AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Merci de privilégier les nombreux scénarios, pré-liens et membres des familles lors de votre inscription !
N'hésitez pas à interpréter un membre de la secte !
Nous vous rappelons qu'une intrigue est en cours. N'hésitez pas à nous rejoindre

Partagez | 
 

 use somebody (juliet)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage



Invité
Invité

MessageSujet: use somebody (juliet)   Mar 14 Mar - 19:36



use somebody
Vince & Juliet
“I've been roaming around
Always looking down at all I see
Painted faces, fill the places I can't reach”  

Ça faisait longtemps que Vince de Luca n’avait pas emmené une fille au restaurant. En fait, il se demandait même s’il avait vécu ce cas de figure. Il se souvenait de sa première fois, sur la plage arrière miteuse d’une bagnole volée. Il se souvenait des suivantes, de moins en moins raffinées. C’était une époque où tout lui était permis, où il n’avait qu’à tendre la main pour se servir. On ne lui avait jamais dit non, mais il n’avait jamais vraiment côtoyé, à l’époque, des gens qui n’étaient pas de son milieu. On lui apportait volontiers quelques fillettes dociles pour lui faire plaisir, et diable qu’il s’était fait plaisir.

Avec du recul, il devait cependant admettre que ça lui avait toujours laissé un goût désagréable. Sans aucune authenticité dans toutes ses étreintes, il s’était laissé bercer par ses illusions et un jour, il avait bien dû faire face à la vérité : il n’avait jamais vraiment fait l’amour.

« Et celle-là, elle t’ira amigo ? »

Le mexicain derrière lui tirait sur un drap de plastique blanc et dévoilait une magnifique cabriolet aux allures de panthère. La carrosserie finement arrondie donnait à ses deux cent soixante chevaux des airs de grands félins. Vince se mit à rire. D’ordinaire, il aurait dit oui, mais pas ce soir.

Juliet n’avait pas l’air du genre de fille à s’émouvoir devant une berline, du moins, il avait cru deviner sous ses airs un peu naïfs que c’était le genre de fille à l’air superficiel sans vraiment l’être.

Ce n’était pas avec la Porsche qu’il allait l’emballer – mais à bien y réfléchir, est-ce qu’il avait envie de l’emballer ce soir ?

« Je vais prendre une Chevrolet simple, classe, mais simple » annonça simplement Vince pour toute réponse.

« Comme tu veux » répondit le mexicain en tirant le drap plastifié dans le sens inverse.

Jugeant avec justesse, Vince prit les clefs d’une Chevrolet longue et fine. Le métal était couleur de nuit et ses sièges d’un noir profond, cousu avec des fils écrus. C’était une voiture chère c’était vrai, mais Chevrolet était une marque bien plus abordable. De toute la gamme des General Motors, c’était peut même la plus accessible.



Le choix de la voiture étant fait, et ayant déjà fait le nécessaire pour faire ressortir le charme italien inné à tous les enfants de la Little Italy, Vince grimpa sans plus de mots dans la berline et la démarra. Il était encore en avance, mais il avait besoin de réfléchir un peu. Juliet était une proie abordable elle aussi. Une femme célibataire, visiblement en mal d’amour, blessée par la vie. Il suffirait de quelques mots doux, d’un ronronnement, d’une caresse… Et après ?

Vince salua Diego et la voiture sortit de l’atelier, roulant à faible allure sur le parking devant le Dona. Il s’arrêta au stop au bout du parking et attendit quelques secondes davantage.

Juliet n’était pas désagréable. Il l’avait observé ces dernières semaines. C’était une fille qui essayait, elle essayait pour elle mais aussi pour sa fille. Quand Dino avait appris pour elle, il s’était montré enthousiaste. Le piège était parfait, selon lui. Il ne restait plus qu’à faire se noyer le poisson mais… Quelque chose clochait. Il n’aurait pas su dire quoi exactement, mais il avait un mauvais pressentiment sur cette affaire.

Peut-être qu’il se trompait. Peut-être pas.

Il soupira bruyamment et secoua sa tête vigoureusement, pour chasser toutes ses pensées confuses. Il devait se concentrer, mieux que ça.

Reprenant petit à petit son calme, Vince arriva peu avant l’heure du rendez-vous chez Juliet Howell. Les vitres fumées le laissaient dans son intimité malsaine. La voiture était propre, lui aussi d’ailleurs, mais il se sentait sale… Il irait peut être à l’église, dimanche. Ou peut-être qu’il finirait son dimanche ailleurs. Avec Juliet ? Un sourire amusé se dessina sur son visage. L’idée était séduisante, pensa-t-il, en la regardant sortir de chez elle. Plutôt séduisante oui…

Il sortit de la voiture, réajustant son col d’une main.

« Bonsoir Mademoiselle Howell » sourit Vince, avant d’écarter sa main et de lui montrer la Chevrolet bleu nuit, « votre carrosse est avancé. »

Galant comme à son habitude, il fit le tour pour lui ouvrir la porte.


Made by Neon Demon


Revenir en haut Aller en bas

avatar

membre qu'on adore
Voir le profil de l'utilisateur
LITTLE TALKS : 406
PSEUDO : evalie/sorayia
AVATAR : Kate Mara
CREDITS : lallybroch (ava) - astra (sign) - valkyrie (icon sign)
ÂGE : 33

MessageSujet: Re: use somebody (juliet)   Mer 22 Mar - 17:53

Juliet était encore un brin étonnée des textos reçus. À vrai dire, elle ne s’y attendait clairement plus. Mais l’homme rencontré à l’épicerie du coin avait bien fini par la recontacter…. Elle avait un rendez-vous ! Elle devait bien avouer que ça la stressait un peu, ça faisait longtemps qu'elle n'en avait pas eu… deux ans environ maintenant. Elle s'était concentrée sur sa fille et dans un sens, sur son meilleur ami… mais les choses étaient devenues plus claires ensuite et il s'était fiancé et puis avait quitté la région. Ça lui avait permis d'avoir finalement une clôture à ce qui s'était passé avec lui, autant leur discussion que son départ dans le fond. Mais ce n'était pas le sujet. Elle avait un rendez-vous.

Se tenant devant son armoire grande ouverte, elle ne savait pas quoi se mettre. Elle avait essayé et écumé une grande partie de sa garde-robe. Elle avait envie de se faire belle et pas vraiment pour plaire à Vince… enfin ça serait un plus, mais ce n'était pas le but premier. Elle avait simplement envie de se mettre sur son 31, se pomponner pour son rendez-vous ! Chose qu'elle n'avait pas vraiment faite depuis longtemps également. Elle choisit finalement une petite robe noire, ni trop petite, ni trop moulante avec des bas parce qu’il fait encore bien frais et puis évidemment des talons. Entre les bas, la robe et les talons, ça donne l’impression que ses jambes sont d’une longueur affolante et ça la fait sourire. Quelques bijoux et puis elle descend au salon pour être accueillie par sa petite fille qui la trouve super jolie. Un baiser et elle donne les dernières infos à la gamine de quinze ans qui garde sa fille ce soir. Personne n’était vraiment libre pour l’accueillir et puis ça la forcerait à rentrer à la maison, bien que la babysitter en question passerait la nuit chez Juliet, c’était le plus simple.

À l’heure dite, une voiture se gara devant chez elle, elle prit une grande inspiration et enfila un joli manteau. Malgré le fait que la neige avait été bien débarrassée et qu’il n’en restait plus tant que cela… une vague de froid était de retour. C’était pas glacial non plus, mais on ne voyait pas encore arrivé le printemps, enfin pas vraiment. Malgré le froid, Vince sortit de la voiture pour la saluer et puis même lui ouvrir la porte. Un homme galant. Elle lui sourit en retour. Le fait qu’il l’appelle par son nom de famille lui fait penser qu’elle ne connaît pas le sien. Mais quelle importance ? "Monsieur." Un petit signe de tête pour le saluer. "Un bien joli carosse." Voiture de luxe, mais sans être ostentatoire non plus. Elle s’y connaissait un tout petit peu en voiture, grandir dans un milieu presque exclusivement masculin l’avait formée à ce niveau. "Ravie de vous revoir." Les derniers mots qu’elle glisse avant de s’installer dans la voiture. L’habitacle est agréable et pas surchauffé. Elle l’observa refaire le tour de la voiture pour prendre la place du conducteur. Elle se demandait où il allait l’emmener. "Et alors, vous m’emmenez où ?"


_________________


Family.
Family is what makes you whole, what keeps you strong.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité

MessageSujet: Re: use somebody (juliet)   Mer 29 Mar - 18:15



use somebody
Vince & Juliet
“I've been roaming around
Always looking down at all I see
Painted faces, fill the places I can't reach”  


Il sourit quand il la voit. Juliet est jolie, très jolie même. Il n'aime pas vraiment les blondes, mais il sait reconnaître une belle mécanique quand il en voit une, et ça ne le dérangerait pas de faire vibrer ses culbuteurs et ses pistons cette nuit. C'est vraiment une métaphore comparant une femme à un moteur de grosse cylindrée ? ...

"Un bien joli carrosse."
"On fait ce qu'on peut pour bien recevoir" avance Vince sans en faire de trop, mesuré comme à l'accoutumée. Il n'aime pas particulièrement les grosses voitures. Lui, c'est se fondre dans la masse qu'il aimerait faire, parfois.

"Ravie de vous revoir."
"Et moi donc" rajoute-t-il avant de faire le tour de l'habitacle et de s'asseoir sur le siège conducteur. Il a une certaine élégance dans son costume noir, mais il reste en jeans sombre. Ce n'était pas le genre à sortir avec son survet' de banquier. Il déteste ça les cols blancs qui plus est, peut être même plus qu'il ne déteste les flicards.

"Et alors, vous m’emmenez où ?"
"A Burlington" annonce-t-il en mettant en route la voiture, "il y a un restaurant que je connais bien, chic sans être gastronomique, avec une petite ambiance cosy. J'espère que tu aimerais... si je peux me permettre"

Il lui jette un petit regard, comme pour vérifier qu'ils pourront au moins se tutoyer ce soir. Ils ne sont pas encore intimes, mais tout un rendez-vous en vous, c'est assez barbant. Et surtout, il est là pour faire un pas dans sa zone de confort à elle, là pour briser cette fine pellicule de glace qui entoure toute la famille Howell. Elle n'est qu'un pion, même si à y paraître, cela ressemble fortement à une virée galante entre deux célibataires.
La voiture file dans la fin de soirée. Vince ne roule pas vite, d'ailleurs, il a une conduite souple et de bons réflexes. C'est au moins ce qu'il faut quand on veut fuir la police. Mais elle n'avait pas besoin de savoir ce qui l'avait rendu si doué à ce sport.
En fond, il y a une petite musique d'ambiance. C'est du jazz doux, du jazz sur lequel on s'embrasse et on danse. De la soul peut-être, si l'on veut être plus précis.

"Pour tout avouer" commence Vince, d'un air calme, ses yeux jetant de petits regards furtifs à Juliet de temps en temps, "ça me fait plus que plaisir que tu es accepté mon invitation. J'pensais pas vraiment que tu dirais oui, et là, j'suis un peu stressé. Ça fait une éternité que j'ai pas invité une fille à un restaurant, entre le boulot, les déménagements, la famille..."

Il a un petit rire. C'est vrai que Vince n'invite pas vraiment les filles à sortir au restaurant. Il n'a, en théorie, pas besoin de ça. C'est d'ailleurs la première fois qu'il se conduit ainsi, à préparer une voiture et à aller chercher la belle jusque devant chez elle.

Il fait beaucoup d'efforts, mais ça ne lui coûte pas. Il sait qu'il passera une "bonne soirée", loin de celles qu'il passe d'habitude mais ce n'est pas désagréable. Ça l'aère en quelque sorte de cette bulle étouffante qui tourne autour de Zooey Park.


Made by Neon Demon


Revenir en haut Aller en bas

avatar

membre qu'on adore
Voir le profil de l'utilisateur
LITTLE TALKS : 406
PSEUDO : evalie/sorayia
AVATAR : Kate Mara
CREDITS : lallybroch (ava) - astra (sign) - valkyrie (icon sign)
ÂGE : 33

MessageSujet: Re: use somebody (juliet)   Dim 9 Avr - 22:23

Un peu de stress n’était pas toujours mauvais et puis ce soir, c’était un peu de stress et d’excitation, sûrement le fait qu’elle n’ait pas eu de rendez-vous depuis si longtemps. Il est ravi de la revoit également, ce qui la rassure et puis qui ne devrait pas vraiment l’étonner vu qu’il l’a invitée. Elle veut en savoir plus et il lui dévoile où il l’emmène. Burlington, un petit restaurant chic mais pas trop. Il la tutoie et elle se tourne pour lui sourire en hochant la tête. "Bien sûr, tu peux. Et ça a l’air parfait." Elle se demande si elle le connaît, ce petit restaurant. Il y a de bonnes chances pour que la réponse soit non. Elle ne connaît pas si bien que cela les établissements de la ville. Elle ne sort sûrement pas assez souvent. La musique est sympa, douce. Musique d’ambiance parfaite pour un rendez-vous dans le fond. Elle se mord doucement la lèvre et puis jette un coup d’œil à Vince. Il avoue quelque chose que beaucoup d’hommes n’avouerait certainement jamais. Il avait douté du fait qu’elle accepte et puis il stresse un peu tout en lui disant que ça fait une éternité qu’il n’a pas invité une fille à dîner. Sa justification est logique, il n’est pas ici depuis longtemps et puis il mentionne sa famille. Un petit rire gêné répond à celui de Vince et puis un léger soupire. "Et bien je dois bien avouer que je n’attendais plus votre invitation…" Elle ne lui en aurait même pas voulu, elle se doutait qu’une maman avec une petite fille de 8 ans n’attire pas plus que cela. Ça avait tendance à faire un peu peur d’après son expérience. "Et bien, on est deux à être stressé. Ça fait une éternité que je n’ai pas été invitée à un rendez-vous."

Une légère rougeur apparaît sur ses joues, sûrement caché un peu par l’habitacle sombre de la voiture vu l’heure tardive. "N’en profitez pas…" Ne pas profiter du fait qu’elle était un peu stressée et sans aucun doute timide. Enfin elle n’était pas sans ressources non plus. Elle lui sourit. De toute façon, il y avait de bonnes chances pour que le stress diminue lentement tandis que la conversation se développe entre eux. "Je suis sûre que t’as quand même plus d’expérience que moi en la matière." Elle se dévoile un peu plus vulnérable que ce qu’elle pense ou voudrait. "Parles moi un peu de toi… Qu’est-ce que tu fais dans la vie ? Et le minuscule village qu’est Redwood te plaît toujours ?" Elle est curieuse, il l’intrigue à vrai dire. Pas de famille ici, pas de liens, enfin pas qu’il ait dévoilé en tout cas. C’était pas le premier étranger à débarquer dans le coin, il y en avait quand même régulièrement, mais il fallait avouer que le plus souvent quelque chose les emmenait ici... La secte, de la famille proche ou éloignée, sinon ils venaient en général de la région proche, St-Albans, Burlington ou une des villes les entourant. Tout en parlant, ils avalent les kilomètres, la ville est proche de toute façon, une petite demi-heure de route pour s’y rendre.


_________________


Family.
Family is what makes you whole, what keeps you strong.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité

MessageSujet: Re: use somebody (juliet)   Lun 17 Avr - 21:36



use somebody
Vince & Juliet
“I've been roaming around
Always looking down at all I see
Painted faces, fill the places I can't reach”  


« Bien sûr, tu peux. Et ça a l’air parfait. »
« Perfetto alors » sourit-il en guise de réponse.

De là, il s’occupa doucement à tisser sa toile. Vincenzo, contrairement à son père et à son frère, avait toujours été plus… subtile. Doué. Un charmeur né, un désastre pour l’humanité, mais avant tout quelqu’un de très attentionné. S’il s’était marié, il aurait sans doute été le meilleur des époux et un père exemplaire. De ceux qui n’oublient jamais rien, qui vont chercher les enfants à l’école et qui fête comme il se doit au petit restaurant d’à côté l’anniversaire de sa femme. Un type à ramener des roses tous les lundis, puis un vendredi dans le mois, pour casser les habitudes, surprendre sans jamais être effrayant.

Avec Vincenzo, on avait envie de se perdre dans le vert de ses yeux, de s’abandonner à son sourire tendre et à cette carrure d’ours des alpes.

Si seulement on savait vraiment…

« Et bien je dois bien avouer que je n’attendais plus votre invitation… »

Il eut un petit sourire d’excuses mais ne répondit pas. Il devait bien s’en douter.

« L’attente a du bon, parfois… » s’excusa-t-il à demi-mot.
« Et bien, on est deux à être stressé. Ça fait une éternité que je n’ai pas été invitée à un rendez-vous. »
« Ah bon ? »

Son air était sincèrement étonné. Juliet était plutôt jolie, et il ne pensait pas qu’une femme avec un enfant effrayait tant que ça les hommes en chasse de quelques amours. Il en avait vu des plus affamés se jetaient sur le premier lot du coin, et autant dire qu’il n’avait rien de Juliet Howell.

« N’en profitez pas… »
« J’oserais ? Moi ? »

Un petit rire passa ses lèvres ; bien sûr qu’il oserait. C’était le genre à ne faire que ça, profiter, en boucle. Profiter de la moindre faille pour s’y faufiler, pour mieux mordre à la gorge. Un véritable chien de chasse. Vince était bon à ça, mais à voir la jeune femme, toute naïve et rougie, il avait un doute. Ça ne lui rapporterait rien. Aucun plaisir. Aucune émotion. A peine sentirait-il une pointe d’excitation le moment venu, et encore… Son sourire se fit plus fin, pincé.

« Je suis sûre que t’as quand même plus d’expérience que moi en la matière. »
« En la matière amoureuse ? » Il pouffa doucement de rire, et si c’était un peu moqueur, ce n’était pas sa faute. « Je crois que tu te fais une fausse image de moi, ou alors tu es une nonne, car côté amour, ce n'est pas très reluisant... »

Vince eut un petit rire de nouveau. Il fallait avouer que sortir le soir, ce n’était pas son truc. Du moins, pas accompagné d’une femme. Souvent, il était surtout avec un cadavre… parfois, un cadavre en devenir…

« Parles moi un peu de toi… Qu’est-ce que tu fais dans la vie ? Et le minuscule village qu’est Redwood te plaît toujours ? »
« Aaah… » il a un petit rire qui se meurt sur ses lèvres, « tu veux vraiment que je parle de ça ? »

Est-ce que le grand vilain Vincenzo de Luca est sur le point de lui avouer tout ce qu’il est et tout ce qu’il cache ? … Certainement pas. Alors qu’ils filent dans la nuit, il baissa légèrement le son de la radio, osant un petit regard furtif sur sa compagne de soirée.

« Mon père est mort d’un cancer y a quelques temps, et ma mère s’est un peu retrouvée toute seule à galérer pour finir les fins de mois. On avait plus un sous pour payer l’école de ma petite sœur, et mon salaire de tatoueur ne me permettait pas de finir les fins de mois, alors d’aider ma famille... Ça a été des années très sombres, mais on s’est serré les coudes. J’ai cherché du travail, un autre, qui paye mieux, j’ai dû me tourné vers des connaissances pour leur demander s’ils avaient pas un job pour moi… de fil en aiguille, on m’a proposé un poste de barman à Burlington, dans un bar. » Un petit silence s’installe, alors que le sourire de Vince grandit, amusé. « Bon, tu te moques pas… mais c’est un bar de strip-tease. »

Un petit rire peu sérieux secoua de nouveau les lèvres de Vince.

« C’est pas très reluisant, mais ça paye bien et ça me permet de soutenir financièrement ma mère et ma sœur. Mais ça permet pas trop de sortir le soir, tu vois… »

Pour ce soir, il avait dû excusé sa présence au Donã Sebastianã. Bien sûr on ne lui avait rien dit, mais ça, Juliet n’était pas sensée le savoir. Ça rendait le rendez-vous plus difficile à obtenir pour Vince, et c’était peut-être mieux pour la suite. Juliet se sentirait désirée et désirable. Et c’était pas vraiment faux…

Made by Neon Demon


Revenir en haut Aller en bas

avatar

membre qu'on adore
Voir le profil de l'utilisateur
LITTLE TALKS : 406
PSEUDO : evalie/sorayia
AVATAR : Kate Mara
CREDITS : lallybroch (ava) - astra (sign) - valkyrie (icon sign)
ÂGE : 33

MessageSujet: Re: use somebody (juliet)   Mer 19 Avr - 22:01

Elle était ravie de sortir pour ce soir. Elle le connaissait à peine, mais c'était l'occasion et même si cela n'allait nulle part finalement, ça faisait du bien de sortir un peu. Elle lui avoua qu'elle ne s'attendait plus vraiment à son invitation, pas une critique juste un fait. Une maman célibataire, ça n'attirait pas tout le monde. Elle hocha la tête à sa remarque, c'était vrai et puis elle n'était clairement pas pressée. Et puis il lui fait des confidences qui l’étonnent sincèrement. Elle le voyait plutôt comme un homme à femmes, alors pourquoi serait-il stressé ? Il n’en avait pas eu depuis longtemps, bon ceci expliquait cela. Elle lui avoue que c’est pareil pour elle et il semble étonné. Elle lui sourit et hausse les épaules. "Une maman célibataire, c'est pas ce qu'il y a de plus attrayant." Ça ne la dérange pas spécialement, elle le comprend vraiment. Elle-même n'est pas vraiment fan des sites enfants. Le sourire qu’elle avait aux lèvres prouvait d’ailleurs qu’elle n’en tenait rigueur à personne pour cela. Mais elle insiste, amusée, qu’il n’en profite pas. Il fait l’étonné, il fait l’innocent. Elle n’est pas tout à fait convaincue de son petit numéro, sûrement juste parce qu’il est beau gosse et qu’elle le voit comme un tombeur. Elle fronça légèrement les sourcils après la réaction à sa nouvelle affirmation. Une fausse image de lui, c’était une possibilité. Une nonne ? Non, clairement pas. C’est étrange, elle n’arrive définitivement pas à le cerner. Charmeur mais pas d’expérience dans le cadre amoureux ? Bon, il pouvait être du genre à juste s’envoyer en l’air sans aucune fioriture autour, c’était peut-être en effet nouveau pour lui le concept de rendez-vous. Enfin, ça restait un peu étrange.

Mais bon, elle est bien décidée à en apprendre un peu plus et puis c’est un peu le but d’un rendez-vous, apprendre à connaître l’autre. Il a l’air hésitant. C’est un peu étrange pour elle, mais elle hoche la tête. Bien sûre qu’elle veut en savoir plus. Son sourire mourut sur les bords, il baissa un peu la musique et se lança. Elle s’en voulu un peu d’avoir posé la question dès qu’il commença à y répondre. Il avait perdu son père et puis la vie était vite devenue difficile. Elle était par contre touchée par l’importance que sa famille avait pour lui, il avait lâché un boulot qui devait lui plaire pour quelque chose de plus terre à terre, mais qui payait mieux. Et tout cela, pour aider sa famille. "Désolée pour ton père." Simple et sincère, elle le pensait vraiment. Il n’était jamais facile de perdre un membre de sa famille. Un silence s’installa dans l’habitacle, mais pas trop lourd, malgré ce qu’il venait de dire.

Elle lui jeta un coup d’œil et aperçut son sourire qui grandissait. Il avoua travailler dans un bar de striptease. Un léger rire lui échappa, répondant à celui du jeune homme. C’est sûr que c’est pas forcément un boulot de rêve, mais elle serait mal placée pour juger quoi que ce soit… elle hausse donc les épaules. "Je serais de toute façon mal placée pour juger. Je bosse pour une ancienne stripteaseuse qui donne des cours de pole dance et forme les filles d’une boîte de striptease plutôt classe de Burlington… et je sais qu’elle y a dansé une ou deux fois, pour montrer ses talents et puis pour la formation, même si la plupart se fait hors du club… Et même si pour rien au monde, je danserais dans un club de striptease… j’ai tenté la pole dance." Et puis elle sourit. Il avait également précisé que sortir le soir devenait difficile avec ce genre de boulot. Cela ne l’étonnait pas vraiment vu que les soirs, justement, il travaillait. Un léger sourire aux lèvres, elle l’observa. "Je suis donc une privilégiée. Ça me plaît." À qui ça ne plairait pas d’ailleurs ? Il n’avait par contre pas l’air super curieux. "La famille a l’air vraiment importante en tout cas, ça me plaît. C’est quelque chose de capital chez moi aussi. Et j’en ai pas une petite, une sœur, trois frères… une sacrée fratrie."



_________________


Family.
Family is what makes you whole, what keeps you strong.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité

MessageSujet: Re: use somebody (juliet)   Mar 25 Avr - 22:08



use somebody
Vince & Juliet
“I've been roaming around
Always looking down at all I see
Painted faces, fill the places I can't reach”  


« Une maman célibataire, c'est pas ce qu'il y a de plus attrayant. »
« Pas plus qu’un vieux gars » répondit-il sur un ton léger.

Il s’amuse un peu avec elle, la fait chavirer, la perd aussi. Il faut dire qu’il est très mystérieux ce bel Adonis, derrière ses yeux vert bouteille il cache bien des choses. Des amours sans mots, des femmes sans nom, des larmes sans sel. Vincenzo n’a jamais été amoureux, et pour peu, il se sentirait presque incapable de ressentir ce sentiment. L’affection a toujours été plus à sa portée. Il a toujours bien traité les femmes. Peut-être l’image d’une mère qu’il aime tendrement qu’il projette sur celles qui se sont un jour perchées à son bras, souvent pour mieux voler vers Dino.
Cette pensée le froisse un peu à l’intérieur.

« Désolée pour ton père. »
« Y a pas de soucis » répondit-il avec un sourire qui cherchait à désamorcer la mauvaise ambiance que ça risquait d’installer, « avec le temps, on s’y habitue. Et puis, ceux sont des choses qui arrivent. »

Il laisse le silence s’installer et ne fait rien pour le briser. Ça permet de créer une bulle intime entre eux deux. Ceux ne sont pas des choses dont parle beaucoup Vince. Il se demande même si c’était une bonne idée de le dire. Ça le rend fragile et vulnérable un instant, mais cette faille est éphémère et rapidement sa carapace se ferme.
Là il se met à déconner, parce que c’est plus facile pour lui. Face à une innocente, une fille qui ne sait rien de lui et qui ne le juge pas, il se sent plus libre. Libre de rire, libre de faire des blagues que lui seul comprendra. Il se sent comme Mickael dans le Parrain. Le cul entre deux chaises, mais serein.

« Je serais de toute façon mal placée pour juger. Je bosse pour une ancienne stripteaseuse qui donne des cours de pole dance et forme les filles d’une boîte de striptease plutôt classe de Burlington… et je sais qu’elle y a dansé une ou deux fois, pour montrer ses talents et puis pour la formation, même si la plupart se fait hors du club… Et même si pour rien au monde, je danserais dans un club de striptease… j’ai tenté la pole dance. »

Le regard de Vince sembla briller. Son sourire sembla même s’agrandir encore davantage. Un rire presque sur le bout des lèvres, il ricana :

« Ah oui, en fait tu caches bien les choses ! »

… comme moi, se retint-il de dire, mais il appréciait la surprise. Il ne l’avait pas du tout imaginé comme ça, même s’il savait pour sa patronne et pour son entourage. Il était persuadé d’avoir dressé le parfait tableau de la jolie Juliet Howell mais voilà qu’elle le surprenait. Ça lui plaisait. Ce petit goût épicé lui donnait envie d’en savoir plus.

« Je suis donc une privilégiée. Ça me plaît. »


Le sourire de Vince se fit doux comme du velours, presque… appréciateur. Si c’était la seule chose qu’elle désirait, il pouvait facilement lui faire miroiter qu’elle était la plus belle chose au monde et surtout unique. Il avait ce don là. De tout rendre beau. Jusque dans la mort…

« La famille a l’air vraiment importante en tout cas, ça me plaît. C’est quelque chose de capital chez moi aussi. Et j’en ai pas une petite, une sœur, trois frères… une sacrée fratrie. »
« La famille chez les italiens c’est tout. C’est… plus qu’important. L’honneur aussi. On a beaucoup de principes, beaucoup de retenus sur tout ce qui est intime. Avoir un rendez-vous, c’est pas rien. » Il a un petit rire alors que doucement la voiture se stoppe. « Vous êtes…cinq ? Ça doit faire beaucoup de bruits à Noël. »

Les Noël avec Dino et leur petite sœur lui manquaient. En fait, les noëls, c’était le pire. Il se sentait toujours piégé et triste. Il mangeait en silence en face de sa mère. Il essayait parfois de la faire rire, mais elle était livide. Sa sœur, quant à elle, avait préféré se tenir le plus éloigné de ses combines. Vince en faisait aussi exprès. Il préférait ne pas avoir trop de lien avec elle, pour ne pas la « salir ».
Il se sentait odieusement seul, mais ce soir, avec Juliet, ce drôle de vide lui paraissait bien moins oppressant.

« Je préfère les gens qui ont des principes, et qui tiennent à la famille. Les frères, les sœurs, les enfants… tout ça, c’est important. Ça devrait être une priorité pour tout le monde, mais malheureusement, tout le monde ne le voit pas comme ça. »

Vince éteignit la voiture. Elle était garée dans une allée un peu sombre, mais à quelques pas de la grande rue du quartier commerçant de Burlington. Sur cette avenue, on trouvait de nombreux restaurants, dont celui tant promis par Vincenzo.

L’italien d’ailleurs ne se fit pas prier. Il sortit en premier de la voiture, en fit le tour en quelques pas, et ouvrit la portière à Juliet, d’un air nonchalant et calme.
C’était naturel pour lui.

« Moi ça me manque un peu. Avant, on voyait beaucoup de monde, mais plus le temps passe, moins on voit de monde. Jusqu'au moment où on ne voit les oncles et les tantes qu'aux enterrements. » Il haussa les épaules en refermant la voiture d'un petit bip de la clé. « Je sais pas quand je me poserais, mais j'espère que ça ne se passera pas comme ça entre mes enfants. Qu'ils garderont des liens proches. T'es proche de tes frères et de ta soeur ? »
Made by Neon Demon


Revenir en haut Aller en bas

avatar

membre qu'on adore
Voir le profil de l'utilisateur
LITTLE TALKS : 406
PSEUDO : evalie/sorayia
AVATAR : Kate Mara
CREDITS : lallybroch (ava) - astra (sign) - valkyrie (icon sign)
ÂGE : 33

MessageSujet: Re: use somebody (juliet)   Sam 3 Juin - 20:41

Elle hausse doucement les épaules, il est vraiment pas vieux et s’il pense ne pas attirer des femmes, il doit être à moitié fou. Mais elle ne va rien dire, il a l’air suffisamment conscient de lui-même pour pas qu’elle n’ait à lui jeter des fleurs. Une légère rougeur, évidemment, lui monte aux joues. Le sombre de la voiture le cache. Il lui parle un peu de sa famille suite à sa question. Une histoire triste, son père est mort. Elle se considère comme chanceuse, même leur sœur perdue, elle a fini par être retrouvée. Elle hoche doucement la tête, c’est vrai qu’on finit par s’y habituer. C’est un peu triste, mais la pure vérité. Juliet avait fini par faire le deuil de sa sœur. Même si pour finir, elle était revenue la petite fille devenue grande. Le silence s’allonge doucement entre eux deux, pas gênant, juste agréable. Ensuite, il blague sur son boulot… mais elle lui renvoie la pareille. C’est vrai qu’elle a une patronne pas comme les autres. Elle pouffe de rire à sa remarque. Cacher des choses ? Pas vraiment. Dans le fond, elle est simplement une prof de danse et surtout pour la classique. Mais bon, elle imaginait qu’être prise pour un peu mystérieuse, ça ne pouvait être que bon. Privilégiée, elle l’était et elle le pensait. Il était possible qu’elle n’aurait rien du dire mais il était trop tard pour s’inquiéter. Elle se montrait sûrement trop vulnérable. Aucun doute qu’elle lui donnait des munitions en tout cas.

Elle continue à parler de familles, parce que c’est toujours important pour elle, quelque chose de vital. Elle l’avait presque entièrement perdue à une période, ça avait été horrible pour elle-même si ça avait donné un coup de booste à sa carrière de danseuse. Carrière qui s’était très vite effondrée, mais ça lui avait donné une chance de foncer à quelque part. Elle écoute attentivement la suite, il avoue que c’est un trait italien. Hochant la tête, la jeune femme pense à Noël. Elle adorait les fêtes en général, mais Noël avait une mention spéciale. C’était la première fois qu’ils étaient vraiment tous réunis, enfin la fratrie, Louise avait été de retour, c’était encore un peu fou. Ses dires lui font plaisir, elle est d’accord avec lui. La famille doit faire partie des priorités, enfin ça devrait… la plupart du temps.

Il se gara et elle ne reconnut pas l’endroit. Elle n’avait pas vraiment fait attention à la route prise dans ses pensées ou dans la discussion. Juliet hausse un sourcil tandis qu’il fait rapidement le tour de la voiture. Ça fait longtemps que personne ne lui avait ouvert une porte. Elle continue de l’écouter tandis qu’il referme la voiture et puis l’emmène tranquillement au petit restaurant où il avait réservé. Elle comprend largement que ça peut lui manquer la famille… elle avait vécu cela pendant des années. Elle hoche la tête à sa question. "Oui très proche. J’ai un jumeau, donc on est resté plutôt proche. Il y a eu quelques années plus difficiles pour toute la fratrie, mais on est tous redevenu très proche." Et les choses allaient en s’améliorant tous les jours, enfin régulièrement en tout cas. Thanksgiving et Noël les avait aidé encore un peu… surtout avec Louise.

Elle se fait encore une fois ouvrir la porte et puis elle suit Vince pour rejoindre leur table. Galant jusqu’au bout aucun doute. Une fois la carte en main, elle observe un instant autour d’elle. Un joli petit restaurant. Elle le connaissait et en avait entendu du bien, mais elle n’avait jamais eu l’occasion d’y aller. "Est-ce qu’il y a une spécialité ? Quelque chose que tu me conseillerais ?" Elle avait failli le vouvoyer à nouveau mais avait réussi à le tutoyer quand même.


_________________


Family.
Family is what makes you whole, what keeps you strong.
Revenir en haut Aller en bas
 

use somebody (juliet)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Roxy Juliet Montgomery ☆ Si vous avez des larmes, préparez-vous à les verser.
» Haiti Tops Agenda at North American Foreign Ministers' Meeting
» A disturbing girl | PV.Juliet
» JULIET DARION KENNEDY ► Jessica Capshaw
» ❝ Les hommes rêvent du retour plus que du départ. ❞ JULIET&DONOVAN

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
REDWOOD HILLS :: 
YOU'RE ENTERING REDWOOD HILLS
 :: travelling :: Burlington
-
Sauter vers: