AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Merci de privilégier les nombreux scénarios, pré-liens et membres des familles lors de votre inscription ! Rewrite the stars ft. Amaryllis 3189630431
N'hésitez pas à interpréter un membre de la Rose (préliens) ! Rewrite the stars ft. Amaryllis 3843455399
-20%
Le deal à ne pas rater :
PNY – Disque SSD Interne – CS900 – 480Go – 2,5″
39.99 € 49.99 €
Voir le deal

Partagez

Rewrite the stars ft. Amaryllis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

Voir le profil de l'utilisateur
Seth J. Wilander
membre qu'on adore
LITTLE TALKS : 448
PSEUDO : Gäa
AVATAR : Norman Reedus
CREDITS : ecstaticruby (avatar)
ÂGE : 48
QUARTIER : (#038) Maison - Around Redwood Hills Farming Area

Rewrite the stars ft. Amaryllis Empty
MessageSujet: Rewrite the stars ft. Amaryllis Rewrite the stars ft. Amaryllis EmptyMar 20 Juil - 21:04



« Rewrite the stars  »
@Seth J. Wilander  & @"Amaryllis Miles



ϟ A la base ça n'avait été qu'un simple SMS, j'avais trouvé une citation qui m'avait fait penser à Lys, alors je lui avais envoyé. Si j'avais été à la fois intrigué, mais aussi heureux de recevoir une réponse aussi vite, je n'aurais jamais cru que suite à l'un de ses SMS, je finisse enfin par composer son numéro de téléphone, pour entendre sa voix. "On aurait dû prendre ta moto et partir sans se retourner". C'était un magnifique message, mais en lisant ce message, j'eu alors des doutes sur sa vie hors de Redwood Hills, Lys avait-elle vraiment été heureuse ? Y avait-il des choses, dont elle n'avait pas osé me parler ? Après tout, ce n'était pas comme ci nous avions vraiment parlé, de sa vie en dehors de Redwood Hills. Lorsque j'avais eu Amaryllis au téléphone, j'avais été tellement comblé d'entendre sa voix, je ne pouvais m'empêcher de sourire, sa voix était comme une berceuse pour moi, elle avait ce don de m'apaiser, de me faire tout oublier. Puis j'avais enfin osé poser des questions, si elle aurait été vraiment heureuse avec moi, si elle avait été heureuse lorsqu'elle était partie, enfin c'était aussi difficile pour moi de m'exprimer, de plus, je ne voulais pas être "brutal" avec Lys. Visiblement, quelque chose avait mal tourné, ça devait être très grave, car voila que j'avais mon étoile en larme au téléphone, ça me brisait complètement le coeur, et en même temps, je pouvais sentir de la colère ... Mon étoile était malheureuse, on lui avait fait du mal, elle avait souffert, elle était en train de pleurer seule ... Je devais la retrouver ! Tout en l'ayant au téléphone, écoutant toujours sa voix, enfin ses sanglots, je prévins celle-ci que j'arrivais, qu'il été hors de question qu'elle reste seule. Celle-ci m'affirmant qu'elle m'attendait, j'avais laissé mon téléphone en marche, pour enfiler mes bottes ainsi que mon blouson, je pris mon casque, claquant ma porte et fermant celle-ci à clef, puis je foncé sur ma moto.

C'était l'été, les jours étaient bien plus longs, alors le soleil se couché plus tard. Il devait être dans les alentours de vingt heures, lorsque je foncé en moto, pour retrouver Lys, complètement inquiet, et m'en voulant de l'avoir fait pleuré. Quel imbécile ! si je ne me serais pas montré aussi curieux, elle ne serait pas dans cet été ce soir ! Il y avait peu de monde sur la route, tant mieux, je n'avais pas le temps de me montrer plus patient, je n'avais même pas le temps de me concentrer sur le frais du soir, qui commence après une grosse chaleur, j'en avais plus rien à foutre, mon étoile, il n'y avait que mon étoile.

Arrivé à l'adresse de Lys, je fus à la limite de sauter de ma moto, mais ce ne serait sans doute pas une bonne idée. Je pris alors une profonde inspiration, expirant, je devais être calme. Retirant mon casque, je me rendis compte que j'avais chaud avec mon blouson, puis surtout, que j'avais laissé le portable en marche, éteignant celui-ci, je me rendis à la porte de Amaryllis, toquant "Lys je suis la, tu m'ouvre ou je rentre ?"


H. P. Lovecraft


DESIGN ϟ  VOCIVUS // AVATAR (C) VOCIVUS  

_________________
astra; bb — Il vaut mieux vivre sa vie de manière imparfaite que d'imiter parfaitement quelqu'un d'autre ;; Elizabeth Gilbert


Dernière édition par Seth J. Wilander le Ven 13 Aoû - 13:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Amaryllis Miles
membre qu'on adore
LITTLE TALKS : 480
PSEUDO : Senara
AVATAR : Diane Krüger
CREDITS : ahimsâ (avatar)
ÂGE : 41
QUARTIER : 22 Lilac Road

Rewrite the stars ft. Amaryllis Empty
MessageSujet: Re: Rewrite the stars ft. Amaryllis Rewrite the stars ft. Amaryllis EmptyDim 8 Aoû - 17:50




 

Amaryllis & Seth
Ne me secouez pas, je suis pleine de larmes.
A quel moment cette conversation avait dérapé ? La quarantenaire ne s’en souvenait même plus. Seules restaient des larmes retenues depuis trop longtemps, alors même qu’elle ne pensait plus être capable d’en verser. Pourtant, si Amaryllis avait pu régler ses comptes avec elle-même, avec ses erreurs et les conséquences qui en avaient découlées, il est vrai qu’elle n’avait pas encore eu le courage de regarder son passé avec Seth en face afin de crever l’abcès qui existait entre eux. Bien sûr, ça ne venait pas du motard puisqu’il ignorait tout de la vie qu’elle avait menée à New-York. Mais en revenant vers lui, elle n’avait pas cherché à lui expliquer ce qu’elle avait vécu, même après que les sentiments du passé aient refaits surface. C’était trop dur. Et elle avait honte. Souvent elle se demandait pourquoi ils n’étaient pas simplement partis tous les deux, où pourquoi elle ne l’avait pas supplié de la suivre. Ici, à Redwood Hills, ils n’avaient aucun avenir. Mais ailleurs, dans une grande ville comme la Grosse Pomme, ça aurait pu être une ouverture sur tellement d'opportunités ! Ils auraient pu être qui ils voulaient et tout recommencer loin des horreurs de leur petite ville. Malheureusement, ça ne s’était pas passé ainsi. Comme le disait si bien l'expression : si jeunesse savait… si vieillesse pouvait… Aujourd'hui pourtant, après vingt ans d'absence et de silence, leurs vies se mêlaient à nouveau. A ceci près qu'Amaryllis ne revenait pas seule. Elle revenait avec ses blessures, celles que sa vie loin de Redwood lui avait infligées alors même qu’elle cherchait à échapper à ses traumatismes. Retour à la case. On prenait les mêmes et… on recommençait ? Apparemment oui. La professeure de littérature avait retrouvé sa famille, quelques amis qui n’étaient jamais partis ou qui, comme elle, étaient revenus dans leur ville natale. Et puis il y avait Seth, son premier amour qu’elle n’avait jamais pu oublier malgré qu’elle ait tenté de se convaincre du contraire, persuadée qu’elle ne reviendrait jamais dans ce trou perdu. Pourtant c’était ce qui s’était passé et, lorsque leurs regards s’étaient à nouveau croisés, la passion qui brûlait entre eux jadis s’était enflammée comme au premier jour. Au final, rien n’avait changé entre eux, si ce n’était qu’Amaryllis portait encore plus de meurtrissures qu’à son départ et que l’espoir d’une vie meilleure ailleurs s’était éteint. Mais parfois, les désillusions avaient du bon. De retour ici, Amaryllis avait retrouvé sa famille et, surtout, menait une vie stable et heureuse malgré tout. Il fallait juste qu’à présent elle ait cette discussion à cœur ouvert avec Seth, et ils pourraient enfin avancer. Car si leurs sentiments étaient inchangés depuis toutes ces années, les deux amoureux ne formaient pas un couple pour autant. S’il n’avait tenu qu’au biker, ils seraient à nouveau officiellement ensemble, mais la jolie blonde avait des secrets qui les empêchaient d’aller en ce sens. Ce soir pourtant, pour le meilleur ou pour le pire, Amaryllis était au pied du mur et ne pourrait faire autrement que de lui avouer tout ce qui la faisait souffrir et les empêchait de marcher main dans la main, comme autrefois. Certes, elle pourrait le rejeter et conserver ses secrets intacts, ainsi que la douleur qui allait avec, mais elle n’avait aucune envie de faire cela. La vérité serait certes semblable à un déchirement, mais au moins il laissera place à du bonheur, contrairement à tous ses secrets qui étouffaient leur relation. Hélas, dans les faits, les choses ne semblaient pas vouloir être si simples.

Le regard dans le vide, Amaryllis s’était laissée tomber dans son canapé. Elle reniflait de temps à autre après avoir fini de pleurer, tandis que son esprit était reparti des années en arrière. La discussion ayant remonté de mauvais souvenirs, elle ne voyait plus que les coups de son ex-compagnon et manager dans ce qui ressemblait à des flashbacks et entendait à nouveau les insultes dont il l'abreuvait. Puis le sang. Le sien tout d’abord, après qu'elle ait tiré. Ensuite une douleur transcendante et son propre sang annonçant la mort du petit être qui grandissait sous son nombril. « Lys, je suis là. Tu m'ouvres ou je rentre ? » La voix de Seth la réveilla, la sortant de sa torpeur. Mais ayant besoin d’un peu de temps pour se remettre et réagir, elle ne bougea pas de suite. Et quand enfin elle finit par trouver la force de se lever, à peine eut-elle esquissé un mouvement qu’elle eut un vertige qui la fit se rasseoir lourdement. A nouveau elle replongea dans le passé, ses deux mains venant se poser instinctivement sur son ventre. Cet endroit qui était devenu une scène de crime, et qui n’était plus aujourd’hui qu’un cimetière. « Seth… » fut la seule chose qu’elle put murmurer, un appel à l’aide tardif qui ne la sauverait ni de ce qu’elle avait déjà traversé ni du lâche et cruel assassinat de son bébé.


 
(c) fiche:WILD BIRD & gifs:gifs hunt c l o s e d

_________________
living through your eyes



(c) anaphore
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Seth J. Wilander
membre qu'on adore
LITTLE TALKS : 448
PSEUDO : Gäa
AVATAR : Norman Reedus
CREDITS : ecstaticruby (avatar)
ÂGE : 48
QUARTIER : (#038) Maison - Around Redwood Hills Farming Area

Rewrite the stars ft. Amaryllis Empty
MessageSujet: Re: Rewrite the stars ft. Amaryllis Rewrite the stars ft. Amaryllis EmptyVen 13 Aoû - 13:59



« Rewrite the stars  »
@Seth J. Wilander  & @"Amaryllis Miles



ϟ Je n'étais pas un gars qui avait de l'avenir, en faite, lorsque il y avait eu ce suicide, je mettais senti coupable. Je n'avais pas protéger ma petite soeur, elle avait un avenir, et je ne l'avais pas protégé correctement, à présent elle était morte ... Lorsque j'avais eu la chance d'être en couple avec Amaryllis, puis qu'elle m'avait dit qu'elle sen allait pour faire des études, en dehors de cette ville, je ne l'avais pas arrêtée, Lys avait de l'avenir, des rêves, j'étais déjà coupable du destin tragique de ma soeur, j'étais loin d'être une personne stable, alors en rien je n'allais arrêter la blonde. A son retour, j'avais cru rêver, je m'en étais sorti et je retrouvé mon tout premier et unique amour ... Mais voila ... Lys avait été blessée, je l'avais senti dans son appel, déjà que j'avais eu des doutes en croisant son regard, cette fois-ci je pouvais en être sur. Qu'est ce qu'on avait fait à mon  étoile ? B*rdel je n'aurais jamais du la laisser partir ... Quel c*n, mais quel c*n, ou il faut croire que tout ceux qui m'approchait, terminé maudit ? Secouant la tête, je refusé d'être aussi négatif, Lys avait besoin de moi, oui, elle avait besoin de moi et je serais présent, je n'allais pas l'abandonner.

Tout en frappant à sa porte, j'appelais Lys, mais n'ayant aucune réponse, je choisi de rentrer par mes propres moyens. J'étais fou d'inquiète, le coeur cognant contre ma poitrine, lorsque je retrouvé mon étoile en larme dans la salle. Me précipitant dans la salle, je m'agenouillais au sol devant mon étoile en larme, mon coeur se brisant. "Lys je suis la" dis-je en l'aidant à se relever, lui offrant une douce étreinte et la laissant pleurer, pendant que je caressais ses cheveux, chuchotant des paroles apaisantes. Combien de temps cela allait-il durer ? Le temps qu'il faudrait. Puis je fini par soulever Lys, la portant comme une mariée, étrange pensée de ma part, et complètement déplacée. Doucement je l'allongeais sur le canapé, avant de m'agenouiller à nouveau devant elle, plaçant bien les coussins et lui tenant la main. "Tu veux que je t'apporte quelque chose ? De l'eau ? Une couverture ?" , puis tout en caressant le dos de sa main, je remis quelque mèches de ses cheveux en place. "Je suis la ... Je suis la, je ne vais pas t'abonner, désolé si je t'ai blessé, je ne voulais pas ...". A mon tour je du prendre une profonde inspiration, je me sentais coupable, pourquoi ? Pas mon étoile. Mais qu'est ce qui avait bien pu lui arriver, pour qu'elle en arrive la ?


H. P. Lovecraft


DESIGN ϟ  VOCIVUS // AVATAR (C) VOCIVUS  

_________________
astra; bb — Il vaut mieux vivre sa vie de manière imparfaite que d'imiter parfaitement quelqu'un d'autre ;; Elizabeth Gilbert


Dernière édition par Seth J. Wilander le Dim 29 Aoû - 13:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Amaryllis Miles
membre qu'on adore
LITTLE TALKS : 480
PSEUDO : Senara
AVATAR : Diane Krüger
CREDITS : ahimsâ (avatar)
ÂGE : 41
QUARTIER : 22 Lilac Road

Rewrite the stars ft. Amaryllis Empty
MessageSujet: Re: Rewrite the stars ft. Amaryllis Rewrite the stars ft. Amaryllis EmptyDim 29 Aoû - 10:37




 

Amaryllis & Seth
Ne me secouez pas, je suis pleine de larmes.
Elle avait su, au moment ou elle avait entendu la déflagration, que cette image, ce souvenir, que tout ça resterait en elle, comme faisant partie intégrante de son ADN. Pourtant elle avait réussi à se relever, à retrouver de l’espoir et l’envie de se lever le matin. En dépit de tout ce qu’elle avait perdu, enduré et fait, elle était là. Vivante et ouverte au futur. Du moins, c’était ce qu’elle avait pensé jusqu’au coup de téléphone de Seth. Il ne l’avait pas fait exprès bien sûr, mais ses questions appelaient à comprendre ce qu’elle avait vécu lors de ses années à New-York et elle ne pouvait lui mentir. Pas à lui. Si ça avait été quelqu’un d’autre, elle aurait ressorti son côté cinglant et violent pour le dissuader de continuer sur ce chemin douloureux. Mais Seth méritait de savoir. De toute façon, elle avait su, là-aussi, que son passé viendrait tôt ou tard dans leur conversation et qu’elle devrait lui dire la vérité. Ce qu’elle n’avait pas anticipé par contre, c’était que ce soit douloureux au point que son esprit la lâche. Le terrible souvenir de ce jour venait d’exploser dans son crâne, comme si elle se retrouvait piégée dans une boucle temporelle. « Lys, je suis là. » entendit-elle de loin, alors que deux bras venait l’aider à se relever. Elle n’avait même pas eu conscience d’être tombée. Ni de pleurer. Pourtant elle se rendit compte que des larmes ruisselaient sur ses joues. Qu’était-il en train de lui arriver ? Se pouvait-il qu’après des années de thérapies et autant de temps à vivre normalement, sa santé mentale soit toujours si précaire ? Incapable de trouver la force de se remettre sur ses deux pieds, et encore moins de parler ou de cesser de pleurer, Seth finit par la porter jusqu’au canapé. Son inquiétude transparaissait sur les traits de son visage, dans son regard, dans sa manière de la toucher. Mais la quarantenaire ne parvenait pas à voir tout cela, accaparée par les images choquantes et bouleversantes que son cerveau lui imposait. « Tu veux que je t'apporte quelque chose ? De l'eau ? Une couverture ? » demanda-t-il, tout en essayant de lui faire comprendre qu’il était là par des gestes tendres. Son contact finit par dissiper peu à peu ses angoisses, et atténuer ses souvenirs. « Je suis là... Je suis là, je ne vais pas t'abonner. Désolé si je t'ai blessée, je ne voulais pas... » Amaryllis ferma les yeux, et poussa un long soupir. Ce simple procédé, qu’elle faisait régulièrement lors de ses séances de yoga et de méditation, l’aida à reprendre le contrôle de ses émotions et elle put ainsi obliger son cerveau à la laisser tranquille. « Seth… Ce n’est pas toi qui m’as blessée. C’est… un autre. » Comment expliquer tout ça sans paraître faible ou stupide ? Amaryllis se détestait tellement pour être tombée dans le panneau de la femme qui aime son bourreau. C’était tellement pathétique ! Mais c’était aussi et surtout la triste vérité. « Quand je suis partie à New-York, je suis devenue pour payer mes études. C’était mieux payé et moins fatiguant que faire la plonge dans un restaurant. » commença-t-elle à expliquer, concentrée sur ce qu’elle disait et sur sa respiration pour ne pas se laisser à nouveau happer par l’angoisse. « J’ai finalement commencé à me faire un nom dans le milieu, au point que j’ai eu un manager. Le temps passant, on est devenu plus que de simples relations de travail. Sauf que… » Le moment le plus dur commençait maintenant. Amaryllis prit une grande inspiration. « Sauf que si au début tout allait bien, les choses ont rapidement tourné au vinaigre. Il était aussi charmant avec les autres qu’il était cruel avec moi. J’aurais dû partir mais… je ne sais pas. Je ne me l’explique pas. Je suis restée. » Un silence. « Peut-être parce qu’il aurait pu ruiner ma réputation dans le domaine du mannequinat. Au fond je sais que c’était stupide de penser ça puisque je voulais être professeur de littérature. Ça aurait dû me remettre les pieds sur terre et m’obliger à reprendre mes plans de base. Mais… il y avait autre chose. » Si Amaryllis avait laissé Seth être proche d’elle, elle préféra cette fois-ci s’éloigner. Une dure vérité allait être avouée et elle ne pourrait pas supporter le regard du biker à cette annonce. Elle se leva donc du canapé et partit en direction de la cheminée. « Je… j’ai découvert que… que j’étais… enceinte. J’étais heureuse. Et je me disais naïvement que ça changerait tout. » Nouveau silence alors que son regard se perd dans les cendres de l’âtre. « Mais ça n’a pas été le cas. Il a continué jusqu’au moment où j’ai compris qu’il allait nous tuer si je ne faisais rien. » Cette fois-ci, la triste blonde se retourna vers le motard. Elle devait lui dire en face ce qu’elle avait fait. « C’était en soirée, il me frappait et a commencé à me donner des coups de pied dans le ventre. J’étais paniquée, j’ai couru dans la chambre et j’ai attrapé le revolver qu’il gardait dans sa table de chevet. Je… Je me suis retournée et… je n’ai pas réfléchi… J’ai tiré. » En disant cela, Amaryllis lui jeta un coup d’œil pour évaluer sa réaction. Au moins, si Seth pensait avoir le monopole du malfrat de la ville, il se sentirait sans doute moins seule avec une meurtrière à côté de lui. En tout cas, s’il voudrait toujours d’elle après ces révélations. « La police a enquêté, et le juge a déclaré que j’étais en état de légitime défense. Affaire classée. » conclut-elle en haussant les épaules. Quant à son bébé, s’il n’était pas là, devait-elle vraiment dire tout haut ce qu’il s’était passé ? Sans doute, oui, histoire de briser une fois pour toute cette omerta qu’elle s’était imposée. Mais pour le moment, ça faisait déjà beaucoup de chose à intégrer pour Seth et il n’était pas stupide. Il se doutait bien qu’elle n’avait pas abandonné cet enfant et qu’elle ne le cachait pas dans la cave. Il ne pouvait donc être qu’à un seul endroit : le même que son défunt père.


 
(c) fiche:WILD BIRD & gifs:gifs hunt c l o s e d

_________________
living through your eyes



(c) anaphore


Dernière édition par Amaryllis Miles le Ven 17 Sep - 22:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Seth J. Wilander
membre qu'on adore
LITTLE TALKS : 448
PSEUDO : Gäa
AVATAR : Norman Reedus
CREDITS : ecstaticruby (avatar)
ÂGE : 48
QUARTIER : (#038) Maison - Around Redwood Hills Farming Area

Rewrite the stars ft. Amaryllis Empty
MessageSujet: Re: Rewrite the stars ft. Amaryllis Rewrite the stars ft. Amaryllis EmptyDim 29 Aoû - 13:09



« Rewrite the stars  »
@Seth J. Wilander  & @"Amaryllis Miles



ϟ Je connaissais Lys, c'était une femme forte, mais quelque chose l'avait brisée à New-York ... Jamais je n'aurais du la laisser partir ... Qu'importe j'étais la maintenant, j'étais la, seulement le mal avait du être fait, pouvais je l'aider ? Est-ce que Lys allait me laisser l'aider ? Elle aussi avait sa fierté, après, connaissant mon étoile, elle serait faire le bon choix, j'avais confiance en elle. Ne quittant pas Lys, je reconnu à sa respiration, qu'elle avait du apprendre la méditation, chose qu'on avait tenté de m'apprendre au ranch et disons qu'avec moi, c'était une chose assez compliquée, en général je ne resté jamais longtemps lors des séances, j'avais surtout besoin de me retrouver seul.
Tout en restant près de Lys, je pouvais m'asseoir à même le sol, je m'en moqué, du moment que j'étais auprès d'elle, je ne comptais pas la laisser une nouvelle fois. Respectant son silence, je laissé Lys reprendre la parole, ne disant rien, je savais ce qu'était que de commencer à parler, tout en cherchant ses mots, enfin surtout les bons mots. Alors qu'elle venait de dire "un autre", je ne fis aucun mouvement, aucun geste, seulement, j'avais eu peur justement que se soit ça, et voila que ça l'était. Une autre personne avait brisée mon étoile, qui ? Comment ? Pourquoi ? Non je devais rester calme ... Lys avait besoin de calme. Posant doucement ma tête sur le rebord du canapé, je continué de l'écouter. Mannequin, en même temps, elle était d'une beauté, et oui, j'imaginais que ça devait bien payer, puis elle avait tellement d'ambition, mannequin c'était autre chose que faire la plonge dans un restaurant. Quand Lys était parti pour New-York, j'avais bien vue son ambition grandissante, elle avait besoin de changer d'air, de rêver ... Chose que je ne pourrais lui offrir malheureusement, je n'avais pas d'argent, parfois j'étais même sans domicile fixe, mais que je cesse de me focaliser sur moi, c'était mon étoile que j'écoutais. L'autre homme, car oui Amaryllis était une femme magnifique, avec un grand coeur, il était normal qu'on tombe amoureux d'elle, moi, elle n'avait jamais quittée mon coeur, mais je ne pouvais être jaloux, oui ça me faisait mal, seulement Lys avait le droit au bonheur, elle avait le droit de créer sa famille, puis en voyant celle-ci réfléchir, cherchant ses mots, je pouvais parfaitement deviner, que le reste serait dur à expliquer, et qu'est ce que j'avais peur ... J'avais peur de la suite, j'avais peur pour mon étoile, j'avais horriblement peur de la façon dont on l'avait brisée. Cruel, je du me retenir de bouger, je ne pouvais que déglutir difficilement, espèce de salop*rd ... Oui je commencé à avoir du mal à garder mon calme, mais je le devais, pour le bien de Lys. Voyant Lys se relever, je suivi celle-ci du regard. La belle blonde venait de lever du canapé pour rejoindre la cheminée, devais-je la suivre ? Non, elle avait sans doute besoin de distance, me mordant légèrement la lèvre, je resté assis au sol, respectant cette distance. Au mot "enceinte" je baissé la tête, un bébé quoi de plus beau pour unir un couple, pour unir deux êtres liés par l'amour, seulement cet homme était violent, et je ne pouvais que repenser à mon père, l'alcool, les coups, la douleur, la terreur ... Tout en continuant de l'écouter, c'est comme ci moi même j'encaissais des coups, car j'avais connu cette situation, mais savoir qu'en plus, un petit être grandissait dans son ventre, ça ne me faisait que plus mal. Ma mère avait fuit mon père en se perdant dans la secte, de mon côté j'avais cherché à m'en sortir, mais mon frère avait sombré dans la drogue, ma soeur était trop petite, et influencée par ma mère, j'étais seul avec mon bourreau ... Je n'étais qu'un gosse, après adolescent, puis jeune homme jusqu'à ce qu'il crève dans les flammes. Lys ... Comment battre sa femme ? Pourquoi ? Mais pourquoi est-ce qu'elle avait du connaitre ça ? Si elle était parti, c'était pour recevoir du bonheur, si je l'avais laissé partir, c'était pour qu'elle ne connaisse pas ce que j'avais vécu ... Finalement, j'aurais du l'empêcher de partir, m*rde je m'en voulais. A ses prochaines paroles, je comprenais l'ampleur et l'horreur de la situation, celle-ci me jetant un regard, je ne pouvais que l'approuver car si elle ne l'aurait pas fait, moi je l'aurais fait. Oh ça avait du être horrible pour elle, passer par la ... Me relevant, je me rapprochais doucement de Lys, tout en gardant mes distances, ne voulant pas qu'elle me fuit. "Si je t'ai laissé partir, c'est parce qu'il n'y avait rien avec moi ... Mais je me trompe, car jamais, jamais je ne t'aurais fait ça ... Je ne comprend toujours pas pourquoi ... C'est ..." , heureusement qu'il était mort, car je serais déjà partie pour le tuer. "Tu t'es protégée et crois moi, si tu ne l'aurais pas fait, je serais de suite parti le faire ... Mon père était ce genre d'homme, enfin tu le sais ... Et quand notre maison a pris feu, que j'ai appris qu'il était mort dans les flammes ... J'ai ressenti du soulagement, je n'étais même pas triste, j'étais soulagé" et ça je ne l'avais dit à personne. "Ensuite il y a eu ... La désintoxication, prison ... Je ne suis pas un modèle, je ... J'étais paumé alors crois moi, c'est pas moi qui viendra te juger, toi ... Tu t'es protégée ainsi que ton enfant et ça me dégoûte que ... Je n'ai rien pu faire et ... Je t'aime Lys, tu n'a jamais quitté mon coeur, mais je sais maintenant que tu as un deuil, je suis désolé mon étoile ... Tu aurais été la plus merveilleuse des mamans". Je déglutis difficilement, je n'étais pas un exemple, je ne savais comment l'aider dans ce deuil, je n'étais pas une femme, mais elle avait portée ce bébé et il n'était plus. "Je ne t'abandonnerai jamais Lys".


H. P. Lovecraft


DESIGN ϟ  VOCIVUS // AVATAR (C) VOCIVUS  

_________________
astra; bb — Il vaut mieux vivre sa vie de manière imparfaite que d'imiter parfaitement quelqu'un d'autre ;; Elizabeth Gilbert


Dernière édition par Seth J. Wilander le Dim 17 Oct - 13:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Amaryllis Miles
membre qu'on adore
LITTLE TALKS : 480
PSEUDO : Senara
AVATAR : Diane Krüger
CREDITS : ahimsâ (avatar)
ÂGE : 41
QUARTIER : 22 Lilac Road

Rewrite the stars ft. Amaryllis Empty
MessageSujet: Re: Rewrite the stars ft. Amaryllis Rewrite the stars ft. Amaryllis EmptyDim 26 Sep - 10:38




 

Amaryllis & Seth
Ne me secouez pas, je suis pleine de larmes.
Elle ignorait si, maintenant qu’elle lui avait tout dit du poids qu’elle portait sur ses épaules, les choses allaient changer entre eux. Bien sûr, elles ne pourraient jamais plus être pareilles, simplement Amaryllis s’interrogeait sur le degré d’influence que ces révélations auraient sur leur relation. Seth avait beau avoir connu ce genre d’environnement, il n’empêche qu’il ne devait pas à s’attendre à… ça. Néanmoins, il comprenait certainement mieux la raison de cette distance que la blonde mettait entre eux, à la fois consciemment et inconsciemment. Parce que même si tout le monde lui disait qu’elle avait bien fait, qu’elle s’était protégée, le fait est que vivre avec l’idée d’avoir tué quelqu’un était loin d’être simple, quand bien même il le méritait. Ce jour-là, une partie d’elle était morte avec lui. Et une autre partie d’elle était parti avec son bébé à naître. Amaryllis n’était pourtant pas le genre à être naïf, malgré qu’elle vienne du Vermont, pourtant ses décisions irraisonnées l’avaient conduites à ce terrible drame. Comme si son passé n’avait servi à rien. En effet, avec la secte puis la mort de son père dans le suicide collectif, elle avait grandi très vite. Trop vite, même, diraient certains. Petite fille déjà, ce fut elle qui supplia sa mère de ne plus se rendre aux réunions de la Rose Lunaire car elle sentait que quelque chose n’allait pas, et ce fut grâce à son insistance que cette dernière cessa d’y aller. Si elle ne l’avait pas fait, sûrement qu’à l’heure d’aujourd’hui, elle serait orpheline. Mais elle avait su écouter son instinct malgré son jeune âge, et avait pu sauver sa mère. Alors pourquoi ne l’avait-elle pas fait une fois à New-York, après les premiers coups de son manager ? Cette question la hantera pour l’éternité, puisque cette inaction avait coûté la vie à son enfant. « Si je t'ai laissé partir, c'est parce qu'il n'y avait rien avec moi... Mais je me trompe, car jamais, jamais je ne t'aurais fait ça... Je ne comprends toujours pas pourquoi... C'est... » expliqua Seth, s’étant rapproché d’elle mais laissant tout de même de la distance entre eux. « C’était égoïste de ma part de partir sans même te demander de venir avec moi. Je veux dire… toi et moi, on n’avait rien qui nous retenait ici. Alors pourquoi on s’est pas barré de Redwood Hills ensemble ? » La réponse était simple et triste à la fois. Seth pensait ne pas avoir de valeur, et ne pas mériter autre chose que ce rien que cette petite ville avait à lui offrir. Quant à Amaryllis, elle était tellement obnubilée par son envie de quitter cet endroit de malheur qu’elle avait été prête à tout laisser derrière elle, petit-ami et petit-frère compris. Sa sensation d’étouffer était telle qu’il lui avait absolument fallu mettre de la distance entre elle et Redwood Hills pour respirer à nouveau. Le problème, c’est que ça s’était fait au détriment d’autres personnes pour qui elle comptait. Et aujourd’hui, elle payait cher son égoïsme. « Je pensais trouver la délivrance en partant d’ici. Mais ça aura surtout été de la souffrance. » constata-t-elle avec amertume, plus pour elle-même que pour Seth.

« Tu t'es protégée et crois-moi, si tu ne l’avais pas fait, je serais de suite parti le faire... Mon père était ce genre d'homme, enfin tu le sais... Et quand notre maison a pris feu, que j'ai appris qu'il était mort dans les flammes... J'ai ressenti du soulagement, je n'étais même pas triste, j'étais soulagé. » Oui, Amaryllis avait entendu parler de cet accident. Elle s’était même demandé s’il s’était agi d’un véritable accident, au vu du pedigree de l’homme. Pas qu’elle ait soupçonné son ex-petit-ami cependant ; son père devait avoir suffisamment d’ennemis qui auraient voulu sa mort et c’était finalement arrivé. Sa disparition n’était clairement pas une perte pour l’humanité. Au contraire, comme le disait Seth, c’était un soulagement, aussi bien pour son fils que pour ses voisins et les citoyens de Redwood Hills en général. « Ça ne m’étonne pas. Quand j’ai appris ce qui s’était passé, j’ai aussi ressenti du soulagement pour toi. » lui sourit-elle avec bienveillance. En effet, elle connaissait suffisamment bien les liens qui unissaient le père et le fils pour savoir que Seth n’aurait jamais éprouvé le moindre chagrin pour une personne comme son géniteur. Car c’était bien ce qu’il était, son géniteur et uniquement ça. Un père n’agissait pas de la sorte. Là-dessus au moins, ils se comprenaient. Car si le père d’Amaryllis ne battait ni sa femme ni ses enfants, il n’en demeurait pas moins qu’il avait toujours été absent de sa vie, dévoué qu’il était à la secte et se consacrant presque exclusivement à elle. Ils avaient donc grandi sans père, chacun à leur façon. Seth reprit le récit de sa propre vie. « Ensuite il y a eu... La désintoxication, prison... Je ne suis pas un modèle, je... J'étais paumé alors crois-moi, c'est pas moi qui viendra te juger, toi... Tu t'es protégée ainsi que ton enfant et ça me dégoûte que... Je n'ai rien pu faire et... Je t'aime Lys, tu n'as jamais quitté mon cœur, mais je sais maintenant que tu as un deuil, je suis désolé mon étoile... Tu aurais été la plus merveilleuse des mamans. » Si Amaryllis écouta avec attention et tristesse ce qu’avait été la vie de l’homme qu’elle aimait durant son absence, elle fut rapidement prise de court par sa déclaration. Jusqu’ici, ils n’avaient fait que flirter ensemble, la jolie blonde sachant lire en Seth comme dans un livre ouvert et voyant bien qu’elle comptait toujours à ses yeux. Mais son passé l’empêchait d’avancer. Et maintenant qu’elle lui confiait l’horreur que sa vie avait pu être à cause des choix désastreux qu’elle avait fait, Seth lui confirmait son amour de manière totalement inattendue. Et quand en plus il lui dit qu’elle aurait été la plus merveilleuse des mamans, Amaryllis éclata en sanglot. Ça faisait beaucoup en moins de cinq minutes. « Je ne t'abandonnerai jamais Lys. » déclara alors le biker au cœur tendre, martelant que non, il ne partirait pas, qu’importe ce qu’elle avait fait et enduré. Difficilement mais par nécessité et parce qu’elle n’avait plus lieu d’être, l’ex-mannequin brisa cette bulle de béton qu’elle s’était construite au fur et à mesure des années et dans laquelle elle restait à l’abri, pour venir s’engouffrer dans les bras de son premier amour. Elle pleura longuement, chaque larme étant une douleur qui quittait définitivement son cœur. Ensemble, ils allaient pouvoir se reconstruire. « Si jamais j’ai encore l’idée stupide de vouloir partir, s’il-te-plaît, enferme-moi dans la cave. » laissa-t-elle échapper dans un murmure, retrouvant déjà de la force maintenant qu’elle avait retrouvé sa place au creux des bras de son unique véritable amour, Seth.


 
(c) fiche:WILD BIRD & gifs:gifs hunt c l o s e d

_________________
living through your eyes



(c) anaphore
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Seth J. Wilander
membre qu'on adore
LITTLE TALKS : 448
PSEUDO : Gäa
AVATAR : Norman Reedus
CREDITS : ecstaticruby (avatar)
ÂGE : 48
QUARTIER : (#038) Maison - Around Redwood Hills Farming Area

Rewrite the stars ft. Amaryllis Empty
MessageSujet: Re: Rewrite the stars ft. Amaryllis Rewrite the stars ft. Amaryllis EmptyDim 17 Oct - 13:50



« Rewrite the stars  »
@Seth J. Wilander  & @"Amaryllis Miles



ϟ Je me voyais comme un être destructeur, une sorte de monstre, j'avais aussi eu toujours cette peur de finir comme mon père, alors j'avais laissé Lys partir. La famille Wilander, une famille de maudit, ma mère, ma soeur, mon père, mon frère qui avait mal tourné ... Pour moi, je finirais forcément mal, et en aucun cas, je ne voulais faire souffrir Lys. Elle était partie et à ses paroles, je me rendis compte que j'avais fait une grave erreur, à présent, je voulais seulement rester avec elle, car je savais que j'avais changé, je l'avais prouvé et on m'avait rassuré, c'était comme un baume au coeur, alors je ne pouvais laisser mon étoile dans un tel état de tristesse. Lys continuant de se confier à moi, à mon tour je pouvais aussi me confier à elle. "Je me voyais comme un monstre Lys, j'ai toujours eu peur de finir comme mon père, d'ailleurs, je me voyais finir comme mon père, une sorte de bombe à retardement" fini je avec un soupire. Alors non elle n'avait pas été égoïste, à moins d'être égoïste à deux, pourquoi pas, si ça pouvait me contenter ainsi que Lys. Après qu'importe ce que je pouvais répondre, je savais que Amaryllis me comprenait, elle pouvait lire en moi comme dans un livre ouvert. Et alors que mon étoile continué de parler avec regret, je ne pouvais que montrer ma présence et surtout, ne plus jamais la laisser partir. C'était bien trop douloureux de la voir souffrir ainsi. Puis tout en me confiant ce qui lui était arrivé, sa terrible perte et les coups, je voulais seulement la prendre dans mes bras et le bercer, est-ce que c'était bête d'avoir ce genre de réaction ? Je voulais la sentir au plus près de moi, mais ce qu'elle avait vécu ... Il était tellement normal qu'une peur reste présente. Je lui appris que moi-même j'avais été soulagé, lorsque j'avais appris la mort de mon père ... C'était lourd, pesant, j'avais la sensation d'être un monstre à penser ainsi, se réjouir par rapport à la mort de quelqu'un, puis aux paroles de Lys, j'eu un soupire de soulagement "Merci ... Je croyais que ... Enfin tu vois se réjouir de la mort d'une personne c'est ... Et pourtant je n'en pouvais plus", je n'arrivais même pas à placer correctement des mots, tellement cet homme me hanté encore. Ce père qui avait brisé ma famille, mon enfance, il était parti en fumée comme ci il n'avait jamais existé. Et ce fut mon tour de continuer de me confier, d'avouer mes hontes, par ce quoi j'étais passé ... Puis cette chance d'avoir rencontré des bonnes personnes. Tout se termina avec mon étoile près de moi, laissant ses larmes couler, elle avait besoin, moi même j'en aurais besoin ... Mais j'avais encore les paroles de mon père en tête "pleurer c'est pour les faibles" et ça continué de me hanter, si seulement je pouvais m'en débarrasser, pleurer à mon tour, je ne pouvais que avoir le coeur lourd, tout en serrant Lys dans mes bras, fermant les yeux à son contact, puis j'eu un rire à ses paroles. "La cave ? Alors je m'enferme avec toi ... Bon niveau boulot faudrait que je vois avec mon employeur" dis-je avec un sourire en coin. Puis après un petit moment de silence, je repris "Lys, il y a de l'équitation thérapeutique ... Si tu en a besoin, crois moi, ça m'a fait du bien et ... Et je suis la, pas pour vanter tu sais" dis-je en voulant taquiner la belle blonde, pour alléger cette lourde atmosphère.

H. P. Lovecraft


DESIGN ϟ  VOCIVUS // AVATAR (C) VOCIVUS  

_________________
astra; bb — Il vaut mieux vivre sa vie de manière imparfaite que d'imiter parfaitement quelqu'un d'autre ;; Elizabeth Gilbert


Dernière édition par Seth J. Wilander le Ven 7 Jan - 14:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Amaryllis Miles
membre qu'on adore
LITTLE TALKS : 480
PSEUDO : Senara
AVATAR : Diane Krüger
CREDITS : ahimsâ (avatar)
ÂGE : 41
QUARTIER : 22 Lilac Road

Rewrite the stars ft. Amaryllis Empty
MessageSujet: Re: Rewrite the stars ft. Amaryllis Rewrite the stars ft. Amaryllis EmptyMer 24 Nov - 19:49




 

Amaryllis & Seth
Ne me secouez pas, je suis pleine de larmes.
A croire que l’herbe était nécessairement plus verte ailleurs, la jeune femme qu’était alors Amaryllis s’était faite beaucoup de mal. Pas au début, mais plus tard. A moins que sa décision de se lancer dans le mannequinat pour payer ses études soient déjà une erreur en soi ? Après tout, c’était de cette façon qu’elle avait rencontré son compagnon. D’un autre côté, si on commençait à philosopher de la sorte, alors on pouvait revenir encore plus loin. Son erreur aurait été de vouloir devenir professeur, et d’être venue à New-York pour ça. Ou alors ça aurait été de refuser de se marier à un bon parti pour s’élever socialement et éviter de devoir travailler. Bref, avec des si on referait le monde, et pas qu’une fois. Ce qui était fait était fait, et si la douleur ne partirait jamais vraiment, ça aidait au moins à se souvenir des actes du passé et à ne pas les répéter. Elle pourrait même en soutenir d’autres pour leur permettre de ne pas payer chèrement le prix de l’expérience. Il n’empêche que lorsqu’elle y réfléchissait, Amaryllis avait la sensation d’avoir tourné en rond. D’avoir souillé son âme pour, au final, revenir à la case départ, tout cela parce qu’elle n’avait pas été capable de voir qu’elle avait déjà l’essentiel devant les yeux : sa famille et l’homme qu’elle aimait. Car certes cette ville l’avait fait souffrir, mais n’était-elle pas entourée de ceux qu’il lui fallait pour surmonter tout cela ? Bien sûr que si. Sauf que le chemin pour le comprendre avait été long. Comme quoi, elle n’était pas aussi maligne que son entourage ne le pensait. Encore maintenant, malgré les années qui avait passées, la jolie blonde se disait qu’elle aimerait revenir dans le passé et changer cette décision. Sa vie serait toute autre, évidemment, et elle nourrirait sûrement d’autres regrets, mais elle se disait qu’il serait difficile d’avoir pire remord que la mort de l’enfant qu’on portait. De son côté, Seth expliqua pourquoi il l’avait laissé partir. Une raison qui, à ses yeux, était toute aussi égoïste que la sienne de partir sans lui. « Je me voyais comme un monstre, Lys. J'ai toujours eu peur de finir comme mon père. D'ailleurs je me voyais finir comme mon père, une sorte de bombe à retardement. » avoua-t-il, et elle ne pouvait que le comprendre. Lorsqu’un de nos proches, qui plus est un parent, prend des décisions stupides ou se comporte mal, on a tendance à se demander où l’on se place vis-à-vis de cela. Ce genre de réflexion, la quarantenaire se l’était fait après le décès de son père, et même plus tard. Aujourd’hui encore ça lui arrivait de se poser la question jusqu’où elle serait prête à aller par conviction, en songeant à son père qui s’était suicidé sur demande. Mais le fait est que si le sang de nos parents coulait dans nos veines et qu’on partageait de leur ADN, nous n’étions quand même pas eux. Au final, c’était nos décisions qui nous définissaient, et rien d’autre. « De mon côté, je n’ai jamais douté que tu parviendrais à t’en sortir. Mais peut-être avions-nous besoin de prendre des chemins séparés pour ouvrir les yeux, toi et moi, sur nos croyances d’alors. » supposa-t-elle dans un léger haussement d’épaules en venant poser sa main droite sur sa joue. Lui avait eu besoin de temps pour comprendre qu’il n’était pas son père, et donc qu’il n’était pas obligé de répéter ses erreurs. Amaryllis avait eu besoin de temps pour comprendre ce qui comptait vraiment dans sa vie. Et aujourd’hui, enfin, ils pouvaient se retrouver, forts de leurs expériences et de leur nouvelle façon d’appréhender la vie.

Et de l’expérience, l’un comme l’autre en avait eu pas mal. L’ainée des Miles avait connu les joies et les dérives que l’on pouvait rencontrer dans le show-business tandis que Seth s’était plutôt retrouvé confronter aux difficultés et aux tentations inhérentes aux personnes de basse condition. Ainsi, sachant ce que le père Wilander avait fait subir à sa famille, Amaryllis s’était soulagée pour son ex-petit-ami lorsqu’elle avait appris son décès. Elle s’imaginait combien cet accident et ses conséquences avaient dû le délester d’une lourde charge émotionnelle et psychologique. Et physique aussi, puisque cet « homme » aimait frapper allègrement sur sa famille. « Merci... Je croyais que... Enfin tu vois se réjouir de la mort d'une personne c'est... Et pourtant je n'en pouvais plus. » Amaryllis lui sourit avec compassion. Comme elle venait de lui expliquer, elle savait parfaitement ce que ça faisait de se sentir à la fois soulager de la mort d’une personne, et à la fois coupable de ressentir ce sentiment. A ceci près que, dans son cas, c’était elle qui avait précipité le trépas. Mais heureusement et, contre toute attente, cette révélation n’avait pas fait fuir Seth. Au contraire, il s’en était voulu qu’elle ait dû endurer tout cela. « Je sais. Et je propose que nous laissions toutes ces mauvaises choses derrière nous pour tout recommencer. Je veux dire… Je sais qu’on ne pourra pas retourner en arrière et qu’il y aura toujours des journées plus sombres où on repensera à tout ça. Sauf que maintenant, on n’est plus seul. » sourit-elle. « Tu sais que je serais là si tu en as besoin, et je sais que je pourrais venir te réveiller en pleine nuit si des cauchemars revenaient me hanter. » Leurs secrets, leurs regrets et leurs remords ainsi dévoilés, les deux amoureux pouvaient enfin reprendre leur idylle en toute confiance et en toute sérénité. Du moins, si Amaryllis décidait de répondre à la déclaration de son premier amour. A la place de quoi elle avait éclaté en sanglots devant l’attachement qu’il continuait de lui témoigner, et devant toute la gentillesse dont il faisait preuve à son égard.

Finalement, elle demanda à Seth de lui promettre de l’enfermer dans sa cave si un jour elle reparlait de quitter la ville. Hors de question de faire deux fois la même erreur. Mais cette demande, surprenante il fallait bien l’avouer, le fit beaucoup rire. « La cave ? Alors je m'enferme avec toi... Bon niveau boulot faudrait que je voie avec mon employeur. » La quarantenaire roula des yeux, tout en affichant un sourire. « Eh bien... deviens sommelier ? Ça justifiera la cave, non ? » répliqua-t-elle, taquine. Elle était à la fois heureuse de voir que sa réflexion l’amusait et apaisée que le lourd poids de son secret soit enfin levé. « Lys, il y a de l'équitation thérapeutique... Si tu en a besoin, crois-moi, ça m'a fait du bien et... Et je suis là, pas pour me vanter tu sais. » laissa échapper Seth après un temps de silence, alors qu’ils étaient simplement enlacés dans les bras l’un de l’autre. « C’est gentil. Mais j’ai vu assez de psychologues, de psychiatres et de tout ce qui touche à la thérapie de près ou de loin. Maintenant, je veux juste avancer. Et je te promets que ça va. » Après le drame, elle avait effectivement reçu le soutien de nombre de psychothérapeutes et, aujourd’hui, elle allait bien. Elle ne voulait plus remuer le couteau dans la plaie. Juste avancée. Or, elle pouvait maintenant le faire en toute honnêteté avec Seth à ses côtés, puisqu’il connaissait la vérité. « Bon. Après tout ça, je me sens épuisée. Que dirais-tu que je nous fasse du café et qu’on se repose devant la télé ? » demanda-t-elle en se détachant doucement de lui. Une requête qui avait pour but principal de quitter définitivement ce moment de révélations éprouvants qu’ils venaient de traverser tous les deux, mais aussi parce qu’elle n’avait aucune envie de se retrouver seule après tout ça.


 
(c) fiche:WILD BIRD & gifs:gifs hunt c l o s e d

_________________
living through your eyes



(c) anaphore
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Seth J. Wilander
membre qu'on adore
LITTLE TALKS : 448
PSEUDO : Gäa
AVATAR : Norman Reedus
CREDITS : ecstaticruby (avatar)
ÂGE : 48
QUARTIER : (#038) Maison - Around Redwood Hills Farming Area

Rewrite the stars ft. Amaryllis Empty
MessageSujet: Re: Rewrite the stars ft. Amaryllis Rewrite the stars ft. Amaryllis EmptyVen 7 Jan - 14:21



« Rewrite the stars  »
@Seth J. Wilander  & @"Amaryllis Miles



ϟ Confiant mes peurs à Lys, je lui prouvais que moi aussi j'avais fait des mauvais choix. J'aurais pu la retenir, si j'aurais eu davantage confiance en moi, mais je ne l'avais pas fait ... Je ne pouvais m'en vouloir qu'à même, c'était ainsi, depuis de l'eau avait coulé sous les ponts. Hochant tristement la tête aux paroles de Lys, je regardais celle-ci, comment avais je pu la laisser partir ? Mais parce que j'avais eu peur de la briser, le résultat, elle avait tout de même fini brisée. "Comme quoi, j'avais peur de te briser ... Finalement c'est un autre qui l'a fait, mais à regarder en arrière on ne peut avancer, tu es la maintenant et je te protégerai Lys, je ne laisserai plus un homme te faire de mal". Ou une femme, mais les hommes sont sournois, et quand on voit une aussi belle femme que Lys, il est tentant d'avoir des mauvaises attentions, je ne pouvais que grogner à ce genre de penser, il y avait vraiment des saloperies à coller en prison.

Avouant à Amaryllis que j'avais été soulager, de voir que mon père était mort brûlé, avec la maison, je me sentais à nouveau monstre, de sentir du soulagement dans ce genre de moment. Je voyais le mot coupable sur mon front, j'avais honte et pourtant ... Je ne pouvais que rester soulager, mon père avait été un monstre, si ... Si il n'aurait pas été ainsi, peut-être que j'aurais encore ma mère et ma soeur. J'embrassais Lys à ses sages paroles, car comment répondre autrement ? Si douce avec moi, aimante, compréhensive, elle m'avait manquée, oh oui ... Lys était d'une immense sagesse comparé à moi et ses paroles, je n'aurais pas dit mieux, et je ne pouvais que l'aimer encore plus pour ça, je l'aimais déjà fort, alors l'aimer encore plus ... J'eu un sourire à cette pensée, laissant Lys se blottir contre moi, et profitant de ce délicieux moment entre nous, c'était rien que pour nous, personne pour nous gâcher ce moment, mise à part nos cauchemars, mais comme Lys venait de le dire, nous serons la l'un pour l'autre. "Je n'aurais pas dit mieux"

A la mention de la cave, j'eu un rire à la réponse de Lys "huuum non, mais je garde en tête de m'enfermer dans un cave avec toi" dis-je avec un sourire, amusé par la situation. D'ailleurs, je proposais à Lys de l'équitation thérapeutique, puis j'eu eu une moue boudeuse à ce qu'elle me répondit, même si c'était compréhensible. "Roh moi qui voulait trouver une excuse pour partir faire des balades à cheval avec toi, tu sais, je suis un bon psychologue, enfin le cheval surtout, et en plus, tu le paye en carotte" , non c'est vrai, un cheval t'écoute, puis pour t'avoir écouter, tu dois le nourrir et rien de mieux que des carottes, les chevaux adoraient ça.

Puis laissant Lys se relever, même si je l'aurais bien garder encore à côté de moi, j'hochais la tête à ses paroles "Je suis d'accord" dis-je en la laissant partir à la cuisine le coeur lourd (non je n'exagère pas, d'accord un peu). Puis lorsque Lys revint, je m'assis sur le canapé, prenant un plaid et la laissant s'installer comme elle le voulait, il y avait une émission bêtisier sur les animaux, pourquoi pas, après Lys serait maître de la télécommande. J'avais retrouvé la présence de Lys, je ne pouvais être que le plus heureux des hommes.


H. P. Lovecraft


DESIGN ϟ  VOCIVUS // AVATAR (C) VOCIVUS  

_________________
astra; bb — Il vaut mieux vivre sa vie de manière imparfaite que d'imiter parfaitement quelqu'un d'autre ;; Elizabeth Gilbert
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Rewrite the stars ft. Amaryllis Empty
MessageSujet: Re: Rewrite the stars ft. Amaryllis Rewrite the stars ft. Amaryllis Empty

Revenir en haut Aller en bas

Rewrite the stars ft. Amaryllis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
REDWOOD HILLS :: 
you're entering redwood hills
 :: Waterfall Avenue :: lilac road
-
Sauter vers: