AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Merci de privilégier les nombreux scénarios, pré-liens et membres des familles lors de votre inscription ! Joey ♣  Je suis venu, j'ai bu, j'me souviens plus 3189630431
N'hésitez pas à interpréter un membre de la Rose (préliens) ! Joey ♣  Je suis venu, j'ai bu, j'me souviens plus 3843455399

Partagez

Joey ♣ Je suis venu, j'ai bu, j'me souviens plus

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage

Voir le profil de l'utilisateur
Joseph Edwards
membre qu'on adore
LITTLE TALKS : 3407
PSEUDO : Janto
AVATAR : Daniel Sharman
CREDITS : Avatar : Aloa ♥
ÂGE : 33
QUARTIER : Un appartement en colocation sur Burlington

Joey ♣  Je suis venu, j'ai bu, j'me souviens plus Empty
MessageSujet: Joey ♣ Je suis venu, j'ai bu, j'me souviens plus Joey ♣  Je suis venu, j'ai bu, j'me souviens plus EmptyMer 4 Sep - 18:39

Joseph Lawrence Edwards
"If you obey all the rules, you’ll miss all the fun"
 


Prénom(s) & noms ★ Joseph Lawrence Edwards. C'est ma mère qui a choisi mes prénoms. Elle a été inspiré par son livre préféré. Little Women de Louisa May Alcott. Oui, ma mère n'était pas sans un sens de l'humour et elle avait tendance à dire que grâce à moi, Jo et Laurie seront ensembles malgré la fin de l'histoire. Cependant, il est bien rare que je me fasse appeler par mon prénom entier. Mes parents avaient l'habitude de m'appeler Jo pour rester dans le thème jusqu'au bout. Mais dans cette nouvelle vie, j'ai choisi un Joey plus simple pour conserver le numéro sans me faire déstabiliser par les souvenirs douloureux que mon surnom d'enfance ferait renaître. Date & lieu de naissance ★ 28 juin 1988 à Birmingham, Angleterre. Même si je n'ai jamais remis les pieds dans mon pays natal depuis des années, je ne peux m'empêcher d'avoir garder certaines attitudes typiques de mon éducation anglaise, ainsi que mon accent particulier. Je le cultive avec même un certain entrain. Âge ★ 31 ans. Et je pourrais rajouter toutes mes dents, mais ce serait un mensonge. J'ai perdu une molaire dans une bagarre un peu trop musclé avec un trottoir. Enfin, même si j'évite de raconter la version réelle aux gens. Je préfère pas en parler du tout, à vrai dire. Personne va aller reluquer le fond de ma bouche. Statut social ★ Tacitement, je suis photographe freelance et propriétaire d'un bar qui n'a pas encore fait ses preuves, on peut donc dire que j'appartiens à la classe moyenne. Même si dans les faits, j'ai une somme d'argent conséquente à disposition, je refuse juste de m'en servir sauf en cas de nécessité. Situation maritale ★ Éternel célibataire. Je n'ai pas dans l'idée que ma vie sera complète, une fois que j'aurais trouvé une femme et pondu deux gosses pour remplir une statistique. Je vis ma vie au jour le jour, profitant de chaque instant. Difficile de construire quelque chose dans ces circonstances. Orientation sexuelle ★ Parce que je suis un emmerdeur, et parce que surtout on ne sait jamais de quoi demain sera fait, je refuse de me coller une étiquette. Même si je suppose qu'en refusant cette étiquette, je me colle automatiquement l'étiquette d'altersexuel. Je pars du principe que le monde sera idéal quand les gens n'auront plus besoin de justifier d'un mot ce qu'ils font dans leur vie privée. Ou qui ils se font. Métier ou études ★ Ma vocation première, c'est la photographie. Je freelance donc pour quelques magazines. Partant souvent pour ce boulot là, j'ai gardé mes racines à Redwood néanmoins. Il est à noté que depuis je suis le co propriétaire d'un bar dans la ville voisine. Le Headquarter. J'aime la musique, et en même temps, je savais que ca tenait à coeur à Griffin. Du coup, j'ai dit oui quand il m'a demandé de m'associer. J'avais pas idée néanmoins que ca exigeait tant de paperasses. Je préfère passer mes soirées au bar qu'à superviser les choses. Avatar choisi ★ Daniel Sharman. Groupe choisi ★ Little Talks.


Décrivez le caractère de votre personnage en 5 lignes minimum
Je suis plutôt un mec cool, je veux dire ... Je vais pas commencer à me prendre la tête pour la moindre couille qui va de travers parce que la vie est bien trop courte. Alors, ouais, je suis pas un mec désagréable à avoir pour compagnie même si je peux me montrer assez chieur, casse couille, sassy et autres synonymes. Mais vous savez ce que dit le proverbe : qui aime bien châtie bien. Non, je suis pas non plus un modèle de vertu et j'avoue, je peux avoir l'humour un peu lourd, mais je suis supportable ... Tout du moins à petite dose pour certains. Je peux vite me révéler de la kryptonite quand on se tient à longue exposition, et j'ai trop bon coeur pour l'imposer à la plupart des gens. Mais j'arrive à garder mes sautes d'humeur, et ma tendance à voir les choses en noir pour l'intérieur de ma chambre... Je vous assure, je suis tellement doué que dès fois, je me dis que j'ai loupé ma vocation de comédien. Passons mes tendances mélancoliques et mélodramatiques à la trappe, elles ne sont pas des plus intéressantes. J'ai pourtant un gros gros défaut ... J'ai horreur de parler de moi ou de ce que je ressens, alors j'ai la vilaine tendance à laisser les gens penser un peu ce qu'ils veulent et se faire leurs propres théories sur moi. Vous me demanderez où est le problème ? Ca me met bien souvent au centre de malentendus dont je me passerais bien. Je suis aussi plutôt du genre têtu, et quand j'ai une idée en tête, je l'ai pas ailleurs si vous voyez où je veux en venir. Bref, tout ça pour dire que je me laisse pas décourager par l'adversité, et croyez moi, j'ai des années de pratique. Je suis pas non plus l'ampoule la plus brillante du lot, mais je m'en fous ... Je m'assume, si vous vouliez avoir à faire à Einstein, fallait mieux vous adressez à la porte d'à côté. Et je vais pas mentir, des fois, j'ai le cerveau qui décide d'une idée de génie qui se révèle une véritable catastrophe. Note à moi-même ne plus jamais penser que se faire tatouer en étant bourré est une bonne idée. Tu me diras, je dis ca, mais j'ai tellement tendance à prendre des décisions au pied levé qu'on est pas à l'abri de quoi que ce soit me concernant. Je suis plutôt du genre loyal comme mec, même si je suis pas le plus responsable au monde. Je fais des efforts pour le Headquarter enfin, je tente de le faire, quand c'est d'une importance capitale, parce que je vais pas mentir, j'avoue que j'adore quand Griffin se retrouve dans la panade et que je peux rire pendant de longues minutes à ses dépens. Oui, je peux être un peu un petit con sur les bords quand les circonstances l'exigent ... Certains diront immatures, mais j'ai grandi bien trop vite, et trop jeune pourtant.
Quelle est votre position par rapport à la Rose Lunaire?
La secte de la Rose Lunaire a toujours été une histoire entendu en passant, par mon oncle, mes amis depuis mon arrivée ici. Je dois dire que je ne prêtais pas vraiment attention à tout ça. Trop préoccupé à me forger ma nouvelle identité. Pourtant, les récents évènements et la décision de Griffin de s'en servir comme thématique de notre bar a quelque peu éveillé ma curiosité. J'ai commencé à lire et fouiner un peu sur le sujet. Je ne sais pas si je suis vraiment à l'aise avec l'idée que mon ami fasse du beurre sur le dos d'un si triste évènement, je n'ai pas pu manifesté mon désaccord en manquant d'élèments, néanmoins. J'ai donc décidé de me renseigner un peu plus sur le sujet et savoir ce dont il retournait réellement. Pas pour chasser les fantômes, plutôt pour savoir si je peux avoir la conscience tranquille ou non.

Anecdote 1 ★ Je suis originaire de cette lointaine Angleterre, mais je vis dans le coin depuis un bail. J'avais encore le visage façon part de pizza quand mon oncle m'a trainé à Redwood Hills. Anecdote 2 ★ Orphelin suite à un tragique accident de voiture, c'est loin d'être mon sujet de discussion favori. Vraiment, à éviter. Anecdote 3 ★ Quand je suis arrivé à Redwood, j'avais passé six mois en rééducation et autres traitements. Tendance dépressive agravée, ils ont dit. Bref, tout ça pour dire que j'avais une année de retard sur le cursus scolaire. Anecdote 4 ★ Néanmoins l'avantage d'un aller sans retour dans un pays étranger. Une possibilité de me reconstruire. De faire semblant que je n'avais qu'une chose dans la vie comme but. M'amuser. Aucun besoin de leurs regards remplis de pitié. Anecdote 5 ★ J'ai pas vraiment poussé mes études. Je suis sortie du lycée, et j'ai commencé des petits jobs en tout genre. Tout en complétant et proposant mon book à des magazines. J'ai eu enfin l'occasion de percer quand j'avais 23 ans. Depuis, croyez le ou non mais mon travail est plutôt apprécié et demandé. Anecdote 6 ★ Pourquoi faire des petits boulots en attendant de percer, vous me direz ? Surtout que c'est un secret de polichinelle que savoir que j'ai touché l'assurance vie de mes parents à ma majorité. Parce que cet argent, je l'ai obtenu parce qu'ils sont morts. Et qui toucher me répugnait. Oui, j'ai fini par y toucher quand même. Pour aider Griffin à investir dans son bar. Mais une part de moi culpabilise encore de l'avoir fait. Anecdote 7 ★ écrir C'est peut être une des raisons pour laquelle, je fuis avec tant d'avidité les responsabilités liés à ce bar. Même si peut être que j'aurais du m'en mêler un peu plus vu la thématique choisi par mon partenaire d'affaire. Anecdote 8 ★ La secte de la rose lunaire, c'est pas le sujet le plus joyeux au monde, pas vrai ? Je dois dire que j'ai toujours été un peu curieux de l'histoire mais je pensais pas que j'en viendrais à y associer un business à mon nom. Anecdote 9 ★ The Headquarters a ses avantages néanmoins. Un accès illimité à la réserve du bar, des jolies clientes et la possibilité de me dérouiller les doigts en prenant quelques tours de chants, les soirs où Griffin n'est pas là pour en faire une crise cardiaque. Non, je rigole. Il sait que je joue seulement les soirs où y a pas foule. J'aime bien le faire tourner en bourrique mais je veux pas détruire son projet qu'il lui tient tant à coeur. Anecdote 10 ★ Je dois avouer que j'ai un amour inexplicable aux premiers abords des films des années 80. Et vous n'en connaîtrez probablement jamais la raison. Ceci dit, vous découvrerez assez vite en voyant ma collection de films. John Hugues et The bratpack figurant en badge d'honneurs. Mais mon amour des films des années 80 ne se limite pas au teen movies. Retour vers le futur, Terminator, les Gremlins, Indiana Jones ou encore SOS Fantômes font bonne figure dans le lot. Anecdote 11 ★ Les jours pluvieux, j'ai une douleur persistante dans l'épaule gauche. Souvenir indésirable de l'accident qui a coûté la vie à mes parents. Je dois me considérer sûrement heureux de savoir que j'ai encore la chance de souffrir d'un bon vieux rhumatisme alors que j'ai à peine dépasser la trentaine.. Anecdote 12 ★ Je dois avouer avoir la chance d'avoir un métabolisme en or. Je suis piètre cuisinier alors je vous raconte pas le budget plat à emporter sans compter le nombre de calories ingurgités en terme de pizza. Anecdote 13 ★ J'ai la sale manie de fumer, je crois que ca se doit d'être dit parce que j'ai quand même bien souvent l'odeur d'un cendrier froid quand je suis pas au boulot et ... Y a des petits nez qui peuvent se révéler sensible à ce genre d'odeur. Et comment ça, on s'en fout un peu ? C'est genre capital comme manie, c'est pas comme ci, je vous faisais une dissertation sur ma tendance à me ronger les ongles non plus ... mais maintenant qu'on m'en parle, la jolie manucure ce sera jamais pour moi, une chance, je suis pas une gonzesse. Anecdote 14 ★ J'ai peut être aussi tendance à me servir du mot putain comme interjection légitime dans chacune de mes phrases et aussi à me mettre des mines dès que je suis pas supposer bosser. Faut dire que ce qui est la gueule de bois, c'est pas le top mais l'anésthésie général du à l'alcool en vaut la peine pour une soirée. Anecdote 15 ★ Du côté, de ce qui me passionne ? Comme je vous ai dit y a une petite chose que j'aime, c'est prendre ma gratte et jouer un peu de musique. Après tout la musique adoucit les moeurs, non ? Bref, je dois dire que c'est un de mes moyens de me détendre favori, surtout quand j'ai pas la pêche et que je peux pas me permettre de sortir au bar du coin. Faire gagner de l'argent à la concurrence, c'est pas bien vu. Anecdote 16 ★ J'aime aussi la photographie, ma spécialité, les moments volés ... ce sont toujours les meilleurs. Non, c'est pas vrai ? Vous vous en doutiez pas un peu vu ma profession ? Mais disons que je me trimballes pas avec un appareil à la main que quand j'ai un contrat à remplir. Anecdote 17 ★ Sinon, j'aime bien faire la fête, et draguer même si une fois sur dix, je me prends une crampe tellement j'en rajoute une couche et que je suis aussi susceptible qu'un bulldozer mais c'est le jeu, et puis c'est pas comme ci je cherchais l'amour de ma vie au fond d'un trou miteux aux relents de whisky. Anecdote 18 ★ C'est bien parce que c'est vous que je vais vous confier mes plus grandes angoisses ... celle qui m'empêche de dormir correctement la nuit, et de me reposer. Celle qui me glace de terreur à chaque fois que je fermes les yeux. Ma plus grande peur, c'est juste mon inconscient et sa tendance à me remettre des images que je préférerais oublier sur le devant de la scène comme un film en boucle. Et si je me laisse aller aux besoins primaires qu'est le sommeil, plus souvent que l'inverse, je me réveilles en sueur, le coeur battant à tout rompre et la gorge en feu à cause des cris que je dois pousser. Les yeux englués par des larmes pas tout à fait sèche. Vous voyez, ca a des avantages d'être un éternel célibataire ... Personne pour savoir ce genre de choses que je préfères passer sous silence.Anecdote 19 ★ J'ai plusieurs chansons qui me tiennent à coeur, faut pas se leurrer. La musique me colle à la peau mais j'ai une préférence pour quelques titres qui me sont personnels. Quelques exemples : If you could see me now de The Script. Je rentrerais pas dans une dissertation sur les raisons. J'ai aussi un faible pour Nothing Else Matters de Metallica, chanson préféré de mon père. Et de manière tout aussi sentimental, In Your Eyes de Peter Gabriel, sans conteste favorite de ma mère. Sûrement dû à John Cusack et son radio cassette mythique. Anecdote 20 ★ J'ai eu la désatreuse expérience de découvrir que j'avais une allergie au kiwi. Oui désastreuse, je suppose que j'aurais pu en mourir vu la taille qu'avait pris ma langue, le jour où j'ai goûté à ce fruit maléfique.

Prénom/Pseudo ★ Aurore/Janto. Age ★ toujours un dino certifié XD. Sexe ★ écrire ici. Comment as tu connu RH ★ Je suis Noam, donc si vous voulez la réponse ... Ce que tu penses de RH★ J'aime pas forcément pour ca que je me propage Joey ♣  Je suis venu, j'ai bu, j'me souviens plus 2444425245 . Crédits ★ écrire ici.  Acceptes-tu de recevoir des défis de la secte par mp? ★ oui Un dernier mot ★ Oui, j'ai honteusement cédé au DC, tout ca c'est la faute de pas moi d'abord Joey ♣  Je suis venu, j'ai bu, j'me souviens plus 454505373



[spoiler]POUR UN PERSONNAGE INVENTÉ
 
Code:
[u]daniel sharman[/u] → @"joseph edwards"
   



_________________
I'm Not Okay
It's a mask it's a lie
It's the only home I've ever known
'Cause being who I really am
Has only left me more alone
I am not okay
And I need you to see it


Dernière édition par Joseph Edwards le Sam 7 Sep - 11:19, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Joseph Edwards
membre qu'on adore
LITTLE TALKS : 3407
PSEUDO : Janto
AVATAR : Daniel Sharman
CREDITS : Avatar : Aloa ♥
ÂGE : 33
QUARTIER : Un appartement en colocation sur Burlington

Joey ♣  Je suis venu, j'ai bu, j'me souviens plus Empty
MessageSujet: Re: Joey ♣ Je suis venu, j'ai bu, j'me souviens plus Joey ♣  Je suis venu, j'ai bu, j'me souviens plus EmptyMer 4 Sep - 18:39

Write your story


"We all have two lives. The second one starts when we realize we only have one."

Tu te lèves en pleine nuit parce que tu viens encore de faire une saloperie de cauchemars . Tu te diriges vers la cuisine, tu t'assures que t'es seul après avoir pris un verre d'eau et t'affaler dans le canapé. Tu sors ton paquet de cigarettes de ta veste, il est froissé parce que tu l'as encore mis dans des endroits improbables. Tu places un des cylindres dans ta bouche, tu l'allumes et tu tires une large bouffée ... T'as une putain de migraine, parce que t'as encore trop picolé la veille et le seul remède que tu trouves c'est de te servir un verre de scotch. Parce que le goût amer du liquide ambré te permets de chasser les ombres qui plane encore entre ses quatre murs. T'es pathétique, misérable et tu te laisses tomber dans le fauteuil défoncé non loin de toi. T'as laissé tomber ton masque parce que y a pas de témoins, et tout en sirotant, tu te remémores ta vie. Parce que trois heures du matin, c'est l'heure idéal pour faire un bilan sur ton existence.

TAKE ONE : Memories of childhood were the dreams that stayed with you after you woke.

- Jo, où tu te planques encore ? J'étouffe les rires au creux de mes mains plaquaient sur mon visage. J'entends l'agacement de mon père alors que j'improvise une partie de cache-cache sans son accord, mais je sais bien que sous la frustration que n'importe qui entendrait en premier lieu, se cache la tendresse. Parce que mon père, c'est un esprit libre et c'est lui qui m'a appris à jouer les filles de l'air ... Et je me fige alors que son visage apparaît soudainement en face de moi, il est inversé, car il s'est allongé sur notre porche. - Te voilà, voyou ... Tu sais qu'il y a des araignées de la taille de ma main qui se cache là-dessous avec toi ? Je vois bien son sourire en coin, légèrement ironique avant de me dégager rapidement de l'endroit avec un petit cri d'effroi. Faut me pardonner, j'ai que sept années au compteur, et vous verriez la taille de ses monstres à huit pattes. Qui plus est, elles sont foutrement dangereuses mais quand je sens mon père m'attraper par la taille, pour me balancer sur son épaule façon sac de patates, je sais bien qu'il m'a fait marcher et que c'était juste une de ses plaisanteries douteuses. Oui, mon humour pourri, c'est de lui que je le tiens. Et quand il commence à me grattouiller les côtes de ses grosses paluches, je me mets à hurler à plein poumon - STOP, paaaaaaaaa' Mais il me torture de chatouilles encore quelques minutes avant de me relâcher et que je retombe sur le plancher des vaches. - Allez viens, ta mère et moi ont à quelque chose pour toi ... Un large sourire éclaire mon visage, et à cet instant précis, je me dis que je suis probablement le gosse le plus chanceux de la terre. Parce que mes parents ? C'est genre des supers héros, trop cool, invincibles que rien ne peut arrêter. Ouais parce que quand t'es un gosse naïf, c'est comme ça, t'as la vision la plus simpliste du monde. Alors j'attrape sa main, et le traîne de toutes mes petites forces aussi rapidement que possible dans la maison pour retrouver ma mère, ces beaux yeux bleus et ses jolies mains douces. - T'es bien pressé pour quelqu'un qui se planquait y a encore même pas deux minutes. J'entends le rire qui se cache au fond de la voix de mon père et je lui adresse une moue boudeuse, parce que je suis théâtrale dans l'âme. - Je voulais juste tester ta vision au rayon x ... Que je suis mignon à montrer mon sourire avec deux dents en moins, parce que je suis à ce stade-là. Il m’ébouriffe les cheveux, et roule des yeux. Ma mère apparaît bientôt en vue pour me donner un baiser sur le front en m'ordonnant d'aller me laver le visage, parce qu'on dirait que je travaille dans les mines. J'obéis de bonnes grâces parce que je suis pressé de savoir ce que mes parents ont pour moi. C'est toujours un truc super cool, comme la guitare que j'ai eu le mois d'avant. Et une fois de plus, je n'ai pas tort, mon père me donne un vieil appareil photo en me disant d'en prendre soin, que c'était le sien. Oui, mon père est photographe et ma mère musicienne. On vit dans une vieille maison à l'écart de Birmingham, façon bohème. Et si je savais que ce genre de moment que je croyais éternel finirait par se briser même pas une dizaine d'années plus tard, est-ce que cela aurait changé quelque chose ?

TAKE TWO : No one ever told me that grief felt so like fear.

Ma tête est douloureuse, j'ai l'impression que mes yeux sont collés et que j'ai une chape en béton recouvrant mon corps. Et puis il y a ce bruit constant, ce bip bip continuel ... Je tente d'ouvrir la bouche pour parler, mais aucun son ne parvient à sortir, je n'arrive même pas à bouger mes lèvres. Je prends une profonde inspiration, et je tente de me souvenir ... On revenait de nos vacances annuels dans un coin désert du Queensland où mon père aimait aller pour prendre des photos des aborigènes locaux. J'essayais de focaliser, mais c'était comme ci, un voile avait pris possession de ma mémoire et puis ma gorge me brûlait et je ne pouvais pas me concentrer sur autre chose. C'était comme un feu corrosif détruisant mes muqueuses. Soudain, j'entendais distinctement des voix, je ne parvenais juste pas à comprendre les mots, étaient ce mes parents ? Que m'arrivait-il ? Je commençais à sentir une panique incroyable m'envahir - ... Deux jours entiers passés à côté de leurs corps sans vie ... Il souffre d'une grave déshydratation, mais on espère qu'il va rapidement se réveiller ... Une route peu empruntée, pas de moyen de communiquer ... La température avoisinaient les 45 degrés, je n'imagine même pas les odeurs atroces ... Cela a engendré des complications au niveau de sa fracture ... Mais c'était quoi ce charabia, et pourquoi cela me donnait encore plus l'impression d'avoir avalé une tonne de plomb. La bile me remontant dans la bouche, alors que je semblais incapable de bouger. Je tentais de me débattre de ses draps me maintenant prisonnier, avant de sentir une main ferme, mais douce se posait sur mon épaule. - Joseph, calme toi ... Péniblement, j'ouvrais les yeux, une pièce blanche et devant moi se tenait une inconnue. Je clignais et tenter de parler, mais elle secouait la tête d'un air négatif avant de me tendre un verre d'eau. D’où venait ce verre ? Je notais soudainement une deuxième présence dans la pièce ... Le frère de ma mère ? Pourquoi oncle Dorian était il là ? Il vivait aux états unis depuis trois ans déjà. Je fronçais les sourcils, tentant de nouveau de m'exprimer en vain, une fois ma soif quelque peu calmé. - Joey, tu te souviens de ce qui s'est passé ? Je laissais ma tête se secouait de droite à gauche dans un signe de dénégation, mais je savais déjà que je n'aimais pas l'expression peinte sur leur visage. - Il faut qu'on te parle ... Et j'aurais préféré qu'ils se taisent, que je reste dans l'ignorance bénite provoquer par le choc parce que ce qu'il avait à me dire, ruiner mon univers à jamais, parce que leurs mots ravivaient avec vivacité les images avec son dolby surround et fantôme d'odeur que j'aurais préféré oublier à jamais. Je n'avais que quinze ans, je n'étais pas supposé perdre mon innocence avant encore quelques années.

TAKE THREE : Never restart a journey and use the same road that failed you before.

- M'attends pas, Dorian, je vais voir un pote. Mon oncle me salue d'un vague geste de la main, son regard planté sur la télé. Le pauvre, il a jamais demandé à devenir père de substitution du jour au lendemain. Il fait de son mieux, il me laisse crécher sous son toit et me paye de la bouffe, mais on ne peut pas dire que niveau rapport social, on soit au point lui et moi. Je ne vais pas le blâmer alors qu'il a mis sa vie entre parenthèses, le temps pour moi de prendre sur moi et de pouvoir recommencer ma vie. Remise à zéro des compteurs. Et j'avoue, je suis pas l'adolescent idéal, je viens juste de commencer l'école dans le coin, et je me suis déjà choper de nombreuses heures de colle. Faut dire que le seul moyen de ne pas laisser le trou béant dans ma poitrine gisant dans ma poitrine de prendre le pas. C'est de prétendre, jouer à être quelqu'un que je ne suis pas. Oublier le Joseph d'avant, et partir sur un nouveau type. Un peu moins naïf, malléable. Non, je ne me transforme pas en solitaire sans cause. J'affiche juste un sourire narquois de circonstances, je laisse mon accent traînant séduire les foules. Je provoque parce que c'est drôle, parce que mes remarques sarcastiques, ça évite aux gens de commencer à trop me poser de questions sur mon passé. Mais ma vie passé, on s'en fout, ce soir. Je me suis fait un pote dans mon nouveau lycée. J'ai Dorian, mais je suis seul et j'en ai marre d'être seul. J'ai beau me dire que je devrais être plus adulte, je reste qu'un gosse d'à peine seize ans. Alors c'est normal, non de vouloir se faire des amis ? Bref, j'arrive chez Elias, et le début de soirée se passe tranquille, activité de gamins de notre âge. Enfin jusqu'à ce que son jumeau se pointe et nous invite à une fête, je me tourne vers Elias pour savoir ce qu'il en pense. Je ne veux pas le laisser tomber, mais la perspective d'un peu d'alcool de contrebande est tentante. Et puis le frangin n'est pas désagréable, non plus. Je suppose en plus que les jumeaux, ça va en lot de deux, de ce que j'ai vu dans les films. Donc je me dois bien de sympathiser avec le frère de mon nouvel ami. Pourtant, c'est quelques heures plus tard, vomissant mes tripes sur le parterre de fleurs de la voisine que je me rends compte que j'ai pas vu Elias depuis des heures. Je m'essuie le revers de la bouche, et titube à sa recherche pour tomber sur Evan.. - Hé, man ... il est où ton frangin ? Evan me jette un coup d’œil amusé, en voyant mon état pitoyable avant de faire une moue que j'arrive pas à qualifier - Oh ... Elias est parti depuis des lustres ... Mon frère aime pas beaucoup la compagnie. Il a un petit sourire triste sur le visage, mais j'y prête pas attention, et je me sens mal, parce que ça le fait mal de faire faux bond à quelqu'un. Pas le temps de m'épancher, cependant que Evan enroule son bras autour de mes épaules. - T'en fais pas, le prends pas contre toi, il est comme ça avec tout le monde. Viens, je te raccompagne. Je hoche la tête, avant de le suivre, perdant probablement une veste au passage. Mon oncle ne fait aucun commentaire sur l'état dans lequel j'arrive, même s'il est encore debout. Il a juste ce soupir indulgent, peut être qu'il me passe un peu trop de trucs parce qu'il a peur que je me brise de nouveau comme quelques mois auparavant. Je m'écroule, face la première dans le lit, en poussant un profond soupir. Même si en retournant au lycée, après ce week-end, je ne me doutais pas que j'allais avoir le droit au silence de  mon nouveau pote, une perspective terrifiante pour le gosse seul. Et peut être que c'était parce qu'il se sentait coupable par rapport à l'attitude de son frère, mais Evan décidait de me prendre sous son aile et nous devenions très rapidement amis. Il me présentait à ses autres potes, et je commençais à me faire ma place au sein de Redwood Hills. Alors même si les jumeaux Hartley quittent la ville quelques mois après, je n'ai pas cette angoisse réelle de solitude. Je ne suis plus seul, j'ai des gens autour de moi grâce à eux. Je peux me perdre dans l'impression de réconfort de la foule m'entourant.

TAKE FOUR : Taking pictures is savoring life intensely, every hundredth of a second.

Ma main me fait un mal de chien, et je me mords la lèvre alors que je sens l'alcool désinfecté la plaie. J'ai peut-être encore fait preuve de talents hors norme, en voulant me faufiler en douce dans l'appartement de ma meilleure amie. Faut dire que j'étais encore nauséeux d'avoir fêté mon premier contrat de photographie. Le rêve d'une jeunesse. Marcher sur les traces de mon père. Ce n'est pas que j'ai abandonné mon amour de la musique, mais il fallait faire un choix. Et pour une fois, je l'ai fait. Je me laisse retomber sur une des chaises en bois de la cuisine. On peut dire que je ressemble pas à grand chose à cet instant précis. Elle me toise avec un air sévère. Je sais ce qu'elle va dire. Encore. Et je laisse le silence s'étendre un court moment avant d'entendre des bruits singuliers. Inhabituel dans l'endroit. J'arque un sourcil dans sa direction, et elle se lève sans un mot pour revenir avec un truc qui ressemble vaguement à un bambin entre les mains. - Quoi ? Le ton de ma voix est sonné. Peut-être parce que je suis encore ivre. Peut-être parce que le tableau que j'ai devant moi ne semble pas donner une image cohérente. - Oui, j'ai un enfant. C'est toi le père. Le ton de sa voix est pince sans rire. Son visage, l'image du sérieux. Je sens mes yeux s'exorbitaient encore un peu plus. - Quoi ? Je répète, affolé. Non paniqué. Je ne suis pas prêt à être père. Et peut être que le son de ma voix a gravi quelques marches dans les aigus. Elle finit par rire. Doucement pour ne pas secouer le bébé qu'elle tient entre ses bras. - Ce que tu peux être stupide, Joey. T'as conscience que cet enfant à au moins six mois, que tu m'as jamais vu enceinte et ... qu'on a jamais couché ensembles, je te le rappelle. L'automatisme sort avec rapidité, même si je me rends compte qu'elle s'est bien fichu de moi. - Ca peut toujours s'arranger, ma belle. Elle lève les yeux au ciel, avant de se rasseoir. - C'est le fils de ma voisine, elle m'a demandé de le garder cette nuit, sa baby-sitter a attrapé un rhume et elle est de garde. Oui, c'est plus logique. Et je me relaxe légèrement. Sauf qu'elle n'a pas oublié, elle. Une certaine lassitude s'affiche sur son visage. Ou peut être que c'est de la tristesse. Je ne sais pas vraiment. Toujours est-il qu'elle me fixe et que je n'aime pas vraiment qu'elle voie la vérité. Une soirée encore trop alcoolisée. Une blessure à la main traduisant l'abus. Et je sais qu'elle veut dire quelque chose, mais je lui suis reconnaissante de se taire. Peut-être que je devrais prendre un peu mes distances. Ca ne devrait pas être difficile, mon premier contrat indique que je vais partir pour plusieurs mois à travers l'Asie. C'est stupide. Prendre mes jambes à mon cou, c'est aussi une de mes réactions typiques. J'ai que 23 ans pour ma défense. Je ne suis juste pas près à avoir cette discussion, et je le serais peut-être jamais. Et peut être que quelque part, elle le sait parce qu'elle finit par détourner la conversation sur sa voisine, mère célibataire et évite tous commentaires sur ma soirée.

TAKE FIVE : Friendship is so weird...you just pick a human you've met and you're like 'Yep, I like this one' and you just do stuff with them.

Mon regard glisse sur l'endroit. Le lieu ne paye pas de mine, mais avec une décoration appropriée et une bonne scène, l'ambiance sera sympa. Je sirote ma bière alors que Griffin discute des derniers détails avec l'agent immobilier qui nous as refourgué l'endroit. Je m'ennuie un peu. Je n'ai pas grand chose à faire, je suis là pour apposer mon nom sur les papiers. Je pousse un long soupir avant de passer derrière le bar pour voir si je ne peux pas trouver un alcool un peu plus fort. L'idée n'est pas la mienne. Une bonne partie des fonds par contre ... Je ne préfère pas penser au pourquoi, j'avais cet argent dormant sur mon compte en banque. L'idée n'est pas non plus complètement idiote. Et au moins, avec les derniers détails pour que les clés soient à nous. Le travail qui va l'occuper à faire de cet endroit ce qu'il veut, ca lui changera les idées. Je ne sais pas vraiment ce qui s'est passé avec son ex. Juste que ca, c'est mal fini. Je finis par me relever, ne trouvant pas ce que je désire. - Griffinnnnnnnnnnnnn ... Je geins comme un gosse pour attirer son attention. Gonflant mes joues dans une moue boudeuse. - J'ai une soirée de prévu ce soir, on peut aller plus vite. Je bats des cils, charmant. Il m'envoie un regard qui me dit qu'il n'achète pas vraiment mon acte. L'inconvénient d'être amis depuis si longtemps, je suppose. Je retourne à ma bouteille de bière. Le temps bien trop long. Une longue heure plus tard, nos deux signatures apposées sur le document, nous voilà les heureux nouveaux propriétaires de cet endroit. - Il faut qu'on parle des légers travaux à prévoir. Griffin, toujours si sérieux. Je roule des yeux, et je me sers une énième bière. - Griffin. Moi avoir soirée. Il n'est pas vraiment impressionné par ma répartie. Et on se défit du regard, une bonne minute. Je pousse un soupir, et laisse les mains en signe de reddition. - Okay ... Une heure et le reste, on voit demain. Une courte pause. - Ou la semaine prochaine. J'avais oublié, je pars une semaine en Irlande pour couvrir un événement local. Et découvrir leur whisky ... Un soupir rêveur s'échappe de mes lèvres. Je repose mes yeux sur mon ami, et je note le petit pli entre ses sourcils. Je pose mon pouce dessus dans l'espoir de faire rentrer ses rides. - Tu vas rester comme ça, si tu continues à arborer cette expression. Tu devrais venir avec moi, ce soir. On s'amusera, et qui sais ? Tu trouveras peut-être une fille pour t'aider à soulager un peu ton stress. Et parce que c'est trop tentant de l'agacer de la sorte, je pose ma main sous mon menton. Arborant mon plus beau sourire charmeur. - Tu sais si t'as besoin d'une Jillian de substitution, je peux me porter volontaire. Je ne suis pas très doué pour la cuisine, mais je suis sûr que je pourrais t'aider à réchauffer tes draps. Et Griffin est loin d'être impressionné par mes tentatives d'humour, peut être que le sujet est encore trop sensible. Je laisse néanmoins un rire glisser entre mes lèvres, alors qu'il croise les bras contre lui. - Sois pas si offensé, je suis sûr que tu pourrais faire pire que moi. Je cogne son épaule dans un geste amical, et je sais qu'il est plus exaspéré par mon désintérêt pour ses projets que par une proposition qu'on sait tous les deux n'être qu'une plaisanterie. Je secoue la tête, et je me dis que peut être que cette collaboration va lui coûter quelques cheveux blancs précoces. C'est lui qui a choisi de me proposer ce poste d'associé, après tout, il n'a que lui-même à blâmer. Je finis par reposer mon regard autour de l'endroit. Peut-être que ce sera si pas mal, finalement. Un endroit où je pourrais passer du temps quand je ne suis pas en voyage. Un endroit où je pourrais boire à l'œil, et flirter gentiment avec les clientes.

FINAL TAKE: Life's under no obligation to give us what we expect.

Je quitte ma faveur du soir, à pas de loup alors que la tigresse rouquine ronronne comme un chaton. Elle m'a laissé quelques griffures qui vont prendre un temps fou à guérir mais je me suis particulièrement dépassé ce soir. Et je sais que je devrais me calmer sur les conneries parce que je me dis que ca va finir par me jouer des tours. J'ai comme leitmotiv de ne jamais picoler trop dur les soirs où je dois jouer les patrons mais hier ... Hier, ca aurait été l'anniversaire de ma mère et j'ai juste arrêter de réfléchir. Et quand je me retrouve dans les rues vides et sombres à cette heure tardive, l'air frais a bien vite fait de me dessoûler et me faire me rappeler tout ce que j'avais voulu oublier. Je suis tenté d'appeler Dorian, pour la première fois depuis des mois, on est pas en mauvais termes mais je sais que j'ai tendance à éviter de devoir lui parler si je peux. Son indulgence à mon égard a fini par se transformer en inquiétude et j'ai besoin de tout sauf ça. Le décevoir alors qu'il a les mêmes yeux que ma mère. Je renonce à l'idée alors que je titubes légèrement alors que l'odeur âcre des allées arrosés d'urines envahissent mes narines. Je n'ai pas envie de rentrer chez moi, mais je n'ai pas envie de voir personne. Je n'ai pas envie de voir leur regard, rempli d'incompréhension devant le visage que j'arbore, un coup d’œil dans la vitrine d'un magasin m'informe que je ressemble à une pub pour les méfaits de l'alcool. Un petit rire caustique s'échappe de mes lèvres, et je sors une cigarette avant de resserrer les pans de ma veste autour de moi. Quelques minutes de marche me mènent au garage où nous avions l'habitude de venir jouer avec quelques amis quand nous étions ados. Sans le poids des vies d'adultes qui leur incombaient maintenant. Le domaine où j'avais échoué à évoluer comme les autres. J'étais loin de représenter l'image de la grande personne, responsable et sur qui on pouvait compter. Le goût pâteux qui trônent dans ma bouche n'est que la réflexion de l'échec cuisant de ma vie. Incapable d'être là au moment crucial. Incapable de faire les choses correctement. Je m'accorde ce moment de faiblesse dans le confins des ténèbres avant de reprendre mon rôle, le lendemain. Personne n'est là pour me juger après tout ... Mon téléphone vibre dans ma poche et je le sors pour voir le nom de Griffin apparaître sur mon écran, et je me contente d'appuyer sur la touche ignorer même si en temps habituel, je serais plus ravi de le taquiner. Il a certainement quelques mots forts à mon encontre et mon comportement de la veille. Peu importe la raison, je ne peux pas répondre, pas maintenant. Je fredonne entre mes dents serraient une vieille chanson que ma mère adorée.  Sometimes its easier to hide away when the winter comes and its shorter day.I know that dark clouds wont stay, tomorrow is gonna be better.



_________________
I'm Not Okay
It's a mask it's a lie
It's the only home I've ever known
'Cause being who I really am
Has only left me more alone
I am not okay
And I need you to see it


Dernière édition par Joseph Edwards le Jeu 5 Sep - 20:27, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Judson Howell
président des girafes
LITTLE TALKS : 11314
PSEUDO : Caroline + Linoa
AVATAR : garrett hedlund
CREDITS : schizophrenic (av) sial (sign)
ÂGE : 37
QUARTIER : 136 farming area

Joey ♣  Je suis venu, j'ai bu, j'me souviens plus Empty
MessageSujet: Re: Joey ♣ Je suis venu, j'ai bu, j'me souviens plus Joey ♣  Je suis venu, j'ai bu, j'me souviens plus EmptyMer 4 Sep - 18:55

Re-bienvenue parmi nous Joey ♣  Je suis venu, j'ai bu, j'me souviens plus 2062519923 Joey ♣  Je suis venu, j'ai bu, j'me souviens plus 19280213

J'espère qu'on pourra se trouver un lien avec ce compte-ci également Joey ♣  Je suis venu, j'ai bu, j'me souviens plus 2303552329 en attendant, si tu as besoin du staff tu sais déjà où nous trouver Joey ♣  Je suis venu, j'ai bu, j'me souviens plus 1628324725
Bon courage pour la fin de ta fiche Joey ♣  Je suis venu, j'ai bu, j'me souviens plus 1685057867

_________________

--- Les souvenirs
ne sont pas douloureux, c’est savoir qu’ils appartiennent au passé qui l’est.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Joseph Edwards
membre qu'on adore
LITTLE TALKS : 3407
PSEUDO : Janto
AVATAR : Daniel Sharman
CREDITS : Avatar : Aloa ♥
ÂGE : 33
QUARTIER : Un appartement en colocation sur Burlington

Joey ♣  Je suis venu, j'ai bu, j'me souviens plus Empty
MessageSujet: Re: Joey ♣ Je suis venu, j'ai bu, j'me souviens plus Joey ♣  Je suis venu, j'ai bu, j'me souviens plus EmptyMer 4 Sep - 19:09

merci à toi :miguel: @judson howell et puis de façon si Robinette, elle fricote avec Griffin, on sera peut être à même de se croiser Joey ♣  Je suis venu, j'ai bu, j'me souviens plus 2444425245

_________________
I'm Not Okay
It's a mask it's a lie
It's the only home I've ever known
'Cause being who I really am
Has only left me more alone
I am not okay
And I need you to see it
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Jazz Asworth
membre qu'on adore
LITTLE TALKS : 1008
PSEUDO : m.
AVATAR : Margot Robbie
CREDITS : wicked games (avatar) @ tumblr (gif)
ÂGE : 34
QUARTIER : Waterfall Avenue, au dessus de son restaurant le the old marple.

Joey ♣  Je suis venu, j'ai bu, j'me souviens plus Empty
MessageSujet: Re: Joey ♣ Je suis venu, j'ai bu, j'me souviens plus Joey ♣  Je suis venu, j'ai bu, j'me souviens plus EmptyMer 4 Sep - 19:20

(re) bienvenueee sur le forum :judd:

_________________
i don't even know
if I believe
everything you're trying to say to me
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Christian Miller
membre qu'on adore
LITTLE TALKS : 1099
PSEUDO : princess.
AVATAR : Jamie Dornan
CREDITS : (avatar) tik tok. - (gifs) tumblr
ÂGE : 38

Joey ♣  Je suis venu, j'ai bu, j'me souviens plus Empty
MessageSujet: Re: Joey ♣ Je suis venu, j'ai bu, j'me souviens plus Joey ♣  Je suis venu, j'ai bu, j'me souviens plus EmptyMer 4 Sep - 19:22

rebienvenue à toi I love you

_________________
- - There's a very fine line between pleasure and pain. They are two sides of the same coin, one not existing without the other.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Griffin Wilson
won’t get fooled again
LITTLE TALKS : 969
PSEUDO : Red (Audrey)
AVATAR : Finn Jones
CREDITS : aloa (avatar) + tumblr (icons)
ÂGE : 32
QUARTIER : Centre-ville de Burlington

Joey ♣  Je suis venu, j'ai bu, j'me souviens plus Empty
MessageSujet: Re: Joey ♣ Je suis venu, j'ai bu, j'me souviens plus Joey ♣  Je suis venu, j'ai bu, j'me souviens plus EmptyMer 4 Sep - 19:24

Mon associé fainéant Joey ♣  Je suis venu, j'ai bu, j'me souviens plus 1336111789 Joey ♣  Je suis venu, j'ai bu, j'me souviens plus 1487217407 :hert:

Rebienvenue ! J’ai hâte de voir ce petit en jeu ! I love you

_________________
#theplacetobe #hq31stoctober
by EXORDIUM.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Reagan Dewar
membre qu'on adore
LITTLE TALKS : 1765
PSEUDO : eachann/sandra.
AVATAR : Ginta Lapiņa
CREDITS : .reed (ava).
ÂGE : 31
QUARTIER : willow street, en coloc avec la bff. (#121)

Joey ♣  Je suis venu, j'ai bu, j'me souviens plus Empty
MessageSujet: Re: Joey ♣ Je suis venu, j'ai bu, j'me souviens plus Joey ♣  Je suis venu, j'ai bu, j'me souviens plus EmptyMer 4 Sep - 19:37

rebienvenuuue, je suis déjà fan du perso, j'viendrai t'embêter pour un lien :miguel: :miguel:
bon courage pour le reste I love you

_________________

☆ the French are glad to die for love, they delight in fighting duels but I prefer a man who lives and gives expensive jewels. a kiss on the hand may be quite continental, but diamonds are a girl's best friend.


Joey ♣  Je suis venu, j'ai bu, j'me souviens plus 1685057867:
 

Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Joseph Edwards
membre qu'on adore
LITTLE TALKS : 3407
PSEUDO : Janto
AVATAR : Daniel Sharman
CREDITS : Avatar : Aloa ♥
ÂGE : 33
QUARTIER : Un appartement en colocation sur Burlington

Joey ♣  Je suis venu, j'ai bu, j'me souviens plus Empty
MessageSujet: Re: Joey ♣ Je suis venu, j'ai bu, j'me souviens plus Joey ♣  Je suis venu, j'ai bu, j'me souviens plus EmptyMer 4 Sep - 19:42

merci à vous tous Joey ♣  Je suis venu, j'ai bu, j'me souviens plus 1293989087 Joey ♣  Je suis venu, j'ai bu, j'me souviens plus 1685057867

@Griffin Kidd Tu me brise le cœur, t'aurais pas ton bar sans moi, tu devrais pas me traiter de fainéant Joey ♣  Je suis venu, j'ai bu, j'me souviens plus 2444425245

@Reagan Dewar ce sera avec grand plaisir pour le lien :miguel:

_________________
I'm Not Okay
It's a mask it's a lie
It's the only home I've ever known
'Cause being who I really am
Has only left me more alone
I am not okay
And I need you to see it
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Jamie Whelan
membre qu'on adore
LITTLE TALKS : 3340
PSEUDO : Boadicea (Meg')
AVATAR : Colin O'donoghue
CREDITS : lumos solem. (vava) + Sarasvati (sign, code modifié) + Kerouac (quote).
ÂGE : 42
QUARTIER : Lilac Road, planqué dans la serre au fond du jardin du #195

Joey ♣  Je suis venu, j'ai bu, j'me souviens plus Empty
MessageSujet: Re: Joey ♣ Je suis venu, j'ai bu, j'me souviens plus Joey ♣  Je suis venu, j'ai bu, j'me souviens plus EmptyMer 4 Sep - 20:22

Bienvenue dans le coin et bon courage pour finir ta fiche :hert:

_________________


. . . the only love can only be the first love, the only death the last, the only life within, and the only word . . . choked forever.




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Joey ♣  Je suis venu, j'ai bu, j'me souviens plus Empty
MessageSujet: Re: Joey ♣ Je suis venu, j'ai bu, j'me souviens plus Joey ♣  Je suis venu, j'ai bu, j'me souviens plus Empty

Revenir en haut Aller en bas

Joey ♣ Je suis venu, j'ai bu, j'me souviens plus

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Sujets similaires

-
» « Désolé pour hier soir d'avoir fini à l'envers, la tête dans l'cul, l'cul dans l'brouillard » [Bunsit] /!\ Hentaï

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
REDWOOD HILLS :: 
we'll never be royals
 :: born to run :: fiches validées
-
Sauter vers: