AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Merci de privilégier les nombreux scénarios, pré-liens et membres des familles lors de votre inscription ! who let the dogs out ? 3189630431
N'hésitez pas à interpréter un membre de la Rose (préliens) ! who let the dogs out ? 3843455399

Partagez

who let the dogs out ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

-- KIND WORDS COST NOTHING --
Tristan Earnshaw

PERSONNAGE
who let the dogs out ? 3t5IjSVX_o

LITTLE TALKS : 9750
PSEUDO : blue, Angie
AVATAR : Finn Cole
CREDITS : fürelise (avatar)
ALTER-EGO : Oscar, Amelia et Joe
ÂGE : 27
QUARTIER : midtown, il habite juste au-dessus d'une boutique, en colocation avec Birdy (#100)
MÉTIER : récemment promu cuisinier dans le restaurant de sa tante à Saint-Albans
COEUR : tout mou
INTERVENTIONS RL : oui
INFOS RP

who let the dogs out ? Empty
MessageSujet: who let the dogs out ? who let the dogs out ? EmptyDim 14 Nov - 11:10

Avec l'habitude, tout devient plus facile, non ? C'est ce que Tristan a pu souvent entendre dire, et il espère pouvoir compter, un jour, sur ça. Au bout de combien de temps au juste ? Car il n'en est pas à sa première fois, à rendre visite au garde forestier de la ville. Ni à sa deuxième, ni à sa troisième. Ça fait peut-être même un an qu'il est venu la toute première fois, pour découvrir à la fois sa maison et sa fille tout juste née. Un an, et il ressent encore une petite pointe d'appréhension à s'inviter chez lui... Mais peut-être bien qu'il s'est habitué, un peu, en fin de compte : l'appréhension n'est plus aussi vive, d'avoir à assumer la conversation seul face à son hôte. De faire taire cette impression d'imposer sa présence sous son toit, quand bien même il y a été invité. Il faut dire aussi, que ce n'est pas avec Jamie que cette appréhension est la plus féroce : c'est ça, de se sentir en confiance. En compagnie du quarantenaire, il a pu rapidement baisser sa garde, ne pas (trop) craindre de dire ou faire la bêtise de trop. Un silence à ses côtés, ne lui faisait plus vraiment redouter de donner une impression négative – celle de n'avoir aucune conversation. Au contraire, c'est devenu agréable, lorsqu'il partageait dans un même temps sa passion en forêt avec lui. Sa passion pour la nature, pour les plantes. Et il en aura appris des choses aux côtés du garde forestier ! Il n'en croit pas sa chance à vrai dire, d'avoir pu s'attirer sa sympathie. Si vraiment il peut oser le penser ? En tout cas, il veut s'en montrer digne, aujourd'hui encore.
Il a bien compris, Tristan, qu'il ne fallait pas se pointer les mains vides quand on est invité chez un voisin, et cette fois-ci, c'est avec une boîte de chocolats sous le bras qu'il avance dans l'allée de son hôte. Du chocolat, c'est toujours le bienvenu, non ? Sauf si ladite boîte fait les frais de sa maladresse avant qu'elle n'arrive à son destinataire... Ou les frais de sa frayeur plutôt, lorsque l'aboiement de Lady le prend par surprise, et qu'il manque d'en laisser tomber les chocolats par terre ! Seulement Lady, il la connaît maintenant, alors il se rassure vite et lui tend même timidement sa main pour qu'elle le sente. Main qu'il rapatrie vite contre lui néanmoins, quand un autre aboiement retentit derrière lui ! Mais ce n'est pas Lady ça ! Et puisque les aboiements redoublent et que le mystérieux chien se rapproche, le lâche a trop aisément le réflexe de battre en retraite... pour finalement se mettre hors de sa portée, en grimpant sur le rebord de fenêtre de la maison de Jamie. Enfin, hors de sa portée, pas tant que ça une fois que le chien se dresse sur ses deux pattes arrières... et toujours il aboie, de quoi bien montrer ses crocs.
- Ja... Jamie ? De sa petite voix de souris, il se décide à faire appel à son secours, tandis qu'il tape doucement au carreau de sa fenêtre. N'est-ce-pas frapper à la porte qui se fait d'habitude ?
- Jamiiiiie ? Il regrette d'avoir à se montrer aussi insistant, mais la situation n'est clairement pas des plus confortables.

_________________
( think a lot but don't say much )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

-- membre qu'on adore --
Jamie Whelan

PERSONNAGE
-- monsters are real, and ghosts are real too. they live inside us, and sometimes, they win.

who let the dogs out ? KTN1JMxM_o

who let the dogs out ? VhOFngMO_o who let the dogs out ? YYcoBNM8_o who let the dogs out ? CO0cMHyB_o who let the dogs out ? L1ymutQT_o who let the dogs out ? 67SAmJUc_o

----
LITTLE TALKS : 5058
PSEUDO : Boadicea (Meg')
AVATAR : Colin O'donoghue
CREDITS : blood eagle (av), Sarasvati (code sign modifié), pirateherokillian (gifs), S. King & J. Kerouac (quotes)
ALTER-EGO : Owen the saint ♪
ÂGE : 43
QUARTIER : planqué dans la serre au fond du jardin du #195, Lila Road.
MÉTIER : garde forestier (ancien inspecteur de police).
COEUR : en état de grâce.
INTERVENTIONS RL : oui
INFOS RP

who let the dogs out ? Empty
MessageSujet: Re: who let the dogs out ? who let the dogs out ? EmptyLun 20 Déc - 19:10

who let the dogs out ?
TRISTAN & JAMIE

La maison est en désordre. Du moins, la pièce de vie. Jamie essaie de jongler entre l’aspirateur, quelques jouets ramassés, ceux sur lesquels il marche, c’est une méthode de tri pragmatique et efficace, et sa fille qui réclame son attention. Typiquement le genre de choses qui l’aurait fait stresser d’ordinaire, ranger avant une visite. Recevoir de la visite, simplement. Mais pas cette fois. Parce qu’il s’agit de Tristan. Il a une petite réputation à tenir auprès du jeune homme, Jamie. C’est peut-être pour ça qu’il s’affaire un peu, malgré tout. Mais il est détendu, il ne ressent pas cette urgence, ce besoin que tout soit parfait qu’il ressentirait pour quelqu’un d’autre, quelqu’un qu'il se sentirait mal de faire entrer dans son intimité la plus réaliste, la plus bordélique, la plus naturelle en somme. Quelqu’un devant qui il se dirait que, merde, Grace n’aurait jamais laissé ça comme ça, qu’il ne lui faisait pas franchement honneur. Il n’y a que Moïra qu’il laisse débouler dans l’étalage de jouets et la vaisselle entassée d’ordinaire, par habitude. La gêne s’est effacée à force de la voir régulièrement, c’est devenu une habitude, au point qu'il se sent plus à l’aise maintenant. Mais Jamie n’a jamais ressenti aucune gêne à montrer à Tristan la réalité de sa vie de père, chaotique sur les bords. Tout ce qu’il a fait, Jamie, c’est s’étonner que ça l’intéresse vraiment, de rencontrer Lucy et tout le reste, si bien qu’il est toujours agréablement surpris de le voir répondre présent à chaque fois, comme aujourd’hui.
Il n’entend pas les aboiements dehors, pas tout de suite, couverts par le bruit de l’aspirateur. C’est qu’il s’attend à un bruit de sonnette et pas à autre chose. Si, un toc toc timide à sa porte, peut-être. L’idée qu’il n'entende pas Tristan arriver lui a traversé l’esprit, il jette un regard de temps à autres par la fenêtre. Seulement, pas la bonne. C’est quand Nebraska, la petite chienne des Fordham aboie contre la fenêtre du salon qu’il réalise que quelque chose cloche à l'extérieur. Coupant la prise, il entend les autres aboiement dehors qui l’affolent, mais surtout, surtout, il aperçoit la silhouette de Tristan collée au carreau. Il a déjà couru vers la porte d’entrée quand il entend son appel au secours. Merde, ça ne doit pas être le premier. « HEY! » Qu’il lance à l’attention de la bestiole, agitant le bras pour le faire décamper. Ça a le mérite de le faire retomber sur ses pattes avant et au moment où Jamie s’avance dans l’idée de le chasser, c’est Lady qui déboule de nulle part pour lui aboyer dessus. C’est l’arrière-train contre un troène bloquant sa fuite qu’il finit, se mettant à japper tout penaud, et c’est là que, se tournant vers Tristan, le comique de la situation frappe enfin Jamie. « Ça va ? Pas de casse ? » Qu’il ne peut s’empêcher de plaisanter en voyant la boîte qu'il tient dans la main. Ça s’entend à sa voix, qu’il a envie de rire, mais aussi qu’il est légèrement essoufflé, après le coup de pression qu’il a subi. Tristan sait soigner son entrée. Il calme Lady qui sautille fièrement autour de lui avant de tendre une main vers Tristan, au cas où il en aurait besoin pour descendre de son perchoir. L’autre chien a l’air beaucoup moins impressionnant maintenant qu’il est sur ses quatre pattes, la gueule cachée sous les feuilles. Quand il réalise : « Qu’est-ce qu’on va faire de toi ? » C’est au chien qu’il parle. Il s’approche de lui dans l’espoir qu’il ait un collier, pour le tirer de sa planque, déjà, ce serait bien pratique, mais surtout pour savoir s’il appartient à quelqu’un. « Je vais le mettre dans le garage, ça évitera qu’il terrorise le quartier, en attendant. » En attendant quoi, au juste ? Sûrement Grace. Jamie ne voit que ça. Parce que Grace connait bien leurs voisins, contrairement à lui. « Tu veux bien entrer surveiller Lucy pendant c'temps ? J’en ai pour deux minutes. » Qu’il demande, un air embêté sur le visage. Ça fait peut-être beaucoup pour Tristan.

CODES © LITTLE WOLF.

_________________


. . .the only love can only be the first love, the only death the last, the only life within, and the only word. . . choked forever.


:hert::


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

-- KIND WORDS COST NOTHING --
Tristan Earnshaw

PERSONNAGE
who let the dogs out ? 3t5IjSVX_o

LITTLE TALKS : 9750
PSEUDO : blue, Angie
AVATAR : Finn Cole
CREDITS : fürelise (avatar)
ALTER-EGO : Oscar, Amelia et Joe
ÂGE : 27
QUARTIER : midtown, il habite juste au-dessus d'une boutique, en colocation avec Birdy (#100)
MÉTIER : récemment promu cuisinier dans le restaurant de sa tante à Saint-Albans
COEUR : tout mou
INTERVENTIONS RL : oui
INFOS RP

who let the dogs out ? Empty
MessageSujet: Re: who let the dogs out ? who let the dogs out ? EmptyMar 4 Jan - 12:45

Si seulement Tristan avait su qu'il serait poursuivi par un chien enragé (rien que ça), serait-il venu ? Aussi lâche qu'il est, il n'aurait quand même pas été capable de poser un lapin à Jamie, ni même de le faire attendre. Et de toute façon, il n'est pas plus capable de remonter le temps, alors il ne lui reste plus qu'à se résigner et se recroqueviller toujours plus sur le rebord de la fenêtre. Enfin, Jamie va quand même le sortir de là... hein ? Il fait appel à lui, à deux reprises, mais puisqu'en même temps il regrette d'avoir à se faire remarquer, il n'a pas l'idée de donner un peu plus de la voix. Ah ! Le roquet a manqué de mettre les crocs sur son bas de pantalon ! Tristan rapatrie un peu plus ses jambes contre lui, et à se pelotonner ainsi contre lui-même, il entend quelque chose craquer dans ses bras. Oh non, la boite de chocolats ! HEY ! Dans un même temps, le héros Whelan surgit et le chien cesse aussitôt de vouloir lui mettre les crocs dessus. Et Lady qui le fait fuir plus loin ! L'idiot prend note de lui donner quelques caresses pour la remercier. Au final, il n'aura fallu que quelques secondes au maitre des lieux pour reprendre la situation en main, quand lui en a été incapable. Vaincu par un roquet... Sûrement qu'il aurait été un peu plus embarrassé en présence d'un autre que Jamie. Il peut compter sur lui pour ne pas se moquer ? Enfin, tout de même, il est un peu gêné : il s'efforce de sourire lorsque le garde forestier se tourne vers lui, mais c'est crispé tout ça.
- Euh... oui, ça va. Merci. Et les chocolats dans tout ça ? La boite est abîmée, et il ne lui reste plus qu'à espérer que son contenu n'a pas lui aussi subi ce choc. Il serait peut-être temps de descendre de ce rebord de fenêtre en tout cas ? Jamie lui tend justement sa main, qu'il est incapable de refuser. Et c'est de cette façon, en retrouvant pieds sur terre, qu'il réalise qu'il ne s'en est pas tout à fait sorti indemne en fait : sa cheville le lance un peu. Mais puisqu'il se sent suffisamment bête de s'être fait remarquer ainsi, il s'efforce de ne rien laisser voir. Qu'est-ce qu'on va faire de toi ? Tristan croit un instant qu'il parle à lui.
- Euh... Ah ! Il voit à présent que c'est au chien qu'il s'adresse – qu'il n'ose toujours pas regarder très longtemps, lui. Mais tout de même, il remarque...
- Il a l'air d'avoir peur. C'est typique de lui : il suffit qu'il voit l'animal à présent craintif, pour qu'il s'inquiète de son sort. Sans surprise, c'est une nouvelle fois le quarantenaire qui trouve quoi faire, et le jeune Earnshaw obtempère volontiers à la garde de Lucy.
- Euh, oui. Oui bien sûr. Il serait bien incapable de lui dire non de toute façon, après tout le remue-ménage qu'il a causé à sa porte. Même s'il lui avait demandé de sauter d'un pont, il l'aurait fait ? Peut-être que ça aurait été préférable, car dès lors qu'il entre chez lui et trouve Lucy dans le salon, celle-ci se met à pleurer. Oh non ! Qu'est-ce qu'il a fait qu'il ne devait pas faire ? Ou est-ce sa tête qui ne lui revient pas ? Forcément, ça doit être de sa faute. Il se risque tout de même à approcher, après avoir posé la boîte de chocolats sur une table, et à prendre la larmoyante enfant dans ses bras. Ou du bout de ses mains serait plus exact : les bras tendus, il tient Lucy sous les aisselles, et il n'a toujours pas trouvé quoi faire pour apaiser son chagrin quand Jamie les rejoint.
- Je suis désolé. Elle, elle pleure. Duh. Et il y a une autre évidence qu'il n'ose pas dire : ça sent pas très bon.
- C'est, c'est bon ? C'est allé ? Avec le chien.

_________________
( think a lot but don't say much )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

-- membre qu'on adore --
Jamie Whelan

PERSONNAGE
-- monsters are real, and ghosts are real too. they live inside us, and sometimes, they win.

who let the dogs out ? KTN1JMxM_o

who let the dogs out ? VhOFngMO_o who let the dogs out ? YYcoBNM8_o who let the dogs out ? CO0cMHyB_o who let the dogs out ? L1ymutQT_o who let the dogs out ? 67SAmJUc_o

----
LITTLE TALKS : 5058
PSEUDO : Boadicea (Meg')
AVATAR : Colin O'donoghue
CREDITS : blood eagle (av), Sarasvati (code sign modifié), pirateherokillian (gifs), S. King & J. Kerouac (quotes)
ALTER-EGO : Owen the saint ♪
ÂGE : 43
QUARTIER : planqué dans la serre au fond du jardin du #195, Lila Road.
MÉTIER : garde forestier (ancien inspecteur de police).
COEUR : en état de grâce.
INTERVENTIONS RL : oui
INFOS RP

who let the dogs out ? Empty
MessageSujet: Re: who let the dogs out ? who let the dogs out ? EmptyVen 21 Jan - 13:00

who let the dogs out ?
TRISTAN & JAMIE

Tristan lui dit que ça va, Jamie lui n’en est pas sûr. Son coeur a fait un bond incroyable dans sa poitrine en voyant ce chien. Pas la peine de l’admettre devant Tristan, mais il n’avait aucune idée de ce qu’il allait bien pouvoir faire une fois dehors, quand la tête du chien a vrillé vers lui. Il est sorti et c’est tout. Il note dans un coin de sa tête de laisser Lady se gaver de tout ce qu’elle voudra, de se rouler sur le canapé, même, si ça lui chante. Que Dieu bénisse cette chienne. Il note aussi que Tristan est trop sonné pour saisir la subtilité de sa plaisanterie, mais il est soulagé d’apprendre qu’il n’a rien, lui, après tout ce n’est pas vraiment la boîte dans ses mains qui l’intéresse. « Sûr ? » Il insiste quand le jeune homme attrape sa main pour s’extirper du rebord de la fenêtre. Jamie connait bien Tristan, il sait bien qu’il vaut mieux s’assurer par deux fois de ce qu’il dit, au cas où il n’oserait pas. Mais ce qui sort de sa bouche n'est que balbutiements. Est-ce parce qu’il a parlé du chien ? Jamie reporte son attention sur la bête. C’est vrai qu’il a l’air apeuré. « Ouais. » Clair que oui. Mais il ne s’apitoie pas trop sur son sort. Il ne veut pas embarrasser davantage Tristan en plaignant l’animal qui n’a plus rien d’une menace. « J’ai pas hâte de rencontrer son maitre. » Lance-t-il tout de même en tombant bel et bien sur un collier. Dans l’hypothèse qu'il soit du même acabit que son chien… Ça a le mérite de le faire sourire, pour Tristan c’est moins sûr, mais ça ne coute rien d’essayer. Au moins il en a un de maitre, ce qui devrait le rassurer sur le sort de son assaillant. Commençant à tirer l’animal apeuré de là, tout doucement, il se retourne une dernière fois vers Tristan pour lui demander un service. « Merci, t’es un chef. » Lucy ne risque rien dans son parc, c’est Jamie qui n’est pas tranquille quand il ne l’a plus dans son champ de vision ni dans ses bras.
Il entend les pleurs avant de ressortir du garage. Rien de surprenant, les pleurs de bébé percent les murs. À tel point que le chien qui était tout calme se remet à aboyer. Tristan doit l’entendre quand Jamie apparait dans la maison, avant qu’il ne ferme la porte du garage derrière lui. Ou pas. Peut-être que Lucy couvre le bruit. Surtout, peut-être qu’il est trop préoccupé par elle pour remarquer quoi que ce soit d’autre, y compris l’envie de rire de Jamie, peut-être. Parce que l’envie est plus forte cette fois. Ouais, un peu qu’elle pleure. Il y a cet élan de panique en lui qui le pousserait à courir vers Tristan qui se trouve dans une nouvelle situation embarrassante, s’il n’était pas partagé avec l’envie de rire en voyant Lucy suspendue à bout de bras. Elle est aussi à l’aise que le petit Simba dans le roi lion avant d’être exposé à la foule. D’ailleurs la façon dont Tristan la porte est la même. Jamie reconnait ces pleurs-là, des pleurs d’inconfort. Et il est évident qu’ils ne sont pas dûs qu’à la maladresse de celui qui la porte. « T’as déjà changé un bébé ? » Il parie sur le fait qu’il ne se doutera pas tout de suite qu’il plaisante, curieux de voir la tête qu’il va faire. Mais c’est Tristan. Et c’est Lucy qui pleure, surtout. Alors il ne peut pas tenir la plaisanterie très longtemps. « J’te fais marcher. » Il aura tenu quelques secondes avant de voler au secours de Lucy… ou de Tristan ? Jamie ne saurait dire qui des deux il soulage le plus en attrapant sa fille des bras du jeune homme. « Oh. Ouais. Le nom sur le collier me dit rien alors je verrai avec Grace. En attendant il a tout ce qu’il lui faut, t’en fais pas. » C’est tout Tristan ça, se faire du souci pour l’animal qui l’a attaqué. Jamie sait très bien qu’il en serait de même si l’assaillant était humain. C’est ce qui les différencie tous les deux, ce qui fait que Jamie le trouve bien meilleur que lui. « On r’vient. » Sur ces mots, il s’éclipse pour la deuxième fois, prenant un peu plus son temps pour le bien-être de Lucy. « Fais comme chez toi ! » Qu’il prend la peine de lancer, fort, du haut des escaliers. Il a pris l’habitude de le dire, à chaque fois que Tristant vient, sans quoi, il craint de le retrouver toujours avec son manteau et ses chaussures debout dans le salon quand il redescendra.
De retour en bas, Lucy est toute pimpante et de bien meilleure humeur. « Voilà, tu devrais échapper à d’autres sensations fortes pour les prochaines heures. » Le temps qu’il est là, en somme, après, Jamie ne peut rien lui garantir. « C’est qu’t’as même droit à un sourire ! » Peut-être pas Tristan exclusivement, c’est vrai, ses yeux se promènent partout, mais elle babille et sourit, pas perturbée par sa présence. Jamie remarque la boite sur la table en suivant son regard. Il a failli oublier. « Je peux ? » Il croit connaitre la réponse mais préfère demander, la pointant du doigt.

CODES © LITTLE WOLF.



Spoiler:

_________________


. . .the only love can only be the first love, the only death the last, the only life within, and the only word. . . choked forever.


:hert::


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

-- KIND WORDS COST NOTHING --
Tristan Earnshaw

PERSONNAGE
who let the dogs out ? 3t5IjSVX_o

LITTLE TALKS : 9750
PSEUDO : blue, Angie
AVATAR : Finn Cole
CREDITS : fürelise (avatar)
ALTER-EGO : Oscar, Amelia et Joe
ÂGE : 27
QUARTIER : midtown, il habite juste au-dessus d'une boutique, en colocation avec Birdy (#100)
MÉTIER : récemment promu cuisinier dans le restaurant de sa tante à Saint-Albans
COEUR : tout mou
INTERVENTIONS RL : oui
INFOS RP

who let the dogs out ? Empty
MessageSujet: Re: who let the dogs out ? who let the dogs out ? EmptyMer 23 Fév - 13:47

- Sûr. Tout va bien. Pas de casse, il le confirme. Une fois encore, il passe sous silence cette cheville qui ne semble pas être du même avis. Non, décidément, il s'est fait suffisamment remarquer à son goût. Même si c'est de Jamie dont il s'agit... il peut tout lui dire, non ? Bien que s'il le prend au mot, il ne ment pas vraiment : pas de casse, s'il y avait quoi que ce soit de brisé, il ne pourrait poser ce pied par terre. Ce n'est qu'une gêne, ça passera. Hein ? En tout cas, dans la foulée de ce moment de panique, il préfère se faire tout petit. D'ailleurs, il obtempère volontiers à se rapatrier chez lui pour surveiller sa fille, alors que dans d'autres circonstances, il aurait certainement redouté cette grande responsabilité. Et il la redoute rapidement en effet, dès lors que Lucy a décidé de lui faire entendre les magnifiques vocalises dont elle est capable. Magnifiques ? Terrifiantes, plutôt. Tristan la tient à bout de bras, comme si l'enfant n'était qu'une bombe à retardement – sauf qu'elle a déjà explosé. T'es un chef. Non, pas vraiment. C'est toujours un embarras plaisant que d'avoir droit à des encouragements ou des compliments du garde forestier, mais c'est aussi pourquoi il est d'autant plus embêté de ne pas être à la hauteur. Que faire ? Il ne sait pas. Il ne l'a jamais su. Il était trop jeune quand sa petite sœur est née, pour vraiment avoir pu aider ses parents avec cette dernière. Heureusement – et sans surprise – Jamie, ce héros, vient une nouvelle fois à son secours. Lui, il sait forcément ce qu'il faut faire, non ? Il n'en doute pas. T'as déjà changé un bébé ? Gloups. Changer, comme dans... changer sa couche ? Son visage ne cache rien de son malaise spontané. Il regarde un instant la couche de Lucy, comme si c'était soudain un savant savoir-faire.
- Euh, euh... je, hmf, je peux... Il le fait marcher. Ouf ! Parce qu'il ne sait pas comment il s'en serait sorti autrement (puisqu'il n'aurait évidemment pas eu l'aplomb de refuser). Il s'efforce de sourire, face à cette plaisanterie, mais c'est crispé tout ça. Tout comme avec le roquet, c'est donc Jamie qui gère comme un chef ! Tandis qu'il reprend sa fille dans ses bras, il écoute comment il s'est arrangé avec le chien pour le moment. Et maintenant qu'il y pense...
- Heureusement que je n'étais pas avec Snoopy. Qui sait ce que la bête aurait fait de son gentil toutou ? En tout cas, il a du mal à imaginer son petit ratier s'imposer face au roquet – à croire que les chiens ressemblent bel et bien à leur maître. Fais comme chez toi. Le maître des lieux s'absente donc momentanément pour changer sa fille, et on ne peut pas dire que son invité le prenne au mot. À vrai dire, Tristan n'a pas bougé quand Jamie revient... Toujours avec son manteau et ses chaussures donc. C'est son retour, qui lui rappelle qu'il ferait bien de les enlever en fait. Dans un même temps, son hôte lui assure quelques heures sans sensations fortes, et il ne peut qu'y saisir une nouvelle occasion de s'excuser.
- Je suis désolé, je sais pas bien... s'occuper des enfants ? Gérer les chiens hargneux ? Ou assumer quoi que ce soit en fait ? Il aimerait pourtant être capable de tant, face à Jamie. Pour l'impressionner ? Pour mériter la chance de sa compagnie. Sûr que le garde forestier mériterait bien plus qu'une boîte de chocolats... qu'il a négligemment oublié sur une table d'ailleurs.
- Oh oui ! Bien sûr. C'est pour toi ! J'espère que, qu'ils ne sont pas abîmés... Je, j'en rapporterais une autre boite sinon ! C'est bien le moins qu'il puisse faire. Il attire son attention sur le sourire de sa fille, et l'ingénu sourit maladroitement en retour – il n'ose pas esquisser un seul autre geste à son égard, de peur qu'il la refasse pleurer (parce que c'était de sa faute, évidemment).
- Tu es toute seule ? Tout seul ! Tu es tout seul ? Non pas que ça serait si grave si Grace ou d'autres enfants sont dans les parages, mais il préfère être prévenu tant qu'à faire, pour éviter toute surprise (il ne gère jamais bien la surprise). Bien sûr, il y a déjà Lucy et Lady avec eux, et il finit d'ailleurs par se rapprocher de cette dernière – il n'a pas oublié qu'il lui doit quelques caresses pour lui avoir sauvé la mise. Et tout en s'accroupissant à sa hauteur, il se retourne vers son maître.
- J'ai vu des crocus devant, c'est, euh, toi qui les a choisi ? Forcément, ça doit être l'un d'eux (Grace ou Jamie). Mais puisqu'il sait qu'ils partagent cet intérêt pour la flore, il se permet de demander.

Spoiler:

_________________
( think a lot but don't say much )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

-- membre qu'on adore --
Jamie Whelan

PERSONNAGE
-- monsters are real, and ghosts are real too. they live inside us, and sometimes, they win.

who let the dogs out ? KTN1JMxM_o

who let the dogs out ? VhOFngMO_o who let the dogs out ? YYcoBNM8_o who let the dogs out ? CO0cMHyB_o who let the dogs out ? L1ymutQT_o who let the dogs out ? 67SAmJUc_o

----
LITTLE TALKS : 5058
PSEUDO : Boadicea (Meg')
AVATAR : Colin O'donoghue
CREDITS : blood eagle (av), Sarasvati (code sign modifié), pirateherokillian (gifs), S. King & J. Kerouac (quotes)
ALTER-EGO : Owen the saint ♪
ÂGE : 43
QUARTIER : planqué dans la serre au fond du jardin du #195, Lila Road.
MÉTIER : garde forestier (ancien inspecteur de police).
COEUR : en état de grâce.
INTERVENTIONS RL : oui
INFOS RP

who let the dogs out ? Empty
MessageSujet: Re: who let the dogs out ? who let the dogs out ? EmptySam 30 Avr - 22:54

who let the dogs out ?
TRISTAN & JAMIE

Jamie ne peut s’empêcher de s'assurer que Tristan aille vraiment bien. Toujours bienveillant, Jamie, protecteur, particulièrement avec Tristan, plus encore depuis qu’il est père pour la deuxième fois. Il insisterait bien davantage, mais Tristan n’est pas un nourrisson et Jamie ne voudrait pas l’embarrasser -plus ?-. S’il lui dit être sûr, alors… Bien. Jamie n’a pas oublié comment il était, lui, enfant, adolescent, peut-être même jeune adulte. Trop discret pour dire quoi que ce soit. Sûrement pas autant que Tristan, mais tout de même. Agacé par ce genre de questions infantilisantes et l’insistante de certaines personnes à vouloir le faire parler. Pas tout à fait comme Tristan non plus, car Jamie ne l'a encore jamais vu agacé, certainement pas par quoi que ce soit qu’il ait pu dire ou faire, au point où il en arrive à croire qu’il ne pourra jamais le contrarier, qu’en ne voulant plus de sa compagnie peut-être, mais l’idée que ce puisse être le cas un jour ne lui traverse même pas l’esprit. Pourquoi donc ? Il est charmant, Tristan. Il l’attendrit par bien des aspects, à commencer par sa personnalité, à la manière d’un petit frère qu’il aurait pu avoir. Qu’il aurait aimé avoir. Dieu seul sait sur lequel il serait tombé en réalité, si son père avait refait sa vie. Mais ça n’a pas été le cas. Jamie, il se sent moins présomptueux maintenant qu’il connait bien Tristan de croire qu’il le voit comme une sorte de héros. Héros de quoi, ça, il ne sait pas trop, à vrai dire, mais c’est le sentiment qu’il a, chaque fois qu'il le voit boire ses paroles. Une sorte de héros des montagnes ou quelque chose dans ce genre-là, un modèle du quotidien peut-être.
Un modèle un peu taquin, aussi. Jamie ne résiste pas toujours à l’envie de perturber quelque peu le jeune homme, comme en lui faisant croire qu’il s’attend à ce qu’il change la couche de l’innocente Lucy. Mais jamais de trop, il espère, et toujours gentiment. C’est qu’il ne fait jamais durer les blagues avec lui et vole bien vite à son secours, le laissant se reprendre. Il aurait pu faire le coup à beaucoup de monde, l’acte en lui même en rebutant plus d'un, mais de Tristan se dégage une candeur qui fait de lui la victime idéale. Snoopy ? Il hésite une seconde puis percute. « Oh. » Même s'il estime sa chienne, il préfère ne pas se prononcer sur l’issue qu’aurait alors eu la rencontre entre Snoopy et le chien enfermé au garage. « Tu peux l’emmener la prochaine fois, si tu veux, je ferai gaffe à ce qu’il n’y ait plus de terreur dans le quartier. » L’amour de Jamie pour les chiens, comme pour la nature, n’est plus à prouver, encore moins en compagnie de son invité. « Je suis sûre qu’elle aimerait l’inviter. » C’est Lady qu’il désigne, amusé. Il pense à elle et Nebraska, la chienne de Grace pas plus haute que Snoopy qui seraient contentes de s’amuser avec lui comme s’il s’agissait de ses enfants et de leur copain de classe. Ils sont tous les bienvenus ici et c’est sur une invitation à faire comme chez lui que Jamie disparait quelques minutes. Il sait qu'il n’aura pas bougé quand il reviendra, et -Tristan dirait sûrement encore une fois- il a vu juste. Mais Jamie ne désespère pas de le voir prendre ses aises un jour. Pour l'y aider, il lui garantit le reste de la journée sans sensation forte, mais voilà qu'il essaie de s'excuser. Il ne voit même pas de quoi. Ce qu’il voit, lui, c’est qu’il n’a pas dû gérer comme un chef pour le coup, car le jeune homme n’a pas l’air plus détendu. « Oh t’en fais pas. » Une tape sur l’épaule au passage, alors qu'il s’intéresse à la boite de chocolats, ne se faisant pas prier pour en prendre un dès qu'il reçoit la permission, attrapant au passage un jouet à mâcher pour que Lucy ne se sente pas lésée. Qu’ils soient abimés, ce n’est pas ça qui va le retenir. « Mais non, ils sont nickels. » La boîte, peut-être pas, mais les chocolats à l’intérieur, il ne trouve rien à en redire, surtout depuis qu’il en a un sur la langue. « T’avais même pas à m’apporter quoi que ce soit, c’est très gentil. » Comme toujours avec lui. Très gentil. Jamie ne dira jamais trop. Il fait partie de ceux auxquels la gentillesse a parfois été reprochée et qui n’ont jamais compris pourquoi elle pouvait être perçue comme un défaut. Elle est trop rare en ce bas monde, la gentillesse, de son humble avis. Toute seule ? Il tique, mais ne dit rien. « Oui, y’a que nous ! » Mais il le dit avec trop d’enthousiasme pour que ça sonne autrement que comme une bonne nouvelle. D’ailleurs, il serait temps qu’il se mette à l’aise, lui aussi, se pose quelque part pour discuter peut-être, ou il va finir par s’enraciner comme Tristan. Déposant la boite de chocolat ouverte sur la table basse près des fauteuils, il traverse ainsi la pièce avant de repartir pour la cuisine, Lucy toujours à son bras, Lady préférant rester aux pieds de Tristan, ne refusant jamais des caresses. « J’te sers à boire ? » Il est déjà derrière l’îlot quand il lui pose la question, réalisant qu’il aurait mieux valu poser Lucy dans son parc de jeux. Comme quoi, il n’est pas toujours le plus dégourdi non plus, Jamie, trop habitué à jouer les pères koala, surtout. Il abandonne l’idée de faire l’inventaire des boissons pour se retourner vers son invité quand celui-ci mentionne les crocus. « Aaah t’as remarqué ! » Il a le sourire jusqu’aux oreilles, mais difficile de déterminer s’il est plus fier de Tristan pour avoir reconnu les fleurs ou de lui-même pour les avoir trouvées et plantées. « Grace voulait quelque chose qui tienne à l’approche de l'hiver, et comme elle aime le violet… » Bien sûr, ça coule de source. Jamie n’a pas peur d’être taxé de romantique ou autre petit nom peu viril, ce n’est pas Tristan qui se moquera de lui de toute façon. « J’ai l’espoir qu’elles résistent aux premières neiges, voir ce que ça donne, mais faudra que j’en replante si je veux en profiter avant la fin de l’hiver. » Parce que Grace lui a demandé de planter quelque chose de joyeux pour l’automne, lui s’emballe déjà à faire fleurir quelques spécimens sur la neige pour la rendre plus heureuse encore. « Il doit me rester des graines quelque part, si tu veux t’y essayer. » Ça pourrait être un défi, mais ce n’est pas l’intention de Jamie. La proposition est innocente, animée par leur passion commune et le partage.

CODES © LITTLE WOLF.



pauvre Snoopy:

_________________


. . .the only love can only be the first love, the only death the last, the only life within, and the only word. . . choked forever.


:hert::


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

-- KIND WORDS COST NOTHING --
Tristan Earnshaw

PERSONNAGE
who let the dogs out ? 3t5IjSVX_o

LITTLE TALKS : 9750
PSEUDO : blue, Angie
AVATAR : Finn Cole
CREDITS : fürelise (avatar)
ALTER-EGO : Oscar, Amelia et Joe
ÂGE : 27
QUARTIER : midtown, il habite juste au-dessus d'une boutique, en colocation avec Birdy (#100)
MÉTIER : récemment promu cuisinier dans le restaurant de sa tante à Saint-Albans
COEUR : tout mou
INTERVENTIONS RL : oui
INFOS RP

who let the dogs out ? Empty
MessageSujet: Re: who let the dogs out ? who let the dogs out ? EmptyDim 29 Mai - 12:05

- Tu crois ? Sûr que l'idée de venir avec Snoopy, la prochaine fois, n'est pas pour lui déplaire ! À condition que ça ne pose vraiment pas de problème à l'hôte... et qu'il n'y ait plus de terreur dans le quartier, effectivement.
- Je le porterais au pire. Pour, pour être sûr. Pour être sûr que son chien ne soit pas à portée de crocs d'un roquet agressif ? C'est qu'il est protecteur, avec son compagnon à quatre pattes. Avec tout le monde même, si seulement sa timidité ne freinait pas cet aspect de sa personnalité. Jamie réussit à le faire sourire en tout cas : c'est qu'il sait y faire, pour ça. Tristan retourne alors son attention sur Lady, qu'il lui désigne.
- C'est vrai qu'ils ont l'air de bien s'entendre. Elle et Snoopy. Ça aurait été dommage qu'il en soit autrement, au vu de l'entente entre leurs deux maîtres. Maître. Le jeune Earnshaw n'aime pas ce mot, ça ne ressemble pas à ce qu'il veut être pour son chien. C'est la pensée qui traverse un instant son esprit, mais il en revient bien vite à son ami humain.
- Il faudrait que je, je t'invite aussi. Histoire de lui rendre la pareille, et parce qu'il en a envie aussi. Certes, son petit appartement n'est pas aussi accueillant que chez lui, mais il faut que ça soit à son tour d'offrir un verre et l'hospitalité de temps en temps.
- Tu y verras peut-être ma sœur comme ça ! Puisqu'il vit en colocation avec celle-ci. Comme si c'était important, que Jamie fasse la rencontre de sa famille – ça l'est pour lui, il ne souhaite à ses proches que la chance de l'avoir dans sa vie comme lui l'a. Tristan est bien bavard en présence du quarantenaire en tout cas (plus que d'habitude s'entend), et bien qu'il ne se soit pas mis physiquement à l'aise au retour de ce dernier avec bébé tout propre, il l'est quand même de bien des façons, à l'aise. D'ailleurs, si l'ingénu peut facilement s'embarrasser d'un quelconque contact, ce n'est pas le cas avec Jamie : il prend cette tape sur l'épaule comme une familiarité bienvenue. Il le regarde alors, avec appréhension, jeter son dévolu sur la boîte de chocolat, et se détend finalement lorsqu'ils semblent encore comestibles. Il acquiesce ensuite, quand il affirme qu'il n'avait pas à apporter quoi que ce soit, mais en vérité, il reste convaincu que c'était important de ne pas venir les mains vides. Peut-être est-ce autant pour lui que pour son hôte qu'il les a amené en fin de compte. Est-ce que, de son côté, il veut à boire ?
- Oui. Ce que tu veux ! Tristan n'est pas bien difficile, et même quand il n'aime pas, il se force à finir son verre ou son assiette par politesse. Enfin, il se retient tout de même de préciser qu'il préfère éviter l'alcool, mais bon, il ne veut pas trop en demander non plus.
- Tu veux que je prenne Lucy ? Ce n'est pas qu'il a enfin confiance en lui avec la responsabilité d'un enfant dans ses bras, seulement son papa a l'air bien encombré en tentant de les servir.
- Ou je peux m'occuper des verres si tu veux ! Tout pour se sentir utile, alors qu'il se redresse après avoir gratifié Lady de quelques caresses. Il manque de rougir en tout cas, quand Jamie se ravit qu'il mentionne les crocus : il semble presque content de lui, et ça lui fait plaisir en retour – un petit plaisir embarrassant. Ça ne l'étonne pas qu'il les ait choisi pour faire plaisir à sa compagne, et il l'estime même plus encore (si c'est possible) pour ça. Lui aussi aime faire plaisir avec des fleurs, bien qu'il s'agit davantage des femmes de sa famille, que de la femme de sa vie. Et s'il profitait de l'offre généreuse du quarantenaire pour en faire pousser à son tour ?
- Oh, je, j'ai pas de jardin en fait. Ou, ou alors, je peux essayer de le faire chez mes parents... Mais il n'irait pas non plus jusqu'à insister pour avoir ces graines. En tout cas...
- J'ai hâte de voir si elles vont tenir ! Et il est sincère. Même si, avec Jamie aux commandes, il ne doute pas que ça soit un succès.
- Tu offres souvent des fleurs à Grace ? C'est étrange de mentionner à nouveau la concernée, lorsqu'il ne la connaît pas tant que ça. Sûr qu'il est intimidé face à la maire de la ville ! Autant que s'il rencontrait le président du pays.
- Je... Enfin, ça ne me regarde pas ! Comme si c'était une question sensible, mais comme souvent, Tristan préfère laisser des portes de sortie à ses interlocuteurs. Pourquoi cette question d'ailleurs ? Comme s'il ne pensait pas lui-même, à une certaine jeune femme – il ne peut faire que ça, y penser.

Spoiler:

_________________
( think a lot but don't say much )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

-- membre qu'on adore --
Jamie Whelan

PERSONNAGE
-- monsters are real, and ghosts are real too. they live inside us, and sometimes, they win.

who let the dogs out ? KTN1JMxM_o

who let the dogs out ? VhOFngMO_o who let the dogs out ? YYcoBNM8_o who let the dogs out ? CO0cMHyB_o who let the dogs out ? L1ymutQT_o who let the dogs out ? 67SAmJUc_o

----
LITTLE TALKS : 5058
PSEUDO : Boadicea (Meg')
AVATAR : Colin O'donoghue
CREDITS : blood eagle (av), Sarasvati (code sign modifié), pirateherokillian (gifs), S. King & J. Kerouac (quotes)
ALTER-EGO : Owen the saint ♪
ÂGE : 43
QUARTIER : planqué dans la serre au fond du jardin du #195, Lila Road.
MÉTIER : garde forestier (ancien inspecteur de police).
COEUR : en état de grâce.
INTERVENTIONS RL : oui
INFOS RP

who let the dogs out ? Empty
MessageSujet: Re: who let the dogs out ? who let the dogs out ? EmptyVen 1 Juil - 17:03

who let the dogs out ?
TRISTAN & JAMIE

« Je suis sûr. » Bien sûr qu’il est sûr, Jamie. Il a la moue un peu trop fière d’ailleurs, amusé par sa propre assurance. C’est rare qu’il se montre aussi sûr de quelque chose, mais là, il ne prend pas beaucoup de risques. Attendri, aussi, par l’inquiétude dont fait preuve Tristan à l’égard de son compagnon à quatre pattes. Lady est trop grande, elle a toujours été trop grande pour qu’il puisse la porter comme un bébé, trop fougueuse et aventureuse pour qu’il sente le besoin de la protéger physiquement, pourtant il comprend, parce qu’il aime ses animaux de la même façon. Le laissant à sa réflexion qu’il ne veut pas compliquer, il est content que sa proposition le fasse sourire, et la regarde faire son petit bout de chemin dans l’esprit du jeune homme qui se laisse convaincre. « Oui, elle est bonne patte. » Trop même, c’est ce que sous-entend l’expression. Elle est joueuse, Lady, pas caractérielle pour un sou, le berger australien par excellence. Et peut-être que Jamie l’est aussi ''bonne patte'', peut-être que c’est pour ça que l’entente est si facile entre les deux maîtres. Il n’a jamais été autre chose que bonne patte avec celui de Snoopy, qui ne l’a connu que dans ses bons jours. Que Tristan lui rende l’invitation, c’est une première qui le surprend, en bien, bien sûr. En fait, Jamie n’y a même pas pensé, lui qui est étranger à toutes ces règles de politesse comme celle de rendre la pareille auxquelles les gens mieux éduqués et plus sociables que lui s’attachent. « Ça me fera plaisir si ça te fais plaisir. » Parce qu’il ne veut pas qu’il se sente obligé ou redevable de quoi que ce soit. Toute la nuance est là. Jamie ne peut pas faire plus simple. C’est toujours le sourire aux lèvres qu’il se laisse surprendre quand Tristan évoque sa soeur. « Mais tu sais que j’suis un homme heureux en ménage, hein ? » Il pourrait presque lui donner une tape dans le dos, là aussi, presque. Il sait qu’il ne l’a pas dit dans ce sens-là, mais il est décidément de trop bonne humeur pour se priver de quelques boutades. Il ferait mieux de servir à boire.
Ce qu’il veut, donc… Il s’attendait à ce genre de réponse arrangeante. En quête de ce que lui pourrait bien vouloir, ce qui pourrait bien faire l’affaire surtout, regardant le frigo rempli de boissons d’enfants et autres soda d’un air perplexe, Tristan finit par voler à son secours. Jamie, il reste un père comme les autres, toujours étrangement flatté quand quelqu’un s’intéresse à son rejeton et exprime l’envie de le porter. Ce n’est pas vraiment ce que fait Tristan, qui essaie plutôt de l’arranger lui que de manifester une réelle envie, mais c’est comme ça que Jamie l’interprète. Plus fort que lui. Il acquiesce d’un signe de tête enthousiaste, le chocolat fondant sur sa langue, sûrement que Tristan ne comprend pas à quoi avant qu’il n’écarte Lucy de ses bras pour la rapprocher des siens. « Là. » Qu’il dit, ponctuant son geste quand la babine se retrouve collée contre Tristan, ne sachant pas qui ça devrait apaiser, Lucy ou Tristan dont il referme le bras autour d’elle, lui montrant comment tenir un bébé sans rien dire. Il est confiant, assez pour faire ce deuxième essai et il peut. Lucy n’a pas de quoi se plaindre cette fois-ci et n’a pas l’air perturbé, se contentant de regarder ce que fabrique son père, attiré par le bruit des verres. Bien. Le jeune homme ne devrait pas repartir chez lui traumatisé à vie par les bébés. Peut-être qu’il ne repartira pas les mains vides non plus ? Le garde-forestier oublie parfois que tout le monde n’a pas un jardin, lui qui n’a vécu qu’au milieu de grands espaces toute sa vie. Celui de la maison qu’il partage avec Grace étant le plus petit qu’il ait eu. « Ça leur ferait peut-être plaisir ? » Qu’il en plante chez eux ? Jaime l’espère, sinon il lui aura fait envie pour rien avec ses histoires de jardinage. Il les verra bien la prochaine fois qu’il viendra, même Tristan a l’air de ne pas en douter, mais ce n’est pas pareil.
Jamie en oublierait presque la boisson, à parler de fleurs. « Oh j’ai du jus de fruit ! » Avoir les mains libres lui permet d’atteindre le fond du frigo. « Et pas ceux en brique avec la paille collée dessus, tu devrais sauter sur l’occaz’. » Il brandit la bouteille par-dessus le comptoir en signe de victoire. De son humble avis, ça passera mieux que les bières qu’il a à la cave ou les compotes à boire dont raffole son fils dans ces poches en plastique ridicules. Et si ça peut éviter à Tristan de trancher… Tristan qui a plus de questions à lui poser sur les fleurs. Ou plutôt, à qui il les offre. Ça, Jamie ne l'a pas vu venir. Son sourire s’agrandit, comme chaque fois qu’il a l’occasion de parler de Grace et balaye le vide devant lui d’un signe de main dès qu’il pose les verres sur la table, à côté des chocolats. Balivernes. « Ça me gêne pas du tout, va. » C'est autre chose qui gêne Jamie, quelque chose qu’il ne sait pas s’il doit aborder. Il réalise que Tristan n'a jamais rencontré Grace, un peu comme lui n’a jamais vu sa soeur ou n’importe qui de sa famille. C’est peut-être là une opportunité à saisir, parce qu’il ne peut pas dire que ça ne lui ferait pas plaisir qu’il la rencontre. Sauf que Jamie a vu à quel point Grace peut en impressionner plus d'un. Même quelqu'un de la carrure de son beau-frère… Alors il ne dit rien qui s’écarte de sa passion pour les fleurs. « Ça m’arrive, oui, beaucoup trop même si tu veux l'avis de Melody. D’après elle j’aurais… » Il cherche un instant, comment elle lui avait dit ça déjà ? Tout en cherchant, il fait signe à Tristan de lui remettre Lucy s'il le souhaite, histoire qu'il puisse s'assoir confortablement. « …j'aurais regardé trop de films romantiques ! » Ouais, c’est ça ! Il ne peut s'empêcher de souffler en se rappelant une des nombreuses piques qu’il a essuyées. Elle a raison Melody, les fleurs c’est un peu sa signature, comme son invité avec les chocolats. « Pourquoi ? Y’a quelqu’un à qui tu voudrais offrir des fleurs ? » Son sourire est déjà trop large, ses yeux trop écarquillés et son ton trop faussement innocent pour cacher sa curiosité. Tristan ne lui a jamais parlé de quelqu’un comme ça. « Pas que ça me regarde non plus… » Mais Jamie est tout ouïe. Attrapant la boite de chocolats, il la tend vers Tristan, l’invitant à piocher. Pas question qu’il garde tout pour lui et, qui sait, ça lui donnera peut-être un peu de courage.

CODES © LITTLE WOLF.



Spoiler:

_________________


. . .the only love can only be the first love, the only death the last, the only life within, and the only word. . . choked forever.


:hert::


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

-- KIND WORDS COST NOTHING --
Tristan Earnshaw

PERSONNAGE
who let the dogs out ? 3t5IjSVX_o

LITTLE TALKS : 9750
PSEUDO : blue, Angie
AVATAR : Finn Cole
CREDITS : fürelise (avatar)
ALTER-EGO : Oscar, Amelia et Joe
ÂGE : 27
QUARTIER : midtown, il habite juste au-dessus d'une boutique, en colocation avec Birdy (#100)
MÉTIER : récemment promu cuisinier dans le restaurant de sa tante à Saint-Albans
COEUR : tout mou
INTERVENTIONS RL : oui
INFOS RP

who let the dogs out ? Empty
MessageSujet: Re: who let the dogs out ? who let the dogs out ? EmptyDim 17 Juil - 10:19

Si Jamie est sûr, alors il peut l'être à son tour. Non ? Anxieux comme il est, Tristan a tendance à toujours considérer l'ensemble des options, surtout les pires. Mais en présence du quarantenaire, il serait tentant de juste lui faire confiance, et de ne plus s'inquiéter de ce qui pourrait tourner mal. Si Jamie est là, il pourra arranger la situation de toute façon. Et puis, il peut aussi compter sur Lady pour les défendre, non ? Bonne patte. C'est l'expression qu'utilise son maître pour la qualifier, et voilà que le jeune Earnshaw se met à rire bêtement, rien qu'un instant. Non pas qu'il se moque, ou qu'il mette en doute ses mots ! Bien au contraire. Mais dire qu'elle est bonne patte, alors que justement elle a des pattes... oui, il n'en faut pas plus pour l'amuser. Il met rapidement le holà à cet éclat néanmoins – une habitude qu'il a, par crainte d'être le seul à rire – mais il garde un sourire aux lèvres, et ce n'est pas bien difficile, lorsque son hôte accepte d'être un jour son invité. Évidemment que ça lui ferait plaisir ! Ou plus précisément, il serait très fier de l'avoir chez lui. Déjà, il réfléchit à ce qu'il pourrait bien faire pour honorer sa visite... avoir toutes les boissons possibles à lui proposer peut-être, et puis il pourrait préparer une tarte chocolatée aux poires... ou un moelleux aux pommes ! Qu'est-ce que Jamie préfère déjà ? Il faudra qu'il se renseigne. Et qu'il prévienne aussi sa sœur à l'avance, s'il veut vraiment les faire se rencontrer ! Que de choses à prévoir, et à y songer aussitôt, Tristan met un temps à comprendre ce que son camarade trouve à lui répondre : une boutade, rien qu'une boutade. Mais qu'est-ce qu'un idiot tel que lui peut bien faire ? Tomber dans le panneau.
- Oh ! C'est, c'est pas ce que je voulais dire ! Elle est jeune, tu sais. Non pas que ! Je veux pas dire que t'es, que t'es... Enfin, tu vois ce que je veux dire ! Je, Je... jesuisdésolé. Forcément, il fallait que ça se finisse par des excuses, dès lors qu'il se croit trop aisément en faute. Quoique, l'idée lui vient finalement, que Jamie voulait seulement plaisanter... Il déglutit. Trop tard pour revenir en arrière maintenant. Et raison de plus pour chercher à se rattraper en proposant son aide ! Pour servir ces verres ou pour s'occuper de Lucy ? Il se demande un instant ce qui l'attend, avant de voir le père lui tendre sa fille : il va donc falloir qu'il se montre encore plus prudent qu'il ne l'aurait été avec les verres. Heureusement, il peut compter sur Jamie pour lui montrer ce qu'il a mal fait la première fois, et assurer sa prise avec l'enfant. Bien que dans l'appréhension de la faire à nouveau pleurer, il ne manque pas d'attraper une petite peluche qui traine sur la table voisine, et de la lui mettre sous le nez. Juste pour être sûr qu'elle a tout ce qu'il lui faut ! Combien de temps faudrait-il, pour que Tristan se détende enfin avec la fillette dans les bras ? Jamie l'aide, comme toujours, en le distrayant de ses appréhensions : et s'il faisait pousser des crocus chez ses parents ?
- À ma mère, oui ! Ça lui ferait plaisir. Mais pas à son père donc ? C'est ce qu'il craint sous-entendre, et son premier réflexe est de tenter de corriger le tir.
- Et à mon père... aussi ? Non, pas vraiment. Sans aucun doute qu'il préférerait que son fils ait d'autres passe-temps. Et puisque Tristan n'a pas envie de mentir non plus, il laisse le sujet en suspens, pour plutôt généreusement approuver (peut-être même un peu trop) le choix du jus de fruit.
- Oh oui !  C'est, c'est parfait. Parfait, c'est le mot. Si Lady est bonne patte, Jamie est parfait : ça ne fait aucun doute pour le jeune Earnshaw. Et si Melody trouve qu'il est trop parfait, à offrir aussi souvent des fleurs à sa compagne, lui il le regarde toujours avec admiration. De quoi offrir un sacré contraste, lorsque l'expression sur son visage se décompose l'instant d'après. Il va même jusqu'à se crisper de la tête aux pieds, alors qu'il semblait pourtant vouloir lui rendre Lucy. Vouloir offrir des fleurs à quelqu'un, lui ? Forcément, à parler de Grace et de films romantiques juste avant ça, il pense à Gabriela. À croire que Jamie lit en lui comme dans un livre ouvert ! Et son premier réflexe est de nier, par habitude, depuis le temps qu'il a fait de ses sentiments un secret.
- Quoi ? Non, non, pas du tout ! Attends, attends... il vient juste de mentir à Jamie !?! Déjà que mentir c'est pas beau, mais à Jamie en plus ! Il regarde la boîte de chocolats que ce dernier lui tend, hésitant. Il déglutit, se mord la lèvre... et prend son courage à deux mains. S'il n'arrive pas à en parler à quelqu'un à qui il fait si confiance, il n'arrivera à en parler à personne d'autre.
- Enfin... Y'a quelqu'un, mais je préfère qu'elle ne sache pas. Alors je vais pas lui offrir des fleurs... si c'est pour qu'elle se fasse des idées. Des idées justes, soit. Mais s'il tient à ce que ça reste un secret, ça ne veut pas pour autant dire qu'il n'y a jamais songé. Qu'il ne s'est jamais laissé porter par quelques rêveries. Et face à Jamie, il choisit une nouvelle fois d'oser. D'oser en parler.
- Mais... Mais si je lui en offrais, j'avais pensé à... à des clématites... bleues ? Forcément, il faut que le jeune padawan cherche l'approbation du jedi des fleurs.

_________________
( think a lot but don't say much )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

-- membre qu'on adore --
Jamie Whelan

PERSONNAGE
-- monsters are real, and ghosts are real too. they live inside us, and sometimes, they win.

who let the dogs out ? KTN1JMxM_o

who let the dogs out ? VhOFngMO_o who let the dogs out ? YYcoBNM8_o who let the dogs out ? CO0cMHyB_o who let the dogs out ? L1ymutQT_o who let the dogs out ? 67SAmJUc_o

----
LITTLE TALKS : 5058
PSEUDO : Boadicea (Meg')
AVATAR : Colin O'donoghue
CREDITS : blood eagle (av), Sarasvati (code sign modifié), pirateherokillian (gifs), S. King & J. Kerouac (quotes)
ALTER-EGO : Owen the saint ♪
ÂGE : 43
QUARTIER : planqué dans la serre au fond du jardin du #195, Lila Road.
MÉTIER : garde forestier (ancien inspecteur de police).
COEUR : en état de grâce.
INTERVENTIONS RL : oui
INFOS RP

who let the dogs out ? Empty
MessageSujet: Re: who let the dogs out ? who let the dogs out ? EmptySam 24 Sep - 2:21

who let the dogs out ?
TRISTAN & JAMIE

Jamie n’a pas de frère, mais il se figure que s’il en avait un, ça ressemblerait à ce qu’il partage avec Tristan. Dans un monde idéal où il serait le grand frère, le petit prenant modèle sur lui, l’écart d’âge aidant. Le genre de relation fraternelle qui se soude avec les années, parce que les grandes différences d’âge sont toujours un problème enfant. Ou est-ce juste Jamie qui redoute que c’en soit un quand il songe aux années séparant l’ainée Fordham à la dernière née de la fratrie ? Il lui donne le vertige, cet écart. Dans son idéal fraternel, il y a aussi beaucoup de taquineries. Ça aussi, il l’a appris des enfants de Grace. De Melody qui ne manque jamais d’une remarque bien sentie à son encontre, des garçons qui se cherchent, du plus timide -son propre fils évidemment- pas en reste. Il y a sûrement un petit peu de toutes ces influences, mais aussi beaucoup de Jamie lui-même. Il a toujours eu la répartie taquine et tendre. C’est ce qui fait toute la différence, la tendresse, parce qu’il n’est jamais piquant, Jamie et il s’en voudrait drôlement de l’être avec Tristan. Le quiproquo sur son envie de lui présenter sa soeur est bien le plus loin qu’il puisse aller et à regarder le jeune homme balbutier, il réalise dans quoi il l’a entrainé. Voilà qu’il s’excuse, Jamie regrette presque sa boutade trop facile. Presque. Il le regarde se dépêtrer dans ses explications, trop vite pour qu’il puisse le stopper, ce sourire qui en dit long sur tout le visage à mesure qu’il intègre ses paroles. Olala. Il se demande si à le voir sourire comme ça, d’une manière plus qu’équivoque, Tristan va se rendre compte que, oui, il sait, il sait très bien que ce n’est pas ce qu’il voulait dire. Ses dents se dévoilent quand, dans sa maladresse, il le traitre presque de vieux. « Tu veux dire que j’suis pas du genre à faire une crise de la quarantaine et m’afficher aux bras d’une jeunette de vingt ans d'moins ? Parce que t’as totalement raison. » Pas de quoi s’excuser, alors. Bien sûr, ce n’est pas exactement ce que Tristant insinuait, mais ça s’en approche, et c’est beaucoup plus flatteur présenté comme ça, il sera sûrement d’accord. Il y a quelque chose de candide chez Tristan qui le touche, toujours, et qui finit par lui donner envie de s’excuser à sa place, toujours.
À son tour de se sentir penaud, à celui de Tristan de lui sauver la mise. C’est qu’il n’a pas l’air très malin à gesticuler dans la cuisine, ne sachant quoi porter et quoi poser entre les boissons et Lucy. La mettre dans les bras de Tristan est une sorte de réflexe, avant même qu’il n’y réfléchisse. Dans un coin de sa tête, il doit vouloir effacer le mauvais souvenir des cris et de l’urgence du premier essai raté. Il s’en voudrait, le père de famille, si ce malencontreux accident le traumatisait des bébés pour le reste de sa vie. À propos des pousses, son acolyte hésite, toujours plus enthousiaste quand il parle de sa mère que de son père. Du moins, c’est l’impression que Jamie en a. Elle ne lui plaît d’ailleurs pas du tout. Qu’est-ce que son père pourrait bien avoir à redire sur les crocus, ou sur son fils ? Quoi que ce soit, Jamie ne comprendrait pas, mais il n’en dit rien pour ne pas l’embarrasser. « Alors tu feras plaisir à ta mère. » Ce qui pourrait sonner comme un ordre s’il n’y avait pas le sourire qui va avec, ni ce qui vient après. « Ou t’en feras c'que tu veux. » En fait. C’est plus simple comme ça. Sans s’en rendre compte, il a cet enthousiasme incontrôlable dès qu’il s’agit des mères. Faire plaisir à une mère devient plus important que tout le reste. Jetant quelques coups d’oeil tout en parlant fleurs, Jamie voit Tristan agiter le doudou de Lucy sous son nez. Il s’en sort bien. Il aimerait le lui dire, d’ailleurs, avant que la conversation dévie sur quelque chose d’inédit qui pique sa curiosité. Si bien que c’est une question qu’il prononce au lieu du compliment. LA question. Jamie, il s’attend à ce que ce soit la mère de Tristan, justement, l’heureuse élue à qui il offrirait des fleurs, le visage déjà trop attendri à cette idée. Sauf qu’il n’en est rien.
Ce qui pourrait être une nouvelle gentille taquinerie devient une affaire sérieuse. Il a visé juste, si juste que tout le corps de Tristan se paralyse. Ses bras ne se tendent pas pour se séparer de Lucy ni pour prendre un chocolat. « T’es sûr ? » Qu’il lui demande pour la deuxième fois. Et pas pour Lucy, ou les chocolats. Pour ce qu’il vient de nier en bloc. On me l’a fait pas, à moi crie les yeux de l’ancien flic, sourcils arqués et paupières plissées. Il doit avoir l’air sûr de lui, parce qu’il est sûr qu’il y a plus là-dessous, quand en réalité il ne sait trop quoi faire, quoi dire, recevant ces confidences comme une chose précieuse et fragile, à traiter avec précaution. Non, Jamie ne sait pas toujours quoi faire. Là, il ne sait pas s’il doit lui prendre Lucy quand même ou pas, il reste là, calme, analysant sa gestuelle, attendant qu’il trouve ses mots. Plus que tout, il espère que Tristan se sente suffisamment en confiance pour lui parler de cette femme, parce qu’évidemment il y a une mystérieuse jeune femme. Il sent l’envie de les offrir, ces fleurs, rien qu’à travers ces quelques mots hésitants et plein de négations. L’envie qu’on réfrène et qui dévore le coeur et l’estomac, que Jamie connait bien. Pas besoin de lui demander pourquoi il préfère qu’elle ne sache rien. « L’espoir amoureux, huh ? Je trouve que c'est un beau message, bien plus sobre et original que n’importe quelle rose. » Forcément, ça lui parle, à Jamie. Tristan et lui parlent le même langage, le langage des fleurs en l'occurrence. « Tu as les iris aussi, blanc et bleu, dans le genre. » Quand il se rappelle pourquoi tout le monde choisit les roses. « Tu penses qu'elle comprendra ? » Mais c'est peut-être le but, qu'elle ne comprenne pas, connaissant celui qui les offrirait... Offrir des fleurs à une femme, c'est toujours le même message, dans le fond, mais Jamie reconnait volontiers qu'il est moins risqué de se faire éconduire avec des clématites ou des iris qu'avec un bouquet de roses rouges. Cette pensée lui fend le coeur quand Lucy babille, la peluche qu’elle mordillait tombant d’entre ses dents alors que ses grands yeux ronds regardent Tristan, comme si elle aussi était tenue en haleine par sa confession. Mais non, ça, c’est Jamie. « Y'a des chances que je la connaisse, cette mystérieuse jeune femme ? » En fin de compte, il doit ressembler davantage à un père -type adepte de dad jokes et tapes dans le dos- qui ne peut s’empêcher de ressentir un peu de fierté quand le fiston a son premier béguin qu’à un grand frère. Forcément, il lui dirait bien de se lancer, qu’il n’y en a pas deux comme lui et que n’importe quelle fille serait chanceuse de tomber sur un gars comme lui, un gars bien, et tous ces trucs clichés qu’il pense sincèrement. C’est sa nature prudente qui l’incite à d’abord se faire une idée de qui peut être cette fille.

CODES © LITTLE WOLF.

_________________


. . .the only love can only be the first love, the only death the last, the only life within, and the only word. . . choked forever.


:hert::


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé
-- --

PERSONNAGE
INFOS RP

who let the dogs out ? Empty
MessageSujet: Re: who let the dogs out ? who let the dogs out ? Empty

Revenir en haut Aller en bas

who let the dogs out ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
REDWOOD HILLS :: 
you're entering redwood hills
 :: Waterfall Avenue :: lilac road
-
Sauter vers: