compris que c'était de mes parents dont je voulais parler. « Disons seulement qu'ils ne m'ont jamais pardonné d'avoir saboté mes fiançailles et je n'arrange rien en ayant quitté les assurances. » Un observateur externe aurait dit que c'était une façon gentleman, très Stanhope, de parler du fait que ma petite amie m'avait trompé à quelques mois du mariage. Je n'avais rien saboté du tout, si ce n'était que me respecter un peu dans cette histoire et décider de partir au bon moment. « C'est différent dans ma famille, la question n'est pas de savoir si quelqu'un est heureux, mais s'il a réussi. » J'espérais qu'il puisse le comprendre malgré tout, car il avait bâti sa vie sur sa réussite professionnelle en bout de ligne. En ce qui me concernait, j'empruntais une autre voie désormais. Je cherchais à être heureux aussi simplement que ça pouvait l'être.

Mon regard était ancré sur le sien lorsque la question se posait, au sujet de l'identité de mon voisin. Instinctivement, je détournais les yeux. J'étais quelque peu inconfortable sans arriver à déterminer vraiment pourquoi. Jusqu'ici, je n'avais pas abordé ce sujet avec lui parce que je n'avais pas eu l'impression d'en avoir besoin et plus ou moins par mégarde, plus ou moins par envie de le lui dire tout compte fait, cela venait enfin sur la table. J'étais un si piètre menteur et je savais trop bien dès l'instant où ses yeux sombres s'étaient posés sur moi qu'il saurait me lire et comprendre que je ne disais pas tout. Je le regardais à nouveau, cet air plus ou moins exaspéré, plus ou moins stoïque, qui était si naturelle chez moi lorsque j'étais mal à l'aise et refusais de me laisser abaisser par cela. « Nate. Je ne connais pas son nom de famille. » J'avais du mal à détourner les yeux des siens à présent, comme si malgré moi j'avais besoin de voir la moindre réaction qui le traverserait.


_________________
When I was young, it seemed that life was so wonderful
A miracle, oh it was beautiful, magical. But then they send me away to teach me how to be sensible, logical, responsible, practical. And they showed me a world where I could be so dependable, clinical, oh intellectual, cynical 
The Logical Song - Supertramp
(c) endlesslove
Revenir en haut Aller en bas

avatar

L'impitoyable
Voir le profil de l'utilisateur
LITTLE TALKS : 242
PSEUDO : Aloa
AVATAR : Andrew Scott ♥
CREDITS : Signature : anaëlle.
ÂGE : 41

MessageSujet: Re: Take the long way home (PV)   Mar 18 Sep - 21:08

Take the long way home.
Archibald & Gwenn-Aël.

En entendant Archibald, Gwenn ne pu s'empêcher de rire alors qu'il avait le regard rivait vers la table, il redressa ensuite la tête faisant une légère grimace avant d'ajouter.

- C'est si évidant que ça ? Non, mais vraiment si tu veux passer, tu peux. Avec ou sans pâtisseries. Je t'enverrais mon adresse par message.

Et il pouvait compter sur lui pour ne pas oublier. Même s'il avait souvent beaucoup de travail, Gwenn-Aël accordait du temps à sa vie personnelle, histoire de ne pas perdre pieds. Il sortait et profitait de la vie autant qu'il le pouvait, au cas où tout finirait par s'arrêter un jour. Après tout, il pouvait arriver n'importe quoi. Gwenn-Aël n'était pas forcément quelqu'un de pessimiste, mais pour lui, les optimistes vivaient dans une sorte d'utopie. Tout ça pour dire que si Archibald avait envie de venir le voir dimanche et bien Gwenn-Aël espérait qu'il le fasse sans se poser milles questions. Le sujet se centra un peu plus sur Archibald, ce qui allait tout à fait à l'avocat. C'était dans sa nature de vouloir en savoir plus sur la personne qu'il avait en face de lui, sans en dire trop sur sa propre personne en retour. Archibald parla de ses frères, ceux à quoi il répondit tout naturellement.

- S'ils sont un peu comme toi, alors peut-être que oui, je pourrais les apprécier.

Ce n'était pas un scoop, Gwenn-Aël Shelby était loin de s'entendre avec tous ses semblables, mais tout lui plaisait chez Archibald, du moins tout ce qu'il connaissait de lui pour l'instant. Alors peut-être que, ça collerait avec ses frères, qui sait ? Archibald continua son récit, ce qui finit par faire sourire Gwenn.

- C'est marrant, parce que lorsqu'on s'est vraiment parlé au bar pour la première fois et bien j'ai pensé que tu avais la tête d'un homme sur le point de se marier. Tu as vraiment saboté tes fiançailles ou il y avait plus riche ailleurs pour celle que tu devais épouser ?

Parce que dans ce genre de familles, la différence était souvent là. L'argent comptait plus que les sentiments et c'était vraiment déplorable. En tous les cas, il n'allait pas se plaindre d'avoir le meilleur parti du Connecticut rien que pour lui en ce moment même. Il fronça ensuite légèrement les sourcils en ajoutant.

- Tu as largement réussi. Ne laisse personne te laisser croire le contraire.

Le sujet suivant se voulait un peu plus sérieux. Gwenn-Aël n'avait pas tout de suite percuté, mais apparemment au vu de l'attitude d'Archibald, il y avait plus grave qu'un simple voisin observant un autre sans réelle arrière pensée. Son regard ne quittait pas le visage d'Archibald et lorsqu'il entendit le prénom de son voisin, il comprit tout de suite à qui il avait affaire. Tout de suite, cela paraissait plus logique que Nate n'est rien d'autre à faire qu'espionner Gwenn-Aël partout où il mettait un pied à Redwood Hills. A croire qu'il était complètement obsédé par sa personne contrairement à Gwenn qui ignorait jusqu'à aujourd'hui où ce dernier résider. Gardant un visage neutre, un bref sourire en coin fit son apparition avant qu'il se remette à parler.

- Et qu'est-ce qu'il t'a dit au juste ? Que j'étais un fou allié qui ne fallait pas fréquenter, j'imagine.

Honnêtement, il essayait de paraître calme, mais un l'intérieur il bouillonnait. Il avait ce sentiment que Nate avait été beaucoup trop loin cette fois et pour l'instant il ne savait pas de quoi il serait capable. Tout dépendait de ce que Archibald allait lui révéler.
CODES c LITTLE WOLF.

_________________

« Ane Brun ~ All My Tears. »
It don't matter where you bury me, I'll be home and I'll be free. It don't matter anywhere I lay, all my tears be washed away.
ϟ
Revenir en haut Aller en bas

avatar

membre qu'on adore
Voir le profil de l'utilisateur
LITTLE TALKS : 642
PSEUDO : Red
AVATAR : Aaron Tveit
CREDITS : Aloa + tumblr
ÂGE : 35

MessageSujet: Re: Take the long way home (PV)   Mer 19 Sep - 22:28

En lui parlant du Connecticut, j’avais l’impression de parler de quelqu’un d’autre. Comme d’une histoire que je connaissais trop bien sans plus y appartenir. Je ne croyais pas au destin ou aux rencontres inéluctables qui changent le cours de l’existence, mais j’avais en revanche compris que nous n’étions jamais le seul maitre des évènements. Ma vie toute entière s’était basée sur ces principes inculqués par ma famille, mon père surtout. Travaille dur, et tu en récolteras les fruits. Je valorisais toujours l’effort et le travail bien fait, mais il y avait aussi une multitude de facteurs, et de gens, pour vous orienter dans une voie ou une autre. Quelque part, j’avais compris en cours de route que je resterais cet homme dont je parlais si j’étais resté au Connecticut. Cela avait beau faire partie de moi ; le gout de la liberté, l’ouverture d’esprit, une flexibilité quant au sexe de mon partenaire... Aucune de ces facettes ne se serait développé là-bas et elles existaient pourtant déjà. Et cette femme, à défaut de devenir la mienne, avait contribué à ce changement chez moi.

« Pas trop, j’espère. » Je souriais en songeant qu’il était purement impensable de parler ainsi de mes frères, comme s’il y avait la moindre chance que l’un d’eux se laisse séduire par l’avocat s’il les appréciait un peu trop. Il n’y a pas si longtemps, je n’aurais jamais osé faire une telle allusion, même pour rire. C’était bien la preuve qu’il me déridait bien plus que je voulais l’admettre et pas seulement dans la chambre à coucher. La tête d’un homme sur le point de se marier ? J’ignorais ce que cela pouvait bien vouloir dire, mais il avait raison. J’avais pendant un certain voulu de ce genre de vie comme de bien d’autres choses. « Non, il n’était pas plus riche. » Il ne subsistait plus de rancune en moi, c’était le passé, malgré mon sourire sarcastique précédant la suite. « Mais elle est tombée enceinte avant le mariage et c’était pas de moi. » C’était la honte qui m’avait le plus tourmenté à l’époque, même si elle l’avait sans doute porté plus lourdement en définitive. Avais-je un jour été amoureux ? Il m’avait semblé que oui, mais je constatais aujourd’hui que ce n’était qu’un pâle amalgame de tous les éléments que j’avais cru vouloir et dont aucun ne m’attirait plus désormais. « Je ne regrette rien, cela dit. » jugeais-je bon de partager. Qui sait ? Je serais peut être aujourd’hui père de famille et heureux d’un mariage prospère si j’avais passé outre son infidélité pour miser sur l’avenir. J’étais devenu un autre homme parce que je ne l’avais pas fait et j’étais heureux... En partie grâce à lui, ces derniers temps, mais je gardais jalousement cette réflexion pour moi-même. Ça n'avait rien de raisonnable, mais je songeais à cet instant que j'aurais troquer cette vie parfaite à n'importe quel instant pour une seule nuit avec lui.

La conversation avait pris une toute autre direction suite à mon allusion à Nate. Je laissais naitre un soupir silencieux. Notre serveur revenait au bon moment, alors que j’avais très bien compris l’irritation derrière le faux sourire de Gwenn-Aël et sa question. J’attrapais la carte du restaurant et y plongeais mon regard quelques secondes. C’était futile parce que je n’y lisais rien, pour peu que je pouvais sentir son regard me transpercer. Je déposais donc la carte à plat sur la table entre nous. « Qu’importe ce qu’il a dit. » Peut-être, d’ailleurs, aurais-je préféré qu’il s’en fiche également... Je voyais bien à son regard inquisiteur qu’il voulait une réponse. Je n’avais pas envie de m’aventurer sur cette voie, mais il y avait comme entre nous ce pacte implicite de vérité depuis le début. Je ne voulais pas que cela change. « Il a parlé de la secte... Comme n’importe qui dans cette ville qui peut accuser n’importe qui qu’il ne peut pas voir en peinture, c’est une véritable paranoïa. » Mon ton était soudainement très contrôlé, sans doute un peu trop posé et rationnel tout d’un coup, alors que je me laissais beaucoup plus aller en sa compagnie depuis le début. N’est-ce pas, Gwenn ? Son silence m’inquiétait légèrement et j’essayais de comprendre comment je m’étais fourré dans cette situation à parler d’un sujet dont je n’avais pas envie de parler. C’était entre Nate et lui, je ne tenais pas à devenir juge des motifs de leur animosité mutuelle.

_________________
When I was young, it seemed that life was so wonderful
A miracle, oh it was beautiful, magical. But then they send me away to teach me how to be sensible, logical, responsible, practical. And they showed me a world where I could be so dependable, clinical, oh intellectual, cynical 
The Logical Song - Supertramp
(c) endlesslove
Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Take the long way home (PV)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Take the long way home (PV)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Croisé pékinois poil long 5/6 ans orphelin Béthune (62)
» Sujet a long terme: ork sauvage.
» Un combat long....très long !!
» La vie n'est qu'un long fleuve tranquille (ou pas)
» Quand la vie est un long fleuve tranquille.... (Libre)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
REDWOOD HILLS :: 
YOU'RE ENTERING REDWOOD HILLS
 :: travelling :: Burlington
-
Sauter vers: