AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Merci de privilégier les nombreux scénarios, pré-liens et membres des familles lors de votre inscription ! the guide to getting out of the friendzone \ calypso 3189630431
N'hésitez pas à interpréter un membre de la secte ! the guide to getting out of the friendzone \ calypso 3929863547
Nous recherchons activement des parrains, n'hésitez pas the guide to getting out of the friendzone \ calypso 3189630431

Partagez
 

 the guide to getting out of the friendzone \ calypso

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Manny Singh

optez indien pour une vie bien épicée
Voir le profil de l'utilisateur
LITTLE TALKS : 1510
PSEUDO : pascale, mrs.chaplin
AVATAR : le beau dev patel.
CREDITS : avatar, aristos achaion / gif signa, myself / gif profil, tumblr.
ÂGE : 31

the guide to getting out of the friendzone \ calypso Empty
MessageSujet: the guide to getting out of the friendzone calypso   the guide to getting out of the friendzone \ calypso EmptyMar 23 Avr - 18:43


the guide to getting out of the friendzone
- - - - - - - - - - - - - -
Les premiers pas. Manny les a faits. Inviter Danae à profiter du beau temps. Ok, techniquement, ce n’est pas vraiment des « premiers pas » puisqu’ils ont déjà fait quelques activités ensemble dans le passé et que normalement, c’est elle qui lui demande. Donc, elle a de l’avance sur lui. Sauf que pour Manny, ces détails sont importants. Il a enfin pris son courage à deux mains, après avoir passé quelques mois sans la voir plus de quinze minutes, et lui a demandé si ça lui tentait d’aller faire je-ne-sais-quoi dehors. Être spontané un peu, parce que le geek n’a sincèrement aucune idée de ce qu’ils pourraient faire. Choisir une activité à faire avec quelqu'un, c'est du gros boulot. No joke. Il connait la jeune femme, mais pas assez pour savoir ce qu'elle aime faire durant ses temps libres. Et il ne va quand même pas proposer de rester à l'intérieur pour jouer à la console. Jamais il ne proposerait ça. Du moins, plus depuis qu'il l'a fait au lycée et que la fille lui a dit « Ew ! » Il n'a jamais vraiment compris ce qu'il y avait de 'ew' aux jeux vidéo, mais comme souvent avec les femmes, il ne cherchent pas à comprendre – sauf si nécessaire. Le jugement dans les yeux de la demoiselle l'a marqué et, maintenant, il ne propose que si la jeune femme manifeste un envie de jouer. Ce qui est rare, malheureusement. Bref, dehors, le soleil est sorti et il faut en profiter. C'est ce que font les gens normaux. À sa plus grande chance, Danae lui partage qu'elle compte aller faire quelques boutiques. Elle a besoin de chaussures et l'Indien se porte volontaire pour l'accompagner et même la guider dans ses choix – malgré le fait qu'il n'a aucun fashion sense, comme disent les jeunes. C'est ainsi que le duo arpente les rues de Redwood, à la recherche de la paire parfaite. Et Manny a beau tenté de lui dire qu’il les trouve toutes belles, elle n’est pas convaincue. C’est pourquoi, à la fin de la petite séance shopping, la belle a toujours les mains vides. Elle s’excuse de lui avoir fait perdre son temps. Mais pour lui, ce n’est pas grave. Il voulait passer la journée avec elle et il l’a fait.  

Ils finissent par se poser à une table au Snow Rose Cafe où ils peuvent enfin discuter. Enfin, ils ont discuté durant la séance, mais là, la discussion n'est pas décorée de mauvaises blagues et de rires. Simplement deux personnes, cafés en main, qui sourient gaiement devant cette belle journée qu'ils ont eu. Bien entendu, cette belle image de la scène est véhiculée par Manny et sa manie (parce qu'en tant que Manny, il a beaucoup de manies *ba dum tss*) de se faire facilement avoir et de se croire être Cendrillon l'espace de quinze minutes, malgré tous ses échecs amoureux. Mais le nuage noir vient rapidement plomber l'atmosphère lorsque Danae dit devoir bientôt quitter pour aller rejoindre son petit ami. Manny peine à garder le sourire sur ses lèvres devant nouvelle. Il aurait cru qu'après avoir fait sa visite à la clinique, elle y aurait mis fin. C'est quand même clair, non ? « Oh, vous êtes encore... ensemble ? » Elle confirme, bien qu'elle semble avoir du mal à décrire ce qu'ils sont pendant un instant. Ils travaillent là-dessus apparemment. Eh bin. La déception se lit presque dans les yeux de l'Indien. Pas à cause qu'il se croyait en rencard – un peu – , mais parce qu'elle mérite mieux. Sauf que Manny se tait. Il ne sait que faire ça après tout. « Tu lui as dit pour... ce que tu as... le... ça ? » De retour à la case maladroite, plus aussi à l'aise qu'il y a quelques minutes, il cherche ses mots. Sa voisine comprend où il veut en venir, elle dit non, sans se justifier vraiment. Juste non. « T'es certaine que c'est la bonne chose ? » Pour toi. Le geek ne réalise pas qu'il pousse un peu sur le sujet. Il veut tout simplement comprendre. « Ce n'est pas comme si j'avais le choix. Donc, si tu veux bien m'excuser, je vais y aller. Merci pour la journée. » Et elle part, sans se retourner, sans lui adresser un sourire. Elle le laisse, seul à cette table, avec son café. Confus, ils froncent les sourcils. C'est quand même passé de zéro à cent assez rapidement. Surpris par cette tournure, il reste assis sur son siège, le regard perdu et songeur. En trois mois, c'est la deuxième fois qu'une fille l'abandonne ainsi et le laisse terminer son verre seul.

_________________
i guess i wanted to believe, cause if i just believe, then i don't have to see what's really there. ▬ DEH

Revenir en haut Aller en bas
En ligne

Calypso Marquez

membre qu'on adore
Voir le profil de l'utilisateur
LITTLE TALKS : 150
PSEUDO : polymnie
AVATAR : Vanessa Hudgens
CREDITS : Nenes
ÂGE : 33

the guide to getting out of the friendzone \ calypso Empty
MessageSujet: Re: the guide to getting out of the friendzone \ calypso   the guide to getting out of the friendzone \ calypso EmptyMer 1 Mai - 10:58

Le remède à l'ennui, c'est la curiosité. Et la curiosité, elle, est sans remède. Juchée sur l'un des tabourets de bar attenants au comptoir, Caly carressait d'un regard satisfait le fruit de ses achats du jour. Cette après-midi shopping avait été particulièrement productive, à en juger par le nombre de sacs disposés à ses pieds - pieds qui, soit dit en passant, la faisaient terriblement souffrir au terme de plusieurs heures passées à battre le pavé du centre ville, perchée sur des talons supposés compenser son petit mètre cinquante-cinq, source de bien des complexes. La bienséance - dont elle n'était pas dépourvue, contrairement à ce que disait la rumeur - voulait qu'il était encore tôt pour écumer les bars. Désoeuvrée, la jolie brune avait fini par échouer dans ce petit café pour s'adonner à l'un de ses passe-temps favoris : la chasse aux ragots en tout genre. Pourquoi diable cet oiseau de nuit aurait choisi de faire son nid en rase campagne si ce n'est pour profiter pleinement de la capacité des petites villes à colporter les rumeurs les plus folles ? Les clubs les plus branchés de New-York ne lui auraient fait regretter son choix pour rien au monde. Flanquée d'un diabolo menthe, en attendant de pouvoir passer à quelque chose de plus fort, Caly profitait de ce belvédère pour balayer la pièce de son regard perçant. Gueule d'Amour n'était pas là - probablement sorti batifoler avec le Boss. Dommage. La demoiselle était d'humeur à faire tourner quelqu'un en bourrique. Le flegme et la patience du propriétaire du café faisait de lui un excellent candidat. Qu'à cela ne tienne, notre commère décida de reporter son attention sur le petit couple réfugié dans un box, quelque part sur sa gauche. Leurs voix lui parvenaient de loin, si bien qu'il lui fallut tendre l'oreille pour espérer capter des bribes de leur conversation. Une fois n'est pas coûtume, le flair légendaire de Caly l'avait induit en erreur. De toute évidence, ces deux-là n'étaient que des amis, tout au plus, et les chances de voir leur relation évoluer vers autre chose se réduisaient comme peau de chagrin, à mesure que le jeune type se confondait en bafouillages, plus ou moins compréhensibles. Pitié... Tu cherches à la faire fuir, ou quoi ? Caly ne croyait pas si bien dire. En moins de temps qu'il ne faut pour le dire, la jolie dulcinée du pauvre malheureux s'était fait la malle.

« Bien joué, Casanova ! » s'exclama notre petite concierge d'un ton plein de sarcasme, comme elle frappait lentement dans ses mains. « Allez en Friendzone. Ne passez pas par la case départ. N'emballez pas la fille. » Et de lever son verre en direction de l'amoureux éconduit, comme pour trinquer à ce triste verdict. Elle pouvait se montrer cruelle, Caly. Mais pas inhumaine pour autant. Le pauvre garçon lui faisait de la peine. Elle n'avait rien à faire au cours de l'heure à venir. Dès lors, pourquoi ne pas lui faire bénéficier de deux ou trois conseils bien sentis ? Après tout, elle s'était toujours sentie l'âme d'une coach en séduction. Le titre était à la mode et l'activité rémunératrice, d'après la rumeur. Si ses talents en la matière s'avéraient suffisants, le Boss n'aurait qu'à se trouver une autre secrétaire ! Ce plan machiavélique, qu'elle n'avait pourtant aucune intention de mettre à exécution, lui arracha un petit sourire en coin. Elle se nota de lui en parler. Juste pour rire. « Je peux ? » s'exclama-t-elle à l'attention de son jeune apprenti - c'était définitivement acté, bien qu'elle n'ait pas jugé utile de faire part de son projet au principal intéressé. Sans même attendre sa réponse, elle se glissa dans le box pour prendre la place laissée vide. « Règle numéro un : Si une femme te plait, dis-le lui ou fais-lui comprendre clairement et vite. » Comme si elle pressentait déjà l'objection que son vis-à-vis risquait de lever, elle s'empressa d'ajouter : « Elle pourrait bien t'envoyer paître, c'est vrai. Mais je vais te dire une chose : en amour, le plus gros risque, c'est de ne prendre aucun risque. » Ouh, quel sens de la formule ! La jolie brune se nota d'écrire ça quelque part, au cas où. « On se connait, non ? » s'exclama-t-elle, dans la foulée. Et de rajouter, précipitemment : « Non, ne me dis rien ! » La mémoire de Caly était à toute épreuve. Il lui suffisait d'entendre un nom une seule et unique fois pour qu'il se retrouve à jamais gravé dans sa mémoire. Elle se souvenait très bien de Manny le geek, de la promo juste en dessous de la sienne. Mais elle entendait bien prétendre le contraire, pour les besoins de la leçon du jour. Et aussi parce qu'elle était à la recherche de quelqu'un à faire tourner en bourrique - vous vous souvenez ? Autant faire d'une pierre deux coups. « Gary, c'est ça ? » s'enquit-elle, les sourcils légèrement froncés. « Larry ? » Là-dessus, elle se frappa le front de la main pour s'exclamer, sur un ton victorieux : « Sammy !! »
Revenir en haut Aller en bas

Manny Singh

optez indien pour une vie bien épicée
Voir le profil de l'utilisateur
LITTLE TALKS : 1510
PSEUDO : pascale, mrs.chaplin
AVATAR : le beau dev patel.
CREDITS : avatar, aristos achaion / gif signa, myself / gif profil, tumblr.
ÂGE : 31

the guide to getting out of the friendzone \ calypso Empty
MessageSujet: Re: the guide to getting out of the friendzone \ calypso   the guide to getting out of the friendzone \ calypso EmptySam 11 Mai - 19:03


the guide to getting out of the friendzone
- - - - - - - - - - - - - -
Certaines limites ont été dépassées, mais Manny n’arrive pas à mettre son doigt sur ce qu’il a pu faire de mal. Enfin, il comprend que ses questions nombreuses questions sont la raison, mais qu’a-t-il dit de trop ? Tout ce qu’il voulait, c’était s’assurer qu’elle aille bien, qu’elle soit bien dans cette situation. Apparemment, il est bien le seul à croire à son innocence dans cette histoire. Des claquements de mains, lents et remplis de sarcasmes l’interpelle. Les sourcils froncés, il tourne la tête en direction de cette voix féminine, qui semble s’adresser à lui, pour reconnaître ce visage. Un visage qui, autrefois, décorait les couloirs de son lycée et qui a une fois été le centre de ses nombreuses discussions. Calypso. Comme un débile, espérant qu’elle n’ait pas été témoin de sa scène avec Danae, il regarde derrière en souhaitant qu’elle ne s’adresse pas à lui. Mais à part une discussion avec le mur, Manny est la seule option en ce moment. À l’instant, l’Indien est bien heureux d’avoir ce teint doré qui cache légèrement les rougeurs qui se peint sur son visage à la remarque de la brunette. « Par... Pardon ? » bredouille-t-il encore troublé par ces retournements de situation soudain. Calypso ne lui laisse pas la chance de répondre qu’elle se met à son aise, prenant cette place vacante, face à lui, depuis à peine deux minutes. Est-il en train de rêver ? De s’imaginer cette scène où une jolie demoiselle s’incruste pour lui faire la morale ? Si oui, peut-il se réveiller ? Maintenant serait probablement le meilleur moment de sortir de ce cauchemar, parce que le geek commence à se sentir petit sur sa banquette. Beaucoup trop d’informations en même temps, il ne sait quoi en faire. Il ne sait pas si tel est son but, mais la Marquez se fait très agressive. Du moins, l’âme sensible de Manny le perçoit ainsi, comme une mini-agression. « On se connait, non ? » Et pour la première fois depuis qu’elle s’est incrustée, il réagit à sa question. En partie, parce qu’il pensait être un étranger à ses yeux. Oui, ils ont fréquenté les mêmes couloirs lorsqu’ils étaient au lycée, mais pas la même année, pas les mêmes classes, pas les mêmes amis et pas le même groupe. Il ouvre la bouche, prêt à prendre enfin la parole, après ces dernières minutes de silence de sa part, mais la referme aussitôt. Stopper dans son élan par Calypso qui se lance dans un jeu de devinette. Qui suis-je ? J’habite un appartement où j’y passe le plus clair de mon temps. J’ai un surnom que l’on donne normalement à un chien. Et je suis un loser qui fait fuir les femmes. « Manny. Sammy, c'est mon frère. » la corrige-t-il d'un ton assez neutre, voir même méfiant. Il ne comprend toujours pas ce qu'elle fait là à perdre son temps avec lui. Ce n'est pas comme si elle lui en avait consacré dans le passé. Pour se moquer probablement. Ce n'est pas comme si elle manquait de matériel avec la scène précédente. « Est-ce que tu as... tout entendu. » Parce qu'il est clair qu'elle a tout vu. Il est tout de même dans un café, l'endroit parfait pour l'écoute clandestine. C'est peut-être pour ça que Danae n'a pas apprécié en fait : qu'il amène ce sujet sensible ici, où tout le monde pouvait entendre et la juger en silence. « C'est pas ce que tu penses. » Et elle pense quoi au juste ? « Je ne suis pas... » Amoureux ? Non. Du tout. Il ne l’est pas. Il est juste un ami qui s’inquiète, c’est tout. Rien de plus. Et c’est vrai. Enfin, pour l’ami qui s’inquiète. Il n’aurait jamais osé avec une connaissance. Quoique... Il est assez maladroit, c’est plausible. Mais il sait qu'il n'est pas amoureux. « Je m'y prends si mal ? » enchaîne-t-il d'un ton plus bas, se penchant légèrement vers elle au-dessus la table, appuyé sur ses avants bras. Il contredit tout ce qu'il vient de bafouiller à la belle, repensant à tout ce qu'elle lui a dit. Après tout, il cherche à comprendre. Si Calypso en a une idée et qu'elle a déjà lancé le sujet, pourquoi pas ?

_________________
i guess i wanted to believe, cause if i just believe, then i don't have to see what's really there. ▬ DEH

Revenir en haut Aller en bas
En ligne

Calypso Marquez

membre qu'on adore
Voir le profil de l'utilisateur
LITTLE TALKS : 150
PSEUDO : polymnie
AVATAR : Vanessa Hudgens
CREDITS : Nenes
ÂGE : 33

the guide to getting out of the friendzone \ calypso Empty
MessageSujet: Re: the guide to getting out of the friendzone \ calypso   the guide to getting out of the friendzone \ calypso EmptyVen 17 Mai - 20:47

Tout. Notre commère avait tout entendu. Pauvre, pauvre Sammy… Manny. Qu’on se le dise : Caly n’était en rien sentimentale. Pourtant, elle devait bien avouer qu’il y avait quelque chose de… touchant à le voir se débattre ainsi pour maquiller la triste vérité. Magnanime, elle aurait pu lui concéder cette petite porte de sortie. Ou pas. « Oui, c’est ce qu’ils disent tous. » observa-t-elle dans un sourire moqueur, comme elle croisait les bras sur sa poitrine pour s’installer, à son aise, contre le dossier de sa chaise. A bien y réfléchir, il était difficile de savoir qui de lui-même ou de la jolie brune l’amoureux éconduit essayait de berner. Qu’importe. Tout vient à point à qui sait attendre. La demoiselle n’avait pas eu à prononcer le moindre mot pour le voir se dédire d’une simple question. « Hm. » lâcha Caly, pensive, le temps de se remémorer le drame qui s’était joué juste devant elle, quelques instants plus tôt. « Qu’est-ce que tu préfères ? » A ces mots, notre commère se pencha légèrement vers lui, les yeux brillants d’excitation. « Un mensonge qui fait sourire ou une vérité qui fait pleurer ? » Mouais. De toute évidence, notre Romeo du dimanche avait besoin qu’on le ménage un peu. Un peu seulement. Une fois n’est pas coutume, Caly décida de prendre le temps de peser ses paroles – chose suffisamment rare pour être soulignée. Pas question, cela dit, de lui passer de la pommade. Elle n’était pas Mère Teresa. Et puis quoi, encore ?

« Laisse-moi deviner. » risqua-t-elle enfin, pensive, tandis que sa mémoire – d’une précision sans faille – lui livrait de nouveau la scène, dans ses moindres détails. « Tu désespères de la voir en couple avec un mec que tu considères comme un connard fini, et tu te demandes quand elle va enfin se résoudre à le quitter ? » A dire vrai, nul besoin d’être extra-lucide pour se risquer à formuler cette hypothèse. Il lui avait suffi d’intercepter quelques secondes d’une conversation privée pour présager que ce pauvre Manny souffrait terriblement de voir sa belle le reléguer sans ménagement dans la friendzone. Un sentiment que partageaient des millions d’autres jeunes américains un peu bizarres et mal dans leur peau. Perplexe, Caly nota pour elle-même de ne jamais formuler cette observation – somme toute très personnelle – en des termes aussi crus. « C’est un peu de ta faute. » observa-t-elle finalement, dans une petite moue dubitative. Et de rajouter, d’un ton bien trop mielleux pour paraître sincère : « Sans vouloir te vexer. » De toute sa vie, Caly n’avait jamais eu peur de blesser qui que ce soit. Bizarrement, Manny lui inspirait de la sympathie. Au moins de la pousser à arrondir un peu les angles. Un tout petit peu. « Tu es là pour l’écouter, la rassurer, la consoler quand son connard est méchant avec elle… » énuméra-t-elle en comptant sur ses doigts, comme s’il lui était donné d’observer la scène de loin, depuis toujours. Il fallait dire qu’elle en avait croisé, des Manny, dans sa vie – et plus souvent que d’aventure. « En jouant les chevaliers servants, tu contribues à la maintenir dans ce genre de relation merdique. » Bon, d’accord. Elle y allait sans doute un peu fort. Mais quelque chose lui disait que l’argument ferait mouche. Flatter le triste Romeo n’aurait servi à rien – tant l’image qu’il avait de lui-même était dégradé. Mais sous-entendre qu’il était, malgré lui, le complice des malheurs de sa belle… Voilà qui devrait l’ébranler sérieusement. De là à le pousser à faire un pas dans la lumière ? Hm. Quelque chose lui disait que la route était longue. « Je suppose que tu n’as pas jugé utile de lui dire ce que tu ressens pour elle ? » Question rhétorique mais qui méritait néanmoins d’être posée.  
Revenir en haut Aller en bas

Manny Singh

optez indien pour une vie bien épicée
Voir le profil de l'utilisateur
LITTLE TALKS : 1510
PSEUDO : pascale, mrs.chaplin
AVATAR : le beau dev patel.
CREDITS : avatar, aristos achaion / gif signa, myself / gif profil, tumblr.
ÂGE : 31

the guide to getting out of the friendzone \ calypso Empty
MessageSujet: Re: the guide to getting out of the friendzone \ calypso   the guide to getting out of the friendzone \ calypso EmptyMar 4 Juin - 3:58


the guide to getting out of the friendzone
- - - - - - - - - - - - - -
Honteux, il l’est. Ce qui n’est pas nouveau pour le Singh, mais malgré tout, il ne s’y habituera jamais malheureusement. Que Calypso ait assisté à cette scène ne fait qu’empirer les choses. Lui qui est déjà mal à l’aise lorsqu’il revoit les gens qu’il croisait autrefois dans les couloirs de son lycée, savoir qu’il s’est ridiculisé ne fait qu’ajouter à ce malaise intérieur qui l’habite jour et nuit. Si vous pouviez avoir un super pouvoir, ce serait lequel ? L’invisibilité. La capacité de disparaître à tout moment et ne pas avoir à faire face aux maintes situations humiliantes qui s’imposent sans cesse dans sa vie. Bien entendu qu’elle ne le croit pas. Même lui ne se croit pas. Pourtant, il y pense vraiment. Ce n’est pas ce qu’elle pense. S’il le répète trois fois, ces mots vont-ils prendre réalité ? Dans sa vie, l’Indien a toujours opté pour le mensonge qui fait sourire. Ces faux espoirs l’empêchant de désespérer dans son coin, de s’isoler du monde. Celui qui fait mal à la fin, mais qui lui a tout de même fait plaisir un certain moment. Cependant, dans ce cas-ci, il doute que ce soit la bonne réponse. Il hausse les épaules, tout simplement, la réponse étant évidente. Celle qu’il ne veut pas entendre, mais qu’il a comprise lorsque Danae a franchie la porte d’entrée. La brunette lui énonce son hypothèse qui ne s’éloigne pas de la réalité. Son regard hésitant reste sur elle, il songe à une réponse. Une partie de lui à envie de nier et se défendre, mais de quoi ? De s’inquiéter pour une amie ? « Je désespère pas… » rétorque-t-il d’un ton bas et presque incertain. Un réflexe naturel chez lui de contredire tout défaut énoncé à son égard. « Je comprends pas, c’est tout. » Et c’est vrai qu’il ne comprend pas. Pourtant, il n’est pas le mieux placé pour parler. S’il y a bien une personne dans ce monde qui peut se faire traiter comme une merde et pardonner malgré tout, c’est bien lui. La seule différence est qu’elle sait qu’elle mérite mieux alors que Manny non. « C’est un peu de ta faute. » Perplexe, il fronce légèrement les sourcils, les yeux toujours rivés sur la jeune femme. Sa faute ? Ça, il a du mal à y croire. En quoi est-ce sa faute ? Trop tard, ça l’a vexé.

Assis sur sa chaise, il ramène ses mains sur ses cuisses, ne sachant quoi en faire, tout en écoutant la prochaine hypothèse de Calypso. Il y songe un instant, silencieux, le regard un peu perdu. Il comprend. Du moins, il pense comprendre. Pourtant, il ne voit pas le lien qu’elle tente de faire. Il ne veut pas le voir, refusant de croire qu’il en est la raison – une partie, du moins. « Je m’inquiète pour elle. » admet-il pour justifier ses gestes. « Je vois pas ce que je suis censé faire d’autres. » Après tout, si elle se plaint à lui, c’est qu’elle a besoin de réconfort, non ? C’est tout de même la base de l’amitié : être présent pour l’autre. Manny a toujours été cette personne et c’est ainsi qu’il procède. Lorsque quelqu’un est triste, il réconforte. Il ne réalise pas que le problème est là. Que le problème vienne du fait qu’il la traite comme une amie parmi les autres. La prochaine question le rend mal à l’aise, plus qu’il ne l’est déjà. Il détourne la tête et un léger rire malaisé quitte ses lèvres cherchant à voiler cette vérité. Il concentre son regard sur le barista qui sert un client en fil, évitant celui de Caly. « Tu crois vraiment que c’est de ma faute ? » demande-t-il, toujours touché par ces mots. Les intentions de Manny envers Danae ne sont pas ce que sous-entend Caly. Pas entièrement. Il s’est attaché à elle et ne le nie pas, mais il n’est pas près d’avouer un intérêt qui s’étend à plus qu’une amitié. Pour quelques raisons. Le manque de confiance, l’incertitude et l’idée que peut-être, ils ne sont pas faits pour être ensemble. « Je sais même pas pourquoi ça t’intéresse. » finit-il par dire pour, encore une fois, éviter le sujet. « On se connaît pas. » Enfin, elle ne le connaît pas. Il réalise, d’ailleurs, qu’il en a peut-être trop dit à cette fille, qui n’a jamais vraiment daigné s’intéresser à lui auparavant. « De toute façon, c’est cause perdue. » Sa situation avec Danae, avec les filles en général. The man is doom.

_________________
i guess i wanted to believe, cause if i just believe, then i don't have to see what's really there. ▬ DEH

Revenir en haut Aller en bas
En ligne

Calypso Marquez

membre qu'on adore
Voir le profil de l'utilisateur
LITTLE TALKS : 150
PSEUDO : polymnie
AVATAR : Vanessa Hudgens
CREDITS : Nenes
ÂGE : 33

the guide to getting out of the friendzone \ calypso Empty
MessageSujet: Re: the guide to getting out of the friendzone \ calypso   the guide to getting out of the friendzone \ calypso EmptyDim 9 Juin - 15:43

« Je ne le crois pas, j'en suis certaine. » lâcha-t-elle d'un ton grave, comme elle appuyait lentement son dos contre le dossier de sa chaise, pour mieux considérer son vis-à-vis d'un regard sévère, les bras résolument croisés sur sa poitrine. Caly ou l'art d'appuyer sans ménagement sur une plaie encore ouverte et sanguinolante. Pauvre Manny. De toute évidence, il ne fallait pas compter sur la jolie brune pour lui passer de la pommade. Et pourtant, elle était là, résolue à l'aider à sa façon - peu orthodoxe, certes, mais dont l'efficacité saurait sans doute être démontrée, a posteriori. Dans l'intervalle, la demoiselle n'était assurément pas décidée à ménager l'ego de son jeune apprenti. « Oh, pitié ! » grinça-t-elle, les dents serrées, dans une légère grimace. « Ne me la joue pas comme ça. On est pas dans une telenovela à deux balles. » Cause perdue ? Et puis quoi, encore ? Il aurait fallu que le pauvre garçon se retrouve amputé de ses deux bras et de ses deux jambes pour que notre coach en séduction - improvisée - le considère comme un cas désespéré. Pour l'heure, Romeo n'avait pas la moindre excuse à invoquer pour maquiller ce qui n'était au fond que le reflet de sa peur panique d'être rejeté par cette fille qu'il s'efforçait de présenter comme une amie - mais bien sûr ! « Tu vois, c'est précisément ça le problème. » lâcha-t-elle enfin, d'un ton qu'elle voulait plein de sagesse - tout un programme ! « Tu es persuadé que ce qu'il y a en toi est profondément stupide et embarrassant, je me trompe ? » Question rhétorique, bien entendu. Il aurait fallu être aveugle pour ne pas déceler que Manny ne désirait qu'une seule chose à cet instant : se fondre dans la couleur des murs du Snow Rose. « Tu as des atouts dans ton jeu. » reprit-elle. Et de rajouter, comme pour anticiper une éventuelle objection de sa part : « Tout le monde en a. Encore faut-il savoir les repérer et s'en servir. » Au terme d'un profond soupir, la demoiselle se pencha légèrement en avant pour venir poser ses deux coudes sur la table et appuyer son menton contre les deux paumes de ses mains jointes. « Quelles sont tes forces, Romeo ? »

Bizarrement, quelque chose lui soufflait que la réponse tarderait à venir. La leçon promettait d'être longue ! Mais Caly n'était pas femme à capituler si facilement. « Hé, vous ! » s'exclama-t-elle soudainement à l'attention d'un serveur qui passait à proximité de leur table. « Oui, vous. » Le temps que le jeune homme arrive à sa hauteur, la demoiselle se penchait brusquement vers lui pour s'emparer sans ménagement du stylo bille qui dépassait de la poche de sa chemise. « Je vous l'emprunte. » se contenta-t-elle d'annoncer, comme elle faisait glisser une serviette en papier jusqu'à elle, comme pour s'apprêter à noter à la volée la longue liste des atouts de Manny. « Oh, inutile d'en faire tout un plat. Je connais le patron. » lâcha-t-elle avec un air faussement important, en réaction à la mine déconfite du garçon qui était sur le point de s'éloigner. « Vous ne servez rien de plus fort, je présume ? » l'interpella-t-elle encore, tout en agitant la carte qu'elle avait déniché sur un coin de table. « Deux cafés, alors. » Au terme d'un vague haussement d'épaules, elle ajouta, le regard plein d'espoir : « Avec un doigt de whisky ? Non ? » A en juger par l'expression du serveur, la demande était incongrue. « Bon, très bien. Juste les cafés, alors. » Ce n'est que lorsque le jeune type eut tourné les talons que Caly daigna reporter son attention sur Manny. « Alors ? Je t'écoute. » Après tout, cet intermède récréatif lui avait largement donné le temps d'y réfléchir. Comme elle s'assurait de la bonne marche du stylo sur un coin de sa serviette, elle ajouta : « Et va doucement, que j'aie le temps de prendre des notes. »
Revenir en haut Aller en bas

Manny Singh

optez indien pour une vie bien épicée
Voir le profil de l'utilisateur
LITTLE TALKS : 1510
PSEUDO : pascale, mrs.chaplin
AVATAR : le beau dev patel.
CREDITS : avatar, aristos achaion / gif signa, myself / gif profil, tumblr.
ÂGE : 31

the guide to getting out of the friendzone \ calypso Empty
MessageSujet: Re: the guide to getting out of the friendzone \ calypso   the guide to getting out of the friendzone \ calypso EmptyLun 1 Juil - 17:35


the guide to getting out of the friendzone
- - - - - - - - - - - - - -
Plus la journée avance, plus l’Indien regrette d'avoir franchi le seuil de la porte de son immeuble, et même d’avoir pris son courage à deux mains en invitant sa voisine. Le pire, c’est qu’elle est loin d’être terminé et il n’ose même pas songer à ce qui peut encore lui arriver d’embarrassant d’ici son retour à l’appartement – en espérant ne pas recroiser Danae pour un nouvel épisode de Awkward conversation with Manny Singh !. Mais le plus vite il sera de retour chez lui, le mieux il se portera. Il n’y a qu’une chose qui l’empêche de retourner dans sa carapace : Calypso. Pourtant, rien ne l’empêche vraiment de quitter cette conversation aussi malaisante que la précédente. Simplement, sa dignité, sa honte, sa sympathie. La Marquez apporte des points qu’il tente de nier et partir sans répondre à ses interrogations seraient lui prouver qu’elle a raison et une petite partie de lui est curieux d’entendre les conseils qu’elle a à lui offrir. Légèrement brusquer par ses commentaires, il tente de garder son air hébété, neutre. La vérité fait toujours mal, et même s’il se voit vexé par ces paroles, il ne le prend pas mal. Enfin quelqu’un d’honnête, avec une opinion qui fait du sens. « Oui, je suppose... » finit-il par dire, en baissant le regard, après avoir songé à une réponse moins... triste. Sauf que Manny vit réellement avec cette conscience du malaise sociale qui l’habite, utilisant cela comme excuse pour justifier pourquoi il n’avance pas au même rythme que les autres. Il relève la tête lorsqu’elle parle d’atout. Les sourcils haussés, un semblant de grimace prend forme sur son visage. Lui ? Des atouts dans son jeu ? Bien que ce ne soit pas un jeu, il s’abstient de la corriger, convaincu que s’il ose nier ou se rabaisser une seconde fois, il va se prendre un coup ou une insulte de la jeune femme. À ce point-ci, une de plus ou une de moins, ça ne change rien, mais bon... Quelles sont tes forces, Romeo ? Son air incrédule ne quitte pas son visage alors que la question, pourtant simple, lui est compliquée. Disons qu’il est toujours plus facile de trouver ses défauts que ses qualités. Un problème qui ne se limite pas qu’à Manny, mais à une bonne partie des êtres humains. Le négatif avant le positif, malheureusement.

Malgré le fait qu’il soit conscient de certaines de ses qualités, il ne sait pas lesquels elle souhaite entendre. Surtout, qu’il est facile de tourner les qualités en défaut dans le monde de la séduction. Un jeu trop complexe pour un gamer. Le seul jeu qu’il abandonne facilement aux premiers obstacles, car ce n’est pas un personnage qui subit les dommages de la défaite, mais lui. Lorsqu’elle interpelle un serveur, Manny panique un instant, pensant qu’elle allait lui demander son avis. Il se redresse inconfortablement sur sa chaise, le dos tendu, les yeux légèrement écarquillés. Le soulagement lorsqu’il comprend qu’elle ne veut qu’un stylo, bien qu’au final, la scène qui se déroule entre le serveur et elle est tout aussi gênante. L’Indien jette un rapide coup d’œil au tour pour s’assurer que personne n’écoute cette conversation où son « amie » semble afficher des tendances alcooliques. La tête légèrement baissée, il se gratte la tempe de son index, gêné. Cela terminé, elle reporte son attention sur lui, prête à tout noter. Ses yeux dévient vers la serviette et remontent vers ceux de la Marquez. « Est-ce vraiment nécessaire ? » demande-t-il, pas convaincu de sa technique. « Je veux dire, ce n’est pas comme si je n’avais jamais essayé. » De se convaincre que c’est un bon gars et tout et tout. Sauf que ce n’est pas aussi simple et les insécurités reviennent rapidement au galop. « Ce n’est pas parce qu’elles sont écrites que ça va changer quelque chose. » À moins que ce soit un papier magique. Le regard sur elle, cherchant à se faire convaincant, il déclare rapidement forfait en le détournant dans un léger soupir. « Je suis... » Il hausse les épaules en secouant la tête, le regard balayant le café à la recherche d’une réponse dans le vide. « À l’écoute. » En voilà, une. C’est déjà bien. Du moins, si c'est ce qu'elle sous-entend par force. C'est tout de même un talent. Ce n'est pas tout le monde qui est capable d'endurer une conversation emmerdante comme lui le fait, avec le sourire en plus. « Cultivé ? » lâche-t-il d’un ton moins convaincu. Un trait qui peut soit nous rendre intéressant ou chiant, ça dépend avec qui on parle. « Drôle, peut-être. » Même si parfois, son intention n’est pas de faire rire, les gens semblent le trouver rigolo. « Tu peux m’expliquer en quoi cet exercice est utile ? » demande-t-il, toujours pas convaincu que ce soit la solution, ne se sentant pas vraiment enthousiasmer par tout cela jusqu’à maintenant. « Mis à part construire mon CV. » L’intention n’est pas de faire une blague, mais de souligner combien cela lui semble ridicule.

_________________
i guess i wanted to believe, cause if i just believe, then i don't have to see what's really there. ▬ DEH

Revenir en haut Aller en bas
En ligne

Calypso Marquez

membre qu'on adore
Voir le profil de l'utilisateur
LITTLE TALKS : 150
PSEUDO : polymnie
AVATAR : Vanessa Hudgens
CREDITS : Nenes
ÂGE : 33

the guide to getting out of the friendzone \ calypso Empty
MessageSujet: Re: the guide to getting out of the friendzone \ calypso   the guide to getting out of the friendzone \ calypso EmptyLun 8 Juil - 19:41

« Patience. » soupira-t-elle, comme elle roulait des yeux, comme pour mieux témoigner de sa lassitude face à tant de scepticisme. « Pas d’effort violent sans échauffement préalable. » Ah, Caly et ses formules à l’emporte-pièce… ! Nul doute que son jeune apprenti n’en sortirait ni convaincu ni rassuré. Pourtant, quelque chose lui soufflait qu’elle n’avait pas tout-à-fait tort. De son aveu même, le pauvre Manny ne brillait pas par la confiance qu’il plaçait en lui-même. Un brin d’autosatisfaction était, dès lors, un préalable à cette leçon de choses d’un nouveau genre. « Tu es à l’écoute ? » répéta-t-elle, songeuse, comme elle faisait lentement rouler le stylo du serveur entre ses doigts – de toute évidence, elle avait oublié son projet initial de noter scrupuleusement le moindre qualificatif énoncé par son élève. « Très bien. » estima-t-elle, dans un vague haussement d’épaules. « C’est une qualité. » Mais le silence semblait suggérer le contraire. « La plupart du temps. » Elle avait ajouté cette note personnelle dans un léger froncement de sourcils, comme si le cas de Manny était particulièrement épineux, si bien qu’il lui demandait de déployer toute la concentration dont elle était capable – et qui s’avérait généralement bien supérieure à ce que la plupart des gens pouvaient s'imaginer à son sujet. « Le problème, tu vois… » reprit-elle, comme elle se penchait lentement vers lui, comme pour lui souffler une confidence. « C’est qu’elle a l’air de te prendre pour son thérapeute. » Là-dessus, la demoiselle marqua une pause, pensive, avant de rajouter, dans un sourire en coin : « Remarque, à raison de plusieurs séances par semaines sans avoir à débourser le moindre dollar, elle aurait tort de se priver. » Le propos se voulait volontairement provocant – à l’image de tous ceux qui sortaient de la bouche de la jolie brune, quel que soit le public ciblé. On dit de l’amour qu’il vous rend aveugle. Or, notre coach d’un jour avait bien l’intention de rendre la vue à ce pauvre Manny.

« Je te déconseille de lui dire ce que tu ressens. » reprit-elle finalement, au risque de paraître aller à l’encontre de ce qu’elle avait suggéré, quelques instants plus tôt. Et de préciser, d’un ton qu’elle voulait plein de sagesse : « Pas tant que son regard sur toi n’aura pas changé. » De toute évidence, l’amoureux transi était bloqué dans la friendzone. Provisoirement ? Le pauvre bougre était en droit de l’espérer. Caly, quant à elle, était curieusement déterminée à lui prêter main forte pour se tirer de ce mauvais pas. « Les femmes ont une fâcheuse tendance à mépriser ce qui leur est acquis et désirer ce qu’elles ne peuvent avoir. » déclara-t-elle alors, de ce ton catégorique que l’on réserve généralement aux vérités scientifiques, éprouvées depuis des siècles – sans doute était-ce un peu le cas. « C’est ainsi. » conclut-elle alors, dans un nouveau haussement d’épaules qui semblait signifier qu’il était illusoire d’espérer de cette – comment s’appelait-elle, d’ailleurs ? – qu’elle soit l’exception venue confirmer la règle. « Fais-toi désirer, Don Juan. » s’exclama-t-elle enfin, comme elle gratifiait son jeune élève d’une tape amicale sur l’épaule – c’était Caly. « Prends tes distances. Sois plus évasif dans tes réponses à ses messages. » La jolie brune avait la fâcheuse impression d’enfoncer des portes courtes. D’un autre côté, quelque chose lui disait que son jeune apprenti partait de relativement loin sur le sujet. « Va à la rencontre de nouvelles personnes et fais en sorte qu’elle le sache. » Là-dessus et sans crier gare, la demoiselle brandit son smartphone d’une main et empoigna Manny par l’épaule de l’autre, le temps d’un selfie improvisé. L’instant d’après, elle ravalait le sourire colgate façonné pour l’occasion, le temps de pianoter rapidement sur l’écran. « Tu as un compte Insta ? » demanda-t-elle d’un ton distrait. Elle semblait sur le point de publier la photo pour finalement se raviser. « Bon, le moment est sans doute mal choisi. » Le fait que Manny prenne la pose en compagnie d’une autre à peine quelques minutes après la fin de son rendez-vous avec sa dulcinée risquait d’être fort mal interprété – quoi que la tronche que sa pauvre victime tirait sur le cliché ne laissait planer aucun doute quant au caractère purement platonique et innocent de ce rencart improvisé. « Mais tu as sûrement quelques amis avec qui faire la tournée des bars samedi soir ? » suggéra-t-elle finalement. « Ou n’importe quoi d’autre. » Et de préciser, à toutes fins utiles : « Tout sauf une soirée pizza et console. Ça ne fait rêver personne. »
Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé

the guide to getting out of the friendzone \ calypso Empty
MessageSujet: Re: the guide to getting out of the friendzone \ calypso   the guide to getting out of the friendzone \ calypso Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

the guide to getting out of the friendzone \ calypso

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Guide]Du niv.0 au niv.2
» [Guide]La pêche
» Le guide de l'organisateur
» Guide du RP
» [Guide] Le bonheur

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
REDWOOD HILLS :: 
YOU'RE ENTERING REDWOOD HILLS
 :: Midtown :: snow rose cafe
-
Sauter vers: