AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Merci de privilégier les nombreux scénarios, pré-liens et membres des familles lors de votre inscription ! Precious time (Eilin) - Page 2 3189630431
N'hésitez pas à interpréter un membre de la Rose (préliens) ! Precious time (Eilin) - Page 2 3843455399
Le Deal du moment : -33%
Pokémon Diamant Etincelant ou Perle ...
Voir le deal
29.99 €

Partagez

Precious time (Eilin)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage

-- Soul sister --
Charlene Cartwright

PERSONNAGE
LITTLE TALKS : 2056
PSEUDO : Red (Audrey)
AVATAR : Lou de laâge
CREDITS : ava : fassylovergallery, bannière profil : ethereal, icon sign : hoodwink
ALTER-EGO : Arch, David, Tom, Raf, Griffin, Willy et Reid
ÂGE : 33
QUARTIER : 115, Farming Area.
MÉTIER : Étudiante en Management à l'Université de Burlington et serveuse dans un restaurant (Savouring Heights) à Saint-Albans.
COEUR : Love is a battlefield
INTERVENTIONS RL : oui
INFOS RP

Precious time (Eilin) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Precious time (Eilin) Precious time (Eilin) - Page 2 EmptyMer 23 Nov - 3:28

La réponse spontanée d’Eilin avait de quoi surprendre, quoi que je me gardais bien de poser un jugement quelconque sur cette sphère si intime qu’était la famille. Ce n’était encore que sur la pointe des pieds que j’en venais à me considérer partie intégrante de la sienne, quels que soient les discours sincères que mon compagnon pouvait tenir à cet égard. Il y avait d’ailleurs beaucoup de pudeur entre nous à ce sujet. Des doutes, non, mais des bagages respectifs desquels nous ne pouvions – ne voulions pas – nous défaire. Lorsqu’il m’était arrivé d’y penser, c’était bien plus la présence inéluctable de Lucy dans nos vies qui avaient pu me donner quelques angoisses. À présent, je prenais la mesure de tout ce que j’ignorais à propos de cette autre famille, celle du sang. Le récit que me faisait ma belle-sœur me laissait songeuse en imaginant cette division au sein du couple parental. N’était-ce pas de cette même division dont souffrait Julian auprès de sa fratrie ? Incompris me semblait-il avoir été, même s’il ne prononcerait pas lui-même ce mot tout haut. « Vous avez dû en apprendre pour toute une vie. » Commentais-je néanmoins avec un sourire. Vivre en nomade, ou toute autre boutade que Julian pouvait sortir à cet égard, cela donnait une longueur d’avance sur l’apprentissage de la vie. Quoi qu’il pouvait en découler, également, d’autres manquements au niveau des expériences sociales que faisaient la plupart des jeunes qui fréquentaient un même établissement scolaire sur le long terme par exemple. « Aurais-tu aimé que ta fille connaisse un peu de cette vie-là ? » La question était simple, tout simplement spontanée, quoi qu’il était indéniable que je cherchais surtout à savoir si cela manquait à Eilin elle-même. Comme elle l’avait si bien dit, on ne pouvait pas vouloir la même chose toute sa vie. Ou plutôt, certains le pouvaient, mais l’être humain avait cette fabuleuse faculté de n’être jamais pleinement satisfait de ce qu’il avait, pensais-je avec un sourire plein d’autodérision.

Ma propre famille avait son lot de vieilles histoires. D’autres, qui n’appartenaient pas encore tout à fait au passé. Même si je n’avais rien à cacher, je me gardais bien d’aborder cela de front avec la jeune femme. Les gens avaient tendance à se sentir mal à l’aise en apprenant que cette femme ayant fait les manchettes ces mois passés, Maureen Cartwright, n’était nulle autre que ma part. Je ne pouvais les en blâmer. Que dire exactement face à ce genre de malheur ? Et puis, d’autres encore, se méfiaient tout simplement, sans raison particulière. Sans doute en raison de certaines rumeurs circulant autour de cette disparition tragique. « Plus ou moins, je suis partie à l’aventure une fois. Pas tout à fait dans le même genre, mais ça se ressentait un peu comme ça. » La promesse d’une belle, grande et toute nouvelle vie. La possibilité de recommencer qui n’était pas donnée à tous. « J’avais au début de la vingtaine et l’occasion de faire un stage de plusieurs mois en France. Du ballet. Et puis… Tout le monde m’a trop manqué, je ne me suis plus sentie tout à fait moi-même. » Mon frère jumeau, surtout, était celui dont la présence s’était avérée incontournable. Difficile de vraiment expliquer ce qui s’était passé en moi à ce moment, la suite n’ayant pas été beaucoup plus simple. « Quand je suis revenue, je n’étais plus certaine d’avoir ma place non plus. C’est bête ! Alors je suis entrée dans l’armée, ça a duré quelques années. » Entre ici et ailleurs. Je réalisais que malgré les différences, je pouvais comprendre ce déchirement qui avait touché leur famille pour l’avoir vécu en moi-même, d’une certaine façon. « Dis donc ! À ce rythme, on va tout savoir l’une de l’autre ! » M’exclamais-je en riant. Il était facile de parler avec Eilin, ce qui s’avérait plus que rassurant. Ce qui me donnait la confiance nécessaire pour rebondir sur le sujet de cette relation passée. Eilin semblait le prendre avec philosophie et j’acquiesçais. « Tu as raison, il faut parfois se donner le droit d’être heureux autrement. » N’avions-nous pas échangé ces paroles avec Julian, pour sceller un accord tacite entre nous de mettre de côté nos culpabilités respectives à l’idée de se lancer dans une nouvelle histoire sur les cendres d’une précédente ?

_________________
the best right
in a million wrongs
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

-- membre qu'on adore --
Eilin Chapman

PERSONNAGE
LITTLE TALKS : 1363
PSEUDO : caro, linoa
AVATAR : astrid bergès-frisbey
CREDITS : mrs chaplin (av) sial (sign)
ALTER-EGO : toute la joyeuse bande, Judson/Robin/Grace/Danny/Edwin/Levi
ÂGE : 32
MÉTIER : propriétaire de l'auberge de la ville
COEUR : fait de guimauve
INTERVENTIONS RL : Oui
INFOS RP

Precious time (Eilin) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Precious time (Eilin) Precious time (Eilin) - Page 2 EmptyDim 4 Déc - 15:11


precious time
Charlene & Eilin


La question de Charlene ne manqua pas de surprendre Eilin. Une question certes très simple en apparence mais ô combien complexe, en réalité. Personne ne pouvait réellement comprendre leur existence passée, une existence haute en couleur et pleine de rebondissements, et quiconque affirmait l’inverse mentait. On ne comprenait pas l’enfance des Chapman, pour la simple et bonne raison qu’eux-mêmes n’en saisissaient pas toutes les nuances, toutes les singularités. Il fallait l’avoir vécu pour le comprendre, et encore. Ainsi, quand Charlene voulut savoir si Eilin aurait aimé que sa fille connaisse cette vie, elle ne répondit pas immédiatement. Les mots ne lui vinrent pas spontanément, pour une fois. « Et bien… » hésita-t-elle, songeuse, prise de court. « Je ne crois pas. Pas entièrement » voilà qui était un bon début. « Certaines choses me manquent, et j’aurais voulu qu’Ana le découvre un peu, mais… d’autres, non. Ce passé est révolu, après tout, qu’on le veuille ou non. La vie que nous menons actuellement, elle et moi, suffit largement, je pense » elles habitaient une jolie ferme à la sortie de la ville, dans laquelle elles pouvaient vivre de nombreuses et trépidantes aventures. Dans un cadre beaucoup plus stable et sain que celui qu’avait connu Eilin autrefois. Et cette idée la rassurait beaucoup. C’était tout ce qu’avait besoin de savoir Charlene, elle ne rentrerait pas dans les détails, Eilin tenait à son intimité. A conserver ce jardin secret. Elle n’avait guère l’habitude de s’étendre sur le sujet, car qui cela intéresserait ?  

« Et toi ? A quoi elle ressemble, ta famille ? » parce qu’elles parlaient des Chapman depuis tout à l’heure, mais Eilin ne pouvait empêcher la curiosité de poindre, espérant en apprendre plus sur Charlene – ce que cette dernière souhaiterait lui communiquer, en tout cas. Eilin n’était pas très exigeante, elle se contenterait du minimum, mais elle voulait tout de même en apprendre plus sur celle qui avait su capturer le cœur de son frère. Elle ne doutait pas qu’elle était à la hauteur – Julian le méritait, après tout – mais elle voulait en découvrir plus. Elle parla d’un stage en France, du ballet, et le regard d’Eilin s’éclaira. « Oh, j’aime beaucoup la danse ! » ce qui n’avait rien d’étonnant en réalité, puisqu’Eilin aimait absolument tout, particulièrement le patinage artistique. Elle trouvait ça si beau, si gracieux. « Je vois. La famille, on ne peut jamais s’en tenir vraiment très loin… » malgré tout, les Chapman avaient longtemps été éclatés aux quatre vents, jusqu’à ce que Redwood Hills permettre de les réunir une bonne fois pour toutes. Parfois, Lili se demandait combien de temps cela durerait, avant que l’un d’eux ne décide de mettre les voiles pour poursuivre sa vie ailleurs, loin des siens. Ce temps n’était pas encore arrivé, fort heureusement. « Et ça ne te manque pas ? » d’avoir quitté l’armée, elle voulait dire. C’était une bien curieuse trajectoire de vie, passer de la danse à l’armée, songea-t-elle, et en même temps, qui était-elle pour juger ? Eilin savait pertinemment que tout le monde faisait de son mieux pour survivre dans ce monde de fous. Si Charlene était partie, c’était pour une bonne raison. « Oh, ça ne me dérange pas » assura-t-elle devant la remarque de Charlene. Elle espérait bien tout connaître de la jeune femme, pas seulement pour Julian, mais aussi pour s’en faire une alliée. Eilin n’avait jamais assez d’amis, elle craignait toujours un peu la solitude, si bien qu’elle aimait beaucoup être entourée. Et savoir qu’elle pourrait faire confiance à la compagne de son frère la soulageait beaucoup. « Tant qu’on arrive à l’être » conclut-elle en opinant de la tête. Eilin était heureuse de son quotidien, elle s’efforçait en tout cas de l’être. De ne pas se plaindre, de se satisfaire de mille petits riens.    


_________________

--- L'étincelle
dans son regard est intacte, mais elle a comme un faux contact dans le sourire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

-- Soul sister --
Charlene Cartwright

PERSONNAGE
LITTLE TALKS : 2056
PSEUDO : Red (Audrey)
AVATAR : Lou de laâge
CREDITS : ava : fassylovergallery, bannière profil : ethereal, icon sign : hoodwink
ALTER-EGO : Arch, David, Tom, Raf, Griffin, Willy et Reid
ÂGE : 33
QUARTIER : 115, Farming Area.
MÉTIER : Étudiante en Management à l'Université de Burlington et serveuse dans un restaurant (Savouring Heights) à Saint-Albans.
COEUR : Love is a battlefield
INTERVENTIONS RL : oui
INFOS RP

Precious time (Eilin) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Precious time (Eilin) Precious time (Eilin) - Page 2 EmptyMer 4 Jan - 21:33

Aussitôt avais-je osé poser une question aussi personnelle à Eilin que je le regrettais. Même si notre échange était d’une fluidité surprenante et qu’elle ne semblait dérangée par rien, c’était sans doute assez ambitieux de la pousser à réfléchir à quelque chose d’aussi intime. Puis à en parler. Je me réfugiais derrière un sourire gêné en détournant le regard. Mais Eilin décidait de jouer le jeu et de répondre sincèrement. Du moins, c’était l’impression que j’en avais, non seulement parce que sa réponse était négative, mais également parce qu’elle donnait l’impression de toujours l’être, sincère. Candide, aussi. J’avais reporté toute mon attention sur elle. Sincère, oui, mais abstraite cette fois. Je décidais cette fois de ne pas insister, acquiesçant seulement d’un signe de la tête bienveillant. « Je suis sûre qu’elle est choyée. » Eilin dégageait ce même engagement que Julian avait, comme père. Ils ne semblaient pas faire les choses à moitié et ils étaient vraiment présents pour leur enfant. Même si Julian en doutait parfois, ce que je pouvais comprendre, vu la distance entre lui et Noah. J’étais passée par là, moi aussi, avec mes années passées dans l’armée. Pendant quelques secondes, l’impression d’avoir outrepassé les limites demeurait, mais la nouvelle question d’Eilin me rassurait un peu. Moins par envie de répondre moi-même à ce genre de question que parce que c’était légitime de lui rendre la pareille. « J’ai un frère jumeau, Benny, et un grand frère, Daniel. » Commençais-je alors, c’était le plus facile, ce qui donnait à tout coup le sourire. « Ma mère… » Ma voix se cassait malgré moi, par pudeur, parce que ce n’était jamais simple. « Maureen Cartwright ? » Je sondais son regard quelques instants, déjà pour savoir si ce nom lui évoquait quelque chose ou si Julian avait pu lui en parler déjà.

Certaines choses nécessitaient que l’on cesse de trop y penser, ou alors, de les enfouir trop profondément. Dans ma famille, nous avions fait de ce sujet quelque chose de tabou, et je songeais depuis peu que ce n’était pas honorer sa mémoire que de faire de la tragédie qui avait frappé notre famille, un vilain secret. « Ma mère est disparue quand j’avais quinze ans et il y a un peu moins d’un an, ils l’ont retrouvée, malheureusement décédée. » En revanche, nul besoin de parler de toutes les théories du complot qui avaient entouré et entouraient toujours l’affaire. « C’est… Disons que ça secoue les fondations d’une famille, mais on est toujours là. Tout le monde à Redwood Hills ou environs. Mon père tient une brasserie à St-Albans, sa fierté ! Un peu la fierté de nos racines irlandaises aussi, j’imagine. » Et sans aucun doute, aussi, un peu l’échappatoire des premières années. À présent, ce dernier avait bien refait sa vie. Je n’étais pas aussi dure à son égard que pouvait l’être Benny, par exemple. Je clignais des yeux, réalisant que j’en avais déjà confié énormément à la jeune femme. Trop ? Elle ne semblait pas trop décontenancée. Et moi, j’avais l’impression de me dévoiler telle que je l’étais vraiment. Une première étape réussie pour cette famille à laquelle j’aspirais appartenir, au moins de loin. « Pas vraiment. Je crois que… J’éprouvais un constant besoin de m’éloigner, de chercher ailleurs, et aujourd’hui, ça s’est apaisé. Toutes les méthodes que j’ai pu utiliser ces années-là, ça me parait presque étranger. » Et puis, cette discipline, je l’investissais aujourd’hui dans mes études. J’observais la jeune femme quelques secondes, cherchant à répertorier ces traits communs avec Julian, visage aimé. « J’ai eu peur de ne pas être acceptée. Après Lucy. » Confiais-je alors, le plus simplement du monde. Lucy avait été sa femme, la mère de Noah. Et elle l’était encore lorsque nous avions commencé à nous côtoyer. Cela aurait bien pu faciliter des jugements de la part du reste de la famille Chapman.

_________________
the best right
in a million wrongs
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

-- membre qu'on adore --
Eilin Chapman

PERSONNAGE
LITTLE TALKS : 1363
PSEUDO : caro, linoa
AVATAR : astrid bergès-frisbey
CREDITS : mrs chaplin (av) sial (sign)
ALTER-EGO : toute la joyeuse bande, Judson/Robin/Grace/Danny/Edwin/Levi
ÂGE : 32
MÉTIER : propriétaire de l'auberge de la ville
COEUR : fait de guimauve
INTERVENTIONS RL : Oui
INFOS RP

Precious time (Eilin) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Precious time (Eilin) Precious time (Eilin) - Page 2 EmptyJeu 26 Jan - 18:31


precious time
Charlene & Eilin


Ana semblait heureuse, oui, et Charlene avait raison ; elle était choyée. Eilin redoutait un peu le moment où sa fille entrerait définitivement dans l’adolescence et chercherait à s’émanciper, elle redoutait tant qu’elle ne s’éloigne ou pire, juge la présence de sa mère embarrassante ! Une telle chose ne devrait pas arriver, elle essayait de s’en convaincre, car mère et fille se ressemblaient beaucoup, elles étaient infiniment liées, mais… mais quand même. On n’était jamais à l’abri. Ana était sa fille unique, son trésor, et son amour pour elle dépassait les limites du tangible. Songeuse, elle se perdit un instant dans ses pensées, avant de toucher terre et retourner la question à Charlene, sincèrement curieuse d’en apprendre davantage sur sa famille. Car qui sait ? Les Chapman et les Cartwright seraient peut-être liés, un jour ou l’autre. Ils l’étaient déjà. « Un frère jumeau ! J’aurais adoré en avoir un, moi aussi. Quand j’étais petite, j’aimais bien imaginer que j’avais une sœur jumelle qui m’accompagnait partout, ce n’était pas seulement une amie imaginaire, c’était… c’était ma meilleure amie » admit-elle, rêveuse. Des amis, elle en avait eu au cours de sa vie, mais comme ils ne restaient jamais au même endroit, elle les perdait forcément de vue. Sa sœur jumelle imaginaire, sa meilleure amie, elle restait constamment à ses côtés. Dans ce monde où rien n’était sûr, et surtout pas les amitiés que l’on se créait, c’était réconfortant de grandir avec cette pensée. Elle arqua un sourcil quand Charlene mentionna le nom de sa mère, mais ça ne parut pas faire tilt dans sa mémoire de poisson rouge. Si elle avait entendu ce nom par le passé, elle ne s’en souvenait plus aujourd’hui.

« Oh… je suis tellement désolée, je ne savais pas » son regard brilla d’émotion. Elle n’avait pas eu le malheur de voir ses parents disparaître si jeune, elle ne pouvait comprendre ce sentiment, elle ne pouvait que l’imaginer. Et comme Eilin possédait une imagination débordante, elle y parvenait plutôt bien. En revanche, elle savait ce que ça faisait, de ressentir le manque. Enfant, elle cherchait désespérément à attirer l’attention de ses parents, à se montrer parfaite et sage, simplement pour s’assurer de leur amour. C’était un travail à temps complet. Elle rit ensuite devant la remarque de son interlocutrice. « C’est intéressant ! Tu me donneras l’adresse, j’adorerais y faire un petit tour » ce qui n’aurait pas grand intérêt car Eilin n’aurait rien à y faire là-bas, mais qu’importe – tout ce qui lui permettait de faire connaissance avec sa potentielle belle-famille était bon à prendre. Et Eilin était curieuse par nature, peut-être un peu trop, de manière souvent maladroite. Elle opina de la tête, partageant sa conception des choses, avant de réfléchir de nouveau. « C’est vrai que ça n’a pas été facile, avec Lucy… » elle n’avait jamais trop connu son ancienne belle-sœur, elles ne s’étaient jamais comprises. Eilin ne lui en tenait pas rigueur, elle savait ce que cela faisait, de se battre contre ses propres démons, et à cette époque, elle habitait déjà dans le Colorado, elle avait déjà Derek dans sa vie, et elle croyait que cela lui suffisait. Eilin s’était éloignée des Chapman parce qu’elle avait Derek et c’était tout ce qui comptait. Elle refusait de comparer Charlene à Lucy, de dire du mal de l’une à l’autre. « Ce qui compte, c’est aujourd’hui, pas le passé. Et Julian… je crois qu’il est sincèrement heureux, avec toi » assura-t-elle. Son cœur se serra un peu, toujours cette crainte vieille comme le monde que Julian la délaisse, l’abandonne au profit de cette fille qui semblait formidable, mais bien sûr, elle ne dirait rien. C’était son problème, pas celui de Charlene.  


_________________

--- L'étincelle
dans son regard est intacte, mais elle a comme un faux contact dans le sourire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

Contenu sponsorisé
-- --

PERSONNAGE
INFOS RP

Precious time (Eilin) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Precious time (Eilin) Precious time (Eilin) - Page 2 Empty

Revenir en haut Aller en bas

Precious time (Eilin)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Sujets similaires

-
» Would you like an adventure now ? (Eilin)
» ’Cause we've no time for getting old | Brooke
» On regrettera plus tard | Eilin
» Entre mes mains le bonheur se faufile | Eilin
» Go your own way + Judd + Robin + Grace + Danny + Eilin + Edwin + Levi

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
REDWOOD HILLS :: 
you're entering redwood hills
 :: Waterfall Avenue :: lilac road
-
Sauter vers: