AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Merci de privilégier les nombreux scénarios, pré-liens et membres des familles lors de votre inscription !
N'hésitez pas à interpréter un membre de la secte !
Nous vous rappelons qu'une intrigue est en cours. N'hésitez pas à nous rejoindre

Partagez | 
 

 When everything is lonely I can be my best friend ~ Angie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

membre qu'on adore
Voir le profil de l'utilisateur
LITTLE TALKS : 617
PSEUDO : Namysh
AVATAR : Bradley Cooper
CREDITS : Foxpaw<3/Tumblr/Schizophrenic
ÂGE : 37

MessageSujet: When everything is lonely I can be my best friend ~ Angie   Lun 19 Juin 2017 - 23:56

When everything is lonely I can be my best friend
Angie & Alarik
Un vide grenier. Alarik ne savait pas vraiment dire s'il adorait ce genre d’événement, tout comme les brocantes ou les salons d'antiquaires – qui bizarrement rime avec urticaire, un signe sans doute - ou s'il exécrait cela au plus haut point. Cela revenait à peu de choses près au temple de la consommation inutile, vieille et bringuebalante, comme tout ce qu'il était quasiment sûr de trouver ici. Et le pire dans tout ça, c'est lui qui avait eu cette foutue idée. Une idée pourrie pour ne pas changer. A croire que sa vie se résumait uniquement à cela, aux mauvais choix ! Un futur titre d'article, où il pourrait même faire son auto-critique. Toutefois, se balader, parfaitement sobre était toujours préférable à faire trempette dans la piscine des voisins – durant leur absence, sinon cela n'avait absolument rien de drôle – le tout avec beaucoup trop d'alcool dans le sang, un soir de pleine lune. Pas de sa faute si l'amour était une catastrophe magnifique, qui lui donnait l'impression d'avoir à nouveau 15 ans. Le seul malheur dont il redemandait et avec la même personne. Pour le moment, le Danois ne savait pas si cette histoire avait le potentiel de renaître de ses cendres, ou s'ils courraient tous deux à leur perte, main dans la main. Magnifique image. Le choc du mur qu'ils risquaient de se prendre en pleine figure n'en serait que plus douloureux, mais passons. Toujours est-il qu'il n'avait rien trouvé de mieux, aujourd'hui, pour passer le temps – puisqu'aucune piscine n'était visible à l'horizon - si ce n'est de convier sa meilleure amie à s'emmerder royalement en sa présence – parce que plus on est de fous et moins il y a de riz. Cela faisait bien trop longtemps qu'ils ne s'étaient pas vus, mais lui seul était à blâmer de cette situation. Personne ne désirait cette solitude qui l'avait poussé à fuir à l'autre bout de la planète et pourtant... pourtant il avait tout laissé en plan pendant 7 longs mois, pour n'avoir plus à réfléchir à rien d'autre qu'à une prochaine destination. Parce qu'il avait été moins douloureux de se balader avec cette blessure béante qui lui barrait le torse, que de rester à Redwood au risque de croiser Ellie. Mais au final, il avait eu bien trop de temps pour réfléchir à sa condition et donc crever seul, avec pour seule compagnie sa fichue tristesse.

Durant ces derniers mois, malgré la distance, la technologie avait été là pour qu'ils puissent conserver ce lien qu'ils entretenaient depuis maintenant plus de vingt ans. Si aujourd'hui Alarik n'avait plus besoin de recopier sur les cours d'Angie, parce qu'il ne comprenait absolument rien à ce qui était en train de se dire, il avait toujours besoin de cette main tendue et de cette épaule qu'elle voulait bien lui prêter. Angie était bien plus que ça, depuis qu'ils se connaissaient, ils écrivaient ensemble l'histoire de cette belle amitié. Une amitié lui étant chère, voire essentielle à son existence. Il avait des tonnes de souvenirs aux côtés de la jeune femme et il pouvait clairement affirmer que sans elle, il n'en serait pas là aujourd’hui. Il aurait sans doute toujours un accent complètement pourri, ne comprendrait pas grand chose aux expressions et aux coutumes – qui lui apparaissaient parfois toujours étranges. Mais ce n'était pas le plus important, elle faisait de ses problèmes les siens et vice versa. Aujourd'hui était une nouvelle page, un nouveau souvenir en construction. Alarik était en train de fouiner sur un stand, dans des livres, qui avaient l'air de dater d'une période où les dinosaures devaient encore être les rois du monde, quand il tomba sur une photo, coincée entre deux pages. Par curiosité il jeta un coup d’œil à la photographie en question, il manqua de la lancer devant lui l'air choqué. « Oh p'tain, regarde c'est la vieille Miss Muller !  Mais jeune... Bordel qu'est-ce qu'elle fout là cette photo ? » En effet, il s'agissait là d'un portrait de leur professeur de biologie au collège. Le critique tendit presque aussitôt la photo à Angie et manqua de faire basculer tous les livres se trouvant devant lui. Quelques uns tombèrent tels des dominos. La vieille dame qui tenait le stand l'aida à tout remettre en ordre. Alarik se répandit en excuses. Il contint un rire, avant de dire à la détentrice du stand « On vous achète le livre et la photo ! », la dame en question haussa les épaules comme pour dire qu'elle s'en fichait, tant qu'elle arrivait à vendre quelque chose. Alarik paya donc le livre, avant d'entamer quelques pas en direction d'un autre stand. Empli de nostalgie, il demanda à Angie « Tu t'souviens des cours de dissection ? Ah min gud c'tait tellement dégueulasse ! Et la fois où on avait planqué des vers de terre morts dans son sac à main...Tu crois qu'elle les a trouvés depuis ? » Des souvenirs parmi tant d'autres. Il ne put retenir plus longtemps le fou rire qui lui échappa. S'il n'était pas un cancre à l'époque, il avait cette propension à entraîner les autres dans ses âneries. Chose qui n'avait pas changé à bien y réfléchir. Il passa un bras autour des épaules de la jeune femme, comme il le faisait toujours, avant de lui dire « J'suis pas content... » Alarik laissa filer quelques secondes avant d’enchaîner « T'as même pas touché au contenu des cartons, avec les nouveautés gastro à tester... du coup j'me retrouve avec trois tonnes d'articles à écrire... J'vais pas pouvoir te chanter la chanson de Dora you did it, you did it... Nan ! T'as failli à ta mission ! J'sais pas quel châtiment tu mérites... J'vais réfléchir !  » Le Danois arqua un sourcil, il plaisantait bien entendu, même s'il voulait juste lui signifier là qu'Angie devait arrêter de peser tout ce qu'elle mangeait... Même s'ils n'abordaient plus spécialement le sujet depuis des années, cela n'enlevait rien au fait que son meilleur ami s'inquiétait pour elle. « Bon, j'ai pas fait ma mise à jour sinon depuis que j'suis revenu ! Qu'est-ce qu'il s'est passé d'puis ces derniers mois ? 7 mois très exactement ! » Tout en inspectant du regard un nouveau stand fait de bric et de broc, le critique attendit patiemment qu'Angie lui réponde.  
black pumpkin



_________________
U & I we're a timebomb
Sat in the corner of the room. Everything's reminding me of you. Nursing an empty bottle and telling myself. You're happier, aren't you? Oh, ain't nobody hurt you like I hurt you, But ain't nobody need you like I do. I know that there's others that deserve you. But my darling, I am still in love with you.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

membre qu'on adore
Voir le profil de l'utilisateur
LITTLE TALKS : 48
PSEUDO : Kels
AVATAR : Sarah Wayne Callies
CREDITS : @Kels
ÂGE : 37

MessageSujet: Re: When everything is lonely I can be my best friend ~ Angie   Mar 20 Juin 2017 - 18:17

    Un vide grenier était organisé en ville. Le principe permettait aux uns de se débarrasser de leurs affaires et de gagner de l'argent, et pour les autres de trouver leur bonheur. Angie G. Reddick ne possédait pas l'habitude de se pointer à ce genre d'événements. Elle trouvait cela ringard. Pour son meilleur ami, elle effectuait un effort. Ils allaient certainement croiser du monde. A Redwood Hills, il était impossible de passer inaperçu surtout en tant que native de la ville et professeur d'espagnol dans le lycée du coin pour Angie. Elle ne demeurait pas allergique à autrui mais elle préférait vivre des retrouvailles tranquilles, sans la présence de « trois mille » personnes autour. Pour sûr, ils allaient bien se marrer. Alarik et Angie se connaissaient depuis de très longues années. Ils se soutenaient et s'appréciaient grandement. Le départ de Sorensen restait compris par son amie mais pas forcément bien vécu. Il lui avait largement manqué. Les coups de téléphone avaient réussi à l'apaiser. Al' possédait ses raisons de voyager pendant sept mois. Son vécu récent représentait le déclencheur de cette fuite en avant. Qu'avait-il appris lors de son voyage ? Avait-il apprécié ce dernier ? Lui avait-il servi ? S'était-il réellement posé pour se remettre en question ? Si oui, que pensait-il de sa situation, de lui-même ? Il n'avait pas pu tout raconter à Angie par téléphone et les deux partenaires se disaient tout, presque tout. Depuis l'enfance, ils se supportaient. Reddick visualisait souvent le visage perdu de ce petit étranger arrivé de loin. Il ne parlait pas un mot dans la langue du pays. La brunette lui avait tendu gratuitement la main pour ne plus jamais la lâcher. Leur amitié et leur complicité étaient notables et agréables à observer pour les autres. Ils ne pouvaient pas faire l'un sans l'autre.
    Présentement, ils se baladaient de stands en stands. La marche à l'air frais pouvait que leur procurer du bien. Alarik fouinait partout. Il était pire qu'un gamin. Angie pensait à sa moto. Elle trouverait peut-être des pièces pour sa bécane. La prof adorait bichonner sa Harley. Il y a trois jours, elle avait pris cher. En effet, un ancien élève de Red lui avait justement coupé la route. Elle roulait sur un rond point. Bien engagée, elle n'avait pas eu le temps de réagir. Elle était tombée. Pas de chance pour le gamin, Angie l'avait reconnu. Sa moto avait rencontré le sol ainsi que la grande brune. Elle s'en sortait bien : un poignet cassé. Sa moto, elle subissait quelques dommages que Angie souhaitait réparer elle-même. C'était sa passion !
    Soudainement, la réaction excessive de Al eut le don de réveiller la prof. Cette dernière réfléchissait trop : comment sauver et rattraper les dégâts sur sa bécane ? Alors, elle sursauta légèrement. Sorensen partageait une information croustillante. Il se comportait comme un enfant content de sa prochaine bêtise à réaliser.

    Vas-y, montre, montre, Al ! Je veux voir ! Elle riait. La photo était équivoque. Les souvenirs refaisaient surface. Purée je ne l'aimais pas tellement cette prof, tu te rappelles de la fois où elle t'a demandé de prendre sa place pendant cinq minutes parce que tu avais ri de sa façon de parler ? Tu n'avais pas bronché après, elle te demandait de répéter des termes trop difficiles. Alarik voulait acheter le livre qu'il tenait en main et la photo de Miss Muller. Il n'était pas tenable ! Tu imagines, mes élèves doivent discuter aussi mal de moi également. Tiens l'autre jour, y'en a un qui m'a coupé la route sur un rond point. Pourtant, à part le coller de temps en temps, j'ai toujours essayé de l'aider. Sont fous par moment ! La suite la faisait forcément sourire. Alarik, avec son drôle d'accent, se permettait de rebondir sur le souvenir : Miss Muller, la prof de bio. Oui la dissection ! Beurk on détestait ça ! Ah oui je me rappelle ! Oh j'espère pour elle ! Le fou rire demeurait communicatif. Puis, Alarik choisissait de se rapprocher de son alliée de toujours. Cette attitude ne sentait pas bon. Angie le connaissait trop bien. Elle comprenait le sujet qu'il allait évoquer. Même avec humour, il laissait passer des messages. Red le prenait avec le sourire. Non j'ai demandé à un pote mécano, très bon cuisinier, de goûter les premiers cartons arrivés. Il a laissé des critiques pour toi. Tu es avancé comme cela. Je ne mérite pas de sanction du coup, nous sommes d'accord ? Dommage pour la chanson en tout cas mais c'est vrai que t'as du boulot. Elle le plaignait. Ouais c'est long, tu m'as lâché. C'est plutôt toi qui doit me raconter tes nouvelles, ici rien ne change. Ils se baladaient toujours.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

membre qu'on adore
Voir le profil de l'utilisateur
LITTLE TALKS : 617
PSEUDO : Namysh
AVATAR : Bradley Cooper
CREDITS : Foxpaw<3/Tumblr/Schizophrenic
ÂGE : 37

MessageSujet: Re: When everything is lonely I can be my best friend ~ Angie   Dim 25 Juin 2017 - 13:56

When everything is lonely I can be my best friend
Angie & Alarik
Quel meilleur moyen de décompresser que de passer l'après-midi en compagnie de sa meilleure amie ? En se remémorant de vieux souvenirs d'une époque qui n'était pas si lointaine que ça. Le critique avait l'impression que les bancs de l'école n'étaient pas si vieux. Il se revoyait encore à faire les quatre cents coups en compagnie d'Angie et de leurs ami(e)s de l'époque. Chaque moment passé en sa compagnie était toujours un excellent moment. Il lui devait tellement, c'est sans doute grâce à elle si son intégration au sein des élèves de Redwood avait été assez facile. Il était conscient de lui devoir beaucoup et Alarik espérait qu'ils soient toujours aux côtés de l'un comme de l'autre. Cette amitié lui était tellement chère. Plus d'une fois ils avaient su se prouver ce qu'était un(e) réel(le) ami(e). Les années passaient et malgré leur évolution distincte, cette amitié ne s'en trouvait en rien altérée. Un fou-rire le prit alors qu'il tendait la photo qu'il venait de trouver dans un livre, à sa meilleure amie. La pauvre vieille dame, si elle était toujours de ce monde devait avoir les oreilles qui devaient siffler cet après-midi. Ou bien elle devait se retourner dans sa tombe. « Elle était stricte, mais juste j'trouve ! Bon d'savoir ce qu'est un axone ça doit servir à personne à l'heure actuelle... j'suis pas sûr qu'elle ait suscité beaucoup de vocations dans la médecine... » Le Danois s'amusa de l'anecdote de son amie. Comment oublier ce moment d'anthologie ? Ce n'était pas possible. « C'pas d'ma faute si elle avait un Ssseveu sur la langue et que j'comprenais pas un foutu mot de cqu'elle disait ! L'humiliation quand même... j'suis pas sûr qu'aujourd'hui elle aurait pas une plainte au derrière... ouais anthelminthique... jm'en souviens encore tellement ça m'a traumatisé... et j'te racontes pas la soufflante en arrivant à la maison aussi ! » Alarik s'en souvenait comme si c'était hier. Son père en avait ajouté une couche en le faisant écrire des centaines de lignes de termes de biologie. Il fallait toujours qu'Anders en rajoute une couche de toute façon. Le Danois secoua la tête à la négative suite à la remarque d'Angie sur ses élèves. Il ne pensait pas qu'ils puissent parler en mal d'elle. Angie était du genre à vouloir le meilleur pour eux et a beaucoup s'investir. « Arrête, déjà t'as pas d'cheveux sur la langue, au moins ils comprennent c'que tu dis et j'suis sûr que t'es une prof cool à laquelle ils peuvent s'identifier... J'suis même prêt à parier qu'certains de tes élèves ont le béguin pour toi ! ». Chose qui le fit rire, avant qu'il ne recouvre rapidement son sérieux.

L'histoire qu'elle lui compta alors lui fit passer toute envie de rire, pour au moins quelques minutes. « Quoi ? Merde ! Tu penses qu'il l'a fait exprès ? T'as porté plainte j'espère ? Et ça va t'as rien eu au moins ? Merde, j'suis vraiment désolé. La moto est abîmée ? » Le critique savait à quel point Angie tenait à cette bécane du diable. La nouvelle le retourna, la jeune femme n'avait clairement pas besoin de ce nouvel épisode dans sa vie. La légèreté revint toutefois rapidement à l'évocation de cette réminiscence. Le fou-rire l'emporta une fois de plus sur le reste. Il y avait tellement de souvenirs et d'histoires de ce type, tout au long de leur parcours scolaire. Les souvenirs restaient gravés dans sa mémoire, un arrêt sur image, telle une photographie. « Les vers de terre doivent être un peu secs j'pense depuis... » Tout en continuant à parcourir les stands, la bonne humeur et la joie de ses retrouvailles étant bien plus importante que de chiner des choses inutiles. Son bras toujours passé autour des épaules de la jeune femme, Alarik écouta l'histoire à dormir debout qu'elle lui servit alors. « Un pote mécano cuisinier ? Ca m'fait penser à ma nièce qui veut dev'nir princesse plombier... arrête de t'foutre de moi Red, j'vois ton nez qu'est en train d'sallonger et c'pas très beau à voir... j'tassures ! Et où est-ce qu'il aurait laissé les articles du coup ? » demanda-t-il à moitié amusé, parce qu'il savait pertinemment que tout ceci était faux. L'état de santé de sa meilleure amie le préoccupait depuis quelques années déjà, depuis qu'elle avait perdue l'essentiel, son fils. Depuis, il passait de temps à autre à l'improviste, pour manger avec elle. Il voyait bien qu'à chaque fois, cela se transformait en véritable bataille pour Angie. Une bataille contre elle-même et cette foutue maladie. « Bon, bon tu s'ras pas pendue haut et court en place publique alors ! » Un sourire en coin, le Danois haussa les épaules. « J'vais pas me plaindre d'avoir du boulot... même si j'vais un peu lever le pied pendant quelques temps, histoire de profiter un peu de mon retour à Redwood. J'compte bien rattraper le temps perdu ! » Ceci était valable aussi bien pour ses ami(e)s - dont Angie qu'il avait un peu abandonnée, il s'en rendait compte à présent – que pour Ellie. Pour le moment, il n'avait pas prévu de repartir à l'étranger, afin de profiter au maximum de la présence de tout le monde. La phrase de son amie le toucha de plein fouet. Il l'avait lâché, du jour au lendemain « J'sais... j'suis désolé, mais j'avais besoin de mettre les voiles pour quelques temps... histoire de remettre un peu d'ordre dans ma tête... enfin tu vois l'truc ! » Tout en continuant à marcher et en jetant un œil aux stands, Alarik songea à quoi dire de plus. « J'suis allé voir ma sœur quelques jours à San Francisco et le jour de prendre l'avion, j'suis tombé en panne d'voiture et devine qui m'a emmené au final ? » Il laissa filer quelques secondes avant de reprendre « Ellie... » Un rire presque niais lui échappa alors.  
black pumpkin



_________________
U & I we're a timebomb
Sat in the corner of the room. Everything's reminding me of you. Nursing an empty bottle and telling myself. You're happier, aren't you? Oh, ain't nobody hurt you like I hurt you, But ain't nobody need you like I do. I know that there's others that deserve you. But my darling, I am still in love with you.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

membre qu'on adore
Voir le profil de l'utilisateur
LITTLE TALKS : 48
PSEUDO : Kels
AVATAR : Sarah Wayne Callies
CREDITS : @Kels
ÂGE : 37

MessageSujet: Re: When everything is lonely I can be my best friend ~ Angie   Dim 25 Juin 2017 - 16:59

    Le moment se situait au rappel des vieux souvenirs. Alarik et Angie en avaient tellement à raconter. Ils partageaient des moments de leur existence depuis de très longues années. Ils évoquaient leurs instants scolaires. Des anecdotes, ils pouvaient en sortir des tas. Red avait aidé le danois à s'intégrer, car à l'époque, il parlait seulement sa langue maternelle. En lui tendant une main, elle avait réussi à lui apporter plus que des cours particuliers. En effet, leur amitié et leur complicité demeuraient source de jalousie. Ils étaient inséparables. A l'instant, présents au vide grenier de la ville, les deux meilleurs amis se lançaient sur le sujet : Madame Muller. Cette dernière enseignait la biologie. Une photo de la femme, plus jeune, avait interpellé Sorensen. La discussion prenait forme. Je suis d'accord avec toi, il n'y a pas d'utilité quand tu sais ce que tu vas faire plus tard et que cela n'a aucun rapport avec ces choses-là. Ils plaisantaient sans se soucier réellement des conséquences de leurs dires. Alarik avançait un grand humour. Angie riait de plus belle. Ah oui son cheveu sur la langue ! J'avais oublié ! Il fallait la déchiffrer. Le danois se rappelait très bien de la scène et du terme compliqué à utiliser dans une phrase. Il le replaçait bien. Il pouvait être fier de lui. Tu le dis bien en tout cas ! C'est pas facile. Tu as fait du chemin car à l'époque ça ressemblait à cela : anthaminteque. Ça voulait rien dire ! Elle était vraiment horrible comme prof ! Elle souriait. C'est vrai qu'il n'était pas tendre chez toi. La brunette se confiait sur sa propre situation. Merci, j'pense avoir des défauts quand même. Je suis un peu maniaque quand je me mets à ranger mon bureau, trop de copies à corriger et trop de documents à distribuer, faut être organisé. Alarik disait des bêtises comme toujours, comme si elle pouvait plaire à des jeunots... . N'importe quoi gros nigaud ! Elle le repoussait. Ensuite, elle préférait dire la vérité sur son accident à son meilleur pote. Ils se racontaient tout. Cette histoire d'accident, elle l'avait oublié. Elle ne voulait pas inquiéter Al'. Clairement oui. Je n'ai pas porté plainte car je m'en fous, tout va bien. J'ai juste quelques réparations à faire, ça ira. Je me dis qu'il devait être dans une mauvaise passe, il n'a pas du me reconnaître, fin' j'pense pas à sa place. Chacun finit par payer ses conneries. La légèreté reprenait sa place. Oh dégeu, c'était vraiment une belle farce ! Ils refaisaient le monde. Tranquillement, ils se promenaient à travers les stands. Ils se retrouvaient. Alarik s'inquiétait pour ses cartons. Il était à fond dans son travail. Mister Ratatouille était attendu au tournant. Il avait des fans. Reddick restait chargée de réceptionner les cartons en question pour les stocker chez son ami. Normalement, elle devait jouer les critiques comme lui mais elle avait oublié volontairement cette partie de la consigne donnée. C'était trop lui en demander, il le savait. Alors, elle s'était aidée d'un ami. Alarik ne croyait pas à son explication. Angie se voyait vexée. Elle sortait les articles de Derek, le mécano cuistot, de son sac. T'es con des fois ! Je ne mens pas. Tiens, tu peux lire ses critiques. Pour le reste, les cartons sont chez toi. Parfois, Red devait dissimuler des choses ou contourner la vérité à cause de sa maladie, mais pas dans cette situation. Ça va alors, j'ai effectué ma part. En tout cas tu as raison de te poser un peu. Après ce voyage, tu dois avoir envie de retrouver tes points de repères et profiter un peu. Ce voyage a du être éprouvant mentalement, non ? Je me doute que tu en avais besoin. Elle pensait à son histoire avec Ellie. Il le vivait mal. C'était trop tendu ! Il possédait un réel vécu avec cette femme. Ils avaient construit et partagé pas mal de choses. Il n'arrivait pas à se relever totalement, il l'appréciait toujours. Il lui fallait se changer les idées, d'où ce voyage. Sinon, son passif restait trop prenant. Angie avait mal vécu le départ pressé de son interlocuteur. Il lui manquait, elle s'inquiétait pour lui. Ils avaient beau s'appeler, il y avait un vide qui s'installait. Elle avait réussi à perdre un kilo à cause du stress. Elle ne savait pas si elle saurait composer avec un nouveau départ. Pas de soucis, je vois et tu as réussi à atteindre ton objectif ? Alarik s'étalait un peu, la prof d'espagnol demeurait alerte et concentré. Ça devait être cool ! Alors comment va ta sœur et sa famille ? T'as quand-même pris l'avion malgré ta phobie ? Seul en plus ? Et oui Al' et Angie savaient tout l'un de l'autre. La suite la surprenait. Ah bon, quelle coïncidence non ? Ça été ? Cela lui paraissait bizarre. Comment avait-il vécu ce moment ? Il paraissait gêné. Tu en as fait on dirait !
Revenir en haut Aller en bas
 

When everything is lonely I can be my best friend ~ Angie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Such a lonely day ...
» [Flash-back] Such a lonely day, the most loneliest day of my life [Anya ♥]
» such a lonely day • ROKSANNA
» Where you a lonely boy? (libre)
» Every Lonely Monsters

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
REDWOOD HILLS :: 
ATTIC VACUUM
 :: intrigue
-
Sauter vers: