AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Merci de privilégier les nombreux scénarios, pré-liens et membres des familles lors de votre inscription !
N'hésitez pas à interpréter un membre de la secte !
Nous recherchons activement des parrains, n'hésitez pas
N'oubliez pas d'aller vous recenser

Partagez | 
 

 so much to know about each other

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

HERE COMES TROUBLE
Voir le profil de l'utilisateur
LITTLE TALKS : 320
PSEUDO : Angie
AVATAR : Jack O'Connell
CREDITS : carnavage (avatar)
ÂGE : 27

MessageSujet: so much to know about each other   Ven 26 Oct - 19:15

Si Oscar n'a pas mieux à faire ? Mais quoi exactement, faire la larve dans son canapé après une dure journée de labeur ? Très peu pour lui ! Sa bière du soir, il préfère la trouver dans un bar pour mieux donner un prétexte à sa présence là où de potentielles distractions peuvent se trouver, et ce n'est certainement pas ce qui l'attend chez lui. Par contre, dans le bar du coin, peut-être qu'il pourrait espérer y trouver une plaisante compagnie, même à cette heure-ci dans une ville aussi paumée que Redwood Hills. Et en la matière, il faut croire qu'il a vu juste ou qu'il est chanceux, lorsqu'après avoir fait son entrée il repère aussitôt une silhouette familière – quand bien même nouvelle venue en ville – installée au comptoir. Sans perdre de temps, voici alors qu'une exclamation se fait déjà entendre en guise de salutations, en même temps qu'une main interpelle brièvement l'épaule de Tom une fois à sa hauteur.
- Eh bien, quel spectacle désolant on offre là ! Toi aussi t'es venu te changer les idées au fond d'un verre ? Et bien sûr, Oscar ne prend pas le temps de demander si le tabouret à côté du sien est libre (et donc a fortiori s'il veut bien de sa compagnie) pour plutôt d'ores et déjà y asseoir son postérieur, tout en faisant signe au barman de lui apporter la même chose que son compagnon de comptoir. Mais ne sont-ils pas amis justement, lui et ce compagnon ? Ou tout du moins de bonnes connaissances, et les connaissances se passent certainement de ce genre de formalité-là, non ? Et puis même si cela n'était pas le cas, le facteur n'aurait aucun scrupule à s'en affranchir bien volontiers de toute façon, tout comme présentement il n'attend pas d'entendre le véritable sentiment de son voisin pour déjà échapper un nouveau commentaire. Ah on a beau dire, c'est quand même chouette d'être en couple passé un certain âge, ça permet toujours d'avoir quelqu'un qui nous attend à la maison. Seulement n'a-t-il pas justement quelqu'un qui l'attend à la maison, lui, en la personne de sa fille ? Même si en l'occurrence, celle-ci dort paisiblement plus qu'elle ne l'attend à cette heure-ci, et pas chez lui pour cette nuit puisque ses parents sont de garde ce soir. Mais qu'importe toutes ces subtilités, dès lors que cette remarque s'adresse surtout à son camarade esseulé, qui, de ce qu'a pu en apprendre le lascar, pouvait il n'y a pas si longtemps encore envisager des lendemains en famille avec un enfant... qui ne viendra plus. Ou en tout cas, plus de sa chère Lilly qui, pendant que ces deux gars-là s'accoudent à un comptoir, doit probablement tailler la barbe à son nouveau mari (ou connaissant le phénomène, plutôt le faire tourner dingo). Non pas que c'est là, contrairement à ce qu'il a pu dire, une alternative que l'énergumène Kidd peut envier, lorsqu'il préfère bien davantage se trouver ici à tendre l'oreille pour la moindre confidence qui satisferait sa dernière lubie en date : chercher à démontrer à quel point la réalité n'est pas aussi belle que se veut l'apparence, et qu'en la matière son petit Tommy cache bien des travers pour plus de failles à son image de bon samaritain. Ne le sait-il pas encore, qu'il y a déjà Oscar pour prétendre jouer ce rôle en ville ? Bien que les natifs du coin ne s'y trompent pas, il ne faut jamais faire confiance à un idiot comme lui. Mais de toute évidence, le graphiste n'a pas encore fait les bonnes rencontres jusqu'à présent pour le prévenir de ce passif douteux – pour combien de temps encore ?

_________________
– WHAT'S THE GOOD OF BEING GOOD ? –
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Don't stop 'til you get enough
Voir le profil de l'utilisateur
LITTLE TALKS : 132
PSEUDO : Red
AVATAR : Julian Morris
CREDITS : Moonlight + tumblr
ÂGE : 34

MessageSujet: Re: so much to know about each other   Sam 27 Oct - 5:42

S'installer au comptoir du bar, c'est signe que l'on veut quelque chose. De plus que la bière, j'entends. Enfin, lorsqu'on y reste. J'ai toujours pensé ainsi et un coup d'oeil sur les clients du soir confirmait l'hypothèse. Les têtes-à-tête ? Jamais au comptoir. Les potes qui discutent trop fort les derniers potins de la semaine ? Jamais au comptoir. Puis le mec ou la nana esseulée, elle récupère son verre et elle se planque quelque part à une table pour ne pas être dérangée par les gros lourdingues que cette ville compte assurément, comme toutes les autres villes. Revenons-en donc à ce que je voulais, moi, ce soir. À la base, rien du tout, sinon que ma bière... Mais ce regard, ce sourire, m'avaient laissé croire que, enfin vous voyez ..? Bien sûr que vous voyez, puisque la chanson est toujours la même en ce qui me concerne. Le serveur n'était pas désagréable à regarder et il m'avait dit avec -toujours- le sourire « je reviens » quand un groupe de filles s'était ramené, m'abandonnant à mon verre quelques instants... de trop.

Je relevais la tête vers le nouveau venu, en somme le facteur. Ou un ami de Lilly. Ou Oscar, ou le fauteur de trouble. J'étais pas forcément déçu de le trouver, mais son sens du timing ne m'arrangeait pas des masses. Un spectacle ? Fallait me dire où il prenait ça, parce que je n'étais pas d'humeur à me donner en spectacle, désolant ou pas. « Je ne suis pas du tout déprimé... et toi ? » Fallait-il avoir quelque chose à cacher sous le tapis pour faire cette affirmation ? Tant pis, il avait commencé. Je lui souriais quelques secondes parce que bon quand même, avant de laisser mon regard retrouver notre ami le serveur qui revenait vers nous pour prendre la commande de mon nouveau compagnon de comptoir. Eh merde. Oscar lui avait déjà fait signe et il repartait avec moi qui le suivais d'un regard légèrement bourré de déception. Je tournais à nouveau la tête vers celui qui, apparemment, essayais de m'achever. « Tu te moques de moi ? » Perplexe, je regardais mon verre. J'étais un peu sonné, incertain de ce qu'il essayait de faire avec ça. Parce que je ne l'imaginais pas vraiment comme le genre d'homme esseulé justement, ça m'emmerdait un peu que le commentaire me désigne particulièrement. En plus, il visait juste. Le barman revenait vers nous et déposais la bière devant Oscar, juste avant de demander en me regardant : « Besoin d'autre chose ? » Je secouais la tête négativement, soudainement timide parce que j'avais un public et que le regard d'Oscar me transperçait presque.

Le serveur souriait, puis repartait avec moi soupirant du plus profond de mon âme. Je tournais la tête vers Oscar qui venait d'assister au petit manège et arquais un sourcil à son attention, l'air de le mettre au défi de me contredire. « Peut-être que lui aussi, aurait aimé ne pas être seul en rentrant ce soir... » Tentais-je sur un ton léger. Comme pour me foudroyer de fatalité, le barman retournait joindre la conversation des filles arrivées un peu plus tôt. Une seconde et le tout ressemblait déjà à du flirt, de quoi assombrir mon expression. Mon radar était le pire de cette planète, décidément. Je m'emmurais dans un silence, me mettant à penser qu'il ne disait rien juste pour m'agacer et laisser planer au dessus de la tête non seulement le constat de mon erreur, mais le fait qu'il y avait assisté ! Quand quelques notes de piano me sortaient immédiatement de ma transe maussade. Je souriais tout de suite, regardant Oscar qui me regardait et je secouais la tête. « C'est ma chanson... Your Song... Pas la tienne, mais tu comprends. Peu importe. » Qu'y avait-il de plus à dire lorsque l'on passait Elton John ? J'étais certainement un peu maussade, mais le sourire ne me quittait plus. Je n'étais pas de ceux qui pouvaient facilement se cacher... Elton knew his shit !



_________________
astra; bb —Time is slipping by, I'm always thinking 'bout the two of us, replay on my mind, always playing on my mind, I'll come around, if you ever want to be in love ;;  @james bay
Revenir en haut Aller en bas

avatar

HERE COMES TROUBLE
Voir le profil de l'utilisateur
LITTLE TALKS : 320
PSEUDO : Angie
AVATAR : Jack O'Connell
CREDITS : carnavage (avatar)
ÂGE : 27

MessageSujet: Re: so much to know about each other   Mar 30 Oct - 19:10

Oscar ne peut que s'évertuer à attarder un instant son regard sur les bouteilles alignées de l'autre côté de ce comptoir, pour ne pas dévoiler frontalement son sourire en coin à son voisin de tabouret. Car évidemment que celui-ci semble respirer la joie de vivre, et son affirmation sur son absence de déprime ne provoque ainsi aucun amusement chez le lascar. L'instant d'après cependant, sa paire d'yeux rieuse en revient à Tom pour lui répondre de son même ton enjoué.
- Eh, est-ce que j'ai jamais l'air déprimé ? Certes, Tommy reste un nouveau venu en ville, mais sûrement qu'ils se sont assez côtoyés en tout cas pour qu'il ne se retrouve pas pris au dépourvu par ses allures de joyeux luron. Ou bien peut-être que justement, le graphiste ne le connaît encore que trop peu dès lors qu'il lui demande si la moquerie est sienne, et c'est alors avec les mêmes armes d'ironie qu'il répond aussitôt. Moi ? Mais jamais je n'oserais voyons ! Non certainement pas... tout comme il n'ose pas davantage dévisager son camarade dans ce bref échange qu'il a un instant avec le serveur, duquel ce n'est pas ce dernier qui semble repartir bredouille lorsqu'il finit rapidement par jeter son dévolu sur la compagnie de ses clientes. Mais loin de retourner le couteau dans la plaie après sa remarque qui tombe à l'eau (quoique... l'énergumène Kidd met sciemment un certain temps à conforter le malaise équivoque de silence), le voici finalement qui lève plutôt sa bière pour la trinquer contre la sienne.
- Aux joies du célibat ! Et sur ce, il vide sa bière de quelques gorgées, avant de finir malgré tout par ré-aborder le sujet délicat de son flirt à sens unique – car bien sûr qu'il faut qu'il remette le sujet sur le tapis. Mais peut-être bien qu'il joue sur les deux tableaux ton serveur, tu devrais y aller franco plutôt que te faire du mal avec ton silence. Pourquoi tu ne lui demanderais pas à quelle heure il fait la fermeture ? Et que c'est toi qui pourrait lui servir un dernier verre à la maison ? Bien sûr, le facteur devrait alors avoir le bon sens de prendre ses distances si celui-ci trouve l'aplomb de ré-aborder l'objet de son attirance à son retour au comptoir, en prétextant un détour momentané par les toilettes par exemple, mais ça serait en même temps si tentant de rester se faire spectateur de sa tentative... ou de ses déboires, car aussi loin qu'il s'en souvienne il n'a jamais aperçu le jeune homme en question en d'autres compagnies intimes que féminines. Mais évidemment, il ne fait pas partager cette information à son ami, ou du moins pas encore. Le graphiste ne manque pas par contre de lui livrer ensuite sa chanson favorite, celle qui sert présentement de fond sonore au lieu, et l'idiot ne peut réprimer une nouvelle fois un air taquin (et la réplique qui va avec). Et à part ça tu n'es pas déprimé ? Ce n'est pas sur cet air mélancolique en tout cas qu'ils allaient pouvoir trouver un peu plus d'entrain pour égayer leur soirée. Il en reste au final que c'est à peine si son petit Tom parvient à dissimuler son état d'esprit maussade jusqu'à présent, et après ça il est vu comme monsieur parfait à qui ils pourraient tout envier ? Là encore tout ne semble bel et bien qu'apparence, tout comme Oscar prétend l'instant d'après donner celle du bon samaritain qui compte prendre le temps de changer les idées de son voisin. Qu'est-ce que tu dirais d'une partie de billard sinon ?

_________________
– WHAT'S THE GOOD OF BEING GOOD ? –
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Don't stop 'til you get enough
Voir le profil de l'utilisateur
LITTLE TALKS : 132
PSEUDO : Red
AVATAR : Julian Morris
CREDITS : Moonlight + tumblr
ÂGE : 34

MessageSujet: Re: so much to know about each other   Jeu 1 Nov - 3:55

Avouons donc que c'était pas un épisode glorieux. Je me laissais rarement avoir à afficher autant de... Je n'aurais pas même su définir cet état visqueux et pitoyable dans lequel Oscar m'avait trouvé. Ça m'arrivait quelquefois, pas souvent, de me laisser ainsi aller. Apparemment, il fallait parfois toucher le fond pour savoir rebondir ou quelque chose comme ça. « Ouais, si tu le dis. » Trinquer au célibat ? Et puis quoi encore. « T'es devenu spécialiste avec les mecs dernièrement, hm ? » Si seulement cela existait. C'était pourquoi, ma chanson préférée me rendant encore plus mélancolique, j'accueillais la proposition à se lancer dans une partie de billard par un hochement de la tête qui, s'il n'était pas débordant d'enthousiaste, était à tout le moins sincère. J'étais pressé de quitter ce comptoir où je me noyais dans mon propre océan d'amertume et par le fait même, j'enfilais ce qui restait au contenu de mon verre d'un seul trait. J'avais ignoré le conseil de mon compagnon d'infortune parce que je ne croyais pas un seul instant en sa bonne volonté et puis, si j'étais parfaitement honnête, je n'avais aucune intention de me ridiculiser. J'étais persuadé d'avoir lu quelque chose dans le regard de ce serveur, quelque chose qu'il avait apparemment décidé de ne pas assumer ou bien, j'étais fou. Lilly me disait souvent que j'exagérais à me faire des scénarios pas possibles, mais non. J'étais sincèrement persuadé que la curiosité ne tuait personne et que bien des hommes l'étaient. Peut-être qu'une force divine m'avait investi de cette mission périlleuse d'ouvrir des horizons, enfin je n'en savais rien et j'étais encore en train de me perdre dans des pensées trop chaotiques pour mon propre bien.

J'avais donc suivi Oscar jusqu'à la table de billard non loin derrière avec la ferme intention de chasser ce sombre épisode pour redevenir moi, ou enfin, la version de moi que je préférais lui offrir. Cela toutefois nous avait donné l'occasion de passer tout près des deux jeunes femmes et de notre -hypocrite- serveur. Il me prenait comme une rancoeur incontrôlable à son égard, surtout parce qu'il avait levé les yeux un bref instant en notre direction. C'était peut-être impoli de ma part, mais j'en oubliais presque la compagnie du facteur, non pas qu'il ne soit pas lui-même intéressant sous bien des angles, mais... Mon égo était en train de prendre trop de place dans l'affaire, tandis que je m'occupais de placer les billes dans le losange. « Tu commences ? » Lui adressais-je d'un air distrait, presque agacé. Oui, vous l'aurez deviné, mon regard avait fui encore dans cette direction où l'une des filles, une rouquine qui semblait lui plaire un peu trop à mon goût, éclatait de rire. Aaaaah, mais oui, c'était assurément la meilleure plaisanterie de l'histoire des plaisanteries. Je reportais mon regard dans la direction de mon partenaire de jeu qui prenait place. Bon, c'était déjà ça, il savait jouer. J'observais la table quelques instants et me positionnais pour jouer à mon tour. Ma concentration volait cependant en éclat et me faisait faire un coup bien moyen. « Vous me faites signe si vous voulez autre chose, les gars. » Nous disait-il en passant près de nous pour retourner à son comptoir où l'attendaient de nouveaux venus. Silence de mort, si ce n'était que le bruit des billes qui s'entrechoquait sur la table sous le nouveau coup d'Oscar.

Je fixais Oscar sans le regard, puis j'étais pris d'un élan spontané et irréfléchi. « Tant pis pour le dernier verre. » Marmonnais-je en faisant référence à la stratégie qu'Oscar me proposait un peu plus tôt. « Hey. » Mais je n'interpelais pas ainsi le serveur. Au contraire, je m'adressais aux deux jeunes femmes dont la compagnie avait semblé lui plaire quelques instants plus tôt. Large sourire aux lèvres, pour contraster avec mon air abattu des minutes précédentes, je croisais le regard de mon compagnon un instant, avant de me retourner vers les demoiselles dont j'avais capté l'attention. Je leur faisais signe d'approcher et après un moment d'hésitation, elles venaient en gloussant, l'une glissant quelque chose à l'oreille de l'autre. Mouais. « Excusez-moi, mesdames... Mon ami, ici présent... » Ça, c'était Oscar dont j'ignorais le regard me fixant, alors que je m'adonnais à une petite improvisation. « M'a confié qu'il vous trouvait exquises. » J'aurais juré que le fait d'être cent-pour-cent gay me conférait un avantage indéniable auprès de la gente féminine. « Et je ne peux qu'être d'accord avec lui. Sont-ils bleus... verts ? » Merci, Elton, pour l'inspiration. Je regardais dans les yeux la rouquine. « Je suis dessinateur, un tel regard envoûtant m'inspire... Vous avez déjà joué les modèles ? » Eh bien, j'avais droit à des rires et des regards, moi aussi ! Pour l'heure, je me fichais bien d'être le pire des crétins aux yeux d'Oscar, pouvait-il vraiment me juger de cette petite et douce vengeance face à mon égo blessé ?


_________________
astra; bb —Time is slipping by, I'm always thinking 'bout the two of us, replay on my mind, always playing on my mind, I'll come around, if you ever want to be in love ;;  @james bay
Revenir en haut Aller en bas

avatar

HERE COMES TROUBLE
Voir le profil de l'utilisateur
LITTLE TALKS : 320
PSEUDO : Angie
AVATAR : Jack O'Connell
CREDITS : carnavage (avatar)
ÂGE : 27

MessageSujet: Re: so much to know about each other   Ven 2 Nov - 17:37

L'enthousiasme de son voisin de comptoir semble bien relatif lorsqu'il s'agit de trinquer à leur célibat, et Oscar ne peut que noter que sa vie quotidienne en solitaire semble décidément être un point sensible. Pour autant, il ne remet pas aussitôt le sujet sur le tapis, et se contente de délester sa bière d'une nouvelle gorgée (non sans un sourire en coin) avant de lui répondre.
- Pourquoi, y'a de si grandes différences que ça ? C'est qu'en l'occurrence le lascar n'a pas tenu compte du sexe de son attirance du soir en déblatérant ses idées (bienvenues ou non), qui aurait pu dès lors tout aussi bien être une serveuse que ces idées auraient été les mêmes, alors pourquoi Tommy fait-il cette différence lui ? Il n'a, certes, pas l'air dans son état normal, mais ce n'est certainement pas pour le déranger que de ne plus le voir seulement afficher la belle apparence du nouveau venu en ville. Sa frustration semble ainsi presque évidente, et le facteur se fait la remarque que son cher Tom ne fait pas tant l'unanimité que ça tout compte fait, ou en tout cas pas autant qu'il pourrait le vouloir auprès de certains comme ce serveur. Est-ce que l'idiot Kidd pourrait donc s'en jouer ? Ce n'est pas, en tout cas, des scrupules qui pourraient l'en empêcher, puisqu'il n'a toujours pas décidé de donner dans le sérieux ce soir encore. Mais pour l'heure, les deux hommes quittent donc l'appui de leurs tabourets pour jeter leur dévolu sur cette table de billard.
Cela aurait alors pu être un contexte propice aux boutades et aux confidences anodines (pas si anodines que ça avec un peu de chance), mais son nouveau voisin semble décidément d'une humeur peu réceptive, toujours distrait par son serveur ainsi que le groupe de filles qui lui tient compagnie. Intéressant... Oscar se demande un instant comment cette histoire va bien pouvoir se terminer, si seulement son partenaire de jeu ne se contente pas de taire indéfiniment sa sombre humeur, alors que dans un même temps il éparpille les boules de billard avec un premier coup. C'est plutôt étonnant d'ailleurs de voir l'énergumène ne plus se faire entendre, mais ce n'est pas moins avec un œil attentif qu'il espionne et guette en même temps ses brefs œillades et échange avec celui qui semble être son obsession du soir. Est-ce que le graphiste prend toujours autant à cœur ceux qui attisent son attirance, ou bien est-ce qu'il a manqué un épisode avant ça ? Tant et si bien que c'est aussi sciemment qu'il se tait, spectateur volontaire de cette impasse, et la suite des évènements prennent finalement une toute nouvelle tournure sous l'impulsion de son camarade.
Spectateur, Oscar ne l'est alors plus tant, quand Tom aborde ces jeunes femmes et lui offre une charmante distraction. Car en la matière, si son idée fixe est de faire voler en éclats la belle apparence du nouveau venu, il profite pleinement de cette occasion pour adresser un regard prétendument navré aux dites demoiselles dans le dos de Tommy, comme pour s'excuser de l'approche de son ami et sous-entendre de la même façon que le compliment exquis n'est effectivement qu'un prétexte pour les aborder. Il ne lui reste ensuite plus qu'à confirmer le rôle de l'ami embarrassé en gardant le silence, jusqu'à même finir par les abandonner et prendre quelques instants le temps d'aller s'adresser au serveur retourné s'affairer au comptoir. C'est alors en toute innocence qu'il finit par revenir à leur table de billard, sans aucune nouvelle bière à la main pour justifier cet aller-retour express alors que la sienne est encore à finir, et c'est bien sciemment qu'il ne laisse filtrer aucun indice sur l'échange qui a pu prendre place. Non, là-dessus, il préfère que ce soit son cher Tom qui mette le sujet sur le tapis, si vraiment il tient seulement à le savoir. Ce n'est donc guère étonnant que lorsque celui-ci en revient à leur partie de billard pour jouer son tour, l'idiot lance volontairement une boutade sur un tout autre sujet.
- Alors c'est qu'avec les dames que tu te donnes en spectacle comme ça ? Trop timide pour celui qui t'intéresse vraiment ?

_________________
– WHAT'S THE GOOD OF BEING GOOD ? –
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Don't stop 'til you get enough
Voir le profil de l'utilisateur
LITTLE TALKS : 132
PSEUDO : Red
AVATAR : Julian Morris
CREDITS : Moonlight + tumblr
ÂGE : 34

MessageSujet: Re: so much to know about each other   Mer 7 Nov - 19:46

J'espérais pouvoir compter sur la participation d'Oscar. Moins parce que j'en avais à tout prix besoin que parce qu'il était présent et que je ne pouvais le faire disparaitre. Franchement, en d'autres circonstances, les choses se seraient probablement déroulées autrement. Tout s'était amorcé d'un si mauvais pied que j'en étais encore plus de mauvaise humeur, comme si le facteur était intervenu dans un épisode qui ne le concernait pas du tout. Je n'avais pas le contrôle sur la situation et pas plus sur mon image projetée, c'était doublement frustrant. Parce qu'entre nous, Oscar était... plutôt charmant en son genre et avant que quiconque ne s'image que c'était la seule chose qui m'intéressait en ce bas monde, j'ajoute tout de suite qu'il était aussi plutôt distrayant. J'avais toujours eu une propension à être attiré (chastement en premier lieu) par les personnes originales et qui n'avaient pas la langue dans leur poche. J'étais loin de me douter qu'il appartenait à une catégorie bien plus singulière encore et qu'il valait probablement mieux, moi qui prenait tout à coeur malgré mes efforts pour le cacher, m'en tenir à distance. Pour l'heure, j'espérais m'en faire un allié et il jouait le rôle de l'ami. Encore heureux, je ne pouvais voir ses grimaces dans mon dos pour me discréditer auprès des deux jeunes femmes que j'avais interpelées la seconde d'avant.

La conversation se poursuivait sur les dessins. C'était toujours une bonne accroche avec les filles, surtout que j'étais à demi-sincère au fond. Je remarquais du coin de l'oeil Oscar qui s'éloignait, le temps que je continue d'échanger quelques paroles mielleuses avec la rouquine et que j'obtienne son numéro de téléphone sous le couvert d'une séance de dessin prochaine où elle pourrait jouer les modèles pour moi. Non mais je ne lui payais pas un verre, je ne lui proposais pas un resto ni ne lui disais que j'étais irrémédiablement amoureux. C'était rien qu'une moitié de mensonge, ça ne pouvait qu'à moitié être mal et passé la méfiance des premiers instants, la conversation était plutôt naturelle et j'arrivais à la faire rire, elle et sa copine. Je relevais complètement les yeux, sourire aux lèvres, en me demandant ce que fabriquait mon comparse et lorsque je le remarquais au comptoir à converser avec celui qui causait dans ma tête tout le bazar du jour, je me sentais figer. Déglutissant péniblement, je reprenais la conversation avec un peu peu moins d'aplomb et remerciait Caitlin -qui venait de m'apprendre son prénom en l'ayant entré dans ma liste de contacts- en lui affirmant que je n'allais pas les déranger plus longtemps. Elle et sa copine retournaient en chuchotant à leur table et je soupirais, ce moment coïncidant avec le retour d'Oscar à la table de billard qui me gratifiait d'une moquerie concernant ma toute dernière prouesse.

« Très drôle. » C'était pas lui qui mentionnait qu'il n'y avait pas vraiment de différence entre les sexes, plutôt ? D'accord, j'interprétais tout pour donner le sens qui me convenait au moment que je le voulais, mais j'étais ainsi. J'aurais certainement pu en rire moi-même si je n'étais pas un peu tendu de le voir revenir l'air de rien. « Eh bah, ça ne fait pas de mal de vérifier si je peux obtenir un numéro. » Je lui désignais mon smartphone qui, effectivement, contenait maintenant un numéro de plus même si je n'avais pas spécialement l'intention de m'en servir. « Elle est jolie. » Ouais, « jolie », comme un chat ou un ourson. Je haussais les épaules. Je savais au moins le reconnaitre, j'étais pas artiste pour rien, même si j'en avais clairement abusé pour le coup. « Peut-être bien que je l’appellerai pour jouer les modèles, qui sait si ça ne me sera pas utile tôt ou tard. » D'accord, c'était pathétique, mais je n'allais pas pousser le truc à tenter de lui mentir sur ce que je venais de faire. « Laisse tomber, il n'est pas intéressé, je passe à autre chose... » Oui, à peu près. « Qu'est-ce que t'es allé lui raconter ? » Je n'avais pas pu retenir la question de franchir mes lèvres parce que j'étais comme ça, inquiet à la moindre occasion. Je m'imaginais déjà les trente-huit milles trucs qu'il aurait pu lui dire et que je n'avais pas envie qu'il lui ait dit bien sûr.


_________________
astra; bb —Time is slipping by, I'm always thinking 'bout the two of us, replay on my mind, always playing on my mind, I'll come around, if you ever want to be in love ;;  @james bay
Revenir en haut Aller en bas

avatar

HERE COMES TROUBLE
Voir le profil de l'utilisateur
LITTLE TALKS : 320
PSEUDO : Angie
AVATAR : Jack O'Connell
CREDITS : carnavage (avatar)
ÂGE : 27

MessageSujet: Re: so much to know about each other   Mar 13 Nov - 18:45

Son compagnon du soir semble voir un trait d'humour, quand pourtant sa remarque ne cherchait pas à être drôle, mais seulement à le provoquer. Est-elle seulement parvenue à sa fin dans le secret de l'esprit Hargreaves ? Ce dernier semble définitivement sans dessus dessous pour la soirée, ou en tout cas pas aussi ordonné qu'il le lui avait jusqu'à présent présenté. Lui qui ambitionne secrètement d'être un jour le trouble-fête qui fendrait la bâtisse de sa belle apparence, voilà qu'il n'a rien de mieux à faire ce soir pour ça que de s'en faire spectateur. Et c'est décidément frustrant de réprimer toutes les railleries que lui inspire celui-ci à se faire ainsi remarquer... est-il certain de vraiment vouloir prendre son mal en patience pour apprendre davantage de lui et de quelle façon exposer ses petits travers ? Il ne manque pas de se demander justement, de quelle meilleure façon il pourrait se distraire de la tournure inattendue de cette soirée. C'est en silence cependant qu'il écoute les exploits du graphiste, lorsqu'il se retient sciemment de ne pas lui demander si ce n'est pas au moins un faux numéro qui lui a été donné. Mais pourquoi ne pas se montrer moins bon camarade en l'occurrence ? Après tout, ce n'est pas parce qu'il a à dissimuler ses véritables motivations, que le personnage qu'il joue à cette fin ne peut pas perdre patience, lui. Alors c'est finalement sans hésitation, qu'il décide de s'amuser un peu en répondant finalement à sa question (qui est certainement tout sauf intéressée, il n'en doute pas).
- Qu'est-ce que tu crois ? J'ai été lui dire que t'en pinçais pour lui bien sûr, et que jaloux qu'il ait préféré minauder avec ses clientes plutôt qu'avec toi, te voilà qui fanfaronnait avec ces dames pour te venger ! On a rit un bon coup, et je suis revenu... Évidemment, quand bien même l'aveu est volontairement trop grossier pour être criant de vérité, le lascar n'ajoute rien pour confirmer ou infirmer cette version de l'échange qui a pris place au bar. N'est-ce-pas tout ce dont il a besoin, rien qu'une mince fenêtre pour immiscer un semblant de doute contre toute probabilité ? Surtout que l'esprit de son nouveau voisin semble définitivement virer dans l'obsessionnel ce soir pour ne pas lâcher prise de cette histoire, dès lors qui serait Oscar s'il n'en rajoutait pas une couche de façon détournée ? Car en parallèle, ce n'est effectivement plus un air plaisantin qui s'attache à ses traits, mais davantage une impatience contrariée qu'il prétend à peine contenir, puisqu'il a en effet décidé que ce serait un plaisir de momentanément jouer le camarade las des simagrées de son partenaire de jeu. Bien qu'à présent, il prend soigneusement le temps de ne plus se concentrer sur Tom, pour tenter un coup sur cette table de billard. Mais bien sûr, il ne tarde guère à en revenir au graphiste, parce qu'il ne faudrait pas s'y tromper : tout son intérêt va bel et bien à celui-ci et non à cette partie de billard. C'est à croire que tout tourne autour de ce serveur et de l'attention qu'il peut te donner... Lui de son côté, n'avait évidemment en tête qu'une innocente partie de billard ou un brin de conversation pour ce soir, et non pas de prétendre une franchise qui pourrait se révéler désagréable pour le concerné. D'ailleurs, il est curieux de voir si ça allait ennuyer le nouveau venu d'apparemment donner une mauvaise impression à ce voisin avec qui l'entente était (prétendument) bonne jusque-là... Et pour aller jusqu'au bout de son acte, le facteur ne manque pas d'ajouter une dernière remarque qui, il l'espère, ne se perdra pas dans l'oreille d'un sourd quand, dans un même temps, il déleste sa bière de sa dernière gorgée. Enfin... je ne vais pas tarder tout compte fait, je finis cette partie et je file !

_________________
– WHAT'S THE GOOD OF BEING GOOD ? –
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Don't stop 'til you get enough
Voir le profil de l'utilisateur
LITTLE TALKS : 132
PSEUDO : Red
AVATAR : Julian Morris
CREDITS : Moonlight + tumblr
ÂGE : 34

MessageSujet: Re: so much to know about each other   Hier à 4:02

Oui, mon esprit était complètement désordonné. Pas seulement ce soir, mais toutes les heures de tous les jours. Mes idées passaient d'une à la suivante en un rien de temps, alors c'était pas même la peine de s'attarder à mes coups de foudre, ou à mes petites rancœurs. Elles n'en étaient pas moins réelles, j'étais véritablement agacé par la situation du soir concernant le serveur du Garnet parce que j'étais persuadé qu'il avait flirté avec moi en toute connaissance de cause un peu plus tôt. Que cela s'était interrompu par l'arrivée d'autres clients dont Oscar. Je n'avais jamais été contraint à subir quelque forme d'homophobie que ce soit, mais les mecs en ce genre étaient légions. Puis non seulement ce qui se cachait sous ma tête était toujours en plein chantier, mais j'accrochais au moindre détail pour leur dénicher un sens existentiel que la plupart n'avaient pas. La plupart du temps, je savais jouer le jeu et limiter les dégâts en offrant un facette plus convenable. Bien paraitre était une deuxième nature, sauf quand les émotions arrivaient à prendre le dessus comme ça avait été le cas, et pas qu'un peu, ces derniers instants. Je toisais donc Oscar du regard avec suspicion. J'aurais pu m'énerver, j'aurais probablement même m'énerver, mais je gardais un flegme étrange et le silence le plus complet.

En général, plus j'étais énervé et plus je ne disais pas mot, question de stratégie plus ou moins consciente. Mais ce qui était en train de se produire était complètement autre chose, surtout que la deuxième remarque, puis la troisième remarque de mon partenaire de jeu faisaient leur effet. Le facteur était passé de figurant dans cette soirée où je n'avais d'yeux que pour mon serveur à tête d'affiche. Comment, demandez-vous ? Eh bien, en jouant parfaitement son rôle de mec blasé par mon comportement. En m'offrant un miroir de ma propre bouderie et en menaçant de tourner la page. Attendez, comment dire ? Je n'avais aucune envie de passer le reste de cette soirée seul à cette table de billard ou à n'importe laquelle. J'étais momentanément forcé au silence d'ailleurs, n'ayant toujours pas placé un mot malgré sa provocation sur ce qu'il avait pu dire à l'autre. J'étais visiblement confus, puis je secouais la tête en le voyant terminer sa bière. « Mais non, t'es tout aussi intéressant et même plus. » Je croisais le regard du jeune homme. C'était comme s'il avait activé chez moi une corde sensible, celle des esseulés, ou alors qu'il s'en était pris à mon esprit de contradiction, à cette volonté de préserver les apparences... Enfin, je ne voulais pas qu'il parte comme ça. « Je suis un idiot... S'il-te-plait, reste ? » Je lui offrais un large sourire, chassant du même coup l'aura maussade qui m'avait entouré depuis le début de l'histoire. Je n'étais pas magicien, mais c'était presque ça quand on s'attardait à observer la façon dont je pouvais tournoyer d'un état d'esprit à un autre, d'une émotion à la suivante.

J'hésitais un moment, mais je n'allais pas me mettre à boycotter mon tour dans cette partie pour le contraindre à rester. Je me décidais enfin à bouger pour jouer mon tour, me concentrant cette fois. J'étais plutôt bon au billard, lui aussi d'ailleurs, même si je ne m'étais pas vraiment appliqué depuis le début de la partie. « Et si je te payais le prochain verre, ça te donnerait envie de rester ? » Lui proposais-je, toujours armé de ce sourire qui reprenait ses aises. Beaucoup plus près de cette permanente bonne humeur qui n'était qu'une demi-vérité ; vérité parce que j'aimais paraitre ainsi, mensonge parce que j'étais loin d'être constamment de jolie humeur. « Et toi, tu viens pourquoi dans les bars alors ? » Alors quoi ? Non, je ne croyais pas que c'était la seule et unique raison (draguer) qui conduisait quelqu'un dans un bar, mais lorsqu'on y allait seul, et qu'on n'était pas tant que ça porté sur l'alcool, je me demandais bien qu'est-ce qui motivait. Pour ma part, ça avait été la perspective de faire de nouvelles connaissances, mais apparemment je ne pouvais pas m'empêcher d'insérer toujours une note de séduction, même foireuse, dans ce genre de démarche. Et j'ignorais si Oscar allait accepter de rester comme je lui en présentais la requête quasi désespérée, mais chose certaine, j'étais prêt à tout pour me rattraper. C'était l'occasion où jamais pour lui de faire prendre n'importe quelle direction à cette conversation ou bien, à cette soirée tout court.


_________________
astra; bb —Time is slipping by, I'm always thinking 'bout the two of us, replay on my mind, always playing on my mind, I'll come around, if you ever want to be in love ;;  @james bay
Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: so much to know about each other   

Revenir en haut Aller en bas
 

so much to know about each other

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
REDWOOD HILLS :: 
YOU'RE ENTERING REDWOOD HILLS
 :: Waterfall Avenue :: The Garnet
-
Sauter vers: