AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Merci de privilégier les nombreux scénarios, pré-liens et membres des familles lors de votre inscription ! who let the dogs out ? - Page 2 3189630431
N'hésitez pas à interpréter un membre de la Rose (préliens) ! who let the dogs out ? - Page 2 3843455399
Le Deal du moment :
Cartes Pokémon EB12.5 Zénith ...
Voir le deal

Partagez

who let the dogs out ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage

-- KIND WORDS COST NOTHING --
Tristan Earnshaw

PERSONNAGE
who let the dogs out ? - Page 2 3t5IjSVX_o

LITTLE TALKS : 9750
PSEUDO : blue, Angie
AVATAR : Finn Cole
CREDITS : fürelise (avatar)
ALTER-EGO : Oscar, Amelia et Joe
ÂGE : 27
QUARTIER : midtown, il habite juste au-dessus d'une boutique, en colocation avec Birdy (#100)
MÉTIER : récemment promu cuisinier dans le restaurant de sa tante à Saint-Albans
COEUR : tout mou
INTERVENTIONS RL : oui
INFOS RP

who let the dogs out ? - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: who let the dogs out ? who let the dogs out ? - Page 2 EmptyMar 4 Oct - 13:52

Se faire des idées pour le pire ? Craindre la moindre maladresse ? S'excuser à tort et à travers ? Oui, c'est tout lui ça, et il vient une nouvelle fois de le prouver ! Parce qu'il finit bien par comprendre, rien qu'au sourire de Jamie, qu'il a encore tout mal-interprété. Gloups. Doit-il à présent s'excuser de sa méprise ? C'est tentant, mais c'est plus tentant de se taire un instant, et de réfléchir avant de rouvrir la bouche. Voilà qui donne l'occasion à son hôte d'en placer une, et l'invité met un temps à assimiler ce qu'il veut dire. Que répondre à ça ? Il se contente d'acquiescer, histoire de ne pas prendre de risques. Il voudrait pourtant se rattraper, et se retrouve donc avec Lucy dans les bras. Ne pas la faire tomber, ne pas la faire tomber. Ne pas la serrer trop fort non plus. Le jeune homme n'a pas tout à fait conscience qu'il lui suffirait de regarder l'enfant pour s'assurer que tout va bien, trop soucieux qu'il est de la responsabilité entre ses bras. Oui, Jamie lui fait confiance avec ce qu'il a de plus précieux (possiblement), et il veut se montrer à la hauteur. Pas facile néanmoins de rester concentré, tout en faisant la conversation... À moins que ça soit tout l'intérêt, de le distraire de ses angoisses ? C'est à Jamie qu'il peut (encore) dire merci pour ça. Alors tu feras plaisir à ta mère. Il a une façon de voir les choses, qui les simplifie, les choses. Se concentrer sur le positif, c'est ce qu'il lui rappelle, et il lâche ainsi prise des pensées négatives au sujet de son père.
- Oui, tu as raison ! Je lui ferais plaisir à elle. Jamie a toujours raison en fait, non ? Ce n'est pas lui qui irait en douter en tout cas. Et voilà qu'il a hâte maintenant de s'essayer lui aussi aux crocus ! S'occuper des plantes, s'intéresser à elles, c'est essentiellement un moment de calme. De relaxation ? Presque. Et Jamie le comprend ça. N'est-ce-pas pour ça qu'ils se sont entendus en premier lieu ? Oui, l'idiot a bien de la chance de s'être lié au garde forestier. Alors pourquoi se tendre autant dès que ce dernier prouve une nouvelle fois sa bonne intuition ? Et pose une question sur un sujet sensible – qui ne devrait probablement pas l'être, si là encore Tristan ne s'en faisait pas toute une montagne. Ce n'est pas comme s'il ne faisait pas confiance au quarantenaire après tout ? C'est une habitude, son premier instinct, et il regrette aussitôt ce mensonge qui s'extirpe de sa bouche. Il n'a donc plus qu'à se rattraper avec la vérité – pas toute la vérité, pas toute l'histoire, mais l'essentiel. Y'a quelqu'un, oui, c'est vrai. Peut-être pas dans sa vie, mais dans son cœur. Et ça aussi ça compte, non ? Ça compte, même s'il tient à ce que la concernée n'en sache rien : c'est la première chose qu'il tient à préciser, et probablement ce pour quoi il est si tendu avec ce secret. Ce n'est qu'après ça, qu'il se risque à une confidence – ces clématites bleues donc. L'espoir amoureux, Tristan acquiesce. Évidemment que Jamie comprend, et c'est toujours rassurant d'avoir son approbation. Mais quelle importance au fond ? Quand il ne compte très certainement pas en faire quelque chose.
- Non, je pense pas. Je crois pas qu'elle prête attention à ces choses-là. À la signification particulière que peuvent avoir ces fleurs. Ou bien c'est lui qui se montre naïf ? Il en reste que...
- Je compte pas les lui offrir de toute façon. Mais pourquoi ? Par peur du rejet ? Parce qu'elle n'est peut-être pas célibataire ? Jamie ne comprend pas, forcément, puisqu'il ne dit pas tout. Il tarde, il hésite. Et son cœur bat un peu plus vite lorsqu'il cherche à connaître l'identité de l'heureuse élue. Et si Jamie la connaissait, oui ?
- ... Je crois pas. Elle... C'est une amie de mes parents. Je veux dire ! Nos parents sont amis, ils font encore des repas ensemble. Elle... elle passait souvent le dimanche à la maison. Ou lui, chez elle. Soit autant d'occasions pour le jeune Earnshaw de tomber sous son charme. Mais n'a-t-il pas suffit d'une seule fois pour ça ? Pour être subjugué par sa façon d'être et sa beauté. Et vingt ans après tout ça, qu'en est-il ?
- C'est mon amie, tu comprends. Et c'est très bien comme ça. Aujourd'hui encore. Voilà donc pourquoi il tait ces sentiments : il craint tant de perdre son amitié autrement, ce dont il se sent déjà si chanceux. Et heureux. Oserait-il seulement prétendre à davantage de chance ? Quand il s'en contente si volontiers. Mais est-ce que Jamie le comprend ça, effectivement ?
- Tu as été ami avec Grace, avant ? Non pas avant qu'il tombe amoureux d'elle, mais avant qu'ils ne forment un couple pour la première fois. Qu'ils n'aient conscience des véritables sentiments de l'autre. Il ose poser cette question, maintenant qu'il est emporté par ce sujet. Ce qu'il n'ose pas par contre, toujours pas, c'est révéler l'identité de cette mystérieuse jeune femme. Craint-il que Jamie n'aille interférer en sa faveur, et révéler son petit (grand) secret à la concernée ? Oui. Est-ce qu'il l'en croit raisonnablement capable ? Non. Mais ce n'est pas aisé, de faire entendre raison à ses angoisses. Néanmoins, avec un soupir, il finit par lui donner la confiance qu'il mérite.
- Elle s'appelle Gabriela. Gabriela Paredes. Et sur ses mots, il vient trouver l'appui de la chaise derrière lui, toujours avec Lucy dans ses bras. Car il a bel et bien fini par la rapatrier auprès de lui, plutôt que de la rendre à son père, et c'est donc aux chocolats qu'il renonce – il préfère encore avoir ses deux bras, pour bien tenir la fillette. Est-ce qu'elle aussi d'ailleurs, saura garder son plus précieux secret ?

_________________
( think a lot but don't say much )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

-- membre qu'on adore --
Jamie Whelan

PERSONNAGE
-- monsters are real, and ghosts are real too. they live inside us, and sometimes, they win.

who let the dogs out ? - Page 2 KTN1JMxM_o

who let the dogs out ? - Page 2 VhOFngMO_o who let the dogs out ? - Page 2 YYcoBNM8_o who let the dogs out ? - Page 2 CO0cMHyB_o who let the dogs out ? - Page 2 L1ymutQT_o who let the dogs out ? - Page 2 67SAmJUc_o

----
LITTLE TALKS : 5058
PSEUDO : Boadicea (Meg')
AVATAR : Colin O'donoghue
CREDITS : blood eagle (av), Sarasvati (code sign modifié), pirateherokillian (gifs), S. King & J. Kerouac (quotes)
ALTER-EGO : Owen the saint ♪
ÂGE : 43
QUARTIER : planqué dans la serre au fond du jardin du #195, Lila Road.
MÉTIER : garde forestier (ancien inspecteur de police).
COEUR : en état de grâce.
INTERVENTIONS RL : oui
INFOS RP

who let the dogs out ? - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: who let the dogs out ? who let the dogs out ? - Page 2 EmptySam 12 Nov - 3:10


who let the dogs out ?
TRISTAN & JAMIE


Le sourire de Jamie ou la frontière entre moquerie et tendresse. C’est tout ce qu’est Jamie à l’égard de Tristan en fin de compte : tendresse et bienveillance. Que ce dernier ne se confonde pas en excuses est une victoire pour son hôte, comme chaque fois qu’il remarque qu’il s’excuse moins auprès de lui. Peut-être qu’un beau jour il viendra chez lui les mains vides, ou qu’il n’attendra pas sa permission pour s’assoir quelque part. Ce jour-là Jamie sera vraiment fier. Ouais, un jour peut-être… Lui ne se gêne pas tant à lui confier sa progéniture, pourquoi serait-il gêné après tout ? Il s'en sort bien et Lucy semble apprécier la délicatesse de son étreinte, le dévisageant de temps en temps de ses grands yeux ronds et curieux. Essaie-t-elle de lui dire qu’elle n’est pas en sucre ou juste fascinée par ce qu’il raconte, ça… Les bébés ont cet effet sur les hommes, de les apaiser, délier leur langue. Ils sont doués pour garder les secrets, aussi, ne jugent pas, posant un regard tendre sur eux et leurs dilemmes. Jamie ne l’a pas oublié, il se surprend souvent à lui parler, parfois tard dans la nuit quand tout le monde dort excepté eux, alors il lui confie ses pensées les plus intimes, des doutes que Tristan ne l'imagine peut-être pas avoir. Il n’a pas calculé qu’elle puisse exercer cette forme de magie sur le jeune homme, qu’elle le pousse à la confidence, mais il se demande s’il y a un peu de ça, à le regarder délier sa langue. Ça le rassure, Jamie, qu’il lui fasse suffisamment confiance pour lui parler de ce genre de choses. Le genre de choses qui en gênerait plus d’un. Pas Jamie. Lui n’a jamais vu le romantisme autrement que comme une grande qualité. Il a beaucoup de respect pour Tristan en cet instant et l’écoute religieusement. C’est qu’il est bien placé pour savoir que l’exercice est difficile, il sait le courage que ce genre d’aveux demande. De son avis, peut-être pas beaucoup moins que pour l’avouer à la personne concernée. Il sait que ça fait peur, tout ça, surtout il aimerait avoir assez de courage pour pousser Tristan à tenter sa chance. Mais la responsabilité est énorme, l’enjeu important. Il s’en voudrait terriblement, Jamie, si la prochaine fois que Tristan lui rendait visite il découvrait un coeur brisé par le rejet. Comme il aimerait avoir réponse à tout, en cet instant, être à la hauteur de l’admiration que le jeune homme lui porte. Avoir toujours raison. Oui, comme ce serait bien…

Les fleurs, c’est si facile en comparaison. Ça semble si dérisoire, aussi, parce qu’il se rappelle que peu de personnes en comprennent le langage, encore moins qu’il y en a pour partager cette passion. « Tu prendrais pas trop de risques, alors. » A les lui offrir, donc. Jamie ne voit pas forcément ça comme une mauvaise chose. Le message est comme la fleur choisie, subtile, pas des plus connus, peut-être que le geste passerait pour une gentille attention s’il se trouvait qu’elle n’en espérait pas plus, point. Mais Tristan ne laisse pas le temps à Jamie de développer sa pensée. Il est catégorique, pour une fois très assuré. Il ne compte pas les lui offrir. « Oh. » Il ne demande pas pour quelle raison, il croit savoir, oui, même à peu près sûr que la raison est universelle. Et puis il a déjà souhaité connaitre l’identité de la mystérieuse femme en question, c’est déjà beaucoup. Il laisse les explications venir à lui, toujours avec la même implication. « Alors vous êtes bien amis. » C’est bien, ça, non ? « C’est pas seulement une amie de tes parents. » Oui, c’est un bon début, s’il a bien compris. Le plus vieux doit bien reconnaître qu’il s’accroche un peu pour tout comprendre. Forcément, ça fait naitre plus de questions. « T'as peur qu’elle ne vienne plus, si tu tentes quelque chose ? » A ces repas le dimanche chez ses parents. Quoi d’autre que ce bon vieux dilemme de prendre le risque de briser une amitié. Tout perdre, contre l’infime chance de tout améliorer. « J’ai du mal à croire qu’elle vienne que pour les voir eux. » Peut-être que c’est Jamie qui est trop romantique, justement, plus optimiste qu’il ne croit l’être et plus naïf que le croit Tristan. Sa question sur lui et Grace le fait sourire. Il ne sait sûrement pas à quel point il vise juste. « Oui, mais c’était au lycée, ça facilitait un peu les choses. » Obligés de se voir tous les jours, même cours parfois. Tout allait plus vite, tout était plus intense, à dix-sept ans. Peu importe combien de bouquets il a offert à Grace, au fond, Jamie n’a pas une grande expérience dans le domaine, malgré les quarante années qu’il traine derrière lui. « C’est peut-être ça qu’il vous faudrait, vous voir en dehors de chez tes parents, partagez une activité, un truc régulier, pour apprendre à mieux vous connaitre. » Alors peut-être ? Ça lui apparait comme une meilleure option, alors qu’il repense au lycée, plus utile que les fleurs. « Tu sais j’aurais jamais crû qu’une fille comme Grace s’intéresserait à moi, certainement pas plus que comme un ami. » Mais il ne le sait sûrement pas, justement. Il ne doit pas savoir que des fleurs, Jamie n’en a pas offert à beaucoup de femmes. Qu'elles se comptent sur les doigts d’une main et de son humble avis c’est très bien comme ça. Qui plus est, la première qu’il a épousée s’était montrée bien plus entreprenante que lui, ça avait presque été de la triche ! Peut-être qu’il devrait lui dire tout ça, au jeune Tristan, pour le décomplexer. C’est qu’il aurait peur de l’embrouiller, semer davantage le trouble dans cette affaire de coeur visiblement compliquée pour lui.

Gabriela. Tristan finit par lui avouer son secret pour de bon. Jamie a même un nom. Il acquiesce, celui-ci lui dit vaguement quelque chose. « Paredes… Je crois bien qu’elles vivent pas loin. » Pour ne pas dire au bout de la rue. Elles, parce qu’il croit également qu’elles sont deux soeurs. Si Jamie connait sa soeur de vue, il ne sait rien de Gabriela outre l'affection que Tristan lui porte, mais Grace, elle, en saura forcément plus. Pas qu’il tenterait quoi que ce soit, il est juste curieux. « T’en fais pas, ton secret est bien gardé. » Safe. Il trouve important de le préciser, connaissant celui qui le lui a confié. « Et toi, huh ? T’irais pas répéter que Tristan est amoureux » Un grand sourire guilleret pour ponctuation finale, alors qu’il se penche vers Lucy qui se met à babiller, mais c’est l’intéressé qu’il vise, quand il laisse tomber tout son poids sur le dossier, lui adressant un regard complice. « En tout cas, tu peux venir faire du baby-sitting ici quand tu veux, si t'as besoin d'un prétexte pour trainer dans le coin. » Même s'il doute qu’il ait besoin d’un prétexte -encore moins bidon- pour revenir, depuis le temps. Le même regard entendu posé sur lui et Lucy, il lui tend son verre. Prends. Ça aussi, c’est safe. Ça ne peut lui faire que du bien, après tous les efforts qu’il vient de faire.  

CODES © LITTLE WOLF.

_________________


. . .the only love can only be the first love, the only death the last, the only life within, and the only word. . . choked forever.


:hert::


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

-- KIND WORDS COST NOTHING --
Tristan Earnshaw

PERSONNAGE
who let the dogs out ? - Page 2 3t5IjSVX_o

LITTLE TALKS : 9750
PSEUDO : blue, Angie
AVATAR : Finn Cole
CREDITS : fürelise (avatar)
ALTER-EGO : Oscar, Amelia et Joe
ÂGE : 27
QUARTIER : midtown, il habite juste au-dessus d'une boutique, en colocation avec Birdy (#100)
MÉTIER : récemment promu cuisinier dans le restaurant de sa tante à Saint-Albans
COEUR : tout mou
INTERVENTIONS RL : oui
INFOS RP

who let the dogs out ? - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: who let the dogs out ? who let the dogs out ? - Page 2 EmptyDim 20 Nov - 21:06

Est-ce que Tristan serait seulement venu, s'il avait su qu'ils viendraient à parler de Gabriela ? À avouer son secret ? Pas sûr. Pourtant, l'instant présent ne semble pas si intenable pour l'angoissé. C'est toujours moins pire que ça aurait pu l'être avec... n'importe qui d'autre. Il préfère même Jamie à sa mère pour ce genre de confidence ? Forcément, c'est un homme, elle une femme. Et s'il préfère tout avouer à un camarade du même sexe, Jamie supplante son père de loin, par sa bienveillance, par la confiance qu'il lui inspire et l'admiration qu'il lui voue. Oui, mais il n'a pas vraiment choisi de volontairement lui en parler, non ? Comme souvent, il s'est laissé entrainé par la conversation, piégé par sa propre maladresse. Et ce qu'il a choisi, c'est seulement de ne pas lui mentir. C'est déjà beaucoup, pour lui, d'en parler. Mais à qui faire confiance avec son plus grand secret, si ce n'est le quarantenaire ? La peur que son secret ne soit pas sauf, reste pourtant dans un coin de sa tête, mais seulement parce qu'il a l'habitude d'angoisser contre tout bon sens. Il le sait, que Jamie n'irait jamais le trahir, hein ? Le jeune Earnshaw ne peut pas raisonnablement l'imaginer en tout cas.
Et quand est-ce qu'il vient, le soulagement d'avoir parlé ? D'avoir confié ce secret qu'il gardait pour lui depuis si longtemps ? Peut-être que ça viendra, une fois qu'il saura ce qui en ressortira. Pour l'heure, il en est rendu à regarder son hôte, à l'écouter. Et si ça ne serait pas trop de risques que d'offrir ces fleurs, ces clématites bleues, messagère d'un espoir amoureux, à celle qui n'est pas familière au langage des fleurs, faut croire que ça reste quand même trop risqué pour un couard tel que lui. Après tout, rien qu'un homme qui offre des fleurs à une femme, peut facilement être interprété comme une déclaration, non ? Et puis pourquoi forcément des fleurs : si Tristan veut lui faire un cadeau en toute innocence, pour son anniversaire ou toute autre chose, il y a bien d'autres alternatives. C'est juste que les fleurs, les plantes, c'est sa passion à lui. Celle qu'il aime partager, notamment avec Jamie. Oh. Il le déçoit, c'est ça ? Et si ce n'est pas encore le cas, il se demande si c'est ce qu'il va finir par faire – car s'il n'est pas bien courageux avec un peu tout et n'importe quoi, il l'est d'autant moins sur un sujet aussi sensible. L'idiot déglutit, fébrile.
- Oui. Ils sont bien amis. Amis depuis l'enfance, sa plus grande chance. Comment pourrait-il seulement (oser) demander plus ?
- Euh... oui. Oh que oui ! Que leur amitié s'en retrouve compromise, que l'embarras fasse qu'ils s'éloignent.
- Et pas que. Qu'elle... qu'elle soit gênée, enfin, de la mettre dans une position embarrassante. Où elle doit... elle doit... l'éconduire ? Oui, c'est l'idée. Jamie arrive à comprendre ce texte à trous au moins ? C'est dur, de dire les choses – même si ce n'est pas à la principale concernée. Et, penaud, il fait le plus délicat des aveux.
- C'est que je... je... je sais pas y faire. Et ? Et quoi ? Elle mérite mieux que ça ? Il ne veut pas risquer d'être ridicule ? Tristan ne précise pas sa pensée, quand il est déjà accablé par ces quelques mots. Plus les années passent, et plus il est honteux par cette vérité. Non pas qu'il soit pressé par les désirs qui lui sont propres, mais pour être dans la normale. Pour l'ingénu, il n'a toujours été question que de ça, il lui semble : rentrer dans le moule, aligner ses désirs sur ceux du plus grand nombre, pour ne plus se faire remarquer. Pour ne plus paraître étrange. Une anomalie.
- Et, et puis, ça serait comme la trahir, un peu. C'est qu'on est amis depuis longtemps maintenant. Et pour Tristan, faut croire que ça implique un pacte tacite, qui garantit la pureté de leur amitié. Mais est-ce que ça se comprend vraiment, ça ? Ou est-ce lui qui s'illustre encore une fois avec ses drôles d'idées ?
- Non, c'est très bien comme ça. Je sais pas pourquoi... Je sais pas pourquoi... il parle de tout ça ? Et pourtant, il continue (on ne l'arrête plus).
- On se voit en dehors de ça en fait, depuis... longtemps. Nos parents se retrouvent encore, mais on est pas toujours là. Et elle a quitté la ville à un moment aussi. Mais elle est revenue. On a gardé contact par, par téléphone, et on se retrouve parfois. Entre, entre amis. Si Jamie ne l'a pas encore compris, ils ne sont qu'amis, oui. Et il l'a déjà dit, qu'ils n'étaient qu'amis en fait ? Tout comme le père de famille avec Grace, au début.
- Est-ce que... t'aurais été malheureux, si t'étais resté seulement ami avec elle ? Il veut savoir, s'il est le seul à se contenter volontiers d'une amitié. À moins qu'il se leurre ? Tristan baisse la tête alors, pensif, lorsqu'il suggère une activité commune, pour passer davantage de temps avec elle : voilà qui serait tentant, non pas pour finir par se déclarer, mais pour se ravir toujours plus de sa compagnie. Car rien n'y fait – il n'arrive pas à envisager de tout lui dire.
- Vraiment ? Il relève la tête, étonné, alors qu'il mentionne ses insécurités passées vis-à-vis de Grace. Non pas qu'il voudrait le mettre en doute, mais il a du mal à y croire en fait. Forcément, qu'est-ce qu'on peut espérer de mieux que Jamie Whelan ? En amour, comme pour le reste.
- Oui, elle et sa sœur, juste... à quelques dizaines de numéros d'ici, qu'elles habitent. Mais il ne va pas au bout de sa phrase. Qu'est-ce qu'il craint au juste ? Jamie le lui affirme, qu'il n'irait rien divulguer – et l'entendre le dire est plus que bienvenu. Il soupire. Comment peut-il seulement penser ça de lui ? Il ne le pense pas. Sa peur est déraisonnable. Et il n'y répond rien, profite que le père amène l'attention sur sa fille, pour se détendre, un peu. Jamie sait toujours y faire pour ça.
- C'est gentil. Mais je, je saurais pas y faire. Baby-sitter. Faut croire que l'idiot prend sa proposition un peu trop au pied de la lettre. Mais la preuve, qu'il ne sait pas y faire : il regarde son hôte d'un air bête, lorsqu'il lui tend ce verre.
- C'est que, je... j'oserais pas la tenir que d'un bras. Non, il veut vraiment être sûr de ne pas faire tomber l'enfant. Alors comment boire son jus de fruits autrement ?

_________________
( think a lot but don't say much )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

-- membre qu'on adore --
Jamie Whelan

PERSONNAGE
-- monsters are real, and ghosts are real too. they live inside us, and sometimes, they win.

who let the dogs out ? - Page 2 KTN1JMxM_o

who let the dogs out ? - Page 2 VhOFngMO_o who let the dogs out ? - Page 2 YYcoBNM8_o who let the dogs out ? - Page 2 CO0cMHyB_o who let the dogs out ? - Page 2 L1ymutQT_o who let the dogs out ? - Page 2 67SAmJUc_o

----
LITTLE TALKS : 5058
PSEUDO : Boadicea (Meg')
AVATAR : Colin O'donoghue
CREDITS : blood eagle (av), Sarasvati (code sign modifié), pirateherokillian (gifs), S. King & J. Kerouac (quotes)
ALTER-EGO : Owen the saint ♪
ÂGE : 43
QUARTIER : planqué dans la serre au fond du jardin du #195, Lila Road.
MÉTIER : garde forestier (ancien inspecteur de police).
COEUR : en état de grâce.
INTERVENTIONS RL : oui
INFOS RP

who let the dogs out ? - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: who let the dogs out ? who let the dogs out ? - Page 2 EmptyMar 20 Déc - 2:37


who let the dogs out ?
TRISTAN & JAMIE


La conversation a pris un tournant inattendu et précieux aux yeux de Jamie qui fait de son mieux, justement parce qu’il n’a pas l’habitude que Tristan se confie sur des choses personnelles, ni qu'il parle autant. Et parce que c’est lui qui l’y a un peu poussé. Il lui a posé la question, Jamie, a voulu en savoir plus sur l’identité de la mystérieuse jeune femme, le cœur battant d’apprendre qu’il y avait justement quelqu’un faisant battre le coeur de son petit protégé de cette façon. Seulement maintenant, il voit ce qu’il a déclenché et n’est pas sûr d’avoir ce qu’il faut pour l’aider. Le mot juste, le bon conseil, de sa propre expérience semblant l’intéresser qu’il juge à la fois pauvre et chanceuse, ni de solution toute faite à son dilemme. Jamie, il écoute religieusement le jeune homme décrire cette amitié à laquelle il insiste, reconnaissant certains mots, certains réflexes qu’il aurait pu lui-même avoir plus jeune. Peut-être les avait-il eus, avec son père par exemple. Il n’a pas le souvenir de s’être déjà livré à lui sur un sujet amoureux. Pas qu’il ne lui fasse pas confiance, l’homme a toujours été plutôt rustre, plus pudique que lui. Peut-être aussi que ça n’avait tout bonnement pas été nécessaire quand père et fils communiquent en silences, qu'un seul regard suffisait à voir le désarrois dans lequel l’absence de Grace avait plongé Jamie par le passé. Il aimerait bien qu’un seul regard posé sur Tristan suffise à lui redonner confiance, un peu de baume au cœur au moins, mais il craint fort que même le plus beau, le plus grand, le plus incarné des discours ne suffise pas.

Oui. Gabriela et lui sont amis. Jamie a bien enregistré. Et oui. Il a peur de mettre à mal cette amitié. Jamie intègre également cette information. Il ne s’attend pas à ce que Tristan élabore, mais soudainement, il a l’impression de s’entendre. « Je vois. » Éconduire. C’est celui-là, le mot qu’il cherche. Un mot qu’il ne connaîtrait peut-être même pas sans l'aide de Grace au lycée. Sa botte secrète, sa bonne étoile, qui hélas ne sera pas d’une grande utilité à Tristan. Il n’est plus au lycée. Je ne sais pas y faire. Ça le peine de le voir dans cet état. Il sait ce que ces mots cachent. « Je crois que personne sait vraiment y faire. C’est le truc le plus difficile au monde, si tu veux mon avis. » S’exposer de cette façon. Ouvrir son cœur à quelqu’un. Quelqu’un qui peut ne pas en vouloir. Il n’a même pas l’idée d’intégrer les dragueurs du dimanche à l’équation. Jamie ne voit en eux aucun courage qui pourrait faire rougir Tristan. « C’est comme sauter dans le vide. Y'a pas trente-six solutions, faut sauter. Mais y’a que toi qui peut savoir si ça vaut le coup. » Là-dedans. Au fond des tripes. C’est en direction de son ventre que son index a pointé un instant sans qu’il ne s’en rende compte. « Ça arrive que les amitiés évoluent en quelque chose de plus. » De son point de vue, ça n’aurait rien de très étonnant, ni illogique, rien d’une trahison ça pour sûr. Tristan a beau lui assurer que c’est très bien comme ça, ça ne prend pas. « Parce que t’en as besoin. » Il espère au moins ne pas se planter là-dessus. Merde, ouais, il espère bien que s’il lui dit tout ça, c’est parce qu’il est une bonne oreille à laquelle parler. Il s’en voudrait drôlement du contraire. « Moi, après tout ce que tu m’as dit, je veux croire que si elle ne partage pas tes sentiments votre amitié est assez solide pour que ça ne l’entache pas, mais y’a qu’un moyen de le savoir et je comprends que tu sois pas prêt à prendre le risque. » Parce que loin de lui la volonté de lui mettre la pression. C’est probablement ce qu’il espère dire un jour à ses enfants, d’aller à leur rythme, se faire confiance. Avec Tristan, tout est plus compliqué. Il l’a déjà vu se dévaloriser et quelque chose en lui lui dit que le mal est fait et que c’est foutrement injuste que la sensibilité soit si mal vue, que le monde en aurait grand besoin, que tout irait beaucoup mieux si l’humanité avait autant d’égard pour ses paires que n’en a Tristan pour Gabriela. Ouais, c’est foutrement injuste et Jamie se console avec le débit de parole du jeune homme, convaincu qu’il n’a jamais autant entendu le son de sa voix qu’aujourd’hui. C’est forcément une bonne chose, non ? Et quand il parle, tout penaud qu’il est, il ne fait pas semblant ! Jamie écarquille les yeux, soufflé par la question qu’il lui pose. La question à un million de dollars. « Bonne question… » Laisse-moi réfléchir. Son histoire avec Grace n’est pas une histoire linéaire. C’est une histoire dans laquelle on se perd pour mieux se retrouver. Et Dieu sait s’il a aimé s’y perdre, Jamie… Des mots trop lyriques, que sa pudeur l’empêché de penser à voix haute. « Je pense. En fait on a essayé plusieurs fois… d’être amis… Ça nous a pas franchement réussi. » Ça non. Un adultère, un divorce et un veuvage plus tard, ils en sont là. « Hm hm. » Mettre Grace sur un piédestal ? Brosser le portrait du garçon timide, invisible qu’il a été ? Ça, aucun problème. « J’étais plutôt l’oublié du fond de la classe et Grace était… Grace. Présidente des élèves et tout le tralala. Elle avait un an d’avance sur moi et elle donnait des cours de soutien, c’est comme ça qu’on est devenu amis, puis que… » Enfin bon, il a compris. La parlote visiblement contagieuse, Jamie se laisse aller à son tour devant l’étonnement de Tristan qui l’amuse. C’est rare que sa nature profonde surprenne. « Hey, regarde, même après tout ce temps, je l’ai toujours pas demandée en mariage ! » Il le croit, maintenant ? Est-ce qu’il se rend compte, un peu ? Alors même qu’il lui a fait un enfant, Lucy, qui est juste là. Si ce n’est pas cocasse ! Jamie en ajoute une couche bien volontiers, si ça peut le faire se sentir mieux.

Les soeurs Paredes vivent juste en bas de la rue, donc, il pense avoir saisi, hochant la tête. Et maintenant ? Jamie n’oserait certainement pas sonner chez elles, là-dessus il peut rassurer l'amoureux une nouvelle fois et il peut compter sur Lucy pour l’aider, même quand Tristan doute à nouveau de ses capacités. Mince. Il n’aurait pas dû parler de baby-sitting. « Elle t’aime bien, en tout cas. » C’est vrai, alors qu’il lui enlève l’enfant des bras pour qu’il puisse boire tranquillement et qu’elle ne tourne même pas la tête vers son père, ses grands yeux tout ronds toujours posés sur le jeune homme. C'est seulement quand des couinements de chien se font entendre qu'ils se détournent, distraits. Ce ne sont pas ceux de Lady, ni de Nebraska, alors... La terreur ! Jamie l'a presque oubliée.

CODES © LITTLE WOLF.

_________________


. . .the only love can only be the first love, the only death the last, the only life within, and the only word. . . choked forever.


:hert::


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

-- KIND WORDS COST NOTHING --
Tristan Earnshaw

PERSONNAGE
who let the dogs out ? - Page 2 3t5IjSVX_o

LITTLE TALKS : 9750
PSEUDO : blue, Angie
AVATAR : Finn Cole
CREDITS : fürelise (avatar)
ALTER-EGO : Oscar, Amelia et Joe
ÂGE : 27
QUARTIER : midtown, il habite juste au-dessus d'une boutique, en colocation avec Birdy (#100)
MÉTIER : récemment promu cuisinier dans le restaurant de sa tante à Saint-Albans
COEUR : tout mou
INTERVENTIONS RL : oui
INFOS RP

who let the dogs out ? - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: who let the dogs out ? who let the dogs out ? - Page 2 EmptyMer 18 Jan - 12:57

Tristan peut-il vraiment le croire ? Que sur ce coup-là, il ne se distingue pas par sa lâcheté, quand ils sont nombreux à ne pas savoir y faire. Et donc, à ne rien faire. Ce n'est pas seulement pour le réconforter que Jamie dit ça ? Sauter dans le vide. C'est facile de croire en cette comparaison, et pas uniquement parce que c'est lui qui le dit : dans les deux cas, ça lui semble plus que terrifiant. Est-ce que ça vaudrait le coup de prendre ce risque-là ? De perdre celle pour qui il se languit en silence... Non. La réponse lui vient spontanément – il ne peut pas la perdre. Rien d'étonnant donc, à ce que l'angoissé puisse vouloir la jouer safe. Et si ça peut arriver que des amitiés évoluent en quelque chose d'autre, de plus, lui ne le saura pas, car même s'il en a besoin, peut-être, il préfère réprimer tout ça au fond de lui, ne pas y songer. Se concentrer seulement sur la chance de l'avoir d'ores et déjà présente dans sa vie. Gabriela. Jamie dit comprendre. C'est déjà ça ? Jamie qui, lui, a su y faire évidemment, puisqu'il est en couple avec Grace – sa Gabriela à lui. Le jeune Earnshaw n'ose imaginer ce qu'il en sera pour lui d'ici à ce qu'il ait l'âge du garde forestier... qui finalement, le fait douter. Je pense. Il le pense oui, qu'il aurait été malheureux de ne rester qu'amie avec la femme de son cœur. C'est lui qui lui a posé cette question, il ne peut s'en prendre qu'à lui-même. Parce qu'il espérait peut-être l'entendre répondre que n'importe quelle relation lui aurait suffit, tant qu'il s'agissait de garder un lien avec Grace ? Peut-être. Histoire de se sentir moins seul. C'est qu'il est le premier à qui il parle de tout ça, alors c'est son ressenti qui devient la norme pour Tristan. Enfin non, en fait. Il est plutôt le second, quand il y a cette femme qui a tout su bien avant lui. Reagan. Reagan Dewar. Cette intruse qui a tout appris par la force des choses, et en qui il a bien moins confiance pour garder son secret – il lui verse même de l'argent tous les mois, pour être à peu près sûr qu'elle ne dira rien. Peut-être que... peut-être qu'il pourrait aussi en parler à Jamie, de tout ça ? Tant qu'il en est dans les confidences. Et puis, il saurait sûrement quoi faire pour le sortir de cette situation-là ? C'est que le Earnshaw est connu pour être économe, avoir de l'épargne, mais là, ça commence quand même à taper dans ses finances. Il hésite un instant... et n'en dit finalement rien. Il préfère ne plus penser à ses problèmes, et se concentrer sur son hôte, pour mieux l'imaginer adolescent. Vraiment ? L'oublié du fond de la classe. Tristan affiche toujours sa surprise, mais s'il le dit, il ne peut pas le mettre en doute plus longtemps ! Et puis, maintenant qu'il le mentionne, c'est vrai qu'ils ne sont pas mari et femme.
- Oh. C'est pour ça que tu lui demandes pas ? Parce que... il n'ose pas ? L'invité ne se risque pas à aller au bout de sa supposition, de peur de faire erreur. Puisqu'après tout, ils habitent ensemble, ils ont eu Lucy ensemble... alors ça serait la suite logique des choses ? Mais qu'est-ce qu'il en sait, lui qui est vierge d'expériences en la matière. Et y'a pas que pour ça, qu'il ne sait pas y faire : pas sûr que Jamie puisse compter sur lui pour du baby-sitting. Enfin... sauf s'il insiste. Ou qu'il parvient à lui faire prendre confiance en lui ? Alors qu'il affirme que l'enfant l'aime bien. Tu crois ? Tristan regarde Lucy, qui le regarde aussi. Elle est de retour dans les bras de son papa, mais lui n'en profite toujours pas pour boire son jus de fruits. Peut-être que... Peut-être.
- Elle est... calme. Drôle de compliment, mais qui veut tout dire dans la bouche de l'ingénu : lui aussi l'aime bien. Et ce n'est seulement après ça, qu'il porte enfin son verre à ses lèvres. Se laisserait-il aussi tenté par un petit chocolat ? Non, il se reprend – c'est pour le maître des lieux qu'il les a amené. Et malgré lui, ce n'est pas uniquement ça, qu'il a ramené sous son toit : le roquet se fait à nouveau entendre, non pas en aboyant, mais en couinant. De quoi lui faire de la peine... Son regard va de Jamie à la direction de ces couinements, penaud. Que peut-il y faire ?
- Tu crois que... qu'il serait plus sage maintenant ? À croire qu'il serait en train de suggérer de lui ouvrir toutes les portes de sa maison... Mais le quarantenaire est chez lui, il ne voudrait pas faire ce choix à sa place. Par contre, angoissé qu'il est, il pense finalement à tout autre chose.
- Si tu ne retrouves pas... Si tu dois l'emmener au refuge, tu leur diras pas que... qu'il a failli le mordre ? Oui, c'est bien ça. Il craint les conséquences que ça pourrait avoir pour le chien autrement !

_________________
( think a lot but don't say much )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé
-- --

PERSONNAGE
INFOS RP

who let the dogs out ? - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: who let the dogs out ? who let the dogs out ? - Page 2 Empty

Revenir en haut Aller en bas

who let the dogs out ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
REDWOOD HILLS :: 
you're entering redwood hills
 :: Waterfall Avenue :: lilac road
-
Sauter vers: