AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Merci de privilégier les nombreux scénarios, pré-liens et membres des familles lors de votre inscription ! It's an another of sun {Ryan} 3189630431
N'hésitez pas à interpréter un membre de la secte ! It's an another of sun {Ryan} 3929863547
Nous recherchons activement des parrains, n'hésitez pas It's an another of sun {Ryan} 3189630431

Partagez
 

 It's an another of sun {Ryan}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Ellie Martell

membre qu'on adore
Voir le profil de l'utilisateur
LITTLE TALKS : 675
PSEUDO : Foxpaw.
AVATAR : Emily Blunt.
CREDITS : yavana (avatar) + astra (codes signature) + tumblr (gifs)
ÂGE : 36

It's an another of sun {Ryan} Empty
MessageSujet: It's an another of sun {Ryan}   It's an another of sun {Ryan} EmptyDim 19 Mai - 3:36


It's an another of sun
Ryan et Ellie


Tout portait à croire que le monde leur souriait enfin. Il était bien plus clément, à même de pouvoir ouvrir de nouveaux horizons dans lesquels les difficultés paraissaient bien moindres en fonction de ce qu’ils avaient pu vivre. La légèreté gagnait peu à peu de la distance, conférant par ce biais des opportunités où les prises de décisions devenaient bien plus simples. Même si il subsistait encore des doutes-et resteraient-ils pour toujours-, il n’en restait pas moins que tout était bien plus agréable. Les sourires d’Alarik aidaient beaucoup à cette approche, ses bonnes intentions encore plus, mais ce qui permettait à Ellie d’entreprendre la vie sous cet ordre n’était autre que le bonheur qu’elle partageait à l’unissons avec son Danois. Ils s’étaient retrouvés, ils fondaient même leur propre famille, le but de leur existence prenait un sens certain et cela ils avaient su le construire à deux. Les épreuves les avaient grandis tous les deux, leurs avaient apporté ce petit plus grâce auquel ils confectionnaient leur tout. En somme, ils étaient heureux tout simplement. Et ce bonheur s’accompagnait d’autres bontés ou nouveaux horizons, comme l’épanouissement de sa nièce par exemple. La séparation avait été difficile, mais la distance ne ferait rien de cette belle relation qu’elles avaient su construire toutes les deux. La vie de Mila s’offrait à elle également, elle se profilait sous de meilleurs augures, lui apprenant que finalement tout n’était pas difficile bien au contraire. La page du livre se tournait, pour laisser l’encre s’écouler au fil de la plume et ainsi coucher de nouveaux mots sur le papier. Des mots plus doux, plus tendres, fiers de décrire un courage duquel un avenir se profilait avec ses plus beaux aspects. La mère veillerait toujours sur sa fille d’une manière ou d’une autre, mais la vie était aujourd’hui celle qui lui permettrait de voguer en suivant ses propres initiatives. Certes, il persistait de l’inquiétude quand à la bonne tenue de ce mât, mais Ellie osait croire en de bons vents, en de belles esquisses qui plongeraient son M&m’s dans un paysage radieux.

Tout cela l’aidait à affronter ses propres démons, ses propres peurs au sujet de son propre avenir. L’arrivée d’une petite fille l’affolait en même temps qu’elle la transportait vers une bienséance sans nom. Enfin, Ellie pourrait devenir cette mère qu’elle n’avait pas pu être depuis toutes ces années, enfin elle pourrait participer à la bonne éducation d’un être qu’elle chérirait comme étant le sien, enfin elle serait celle qu’on appellerait maman. Et Alarik serait celui qu’on désignerait papa. Son rêve lui donnait l’impression de se réaliser un peu plus encore à chaque fois qu’ils remplissaient une nouvelle formalité administrative, mieux encore, lorsqu’ils confectionnaient cette petite chambre qui appartiendrait à cet être si attendu. L’épanouissement toquait enfin la porte de la maison des Sorenson et tous les deux avaient décidé ensemble de lui ouvrir le seuil pour qu’elle puisse pénétrer les lieux et s’en accommoder à sa guise. Les larmes de joies coulaient sans retenue le long de ses joues, tendres quant à cette volonté de prouver à ceux qu’elle aimait plus que tout, combien elle se trouvait chanceuse grâce à eux. La gratitude emplissait son cœur sans aucune retenue non plus, alors que les sourires octroyaient des moments durant lesquels le rêve devenait un peu plus réalité. Amoureuse, épanouie, heureuse, Ellie ne pouvait rien demander de plus si ce n’était peut être que la répartie soit égale pour les siens.

Ou bien que le temps se prête à la partie et daigne s’accélérer un peu pour qu’elle devienne officiellement la femme de cet homme qui lui avait permis de grandir. Le délai se rapprochait, il en était une vérité probante à ce sujet, néanmoins, il n’était pas assez rapide selon ses goûts. Ellie désirait tellement se sentir épouse d’Alarik, lui permettre de croitre un peu plus pour ainsi sceller cette relation qu’ils avaient commencé à construire depuis tant d’années. Heureusement, les préparatifs leur prenait du temps et leur permettait de songer à autre chose. Les plans de table étaient loin derrière eux aujourd’hui, le choix des chansons pour l’ouverture du bal également. Pourtant il persistait cette petite angoisse pour bien savoir danser le jour J et donner à l’homme de sa vie la chance de pouvoir vivre lui aussi ce même conte de fée qu’il lui offrait. Ellie désirait être parfaite pour lui, celle qui ne le ferait plus douter dès l’instant où il poserait ses yeux sur elle. Alarik méritait d’entrevoir l’avenir parfait ou du moins du mieux qu’ils puissent le fonder tous les deux, juste en la découvrant la première fois devant l’autel. Elle ne voulait rien laisser au hasard et surtout pas des mèches de cheveux qui auraient troublé sa vision et manqueraient de la faire tomber.

Voilà pourquoi, elle sortait à peine de coiffeur aujourd’hui. Les cheveux relevés, il n’y avait rien qui ne laisse sous entendre un quelconque indice sur les barrettes qu’elle porterait ce grand jour, pourtant la manière dont sa nuque était dégagée permettait de comprendre que le port du voile avait bien été calculé. Pendant quarante cinq minutes, elle avait pu détailler à la coiffeuse la manière dont elle désirait que ses cheveux soient tenus, montrant toutes ces photos possibles et imaginables que l’on trouvait toujours réalisées à la perfection sur instagram ou autre pinterest. La pauvre coiffeuse avait été d’une patience sans nom, alors qu’elle essayait de comprendre les attentes de l’assistante sociale tout en lui expliquant que les attentes seraient différentes de la réalité, comme à chaque fois. Ellie entendait ses remarques, lui conférant là la bonne entente de ses conseils. Après tout, elle était coiffeuse et connaissait son métier. Et puis les essais commencèrent. Trente minutes plus tard, il leur semblait à toutes les deux que ces derniers étaient probants, même si une autre séance viendrait s’ajouter à celle-ci avant le mariage. Contente du résultat, Ellie souriait de plus belle alors qu’elle franchissait le seuil de la porte de la coiffeuse. Son sac au bras, l’air du printemps gonflant ses poumons, elle se laissa aller à flâner tout simplement, glanant sur les devantures de quelques magasins de Redwood Hills.



_________________
ellak.
I will be loving you 'til we're 90, and baby my heart could still fall as hard at 34. Oh me I fall in love with you every single day, and I just wanna tell you I am. So honey now, take me into your loving arms, kiss me under the light of a thousand stars.


Spoiler:
 


Dernière édition par Ellie Martell le Jeu 20 Juin - 3:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Ryan Mason

Living like a Renegade
Voir le profil de l'utilisateur
LITTLE TALKS : 147
AVATAR : Jonathan Whitesell
CREDITS : Lydie
ÂGE : 22

It's an another of sun {Ryan} Empty
MessageSujet: Re: It's an another of sun {Ryan}   It's an another of sun {Ryan} EmptyLun 27 Mai - 17:14

Catch me, if you can...
Ellie & Ryan

 
« She comes to find me way too soon, and leaves me leaves me way too fast for my heart, to be anywhere but with the moon... »
Le monde lui avait sourit. Il avait été heureux. Pour la première fois de sa vie. Il s'était senti vivant. Il avait quelqu'un à ses côtés. Il n'était plus seul. Quelqu'un l'aimait comme il était vraiment. Ce fut une bouffée d'air frais pour le jeune garçon qui ne s'était jamais senti à sa place. Lui qui avait si souffert de la solitude, de son profond mal-être. Sa vie avait été bien sombre. Combien de fois le jeune homme avait pensé à franchir le cap, à vouloir disparaître car sa vie n'avait pas de sens. Ni pour lui. Ni pour personne. Il n'avait jamais su s'aimer. Il était plus facile de haïr ce qu'il était, de se sentir coupable de tous les maux. Comme il était plus facile de s'accrocher à ce garçon que l'on avait si souvent humilié et rabaissé. Il avait tellement entendu de fois qu'il était inférieur, qu'il était un moins que rien, qu'il avait finit par le croire et s'habituer à cette situation. Et soudainement, il se retrouvait avec des sentiments, se retrouvait aimé. Il se souvenait de ses étreintes, sa tête contre l'épaule de son amant ou leurs nuits, Ryan posant sa tête contre le torse du garçon qui entourait sa taille de ses bras protecteurs.

Mais cette illusion se brisa bien rapidement. C'était trop beau pour être vrai. Il ne pouvait être heureux. Il ne méritait pas le bonheur. Il s'était fait à cette idée, que le bonheur n'était pas réservé à tous, et que des gens comme lui ne le méritaient tout simplement pas. Son monde se brisa, quand son petit-ami lui cracha à la figure, l'accusant de profiter de lui et de sa richesse familiale. C'était faux. Et pourtant l'homme l'avait brisé, détruit psychologiquement, au point de le rabaisser plus bas qu'il ne l'était avant qu'ils se soient rencontrés. Ryan se souvenait de ses mots. Il lui avait dit que sa vie n'avait pas de sens avec lui. Alors le jeune garçon compris que sa vie n'avait aucun sens tout court. Son bonheur lui était arraché et il se retrouvait seul. Alors il avait essayer. Mais bon à rien, il avait échoué. Quand il s'était réveillé dans une chambre d'hôpital, il était seul dans la pièce. Ce n'était donc pas un cauchemar, c'était la réalité. Il aurait aimer que ce soit comme dans les films, que son petit ami soit à son chevet et s'excuse, mais ce n'avait pas été le cas. Il n'avait plus rien à faire de lui. Alors à quoi bon. Personne ne se souciait de lui. Personne ne s'intéressait à lui.

Autour de lui, tout était sombre, et Bryan errait, en se posant de nombreuses questions, des questions qui entretenaient ses idées noires. La vie n'avait plus aucune saveur entre ses lèvres. Tout était gris, comme un long couloir dont toutes les portes seraient closes. Avec une lumière au bout, une lumière qu'il avait vu, le temps d'un instant. Rien ne l'attendait nulle part. Sa motivation s'était effondrée. Un grand vide le consumait. Un manque. Il n'avait pas de but, pas d'ambition, tel un fantôme qui errait sas pouvoir saisir les aléas de la vie devant ses yeux. Il se sentait inutile, alors qu'il errait, le regard vide, tête baissée, et main dans les poches. Il entra dans la librairie, une boutique qu'il avait l'habitude de fréquenter. Il avait toujours aimer lire. Dans les livres, il pouvait être quelqu'un d'autre, il pouvait incarner un personnage, être ce qu'il ne serait jamais et être heureux, être le héros. Il pouvait y passer des heures, pour échapper à la réalité, échapper à un monde dont il se sentait exclu. Ses doigts glissaient sur les tranches des livres disposés par ordres alphabétiques le long des étagères, selon les différents genres. Finalement, le jeune homme posa son doigt sur un ouvrage, American Gods de Neil Gaiman. Il s'enfermerait ensuite pour lire. C'était le plan. Il approcha de la caisse, posant le livre avant de donner un billet et prenant les pièces qu'on lui rendait, avant de quitter la boutique. Il rangea le livre dans son sac, remettant ses mains dans ses poches.

Spoiler:
 
(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas

Ellie Martell

membre qu'on adore
Voir le profil de l'utilisateur
LITTLE TALKS : 675
PSEUDO : Foxpaw.
AVATAR : Emily Blunt.
CREDITS : yavana (avatar) + astra (codes signature) + tumblr (gifs)
ÂGE : 36

It's an another of sun {Ryan} Empty
MessageSujet: Re: It's an another of sun {Ryan}   It's an another of sun {Ryan} EmptyJeu 20 Juin - 3:54


It's an another of sun
Ryan et Ellie


Redwood Hills grouillait comme à son habitude. Beaucoup de visages étaient familiers, au point qu’il était aisé de sourire afin de saluer ces derniers. L’assistante sociale connaissait énormément de familles pour les avoir vu se faire et se défaire au fil des années. Surement représentait-elle un pilier pour beaucoup ? Tant son visage s’apparentait à cette habitude conservatrice qui berçait pour beaucoup les accalmies des orages. Redwood était une petite ville dans laquelle tout le monde ou presque se connaissait. Voilà pourquoi, elle se sentait fière aujourd’hui de pouvoir y avoir sa place comme tout un chacun. La ville l’avait vu grandir au fil des années, lui inculquer une expérience grâce à laquelle elle avait pu devenir qui elle était aujourd’hui. Une femme avec des idées. Une femme à même de savoir ce qu’elle désirait et de reconnaître le bon ou le mauvais dès lors que les deux préceptes se présentaient à elle. Une femme qui avait attendu de la vie et avait fini par y trouver une voie alors que tout espoir était perdu. Finalement, la jeune femme avait réussi là où beaucoup aurait arrêté. Et tout cela elle le devait principalement à sa nièce et l’homme avec qui elle finirait sa vie. Le monde avait su lui sourire alors qu’elle n’y croyait plus, il avait su lui prouver que le soleil étaità même de la réchauffer même si ses rayons étaient imperceptibles. Il y avait de cet espoir qui avait fini par l’amener vers un meilleur. Meilleur qu’elle chérissait aujourd’hui et dont elle désirait en préserver les moindres détails. Car oui, ils avaient tous assez souffert pour le reste de leur existence. Ils avaient tous assez connu les tracas, semés d’embûches et de peine pour toutes leurs vies. Aujourd’hui, ils ne pouvaient que tendre les bras pour se laisser aller vers ce meilleur, s’y laisser bercer comme si la mélodie clamait haut et fort qu’ils avaient le droit à cela. Tout le monde avait droit au bonheur. La jeune femme y croyait coûte que coûte tant elle côtoyait la misère sociale au quotidien. Combien de personnes avait-elle aidé ? Combien de famille avait-elle tenté de raisonner, bien souvent en vain, pour leur prouver que les difficultés résidaient simplement dans ce qu’ils créaient et non pas dans ce qu’ils s’enfermaient. Tout le monde avait ses hauts et ses bas, il ne restait qu’à faire en sorte d’accorder bien plus de valeur à ses hauts plutôt que s’enfermer dans les bas. La difficulté ne résidait pas dans le fait de se relever, non, elle résidait bien plus dans la volonté de continuer à penser au mieux. La nature humaine était faite pour survivre, s’adapter, mais de cette idée naissait également cette facilité à se plonger vers les abysses plutôt que s’élever vers les cîmes.

Alors elle souriait à la vie. Elle lui laissait l’opportunité de prendre de la hauteur pour ainsi profiter au maximum de ce qu’elle avait à lui offrir. Le mariage en l’occurrence. Cette aubaine grâce à laquelle, elle savait au fond d’elle que son chemin avait enfin trouvé sa voie. Les préparatifs avaient beau essayer de les plonger Alarik et elle dans des questions existentielles de couleurs et autres décorations particulières, il n’en restait pas moins que la vie qui s’annonçait juste derrière valait tout. Son bonheur s’était inscris sur son visage, comme si il n’était pas prêt à s’échapper. Elle croyait en tout, et continuerait probablement à le faire maintenant qu’elle avait compris. Les disputes n’étaient rien en comparaison à ce que la joie de partager pouvait offrir. Mieux valait songer à ce meilleur pour délaisser les doutes, parce que cela en valait la peine. La coiffure qu’on venait de lui réaliser n’était surement pas parfaite, mais à quoi bon s’en inquiéter finalement ? Ellie serait heureuse de rejoindre Alarik devant l’autel, de signer le registre sur lequel ils seraient officiellement mari et femme, de pouvoir lire dans son regard bleuté toute cette vie qui s’offrait à eux et pour laquelle ils continueraient à se battre. Parce qu’ils étaient ensemble. Et le resteraient jusqu’à ce que la mort les sépare.

Son regard éclairé se laisser aller à admirer quelques vitrines de-ci de-là. En quête d’un petit quelque chose qu’elle pourrait lui offrir et qui le ferait sourire pour ses bêtises. Il y en avait tant. Mais l’idée d’acheter ce petit ourson qui remuait son popotin sous l’effet solaire la tentait de plus en plus. Elle était certaine que la boutade réveillerait en lui l’ours mal léché qu’il pouvait être, mais une autre part d’elle trouvait l’occasion trop belle. Voilà la raison pour laquelle, elle se déporta sur le côté, prête à rentrer dans la boutique au moment où un son attira son attention. Léger et fluide, il lui donna lieu de s’abattre avec force contre le sol, l’obligeant à aller à l’encontre de ce dernier tout en laissant sa voix interpeller le propriétaire. « Monsieur ! » Sa voix avait pris un ton qui se voulait un peu fort de manière à se faire entendre. « Monsieur, vous avez fais tomber votre… » Elle s’enquit de prendre l’objet dans ses mains et se redressa rapidement pour rejoindre la silhouette du jeune homme en question. « … portefeuille… porte-monnaie… porte-carte… » Elle regardait l’objet sans réellement en reconnaître l’utilité en question. « … votre porte-quelque-chose. » Sa main tendit l’élément au devant d’elle de manière à ce qu’il puisse s’en saisir tout en gardant son sourire qui se voulait rassurant.

Spoiler:
 


_________________
ellak.
I will be loving you 'til we're 90, and baby my heart could still fall as hard at 34. Oh me I fall in love with you every single day, and I just wanna tell you I am. So honey now, take me into your loving arms, kiss me under the light of a thousand stars.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Ryan Mason

Living like a Renegade
Voir le profil de l'utilisateur
LITTLE TALKS : 147
AVATAR : Jonathan Whitesell
CREDITS : Lydie
ÂGE : 22

It's an another of sun {Ryan} Empty
MessageSujet: Re: It's an another of sun {Ryan}   It's an another of sun {Ryan} EmptySam 29 Juin - 17:59

It's an another of sun...
Ellie & Ryan

 
« She comes to find me way too soon, and leaves me leaves me way too fast for my heart, to be anywhere but with the moon... »
Les rues de Redwood Hills abondaient de passants. Ryan était comme tous ces gens, vacants tous et chacun à leurs propres occupations. La seule différence était que Ryan errait, sans vrai but. Il rasait un peu les murs, fuyant les regards, mains dans les poches, tête baissée. Personne ne se souciait de lui. Personne ne s'intéressait au garçon. Loin de vouloir être le centre du monde, il avait juste besoin d'un peu d'attention et besoin de se sentir aimer. Il avait été en couple une fois. Il se sentait heureux, vivant, aimé. Il n'avait besoin de rien de plus. Jusqu'au jour où son petit ami est rentré furieux, l'accusant de profiter de lui, des soit-disant lettres prouvant ces faits. C'était faux. Jamais Ryan n'avait abuser de quoi que ce soit. Il était même gêné quand le jeune homme payait à sa place. Et surtout, Ryan n'avait pas besoin d'argent. Il se souvenait de chaque mot prononcé par son petit ami dans la dispute. Il n'avait rien oublié. Comme marqué au fer rouge dans sa peau, au plis profond de son être. Quelque chose qu'il ne pouvait oublier. Il s'était retrouvé seul, soudainement abandonné, sans repère, sans phare. Il avait été brisé. Comme si on l'avait détruits en plusieurs morceaux et qu'on avait écraser ces petits fragments. Il se sentait si vide. Comme s'il n'était plus rien. De toute façon, il n'avait plus rien, songeant que sa vie ne valait pas la peine d'être vécue. Il avait tenté de faire l'irréparable. Il avait échoué, condamner à errer encore un moment. Il était resté plusieurs jours à l'hôpital, sous surveillance, même si cela ne changeait rien.

Tout ça à cause de sa belle-famille. Les parents de son ex n'avaient jamais appréciés Bryan. Ils avaient tout fait pour briser le couple et avaient finalement réussis. Il l'ignorait, comme son ex sans doute, que sa famille avait conçu des fausses preuves, dans le but que son petit ami rompe avec lui. Peu importait la manière. Ryan n'avait plus confiance en lui, encore moins dans le monde et l'avenir. Il avait peur d’être blessé davantage. Il se refermait sur lui, pensant que le bonheur n'était pas fait pour lui de toute façon, une manière d'accepter son sort, même s'il ressentait un grand vide en lui. Un gouffre dans lequel il était plongé. C'était plus simple de tomber dedans qu'en remonter. La pente était raide, menant à un trou sans fin...

Sortant du magasin, il ne fit pas attention à son sac mal fermé, avançant dans la rue pour rentrer, sans se fier à ce qui l'entourait. Il ne faisait pas vraiment attention à ce qui l'entourait, le regard vide, agissant presque comme un automate. Il entendit une voix, songeant d'abord que ce n'était pas pour lui, alors ne se retourna pas. Mais la voix se rapprochait et il comprit qu'on s'adressait à lui, alors qu'une jeune femme ramassait un objet par-terre et venait à lui pour lui rendre. Le jeune homme se sentait un peu gêné, tendant sa main pour récupérer l'objet.

- Oh, excusez-moi...M-merci.

Répond-il timidement, se forçant à sourire. Par politesse pour la jeune femme. Certains ne lui auraient pas rendu ou n'auraient rien dit. Seulement, ce sourire n'était pas sincère. Juste un masque. Il avait du mal à sourire, à trouver une vraie raison pour qu'un sourire ne se dessine sur ses lèvres. Ce n'était pas contre elle. C'était juste lui qui avai un problème...
(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas

Ellie Martell

membre qu'on adore
Voir le profil de l'utilisateur
LITTLE TALKS : 675
PSEUDO : Foxpaw.
AVATAR : Emily Blunt.
CREDITS : yavana (avatar) + astra (codes signature) + tumblr (gifs)
ÂGE : 36

It's an another of sun {Ryan} Empty
MessageSujet: Re: It's an another of sun {Ryan}   It's an another of sun {Ryan} EmptyDim 21 Juil - 1:48


It's an another of sun
Ryan et Ellie


La jeune femme avait acquis des réflexes de par son expérience dans le métier. Des signes desquels il lui était possible de distinguer dès lors qu’une zone d’ombre portait à faux un comportement tout entier. La culpabilité était le sentiment avec lequel elle avait eu le plus à agir. Surtout lorsque les situations amenaient des positions délicates pour les familles dont elle était à la charge. Le dénouement de ce pêle-mêle de problème était bien souvent axé sur une succession de non-dits, des remords, qui, avec le temps, avaient tissé une toile si imposante dans les âmes de chaque protagoniste qu’il était difficile d’en retrouver le foyer pour mieux la démêler. Le temps favorisait cette finalité. Permettant d’amener quelques moments de répit et donc de recul pour les personnes les plus démunies et ainsi leur ouvrir un champ de vision un peu plus large pour mieux s’opposer aux nuances d’ombres. Ce même temps avec lequel l’on courait après pour le rattraper dans l’espoir de se confondre à nouveau dans un passé qui nous isolait du reste, un passé dans lequel tous ces problèmes n’avaient pas lieu d’être. Les aléas de la vie étaient bien souvent incontrôlables et inattendus, ils concevaient de nouveaux idéaux, mettaient en exergue des changements devant lesquels le retour en arrière était impossible et il fallait apprendre à faire le deuil de ce passé pour mieux affronter le présent. Voici donc en quoi consistait réellement la profession de la jeune femme. Apprendre aux personnes à accepter pour mieux affronter le présent et ainsi se projeter vers l’avenir, à les aider dans les moments les plus difficiles dans l’espoir qu’un jour ils parviennent à se reprendre en main seuls et profitent tout simplement de ce que la vie leur offrait. Certes, cet idéal ne touchait pas tout le monde et seul le soulagement pour certains points étaient une petite victoire dans certains cas. Mais l’espoir lui, persistait malgré tout, et mieux valait-il qu’il demeure intact pour qu’elle puisse donner le meilleur d’elle à chaque fois. Elle-même avait réussi d’une certaine manière, en acceptant ce fait de ne jamais pouvoir donner la vie. Comme le lui avait répété son fiancé à maintes reprises, à tout problème existait une solution. Et ils l’avaient trouvé à deux aussi bien par la patience que par leurs discussions qui les avaient menés naturellement sur la voie de l’adoption. Et c’était grâce à cela que l’assistante sociale se sentait aujourd’hui épanouie, à même d’arriver à croiser le chemin de l’avenir dans lequel elle partageait volontiers tout son être avec les personnes qu’elle aimait.

Aussi l’ombre ne l’effrayait plus aujourd’hui et elle espérait ne pas avoir à s’en méfier pendant longtemps. Ce temps lui faisait énormément de bien, au point qu’elle ressentait cette capacité à parvenir à tout affronter à sa manière. Même cette coiffure qui l’angoissait, même les détails les plus insignifiants qui l’empêchait de dormir la nuit parce qu’elle désirait que leur mariage réponde aux attentes de celui avec qui elle comptait partager le reste de son existence. Rapidement, ses pensées se bousculèrent pour ne laisser place qu’à ce désir, qu’à ce bonheur qu’elle désirait lui offrir jusqu’à la fin de ses jours. Jusqu’à cette éternité qu’ils concevaient aujourd’hui tous les deux. Jusqu’à ce que son attention ne fut attirée par la chute d’un petit objet significatif. Sa sincérité la poussa à se dépêcher pour le ramasser et ainsi interpeller le jeune propriétaire du petit élément. Son sourire s’était agrandit pour ainsi prouver un peu plus sa bonne volonté mais également cette assurance qu’elle savait exprimait naturellement aux autres. D’ailleurs, elle s’était même permis d’émettre une réserve d’humour pour dédramatiser la situation. Mais sa surprise fut de mise alors que la culpabilité donnait lieu de ronger doucement le visage du jeune homme devant elle. Ses yeux la fuyaient comme si il laissait exprimer son désir ardent de fuite, sa réserve laissait sous entendre qu’il aurait voulu être partout ailleurs mais surtout pas ici. « C’est plutôt à moi de m’excuser d’avoir un levé le ton pour que vous puissiez m’entendre. » tenta t-elle d’évoquer alors que son sourire ne se tarissait pas et montrait au contraire un sentiment de bienveillance à l’égard di jeune homme devant elle. « Et puis ça arrive à tout le monde de perdre quelque chose, l’important c’est de le retrouver. » continua t-elle sur cette même lancée tout en essayant de comprendre les raisons pour lesquelles il se rétractait autant. Une fois de plus, sa profession et son expérience étaient là et lui soufflaient des messages mettant en évidence ces signes de culpabilité qu’elle combattait au quotidien pour les autres.

«  ça va ? » demanda t-elle alors qu’elle reconnaissait bien ce sourire qui feignait la vérité. Ce sourire qui laissait sous entendre qu’il valait mieux en afficher un pour se fondre dans la masse et répondre à ce qu’il fallait faire plutôt qu’à ce que l’on désirait réellement.


_________________
ellak.
I will be loving you 'til we're 90, and baby my heart could still fall as hard at 34. Oh me I fall in love with you every single day, and I just wanna tell you I am. So honey now, take me into your loving arms, kiss me under the light of a thousand stars.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Ryan Mason

Living like a Renegade
Voir le profil de l'utilisateur
LITTLE TALKS : 147
AVATAR : Jonathan Whitesell
CREDITS : Lydie
ÂGE : 22

It's an another of sun {Ryan} Empty
MessageSujet: Re: It's an another of sun {Ryan}   It's an another of sun {Ryan} EmptyLun 22 Juil - 15:45

It's an another of sun...
Ellie & Ryan

 
« She comes to find me way too soon, and leaves me leaves me way too fast for my heart, to be anywhere but with the moon... »
Ryan s'enfonçait sous son masque. Sous le sourire qu'il feignait, il cachait toute sa douleur et son sentiment de mal-être. Son cœur était obscurci par sa tristesse, par ce vide en lui, ce vide qui le rongeait, jour après jour. Des cauchemars hantaient ses nuits. Il ne dormait peu, rattrapé par ses mêmes pensées sombres. Ryan avait pensé mettre fin à ses jours. Cette fois, il avait essayer. Mais il était toujours-là, vivant une vie qui ne valait pas la peine d'être vécue. Tout était gris autour de lui. Plus rien ne trouvait de grâce à ses yeux. Quand il s'était réveillé à l'hôpital, il s'était réveillé seul, dans une chambre vide. Il aurait aimer que ce soit comme dans les films, comme dans la série, que son ex soit à son chevet. Mais rien. Il l'avait rayé définitivement de sa vie, supprimant toute trace de son existence. Comme si Ryan n'avait jamais existé. Ryan était une âme damnée, errant sans vrai but. Il s'était fait à l'idée qu'il ne pourrait jamais être heureux, qu'il n'avait pas le droit au bonheur.  La tête baissée, le regard plongé vers le sol, rasant les murs en se fondant dans la masse. Ryan ne voulait embêter personne avec ses problèmes. N'imposer ça à personne. Même si tout ce dont il avait besoin était d'attention, d'une personne qui se préoccupe réellement de lui, qui donne sens à sa vie et puisse illuminer ses journées. C'était comme ça qu'il s'imaginait. C'était ce qu'il avait vécu quelques mois, avant la rupture avec son petit ami. Il avait besoin de se sentir vivant, de se sentir normal et pas comme il se sentait alors, différent, victime de son profond mal-être.

Il n'avait pas fait attention à l'objet tombé de son sac mal fermé. Jusqu'à ce qu'il ne sorte enfin de ses pensées, interpellé par une voix d'une femme qui le rattrapait. Le jeune homme rebroussa chemin, arrivant à hauteur de la jeune femme qui l'interpellait. Elle lui rapportait ses affaires, tombées au sol quelques secondes plus tôt. Heureusement qu'elle avait été là. Le jeune homme la remercia timidement, à la fois gêné et intimidé. Il n'osait la regarder dans les yeux. Au jour d'aujourd'hui, il se sentait plus bas que terre, détruit et brisé par son petit ami qui l'avait trompé, accusé de choses qu'il n'aurait jamais faites. Comme si il avait été découpé en de nombreux morceaux, mis ensuite au feu avant d'être écrasé jusqu'à ce qu'il n'en reste plus rien. C'est ce qu'il avait ressenti au moment où son regard avait croisé le miroir, à peine quelques heures plus tard.

- Non...Ne vous en faites pas...C'est ma faute.

Quitte à être coupable de quelque chose. Dans ses sombres moments, il se sentait coupable de tous les maux. Malgré sa bienveillance, le jeune homme restait réservé et renfermé, plus encore qu'il ne l'avait été par le passé.

- Oui...Hum, c'est pas faux.

Pensa t'il conclure. Avant qu'elle ne lui demande comment il allait. Aussitôt la réponse de facilité. Cette réponse qui faisait que les gens ne cherchaient pas à voir plus, ne se doutaient pas de ce qui se cachait sous le masque du garçon, feignant la vérité.

- Je vais bien. Et vous ?

Demande-elle à cette femme qu'il ne connaissait pourtant pas.

(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas

Ellie Martell

membre qu'on adore
Voir le profil de l'utilisateur
LITTLE TALKS : 675
PSEUDO : Foxpaw.
AVATAR : Emily Blunt.
CREDITS : yavana (avatar) + astra (codes signature) + tumblr (gifs)
ÂGE : 36

It's an another of sun {Ryan} Empty
MessageSujet: Re: It's an another of sun {Ryan}   It's an another of sun {Ryan} EmptyHier à 3:38


It's an another of sun
Ryan et Ellie


Il était aisé de se dissimuler de la face du monde. De le conduire vers des mensonges émis de notre propre chef pour ainsi échapper aux autres. Le regard était une plaie pour beaucoup pour ne pas dire pour tout le monde, tant ce dernier émettait des conclusions hâtives parfois justes mais le plus souvent fausses. C’était par sa faute que le basculement devenait effectif. Une réalité derrière laquelle beaucoup ne parvenaient plus à se redresser parce que le façonnement les avait induit eux-mêmes en erreur. Il devenait bien plus facile de rester là, dans cette situation qui confortait plutôt qu’être à nouveau soi-même. Parce que les jugements se tarissaient et qu’en changeant, ils se réveillaient à nouveau. Le monde était une succession de malfaisance, un escalier de difficulté avec lesquelles il se fallait avancer pour gravir une nouvelle marche aussi délicate soit-elle. Pourtant, à bien s’y intéresser, cette plaie était à même d’être pansée. D’une certaine manière, à une échelle moindre que celle qui dépassait, il était possible de trouver l’échelle qui permettait de gravir de quelques centimètres les hauteurs pour se hisser juste au dessus de ce mal être qui rongeait. Une main tendue, un sourire dans la pénombre, une satisfaction personnelle en raison d’une réussite, les moindres petites choses se révélaient enclines à apporter un mieux. Une bataille que l’assistante sociale livrait au quotidien aussi bien auprès de ses patients que pour elle-même. Comment pouvait-on avancer sans aide ? Sans cet espoir que de pouvoir partager avec autrui ? Nous ne le pouvions tout simplement pas. Il fallait toujours trouver quelque chose ou quelqu’un à même de nous aider à nous lever le matin et à espérer. Car il s’agissait de cela et de rien d’autre. Que de cette conscience collective ou non qui amenait à penser que nous n’étions pas seul. Nous ne l’étions jamais. C’est cette pensée qui l’envahissait en ce moment précis alors qu’elle concevait le malaise bien palpable de la part de ce jeune homme tout juste interpellé. Sans même en prendre réellement conscience, il lui renvoyait l’image d’un garçon perdu, enclin à vouloir fuir par tous les moyens plutôt que s’ouvrir au monde qui l’entourait. Une gêne qu’elle avait et qu’elle continuait de côtoyer par le biais de sa profession et dont elle ne pouvait en laisser le tracas flouter les aurores d’un caractère épanoui. Le manque de confiance était une chose, néanmoins le mal-être était un fléau que les autres avaient insufflé à tort dans le cœur des plus bienveillants. « Ni de la votre, ni de la mienne… » se décida t-elle à rétorquer en vitesse alors qu’elle affichait une mine plutôt dubitative en raison de cette réflexion tenue par le jeune homme. Ellie concevait que ce dernier ne désirait en rien la déranger et souhaitait simplement être à nouveau invisible rapidement. « On va mettre ça sur le dos du destin plutôt. » Un sourire s’affichait déjà sur le coin de ses lèvres alors que son regard invitait le garçon à délaisser ses tracas la concernant ou concernant le monde entier pour lâcher prise de ne serait-ce que quelques secondes. Elle put comprendre assez aisément que ses tentatives étaient bien acceptées par le jeune brun alors que son sourire grandissait à mesure que l’évidence s’immisçait naturellement entre eux.

Mais le mensonge refit surface devant cette réponse si stéréotypée. Aller bien. Qu’est ce que cela signifiait réellement lorsque le malaise persistait ? Rien. Ce n’était qu’une parade de plus dans l’espoir de se glisser sur cette même pente que l’on désirait suivre. Qu’un désir d’être comme les autres pour être oublié. L’assistante sociale ne releva pas devant cette réponse, qu’elle jugeait comme adéquate en vue de leurs rencontres à tous les deux, l’inverse lui aurait été très étrange. « On ne peut mieux, je vous remercie. » lui révéla t-elle dans l’espoir de lui insuffler un peu de confiance. Elle était honnête envers lui et ouvrait un pacte invisible visant à lui prouver qu’elle n’était pas contre lui. « Je viens tout juste d’essayer les coiffures pour mon mariage, c’est un peu le rêve éveillé et ça fait du bien. » continua t-elle sur cette même lancée alors qu’elle préservait son sourire intact sur ses lèvres. « Vous en pensez quoi ? Je vous avoue qu’un regard extérieur ne me ferait pas de mal parce que c’est toujours délicat d’avoir un regard objectif quand on apprécie quelqu’un. » poursuivit-elle dans cette même optique alors qu’elle tournoyait légèrement pour ainsi laisser un champs de vision au jeune homme. Peut-être avait-il simplement envie de fuir ? Ou peut-être trouverait-il dans ses comportements une invitation à même de l’aider ? Elle espérait que la deuxième option puisse être un essor pour le jeune homme. « Je m’appelle Ellie au cas où vous chercheriez à mettre un nom sur mon visage. » ponctua t-elle alors qu’elle terminait son tour et qu’elle tendait doucement sa main en direction du jeune garçon pour mieux se présenter.


_________________
ellak.
I will be loving you 'til we're 90, and baby my heart could still fall as hard at 34. Oh me I fall in love with you every single day, and I just wanna tell you I am. So honey now, take me into your loving arms, kiss me under the light of a thousand stars.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé

It's an another of sun {Ryan} Empty
MessageSujet: Re: It's an another of sun {Ryan}   It's an another of sun {Ryan} Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

It's an another of sun {Ryan}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Ryan Smith, le séducteur (Devrait être pas pire)
» [UploadHero] L'Express du colonel Von Ryan [DVDRiP]
» Ryan Getzlaf RW 30 7000000 6 70 82 79 83 82 76 99 78 78 61 85 79 75 81 85 80
» Sister && observator | Shelley Hennig && Ryan Gosling] LIBRE [2/2]
» Ryan Wolfe

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
REDWOOD HILLS :: 
YOU'RE ENTERING REDWOOD HILLS
 :: Midtown :: shopping precinct
-
Sauter vers: