AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Merci de privilégier les nombreux scénarios, pré-liens et membres des familles lors de votre inscription !
N'hésitez pas à interpréter un membre de la secte !
Nous recherchons activement des parrains, n'hésitez pas

Partagez | 
 

 I can’t show a ruined part of myself (archie)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Ruth Whitaker

membre qu'on adore
Voir le profil de l'utilisateur
LITTLE TALKS : 933
PSEUDO : pearlizz ou jess.
AVATAR : elizabeth olsen.
CREDITS : moonlight roses (avatar) &. excelsior (signature).
ÂGE : 34

MessageSujet: I can’t show a ruined part of myself (archie)   Jeu 18 Oct - 16:23


I can’t show a ruined part of myself
ruth whitaker & archibald stanhope
La journée avait été relativement paisible pour Ruth aujourd’hui, du moins autant qu’elle avait pu l’être pour l’esprit probablement trop tourmenté de la jeune femme. Tout ce qu’elle avait pu apprendre récemment ne cessait de tourner encore et encore dans sa tête sans qu’elle ne parvienne à comprendre pourquoi ou même comment. Des questions sans réponses qui commençaient doucement à la rendre folle. Elle avait finalement pris son courage à deux mains pour tenter de trouver la maison de la fameuse Cora, mais lorsque ce fut fait, elle s’était pour ainsi dire heurté à un mur. Elle était tombée sur un Edwin qui frôlait lui aussi la folie. Puis il avait fallu qu’elle reçoive ce message de la part de la Rose Lunaire, ajoutant une couche de questions à toutes celles qu’elle se posait déjà. Dans chacun de ses mouvements à l’extérieur, Ruth avait cette impression d’être observée. Paranoïa ? Probablement un peu… mais le message qu’elle avait reçu était assez clair. Il y avait quelqu’un dans cette ville qui connaissait son secret. Qui savait qu’elle avait appris pour Hannah, qui savait qu’elle était à la recherche de cette Cora… Quelqu’un qui la menaçait de subir le même sort que sa sœur. Une personne se jouait d’elle alors qu’elle était la seule au courant de tout cela. Avec Edwin, bien évidemment… puisqu’ils étaient ensemble lorsqu’ils avaient découvert tout cela. Mais alors quoi… pouvait-il être l’auteur anonyme de ce message qu’elle avait reçu ? Est-ce que cela pouvait-il être possible ? Ca lui paraissait tellement idiot et pourtant… aurait-il pu avoir décider de les rejoindre ? Elle regrettait presque de l’avoir contacté tout de suite après. Mais la réalité était qu’elle avait peur de tout ça, peur de ce qui pourrait arriver, peur de ce qu’elle pourrait encore découvrir. Devait-elle s’arrêter de vivre pour autant ? Non. Non, elle avait assez mis sa vie entre parenthèse, il fallait qu’elle continue d’avancer. D’enquêter, certes, mais elle ne pouvait tout simplement plus mettre sa vie sur pause. C’est dans cette optique que Ruth avait donc décidé de faire un crochet par le Snow Rose Cafe alors qu’elle était en ville pour quelques courses. Un café bien chaud ne lui remettrait certainement pas les idées en place, mais il lui permettrait assurément de se détendre.

Arrivé face à l’établissement, Ruth poussa la porte et observa un instant les lieux avant de repérer une place libre sur un tabouret au niveau du comptoir. Toutes les tables étaient occupées sans pour autant que ça soit la cohue dans le café. Il y avait une personne d’installer à une table avec un ordinateur portable et des papiers étendus devant lui, d’autres tables étaient occupées par quelques personnes. Il y avait bien une table de libre, là-bas, dans le coin, mais Ruth estima qu’étant seule, elle pouvait parfaitement boire son café en étant au comptoir avant de s’éclipser. Elle s’installa donc et patienta quelques secondes avant que la personne derrière le bar ne vienne lui prendre la commande. « Un grand café noir s’il vous plait. Pas de sucre, ni de lait. Et je vais prendre une part de tarte aussi. Merci. » Un vague sourire poli passa sur les lèvres de la blonde alors que le serveur se détournait d’elle pour préparer sa commande. Elle sortit ensuite son téléphone, fit glisser quelques pages pour finalement atterrir sur ses messages pour ouvrir ce fameux message anonyme qu’elle avait reçu.
octobre 2018
⇜ code by bat'phanie ⇝

_________________
can't pretend
☾ ☾ ☾ There you are. In a darkened room. And you're all alone, looking out the window. Your heart is cold and lost the will to love. Like a broken arrow. Nobody wants to be lonely. Nobody wants to cry.

:hert::
 
Revenir en haut Aller en bas

Archibald Stanhope

Everything in its right place
Voir le profil de l'utilisateur
LITTLE TALKS : 1555
PSEUDO : Red
AVATAR : Aaron Tveit
CREDITS : Aloa ♥ (avatar + gif)
ÂGE : 36

MessageSujet: Re: I can’t show a ruined part of myself (archie)   Sam 20 Oct - 3:18

Ce n'était pas l'automne qui ramenait cette vague de froid et de gris. C'était autre chose. Il se passait des évènements étranges à Redwood Hills, à moins que ce ne soit que ma propre vague à l'âme. Certains jours, je me laissais me perdre dans mes pensées et tenter d'élucider les multiples mystères qui s'y logeaient tels des parasites. D'autres, comme aujourd'hui, je tentais de garder la tête froide en me plongeant dans le boulot. Même lorsqu'il y avait une forte affluence au Snow Rose, les employés se débrouillaient bien suffisamment sans moi pour que je puisse rester dans mon bureau et m'occuper de comptabilité ou de fournisseurs. J'avais malgré tout aujourd'hui moins de boulot que je ne l'aurais voulu dans les circonstances et je prenais donc le temps d'aller me servir un thé derrière le comptoir. J'observais le liquide bouillant changer de couleur lentement... Derrière moi, l'un des serveurs s'occupait d'une cliente au comptoir et je tournais la tête dans leur direction sans vraiment m'intéresser à l'échange. Je la regardais d'abord sans la regarder, mais une impression s'installait dans mon esprit et mon regard s'accrochait à ses traits.

Je connaissais ce visage. Ses yeux, la façon dont les cheveux entourait son visage... Je fronçais légèrement les sourcils, trop insistant sans m'en rendre compte. Dans un instant de parfaite synchronicité, ou plutôt de mauvais timing, la jeune femme levait les yeux vers moi et nos regards se croisaient. Me laissant coupable de l'avoir ainsi dévisagée trop longuement. J'avais l'impression que cela ne lui faisait pas plaisir et pour tout dire, je pouvais comprendre. Je n'avais jamais ressenti une aura de paranoïa dans la ville, mais je commençais à comprendre ce que certains pouvaient ressentir. Même sans vouloir le prendre au sérieux, ça donnait froid dans le dos. Je repérais des yeux le serveur qui avait pris sa commande et le rejoignait pour lui demander la commande de la jeune femme et m'en charger moi-même.

Quelques instants plus tard et j'étais de retour devant elle, déposant sa tasse, une assiette et ma propre tasse de thé sur le comptoir. Je n'avais pas l'intention de l'importuner bien longtemps, mais pas non plus l'intention de perdre une cliente qui s'imaginerait que le café n'était pas un endroit de quiétude, qui plus est où les gens vous dévisagent allègrement. « Bonjour. » Ce n'était pas exactement comme ça que se présentaient aux clients les serveurs de l'établissement, mais c'était une conversation un peu plus personnelle que j'essayais d'amorcer. Elle me regardait à nouveau et je lui souriais avec bienveillance, question de chasser l'inconfort que j'avais peut-être fait naitre chez elle. « Votre café... Noir, sans sucre, sans lait. Et la part de tarte. » Je lui servais une fourchette et une serviette de table. « Navré de vous avoir dévisagée. Archibald Stanhope, propriétaire des lieux. Votre visage me rappelait quelqu'un. » Quelqu'un que je n'avais certes pas connu personnellement, si ce n'était des photos que j'avais pu en voir. Je n'avais jamais eu l'occasion de rencontrer en personne la défunte petite amie de mon cadet, mais il était difficile d'ignorer la ressemblance étonnante avec ce visage dont je me souvenais.

Spoiler:
 

_________________
When I was young, it seemed that life was so wonderful
A miracle, oh it was beautiful, magical. But then they send me away to teach me how to be sensible, logical, responsible, practical. And they showed me a world where I could be so dependable, clinical, oh intellectual, cynical
The Logical Song - Supertramp
(c) endlesslove


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Ruth Whitaker

membre qu'on adore
Voir le profil de l'utilisateur
LITTLE TALKS : 933
PSEUDO : pearlizz ou jess.
AVATAR : elizabeth olsen.
CREDITS : moonlight roses (avatar) &. excelsior (signature).
ÂGE : 34

MessageSujet: Re: I can’t show a ruined part of myself (archie)   Jeu 1 Nov - 20:56


I can’t show a ruined part of myself
ruth whitaker & archibald stanhope
En entrant dans le café, Ruth avait décidé de laisser ses soucis à la porte, du moins, c’est ce qu’elle s’était dit. Cependant, à peine avait-elle passer sa commande auprès du serveur que bien vite, tout en pianotant sur son téléphone, elle était retombée sur ce message anonyme, envoyé par la Rose Lunaire sans le moindre doute. L’idée que cela puisse être un petit plaisantin n’était même pas envisageable. Comment une personne lambda aurait-elle pu avoir connaissance de tout ça ? Cela lui semblait improbable. Soupir. Ruth verrouilla son téléphone et le posa sur le comptoir avant de relever la tête et jeter un coup d’œil au serveur qui avait pris sa commande. D’instinct, le regard de la blonde fut attiré par un autre jeune homme dans le comptoir. Un jeune homme qui l’observait lui aussi. Et vu sa réaction, il devait probablement l’observer depuis un petit temps puisqu’il détourna immédiatement le regard lorsqu’il comprit qu’il avait été pris sur le fait. Une sensation étrange s’empara alors de la blonde. Une sensation qu’elle n’appréciait pas. Nous savions tout d'elle, nous savons tout de toi maintenant. Elle était observée, cela ne faisait aucun doute, mais était-ce possible que cela se passe ainsi, comment ça, simplement ? S’agissait-il d’une seule personne, surveillant le moindre de ses faits et gestes ou de plusieurs personnes, récoltant un maximum d’informations pour ensuite rassembler le tout en un seul et même endroit ? Qu’importe. Le résultat restait le même au final et Ruth regrettait presque de ne pas s’être contentée de prendre un café à emporter plutôt que d’essayer de ce mêler au monde extérieur. Un nouveau soupir lui échappa, soupir par lequel elle espérait se débarrasser de cette aura de paranoïa qui semblait se déverser sur elle comme une douche froide. Et c’est ce moment précis que choisit le serveur pour venir lui apporter sa commande. Enfin le serveur… L’autre homme. Celui qui l’avait observé de loin. Elle se contenta de lui lancer un regard lorsqu’il la salua, sourire aux lèvres avant de déposer le café et la tarte devant elle. Un « merci » sur un ton plat passa la barrière de ses lèvres. Elle n’avait pas envie de paraître malpolie, mais au-delà de cela, elle n’avait pas envie non plus d’être dévisagée un peu plus ou elle ne savait pas trop quoi d’autre.

Mais rapidement, les explications tombèrent. Avant même que le jeune homme ne lui explique que son visage lui était familier, elle avait compris. Stanhope. Pourquoi n’avait-elle pas fait le rapprochement plus tôt ? Probablement parce qu’elle avait l’esprit un peu trop encombrer pour se souvenir qu’Edwin avait parlé de l’arriver de ses deux frères en ville et de l’acquisition du Snow Rose Cafe par l’aîné de la fratrie. « Ruth. » répondit-elle finalement, en tentant un maigre sourire poli et en ajustant la position de sa tasse de café face à elle. « Whitaker. Je… Je suis la sœur d’Hannah. » rajouta-t-elle, presque hésitant, sans vraiment savoir si c’était nécessaire de le préciser ou pas. Dans le fond, la jeune femme n’avait pas la moindre idée des rapports qu’Hannah avait pu entretenir avec sa belle-famille. Enfin pas vraiment. Elle avait conscience que les parents Stanhope avaient toujours beaucoup estimé sa sœur et qu’ils s’entendaient très bien. Pour ce qu’il en était des frères d’Edwin en revanche, elle n’en savait pas grand-chose. A vrai dire, que ce soit Archibald ou Henrik, elle n’en n’avait réellement entendu parlé que de par la bouche d’Edwin. Alors la précision du lien de parenté avec Hannah devait probablement être nécessaire. Elle doutait réellement que le jeune homme ait pu parlé d’elle à ses frères. Pourquoi l’aurait-il fait ? « Désolée, je vous avais pris pour… » un cinglé ? Un de ces malades ayant rejoint la Secte ? Elle secoua légèrement la tête. Inutile de mentionner tout ça. « Edwin m’avait dit que son frère avait repris le café, ça m’était sorti de la tête. » Un nouveau sourire se dessina sur les lèvres de la blonde, un peu plus franc et sincère cette fois.
octobre 2018
⇜ code by bat'phanie ⇝

_________________
can't pretend
☾ ☾ ☾ There you are. In a darkened room. And you're all alone, looking out the window. Your heart is cold and lost the will to love. Like a broken arrow. Nobody wants to be lonely. Nobody wants to cry.

:hert::
 
Revenir en haut Aller en bas

Archibald Stanhope

Everything in its right place
Voir le profil de l'utilisateur
LITTLE TALKS : 1555
PSEUDO : Red
AVATAR : Aaron Tveit
CREDITS : Aloa ♥ (avatar + gif)
ÂGE : 36

MessageSujet: Re: I can’t show a ruined part of myself (archie)   Mar 6 Nov - 3:30

La première réflexion qui me passait par la tête était : Ruth avait-elle l'habitude de se présenter ainsi en faisant mention d'Hannah ? Je n'étais pas certain de ce que cela éveillait chez moi, entre un inconfort léger ou bien une compassion lointaine. Je ne la connaissais pas, je n'avais pas vraiment connu Hannah non plus, mais je me doutais que partager les traits d'une femme disparue en des circonstances obscures ne devait pas être facile tous les jours. En ce qui me concernait, je me contenais de lui répondre par un nouveau sourire. J'étais surtout ravi de constater que la « tension » s'apaisait pour laisser place au début d'une conversation plus détendue. Ce n'était pas parce qu'elle se trouvait dans mon café qu'elle devait avoir forcément envie de discuter des heures avec le propriétaire des lieux ou avec quiconque, mais qu'elle se rassure au moins de savoir que je n'avais pas voulu l'espionner du coin de l'oeil. Elle, comme bien d'autres en ville, semblait sur le qui-vive. Certaines des paroles de mon frère me revenaient en tête; Edwin pensait qu'il fallait se méfier de tout le monde. Était-ce vraiment le cas ? Je croisais pas mal de gens tous les jours dans ces lieux et je ne portais pas spécialement attention à cela, si ce n'était que de mon souci d'offrir une agréable expérience à mes clients. J'étais bien évidemment loin de me douter que tout cela était sur le point de changer dans les prochains jours... Pour l'heure, je faisais la connaissance de Ruth Whitaker.

S'il n'y avait a priori rien pour nous rassembler, eh bien, il y avait tout de même Edwin. Puis, autre chose : « On ne croise pas tous les jours des compatriotes de Greenwich. » Je savais au moins cela à son sujet, ou plutôt au sujet d'Hannah. Je me passais la réflexion que cela aussi, devait être embêtant. La comparaison était inévitable, même si je n'avais pas d'éléments si concrets pour le faire. Je me concentrais donc sur le présent, et rebondissais sur ce qu'elle venait de dire elle-même. « En effet. Je suis flatté qu'il en ait parlé. » Mais pas particulièrement surpris. Si nous ne parlions pas forcément de la famille à toutes les conversations, il y avait toujours eu un lien particulier unissant les membres de la famille Stanhope les uns aux autres. C'était en quelque sorte de la fierté et je n'aurais pas non plus hésité à confier que j'étais en ville pour, entre autres choses, rejoindre mes deux frères. « Ed' nous a parlé de votre visite au Connecticut. » Et des recherches. Bien sûr, cela allait ensemble. Si l'on croisait Edwin Stanhope ces derniers temps, il était presque impossible qu'il ne soit pas affairé sur une piste concernant la secte.

Lorsque je croisais à nouveau le regard de la jeune femme, j'étais pris d'hésitation. Si le Connecticut nous liait effectivement, je n'étais pas persuadé que les recherches concernant la Rose Lunaire étaient un sujet léger à aborder comme ça, au beau milieu du café. Je prenais une gorgée de ma tasse et décidais de lui confier le fond de ma pensée, au moins une partie de celle-ci. « Ça ne me plait pas beaucoup. » Sonnais-je comme le grand frère protecteur que j'étais malgré moi ? Même si nous avions bientôt tous les trois, avec Edwin et Henrik, passé la trentaine ? Nous avions été séparés longtemps, on aurait presque dit que j'avais en la matière du temps à rattraper. « Ça le préoccupe beaucoup... » Trop, avais-je envie de dire. Je ne me mêlais jamais des affaires de mes frères, mais je commençais à pressentir que mon cadet s'aventurait sur une piste dangereuse. Le pire dans tout cela était qu'il ne semblait pas vraiment capable de le voir, et j'étais curieux d'entendre ce que pouvait penser sa complice de tout ça.


_________________
When I was young, it seemed that life was so wonderful
A miracle, oh it was beautiful, magical. But then they send me away to teach me how to be sensible, logical, responsible, practical. And they showed me a world where I could be so dependable, clinical, oh intellectual, cynical
The Logical Song - Supertramp
(c) endlesslove


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Ruth Whitaker

membre qu'on adore
Voir le profil de l'utilisateur
LITTLE TALKS : 933
PSEUDO : pearlizz ou jess.
AVATAR : elizabeth olsen.
CREDITS : moonlight roses (avatar) &. excelsior (signature).
ÂGE : 34

MessageSujet: Re: I can’t show a ruined part of myself (archie)   Jeu 22 Nov - 22:08


I can’t show a ruined part of myself
ruth whitaker & archibald stanhope
Archibald Stanhope. Pourquoi n’avait-elle pas fait le rapprochement plus tôt ? Probablement parce qu’il était plus facile de se laisser sombrer dans la paranoïa que de penser plus loin que le bout de son nez. Edwin lui avait pourtant dit que ses frères étaient tous les deux venus s’installer en ville eux aussi. Non pas qu’ils aient l’habitude de parler de tout et de rien, mais il avait bien fallu combler les longues heures qu’ils avaient passés ensemble sur la route jusque dans le Connecticut. Ruth se présenta alors à son tour. Parce qu’elle ne savait pas ce que le jeune homme pouvait savoir à son sujet, si Edwin lui avait seulement parlé d’elle… ce qui l’aurait fortement étonné au passage. Le propriétaire des lieux lui avait annoncé retrouver un visage familier, il était donc naturel selon elle de préciser qu’elle était la sœur d’Hannah, quand bien même elle détestait en arriver à cela. La sœur de… Elle ne l’était plus vraiment. Elle n’était plus que Ruth. Mais qu’importe. Un vague sourire passa sur ses lèvres lorsque le jeune homme souligna qu’il n’était pas courant de croiser des compatriotes de Greenwich dans le coin. « En effet… Et en même temps, j’imagine qu’il faut être un peu fou pour vouloir quitter une ville comme Greenwich et venir s’installer dans une petite bourgade comme Redwood Hills. » Fou. Cela devait être le mot juste. Oui, il devait y avoir une certaine part de folie en eux pour décider de venir s’installer ici avec la réputation que la ville pouvait avoir. De la folie ou une certaine envie de trouver quelque chose. Il y avait probablement un peu des deux dans le cas de Ruth, mais elle imaginait que pour Archibald, il s’agissait surtout d’une envie de renouer avec sa famille. La jeune femme porta sa tasse de café à ses lèvres lorsque le jeune homme reprit en annonçant qu’il était flatté que son frère ait parlé de lui. « J’imagine qu’il est heureux de vous avoir dans le coin. » souligna-t-elle simplement. Elle ne pouvait pas se permettre de parler au nom d’Edwin ou ne serait-ce qu’essayer de comprendre ce qui lui passait par la tête, mais dans un cas comme celui-ci, elle imaginait ne pas faire fausse route en prétendant cela. Les trois frères Stanhope dans la même ville. Ruth ne savait pas exactement la relation qu’ils entretenaient tous les trois, mais elle imaginait qu’Archibald et Henrik devaient être un soutient et un point de repère pour Edwin. Un peu comme Hannah l’avait été pour elle durant toutes ces années.

Ruth portait à nouveau sa tasse à ses lèvres lorsque le jeune homme de l’autre côté du comptoir aborda le voyage qu’elle avait fait avec son frère dans le Connecticut. Elle marqua un temps d’arrêt puis but finalement une gorgée malgré tout. Elle ne s’attendait pas à ce qu’un tel sujet puisse être mis sur le tapis. Tout comme elle ne s’était pas attendue au fait qu’Edwin ait pu parler à qui que ce soit de cette escapade. Avait-il tout dit à son frère, tout raconter dans le moindre détail ? Il aurait peut-être été malvenu de poser la question si au final, le jeune homme n’avait que mentionner un petit retour aux sources pour eux deux. Elle ne releva alors pas la remarque, se contentant d’un sourire poli avant qu’Archie n’enchaîne en annonçant que tout cela ne lui plaisait pas beaucoup. Inutile de poser davantage de questions. « Je peux comprendre. Mais je suppose qu’Edwin est assez grand pour savoir ce qu’il fait. » Il n’y avait pas un mot plus que l’autre, aucune teinte de reproche dans la voix de la jeune femme. Une constatation. Pure et simple. Oui, elle pouvait comprendre que cela ne plaise pas au grand frère que devait être Archibald. Après tout, qui serait heureux de voir un proche fouiller dans un tel merdier ? Mais d’un autre côté, pourquoi faudrait-il l’en empêcher. « Vous ne le seriez pas, vous, à sa place ? » demanda-t-elle alors, en réponse à ce que venait de dire le tenancier du café. « Si votre petite-amie avait disparu dans des circonstances étranges, vous n’auriez pas chercher à savoir un peu plus ? » A ses yeux, il avait été naturel de chercher à comprendre ce qu’il s’était passé ce soir-là. Si la noyade suite à une trop grande consommation d’alcool avait été le constat officiel, Edwin et Ruth avaient été sur place ce soir-là, ils avaient assisté impuissants à la scène. Hannah avait disparu sous l’eau. Le plus simplement du monde. Sans réellement chercher à se débattre. C’était normal de chercher à comprendre, non ?
octobre 2018
⇜ code by bat'phanie ⇝

_________________
can't pretend
☾ ☾ ☾ There you are. In a darkened room. And you're all alone, looking out the window. Your heart is cold and lost the will to love. Like a broken arrow. Nobody wants to be lonely. Nobody wants to cry.

:hert::
 
Revenir en haut Aller en bas

Archibald Stanhope

Everything in its right place
Voir le profil de l'utilisateur
LITTLE TALKS : 1555
PSEUDO : Red
AVATAR : Aaron Tveit
CREDITS : Aloa ♥ (avatar + gif)
ÂGE : 36

MessageSujet: Re: I can’t show a ruined part of myself (archie)   Lun 26 Nov - 1:17

Une étrange impression me prenait, alors que je faisais la connaissance de Ruth Whitaker. Pendant des années, j'avais eu le sentiment d'être plus proche de Edwin que de Henrik. La différence d'âge étant moindre entre nous, nous avions sans doute eu davantage d'occasions de partager des bouts de notre quotidien. Mais la vérité était que les frères Stanhope avaient toujours été à distance les uns des autres. Non par choix vraiment, mais en raison des circonstances de nos vies respectives. Ce qui se passait depuis que nous étions tous les trois réunis à Redwood Hills était encore inédit. Il était beaucoup plus facile d'être informé des développements dans nos vies respectives, mais la jeune femme me donnait malgré tout l'impression de plonger dans tout un pan de l'intimité de mon frère sans en avoir reçu l'autorisation. Sous l'effet de cette pensée silencieuse, fort heureusement pour moi privée, je lui souriais doucement. Comme nous venions de le souligner, nous avions tout de même un point commun tous les deux étant donné nos origines. Ruth avait bien raison, il était surprenant de nous retrouver dans cette toute petite ville du Vermont, mais la vie était souvent surprenante, avais-je réalisé ces derniers temps. Ma propre vie avait pris des sentiers que je n'aurais jamais soupçonné possibles et cela, au fond, pour le mieux.

Je me surprenais à penser que j'espérais qu'elle ait raison. Qu'Edwin soit heureux de ma présence près de lui. Pourquoi ne le serait-il pas ? Je n'étais pas vraiment venu m'installer ici avec l'intention de jouer le grand frère protecteur, mais puisque j'y étais, j'espérais être à la hauteur pour entretenir des liens plus forts que nous l'avions fait auparavant. « En tout cas, moi je le suis. » Les choses se passaient plutôt bien pour les Stanhope, comme si libérés du carcan familial, nous étions en mesure d'aller plus loin dans nos relations les uns avec les autres. Je ne m'étais certainement pas douté que j'avais mis le pied sur un terrain glissant en confiant à la jeune femme que je n'aimais pas beaucoup voir Edwin mener son enquête sur la secte. Je le comprenais bien à la façon dont elle me rétorquait. Sans perdre mon sourire, j'acquiesçais d'un air songeur. « J'imagine que c'est la même chose pour une soeur. » Me risquais-je à répondre. Je portais mon regard bleu et bienveillant sur elle, même si l'étincelle de curiosité ne s'était pas envolée. À ma façon, j'essayais de lui présenter non pas des excuses, mais l'aveu de mon manque de délicatesse. Je n'avais pas vraiment réalisé qu'elle partageait le même fardeau que mon frère, même si cela apparaissait plus qu'évident à présent. S'il avait perdu sa petite amie, Ruth avait perdu sa soeur jumelle... J'osais à peine imaginé la brisure que l'on pouvait ressentir face à cela.

« Je n'ai pas la moindre idée de la façon dont je réagirais, je suppose que personne ne le sait avant d'être touché par un tragédie comme celle-ci. » Reprenais-je plus doucement. Évidemment, je n'avais pas de mal à croire que si Henrik ou Edwin était touché par un évènement comme celui-ci, j'aurais voulu comprendre. Mon inquiétude ne provenait pas de ce seul fait. « Navré, c'était... indélicat de ma part. » Je laissais mon regard s'égarer quelques secondes sur d'autres clients qui allaient et venaient, pris en charge par une de mes employés. « Il m'arrive d'avoir l'impression que cela le change. Je veux dire, bien sûr que cela l'a changé... Mais que cette volonté de découvrir la vérité le pousse à devenir quelqu'un d'autre. Tu vois ce que je veux dire ? » J'avais naturellement commencé à la tutoyer. Elle n'était plus une simple cliente, elle était quelqu'un de très important dans la vie de mon frère. Je ne voyais pas l'utilité de préserver des formalités qui ne revêtaient pas beaucoup de sens, sauf pour nos parents. « Il y a longtemps que vous vous connaissez avec Edwin ? » Peut-être ne le connaissait-elle pas suffisamment pour pouvoir voir cette différence dont je parlais. Ces prises de risques téméraires, qui me semblaient animer Edwin et qui n'étaient pourtant pas vraiment sa personnalité comme je l'avais connue. Sa relation avec Maggie Campbell... Ou peut-être, au fond, était-ce moi qui ne connaissais pas mon frère aussi bien que je me plaisais à le croire. Cette conversation avait pris une tournure soudainement très personnelle, autant pour elle que pour moi.


_________________
When I was young, it seemed that life was so wonderful
A miracle, oh it was beautiful, magical. But then they send me away to teach me how to be sensible, logical, responsible, practical. And they showed me a world where I could be so dependable, clinical, oh intellectual, cynical
The Logical Song - Supertramp
(c) endlesslove


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Ruth Whitaker

membre qu'on adore
Voir le profil de l'utilisateur
LITTLE TALKS : 933
PSEUDO : pearlizz ou jess.
AVATAR : elizabeth olsen.
CREDITS : moonlight roses (avatar) &. excelsior (signature).
ÂGE : 34

MessageSujet: Re: I can’t show a ruined part of myself (archie)   Jeu 10 Jan - 12:32


I can’t show a ruined part of myself
ruth whitaker & archibald stanhope
Un sourire passa sur les lèvres délicates de Ruth lorsque son interlocuteur laissa entendre que quoi qu’il puisse en être du côté d’Edwin, lui était heureux de pouvoir être auprès de son frère. Il aurait été présomptueux de la part de la jeune femme d’affirmer que c’était bel et bien le cas d’Edwin puisque dans le fond, ils n’étaient que de vieux amis, errant avec le même fardeau aujourd’hui, mais elle savait que la famille était importante aux yeux du jeune homme et il parlait assez de ses frères pour qu’elle puisse se douter qu’il était réellement heureux de les avoir auprès de lui. Enfin qu’importe, les politesses et banalités échangées, l’aîné Stanhope sembla vouloir aborder un sujet plus délicat. Un sujet auquel la jeune femme ne s’était pas préparée. Parler d’Hannah n’était pas un tabou pour elle. Cependant, aborder ce qu’il s’était passé et toute l’enquête qui en découlait lui semblait être plus privé. Un jardin secret qu’elle partageait avec Edwin. Jardin secret qu’il avait lui-même partagé avec ses proches, de toute évidence. Et comme le grand frère qu’il était, Archibald fit savoir que toute cette enquête ne lui plaisait pas beaucoup. C’était dans la logique des choses s’il était au courant de tout ce qu’ils remuaient afin d’avoir le fin mot de l’histoire. La secte fascinait nombre de personnes dans le coin, elle en effrayait d’autres, mais tous pouvaient s’accorder sur le fait qu’ils avaient des yeux partout et il ne fallait pas être très futé pour savoir qu’il pourrait arriver des bricoles aux personnes allant totalement à l’encontre de ce qu’ils souhaitaient. Cependant, si le jeune homme s’inquiétait pour son frère, elle n’était certainement pas la personne la mieux placée pour le faire ralentir quant à son enquête. Bien au contraire. « C’est exact. » conclut-elle lorsque le tenancier des lieux reprit en avouant qu’elle devait être dans la même situation. Si de son côté, Ruth n’avait pas perdu de petite-amie ce soir-là, elle avait perdu une sœur, sa jumelle, une partie d’elle. Un léger sourire reprit malgré tout place sur le visage de la jeune femme, signifiant par ce simple geste qu’elle ne lui tenait pas réellement rigueur de ce manque de tact. Si les rôles avaient été inversés, elle aurait probablement agi de la sorte elle aussi.

Mais les rôles n’étaient pas inversés, et Archibald reprit la parole. De son côté, la jeune femme se contenta de prendre une bouchée de la tarte qu’elle avait commandée – un délice soit dit en passant – tout en écoutant avec attention le grand brun. On a beau tenter d’imaginer, on ne sait jamais comment l’on réagirait face à un drame, mais c’est le propre de l’homme que d’essayer malgré tout. « Il n'y a pas de mal. » répondit-elle sincèrement tout en haussant légèrement les épaules. Elle n’allait pas lui tenir rigueur de cette indélicatesse. Protéger les siens est dans l’ordre des choses et elle n’allait pas en vouloir au jeune homme d’avoir oublié quelle était sa position dans toute cette histoire. Après quoi, Archibald se lança dans de nouvelles explications concernant son jeune frère et les changements qui avaient opérés chez lui avec toute cette histoire. Avalant une gorgée de café, Ruth ne détacha pas son regard du jeune homme avant de hausser une fois de plus les épaules. « Il n’a pas simplement perdu une personne qui lui était chère, il ne traverse pas un simple deuil, c’est… Il a appris qu’une partie de sa vie n’était basée que sur des mensonges, qu’une personne en qui il avait pleinement confiance l’a mené en bateau pendant tout ce temps. Vouloir comprendre, connaître la vérité… ça finit par devenir obsessionnel et on finit par emprunter des chemins auxquels on n’aurait pas initialement pensé. » Voilà qu’elle prenait doucement la défense d’Edwin face à son frère. Le monde s’était-il mis à tourner à l’envers ou était-elle simplement tombée sur la tête avant d’arriver dans ce café ? Enfin, prenait-elle seulement la défense du jeune homme ? Elle énonçait surtout les faits et si elle ne cautionnait pas forcément tous ses agissements, elle pouvait au moins essayer de comprendre. « On faisait partie de la même bande au lycée. Envers et contre tous. » souffla-t-elle, sourire nostalgique aux lèvres tout en laissant même échapper un léger rire. C’était une belle époque, l’époque où ils pouvaient tous compter l’un sur l’autre, l’époque de s’insouciance avant le drame. « Puis on a tous pris des chemins différents, on s’est perdu de vue jusqu’à ce qu’il ne commence à sortir avec Hannah. » Déjà au lycée, ils se tournaient autour, sans que rien ne se passe… il avait fallu attendre quelques années pour que ce qui était évident aux yeux de tous à l’époque ne le devienne pour eux aussi. Prenant quelques secondes pour avaler un nouveau morceau de tarte, Ruth releva la tête afin de capter le regard de son interlocuteur. « Je comprends que tu t’inquiètes et que tu puisses ne pas cautionner toute cette histoire, mais honnêtement, ça m’étonnerait qu’on puisse le détourner de son but de quelque façon qui soit… Et quand bien même, je ne pourrais pas t’être une bonne alliée si tu comptes sur moi pour lui demander d’arrêter tout ça. » Un nouveau sourire. Posé au coin de ses lèvres cette fois. Non, elle ne pourrait pas demander à Edwin de stopper ses recherches pour reprendre une vie plus sereine. Elle avait besoin de lui et ils avaient découvert bien trop de choses que pour faire marche arrière aujourd’hui.
octobre 2018
⇜ code by bat'phanie ⇝

_________________
can't pretend
☾ ☾ ☾ There you are. In a darkened room. And you're all alone, looking out the window. Your heart is cold and lost the will to love. Like a broken arrow. Nobody wants to be lonely. Nobody wants to cry.

:hert::
 
Revenir en haut Aller en bas

Archibald Stanhope

Everything in its right place
Voir le profil de l'utilisateur
LITTLE TALKS : 1555
PSEUDO : Red
AVATAR : Aaron Tveit
CREDITS : Aloa ♥ (avatar + gif)
ÂGE : 36

MessageSujet: Re: I can’t show a ruined part of myself (archie)   Mar 15 Jan - 22:00

Évidemment, je ne pouvais m'empêcher de remarquer le lien étrange qui unissait Ruth et Edwin. Étrange... Le mot était sans doute un peu fort, car ils partageait une peine qui dépassait sans nul doute la compréhension que je, ou n'importe qui d'autre, pouvait en avoir. Même s'ils n'avaient pas gardé contact tous les deux, ils étaient unis à jamais. À moi, ça me laissait aussi une drôle d'impression parce que je n'avais jamais rencontré en personne la défunte petite amie de mon frère et que j'avais tout de même la sensation de l'avoir devant moi sous les traits de sa soeur jumelle. Je n'étais assurément pas la première personne confrontée à l'étrangeté de la chose et je songeais que Ruth elle-même devait en avoir marre des comparaisons. Je lui souriais de ce même air bienveillant qui avait peint mon visage à plus d'une reprise depuis le début de l'étrange. Difficile d'imaginer la vie avec un frère partageant les mêmes traits. Avec Edwin et Henrik, nous avions tout de même vécu les difficultés propres à toute fratrie dont chacun des membres se devait de trouver sa place, tant dans la vie qu'aux yeux du reste de la famille. C'était donc une autre chose que je ne pouvais pas tout à fait comprendre, ce qui me forçait à une certaine humilité.

Parce que la jeune femme face à moi était en train de m'apprendre plus clairement que jamais ce que mon propre frère vivait. Je ne lui en tenais pas rigueur de me servir l'explication, parce que mon frère lui-même ne s'ouvrait pas à ce point sur ce qu'il pouvait ressentir. Non, mais je me rendais compte que malgré tous les efforts que je pouvais avoir fait ces derniers temps pour me rapprocher de lui, il y avait bien des choses qui m'échappaient complètement encore. Toujours ce même sourire, je me raclais doucement la gorge. « Oui, je comprends. » Autant que je le pouvais. C'est-à-dire, pas comme il l'aurait fallu. Je lui étais reconnaissant de laisser la discussion dévier vers quelque chose d'un peu moins sensible. Devant les souvenirs qu'elle évoquait de leurs années de lycée, mon sourire était probablement plus détendu. Mes propres souvenirs de cette époque étaient assez limités et rien de bien marquant n'en était ressorti. Malgré tout, je pouvais m'identifier à ce qu'elle relatait en conclusion. Trop souvent, la vie faisait en sorte de séparer des chemins. Cela apportait du positif comme du négatif, mais écouter la jeune femme me ramenait à nouveau à me demander quelle était la nature très exacte du lien qui l'unissait à Edwin. Elle l'avait pourtant dit, ils étaient dans la même bande au lycée et ce qui concernait Hannah n'était plus à raconter. Tout de même, j'avais la sensation que c'était plus. Plus personnel encore. Je n'avais toutefois aucune intention de la questionner à ce sujet.

« En fait, c'est tout l'inverse. » Lui répondais-je, alors que je sentais bien le message qu'elle voulait me passer. Je haussais légèrement les épaules. « Quoi qu'on y fasse, on n'est là que pour l'accompagner, on ne vit pas la même chose. » « On », sa famille. Ses amis. Sa petite amie. Tous ceux qui se souciaient d'Edwin, moi le premier. « Ce que j'espère, c'est bien davantage que tu puisses être là pour lui. Je suis certain que c'est un peu moins lourd, à deux. Et comme ça, vous prenez soin l'un de l'autre ? » Je n'irais pas jusqu'à lui demander de faire quelque chose en particulier pour moi, non. Ruth était assez grande, tout comme l'était Edwin, pour décider de ses actions. Mais je tenais à ce que la jeune femme sache que je ne cherchais pas à mettre un terme aux recherches que menaient mon frère même si celles-ci attisaient inévitablement ma curiosité. Je souhaitais le savoir entre de bonnes mains et elle, Ruth, pouvait jouer un rôle que nul d'entre nous ne pouvait jouer. Les choses étaient fort probablement plus compliquées que ce que je venais de résumer, mais l'idée y était.


_________________
When I was young, it seemed that life was so wonderful
A miracle, oh it was beautiful, magical. But then they send me away to teach me how to be sensible, logical, responsible, practical. And they showed me a world where I could be so dependable, clinical, oh intellectual, cynical
The Logical Song - Supertramp
(c) endlesslove


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: I can’t show a ruined part of myself (archie)   

Revenir en haut Aller en bas
 

I can’t show a ruined part of myself (archie)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Baby ! Show me what you got ! ft Mathew part.2
» WWE TLC - 13 décembre 2009 (Résultats)
» Retro Taco Show.
» Armée démon best of show peinture Throne Of Skulls
» Patrimoine de Coupvray: Part de Brie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
REDWOOD HILLS :: 
YOU'RE ENTERING REDWOOD HILLS
 :: Midtown :: snow rose cafe
-
Sauter vers: