AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Merci de privilégier les nombreux scénarios, pré-liens et membres des familles lors de votre inscription ! Sifflet de ton train qui part, frissons inexpliqués {Aaron} 3189630431
N'hésitez pas à interpréter un membre de la Rose (préliens) ! Sifflet de ton train qui part, frissons inexpliqués {Aaron} 3843455399
-25%
Le deal à ne pas rater :
Nike Waffle Trainer 2
74.97 € 99.99 €
Voir le deal

Partagez

Sifflet de ton train qui part, frissons inexpliqués {Aaron}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage

Voir le profil de l'utilisateur
Aaron C. Temple
membre qu'on adore
LITTLE TALKS : 47
AVATAR : Louis Partridge
CREDITS : luomistaide
ÂGE : 18
QUARTIER : Waterfall Ave. #05 dans une maison avec son vieux et les vestiges qu'ils restent de leur relation père-fils

Sifflet de ton train qui part, frissons inexpliqués {Aaron} Empty
MessageSujet: Sifflet de ton train qui part, frissons inexpliqués {Aaron} Sifflet de ton train qui part, frissons inexpliqués {Aaron} EmptyLun 23 Aoû - 16:15

Aaron C. Temple
Eenie-Meenie-Miney Mo


Prénom(s) & noms ★ Aaron Curtis Kyrie Temple Goodrich
Date & lieu de naissance ★ le 08 août de l'an 2003, il a fêté ses dix-huit bougies plus tôt dans le mois, dans la ville qui l'a vu naître : Redwood Hills.
Âge ★ 18 ans, il vient d'atteindre la majorité dans une première étape d'affranchissement de lui-même face à la vie.
Statut social ★ enfant unique à la charge d'un père avec qui la relation s'est détériorée depuis le départ de sa mère, ces quelques années où l'amour se cache derrière des confrontations entre un homme et la chair orgueilleuse de sa chair.
Situation maritale ★ célibataire, il s'en soucie très peu mais trouve assez agréable de jeter un regard vers cette fille particulière qu'il en rougit en cachette.
Orientation sexuelle ★ N'y aurait-il qu'elle que ça ne l'étonnerait pas.
Métier ou études ★ En dernière année au lycée, il serait né deux mois plus tôt il aurait déjà pu en être acquitté de cette période qu'il ne veut pas clôturer aussi vite maintenant qu'y passer certains moments le tiraille de façon plus heureuse qu'il y avait encore quelques temps. Pour la troisième année consécutive, durant la haute saison, il est employé au lac Champlain où il est chargé de la location des pédalos et de leur nettoyage chaque soir.
Avatar choisi ★ Louis Partridge
Groupe choisi ★ 'cause you're a liar


Décrivez le caractère de votre personnage en 5 lignes minimum. Aaron est un garçon qui a beaucoup changé à la mort de sa mère. Assez timide et réservé qui ne demandait pas à se montrer devant ses camarades, i s'est affirmé d'abord à l'encontre de son père qui se trouvait seul pour l'élever après que pourtant l'ambiance sous le toit familial avait toujours paru semble correct entre l'ado et ses parents. Crise liée à sa croissance, à son élan de maturité ? Le drame qui a parcouru les Temple est tombé dans une période tendue où l'enfant début sa transition progressive vers l'âge adulte : le besoin de s'affirmer, de montrer qu'il est décisionnaire de ses choix et sa vie, n'a fait qu'accroître une relation compliqué avec son père. Il reste en retrait car il n'a pas changé sur sa façon d'être, silencieux qui ne souhaite pas faire de vague et préfère écouter que parler. Il n'a jamais été un grand orateur mais ose désormais hausser sa voix pour assumer sa position quand on le pousse sur le reculoir ou qu'on atteint ses émotions. Son sourire de sa jeunesse a laissé place à une mine plus fermée qui retrouve son naturel quand on parvient à apprivoiser sa sympathie derrière une froideur et une indifférence manifeste sur son visage comme si rien ni personne ne pourrait le sortir de sa situation qu'il a fini par accepter après de gros efforts. Il vit avec ce manque au fond de lui qu'il n'envisage pas combler par peur de reperdre quelqu'un : son père le premier, qu'il fait baver par son comportement allant jusqu'à l'impolitesse ou le manque de savoir-être que sa mère lui aurait reproché à juste titre. Le calme et l'apaisement, il ne les trouve plus que lorsqu'il traine au lac jusque pas d'heures.

Quelle est votre position par rapport à la Rose Lunaire ? Des gens avec des opinions, on en trouve à tous les coins de rues. Ceux qui se déclarent d'un bord politique, d'une frange d'activité soi-disant pour le peuple, pour les gens, pour le bien contre le mal, c'est psychologique chez un certain nombres d'individus. Que ces derniers viennent prêcher leur parole, profaner la libre pensée d'autrui et se déclarer seuls détenteurs de la vérité est abject, inhumain, et ne mérite pas d'être considéré. L'ampleur que les rumeurs puis la presse locale jusqu'à fonder d'une légende et d'un groupuscule minoritaire une masse plus imposante par la popularité qu'on lui donne. Ne pas considérer la masse, ne pas lui donner d'importance la réduirait bien assez, diminuerait l'intégration de gens paumés qui la rejoignent uniquement parce qu'ils pensent leur vie plus en valeur de rejoindre un « effet social » à la mode. Tout se voit gonflé quand les médias s'emparent des faits pour les glorifier, et les gens y croient durs comme fer. Mais cette Rose Lunaire n'a rien de plus qu'un tel ou qu'un autre : une balle peut tuer un de leurs membres, le feu peut réduire leurs membres en cendres, une voiture peut briser la vie de leurs membres comme n'importe quel humain sur terre. Qui sont-ils importe peu, mais une chose est sure : ils n'ont rien de plus et ne valent certainement pas mieux que quiconque foule cette terre.


anecdotes

ANECDOTE 1 ★ Du monde, Aaron ne connaît que très peu de choses en dehors de Redwood Hills. Il a bien accompagné ses parents à quelques occasions dans la ville de Burlington ou ses environs, mais celles-ci furent rares et peu marquantes pour être notées. Gamin de Redwood Hills, il sait qu'il n'est pas fait pour s'envoler vers un ailleurs qui ne lui conviendrait pas. ANECDOTE 2 ★ Eternel rêveur, grande imagination qui s'est écaillée ces dernières années pour de plus sombres représentations qu'il se fait du monde, sa vie a été de se demander comment pourrait être l'univers et s'il y avait des mondes alternatifs à celui qu'il vivait. A concevoir des images, dans sa tête et parfois en les dessinant sur papier, il inventait son monde idéal ou du moins celui dans lequel il lui plairait d'y vivre. ANECDOTE 3 ★ Les deux métiers auxquels il aspirait étaient le journalisme et une carrière de policier. Les événements de ces dernières années l'ont dissuadé de choisir une autre voix : il a vu ce qu'était la presse, quelle influence mauvaise celle-ci avait sur les gens, alors il préfère en prendre ses distances plutôt que de penser qu'il fera un métier merveilleux par l'information. Manipuler l'esprit des gens serait contraire à comment il en voyait la profession. Le véritable journalisme est mort, lui aussi. Et le métier de policier n'a plus rien d'héroïque ni de juste dans cette société. Le vice s'est emparé de ces corps de métier qui partent à la dérive totale. Alors il se questionne sur quoi bon faire de cette vie qui défile et avance sans attendre la réponse à ses interrogations. ANECDOTE 4 ★ S'il travaille comme saisonnier au lac, l'eau n'est pourtant pas son élément. Aaron sait à peine nager, paniquerait par deux mètres de profondeur, et déteste se retrouver dans l'eau ou même sous l'eau de sa douche qu'il écourte le plus possible. Il préfère de loin regarder cette étendue depuis la terre ferme et y faire ce qu'il sait très bien réaliser : des ricochets à sa surface. Des bruits racontent qu'il aurait déjà réussi à faire parcourir un caillou d'une rive à l'autre du lac en la lançant à l'horizontale. Cela ne reste que des on-dit lancés par des jeunes du coin, et qui n'ont jamais été confirmé par Aaron en personne. ANECDOTE 5 ★ Il est difficile de lui faire avouer ses torts sans le voir se brusquer, s'en aller, se renfermer et quitter la conversation tant il a du mal avec la sociabilisation, au regard critique de l'autre sur sa personne et sur ses opinions tranchées. Peu de gens sont amis avec lui car il est très radical dans ses pensées, reste ouvert à peu de tolérance sur l'avis d'autrui quand la tension se forme dans une discussion et qu'il sent qu'il y a un heurt de positions entre lui et son interlocuteur. Il a déjà perdu des amis proches parce qu'il ne démordait pas vouloir avoir raison en tenant tête sur des sujets anodins. Aujourd'hui presque seul, il ne compte plus que deux ou trois personnes sur lesquelles compter. ANECDOTE 6 ★ Il l'ignorait jusqu'à sa tentative de travailler à la cueille dans les champs, mais Aaron est allergique au pollen. ANECDOTE 7 ★ Friand de films d'horreurs, du genre gore, beaucoup moins slasher, et des classiques dans ce répertoire, Halloween pourrait presque être sa période préférée de l'année si seulement sa mère n'était pas morte à cette date précise. ANECDOTE 8 ★ Abonné au cinéma de Redwood Hills, avec la moitié de ses sièges bons pour la décharge, Aaron achète ses tickets en série de 10 ou 20 et ses poches regorgent de coupons usagés parmi ses quelques free pass qui lui permettent de couper la file à la caisse quand il s'y rend. Mais il n'y a pas de file à la caisse du cinéma de Redwood Hills, alors tout ce que ça lui permet c'est d'éviter un contact humain supplémentaire et le regard malaisant de la guichetière qui va le juger en fonction du film qu'il vient voir.  ANECDOTE 9 ★ Il passe ses journées avec des écouteurs dans les oreilles, possède encore un modèle de walkmann que certains trouvent démodé, ceux dans lesquels il peut encore glisser une micro cassette d'enregistrement. Il se sent plus serein dans sa bulle avec la musique en tête qu'il se lâche totalement une fois seul au rythme qu'il veut bien donner à son corps. Il n'a jamais été plus gêné que surpris en train de bouger sur un son sans savoir qu'il n'était pas seul. ANECDOTE 10 ★ La gymnastique devait l'aider à extérioriser, à faire le vide et se retrouver dans son élément. Mais les moqueries ont eu raison de la pratique qui de toute façon était considérée nulle de la part d'Aaron. Il préfère la danse et s'est ouvert à se laisser aller devant quelques yeux : ceux qui l'acceptent libre dans sa peau à se prouver qu'il est temps de changer sa vision des choses.


Prénom/Pseudo ★ Trafalgar Âge ★ j'ai arrêté de compter Sexe ★ M Comment as tu connu RH ★ recherche + recherche Ce que tu penses de RH ★ si ce site a fini par élimination à être dans le top 1, c'est qu'il y a une raison Crédits ★ Morphine (avatar). Acceptes-tu que ton personnage, ses biens et ses proches puissent être l'objet d'actions de la part de la secte ? ★ oui Un dernier mot ★ booyaka
Spoiler:
 


Dernière édition par Aaron C. Temple le Lun 6 Sep - 21:46, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Aaron C. Temple
membre qu'on adore
LITTLE TALKS : 47
AVATAR : Louis Partridge
CREDITS : luomistaide
ÂGE : 18
QUARTIER : Waterfall Ave. #05 dans une maison avec son vieux et les vestiges qu'ils restent de leur relation père-fils

Sifflet de ton train qui part, frissons inexpliqués {Aaron} Empty
MessageSujet: Re: Sifflet de ton train qui part, frissons inexpliqués {Aaron} Sifflet de ton train qui part, frissons inexpliqués {Aaron} EmptyLun 23 Aoû - 16:18

write your story

Si j'avais un message à remettre entre tes mains ouvertes
Ça dirait, j'ai changé cet été mais tu pourras pas en profiter

Dix-sept. Deux mille raisons de haïr ces chiffres. Deux mille raisons de croire en la résurrection. T'étais belle ce jour là, mère, comme si tu voulais reconquérir un homme tandis que tu débarquais aux bras de papa à cette soirée pour laquelle j'étais encore trop jeune selon vos dires. Trop jeune pour ne pas avoir la permission, mais assez âgé pour me faufiler hors de la maison jusqu'au petit matin et votre retour. Vous étiez tout sourire à deux quand vous passiez la porte de cette salle des fêtes pour y laisser traîner votre âme d'enfant. T'étais celle qui nous a toujours poussé à ne pas être regardant à notre âge et de faire ce qu'on souhaite, parce que t'avais peur de vieillir, c'était ça ta vérité hantise que tu dissimulais derrière ton masque d'horrible sorcière d'un vert hideux et la folie de te coller des faux furoncles sur le revers de tes mains sous un fin voile sombre par dessus tes vêtements de tous les jours. Père lui n'avait que peu le goût de l'amusement et n'y allait que le coeur léger de t'accompagner pour te faire plaisir, à peine grimé d'une caricature sur le front garni d'un chapeau en pointe, d'une écharpe aux couleurs automnales mais peu funestes et d'un bout de branche mal taillé pour faire croire qu'il serait Harry Potter. L'originalité n'a jamais débordé dans sa tête, lui qui retrouvait des semblables costumés à la soirée, et semblait venu d'un monde plus limité que le tien à te coller pour vous inviter à ce bal de l'horreur. Si je devais déterminer l'origine de mon penchant pour le genre, je dirais bien que c'est toi qui me l'a transmis à te voir déambuler d'une aisance dans un accoutrement vulgaire qui repousserait même les mouches les plus téméraires de la contrée. Il ne faisait aucun doute que dans l'exemple du style, tu en menais bien plus large que bon nombre de participants masqués à l'occasion de ces derniers jours d'octobre. Je n'étais pas loin, à deux angles de rue derrière vous, à suivre le mouvement de foule qui se concentrait vers un seul et même lieu. Exception parmi ceux qui marchaient à ce moment particulier de la journée, entre sa fin et le soir véritable, toisé par ceux qui s'étonnaient de croiser un lambda sans accessoire d'épouvante ni perruque ni toge ni autre vêtement liturgique pour assister à la célébration, je faisais bande à part comme à mon habitude pour déboucher à l'angle menant à l'affluence de cette fervente population à rire d'effroi le temps de quelques heures. L'événement lancé, je m'étais approché des fenêtres, tentant de ne me faire voir de personne, en compagnie de l'un ou l'autre jeune autant privé que moi d'accompagner ses parents à l'intérieur. Nous étions curieux, et la crainte surgissait au fur et à mesure que les minutes s'écoulèrent que nous n'étions pas seuls dehors aux proches alentours. Nous avions été gagné par la peur et le bruit de ce que nous avions fini par attribuer au vent dans les arbres à quelques dizaines de mètres dans les jardins et arrière-cours des environs. Mère, tu ne me menaçais plus de punition déjà, mais tu étais fermement douce dans ta voix à me gronder avant l'heure de sortir de la maison. Comme tu me connaissais si bien d'être ton fils, celui qui avait la tête à ne pas obéir mais à toujours trouver le moyen d'y échapper à la plupart des remontrances. Je n'en avais fait que fi de ton ordre et j'avais voulu voir ce que je manquais qui n'était que pour les adultes. Le vent donna l'air de se lever et de souffler d'un côté du bâtiment sans que nous en ressentions le tourment de là où nous étions. La vue des costumes à l'intérieur, la vision des films en lien avec tel masque ou tel arme factice portée par un des convives, se mêla à l'ambiance de l'extérieur bien plus frissonnante. Mère, j'avais une vie sociale, des compagnons de quelques soirs qui ne me déconsidéraient pas à me secouer soudainement pour me faire peur et d'en rire. Je souriais de ces moments, sûr de moi de ne pas flancher d'une mascarade d'un gamin à peine plus âgé que moi, à t'apercevoir à travers le carreau presser le pas vers les toilettes. J'essayais de riposter à la frousse qu'on voulait me filer, tu m'aurais vu là à quelques mètres de toi sortir mes dents pour imiter l'animal enragé sans plus de succès que de faire exploser de rire cette ribambelle que nous formions finalement contre la façade de l'édifice. Ce que nous prenions pour le vent et ses craquements ne nous atteignait plus, à gorges déployées nous créions notre bonheur dans l'attente de te revoir splendide prête à concourir pour le déguisement le plus réaliste de la soirée. Si ce prix n'était pas au programme, je te l'aurais décerné avant que les projecteurs ne s'éteignent. Tu aurais reçu tous les prix inimaginables pour toi. A tout jamais.

Dix-huit. Je viens de les souffler et tu n'es plus là pour que je parle de toi au présent. Envolée, retirée à ma vie, à me laisser imaginer ce que tu penserais de moi si tu me voyais aujourd'hui. T'inquiéterais tu de comment je répondais à père ? Te demanderais tu ce que j'attends pour me trouver une petite amie ou un petit ami ? Te poses tu ces questions sur ton fils depuis là où tu es en ce jour ? Rien de ces quatre dernières années ne serait pareil si tu n'avais pas laissé père revenir seul à la maison cette nuit du 1er novembre 2017. Le jour des morts. Le jour de ta mort que père m'aura caché pendant plus d'une semaine, à ne pas trouver le courage de me le dire en face. A me croire avoir respecté ma parole de ne pas quitter la maison ce soir là, tellement je suis rentré à la hâte, effrayé par le bâtiment en feu. j'avais pris mes jambes à mon cou, sans oser penser l'inconcevable : que tu sois emportée dans ce brasier, coincée par les flammes, à suffoquer et t'intoxiquer les bronches de ne plus pouvoir respirer et à t'étouffer dans la fumée sans avoir pu être sauvée par l'arrivée des secours. Je me suis plongé, tremblant, dans mes draps, bien des heures avant le retour de père chez nous. J'attendais qu'il vienne me voir, que tu viennes me secouer et me serrer fort dans tes bras après ce qu'il s'était passé. J'ignorais ce qu'il t'étais arrivé moi, et je n'attendais que ça : tes mains réconfortantes après ce que j'avais vu. Le lendemain, étonné de ne pas te voir au réveil, il m'a dit que tu étais à l'hôpital et que tu ne te sentais pas très bien. Il a haussé la voix comme jamais je ne l'avais entendu quand j'ai voulu te rendre visite. Une semaine s'est écoulée, la plus longue période jusque lors à devoir me passer de toi. Ce n'était que le début. Regarde aujourd'hui combien de temps cela fait. Quatre ans que hier était un jour maudit. Père a mis plus de deux semaines à me dire la vérité, avant de ne plus avoir le choix car l'enterrement allait pouvoir avoir lieu. Ton corps nous avait été rendu, ou plutôt aux pompes funèbres. Ton corps que je n'ai jamais pu revoir. Mère, ta dernière image qui me reste en tête, avec ce masque que tu venais de relever sur ton front en poussant la porte des toilettes. Et tes derniers mots audibles à mes oreilles avant que tu ne partes de la maison pour cette soirée : « Si tu as faim, il y a un plat pour toi au four tu n'auras qu'à le réchauffer. » Ces mots, cet adieu avec toujours le sourire. Je n'ai plus l'appétit de rien depuis que tu n'es plus là. La danse m'aide, car oui je me suis mis à la gymnastique et puis à la danse dans les mois qui ont suivi ton départ. T'imagines ça un peu ? Moi à la danse à ne pas rester caché quand je me trémousse sur une musique car j'en avais honte le jour où tu m'as filmé à mon insu sur une musique quand j'avais douze ans. T'y croirais pas, je sais. Je ne suis pas seul... et je sais que rien qu'en disant ça tu serais impatiente d'en savoir plus. Mais un adolescent reste un adolescent, et je t'en cacherais des choses. Sache juste que je pense être amoureux. Et tu es la seule dans la confidence. Mais cela reste notre secret. Comme tu manques encore ici maman. T'imagine ce que c'est la vie sans toi mais avec père ? Toi t'aurais les mots pour lui faire la remarque avec bienveillance et assurance. Moi j'y arrive pas, la première phrase claque et puis ça vole en éclats. On se parle à peine. J'aimerais tant que tu sois là pour nous aider tous les deux à vivre mieux ensemble. Il n'est pas toi, il n'a pas tes qualités et ta perfection. Maman, je t'aime à chaque jour qui m'éloigne de nos derniers regards complices, de notre dernier repas ensemble, de notre dernière sortie en voiture vers Burlington. A chaque jour, tu restes là, quelque part dans les étoiles que je ne manque pas d'admirer dès qu'elles brillent dans le ciel. Maman, je perds l'espoir que tu nous joues une blague et que tu vas revenir comme si rien ne s'était produit. Ca s'est passé. Et même si père veut me faire encore suivre des sessions de groupes, je l'ai dit à voix haute que tu ne reviendras plus. Que je ne devais plus l'espérer. Alors je me retiens aux deux faces de mon existence : je danse, et je pense à toi. Le plus beau des duos pour une vie.


Dernière édition par Aaron C. Temple le Mar 7 Sep - 22:56, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Jamie Whelan
membre qu'on adore
LITTLE TALKS : 3534
PSEUDO : Boadicea (Meg')
AVATAR : Colin O'donoghue
CREDITS : schizophrenic (vava) + Sarasvati (sign, code modifié) + Kerouac (quote).
ÂGE : 42
QUARTIER : Lilac Road, planqué dans la serre au fond du jardin du #195

Sifflet de ton train qui part, frissons inexpliqués {Aaron} Empty
MessageSujet: Re: Sifflet de ton train qui part, frissons inexpliqués {Aaron} Sifflet de ton train qui part, frissons inexpliqués {Aaron} EmptyLun 23 Aoû - 16:21

Cette bouille d’enfant rebelle Sifflet de ton train qui part, frissons inexpliqués {Aaron} 2303552329
Bienvenue dans le coin & courage pour ta fiche :hert:

_________________



...the only love can only be the first love, the only death the last, the only life within, and the only word... choked forever.





Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Tom Hargreaves
Don’t go breaking my heart
LITTLE TALKS : 2237
PSEUDO : Red (Audrey)
AVATAR : Julian Morris
CREDITS : mrs chaplin (ava) + tumblr (gifs)
ÂGE : 38
QUARTIER : 27 Willow Street (Midtown)

Sifflet de ton train qui part, frissons inexpliqués {Aaron} Empty
MessageSujet: Re: Sifflet de ton train qui part, frissons inexpliqués {Aaron} Sifflet de ton train qui part, frissons inexpliqués {Aaron} EmptyLun 23 Aoû - 16:57

Oh, bienvenue, quel chouette choix de personnage bulle
Si tu as besoin de quoi que ce soit, n’hésite pas à nous faire signe avec le staff Sifflet de ton train qui part, frissons inexpliqués {Aaron} 3843455399
Petite note: la majorité américaine est à 21 ans Sifflet de ton train qui part, frissons inexpliqués {Aaron} 3614229903 Aaron peut toutefois traverser la frontière canadienne pour aller en profiter Sifflet de ton train qui part, frissons inexpliqués {Aaron} 3614229903

_________________
astra; bb — anyway the thing is, what i really mean : yours are the sweetest eyes i've ever seen ;; @eltonjohn


family first:
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Alexis Powell
membre qu'on adore
LITTLE TALKS : 1663
PSEUDO : Boucle d'or
AVATAR : Brie Larson
CREDITS : Panda et Mily <3
ÂGE : 31
QUARTIER : Midtown

Sifflet de ton train qui part, frissons inexpliqués {Aaron} Empty
MessageSujet: Re: Sifflet de ton train qui part, frissons inexpliqués {Aaron} Sifflet de ton train qui part, frissons inexpliqués {Aaron} EmptyLun 23 Aoû - 17:15

Welcooooome lover Sifflet de ton train qui part, frissons inexpliqués {Aaron} 1685057867

_________________
let a sky comes falling down
We be all night, and everything all right. No complaints from my body, so fluorescent under these lights. Boy, I'm drinking, park it in my lot, 7-11. I'm rubbing on it, rub-rubbing, if you scared, call that reverend. Boy, I'm drinking, get my brain right Armand de brignac, gangster wife. -byendlesslove
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Aspen Vaughn
membre qu'on adore
LITTLE TALKS : 1722
PSEUDO : Debbie
AVATAR : Maddison Brown
CREDITS : Aloa ღ (avatar) + Laecca ღ (gif sign) + Mrs.Chaplin ღ (gif spoiler)
ÂGE : 20
QUARTIER : The place to be! #177 - Farming Area, chez les Fraser

Sifflet de ton train qui part, frissons inexpliqués {Aaron} Empty
MessageSujet: Re: Sifflet de ton train qui part, frissons inexpliqués {Aaron} Sifflet de ton train qui part, frissons inexpliqués {Aaron} EmptyLun 23 Aoû - 17:40

Cette pénitence d'attendre les 21 ans, je compatis!

Bienvenuuuuuuuue et bon amusement ici Sifflet de ton train qui part, frissons inexpliqués {Aaron} 1336111789 Sifflet de ton train qui part, frissons inexpliqués {Aaron} 3052466759

_________________
Sifflet de ton train qui part, frissons inexpliqués {Aaron} C0677d48bc272328b72648cd8c5d055e3037807e
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité
Invité

Sifflet de ton train qui part, frissons inexpliqués {Aaron} Empty
MessageSujet: Re: Sifflet de ton train qui part, frissons inexpliqués {Aaron} Sifflet de ton train qui part, frissons inexpliqués {Aaron} EmptyLun 23 Aoû - 17:55

Bienvenue à toi Sifflet de ton train qui part, frissons inexpliqués {Aaron} 3391687172

J'adore ton choix d'avatar, il est super chouette I love you

Bon courage pour la rédaction de ta fiche I love you
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
June Austen
membre qu'on adore
LITTLE TALKS : 2548
PSEUDO : vala29.
AVATAR : daisy ridley.
CREDITS : lux aeterna (avatar) + sial (code signature) + tumblr (gifs)
ÂGE : 31
QUARTIER : #10 willow street

Sifflet de ton train qui part, frissons inexpliqués {Aaron} Empty
MessageSujet: Re: Sifflet de ton train qui part, frissons inexpliqués {Aaron} Sifflet de ton train qui part, frissons inexpliqués {Aaron} EmptyLun 23 Aoû - 18:22

Bienvenue parmi nous bulle

_________________
myths

There is something waiting for us at the edge of the woods, and it is our fate to meet it. (Clarissa Pinkola Estés; Women Who Run With the Wolves)

Sifflet de ton train qui part, frissons inexpliqués {Aaron} X2Wd7Lco_o
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Manon Lockart
membre qu'on adore
LITTLE TALKS : 62
AVATAR : Lola Flanery
CREDITS : © Lulu
ÂGE : 16
QUARTIER : Midtown. Un appartement pas tout neuf, souvent en bordel, avec son père qui s'efface peu à peu et son petit frère, Milo.

Sifflet de ton train qui part, frissons inexpliqués {Aaron} Empty
MessageSujet: Re: Sifflet de ton train qui part, frissons inexpliqués {Aaron} Sifflet de ton train qui part, frissons inexpliqués {Aaron} EmptyLun 23 Aoû - 18:22

Sifflet de ton train qui part, frissons inexpliqués {Aaron} 1685057867 Sifflet de ton train qui part, frissons inexpliqués {Aaron} 1685057867 Sifflet de ton train qui part, frissons inexpliqués {Aaron} 1685057867 Sifflet de ton train qui part, frissons inexpliqués {Aaron} 1685057867 Sifflet de ton train qui part, frissons inexpliqués {Aaron} 1685057867 Sifflet de ton train qui part, frissons inexpliqués {Aaron} 1685057867

Bienvenue à toi, ça me fait ultra plaisir de te voir ici !
Bonne rédaction, j'ai super hâte de lire la suite et de jouer avec toi ! Sifflet de ton train qui part, frissons inexpliqués {Aaron} 1336111789

Tu gères Sifflet de ton train qui part, frissons inexpliqués {Aaron} 3430166447
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Duncan Wilde
Docteur du coeur
LITTLE TALKS : 1265
PSEUDO : Aloa
AVATAR : Sebastian Stan ♥
CREDITS : Signature : anesidora
ÂGE : 38
QUARTIER : Waterfall Avenue~ #04 Lilac road.

Sifflet de ton train qui part, frissons inexpliqués {Aaron} Empty
MessageSujet: Re: Sifflet de ton train qui part, frissons inexpliqués {Aaron} Sifflet de ton train qui part, frissons inexpliqués {Aaron} EmptyLun 23 Aoû - 18:30

Bienvenue sur le forum et bon courage pour ta fiche ! Sifflet de ton train qui part, frissons inexpliqués {Aaron} 2124816589 Sifflet de ton train qui part, frissons inexpliqués {Aaron} 4210665669

_________________
⋄ Mama said : burn your biographies, rewrite your history. Light up your wildest dreams, museum victories. Everyday, we wanted everything. Panic ! At the disco.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Sifflet de ton train qui part, frissons inexpliqués {Aaron} Empty
MessageSujet: Re: Sifflet de ton train qui part, frissons inexpliqués {Aaron} Sifflet de ton train qui part, frissons inexpliqués {Aaron} Empty

Revenir en haut Aller en bas

Sifflet de ton train qui part, frissons inexpliqués {Aaron}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 5Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Sujets similaires

-
» NuiT. [PV/Adriene] [/!\ semi-hentaï, - 18 ans]
» [UPTOBOX] Boa vs. Python (V) [DVDRiP]
» Alvin et les Chipmunks 2 [DVDRiP]
» Quand deux corps s'enflâme [Pv Mafuyu Nekokami ][Hentaï]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
REDWOOD HILLS :: 
we'll never be royals
 :: born to run :: fiches validées
-
Sauter vers: