AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Merci de privilégier les nombreux scénarios, pré-liens et membres des familles lors de votre inscription !
N'hésitez pas à interpréter un membre de la secte !
Nous recherchons activement des parrains, n'hésitez pas

Partagez | 
 

 Remind me that once I was free | Nathan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

avatar

membre qu'on adore
Voir le profil de l'utilisateur
LITTLE TALKS : 1836
PSEUDO : Caroline + Linoa
AVATAR : Alicia Vikander
CREDITS : luaneshë (av) & bat'phanie (sign)
ÂGE : 30

MessageSujet: Remind me that once I was free | Nathan   Mar 23 Mai - 18:49

Remind me that once I was free

Robin & Nathan
Robin ignorait toujours ce qui lui avait pris, d’accepter la proposition de sa mère pour lui faire plaisir. Elle savait que c’était un coup fourré, qu’elle le regrettait, mais sa mère lui avait lancé un tel regard qu’elle n’avait pas été en mesure de refuser. Elle se retrouvait donc, accompagnée par Nathan, à un stand dans le gigantesque vide-grenier organisé par la ville sur la place centrale, où l’on trouvait de tout et de rien. Leur mère désirait en effet se débarrasser d’une grande partie des bibelots qui s’amoncelaient dans le grenier de la maison familiale, afin de faire de la place (et, comme le pensait Robin avec amertume, en acheter de nouveaux). Le frère et la sœur étaient venus tôt ce matin-là pour s’installer, en même temps que la plupart des vendeurs d’un jour, et alors que la matinée touchait à sa fin, l’ambiance était plutôt décontractée, les gens riaient en s’interpellant, Robin saisissait au passage des conversations pour le moins étranges, et elle s’efforçait de sourire en toute circonstance aux potentiels acheteurs. Ils n’étaient pas très nombreux, mais il y en avait tout de même, autant que des connaissances qui s’enquéraient de l’état de Lani Myers en passant devant leur stand. La plupart semblaient surpris de ne pas trouver cette dernière pour vendre des objets qui, bien souvent, lui tenaient à cœur, ce que Robin comprenait parfaitement bien. Mais Lani était débordée, et elle devait sans doute penser que ses enfants seraient de bien meilleurs négociateurs qu’elle. Ce à quoi Robin avait répondu qu’elle était palefrenière, pas vendeuse, mais qu’importe.

« Putain, il est bientôt midi, il commence à faire chaud. T’as pensé à prendre à boire ? » s’enquit Robin à l’adresse de Nathan, son partenaire d’un jour. Elle passa en revue le bric-à-brac qui s’amoncelait à leur stand, espéra en écouler une bonne partie avant la fin de la journée, sinon, tout cela n’aurait servi à rien. Et Robin détestait plus que tout se sentir inutile. « Et les sandwichs ? T’as pensé aux sandwichs, rassure-moi ? » pourquoi diable était-ce à Nathan de penser à tout, Robin l’ignorait, mais c’était bien plus facile de trouver un coupable si tel n’était pas le cas, de pouvoir s’en  prendre à lui, et uniquement à lui. Elle commençait à avoir soif et faim, ce qui signifiait qu’elle ne tarderait pas à être d’une humeur exécrable et à râler sur à peu près tout ce qui constituait ce vide-grenier et même, sur le beau temps pourtant tant attendu. Heureusement que son petit frère la connaissait, il ne s’offusquerait donc pas de son comportement. « Tu savais que maman avait tout ça dans le grenier ?  Sérieusement, qui voudrait de cette machine à coudre verte ? On dirait qu’elle a au moins cent ans, je me demande si elle fonctionne encore » grogna-t-elle, pleine de mauvaise foi. Mais peut-être qu’un fétichiste des machines à coudre tomberait dessus et l’emporterait avec enthousiasme et frénésie, qui sait. En attendant, Robin s’efforça de ne pas laisser son agacement reprendre le dessus, pour éviter de faire fuir d’éventuels clients.

black pumpkin



_________________
Juste avant le bonheur
Le silence a cette vertu de laisser parler le regard, miroir de l'âme. On entend mieux les profondeurs quand on se tait. ▬ A.L
Revenir en haut Aller en bas

avatar

membre qu'on adore
Voir le profil de l'utilisateur
LITTLE TALKS : 700
PSEUDO : Dezbaa
AVATAR : Aaron Taylor-Johnson
CREDITS : gorgeousmali (avatar), Tumblr (gifs), Dezbaa (signature)
ÂGE : 24

MessageSujet: Re: Remind me that once I was free | Nathan   Ven 26 Mai - 17:24

Remind me that once I was free.
Robin et Nathan Myers

Nathan avait à peine eu le temps de se féliciter de la fin des examens que, déjà, une nouvelle besogne se présentait à lui. Sa mère était actuellement débordée, elle courait partout - et il se demandait bien pourquoi -, si bien qu'elle ne pouvait pas se rendre au vide-grenier organisé par la ville. Mais, elle tenait absolument à y participer, à ressortir des vieilleries dont elle ne faisait plus usage, et à les vendre. Lui, il avait simplement eu le malheur de passer chez ses parents. Bien contente de le voir - comme toujours -, Lani avait rapidement amené le sujet sur la table, et le fils adoré n'avait pu refuser. La bonne nouvelle, c'était que Robin avait aussi été assignée à la tâche - enfin, "bonne nouvelle", tout était relatif, parce qu'il avait eu le mauvais pressentiment qu'elle serait d'une humeur massacrante.
Elle était d'une humeur massacrante. Non, ne soyons pas mauvaise langue ; elle était simplement de mauvaise humeur. Ce n'était plus qu'une question de temps avant qu'elle ne devînt exécrable, mais Nathan y était habitué. Avec les années, il avait appris à tempérer ses ardeurs, ou à laisser couler les choses - il faisait un bon rocher, bien glissant, parfait pour subir les crises de colère du torrent tempétueux.

Ou à les empirer. Souvent, il taquinait sa sœur alors qu'elle avait déjà les nerfs à fleur de peau, mais parfois, il ne le faisait pas exprès. « Moi ? Bah nan, t'as cru quoi ? J'suis sorti du lit et j'ai foncé ici, j'suis mort là. » Il était vrai qu'il n'avait pas l'air très frais - des cernes bordaient ses yeux. Cependant, lorsqu'il croisa le regard de la brune, celui-ci eut l'effet d'un coup de fouet, et il leva les deux mains en signe d'apaisement et d'innocence. « Woh doucement, fais pas ce regard-là, j'déconne, maman y a pensé pour nous ! » Il enjamba un carton où s'amoncelait un bazar innommable, et attrapa un sac qu'il avait posé à l'ombre en arrivant, le matin. Il était froid : les pains de glace accomplissaient bien leur travail. « En fait, elle m'a rappelé hier soir pour me demander de passer les chercher, parce qu'elle était sûre qu'on n'y avait pas pensé... Elle nous connaît bien, hein ? » fit-il dans un sourire amusé. Ça, c'était certain. Lani connaissait ses gamins par cœur, et heureusement pour eux, elle était l'incarnation même de la patience et de la dévotion. Comme Nathan n'était pas loin de mourir de faim lui aussi (c'était à se demander s'il n'avait pas fait exprès d'attendre que la palefrenière s'agace), il ouvrit le sac à dos, et en tira les deux bouteilles d'eau et les deux sandwichs jambon-beurre. « P'tain, elle abuse, elle a mis les mini compotes qu'on mangeait quand on était p'tits. » Et il rit, parce que diable, ce que ça ressemblait bien à sa mère ! Il tendit sa bouteille et son sandwich à Robin. « Tiens l'affamée, passe tes nerfs sur la bouffe. » glissa-t-il dans un sourire. Puis, il entama le sien. Bon sang ce que ça faisait du bien.

Depuis le matin, plusieurs personnes s'étaient arrêtées devant le stand. Pas mal de connaissances de Lani, trop peu d'acheteurs à leur goût. Mais Nate ne perdait pas espoir : Redwood Hills, c'était rempli de petits vieux et gens étranges susceptibles de tomber amoureux des breloques dont la famille se débarrassait. « Non, et franchement, j'crois qu'j'aurais préféré pas savoir... Si j'me mets à collectionner comme ça, donnez-moi un coup derrière la tête, que j'me réveille et que j'foute tout à la poubelle. » Ça le sidérait de voir tout ce qu'on pouvait garder alors qu'on ne s'en servait pas, tout ce qu'on pouvait accumuler au fil des années. Il baissa les yeux sur la machine à coudre que Robin désignait. « Bah, c'est pas celle avec laquelle Lisa a commencé à coudre ? » C'était bien à leur mère, mais il lui semblait qu'elle l'avait prêtée à leur sœur lorsque celle-ci avait voulu apprendre l'art de la couture. « L'pire, c'est qu'c'est bien possible qu'elle ait appartenu à une de nos grand-mères avant. M'enfin c'est plein de petits vieux ici, on trouvera bien quelqu'un à qui la refourguer. » Non ? « En vrai j'aurais dû amener Huggy, on aurait attiré tous les gosses, et boum les parents se seraient sentis obligés d'acheter un truc. » Mais bon, il avait laissé le lapin entre les mains d'Andy. Tant qu'elle s'entraînait pas sur lui pour apprendre à mettre une couche...

© Dezbaa

_________________


NO SHAME :
 


Dernière édition par Nathan Myers le Ven 28 Juil - 16:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar

membre qu'on adore
Voir le profil de l'utilisateur
LITTLE TALKS : 1836
PSEUDO : Caroline + Linoa
AVATAR : Alicia Vikander
CREDITS : luaneshë (av) & bat'phanie (sign)
ÂGE : 30

MessageSujet: Re: Remind me that once I was free | Nathan   Dim 28 Mai - 22:13

Remind me that once I was free

Robin & Nathan
Robin ne cessait de râler depuis une heure, mais cela signifiait au moins qu’elle était en parfaite santé, qu’elle était elle-même. Si elle avait gardé le silence et paru renfermée sur elle-même, sans adresser un seul mot à son frère, il y aurait eu de quoi se poser des questions, alors elle se rassurait en se disant qu’au moins, ainsi Nate ne serait pas choqué. Quand elle lui demanda s’il avait pensé à apporter à boire et aux sandwichs, sa réponse fut négative, forcément, elle aurait dû s’y attendre. « Putain, tu pourrais mieux t’organiser quoi »  ronchonna-t-elle en desserrant à peine les dents. C’était l’hôpital qui se fichait de la charité, mais quelle importance ! Heureusement, comme elle le fusillait du regard, il s’empressa de rajouter que leur mère y avait pensé pour eux, elle avait tout prévu. Elle esquissa un sourire presque attendri en songeant à sa mère, toujours si prévenante, toujours maternelle, et hocha la tête « Ouais, on lui fait pas honneur, on est merdique comme enfants » au moins, pour une fois, elle s’englobait dedans. Elle avait bien conscience de ne pas être une enfant modèle aux yeux de sa mère, elle était même plutôt l’inverse, et il n’y avait bien que Lisa pour sauver la mise. Elle, elle était parfaite. Ulysse ne s’en sortait pas si mal, lui non plus. Mais Robin et Nathan... Irrécupérables, les mômes. D’ailleurs, c’était aussi ce que devait se dire Lani Myers en leur préparant leur casse-croûte, puisqu’elle y incorpora des compotes qu’ils adoraient quand ils étaient gamins. « Elle se dit peut-être qu’on est toujours petits ? » hasarda Robin en attrapant le sandwich et la bouteille. « Merci, mon brave » Elle commença par ouvrir cette dernière et but une gorgée d’eau glacée, avant de mordre dans son sandwich comme si elle n’avait pas mangé depuis dix jours au moins.

Ce faisant, elle jeta un coup d’œil au fatras qui s’entassait à leur stand et Nate semblait partager sa vision des choses. « Ouais, je suis d’accord, mais ça dépend... Un jour, si ça se trouve, tu vas tomber sur un truc génial et tu vas vouloir commencer une collection, genre, des ours en peluche... ou des vases. Je m’avancerais pas, si j’étais toi » Robin, elle n’avait pas de collection bizarre, elle n’avait pas le souvenir d’en avoir jamais eu une, même étant enfant. Ce n’était pas son genre, elle n’avait pas assez de patience pour collectionner quoi que ce soit. « Tu crois que c’est cette machine ? Putain, non... On peut pas la vendre, arrête, ce serait un crime contre l’humanité. T’imagine la tête de Lisa ? Moi je dis, il faudrait la mettre de côté » ce n’était clairement pas une bonne idée, mais pauvre Lisa, c’était symbolique, ce genre d’objets, surtout si elle avait appris à coudre dessus. Robin  n’avait jamais attaché beaucoup d’importance aux objets, mais elle trouvait ça quand même triste. Quand Nathan parla de regretter la présence de son lapin, Robin releva les yeux, surprise «  T’es malade ? Il se serait attaqué aux meubles, avec ses petites dents, là... Pas sûre que ça fasse une bonne pub, franchement. Il se porte comment, d’ailleurs ? En pleine forme ? » la bouche pleine de son sandwich, elle adressa un sourire à une potentielle cliente, qui s’éloigna d’un pas précipité. Manque de bol, ça ne serait encore pas pour cette fois. « Tu sais qu’il m’a donné envie d’adopter un lapin ? J’ai pas encore sauté le pas, mais j’y pense de plus en plus. Ce serait cool, un lapin chez moi » songea-t-elle, le regard rêveur.  

black pumpkin



_________________
Juste avant le bonheur
Le silence a cette vertu de laisser parler le regard, miroir de l'âme. On entend mieux les profondeurs quand on se tait. ▬ A.L
Revenir en haut Aller en bas

avatar

membre qu'on adore
Voir le profil de l'utilisateur
LITTLE TALKS : 700
PSEUDO : Dezbaa
AVATAR : Aaron Taylor-Johnson
CREDITS : gorgeousmali (avatar), Tumblr (gifs), Dezbaa (signature)
ÂGE : 24

MessageSujet: Re: Remind me that once I was free | Nathan   Dim 4 Juin - 23:06

Remind me that once I was free.
Robin et Nathan Myers

Robin râlait, mais en vérité, si ça n'avait pas été le cas, Nathan s'en serait inquiété. Robin et râler, ça commençait par la même lettre, et cela pour une très bonne raison. Lorsqu'ils se trouvaient dans la même pièce, il y était rarement étranger. Il avait toujours adoré embêter sa sœur, et ne ratait jamais une occasion de le faire... même lorsqu'elle était déjà un peu sur les nerfs. « En vrai j'crois que ça lui fait grave plaisir d'nous chouchouter et d'nous traiter comme des gosses. » D'une certaine façon, c'était créer l'illusion qu'ils n'avaient pas grandi, se donner l'impression que les temps insouciants n'étaient pas révolus, fantasmer le sentiment qu'ils n'étaient pas vraiment partis. Lani n'était ni stupide ni folle, mais Nathan était à peu près certain qu'elle repensait au temps de leur enfance avec une nostalgie toute maternelle. C'était mignon, et dans le fond, n'avait-elle pas raison ? Il ne faut jamais perdre son âme d'enfant ; il faut toujours rêver à Peter Pan. Qui sait ce que la vie réserve ?

Et qui savait ce que réservait le grenier des Myers ? Robin et son frère découvraient des trésors - d'une valeur sentimentale, plus rarement financière - à mesure qu'ils se penchaient sur les cartons. Ils avaient essayé de mettre quelques objets en avant, mais leurs techniques de commercialisation n'étaient définitivement pas les meilleures. Les collections s'entassaient et soulignaient leur impuissance. « Hahaha, tu m'vois commencer un élevage d'ours en peluche, sérieux ? Nan franchement, quitte à collectionner un truc, autant qu'ce soit original. Genre... » Il se laissa le temps de réfléchir puis lança : « Bah les pochettes de capote par exemple ! Y'en a des grave marrantes. Bon, faut pas être pressé sinon tu la déchires n'importe comment, mais ça, ça peut être une collection ! » Il fit la moue. « C'est con, si j'y avais pensé avant, j'aurais gardé toutes celles que j'ai déjà utilisées, puis j'aurais pu tenir un livre de comptes en même temps, tu vois. Histoire d'pouvoir exposer toute ma collection pendant les repas de famille, et appeler aux offrandes... comme la grande tante avec ses étiquettes de bouteille là ! » Il ne put retenir un rire (mais ce n'était pas vraiment à cause de la grande tante, car cette femme n'avait rien d'autre d'amusant que sa collection insensée).

Comme ils parlaient de la machine, il baissa les yeux vers celle-ci. « Tranquille, elle en a plus besoin maintenant. Ça sert à rien qu'on la garde, c'encore un truc qui va moisir dans un coin. Autant qu'elle serve à quelqu'un d'autre, non ? » Il croisa le regard de sa sœur. « Non ? Bon bah, j'sais pas, envoie un sms à Lisa pour lui d'mander. » Il espérait que la jeune styliste n'avait pas l'intention de garder cette antiquité. Il comprenait qu'on pût être attaché aux vieilles choses inutiles - d'ailleurs, il devait sûrement avoir quelques peluches et autres jouets bien au chaud dans un tiroir, mais ça servirait plus tard, pour ses enfants... s'il avait des enfants, ou pour Huggy, tiens, il devait aimer ça, Huggy, les trucs en tissus à bouffer (non, il ne lui donnerait jamais) - mais de là à garder des choses dont on ne se servirait plus jamais... « Quoooi ? Mais n'importe quoi, c'un lapin éduqué, il a jamais bouffé un seul fil électrique de sa vie. Et ouais ouais, il va bien, la routine quoi, il mange, il dort, il chie, il court partout, c'est la fête au paradis lapinesque. » Il était clair qu'avec Andy et Nate à ses côtés, le rongeur n'était pas maltraité. La plupart du temps, il se baladait même librement dans l'appartement, et il avait souvent droit aux restes de légumes crus. « Sérieux ? Tu vois, il est tellement parfait que même toi tu l'aimes ! Franchement ça serait archi cool. Prends une femelle, on élèvera une colonie de lapin Myers comme ça. » ajouta-t-il dans un sourire de connivence.

© Dezbaa

_________________


NO SHAME :
 
Revenir en haut Aller en bas

avatar

membre qu'on adore
Voir le profil de l'utilisateur
LITTLE TALKS : 1836
PSEUDO : Caroline + Linoa
AVATAR : Alicia Vikander
CREDITS : luaneshë (av) & bat'phanie (sign)
ÂGE : 30

MessageSujet: Re: Remind me that once I was free | Nathan   Jeu 8 Juin - 14:38

Remind me that once I was free

Robin & Nathan
Robin aimait sa mère, même si elle ne savait pas toujours comment le montrer, elle lui vouait une admiration et un amour sans faille, si bien qu’elle se moquait si Lani les couvait un peu trop, quand bien même ils étaient déjà adultes depuis un certain temps. Au contraire, elle s’en amusait. Longtemps en guerre contre sa propre famille, surtout à l’adolescence, durant laquelle la crise avait été épique, elle savourait aujourd’hui le fait de s’être réconciliée avec ses deux parents, ce qui n’était pas forcément le cas de ses frères. Car Robin adulait le paternel Myers, son héros, son modèle et le paternel le lui rendait bien, mais il ne montrait pas forcément sa fierté aux autres. Elle hocha la tête, partageant l’opinion de Nathan concernant leur mère, et ils en vinrent à parler des collections étranges qu’ils pourraient avoir, un jour. Robin trouvait l’idée que Nathan collectionne les ours en peluche intéressante, malheureusement, ça ne semblait pas être son cas. « Ouais, et après tu vas rentrer dans le livre des records pour la collection la plus originale ? J’t’en prie, je te rappelle que mon nom est le même que le tien, j’ai pas envie qu’on m’associe à ça ! En revanche les ours en peluche, au moins t’as déjà la base, t’en avais plein quand t’étais môme, j’suis sûre que tu dors encore avec, il y aurait de quoi faire une jolie collection » ironisa-t-elle, bien décidée à l’embêter. Enfin, elle ne savait pas trop dans quelles conditions il dormait, mais elle n’était pas certaine de vouloir le savoir.  Quoi qu’il en soit, commencer une collection dès maintenant, ça n’était peut-être pas l’idée du siècle sachant qu’au contraire, ils souhaitaient se débarrasser du superflu.

« J’sais pas trop... Elle en a plus besoin mais ça lui tient peut-être à cœur ? Enfin, t’as sûrement raison, ça encombre et puis elle doit avoir du matériel vachement plus perfectionné que ça » sans doute que cette machine avait-elle bien servi durant ses jeunes années, mais aujourd’hui, ça n’était plus la peine. Nate suggéra malgré tout d’envoyer un SMS à Lisa pour en avoir le cœur net et Robin apprécia l’initiative, son frère n’était donc pas dépourvu de cervelle, par moments. Le plus naturellement du monde d’ailleurs, ils en vinrent à parler du lapin, comme si c’était un sujet de conversation normal, un sujet qui méritait d’être débattu. « C’est quoi l’espérance de vie d’un lapin d’ailleurs ? Je me suis toujours posée la question, ça vit pas longtemps non ? » craignant que son frère n’affiche une mine attristée à la simple idée de perdre un jour son animal tant aimé, Robin se rattrapa du mieux possible « Enfin, c’est juste à titre informatif hein, aucun sous-entendu derrière. Pour savoir combien d’années je vais signer avec un lapin » elle n’était pas certaine que ce soit un beau rattrapage, mais quoi qu’il en soit, elle avait l’intime conviction d’avoir évité le pire. En tout cas, Huggy était un lapin heureux, assurément, il avait de la chance d’être tombé sur un maître aussi consciencieux que l’était Nate, qui avait dû être lapin dans une vie antérieure pour aussi bien comprendre le petit animal. D’ailleurs, son frère se montra emballé à l’idée qu’elle-même puisse vouloir en prendre un, notamment pour que Huggy soit assuré d’une descendance. « Mais non, arrête, après on aura tellement de petites bêtes qu’on saura pas où les caser, il faudra les donner dans toute la ville. Ça se reproduit comme des... ben comme des lapins, j’te jure » grimaça-t-elle, n’étant pas certaine d’approuver d’élever une armée de lapins pour le restant de ses jours.  
black pumpkin



_________________
Juste avant le bonheur
Le silence a cette vertu de laisser parler le regard, miroir de l'âme. On entend mieux les profondeurs quand on se tait. ▬ A.L
Revenir en haut Aller en bas

avatar

membre qu'on adore
Voir le profil de l'utilisateur
LITTLE TALKS : 700
PSEUDO : Dezbaa
AVATAR : Aaron Taylor-Johnson
CREDITS : gorgeousmali (avatar), Tumblr (gifs), Dezbaa (signature)
ÂGE : 24

MessageSujet: Re: Remind me that once I was free | Nathan   Mer 14 Juin - 23:24

Remind me that once I was free.
Robin et Nathan Myers

Il secoua la tête d'un air outré. « Moi, dormir avec des ours en peluche ? P'tain non ! J'dors avec d'autres créatures de rêve, maintenant, tu vois, j'ai grandi. » fit-il en haussant les sourcils plusieurs fois de suite. Il n'avoua pas qu'il en avait certainement gardé quelques-uns dans un tiroir, parce qu'il était certain que Robin se serait moquée de lui - probablement pour une bonne raison, mais tout de même. « Puis la collection d'capotes c'est une très bonne idée finalement. T'as qu'à te marier, t'auras pas à partager l'honneur familial comme ça. D'ailleurs, il va bien, Adam ? » Tout en subtilité. Il l'avait rencontré lors de l'anniversaire de Robin, et sans trop savoir ce qui se tramait, il avait cru comprendre que c'était peut-être éventuellement sans doute le futur copain de sa sœur. Nathan était content pour elle. Elle avait réussi à passer à autre chose. Elle l'avait fait, elle. Elle l'avait fait tandis qu'il se débattait encore avec le souvenir de Reagan, qui trop souvent revenait, résurgence désagréable d'un passé qu'il aurait voulu enterrer. Les choses continuaient à tourbillonner dans un désordre effrayant, si bien qu'il ne savait plus trop où il en était. Il nourrissait une amertume tenace, mais contre lui-même seulement. Incapable ! Les autres n'avaient jamais eu aussi raison.

« Carrément, j'sais même pas si elle coud encore elle même. Elle a peut-être toute une bande de petits sous-fifres... » Il sourit, car en réalité, il imaginait très mal Lisa dans cette situation. Elle était dévouée et altruiste : jamais elle ne pourrait devenir une patronne tyrannique. Du moins, c'était ce que croyait le plus jeune des Myers ; telle était l'image qu'il avait toujours eu de sa sœur.
Puis, la conversation bifurqua sur le célèbre lapin qui squattait son appartement depuis un moment maintenant - un an ? « Ouais, ça vit que trois ans, j'crois. Tu vois, c'est urgent que Huggy se reproduise ! Il va bientôt en être à la moitié de sa vie, faut qu'il assure sa descendance. Tu peux pas le laisser crever comme ça, Robin, ça s'fait pas... » avança Nate, avec une petite moue accrochée à la bouche, et des yeux de chien battu qu'il voulait convaincants. Il faisait le pitre, mais il était évident que lorsque Huggy viendrait à mourir, il serait triste. Ce n'était pas comme un chien, mais c'était tout de même un bon compagnon, qui supportait tous ses états et s'endormait sur son ventre dès qu'il allumait la télévision. « Mais non, on en aura pas des tonnes. On les fait copuler une fois, on prie tous les jours le dieu des lapins pour qu'elle en ait que trois ou quatre, puis après hop castration/stérilisation, et ils se verront juste pour jouer ensemble dehors, en tout bien tout honneur. » Il s'imaginait déjà les deux lapins gambader gaiement dans le jardin de Robin, leurs trois ou quatre lapereaux à leur suite. « Ça ferait une belle petite famille, allez. En plus, s'ils en ont quatre, ça fait un lapin pour chaque Myers ! Papa sera archi heureux d'avoir une boule de poils pour lui tout seul. » Pour sûr.

© Dezbaa

_________________


NO SHAME :
 
Revenir en haut Aller en bas

avatar

membre qu'on adore
Voir le profil de l'utilisateur
LITTLE TALKS : 1836
PSEUDO : Caroline + Linoa
AVATAR : Alicia Vikander
CREDITS : luaneshë (av) & bat'phanie (sign)
ÂGE : 30

MessageSujet: Re: Remind me that once I was free | Nathan   Ven 16 Juin - 16:54

Remind me that once I was free

Robin & Nathan
Robin aimait plus que tout charrier Nathan, parce que dans sa tête, il restait son petit frère, même si aujourd’hui il était beaucoup plus grand qu’elle et n’avait plus rien du mignon petit garçon aux boucles brunes qu’il était autrefois (en dehors des boucles brunes). Il restait plus jeune qu’elle, il restait un gamin, qu’elle pouvait donc à loisir embêter jusqu’à ce que mort s’ensuive. Et cette relation lui avait terriblement manqué quand ils s’étaient disputé à cause de Reagan – c’était toujours à cause de Reagan – alors aujourd’hui, ne sachant de quoi le lendemain serait fait, elle en profitait. Elle fronça les sourcils quand il assura dormir avec d’autres créatures de rêve et, un sourire aux lèvres, elle railla « J’avais oublié combien le petit Natounet avait du succès auprès de la gent féminine... » mais elle manqua de s’étrangler quand il lui demanda comment allait Adam. Bien sûr, sa question était légitime, ils avaient fait connaissance lors de l’anniversaire de Robin, même si ce fut assez bref et que Robin le présenta comme un ami, l’un de ses rares amis d’ailleurs, sans entrer dans les détails. Ses fichus frangins n’étaient certainement pas dupes et elle rétorqua « Je rêve ou tu viens d’associer le mariage à Adam ? J’te le répète, c’est un ami, ok ? C’était un ami le jour de mon anniversaire et c’est encore un ami aujourd’hui, pigé ? Je te vois venir avec tes gros sabots, là... » elle craignait de s’engager dans cette voix, craignait de perdre pied. D’abord, elle n’avait jamais prévu de se marier, et ensuite, ce ne serait sûrement pas avec Adam, ça non. Il devait honnir le mariage autant qu’elle.

« Et puis... Oh, bon sang, c’est tellement compliqué ! » asséna-t-elle, furieuse.  Nathan ne comprendrait peut-être pas, mais tant pis. Elle n’avait pas l’habitude de parler de ses relations sentimentales avec lui, vu que ces derniers temps à part Adam, il n’y avait eu que Reagan dans sa vie. Et c’était humainement impossible de parler de Reagan avec Nathan. « Pas Lisa, non. Elle est bien trop gentille pour avoir des sous-fifres, elle le supporterait pas » sourit Robin. La bonté, l’humanité dont faisait preuve sa sœur l’étonnait toujours, car elle était bien différente de Robin. Les deux sœurs étaient même à l’opposé l’une de l’autre, ça ne les empêchait pas de s’aimer. « Comment ça j’peux pas le laisser crever comme ça ? Et tu veux que je fasse quoi pour le maintenir en vie, exactement ? » demanda-t-elle, hilare. A part le réanimer au moment venu, elle ne voyait pas. Et puis elle ignorait si réanimer un lapin était une pratique très courante, elle savait réanimer des gens, elle connaissait les gestes de premiers secours, mais des lapins... A tester.   « Parce qu’en plus tu veux en ramener à papa ? Nate, j’t’en prie. J’en sais rien, ramène un diplôme, un boulot stable, c’que tu veux, mais lui ramène pas un lapin, c’est la crise cardiaque assurée » signala-t-elle, faussement lugubre. Il y avait mieux comme lot de consolation ! Elle finit par esquisser un sourire et reprit « Ok, trois ou quatre lapereaux, ça me convient. J’en adopte un rapidement » ça allait encore être un grand moment.    
black pumpkin



_________________
Juste avant le bonheur
Le silence a cette vertu de laisser parler le regard, miroir de l'âme. On entend mieux les profondeurs quand on se tait. ▬ A.L
Revenir en haut Aller en bas

avatar

membre qu'on adore
Voir le profil de l'utilisateur
LITTLE TALKS : 700
PSEUDO : Dezbaa
AVATAR : Aaron Taylor-Johnson
CREDITS : gorgeousmali (avatar), Tumblr (gifs), Dezbaa (signature)
ÂGE : 24

MessageSujet: Re: Remind me that once I was free | Nathan   Mar 20 Juin - 22:30

Remind me that once I was free.
Robin et Nathan Myers

Natounet ? Natounet ? Il haussa les sourcils lorsque sa sœur prononça ce surnom ô combien accablant. Il allait ouvrir la bouche pour répliquer quelque chose du style « tu t'foutrais pas un peu d'ma gueule, Robinet ? » mais le simple fait d'évoquer Adam fit mouche. Robin manqua de s'étouffer avec sa propre salive. Nathan eut envie d'éclater de rire, mais il se retint de justesse. « Un ami, hein ? Ouais ouais bah mes gros sabots c'est pas ce qu'ils ont senti... » Un sourire mutin étira ses lèvres, et il laissa planer un silence. Chez son aînée, la gêne était palpable. Cependant, il n'y avait rien de plus amusant que de la titiller au sujet des relations, qu'elles soient amicales ou amoureuses. Si les Myers avaient tous plus ou moins du mal à mettre des mots sur - voire, à avouer - ce qu'ils ressentaient, Robin détenait de loin la palme d'or du mutisme sentimental. Et l'étudiant n'y pensait pas, ne voulait probablement pas y penser, mais il y avait l'ombre de Reagan, entre eux. Une ombre qui rétrécissait peu à peu, mais qui persistait, et qui troublait leurs échanges. Il y avait des choses dont ils n'osaient plus parler, consciemment ou inconsciemment. Néanmoins, il fut surpris du ton véhément qu'employa sa collègue de fortune, si bien qu'il leva les deux mains en signe d'innocence. « Woh doucement, t'énerves pas, si tu veux pas en parler, on n'en parle pas. » conclut-il.

Et puis, Robin n'avait pas besoin de son aide à ce sujet. Elle pouvait très bien se débrouiller seule. En revanche, ce brave Huggy avait bien besoin d'un coup de pouce. En l'instant, Nathan se sentait comme une application de rencontre pour lapin - le nom Adopte un lapin lui paraissait seoir à merveille, par ailleurs. « Ben... lui faire faire des enfants avec ta lapine. Comme ça, un bout de son âme restera en eux, et il sera pas vraiment mort, et il sera toujours à nos côtés, et ce sera beau, et je vais finir poète, c'est sûr. » Vraiment, l'idée des lapereaux l'enchantait. Il imaginait déjà les grosses barres de rire qu'il allait pouvoir se taper en les voyant se ramasser, en plein apprentissage de la vie. « Mais c'est tout fluffy un lapin, peut-être que ça l'apaiserait, tu vois. Et... » Il n'avait plus besoin d'arguments, Robin était déjà convaincue. Un large sourire s'accrocha à son visage. « Trop cool ! Mais une, t'en adoptes une. Oublie pas qu'on doit élever la légion de lapereaux Myers après. J'viendrai avec toi, il lui faut une vraie femelle à mon Huggy, une lapine bombasse tu vois. » Il adressa un clin d'œil de connivence à sa sœur, avant de prendre un air à peine plus sérieux. « Mais bref, avant qu'tu craques et décides d'acheter un lapin, j'voulais t'dire que justement, j'lui ai déjà ramené un diplôme. » Il haussa les sourcils, visiblement très amusé de la situation, comme s'il peinait encore à y croire. « Eh ouais, le petit dernier a rattrapé tout l'honneur de la fratrie en décrochant son master de droit - grâce à des stratagèmes encore inconnus à l'heure actuelle -, si c'est pas le signe que ma poisse me lâche enfin, ça ? » Et il éclata de rire. Sûrement l'appréhension des derniers mois qu'il expulsait. Et l'étrangeté de la situation.

© Dezbaa

_________________


NO SHAME :
 
Revenir en haut Aller en bas

avatar

membre qu'on adore
Voir le profil de l'utilisateur
LITTLE TALKS : 1836
PSEUDO : Caroline + Linoa
AVATAR : Alicia Vikander
CREDITS : luaneshë (av) & bat'phanie (sign)
ÂGE : 30

MessageSujet: Re: Remind me that once I was free | Nathan   Ven 23 Juin - 11:16

Remind me that once I was free

Robin & Nathan
Robin était peut-être un peu injuste avec Nathan, il se renseignait seulement sur Adam et Robin n’était pas franchement disposée à lui répondre mais, pour sa défense, elle avait le sentiment qu’il se foutait un peu de sa gueule. Et c’était un sujet un peu trop sensible pour être pris à la légère, elle ne voulait pas qu’il soit pris à la légère justement, elle était trop paumée pour ça. Adam, il était plus qu’un ami, dans la mesure où quand ils se voyaient, c’était plus pour coucher ensemble qu’autre chose. Mais ils n’étaient pas un couple non plus. Donc, une situation complexe qui pesait parfois sur le moral de Robin, même si la plupart du temps, elle s’y accommodait. Ayant peur d’avoir blessé son petit frère, elle rajouta avec une grimace. « Désolée, c’est pas que j’ai pas envie d’en parler, c’est juste... Je sais pas où j’en suis, avec lui. J’ai l’impression que c’qui s’est passé avec Reagan est encore un peu trop récent et... J’sais pas » elle se sentait gênée, tout à coup. Ce n’était pas si récent que ça, elle avait rompu avec la jolie blonde en octobre dernier, presque huit mois ! Elle avait bien le droit de refaire sa vie et c’était d’ailleurs plus ou moins ce qu’elle était en train de faire. Mais elle refusait la simple idée de se remettre en couple et si Adam lui plaisait, s’ils étaient sur la même longueur d’ondes, elle savait que former un couple avec lui n’était pas la meilleure chose qui soit. Réprimant un soupir, elle rajouta « Mais t’y es pour rien » et Robin était bien contente de s’être réconciliée avec son frère, avec ses frères.

Elle finit par éclater de rire quand Nate lui expliqua son plan pour trouver une lapine adéquate à Huggy, afin d’assurer à ce dernier une descendance digne de son nom et d’ailleurs à ce sujet, son petit frère paraissait assez pointilleux. Il ne fallait pas une lapine, mais bien la lapine. « D’accord, j’ai compris l’idée. Et oui, tu m’accompagneras quand j’irai la choisir, parce qu’à coup sûr je vais choisir un modèle qui te convient pas et après tu seras capable de râler » plaisanta-t-elle, amusée, comme si elle parlait d’acheter une voiture. Un lapin, ça lui ferait sûrement du bien.  En attendant, elle trouvait que son frère devrait plutôt penser à obtenir son diplôme avant de penser à ramener d’autres lapins, surtout à leurs parents qui risquaient de frôler la crise cardiaque (le paternel en tout cas) et Nate lui annonça soudain, comme si de rien n’était, qu’il avait officiellement obtenu son diplôme. Robin se figea et le dévisagea d’un air abasourdi, comme si elle refusait de le croire. « Quoi ? T’es pas sérieux ? T’as vraiment... Oh bordel, pourquoi t’as rien dit ?! » grogna-t-elle en lui administrant son poing dans l’épaule en guise de petite vengeance. Diplômé ? Lui ? Robin devait bien reconnaître qu’elle n’aurait jamais misé sur lui. « Félicitations, merde ! Je suis vachement fière de toi » assura-t-elle avec un large sourire, toute trace de mauvaise humeur envolée. Et c’était sincère, elle était fière de petit Nate devenu grand. Elle l’avait toujours été, un lien particulier avait toujours uni le frère et la sœur, d’ailleurs. « Et du coup, maintenant, tu vas faire quoi ? » question piège, sûrement.      
black pumpkin



_________________
Juste avant le bonheur
Le silence a cette vertu de laisser parler le regard, miroir de l'âme. On entend mieux les profondeurs quand on se tait. ▬ A.L
Revenir en haut Aller en bas

avatar

membre qu'on adore
Voir le profil de l'utilisateur
LITTLE TALKS : 700
PSEUDO : Dezbaa
AVATAR : Aaron Taylor-Johnson
CREDITS : gorgeousmali (avatar), Tumblr (gifs), Dezbaa (signature)
ÂGE : 24

MessageSujet: Re: Remind me that once I was free | Nathan   Dim 23 Juil - 14:41

Remind me that once I was free.
Robin et Nathan Myers

Il y eut une petite ouverture, une brève brèche, qui perça le cœur de Robin. Un trou tout petit, mais pour elle, pour lui, c'était déjà énorme. Et même si elle exprimait principalement une étrange souffrance, Nathan ne pouvait s'empêcher de se sentir rassuré et fier, rassuré parce qu'ils arrivaient encore, avec un peu d'efforts, à parler de ces choses-là, fier parce qu'ils avaient surmonté le pire. « C'est pas grave, j'te comprends. » Et comment ! Reagan, c'était la fille qu'ils avaient convoité pour eux seuls, et c'était désormais leur fardeau commun, un fardeau muet, mais bien présent. « T'as l'temps, Robin, tu verras bien où vous irez, ça sert à rien de s'presser. » Cela sonnait beaucoup trop sage, jusqu'à ce qu'il rajoute : « 'Fin t'as pas tout l'temps du monde non plus, j'te rappelle que la ménopause c'est dans vingt ans, et vingt ans ça passe vite. » Un petit rire lui échappa tandis qu'il lui donnait une tape affectueuse sur l'épaule.

Au moins, elle avait plus de temps que le célèbre lapin des Myers. « Bah bien sûr que j'vais râler si elle lui plaît pas, qu'est-ce que tu crois ? J'le ferais pour lui, parce que comme c'est un brave lapin, il ose pas toujours dire que ça lui convient pas. » se moqua-t-il gentiment. Ils devaient avoir l'air ridicules, mais ça lui faisait un bien fou, d'être ridicule. Se prendre au sérieux, bien peu pour lui ; et c'était probablement pour cette raison qu'il était assez gêné dès qu'on le félicitait pour son diplôme. Néanmoins, la réaction de Robin lui arracha un grand éclat de rire. « Eh, j'te l'dis maintenant ! J'préférais vous l'dire en face, vous m'auriez pas cru sinon... » ajouta-t-il dans un sourire espiègle. « Merci. » Et du coup, maintenant, tu vas faire quoi ? Désagréable question que voilà. « Ben j'vais faire un doctorat. » Il s'arrêta, et il avait l'air si sérieux qu'on aurait presque pu le croire, si sa bouche ne s'était pas relevée d'un coup en un sourire amusé. « Nan j'déconne, les études c'est fini et heureusement, j'crois qu'une année de plus et j'repartais sur un brancard. » Et les études finies, il fallait bien repartir sur autre chose.

La question c'était : quoi ? Robin l'avait bien posée. « En vrai j'sais pas c'que j'vais faire. Tu m'connais, 'me faut toujours mille ans pour concrétiser un truc. J'bosse plus souvent chez le fleuriste, et j'devrais probablement chercher un emploi "dans ma branche", comme dit papa, mais y'a trop de trucs qui changent en ce moment, avec le bébé d'Andy... » Oui, ça passerait aussi inaperçu que quand elle le lui avait annoncé. « ... ça fait pas mal de nouveautés, et ça annonce de belles galères aussi. Du coup j'sais pas trop. » Il avait longtemps réfléchi à la manière d'annoncer la nouvelle, mais à chaque fois, c'était prise de tête sur prise de tête. Là, au moins, c'était dit de façon totalement innocente et anodine ; c'était la méthode Andy, et il avait pu constater que ça fonctionnait plutôt bien. D'autant plus que Robin ne risquait pas, elle, de s'étouffer avec son cocktail.
© Dezbaa

_________________


NO SHAME :
 
Revenir en haut Aller en bas
 

Remind me that once I was free | Nathan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Enfin.... : Passage en Free to Play « imminent » en Europe
» Les gros bras(Sybille et Nathan)
» The Détroit Free Press : Couverture complète des Wings
» Nathan et Sybille (Pv : Syb' <3)
» The Imperial Gift FREE L5R Cards!&#8207;

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
REDWOOD HILLS :: 
ATTIC VACUUM
 :: intrigue
-
Sauter vers: