AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Merci de privilégier les nombreux scénarios, pré-liens et membres des familles lors de votre inscription !
N'hésitez pas à interpréter un membre de la secte !
Nous recherchons activement des parrains, n'hésitez pas

Partagez | 
 

 CATASTROPHE A WILLOW STREET.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage

avatar

this is our new paradise
Voir le profil de l'utilisateur
LITTLE TALKS : 2397
PSEUDO : COMPTE PNJ.
AVATAR : VERMONT (USA)
CREDITS : ALASKA.

MessageSujet: CATASTROPHE A WILLOW STREET.   Lun 23 Mar - 23:29



willow street.
   
topic commun, ouvert à tous.

Les dernières chutes de neige de la saison ont été particulièrement violentes. D'une violence rare, même, d'après les pompiers qui ont du se déplacer toute la nuit pour mettre certains des habitants à l'abri dans les gymnases et espaces protégés. Sept heures du matin sonnent, Redwood Hills s'éveille. Il ne neige plus, le ciel est teinté de rose. Enfants comme adultes quittent leurs maisons pour avoir un aperçu des dégâts qui les ont, pour la plupart, empêché dormir; Poteaux électriques couchés, arbres brisés, voitures recouvertes, le spectacle est presque apocalyptique. Il y a cependant plus de peur que de mal. Sauf peut-être au numéro 23, chez Cléo Ashford et Aaron Jenkins, où une grande partie du toit s'est effondrée, le garage et le jardin sont saccagés. Le murmure se répand : on va les aider à reconstruire, nettoyer, déblayer, se serrer les coudes. C'est ce que sont sensés faire les voisins, non ?

__________________________
(☆) privilégiez les posts courts d'une dizaine de lignes.
(☆) ce premier tour sert d'intro, nous interviendrons vite de nouveau pour lancer le véritable contexte. vous n'êtes donc pas obligés de répondre mille fois.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

membre qu'on adore
Voir le profil de l'utilisateur
LITTLE TALKS : 2528
PSEUDO : M
AVATAR : Nicolas Simoes
CREDITS : Alles & tumblr
ÂGE : 27

MessageSujet: Re: CATASTROPHE A WILLOW STREET.   Mer 25 Mar - 17:11

Aaron n'avait pas fermé l'œil de la nuit, et pour cause. D'ordinaire, il adorait lorsqu'il se mettait à neiger, qu'il pouvait se calfeutrer au chaud chez lui avec une bonne tasse de café brûlant, et regarder les flocons tomber depuis sa fenêtre. Mais cette nuit, l'ambiance avait été bien différente et les averses de neige qu'il aimait tant s'étaient transformées en véritables tourmentes. La neige n'avait plus rien de doux ni même de réconfortant, et le jeune homme eut à peine le temps de rentrer à la colocation avant que la tempête ne débute. Une tempête comme il n'en avait jamais vu à Redwood Hills, et ce même s'il n'avait jamais vraiment quitté la ville. Le vent soufflait, la neige tombait à gros flocons et en moins de temps qu'il n'eut fallu pour le dire, tout le paysage de Redwood se retrouva drapé d'un immense manteau blanc. Les flocons tourbillonnaient à travers les rues, à proximité des lampadaires où on pouvait encore les distinguer… jusqu'à ce que l'électricité soit elle aussi coupée suite à la chute d'un pylône électrique en pleine rue. Abasourdi, Aaron s'empressa de rejoindre Cléo dans leur salon pour lui subtiliser un coin du plaid dans lequel elle était enroulée, et se loger dessous en attendant que la tempête se calme. Mais après quelques minutes seulement, un bruit assourdissant le fit littéralement sursauter. D'un bond, il quitta le salon et se précipita à l'étage, là où le vacarme avait retenti. Mais à peine eut-il compris ce qui se tramait qu'Aaron redescendit en trombe, agrippant Cléo au passage en lui soufflant : « Prends ta veste, il faut pas rester là. C'est le toit ! »

Après avoir passé le reste de cette courte nuit dans le gymnase de la ville, les deux colocataires étaient enfin de retour chez eux. Et il ne pouvait que constater l'ampleur des dégâts, ce toit en partie effondré sur leur maison et qui aurait bien pu les emprisonner là-dedans tous les deux sans leur laisser la moindre chance de s'en sortir. Le cœur du mécanicien se serra légèrement en voyant l'état de ce qu'il considérait depuis bien longtemps comme son nid et son repaire. Mais son tout premier réflexe fut tout de même d'enrouler son bras autour de Cléo pour la ramener vers lui, et la réconforter à sa façon tout en se rassurant lui-même sur le fait qu'ils soient bel et bien sains et saufs.

CREDIT TO KAIJI

_________________
I'm on my way
Driving at 90 down those country lanes singing to "Tiny Dancer",  and I miss the way you make me feel and it's real. We watched the sunset over the castle on the hill.
@ ALASKA.
       
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité

MessageSujet: Re: CATASTROPHE A WILLOW STREET.   Sam 28 Mar - 18:33

La nuit avait été longue pour Cléo qui avait du quitter précipitament sa maison, lorsque le toit de celle-ci avait commencé à s'effondrer. Ca sonnait comme le scénario d'un mauvais film catastrophe, et pourtant, c'était bel et bien ce qu'avaient vécu les deux colocataires, lorsque installés sur leur canapé, ils avaient fait un bond en entendant un énorme craquement dans la maison. Sans pouvoir rien faire pour empêcher ce qui était en train d'arriver, la jeune Ashford avait du quitter les lieux précipitamment, pour se mettre à l'abri. D'ailleurs en y réfléchissant un peu mieux, elle avait l'impression de n'être plus qu'une spectatrice de la situation, et ce depuis qu'Aaron l'avait attrapé par le bras en la sommant de prendre sa veste et de quitter la maison en vitesse. Et puis, elle avait suivi le mouvement, se faisant rapatrier au gymnase de la ville, passant sa nuit collée à Aaron, bien réveillée, puis revenant au petit matin devant cette maison qui était la leur. Elle avait eu beau essayer de s'y préparer toute la nuit, durant tout le trajet même, à l'instant où ses yeux se posèrent sur leur foyer, Cléo sentit une boule naître dans sa gorge, et un sentiment de vide la saisir. Les larmes aux yeux, elle ne pouvait que constater l'ampleur des dégâts, poser son regard sur les débris de leur toit qui jonchait désormais leur jardin, cet endroit d'ordinaire si accueillant qui ressemblait aujourd'hui à un champ de bataille. Elle n'aurait su dire à quel point le bras qu'Aaron ne tarda pas à passer autour d'elle la réconfortait, et elle se laissa aller bien volontiers contre lui, fermant les yeux comme pour échapper à la vision de leur maison dévastée. Ses yeux la brûlaient, et pourtant, elle ne pouvait se résoudre à laisser ses larmes couler librement sur ses joues, sans doute épuisée par cette nuit de doute et d'inquiétude qui avaient été la leur, sans doute aussi parce qu'elle se rendait compte qu'ils avaient échappé au pire, et qu'ils allaient très bien tous les deux. Les seuls dégâts à déplorer concernaient leur maison, leur colocation, cet endroit où ils vivaient tous les deux depuis pas mal de temps déjà.

Lâchant un long soupir, Cléo chercha la main d'Aaron pour la serrer un instant dans la sienne, avant de s'éloigner doucement de lui, et de tenter de lui adresser un petit sourire réconfortant, bien qu'elle doutait d'être réellement efficace dans sa mission.

« -Je vais aller nous faire du café. »

La journée va être longue, manqua-t-elle de rajouter, mais se taisant in extremis pour ne pas rendre la situation encore plus pénible. La maison avait été sécurisée, elle le savait de source sûre puisque ses collègues l'avaient appelé pour la tenir informée de la situation, désolés de n'avoir pu faire plus pour elle. Se détachant finalement de son meilleur ami, Cléo avança lentement vers la maison, comme si elle redoutait ce qu'elle verrait à l'intérieur, avant de pousser doucement la porte d'entrée, et de pénétrer dans les lieux.

CREDIT TO KAIJI
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité

MessageSujet: Re: CATASTROPHE A WILLOW STREET.   Dim 29 Mar - 15:29

The things we lost ...

Le disque tournait, s’enrayait. La même mélodie tous les ans, tous les hivers. C’est quand on pense enfin s’être débarrassé de la neige, de ses cinquante couches de vêtements et du vent glacé que la nature se déchaîne, une dernière fois. Plus que d’habitude. Peu d’habitants ont dû dormir sur leurs deux oreilles. Tout ce que je pouvais faire, c’était attendre que le chant strident du vent entre les branches d’arbres, contre mes fenêtres, cesse.
La lumière du matin a finalement percé parmi les nuages. Le calme après la tempête, faible consolation quand il est temps d’évaluer les dégâts. Selon les dires de mon grand-père, juste quelques branches coupées, quelques tuiles tombées. Et l’épisode de cette tempête aurait pu s’arrêter là, si seulement je n’avais pas eu un message de Cléo entre temps. Elle et Aaron avaient été sensiblement moins chanceux, leur maison n’ayant pas autant apprécié les chutes de neige que la nôtre. J’avais simplement laissé mon grand-père déblayer l’allée en attendant de déblayer le toit, et j’étais partie aider les deux colocs. Il était possible que je n’aie pas parlé à Cléo depuis la patinoire, hormis les quelques fois où l’on s’était croisées en ville. Je n’avais pas plus réfléchis que ça, et j’étais partie dans le centre-ville, une pelle empruntée dans mon garage.
Arrivée sur les lieux, il était difficile de passer à côté du n°23 sans voir les dégâts de la nuit. Quelques passants trainaient par là, et je ne pus m’empêcher de les héler. Qu’est-ce que vous attendez pour aider ? Que la neige fonde ? On en aurait pour un sacré bout de temps, vu la hauteur. Je me frayais un passage sur les pas gravés dans la poudreuse, jusqu’à leur porte. Je frappais quelques coups, entrais. Cléo ? Aaron ? J’ai cru comprendre que vous aviez besoin d’aide ?
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité

MessageSujet: Re: CATASTROPHE A WILLOW STREET.   Mar 31 Mar - 12:48

Catastrophe à Willow Street
Scotty & les autres.


Les hivers étaient assez rude dans le Vermont. Scotty les avait connu enfant, puis s'était exilé avec sa mère avant de vivre sa propre vie ailleurs. Depuis trois ans qu'il était revenu dans la petite commune de Redwood, il n'avait pas connu un hiver aussi violent. Déjà, tout était plus enneigé que les autres années. Le froid était plus tenace et le printemps peinait à s'imposer.

Comme la plupart de ses voisins, Scotty avait choisi de s'exiler avec sa fille et avec Willy au gymnase, pour plus de sécurité. Comme la collectivité n'était pas son fort, il décida de partir dès que l’autorisation fut donnée par les pompiers. La nuit avait été si courte pour tout le monde que sa petite Emily n'avait pas la force de marcher jusqu'à chez eux. Il la prit donc dans ses bras et elle ne tarda pas à s'endormir sur l'épaule de son père pendant le trajet entre le gymnase et leur maison. Sur la route, Scotty s'arrêta devant une habitation qui semblait avoir eu beaucoup moins de chance que les autres, la contemplant avec un certain effroi.

« Peut-être de ne plus avoir ma fille dans les bras ! »

Ce n'était surement pas à lui qu'on s'adressait, mais Scotty ne pouvait jamais s'empêcher de répondre quand il se sentait agressé et le problème avec lui était qu'il le ressentait pour un rien. Que la remarque vienne d'une femme ne fit qu'accentuer sa colère, en plus. Pour lui, elle allait être aussi utile qu'un esquimau à Hawaii, pour rester un peu dans le thème de la neige. Elle ne pouvait donc pas se permettre de faire la moindre remarque.

Cependant, comme il ne supportait pas qu'on puisse remettre en cause sa capacité à faire quelque chose -et non à aider- Scotty décida de la suivre, Emily toujours endormie dans ses bras.

« Je la ramène et je reviens. » Il le dit assez sèchement, juste pour bien prouver qu'il serait là et que ça n'allait pas être une femelle qui aurait le dernier mot avec lui. A la maison, Willy devait déjà être rentré et Emily serait bien mieux dans son lit, bien au chaud.


Emi Burton
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité

MessageSujet: Re: CATASTROPHE A WILLOW STREET.   Mer 1 Avr - 23:43

Il paraîtrait qu'un milliard de secondes équivalait à trente deux années humaines. C'était énorme et en même temps, ce laps de temps semblait dérisoire... Quoique quand on regardait les dégâts que pouvaient faire une tempête en une seule et unique nuit, on ne s'étonnait pas des masses que la croissance annuelle du trafic internet s'élevait à plus de trois cent mille pour cent alors la relativité du temps, vraiment. Brody s'était levé du bon pied pourtant. A croire que le manque de sommeil, les coups de vent et la neige ne l'empêchaient pas de vivre sereinement. Il fallait dire que les phénomènes scientifiques de ce genre le fascinaient alors forcément, avec son colocataire, ils avaient passé une bonne partie de la nuit à regarder le spectacle de leur fenêtre au lieu de se mettre à l'abri dans une salle municipale. En plus, il avait eu la musique de Tetris dans la tête la moitié de la nuit, autant dire que le Korobeiniki lui collait à la peau encore maintenant qu'il se retrouvait à errer dans la rue, juste à regarder les toits des voisins, voir s'il pouvait aider. C'était ce qui était bien avec Brody, la majorité des gens ne comprenaient pas un traître mot de ce qu'il voulait dire la moitié du temps mais en fin de journée, lui était toujours là pour rendre service. Il avait amené du matériel, la pelle en main et quelques outils, sifflotant la Korobeiniki toujours, il s'arrêta dans l'artère principale d'habitations. Un toit effondré, quelques personnes au dehors en train d'aviser l'étendue des travaux à venir. Et comme un quart de ses os se situaient dans son pied restant, Brody claudiqua jusqu'au petit groupe, repérant une figure connue, Brooklyn. "Besoin d'aide par ici? La pyramide de Kheops s'est pas faite en un jour mais avec un peu de boulot et de motivation, on peut déblayer tout ça déjà aujourd'hui." Il ne connaissait pas encore les propriétaires de la maison mais le village était petit, de vue déjà, il repérait un peu. "Tiens Brook', y a moyen qu'on nettoie ce coin là, non? A nous deux, on peut p'tet aller plus vite que la fabrication d'un Mars, 'paraît que 'faut deux heures." Et il la regardait en souriant, s'appuyant sur sa vraie jambe en faisant un signe de la main aux habitants du numéro 23.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

membre qu'on adore
Voir le profil de l'utilisateur
LITTLE TALKS : 2528
PSEUDO : M
AVATAR : Nicolas Simoes
CREDITS : Alles & tumblr
ÂGE : 27

MessageSujet: Re: CATASTROPHE A WILLOW STREET.   Lun 6 Avr - 17:23

Le spectacle était littéralement désolant et même si Cléo et lui avaient un la chance de sortir vivant de cette nuit infernale, Aaron n'était pas moins bouleversé de voir à quoi avait été réduits leur jardin et leur garage. Un chao sans nom régnait chez eux et alors qu'il attirait instinctivement sa colocataire contre lui, le jeune homme en profita pour puiser dans cette étreinte assez de courage pour affronter la réalité. Les pompiers avaient passé une partie de la nuit sur place pour sécuriser les lieux et maintenant, il ne restait plus qu'aux deux amis à tout déblayer, tout reconstruire. Chose qui, à l'heure actuelle, semblait totalement impossible aux yeux d'Aaron. L'option pour laquelle Cléo opta lui sembla d'ailleurs bien plus réalisable, voire même vitale, et il s'empressa par conséquent de la suivre jusqu'à la maison. Là, ils pourraient comme chaque matin se préparer un bon café et ensuite aviser de la situation et de la meilleure marche à suivre pour tout remettre en ordre. Talonnant son amie de près pour ne pas la laisser entre seule dans la maison, et ce même si ses amis pompiers lui avaient affirmé qu'il n'y avait plus aucun danger, Aaron rallia donc la cuisine en constatant que cette partie de la maison n'avait fort heureusement pas été touchée. Mais à peine fut-il installé sur l'un des tabourets de la cuisine que déjà, des coups se firent entendre dans l'entrée, suivis d'une voix familière : "Cléo ? Aaron ? J’ai cru comprendre que vous aviez besoin d’aide ?" D'un bond, Aaron fila vers l'entrée pour y découvrir une Brooklyn armée d'une pelle à neige, visiblement bien décidée à leur donner un coup de main. Et avant même qu'il n'ait pu la saluer, le jeune homme remarqua la présence d'autres personnes, bien différentes des simples badauds qu'il avait tout d'abord croisés dans la rue puisque la plupart d'entre eux  tenaient des pelles entre leurs mains. Parmi eux, un garçon (Brody) s'approcha à son tour pour proposer son aide d'une manière si singulière qu'Aaron ne comprit pas tout du premier coup, mais lui adressa tout de même un signe de la tête lorsque celui-ci le salua. « Euh… merci, c'est… c'est vraiment sympa… » balbutia Aaron, plus que décontenancé par cet élan soudain de solidarité qui lui réchauffait le cœur autant qu'il le surprenait. « Je… j'arrive tout de suite ! On va s'y mettre. » assura-t-il finalement en se penchant un peu vers l'arrière, pour scander en direction de la cuisine : « Cléo ! Viens voir… on a du renfort ! » Puis le jeune homme se retourne de nouveau vers Brook, pour lui adresser un petit sourire et répéter à mi-voix : « Merci... »

CREDIT TO KAIJI

_________________
I'm on my way
Driving at 90 down those country lanes singing to "Tiny Dancer",  and I miss the way you make me feel and it's real. We watched the sunset over the castle on the hill.
@ ALASKA.
       
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité

MessageSujet: Re: CATASTROPHE A WILLOW STREET.   Mar 7 Avr - 17:27


Comme si le simple fait d'aller se réfugier dans sa cuisine pour un bon café, comme chaque matin, rendait la réalité moins pénible à encaisser, Cléo ne tarda pas à remplir la cafetière d'eau, préparant deux tasses pour chacun des deux colocs. Laissant ses mains exécuter seuls des gestes qu'elle connaissait par cœur, la brunette pensait déjà à tout ce qu'ils devraient faire pour déblayer les lieux, et remettre leur maison en état. Le café commençait déjà à couler, tandis que la jeune femme prenait appui de ses deux bras tendus sur le plan de travail, tournant son regard bleuté vers son colocataire en train de s'installer en face d'elle. Elle aurait voulu lui adresser un sourire, comme pour le rassurer, lui faire comprendre qu'elle n'était pas si touchée que ça par les événements, mais elle n'y parvint pas, et la sonnerie de son portable dans sa poche de pantalon l'en dissuada bien vite. Ses parents, évidemment. Avec une ville comme Redwood-Hills, les nouvelles allaient toujours très vite, trop vite d'ailleurs, surtout lorsqu'il s'agissait de mauvaises nouvelles. Montrant l'écran à Aaron en soupirant, Cléo finit par décrocher, ne s'étonnant pas une seule seconde d'entendre le ton inquiet de sa mère de l'autre côté du téléphone. Ce fut à cet instant que la porte d'entrée s'ouvrit, tandis que Cléo fronçait les sourcils, et qu'Aaron quittait la pièce. La jeune femme aurait bien suivi, mais c'était sans compter sa mère, qui l'assaillait déjà de questions, pour savoir comment son colocataire et elle allaient, savoir s'ils avaient besoin d'aide, ou ils allaient passer la nuit, et elle en passait. Tâchant d'être aussi brève que possible, sans pour autant envoyer bouler sa mère, Cléo répondit gentiment à chacune de ses questions, avant que son meilleur ami ne l'interpelle depuis le couloir. La brune mit donc gentiment fin à son appel téléphonique, avant de rejoindre Aaron, qui n'était plus seul. Surprise de trouver là Brooklyn, Cléo s'avança rapidement vers cette dernière, la serrant brièvement dans ses bras en comprenant, à la pelle qu'elle tenait en main, qu'elle était venue aider les deux colocataires malheureux.

« -Merci, merci beaucoup, vraiment ! »

Souffla-t-elle, avant de remarquer un autre jeune homme, juste derrière la belle blonde. Cléo le dévisagea presque pendant quelques instants, avant de lui adresser un sourire, en réponse au signe de main qu'il lui faisait. Son visage lui disait quelque chose, elle avait déjà du le croiser à plusieurs reprises dans la petite ville qu'était Redwood-Hills, même si elle n'avait jamais eu l'occasion de lui adresser la parole.

« -Euh...je peux venir avec toi, pour le coin là-bas comme tu dis. En tout cas, merci. C'est gentil de venir aider. »

Proposa-t-elle dans un sourire au jeune homme, avant de disparaître rapidement derrière la porte du garage. Là, Cléo s'immobilisa un instant en voyant le ciel percer à travers la charpente du toit qui s'était effondré. Puis comme si cette vision lui serrait visiblement trop le cœur, elle se contenta d'attraper deux pelles en enjambant les débris sur le sol, puis ressortit rapidement, tendant l'une des deux pelles à Aaron. Elle adressa un sourire à ce dernier, puis aux deux autres présents, et sans attendre, retourna dehors, ne daignant même pas accorder un regard aux habitants qui s'étaient arrêtés pour constater les dégâts, et qui marmonnaient entre eux.
CREDIT TO KAIJI
Revenir en haut Aller en bas

avatar

this is our new paradise
Voir le profil de l'utilisateur
LITTLE TALKS : 2397
PSEUDO : COMPTE PNJ.
AVATAR : VERMONT (USA)
CREDITS : ALASKA.

MessageSujet: Re: CATASTROPHE A WILLOW STREET.   Jeu 16 Avr - 2:20



willow street.
topic commun, ouvert à tous.

La mairie et les entreprises de construction ont apporté sur les lieux de quoi scier, découper, marteler et nettoyer les lieux. L'on propose des outils à ceux qui veulent participer à la reconstruction, afin qu'ils donnent un coup de main efficace (ou non) aux spécialistes.

++ certains d'entre vous avaient voté pour une intrigue plus légère. ce tour-ci est pour vous, puisqu'il est synonyme de jeu. en effet, si vous ne voulez pas overcheater votre personnage en construction, vous avez la possibilité de faire appel au destin pour déterminer votre niveau de compétente en bricolage ! rien de plus simple pour cela : rédigez normalement votre post, puis rendez-vous dans "tenté un truc" juste en dessous des boutons prévisualiser et envoyer. sélectionnez "bob le bricoleur" et laissez le nombre de lancés sur 1 ! le reste se fera tout seul à l'envoi ! amusez-vous bien, ce second tour ne durera que quelques jours !


__________________________
(☆) privilégiez les posts courts d'une dizaine de lignes.
(☆) ce second tour ne durera pas longtemps non plus, il sert d'intro au troisième tour, plus sombre.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité

MessageSujet: Re: CATASTROPHE A WILLOW STREET.   Sam 18 Avr - 12:33

t'es danseuse, pas maçon. mais t'as quand même décidé d'aider à reconstruire ta propre rue. alors t'essaie, t'as été voir les gens, t'as demandé à aider et même si t'es frêle, on a fini par te trouver quelque chose à faire pour aider. alors t'y mets du coeur, t'es super intéressée par ce que tu fais, t'es concentrée, et t'essaie de le faire de la meilleure façon possible. mais c'est pas si simple. on t'a donné une scie et tu sais pas trop si c'est une bonne idée, mais t'essaie de la manier avec autant de force et de précision que possible. t'as un peu l'impression de servir à rien, ça fait déjà quinze fois que la scie fait un aller-retour sur le bois et t'as toujours pas réussi à couper le morceau de bois. ça demande beaucoup trop de patience pour toi. et puis il fait froid, et à travers tes gants, il passe une légèrement brise glacée qui ne te fait pas du bien. sois forte Opale, tu peux y arriver. un des ouvriers passent près de toi et te souris, alors tu fais de même. ça veut dire que tu fais les choses bien, ça ? t'en sais trop rien. tu regardes autour de toi. t'aimerais voir Ezio. ou Diana. tu sais pas trop. t'es un peu perdue dans tes pensées, mais ton bras continue à faire bouger la scie d'avant en arrière, de la meilleure façon possible.
Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: CATASTROPHE A WILLOW STREET.   

Revenir en haut Aller en bas
 

CATASTROPHE A WILLOW STREET.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

 Sujets similaires

-
» Catastrophe naturelle en perspective a Petion-Ville
» Reflexions de Castro sur la catastrophe du 12 janvier, émouvant hommage à Haiti
» Eleksyonaval March 20th: Street Gangs Vs Suite Gangs - Le même chose!
» Catastrophe: Trois enfants tués dans un glissement de terrain au Cap-Haitien, Mi
» Une catastrophe ambulante ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
REDWOOD HILLS :: 
TONIGHT WE ARE YOUNG
 :: sail away sweet sister :: intrigues d'hiver 2015
-
Sauter vers: