AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Merci de privilégier les nombreux scénarios, pré-liens et membres des familles lors de votre inscription ! Blasphemous rumours (Lena) 3189630431
N'hésitez pas à interpréter un membre de la Rose (préliens) ! Blasphemous rumours (Lena) 3843455399
-25%
Le deal à ne pas rater :
PC portable GIGABYTE AERO 16 15.6” Ultra HD 120Hz RAM 16 Go
1499 € 1999 €
Voir le deal

Partagez

Blasphemous rumours (Lena)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

-- membre qu'on adore --
Paul Gordon

PERSONNAGE
LITTLE TALKS : 57
PSEUDO : Polymnie
AVATAR : Colin Morgan
CREDITS : Shiranui
ALTER-EGO : Faith, Caly, Julian
ÂGE : 35
QUARTIER : Willow Street (#067) appartement 1
MÉTIER : Sergent-détective
COEUR : Patient
INTERVENTIONS RL : Oui
INFOS RP

Blasphemous rumours (Lena) Empty
MessageSujet: Blasphemous rumours (Lena) Blasphemous rumours (Lena) EmptyDim 20 Nov - 19:23

On a beaucoup moins de voisins dans une ville que dans un village, c’est connu. Or, pas besoin d’ennemis quand on a des voisins. Une vérité que Paul avait pu éprouver à maintes occasions depuis qu’il travaillait pour le commissariat de Redwood Hills – si ce n’est bien avant. Lui, l’enfant du pays, n’aurait pourtant pas eu la prétention de connaître chacun des habitants de ce village. La faute, sans aucun doute, à sa timidité – que d’aucuns diraient maladive. Aussi, il était chaque fois surpris de constater combien certains de ses concitoyens étaient bien informés quant aux activités – souvent jugées suspectes ! – de ceux dont la pelouse jouxtait la leur… pour le meilleur ou pour le pire. Untel ne respectait pas les restrictions d’eau en plein cœur de la canicule. Un autre ne tenait pas son chien en laisse. Que dire de celui-là qui n’entendait pas contenir la hauteur de sa haie – de deux centimètres supérieure à la norme, après contrôle par un huissier de justice ? Les appels pleuvaient, le plus souvent pour des broutilles – de quoi le pousser quelques fois à douter sérieusement de la valeur de l’écusson qu’il arborait sur sa poitrine. Ce climat, proprement délétère, se trouvait fatalement exacerbé par les intrigues – dignes d’un polar suédois ! – qui secouaient régulièrement cette bourgade, en apparence tranquille. De quoi justifier sa présence, ce jour-là, à hauteur du numéro cent de Waterfall Avenue – reconnaissable à son architecture ancienne et assez rurale.  

Le temps de couper le contact, le détective s’extrait finalement dans sa Ford à l’allure défraichie. Le claquement de la portière lui semble raisonner longtemps dans cette rue déjà déserte alors que le soleil décline à l’horizon. A la lueur des réverbères, il croit toutefois distinguer une silhouette à la fenêtre du numéro cent deux. Une vieille dame à l’air revêche, les cheveux recouverts d’un filet à bigoudis. Probablement l’auteur du mystérieux coup de fil reçu quelques heures auparavant. Sans doute n’est-elle pas tout-à-fait ravie de constater que son précieux témoignage n’est pas de nature à déclencher l’intervention du S.W.A.T. Nul doute que Shemar Moore aurait traité l’affaire avec plus de sérieux si elle avait été le personnage central de cette série télévisée qu’elle consomme immodérément. Il se prend à sourire, Paul, en même temps que de lever le bras pour la saluer – pas assez pour paraître enjoué mais suffisamment pour la mettre mal à l’aise. Le rat rentre dans son terrier – probablement pour terminer sa mise en plis – et lui, se prend à soupirer. Lourdement. Doit-il prendre au sérieux cette dénonciation – qui n’est pas la première du genre depuis que les cambriolages ont commencé ? Il lui faut reconnaître que les faits sont à charge – suffisamment pour justifier son déplacement. Aucune théorie ne doit être écartée. Charge à lui de garder la tête froide et de considérer les preuves avec toute la neutralité qu’exige sa fonction. Au terme d’un dernier coup d’œil jeté en direction de la boîte aux lettres – il est au bon endroit – le détective se met en marche jusqu’à l’entrée de la maison. Au terme de quelques coups frappés contre la porte, un rayon de lumière traverse le perron, en même temps que des bruits de pas se font entendre, par-delà le panneau de bois. « Lena Allen ? » s’enquiert notre limier, d’un ton qu’il veut tout-à-fait détaché. « Détective Gordon, de la police de Redwood Hills. » Là-dessus, le policier glisse la main dans l’intérieur de son blouson pour en extraire sa carte qu’il pointe vers l’intéressée pour lui laisser la possibilité de vérifier ses dires, à la lumière du perron. « Est-ce que je peux entrer ? » La nuit est presque noire et le froid est déjà mordant. Pas de quoi l’inciter à s’attarder sur le pas de la porte. Et puis… « J’aurais quelques questions à vous poser. » Nous y voilà. Déjà, le policier la sonde du regard. Est-elle surprise de le trouver ici ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

-- membre qu'on adore --
Lena Allen

PERSONNAGE
Blasphemous rumours (Lena) 86ad7aa2ff9a338372fd99b01d9502f137aadacf
LITTLE TALKS : 3806
PSEUDO : Debbie
AVATAR : Ana Fernández
CREDITS : ancientsstudies (gif profil)
ALTER-EGO : Le club des 5 (Penny ★ Jo ★ Max ★ Cami ★ Vic)
ÂGE : 38
QUARTIER : Lilac Road n°100 avec son cousin (Joshua)
MÉTIER : (officiellement) comptable au Snow Rose Café de Burlington - bénévole au dispensaire M.Wilde (depuis peu)
COEUR : retour à la normale (ouf)
INTERVENTIONS RL : oui
INFOS RP

Blasphemous rumours (Lena) Empty
MessageSujet: Re: Blasphemous rumours (Lena) Blasphemous rumours (Lena) EmptyJeu 24 Nov - 19:21

Blasphemous rumours

Sergent Detective Gordon & Lena

 

Lena télétravaillait aujourd'hui.  Dans la chaleur de la maison qu'elle partageait avec son cousin, seul le bruit de ses doigts tapotant sur le clavier ou cliquant sur la souris se faisait entendre.  La maison était calme et la blonde n'avait pas vu l'après-midi défiler.  A tel point que lorsqu'elle dû se lever pour allumer, réalisant qu'elle ne voyait plus clair, elle fut surprise de constater que deux bonnes heures s'étaient écoulées depuis la dernière fois qu'elle avait pris la peine de regarder l'horloge.  Il faut avouer que le travail ne manque pas lorsqu'on gère les comptes du Snow Rose Café et de sa succursale de Burlington.  La blonde alla se faire chauffer une tasse de thé et fit craquer sa nuque.  L'ordinateur portable la forçait à incliner sa tête dans un angle peu naturel qui, à long terme, faisait souffrir ses cervicales.  Elle ferma les yeux un instant, profitant d'un bref moment de répit, avant d'être interrompue par la sonnerie du micro-ondes, lui indiquant que sa boisson était à présent chaude.  

Assise à la table de la salle à manger, Lena entend une portière claquer et ses yeux rencontrent les chiffres l'informant de l'heure en bas de sa fenêtre d'ordinateur.  Sans doute un voisin rentrant du travail ?  Son cousin lui avait dit de ne pas l'attendre ce soir.  Il lui restait pour sa part deux factures à traiter avant de pouvoir prétendre à un peu de repos.  Contre toute attente, Lena entend quelques coups frappés à la porte.  Surprise, elle prend quelques secondes.  Andrew et elle avaient convenu de s'envoyer un message afin de ne plus passer à l'improviste, Logan serait sans doute venue à pied.  Etrange, elle n'attendait pourtant personne.  Au vu de la portière claquée, il ne s'agissait pas d'un voisin ayant besoin d'oeufs ni même d'un enfant participant à une vente de cookies pour son école.  Toujours excessivement méfiante, la comptable entrouvre légèrement la porte afin de voir de quoi il en retourne.  Un homme qu'elle ne connaissait pas se trouvait sur le perron et énonça son nom.  Son nom à elle.  Lena ne comprenait pas bien, jusqu'à ce que l'inconnu se présente et lorsqu'elle entendit 'police', la jeune femme se raidit tout entière, sentant son coeur battre à toute allure.  Le policier sort sa carte et la lui présente, Lena la scrute minutieusement, avant d'ouvrir plus grand sa porte, sans piper mot.  A tel point qu'elle en perd sa politesse élémentaire et que le détective doit lui quémander son autorisation pour rentrer.  « B... bien sur. »  Bon sang, elle agissait vraiment comme une coupable.  C'était donc à ça que cela ressemblait, le moment où une vie bascule?  Etait-ce Neil qui l'avait dénoncée ?  Elle ne voyait que cela.  Allait-elle aller en prison ?  Est-ce que tout Redwood Hills serait au courant de ses méfaits ?  Une bonne vingtaine de questions passaient en boucle dans sa tête alors qu'elle ferma la porte derrière cet invité qu'elle aurait préféré éviter.  « Je ne vois pas très bien en quoi je pourrais vous aider. »  Ment-elle avant d'essayer de gagner un peu de temps.  Elle n'a pas idée de si elle a déjà été aussi mal à l'aise dans sa vie, mais elle a trop à perdre.  La liberté, pour commencer.  « Peut-être qu'on pourrait s'asseoir au salon ? »  Proposa-t-elle, le précédent afin qu'il arrête de la dévisager parce qu'elle avait l'impression d'avoir le mot coupable écrit sur le front et qu'elle ne savait pas comment agir pour le faire changer d'avis.  « Excusez-moi, mais je suis vraiment surprise de vous recevoir, je ne vois pas très bien en quoi je pourrais vous être utile... » Elle aurait aimé faire partie des personnes qui savent inventer des mensonges abracadabrants.  Tellement qu'on y croit.  Elle aurait pu lui demander s'il venait pour l'interroger sur les agissements d'un voisin étrange, mais, bien trop angoissée, elle était incapable de fournir une réplique salvatrice.  Lena Allen vivait certainement ses dernières minutes en liberté.  Elle était à deux doigts de se prendre la tête entre les mains, mais ce qui lui restait de dignité la poussa à ne pas le faire et elle se contenta de s'asseoir, invitant monsieur Gordon à faire de même d'un geste de la main.

_________________
Blasphemous rumours (Lena) 2971448518:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

-- membre qu'on adore --
Paul Gordon

PERSONNAGE
LITTLE TALKS : 57
PSEUDO : Polymnie
AVATAR : Colin Morgan
CREDITS : Shiranui
ALTER-EGO : Faith, Caly, Julian
ÂGE : 35
QUARTIER : Willow Street (#067) appartement 1
MÉTIER : Sergent-détective
COEUR : Patient
INTERVENTIONS RL : Oui
INFOS RP

Blasphemous rumours (Lena) Empty
MessageSujet: Re: Blasphemous rumours (Lena) Blasphemous rumours (Lena) EmptyDim 4 Déc - 19:18

Un bon flic, disait son oncle, c’est dix pour cent de logique, et quatre-vingt dix pour cent d’intuition – si bien que Paul avait pris l’habitude de suivre son instinct, tout particulièrement au commencement de ses enquêtes. La phase préliminaire était de loin le plus cruciale et le détective appréciait tout particulièrement ce genre d’entrevues, sur le terrain. Se présenter chez les gens – souvent à l’improviste. Pénétrer dans leur univers – là où se cachaient les indices les plus probants, le plus souvent. On sous-estime toujours l’importance de la première impression, de part et d’autre. De ça découle tout le reste – ou presque. La porte finit par s’ouvrir – ou s’entrouvrir. Quoi de plus naturel, par les temps qui courent ? Voilà pourquoi le détective s’empresse d’énoncer son nom et de brandir sa carte, sous la lumière du porche. Qu’une jeune femme se méfie de la visite impromptue d’un parfait inconnu lui semble tout-à-fait normal, sinon salutaire. Par-delà la surprise, il peut toutefois sentir la méfiance – jusque dans le ton de sa voix, légèrement chevrotante. Lena Allen est déstabilisée – sinon franchement inquiète. De quoi réveiller son instinct de flic, provisoirement endormi parce qu’il pensait être une énième dénonciation anonyme de la part d’un voisin jaloux ou peu scrupuleux. Si les pensées défilent à vive allure sous ses boucles brunes, il s’efforce pourtant de n’en rien laisser paraître. Finalement, la jeune femme finit par consentir à s’effacer pour le laisser entrer. Ce faisant, il ne peut s’empêcher de noter la formulation. Je ne vois pas très bien en quoi je pourrais vous aider. Étrange. Quand la plupart des gens chez qui il se présente commencent plutôt par demander – c’est à quel sujet? Comment Lena Allen peut-elle juger de ce qu’elle pourra faire pour lui ou non sans même connaître le motif de sa visite ? De quoi le laisser un instant perplexe. « Volontiers. » finit-il par souffler, dans un sourire qu’il veut tout-à-fait bienveillant. Il l’est, Paul. Car après tout, tout suspect demeure innocent tant qu’on n’a pas prouvé qu’il est coupable.

Comme il lui emboîte le pas, il prend le temps de balayer les lieux d’un regard attentif. Tout bon flic se doit aussi d’être fin observateur. C’est ainsi qu’il remarque l’ordinateur laissé allumé sur la table de salle à manger. « Je vois que je vous dérange en plein travail... » observe-t-il alors – comme une porte laissée ouverte pour glaner de premières informations. A quoi Lena Allen était-elle occupée avant de lui ouvrir la porte ? Finalement, il croit utile d’ajouter : « Je ne serai pas long, c’est promis. » Le visage toujours paré de ce même sourire tranquille et bienveillant. Car on ne saurait obtenir quoi que ce soit de qui que ce soit en se montrant soupçonneux ou pire, désagréable. Et sans compter que ce n’est pas dans sa nature. « Ne vous en faites pas. » croit-il encore utile de la rassurer. « C’est une enquête de routine. » Et d’ajouter, en même temps que de chercher des yeux un endroit où s’asseoir : « Je peux ? » Autant se mettre à l’aise – et ne pas prendre le risque de se faire chasser trop tôt d’ici. Car après tout, la jeune femme reste libre d’interrompre cette entrevue à tout moment. Reste à trouver le meilleur moyen d’amener le sujet, progressivement. Paul est du genre honnête, si bien qu’il n’entend pas lui cacher trop longtemps le motif de sa venue. Il décide néanmoins de ne pas abattre ses cartes d’un seul coup, pour se donner une chance d’évaluer les réactions de son hôte. « J’enquête sur les cambriolages qui ont récemment eu lieu dans le quartier. Plusieurs de vos voisins en ont été victimes. » Et d’ajouter, l’air de rien : « Peut-être en avez-vous entendu parler ? » Sans doute aurait-il fallu que la jeune femme vive dans une grotte ces dernières semaines pour ne pas savoir de quoi il retournait. Le détective n’en est pas moins curieux de mesurer sa réaction. Et puis, c’est connu. Moins on en dit, plus un suspect se sent obligé de meubler le silence.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

-- membre qu'on adore --
Lena Allen

PERSONNAGE
Blasphemous rumours (Lena) 86ad7aa2ff9a338372fd99b01d9502f137aadacf
LITTLE TALKS : 3806
PSEUDO : Debbie
AVATAR : Ana Fernández
CREDITS : ancientsstudies (gif profil)
ALTER-EGO : Le club des 5 (Penny ★ Jo ★ Max ★ Cami ★ Vic)
ÂGE : 38
QUARTIER : Lilac Road n°100 avec son cousin (Joshua)
MÉTIER : (officiellement) comptable au Snow Rose Café de Burlington - bénévole au dispensaire M.Wilde (depuis peu)
COEUR : retour à la normale (ouf)
INTERVENTIONS RL : oui
INFOS RP

Blasphemous rumours (Lena) Empty
MessageSujet: Re: Blasphemous rumours (Lena) Blasphemous rumours (Lena) EmptyVen 9 Déc - 7:15

Blasphemous rumours

Sergent Detective Gordon & Lena

 

Un policier.  A sa porte.  Et qui souhaite lui parler qui plus est.  En même temps, est-ce au final tellement étonnant ?  Depuis son retour à Redwood Hills en septembre 2020, Lena a repris les 'petites affaires' laissées en suspens par Dean Allen.  Son père lui a forcé la main pour qu'elle revienne dans les environs, puis pour qu'elle gagne le plus d'argent possible.  Le seul revenu – pourtant déjà généreux – gagné légalement ne lui permettant pas d'aider ses parents à payer les factures accumulées au cours de leurs différents séjours à l'hôpital.  Entre les cancers de Gaby et l'affection rare de son père, l'argent s'était fait rare dans la poche des Allen.  C'est uniquement mue par le désir de venir en aide à ses parents qui ont toujours été là pour elle que la jeune femme avait commencé à suivre les traces de Dean, allant jusqu'à louer le même endroit de stockage que lui, à l'époque.  Sauf qu'elle s'était fait prendre.  Elle avait beau tenter d'être discrète, cela ne pouvait finir que par arriver.  Plus elle trainait à éponger ses dettes, plus elle devenait suspecte.  Neil l'avait prévenue qu'il aurait du mal à cacher le secret de Lena à Micah.  Elle ne pouvait cependant pas imaginer que son ami l'ait dénoncée, donc il ne devait pas encore être au courant.  Cela ne pouvait venir que de l'ainé des Chapman qui lui avait proposé de lui offrir la somme d'argent manquante que pour qu'elle arrête ses activités.  Une proposition qui avait semblé bien louché à la blonde qui ne le connaissait pas bien.  La Rose Lunaire se cacherait-elle là-derrière ?  Elle ne voulait pas avoir l'impression d'enfin sortir la tête hors de l'eau pour replonger dans une histoire encore plus sordide.  Dire que fin mars 2023 elle aurait normalement remboursé tout ce que sa famille devait.  La fin était si proche.  Et voilà qu'un policier se retrouvait dans son salon.  La vie était parfois sacrément injuste.  D'autant qu'elle ne faisait de mal à personne, alors que ses agresseurs, eux, étaient surement toujours en liberté.  Mais elle ne pourrait pas en parler au Sergent-Détective puisqu'il faudrait alors expliquer pourquoi elle se trouvait dans un endroit si étrange, seule, à une heure tardive.  La revente de meubles sur Marketplace ne passerait sans doute pas avec le policier.

Le policier constate qu'elle était attablée dans la salle à manger quelques instants auparavant, sa tasse de thé et son ordinateur ouverts étaient accompagnés d'une grand classeur noir révélant une page remplie de chiffres.  « C'est pas grave, mon patron n'est pas trop regardant sur les heures, tant que le travail est fait. »  Elle ne savait pas pourquoi elle lui disait ça, parce qu'il cherchait sans doute à la piéger, elle se contenta donc par la suite de hocher simplement la tête lorsqu'il lui promit de ne pas s'attarder.  Tant mieux.  Elle s'interrogea une nouvelle fois, à voix haute, sur ce qu'elle pourrait bien apporter au policier, car elle prétendait n'en avoir aucune idée.  Ne pas s'en faire, une enquête de routine.  Ca veut dire quoi une enquête de routine ?  Elle s'assied, tend le bras pour lui proposer de s'asseoir alors qu'il lui demande tout de même la permission de le faire.  Etait-ce un nouveau test, que de se faire passer pour quelqu'un d'agréable et de poli ?  Etait-ce une tactique pour essayer de se la mettre dans la poche et arriver à lui faire dire tout et n'importe quoi ?  Le coeur de Lena pompait bien trop vite alors que cette situation inédite la terrorisait.  Et tout s'arrêta en un instant.  Un battement de cils, une phrase prononcée.  Cet homme n'était pas venu l'arrêter à cause de son trafic, il enquêtait sur les cambriolages.  Oh bon sang !  Une nouvelle fois elle avait laissé ses angoisses dicter sa conduite et elle se retrouvait à présent bien bête d'avoir été si méfiante.  En tout cas, tout son corps se détendit.  « Oui, évidemment.  Madame Sainclair ne parle que de ça à tout le quartier.  Je pense qu'elle a lancé une pétition en ligne – allez savoir quelle est sa revendication derrière cet acte.. »  Peut-être était-ce simplement pour une police plus efficace ?  Elle ne se souvenait plus, elle en avait entendu parler à l'épicerie il y a quelques jours.  « Et je vous avoue que la situation est un peu tendue pour tout le monde.  C'est assez angoissant de savoir que des personnes rodent et peuvent pénétrer chez nous de la sorte. »  Elle frissonna.  « J'ai de la chance, j'habite avec mon cousin donc j'ai une présence rassurante dans la maison. »  Elle se permit un premier sourire, à présent qu'elle ne se sentait plus sur le banc des accusés.  Parce qu'elle pensait réellement que l'homme faisait le tour de toutes les maisons pour récolter les témoignages des habitants du quartier.

_________________
Blasphemous rumours (Lena) 2971448518:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

-- membre qu'on adore --
Paul Gordon

PERSONNAGE
LITTLE TALKS : 57
PSEUDO : Polymnie
AVATAR : Colin Morgan
CREDITS : Shiranui
ALTER-EGO : Faith, Caly, Julian
ÂGE : 35
QUARTIER : Willow Street (#067) appartement 1
MÉTIER : Sergent-détective
COEUR : Patient
INTERVENTIONS RL : Oui
INFOS RP

Blasphemous rumours (Lena) Empty
MessageSujet: Re: Blasphemous rumours (Lena) Blasphemous rumours (Lena) EmptyDim 18 Déc - 10:13

C’est bien connu – l’aide la plus efficace d’un inspecteur de police, c’est le hasard. Un indice oublié sur la scène de crime. Un témoignage – souvent confus ou incomplet – qui survient au moment parfait, celui où on ne l’attend plus. De quoi justifier sa présence ici. Voilà déjà plusieurs semaines que l’enquête piétine. S’il n’est pas résolu à accorder tant de crédit au témoignage d’une dame âgée, que l’on devine aigrie – et qui a de surcroît tenu à rester anonyme – il ne peut tout-à-fait négliger cette piste. C’est un bon flic, Paul. Pas un héros bodybuildé tout droit sortie d’une série américaine – ça non. Mais il est besogneux – appliqué. Et, surtout, il a le sens du devoir. Qu’importe les critiques que la police de Redwood Hills essuie depuis des mois – et dont la presse locale fait des gorgées chaudes. Le sergent-détective est prêt à reconnaître des erreurs – des manquements, même – dans la gestion du dossier concernant la secte. Ce dernier ne le touche-t-il pas de près, au même titre que chacun des habitants de leur communauté ? Il aimerait pouvoir revendiquer une avancée, même minime. Il aimerait tellement pouvoir apporter des réponses – à Amelia, à Daniel, à tous ceux dont la vie s’est trouvée à tout jamais bouleversée par la Rose Lunaire. Protéger & servir, c’est la mission qu’il s’est donné. Il n’en demeure pas moins sceptique concernant cette affaire – celle des cambriolages. Pour la plupart de ses concitoyens, le coupable est tout désigné. A-t-on jamais connu de dénouement si prompt – et surtout si trivial ? Tout particulièrement dans une affaire qui concerne la secte ? Plus près vous serez, moins vous verrez. Comment garder la tête froide et le recul nécessaire en de pareilles circonstances ?

Il est résolu à s’y essayer tout de même, Paul, tandis qu’il s’assoit au salon, sur l’invitation de celle qui a daigné lui ouvrir – probablement sans trop savoir à quoi s’attendre. S’il n’est pas dans la manipulation, il n’entend pas pour autant dévoiler ses cartes. Pas tout de suite. Pour qui sait les analyser, les toutes premières réactions sont autant d’indices de nature à orienter son jugement. D’abord méfiante, Lena Allen lui paraît soudain soulagée – comme si elle s’attendait à ce que sa visite ait un autre motif. De quoi attiser la curiosité du détective. « Elle n’est pas la seule. » énonce-t-il alors, dans un demi-sourire qui se veut indulgent à la pensée des signataires de ladite pétition censée pointer l’incompétence de la police de Redwood Hills – peut-il vraiment leur en vouloir ? « Beaucoup de nos concitoyens semblent penser que la secte est derrière tout ça. » Le ton se veut posé – presque tranquille – tandis qu’il la regarder sans ciller, la pointe de son stylo posé sur son calepin encore vierge de toutes notes concernant cet entretien. « Et vous, qu’en pensez-vous ? » Une façon, là encore, de juger de sa réaction. Paul n’a jamais été un grand bavard – encore moins un extraverti. Son éternel statut de personnage secondaire avait fini par développer chez lui un sens aigu de l’observation. « Je comprends. » acquiesce-t-il encore, d’un air grave. « L’enquête se poursuit et nous avons bon espoir de mettre un terme à tout cela. » De mettre enfin la main sur le ou les coupables. « Votre cousin ? » s’enquiert-il enfin, d’un ton qu’il veut tout-à-fait détaché. Une information qu’il ne croit pas avoir en sa possession et qui le pousse à considérer la situation sous un angle un peu différent. « Est-ce que vous ou votre cousin conduisez un van noir ? » Le témoignage de la vieille dame demeurait un peu flou. Avait-elle réellement pu distinguer le conducteur du véhicule ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

-- membre qu'on adore --
Lena Allen

PERSONNAGE
Blasphemous rumours (Lena) 86ad7aa2ff9a338372fd99b01d9502f137aadacf
LITTLE TALKS : 3806
PSEUDO : Debbie
AVATAR : Ana Fernández
CREDITS : ancientsstudies (gif profil)
ALTER-EGO : Le club des 5 (Penny ★ Jo ★ Max ★ Cami ★ Vic)
ÂGE : 38
QUARTIER : Lilac Road n°100 avec son cousin (Joshua)
MÉTIER : (officiellement) comptable au Snow Rose Café de Burlington - bénévole au dispensaire M.Wilde (depuis peu)
COEUR : retour à la normale (ouf)
INTERVENTIONS RL : oui
INFOS RP

Blasphemous rumours (Lena) Empty
MessageSujet: Re: Blasphemous rumours (Lena) Blasphemous rumours (Lena) EmptyVen 23 Déc - 6:59

Blasphemous rumours

Sergent Detective Gordon & Lena

 

Lorsque Lena se retrouve face au policier sur le pas de sa porte, la jeune femme ne peut faire qu'une chose : imaginer le pire.  Se mettre en tête qu'il est là pour l'arrêter suite au trafic qu'elle a (re)mis en place depuis un peu plus de deux ans à présent.  Arriverait-elle à se défendre ?  A montrer au juge qu'elle n'est pas une personne mauvaise, qu'elle a juste voulu venir en aide à ses parents ?  Tout le monde lui dirait sans doute qu'il y avait d'autres moyens de faire, mais où se trouvaient ces personnes bien pensantes, lorsqu'il a fallu mettre en place une stratégie afin d'éviter de se retrouver à dormir sous les ponts ?  Les seuls ayant jamais aidé Lena dans sa situation actuelle sont Manny (qui lui demandait un tout petit loyer), Archibald (qui l'avait embauchée et lui offrait un salaire plus que décent) et Joshua (qui la logeait actuellement à moindre coût).  Neil avait aussi souhaité lui donner un coup de main, mais ne le connaissant pas, elle n'avait pas réussi à lui faire confiance.  Peut-être lui envoyait-il la police pour se venger ? Lena n'aurait pu être plus éloignée de la vérité, puisqu'elle appris - avec un soulagement qu'elle n'arriva pas à masquer - que monsieur Gordon était là pour lui parler des cambriolages qui sévissaient à Redwood Hills depuis quelques mois.  Elle qui se voyait déjà derrière les barreaux arrivait de nouveau à respirer.  Elle sentait le danger s'éloigner et un poids sur ses épaules s'envoler – peut-être à tort, qui sait ?  Cela a en tout cas le don de lui délier la langue.  Elle donne à présent les informations qu'elle connait sur les différents cambriolages, à savoir ce qu'elle en a entendu dans le quartier.  La cheffe de file étant madame Sainclair, une des victimes, furieuse que son méfait n'ait pas encore connu réparation.  Cette dernière n'a d'ailleurs pas hésité à faire circuler une pétition que Lena n'a pas signée.  Elle préfère se tenir éloignée de tout éventuel problème et agir contre la police ne lui semblait pas la chose la plus opportune à faire dans sa situation, on ne sait jamais.  Mieux vaut un excès de prudence inutile que de s'en mordre les doigts par la suite.  Lena hausse les épaules à la remarque du policier.  Ce n'est pas nouveau que les gens sont des suiveurs et qu'ils copient leurs amis comme des moutons.  Cela ne l'étonnerait pas que cette pétition remporte un franc succès.

La comptable écoute ensuite la remarque suivante de son interlocuteur.  Il lui énonce un fait, à savoir que bon nombre de personnes imaginent la Rose Lunaire derrière ces crimes impunis.  Rien qu'à l'évocation de la secte, la blonde retient un frisson.  Elle ne comptait rien ajouter, mais se voit un peu contrainte de le faire lorsqu'une question lui est directement posée.  « Je pense que c'est une erreur de penser cela.  Quelle serait leur revendication ?  Pourquoi prendre autant de risques ?  Quand la Rose Lunaire fait quelque chose, il est souvent difficile de leur imputer la faute.  Je les pense plus fins que cela, plus sournois... »  Elle termina presque dans un murmure.  « Plus dangereux. »  Elle ignorait si l'homme qui lui faisait face était au courant du drame familial dont les Allen avaient été victimes.  A l'époque, James et Helena avaient refusé de prévenir la police de la disparition de leur fils, mais à présent, ça ne semblait plus être un secret d'état.   Lena ne ment pas et évoque éhontément que le fait de savoir que des personnes malveillantes rodent donne une terrible sensation d'insécurité palliée par la présence réconfortante de son cousin qu'elle évoque d'ailleurs.  « Oui, Joshua Walker.  C'est sa maison en fait. »  Explique-t-elle, avant d'être légèrement déstabilisée par la question suivante.  Son van ?  Que diable avait-il à voir avec toute cette histoire ?  « Euh, c'est mon van à moi.  Il n'y a que moi qui l'utilise. »  Répond-elle, les sourcils légèrement froncés.  Elle ne comprenait pas bien comment on était passé des cambriolages à son véhicule, mais tout s'éclairerait peut-être par la suite ?

_________________
Blasphemous rumours (Lena) 2971448518:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

-- membre qu'on adore --
Paul Gordon

PERSONNAGE
LITTLE TALKS : 57
PSEUDO : Polymnie
AVATAR : Colin Morgan
CREDITS : Shiranui
ALTER-EGO : Faith, Caly, Julian
ÂGE : 35
QUARTIER : Willow Street (#067) appartement 1
MÉTIER : Sergent-détective
COEUR : Patient
INTERVENTIONS RL : Oui
INFOS RP

Blasphemous rumours (Lena) Empty
MessageSujet: Re: Blasphemous rumours (Lena) Blasphemous rumours (Lena) EmptyMer 28 Déc - 11:44

Les méthodes d’interrogatoire lui avait toujours fait l’effet d’une partie d’échecs. Pour qui savait manier ses pions, les véritables intentions demeuraient floues, jusqu’à ce que soit finalement porté le coup fatal. Échec et mat – le résultat de l’enchaînement de plusieurs coups, planifiés à l’avance. On dit d’un bon joueur qu’il peut visualiser jusqu’à quatre – parfois cinq coups d’avance. Son hôte finirait-elle par le percer à jour, avant qu’il ne parvienne à ses fins ? Il ne songe pourtant pas un instant à la piéger – ça, non. C’est un idéaliste, Paul – à tout jamais rangé du côté de la vérité. Il entend bien faire la lumière sur cette histoire, sans se laisser influencer parce ce que la vieille dame – peut-être la fameuse Madame Sinclair ? - peut bien penser à ce sujet. Lena Allen est innocente, tant qu’il n’a pas prouvé qu’elle est coupable. Le policier n’en reste pas moins sur ses gardes – attentif à la moindre de ses réactions. Lesquelles le prennent pas surprise, il lui faut bien l’avouer. Depuis le commencement de cette affaire, c’est bien la première fois qu’un habitant de Redwood Hills lui avoue ne pas croire à cette théorie selon laquelle la Rose Lunaire serait derrière tout ça. Étrange, quand on pense qu’un coupable tiendrait là une occasion en or de se laver de tout soupçon. S’il était vrai que la comptable passait ses nuits à cambrioler ses voisins, n’avait-elle pas tout intérêt à le laisser foncer la tête baissée vers cette piste ? « Vous êtes bien la première personne que j’interroge à croire qu’ils n’ont rien à voir avec ça. » observe-t-il alors, dans un demi-sourire – sans même chercher à dissimuler sa surprise. Ce faisant, il la jauge un instant du regard – comme pour sonder ses intentions. « Je dois avouer que je partage votre analyse. » lui confie-t-il enfin, en même temps qu’il s’autorise à se laisser aller contre le dossier du fauteuil. « Mon métier m’a appris que ce qui semble évident l’est rarement, dans les faits. » A commencer par la culpabilité de la blonde ? Il se mange les lèvres, Paul – visiblement pensif. « N’en dites rien à vos voisins, je vous en prie. » ajoute-t-il encore, dans l’un de ces sourires qui lui donnent un air d’adolescent trop vite grandi. Le ton se veut complice – une façon d’établir un lien. Ce bougre-là n’est pas un manipulateur. C’est à son empathie naturelle qu’il doit ce lien spécial qu’il sait tisser avec les gens – lequel finit par les convaincre de se confier à lui de leur plein gré.

Joshua Walker. Aussitôt prononcé, le nom est scrupuleusement relevé sur le calepin du policier. Paul le sait – dans ce genre d’affaires, le moindre détail peut se révéler d’une importance capitale. Curieusement, les faits s’agencent soudain différemment dans son esprit, au service d’une autre théorie. Et si le van appartenait en réalité à cet homme ? Joshua Walker. C’est que Lena Allen ne lui paraît pas avoir le profil – une impression purement subjectif, qu’il doit d’abord et avant tout à la trop grande indulgence dont il a toujours fait preuve à l’égard de la gente féminine. Une erreur qui lui a pourtant déjà joué des tours par le passé. Voici d’ailleurs que la jeune femme admet être la seule propriétaire du véhicule. Étrange réaction, là encore, de la part de quelqu’un qui aurait tout intérêt à rejeter la faute sur autrui. A moins qu’il ne soit, au contraire, question de protéger quelqu’un ? Sans doute est-il encore trop tôt pour le dire. « On nous a signalé les allers et venues d’un van noir, la plupart du temps à une heure avancée de la nuit. » énonce-t-il alors, prudemment – comme un chasseur marcherait sur le pointe des pieds pour ne pas effrayer sa proie. « Oh, bien sûr, il n’y a rien de criminel à ça. La liberté de se déplacer est protégée par notre Constitution. » Nouveau sourire qu’il veut tout-à-fait détendu – inutile de la braquer s’il veut espérer faire toute la lumière sur cette histoire. « Mais on m’a dit que les fenêtres du véhicule sont partiellement – voire totalement – obstruées ce qui est, au mieux, suspect et au pire, clairement dangereux pour son conducteur. » Transformer cette histoire en banale leçon de sécurité routière était pour le moins incongru. Le policier le sait, il marche sur des œufs. C’est qu’il n’entend pas proférer d’accusations à la légère. Il a besoin du consentement de la jeune femme pour accéder au van, il le sait. Et celle-ci a tout intérêt à accéder à sa demande si elle n’a vraiment rien à lui cacher. Alors, il se lance, Paul : « J’aimerais voir les papiers du véhicule – et procéder à un rapide contrôle, si vous êtes d’accord. » Pas question de contourner les procédures, sans quoi rien de ce qu’il pourrait trouver ne serait recevable devant la justice.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

-- membre qu'on adore --
Lena Allen

PERSONNAGE
Blasphemous rumours (Lena) 86ad7aa2ff9a338372fd99b01d9502f137aadacf
LITTLE TALKS : 3806
PSEUDO : Debbie
AVATAR : Ana Fernández
CREDITS : ancientsstudies (gif profil)
ALTER-EGO : Le club des 5 (Penny ★ Jo ★ Max ★ Cami ★ Vic)
ÂGE : 38
QUARTIER : Lilac Road n°100 avec son cousin (Joshua)
MÉTIER : (officiellement) comptable au Snow Rose Café de Burlington - bénévole au dispensaire M.Wilde (depuis peu)
COEUR : retour à la normale (ouf)
INTERVENTIONS RL : oui
INFOS RP

Blasphemous rumours (Lena) Empty
MessageSujet: Re: Blasphemous rumours (Lena) Blasphemous rumours (Lena) EmptyLun 2 Jan - 10:09

Blasphemous rumours

Sergent Detective Gordon & Lena

 

Quel pourrait être l'objectif de la Rose Lunaire que de commettre une série de cambriolages ?  Lena n'y croyait pas un seul instant.  Un cambriolage, pour obtenir des informations qu'ils jugent utiles, certainement, mais de là à les enchainer, elle n'y croit pas.  D'autant que les méfaits ne sont pas clairement revendiqués.  Lorsqu'ils ont enlevé son cousin, les menaces étaient claires, les Allen connaissaient l'ennemi et savaient qu'il n'y avait aucune issue favorable à leurs ennuis et qu'ils ne pouvaient rien faire contre la secte sous peine d'atroces souffrances.   Faire régner la terreur pouvait être un angle d'attaque, mais dans ce cas précis, elle en doutait tout de même très fortement.  Elle ne manqua pas de faire part de ses réflexion au détective face à elle.  Il semble surpris par son opinion si tranchée, avant qu'elle ne hausse les épaules.  « Peut-être que je me trompe, je n'en sais rien. »  Dit-elle, repartie en pensées dans son passé familial tumultueux.  « Disons que la Rose a brisé ma famille et qu'on a toujours su d'où venait l'attaque, mais que nous n'avions aucune méthode pour nous défendre, sous peine de représailles... Donc... »  Elle continua de réfléchir à haute voix:  « S'ils n'ont pas changé leurs méthodes et qu'ils avaient cambriolé une personne, j'imagine que ça ne serait même pas arrivé jusqu'à nos oreilles... Après vous êtes mieux placé que moi pour le savoir, je ne suis de retour à Redwood Hills que depuis un peu plus de deux ans. »  Si elle en avait eu la possibilité, elle n'aurait d'ailleurs jamais remis les pieds dans cet endroit qu'elle détestait, qui était selon elle lié à tellement de douleur et de malheurs.  Finalement, elle apprend que le brun est plutôt d'accord avec elle.  Nouvelle surprise pour la comptable qui ne s'attendait pas à une telle révélation.  Son intérêt aiguisé, elle ne perd pas une miette de ce qu'il lui explique.  Elle leva les deux paumes devant elle, en faisant un signe négatif.   « Ne vous en faites pas, j'ai à peine des contacts avec mes voisins et j'évite généralement ce sujet avec... tout le monde. »   Parler de la Rose Lunaire est toujours une épreuve qu'elle évite autant que possible.

Il est temps à présent pour Lena d'évoquer la personne avec qui elle vit, un homme, mais que le policier ne s'y méprenne pas, il s'agit de son cousin, Joshua Walker.  Ce dernier note l'information, comme beaucoup d'autres choses qu'elle aimerait beaucoup lire.  Lorsqu'il est question de son véhicule, elle ne manque pas d'énoncer les faits.  Il lui appartient et elle est seule à le conduire.  Elle transporte régulièrement Candice ou Louise Howell, mais elle est l'unique propriétaire du van qui semble particulièrement éveiller l'intérêt de l'homme qui lui fait face.  Intriguée, elle se demande bien pourquoi son utilitaire semble si important avant que sa bouche ne s'entrouvre sous l'effet de la surprise.  Quelqu'un est allé raconter qu'elle se déplaçait de nuit avec son véhicule, pensant qu'elle était impliquée dans les cambriolages.  S'il savait qu'il se trompait de méfait...  Elle ne dit rien, réfléchit à comment faire pour expliquer ses balades nocturnes.  Il ne manquerait plus qu'elle soit accusée du mauvais crime.  Le brun lui explique qu'elle a le droit de faire ce qu'elle veut de toute manière, essayant sans doute de la mettre en confiance et qu'elle se livre, mais pour le coup, elle se sent un peu coincée.  Voilà qu'à présent, on parlait de ses vitres rendues opaques.   Pas à l'avant du véhicule, évidemment, puisqu'elle a fait construire une grande planche en bois pour que de l'avant on ne voit rien de ce qui se trouve à l'arrière.  « Est-ce que... j'ai besoin d'un avocat, parce que je peux contacter ma cousine elle est... »   Lena se prit un instant la tête entre les mains, se sentant prise de tournis.  « Je ne comprends vraiment pas ce qui se passe je n'ai rien à voir avec ces cambriolages, je... »   Elle se leva, comme pour mieux prendre de l'air.  Elle ne pouvait pas dire la vérité, parce qu'elle allait l'incriminer.  Devait-elle se laisser accuser sans preuves en faisant confiance à la justice et se disant qu'ils verraient bien au final qu'elle n'avait rien à voir là-dedans ?  Non, honnêtement elle préférerait rester aussi loin que possible de tous les policiers.  « J'ai obstrué les fenêtres à l'arrière car j'ai pour projet de faire le tour des Etats-Unis en logeant dans ce van.  Du coup, pour éviter que la lumière ne m'empêche de dormir... Si j'avais su que ça me créerait des ennuis... »   Bon, et bien elle avait fait son choix et décidé de mentir, se servant de ce que ses amis lui avaient dit qu'ils feraient s'ils possédaient un tel véhicule.  Elle se retourne vers l'homme lorsqu'il reprend la parole.  Les papiers et une inspection des lieux.  Elle devait se reprendre.  « Bien sur, venez avec moi, tout est dans la voiture. »   Souffle-t-elle, sentant ses mains trembler, mais elle devait le masquer au maximum.  Une fois dehors, elle ouvrit la portière passager et sortit de la boîte à gants les documents, les tendant ainsi que les clés au sergent-détective Gordon.  « Faites ce que vous avez à faire.  Je n'ai rien à voir avec ces cambriolages. »  Insiste-t-elle de nouveau, au cas où il n'aurait pas compris avant.



_________________
Blasphemous rumours (Lena) 2971448518:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

-- membre qu'on adore --
Paul Gordon

PERSONNAGE
LITTLE TALKS : 57
PSEUDO : Polymnie
AVATAR : Colin Morgan
CREDITS : Shiranui
ALTER-EGO : Faith, Caly, Julian
ÂGE : 35
QUARTIER : Willow Street (#067) appartement 1
MÉTIER : Sergent-détective
COEUR : Patient
INTERVENTIONS RL : Oui
INFOS RP

Blasphemous rumours (Lena) Empty
MessageSujet: Re: Blasphemous rumours (Lena) Blasphemous rumours (Lena) EmptySam 7 Jan - 11:24

Quand il s’agit d’enquêter sur un crime ou un délit – et de prouver que le suspect est aussi le coupable – trois éléments, indissociables, doivent être pris en considération. En premier lieu, le mobile – l’individu avait-il une raison valable de faire ce dont on l’accuse ? Viennent ensuite les moyens – car il n’est pas donné à tout un chacun de se procurer une arme ou, plus modestement, un van suffisamment spacieux et discret pour dissimuler un trésor de guerre. Et pour finir, l’opportunité – le suspect se trouvait-il à proximité du lieu du crime à l’heure dite ? Dans cette affaire, les suspects n’étaient pas légion. L’un d’eux avait fini par s’imposer naturellement, la faute à cette forme de paranoïa qui s’était emparée des habitants de Redwood Hills – à juste titre, diraient certains. Si la Rose Lunaire disposait, sans conteste, des moyens et de l’opportunité, force était de constater que son éventuel mobile, dans cette affaire, demeurait obscure. Étrangement, Lena Allen ne manqua pas cette occasion de le lui signifier. Or, en admettant que les accusations de sa voisine soient réellement fondées, quel intérêt aurait-elle eu à inciter le policier à écarter cette éventualité ? Après tout, le meilleur moyen pour un suspect, de se laver définitivement de son crime n’était-il pas d’exhorter les autorités à enquêter sur quelqu’un d’autre ? A moins que la comptable elle-même ait intérêt à protéger la secte ? Une hypothèse qui lui semble de moins en moins valable, à mesure que la jeune femme s’ouvre sur son passé. « Je suis navré d’entendre ça. » souffle le détective – sobrement. Une forme de malaise le gagne peu à peu, comme en témoigne la façon dont il vient glisser plusieurs fois la main dans ses boucles brunes – de quoi renforcer son air de gamin trop vite grandi. Sa propre famille n’a pas été directement touchée par l’un des innombrables crimes imputables à la Rose. Pourtant, son ombre semble planer partout autour de lui, ravissant le bonheur de ceux qui lui sont le plus chers. D’abord, Daniel. Puis, Amelia. « Vous avez probablement raison. » acquiesce-t-il enfin, dans un sourire timide – car le franc-parler de la jeune femme lui inspire une forme de sympathie, teintée d’indulgence. « Qu’est-ce qui vous a poussée à revenir ? » s’enquiert-il enfin. Parmi les victimes collatérales de la Rose, nombreux étaient ceux qui avaient fait le choix de quitter le Vermont. Définitivement. « P-pardonnez-moi. » bafouille-t-il enfin, dans un bégaiement infantile qui resurgit toujours quand il se sent nerveux. « C’est peut-être… indiscret. » Nul doute que la comptable ne tenait pas à aborder un sujet aussi personnel avec un parfait inconnu. Qui plus est un policier venu l’interroger sur son emploi du temps – comme elle ne tarderait pas à le découvrir.

Le lien de confiance lui paraît établi, désormais – si bien que notre détective consent à dévoiler son jeu. Petit à petit – car il n’est pas question de l’effrayer. Si ses soupçons sont fondés, son opinion quant à la culpabilité de la jeune femme est loin d’être établie. Loin de la renforcer, les prémices de cet échange l’ont, au contraire, fragilisée. D’abord sur ses gardes, Lena Allen lui a soudain paru soulagée, à l’instant où il avait le choix d’orienter la conversation vers cette vague de cambriolage. Par ailleurs, son mobile, dans cette affaire, était au moins aussi obscure que celui de la secte. En tant que comptable, elle devait disposer d’un salaire confortable. Comment, dès lors, justifier ce penchant pour le vol ? L’adrénaline ? Les pensées se bousculent sous les boucles brunes du policier. C’est qu’il doit agir vite, car la méfiance semble soudain gagner son hôte. « Ce ne sera pas nécessaire. » s’efforce-t-il de la rassurer, d’un ton qu’il veut tranquille. « Tout particulièrement si vous n’avez rien à vous reprocher. » Son sourire se veut confiant. Il croit néanmoins utile d’ajouter : « Toutefois, je me dois de vous préciser que rien ne vous oblige à répondre à mes questions. » Du moins pour le moment. Cet entretien pourrait être repris plus tard, au poste de police, où la jeune femme pourrait être assistée d’un avocat si elle le désirait. « Je voudrais seulement nous éviter à tous les deux des démarches et déplacements inutiles. » Si elle n’avait rien à se reprocher, elle avait tout intérêt à répondre à ses questions dès à présent. Il pourrait alors l’éliminer définitivement de la liste des suspects. Si délit il y a, la réaction de Lena est sans nul doute celle d’un criminel amateur. A sa place, d’aucuns auraient chassé le policier sans ménager. Lequel se prend à froncer les sourcils, comme il s’essaie à assembler les pièces du puzzle. L’explication de la jeune femme est entendable, sans pour autant suffire à la blanchir. Sans un mot, Paul décide finalement de lui emboîter le pas jusqu’au dit véhicule, garé à l’extérieur. « Merci de votre coopération. » s’exclame-t-il alors, en même temps que de se saisir des papiers du van pour relever quelques informations sur son calepin. « Sur ce point, tout est en ordre. » énonce-t-il alors, avant de se munir d’une paire de gants et d’une lampe-torche, rangées dans la poche de son manteau, pour démarrer une rapide inspection de la voiture. « Vous avez déjà un itinéraire en tête ? » s’enquiert-il alors, toujours dans le but de détendre l’atmosphère. Et de préciser sa pensée : « Pour votre tour des États-Unis. » L’occasion de vérifier si cette explication tenait vraiment la route. « Je dois vous avouer que je n’ai jamais quitté le Vermont, pour ma part. » Toute sa vie est ici. Il n’a jamais ressenti le besoin d’aller chercher ailleurs son bonheur. « Comment se fait-il que vous soyez amenée à vous déplacer si tard dans la nuit ? » A sa connaissance, le métier de comptable ne s’exerçait pas en horaires décalés. Peut-être la jeune femme cumulait-elle plusieurs activités ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

-- membre qu'on adore --
Lena Allen

PERSONNAGE
Blasphemous rumours (Lena) 86ad7aa2ff9a338372fd99b01d9502f137aadacf
LITTLE TALKS : 3806
PSEUDO : Debbie
AVATAR : Ana Fernández
CREDITS : ancientsstudies (gif profil)
ALTER-EGO : Le club des 5 (Penny ★ Jo ★ Max ★ Cami ★ Vic)
ÂGE : 38
QUARTIER : Lilac Road n°100 avec son cousin (Joshua)
MÉTIER : (officiellement) comptable au Snow Rose Café de Burlington - bénévole au dispensaire M.Wilde (depuis peu)
COEUR : retour à la normale (ouf)
INTERVENTIONS RL : oui
INFOS RP

Blasphemous rumours (Lena) Empty
MessageSujet: Re: Blasphemous rumours (Lena) Blasphemous rumours (Lena) EmptyLun 9 Jan - 16:15

Blasphemous rumours

Sergent Detective Gordon & Lena

 

Était-ce parce qu'elle était soulagée que Lena en venait à trop parler ?  Elle devrait mieux soupeser le poids de chaque mot qui franchit le seuil de sa bouche.  Donner l'information qu'elle n'est de retour dans le coin que depuis deux ans soulève évidemment une question qu'elle aurait pu éviter.  Il ne faudrait cependant pas être Einstein pour découvrir le passé de la blonde et trouver son parcours lorsqu'on a les ressources de la police, alors maintenant ou après, au final... Sauf que dans le feu de l'action, elle n'a pas le recul nécessaire pour réfléchir à la meilleure explication.  Le policier semble finalement hésiter.  Elle n'avait pas réellement besoin de répondre à cette question.  Elle prit un instant pour peser le pour et le contre avant de finalement formuler son explication : « Ca ne fait rien, ce n'est pas un secret d'état. »   Quoique... « J'ai perdu mon emploi à Manchester, dans le New Hampshire.  Mon père avait un ami à Redwood Hills qui lui a proposé de m'engager dans sa société.  Malheureusement, une fois que je suis arrivée, les finances de ce monsieur ne lui permettaient plus de m'accueillir dans son équipe. »   Elle haussa les épaules.  « J'ai eu beaucoup de chance, bon je l'ai forcée un peu aussi.  Dès mon arrivée je suis allée déposer des CV un peu partout et c'est au Snow Rose Café que j'ai pu décrocher très rapidement un emploi. »   Explique-t-elle.   Cette fois elle faisait plus attention à ce qu'elle disait, racontant son histoire en essayant de gagner la sympathie de l'agent de police.  Modifiant son histoire, afin d'arriver à ses fins.  Qu'on ne s'y méprenne pas, Lena est une bonne personne, mais sa dévotion envers ses parents l'a poussée à commettre des délits dont elle n'est vraiment pas fière.  Pour se sortir de cette situation délicate, elle n'avait d'autre moyen que d'utiliser le mensonge.  Il faudrait qu'elle fasse très attention, n'y étant franchement pas habituée, elle pourrait rapidement se faire coincer.  

D'ailleurs, Lena sent une nouvelle vague d'angoisse la submerger et elle se demande dans quelle mesure il ne serait pas raisonnable de faire appel à son avocat.  Elle n'arrive désormais plus vraiment à formuler entièrement une phrase.  Elle est paniquée par deux des trois scénarios possibles: qu'on l'arrête pour les crimes qu'elle a commis ou qu'on l'arrête pour les cambriolages avec lesquels elle n'a rien à voir.  La troisième possibilité serait qu'elle soit lavée de tout soupçon, mais sa nature anxieuse faisait qu'elle tendait rarement vers l'optimisme.  Elle apprend qu'un avocat ne sera pas nécessaire – surtout si elle est innocente – en même temps que le fait qu'elle n'est légalement pas obligée de répondre aux questions du sergent-détective.  « D'accord. »   Souffle-t-elle, avant d'obtenir une raison supplémentaire de lui répondre, ne serait-ce que par gain de temps.  Lena ment sur les raisons qui l'ont poussée à empêcher quiconque de voir ce qui se trouve à l'intérieur du van, à moins d'ouvrir les deux portes arrières du véhicule.  A chaque fois qu'elle rajoute un mensonge, elle se dit qu'elle va finir par commettre un impair, oublier un détail primordial, se faire démasquer.  Sortir lui permet de prendre une bonne bouffée d'air frais, d'air froid.  Elle n'a pas pris la peine d'enfiler un manteau, son anxiété lui empêchant d'être frigorifiée.  Lena va chercher les documents requis et entend à peine le remerciement du brun à cause du tambourinement de son coeur qui résonne dans ses oreilles.  Elle déglutit et essaye de respirer posément.  Elle connait bien quelques techniques de respiration pour essayer de se calmer, mais elles sont fort peu discrètes et elle espérait arriver à cacher à quel point elle était stressée.  Elle n'est en rien surprise d'apprendre que ses papiers sont en ordre et pendant que le policier s'équipe, Lena fronce légèrement les sourcils.  Un itinéraire ?  « Pardon ? »   Demande-t-elle, alors qu'elle aurait mieux fait de tourner sa langue dans sa bouche lorsqu'elle comprend de quoi il en retourne.  « Oh, ça... »   Elle espérait que la pénombre soit suffisante pour masquer le rouge qui venait colorer son visage.  « Je ne suis allée que dans les quelques états voisins, donc ça sera un peu la grande aventure.  Je vous avoue que j'aimerais aller partout, mais je n'ai pas encore décidé du trajet exact. »   Elle ne commit pas deux fois de suite la même erreur et se retint de dire qu'il lui faudrait tout de même pas mal d'argent pour pouvoir faire son voyage.  Cela pourrait être un mobile pour les cambriolages.  

Pourquoi elle se déplace la nuit ?  Lena déglutit, il n'y a rien d'illégal à circuler à l'heure que l'on veut, son interlocuteur le lui avait dit un peu plus tôt.  Elle avait pourtant l'impression de devoir répondre à la question à un million de ce célèbre jeu télévisé.  Celle qui peut changer toute votre vie.  « Je souffre d'insomnies.  Vous pouvez vérifier auprès du docteur Howell de l'hôpital de Burlington, il m'a déjà traitée à ce sujet. »   Elle observe du trottoir l'inspection du véhicule, le coeur au bord des lèvres. « Ma cousine habite dans cette rue, un peu plus loin, elle a eu une petite fille il y a quelques mois en plus de son garçon et est mère célibataire.  Quand Helena ne dort pas, il n'est pas rare que je l'emmène faire un tour en voiture, il n'y a que ça qui la calme. »  En réalité, elle avait vu ça dans un épisode des frères Scott, quand elle était adolescente, mais elle devait montrer au policier à quel point elle est une bonne personne qui ne mériterait pas d'être arrêtée...



_________________
Blasphemous rumours (Lena) 2971448518:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé
-- --

PERSONNAGE
INFOS RP

Blasphemous rumours (Lena) Empty
MessageSujet: Re: Blasphemous rumours (Lena) Blasphemous rumours (Lena) Empty

Revenir en haut Aller en bas

Blasphemous rumours (Lena)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Rafael ~ Blasphemous Rumours
» I'm so SO sorry. | Lena et Eugen.
» Look who's back - Lena
» Lena's inner circle
» #Lena Allen

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
REDWOOD HILLS :: 
you're entering redwood hills
 :: Waterfall Avenue :: lilac road
-
Sauter vers: