AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Merci de privilégier les nombreux scénarios, pré-liens et membres des familles lors de votre inscription !
N'hésitez pas à interpréter un membre de la secte !
Nous recherchons activement des parrains, n'hésitez pas

Partagez | 
 

 we happy few | Scott & Caden

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

membre qu'on adore
Voir le profil de l'utilisateur
LITTLE TALKS : 54
PSEUDO : Marie
AVATAR : Michael Fassbender
CREDITS : lux aeterna, restlesstymes, tumblr
ÂGE : 38

MessageSujet: we happy few | Scott & Caden   Mer 6 Déc - 18:35

We happy few


Be true to your work, your word and your friends.

Il ne se passait pas une journée, pas un instant sans que Logan ne fut enchanté d’avoir suivi Lara jusque dans le Vermont. Non pas qu’il ait nourri le moindre a priori avant le départ, mais il se rendait compte chaque jour un peu plus à quel point Redwood lui plaisait, ayant gagné son cœur tout comme Boston l’avait fait depuis des années, sans jamais qu’il ne s’en lasse. Le mal du pays paraissait maintenu à distance avec efficacité, grâce à la liberté qui ne lui avait pas été enlevée de demeurer en contact avec la vie bouillonnante de sa société, ainsi que –et sans doute surtout grâce à- la quantité de choses pus que sympathiques à faire en ville, bien loin de l’ennui que tout Américain moyen habitué aux grandes cités de verre et de béton se serait attendu à connaître une fois en province, loin de tout centre commercial gigantesque, stade de football américain ou cinéma multiplex.

Il fallait avouer que Lara ne ménageait pas ses efforts pour lui rendra la vie plus belle, même loin de sa ville natale et de sa précieuse maison d’édition : d’une humeur plus pétillante encore qu’à l’ordinaire, sa belle ne manquait pas une occasion de s’assurer qu’il allait bien, qu’il ne manquait de rien, qu’il avait du temps pour lui pour ne pas déprimer sans sa dose quotidienne de boulot, et des choses à faire lorsque son téléphone ne sonnait pas et qu’il avait éteint son ordinateur, que ce fut des balades, des visites, ou simplement quelqu’un avec qui passer du temps pour que le Bostonien ne se retrouve que très rarement seul dans son coin. Comment ne pas aimer Redwood avec une telle accompagnatrice, et comment ne pas tout simplement aimer Lara pour sa gentillesse, son dévouement ? Il fallait bien la force dévastatrice d’un coup de foudre pour surpasser la tendre affection que la belle faisait spontanément naître en lui, et qu’elle méritait de recevoir, en retour de ses sourires éclatants, de son rire communicatifs, de toutes ces petites choses la rendant infiniment aimable. Son seul défaut, pour lequel la maître nageuse n’avait aucune responsabilité ni, malheureusement, aucun moyen d’y remédier, était qu’elle n’était pas son frère, ce qui donnait quelque peu le vertige, en un sens : dans une autre vie, dans laquelle Lara ne lui avait pas présenté sa famille, Logan aurait ignoré ce à quoi pouvait bien ressembler un tel élan, aussi spontané que profond, capable de chambouler ce qui auparavant se drapait des atours de l’évidence. Si croiser la route de Scott avait puissamment redéfini les certitudes sur lesquelles sa vie avait reposé jusque-là, en terme de ce à quoi pouvait bien ressembler l’amour, ou encore ce qui constituait la solidité d’un couple, l’éditeur n’en était pas déprimé pour autant : le Bostonien vivait cette petite épiphanie avec la même tranquillité paisible avec laquelle il s’appropriait peu à peu son nouvel environnement, laissant les choses se préciser sans les forcer à venir à lui, ni céder à l’appréhension. Ce qui devrait arriver arriverait, et leur séjour était encore loin de toucher à la fin, pourquoi gâcher cette période de quiétude, qui manifestement ne se reproduirait plus jamais ?

Mathison n’était pas le seul à être en vacances, au contraire : sa petite amie avait également largement mérité le droit de souffler un peu, après toutes ces journées passées à assurer la sécurité des visiteurs des bassins placés sous sa garde et à avoir à supporter les cris des gamins surexcités ainsi que leurs bêtises –bêtises auxquels Logan s’était associé il fut un temps, pour le plus inattendu des dénouements. Originaire de la ville, Lara y connaissait pas mal de monde, séduit par son caractère comme l’avait été son amant, et ses amis s’étaient assez vite manifestés pour lui proposer de la revoir et de partager un bon moment comme avant son départ pour Boston. Ils avaient du temps à rattraper, ainsi qu’une belle complicité à raviver, et malgré toutes les dénégations que sa belle tenta de lui opposer, l’éditeur sentait bien qu’elle avait envie de les voir, de renouer avec ses racines sans avoir son citadin de petit ami dans ses pas. Ne vous y trompez pas : les deux amoureux savaient parfaitement que la demoiselle ne voyait aucun inconvénient à l’emmener avec elle et à lui présenter celles et ceux qui comptaient pour elle, tout autant qu’elle éprouvait des remords à le laisser pour profiter de ses amis en toute tranquillité, mais Logan savait déceler en elle l’envie de se replonger dans ses souvenirs, des bons moments auxquels il n’avait pas pris part, et que de ce fait il se trouvait bien moins à même d’apprécier à leur juste valeur. Quand bien même tous deux appréciaient la compagnie de l’autre, ils n’en étaient heureusement pas encore à croire dur comme fer, comme certains couples flirtant avec une certaine forme de psychose, qu’ils ne formaient plus qu’un seul être divisé en deux corps distincts, incapables de ne pas être ensemble à chaque instant ; Mathison avait conscience que ce passé n’appartenait qu’à sa petite amie et à ceux l’ayant partagé avec elle, sans jalousie ni regrets, ce qui était la moindre des choses puisque maintenant plus que jamais, lui aussi avait des secrets pour sa compagne. De bon cœur, désireux que la demoiselle passe d’aussi bonnes vacances que lui, non pas en endossant constamment le rôle de monitrice de colo dédiée exclusivement à son divertissement, mais en prenant aussi de temps pour elle –ou du moins en finissant par céder devant les encouragements de son jules. Y avait-il une quelconque manœuvre de la part de Logan dans cette attitude altruiste ? Une part de lui-même cherchait-il plus ou moins inconsciemment à passer moins de temps avec la jolie brune, pour mieux demeurer seul à se délecter les nouveaux sentiments habitant son cœur, ou encore se rapprocher de l’aîné de cette dernière ?

À vrai dire, peut-être qu’il aurait été plus simple que Logan cherche effectivement à cacher les prémices de son aventure avec Scott, du moins de ses tentatives de rapprochements qu’il aurait planifiées en secret, comme le classique archétype du salaud que l’on connaissait si bien, et qui se trouvait si aisé à détester. Ç’aurait tellement facilité les choses, qu’il trame dans le dos de Lara une tromperie pétrie de bassesse, comme bon nombre d’hommes infidèles répondant plus volontiers à l’appel du désir qu’à celui, plus noble, du respect et des sentiments sincères… Mais la situation du Bostonien n’en témoignait que trop : rien dans cette vie ne se trouvait simple, jamais autant qu’on l’aurait souhaité. Ainsi, cela lui faisait vraiment plaisir de voir Lara ne se rebeller que mollement face à ses arguments –notamment celui phare selon lequel il était un grand garçon, capable de s’occuper de lui tout seul, et qu’elle méritait bien de s’amuser avec toute le mal qu’elle se donnait pour rendre ce voyage agréable-, et encore plus de la voir sourire, une fois « vaincue », à l’idée de passer une après-midi avec ses amis de longue date. Tout le monde y trouvait son compte, en une normalité harmonieuse, dépourvue de gentils et de méchants manichéens, un vrai calme avant la tempête.

Enfin, « tout le monde »… La maître nageuse avait pris soin de confier son petit ami à son frère, afin de poursuivre son initiation à Redwood, et si Logan était bien heureux d’avoir l’occasion de passer du temps avec Scott, celui-ci se retrouvait quand même à jouer les nounous pour remplacer sa sœur, ce qui n’était pas forcément l’activité la plus truculente qui soit, d’autant plus que le pauvre devait déjà héberger les deux tourtereaux, et partager avec l’éditeur des « moments entre hommes » auxquels sa cadette tenait particulièrement… L’entrepreneur essayait d’être le moins encombrant pour lui, incapable cependant de se retenir de sourire alors que Scott prenait la peine de ne pas tirer une tronche de dix pieds de longs lorsque Lara lui refilait son chéri –n’ayons pas peur des mots-, d’une part parce que le musicien faisait de son mieux, et d’autre part, bien sûr, parce que rester auprès de l’élu de son cœur rendait n’importe quelle journée plus belle. De bons conseils, la brunette suggéra fortement à son frère de suivre son exemple, et de présenter Logan à ses amis, dans la continuité de la grande campagne de promotion animée par Lara pour démontrer à toute la bourgade à quel point son compagnon était une perle ; un avis aux forts accents d’injonction qui avait été suivie, avec un plaisir ingénu que Logan espérait partagé. Découvrir le monde de Scott le passionnait, et il semblait que plis il apprenait à le connaître, plus il le trouvait charmant, comme si chaque détail nouveau contribuait à consolider sa première impression à son sujet. Qu’il s’agît d’une partialité patente ou non, l’éditeur lui avait laissé carte blanche quant à la manière d’occuper leur temps libre, et donc de respecter ou non la quasi sacro-sainte volonté de Lara ; en arrivant au bar de la ville, après avoir un peu bavardé en chemin, Mathison ne savait pas à quoi s’attendre, ce qui était loin de lui déplaire.

-… On attend du monde, du coup ? demanda-t-il avec un sourire, tout en s’installant au comptoir.

The Garnet le séduisait en tout cas au moins autant que son guide, avec son atmosphère typique des bars où l’on sentait dès les premiers instants qu’il y faisait bon vivre, et rentrait sans aucun mal dans le top 3 des lieux de Redwood Hills qu’il appréciait le plus, du moins jusque-là.





(c) hurryupmerlin
Citation : Henry David Thoreau


_________________

Light from Above
Vivre est la chose la plus rare du monde.
La plupart des gens ne font qu'exister.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

membre qu'on adore
Voir le profil de l'utilisateur
LITTLE TALKS : 279
PSEUDO : Elina
AVATAR : James McAvoy ♥
CREDITS : Elina (vava), Elina / Desbaa (gifs)
ÂGE : 35

MessageSujet: Re: we happy few | Scott & Caden   Mer 27 Déc - 18:53

We happy few


Caden, Logan & Scott

Cela faisait maintenant plusieurs semaines que j’hébergeais ma sœur et Logan. Ce n’était pas habituel pour moi de vivre sous le même toit que d’autres personnes, parce que j’avais plus l’habitude de vivre seul. Il m’arrivait encore maintenant d’oublier que j’avais des invités sous mon toit et de me retrouver, de ce fait, en boxer devant l’un ou l’autre. Non pas que je sois pudique, mais ça ne se faisait pas vraiment. J’avais eu un peu de mal à m’y faire dans les premiers jours. Il faut dire aussi qu’on ne m’avait pas vraiment laissé le choix. A la base, Lara et Logan étaient hébergés chez nos parents, mais avec les fêtes et Thanksgiving, leur maison avait rapidement été envahie par le reste de ma famille. Mes parents m’avaient presque imposés de les prendre chez moi. Comment refuser ? Pour passer pour le fils ou le frère indigne ? Non merci. Et puis au final, je n’avais pas été déçu. Ça me faisait plaisir de revoir ma sœur et de passer du temps avec elle, bien évidemment. Et puis Logan était un homme plutôt sympathique que j’apprenais à connaitre de jour en jour. Ce mec avait quelque chose de particulier. Quand il était dans les parages, je me sentais comme intimidé. Il faut dire qu’il avait un charisme écrasant et puis le fait qu’il tienne mon destin littéraire entre ses mains, ne devait sans doute y être pour quelque chose. C’est ce que je supposais du moins.

Lara et Logan sortaient très souvent ensemble, ma sœur avait à cœur de lui faire découvrir la ville qui l’avait vue grandir. Cependant, elle avait aussi cette fâcheuse tendance à le pousser vers moi pour qu’il apprenne à connaitre son beau-frère. « Passez du temps entre hommes ! », qu’elle disait sans cesse. Certes. Je n’avais rien contre ça, au contraire. J’aimais passer du temps avec Logan moi aussi. C’était un homme intéressant et cultivé, et parler avec lui était toujours un plaisir. Pourtant, il y avait quelque chose qui clochait avec moi. Quelque chose déconnait sévèrement dans ma tête. Je me surprenais à penser à lui, la nuit avant de m’endormir, ou quand je me retrouvais devant la télé. Le pire dans tout ça, c’est que ce n’était pas forcément des pensées très chastes… Bordel de merde, pourquoi est-ce que je rêvais que je me tapais le mec de ma sœur ? Parce que oui, il m’arrivait aussi de rêver de lui… Bon sang, je devais avoir un sacré problème. Je n’étais pas gay. J’étais sans doute perturbé avec mon livre et avec le fait qu’il soit éditeur. Ça devait être ça. Ça ne pouvait être que ça…

Ma sœur avait fait des siennes aujourd’hui, encore une fois. Descendant les escaliers et parcourant le salon la tête baissée vers mon téléphone pour répondre à un message de Caden, elle m’avait intercepté avant que je n’atteigne la cuisine pour me demander de m’occuper de Logan. Bon d’accord, ce n’était pas ses mots exacts, mais la signification était la même. Elle devait passer la journée avec des amis et elle ne voulait pas que son cher et tendre reste tout seul alors sans me demander mon avis, elle me l’avait confié. Elle me sortit tout un tas d’arguments que je n’écoutais pas vraiment, de toute façon, je n’avais même pas le temps d’en placer une. Je n’eus pas le temps d’émettre le moindre son qu’elle me remercia tout sourire en déposant un bisou sur ma joue, un sur les lèvres de Logan et elle disparut de la maison sans plus de cérémonie. Ah. Ben c’est-à-dire que je devais rejoindre Caden au bar pour boire un coup moi. Mon téléphone dans une main, je passais ma main libre sur ma nuque. « Faire le tour de la ville, ça ne sera pas pour tout de suite. Mais on va aller boire un verre, si ça ne t’ennuie pas. » Le pauvre Logan n’avait pas vraiment le choix à vrai dire. Lara me l’avait confié et je devais rejoindre mon meilleur pote. Au moins, ce serait l’occasion de faire les présentations officielles. J’envoyais un message à Caden pour le prévenir que Logan serait de la partie et je rangeais mon téléphone dans ma poche.

Une fois prêts tous les deux, nous avions pris le chemin du bar, tout en discutant sur la route. De tout et de rien principalement. Plus j’apprenais à le connaitre, plus je me disais que ma sœur avait de la chance d’être tombé sur une perle pareille. Le trajet ne fut pas très long et nous arrivions rapidement devant l’établissement que je connaissais par cœur. J’étais un habitué de ces lieux, j’y venais tout le temps. Instinctivement, je pris la direction du comptoir pour m’y installer, Logan sur mes talons. Je sortis mon portable de ma poche pour y jeter un œil et lire le message de Caden avant de répondre à la question de Logan, en relevant la tête vers lui. « Juste une personne. C’est Cad’, mon meilleur ami. On se connait depuis toujours lui et moi, mes parents le gardaient quand on était enfants. C’est un peu comme mon petit frère. Il est cool et sympa, tu verras. » Je rangeais mon téléphone dans ma poche et me tournais vers la porte pour le surveiller. « C’est un grand joueur de basket d’ailleurs, peut-être que tu as déjà entendu parler de lui, ou que tu l’as vu à la télé ? Caden Shaw, je ne sais pas si ça te parle ou si tu t’intéresses au sport en général ? Je t’avouerais que perso, ce n’est pas trop mon truc, alors je ne t’en voudrais pas si ça ne te dit rien. » Encore une fois, je parlais beaucoup. Trop. Pourquoi est-ce que je me sentais nerveux de présenter Logan à mon meilleur pote ? Il n’y avait aucun enjeu, il était le mec de ma sœur, pas le mien.


_________________


Laziness has a Face
Writing a book is a childhood dream. But, I never imagined it would be so difficult. Why? Why can't I finish it? There is something wrong with me? Or I miss something. I need to find it or maybe it's him... by Lilie

Revenir en haut Aller en bas

avatar

membre qu'on adore
Voir le profil de l'utilisateur
LITTLE TALKS : 1564
PSEUDO : GekkuNeko aka Juliette.
AVATAR : Thomas Andrew Felton
CREDITS : Avat' Ilyria ; Sign' Emi Burton ; Gif' GekkuNeko & Tumblr
ÂGE : 28

MessageSujet: Re: we happy few | Scott & Caden   Jeu 28 Déc - 15:50


« We happy few »
ft. Logan & Scott & Caden

Passer du temps avec mon meilleur ami ça me fait toujours grandement plaisir. Faut dire que Scott et moi c'est une très grande histoire d'amour, enfin entre guillemets, on est hétéros tous les deux et y aura jamais rien entre lui et moi de ce point de vue là et ça nous convient à tous les deux. Scott c'est mon âme sœur pour ainsi dire, j'ai besoin de lui comme j'ai besoin de mon ballon de basket pour être heureux et épanoui par conséquent me retrouver dans la journée avec lui dans un bar où nous avons pour habitude de nous rendre tous les deux ça me fait extrêmement plaisir. Nous avons décidé ça dans la journée de nous poser là-bas tous les deux et de discuter de divers sujets. Nul doute que j'aborderais la question de son boulot d'écrivain pour voir un peu s'il a réussi à écrire ou non même si j'en doute. S'il avait écrit ne serait-ce qu'une ligne il m'aurait envoyé un message triomphant de bonheur en m'apprenant la nouvelle hors je n'ai reçu aucun texto... Tant pis... Je fixe longuement mon chien de mes yeux bleus tandis que je reçois un texto de mon meilleur ami qui m'annonce que nous allons avoir Logan, le mec de Lara, qui vient avec nous, j'acquiesce alors et réponds à son message « Formidable. J'ai d'ors et déjà hâte de le rencontrer. » Que je tape sur l'écran de mon iPhone tout en envoyant le texto sans réfléchir plus longuement. Mon chien, Caninou, me scrute longuement comme s'il comprenait que j'allais sortir de chez nous sans lui et ça semble le blaser, je souris et lui caresse le crâne tout en me levant de mon canapé puis je m'exclame simplement. « Mon ami, je reviens tout à l'heure. Sois sage hein. » Que je dis à mon chien qui pose sa tête sur l'oreiller du canapé comme pour me faire comprendre qu'il n'en a strictement rien à foutre de ce que je lui dis. Je quitte alors ma maison après avoir enfilé mon blouson en faux cuir rouge, je verrouille les portes de ma villa et je grimpe dans ma voiture.

Le trajet jusqu'au bar n'est pas très long et sur le trajet je contacte Siri l'assistante de Apple qui gère mon portable pour moi quand je ne veux pas me servir de lui manuellement et je lui demande d'envoyer un texto. « Dis à Scott que j'arrive Siri s'il te plaît. » Et Siri lui envoie le texto sans chercher plus loin, je reçois alors une réponse de mon meilleur ami qui me répond qu'il nous attend au bar j'acquiesce alors tout en me garant dans un parking sous terrain puis je file à pieds jusqu'au bar qui est fort heureusement juste à côté. A peine arrivé je vois mon meilleur ami au bar avec son beau frère et je souris largement. Il semble tout à fait charmant ce jeune homme, plus âgé que nous ça n'en fait aucun doute mais ça je m'en fou. L'âge n'est qu'un chiffre après tout. Je me dirige vers eux et attrape mon meilleur ami par la taille en riant. « Salut mon pote. » Que je dis en souriant tandis que je lui fais une bise puis je le relâche et m'approche de son beau-frère en souriant. « Bonjour. Ravi de te connaître. Caden un ami de très longue date de Lara et de Scott. » Et je lui fais une bise en retour histoire qu'il ne se sente pas mis de côté chose que je ne veux absolument pas. Je m'installe alors entre eux et je commande une bière à la bonne femme du bar puis je me tourne vers ma moitié ainsi que vers son ami en souriant. « Comment allez vous ? » Que je demande en scrutant autant l'un que l'autre tout en attrapant le verre que la barmaid me tend, je la remercie et bois ma bière en silence...

_________________
Caden Julian Shaw
« Avancer sans se retourner c'est précisément ce que j'appelle réussir sa vie ! »
Revenir en haut Aller en bas

avatar

membre qu'on adore
Voir le profil de l'utilisateur
LITTLE TALKS : 54
PSEUDO : Marie
AVATAR : Michael Fassbender
CREDITS : lux aeterna, restlesstymes, tumblr
ÂGE : 38

MessageSujet: Re: we happy few | Scott & Caden   Ven 12 Jan - 23:48

We happy few


Be true to your work, your word and your friends.

C’était assez triste à dire, mais si Logan s’était retrouvé à la place de Scott, et Scott à la sienne, l’éditeur aurait été bien embarrassé de s’en tirer aussi bien que celui-ci en matière d’effervescence destinée à l’empêcher de s’ennuyer autant que possible. Son seul avantage aurait été de vivre dans une grande ville, qui de plus avait le bon ton de mêler histoire et modernité : entre le cœur historique de Boston, avec ses cafés et ses librairies animant des rues bordées de bâtiments en briques rouges, et son côté résolument moderne indéniable qu’incarnait parfaitement son Institute of Contemporary Art, sa ville natale avait largement de quoi convenir pour tous les goûts, et avec suffisamment de curiosités pour s’occuper sans craindre de tomber à cours de choses à faire –encore moins qu’à Redwood, s’entend.

Cependant, là où l’écrivain se démarquait, c’était du côté de son application allant jusqu’à mêler ses propres amis à la découverte de la ville qu’expérimentait son protégé, un exercice que Mathison aurait eu bien de la peine à reproduire dans son fief du Massachussetts. Comme l’on pouvait s’en douter, travailler autant n’allait pas sans un nombre non négligeable d’inconvénients, fruits de sacrifices nécessaires au fleurissement d’une entreprise aussi exigeante qu’une maison d’édition compétitive, et si l’impact sur la vie de couple de Logan allait de soi, notamment parce que ses effets se faisaient ressentir de la façon la plus perceptible, il n’était clairement pas le seul. Ainsi, si l’entrepreneur avait des hobbies, il ne pratiquait ces derniers que de manière marginale, à raison de quelques heures de natation par semaine, sans plus. Il y aurait eu quantité de choses qu’il aurait aimé faire, et ce même en couple, parfaitement en accord avec le fait que partager ses passions ne rendaient ces dernières que meilleures, ou encore que deux personnes s’aimant pouvaient parfaitement profiter de certains de leurs loisirs séparément ; néanmoins, malgré ces beaux principes, il n’existait tout simplement pas assez d’heures dans une journée pour que ce fût seulement possible. Il y avait fort heureusement des coins sympas que Logan connaissait pour y avoir été avec Lara ou bien des relations de travail, mais s’il n’avait pas été originaire du coin, comme par exemple après un déménagement l’ayant propulsé lui et sa société en plein cœur de la patrie des Celtics, il aurait été dans un beau pétrin pour connaître des petits plans sympas loin des attractions touristiques les plus connues.

Et qui disait virée entre amis disait… Amis, justement. Là encore, malgré toutes les qualités qu’on lui reconnaissait sans mal, le self-made man incarnait certes le rêve américain traditionnel, mais ne se trouvait pas en capacité de se dégager plus de temps pour les personnes qu’il appréciait que pour ses petites amies –ou ses petits amis. Le Bostonien n’était en rien solitaire, ni du genre à maugréer lorsqu’on l’invitait à aller prendre un verre, seulement comme dans toute relation, la distance finissait par distendre jusqu’aux liens les plus étroits. Remettre bien souvent à plus tard une sortie au ciné ou un apéro, la faute à un emploi du temps surchargé, finissait par rendre ces invitations de plus en plus rares, jusqu’à ce qu’elles n’arrivent tout simplement plus ; oh, pas d’inquiétude, ils ne se brouillaient pas, mais se cantonnaient à des textos envoyés de temps en temps, ce dont se contentait sans mal Mathison, conscient du style de vie très particulier qu’il menait, et toujours heureux de renouer avec des amis perdus de vue de loin en loin. Néanmoins, pour offrir une visite aussi agréable que celle concoctée par Scott –ou du moins celle qu’avait prévue Scott avant qu’on ne lui attribue d’office le visiteur-, il aurait eu un certain mal à spontanément nommer qui il aurait pu présenter au frère de sa copine, notamment parce qu’un tel exercice appelait à ne pas convier à cette rencontre des êtres à qui il ne tenait qu’un peu. La preuve, Scott allait lui permettre de faire la connaissance d’un ami d’enfance, une rareté que de son côté, l’éditeur n’aurait pu se vanter de posséder.

Sortir avec Scott –au sens propre du terme-, au-delà de ce côté indéniablement agréable que le Bostonien sous son charme trouvait à sa compagnie, lui permettait de redécouvrir un autre style de vie, une autre manière de profiter de son temps qu’il n’avait jamais vraiment envisagée de suivre, pour définitivement l’oublier une fois l’idée de créer sa propre boîte transformée en tenace vocation. Peut-être qu’un jour, il y reviendrait, ou plutôt y viendrait pour la première fois, si ses aspirations personnelles changeaient ou que pour une raison indépendante de sa volonté ainsi que des monceaux d’efforts fournis, son grand projet venait à se muer en échec irréversible. Demeurer obstinément buté pour ce genre de choses au lieu de garder l’esprit ouvert aurait été bien bête, en plus d’être un gâchis immense, Scott étant si passionnant à observer au naturel, si différent de lui et en même temps tellement charmant. Celui-ci lui aurait suggéré de fixer un mur aveugle pendant des heures que l’éditeur aurait approuvé avec entrain, tant la simple présence du frère de Lara dans les parages suffisait à rendre son cœur léger, et son humeur encore plus belle.

Sans même savoir ce que Winchester proposerait pour leur sortie, ni qui ils croiseraient éventuellement durant leur balade, Mathison savait déjà qu’il passerait un bon moment, ce qui motiva sa réponse :

-Aucun souci, tout me va.

Pas non plus de risque de le voir rechigner à se rendre dans un bar en pleine après-midi : malgré son statut social, l’entrepreneur n’avait pas grand-chose d’un puritain, et ne voyait strictement aucune raison de hurler au scandale à l’idée de croiser de nouvelles et de passer quelques heures dans un débit de boisson, vu que personne n’avait jamais vu un barman forcer un de ses clients à consommer si le cœur ne lui en disait pas. Et puis une bière n’avait jamais tué personne, pas vrai ? Logan était en vacances, ce qui justifiait largement un certain relâchement, par rapport à un jour de semaine normal où, au bureau comme de bien entendu, il ne se permettait aucun écart, ne serait-ce que parce que cela l’aurait rendu moins productif.

Sa curiosité, si elle fut piquée par le bref portrait que lui fit Scott de leur camarade mystère, demeura poliment modérée : à la manière d’un collectionneur avide, il ne se lassait pas de découvrir toujours plus de nouveaux détails à propos de Scott, depuis les programmes qu’il regardait à la télé jusqu’à la moindre micro-expression qu’il parvenait à entrapercevoir sur ses traits, et l’idée de discuter avec quelqu’un d’aussi proche de lui, à vrai dire, n’exacerbait que plus cette envie quasi gourmande d’en apprendre plus.

-J’ai dû tomber une ou deux fois sur un match à la télé, mais sans plus : je n’ai pas vraiment le temps de suivre les championnats de façon assidue. Mais ça arrive que le résultat de certaines rencontres d’importance apparaissent dans mon fil d’actualités, donc disons que je suis tout ça de loin.


« Je n’ai pas le temps », ou la phrase qui finirait par un jour être gravée dans le marbre de sa pierre tombale… À chaque fois que Mathison la prononçait, elle ou une équivalence, une petite partie de son âme ne manquait pas de lui faire remarquer qu’à la place d’une tasse estampillée du message « meilleure boss », ses employés auraient dû lui offrir à Noël un mug avec plutôt « type le plus barbant de l’univers » marqué dessus. C’était parfois à se demander comment Lara supportait de sortir avec lui avec autant d’affection à revendre… Et comment le Bostonien pourrait jamais éventuellement avoir une chance avec le premier né Winchester.

En suivant le regard de ce dernier, l’entrepreneur laissa son regard embrasser la stature d’un nouveau venu à la chevelure blonde et à la musculature d’athlète de haut niveau, tout en finesse et en robustesse : définitivement, il n’y avait pas à en douter, le dénommé Caden avait clairement l’allure d’un sportif.

-De même, enchanté, le salua Logan en se pliant non sans une certaine surprise amusée au rituel de la bise.

D’ordinaire, il se serait plus attendu à lui serrer la main, mais l’esprit de bonne camaraderie qui émanait des manières du basketteur l’avait presque instantanément mis à l’aise, lui qui se fondait avec aisance dans l’ambiance détendue ou bien plus guindée dans laquelle il se trouvait amené à naviguer, selon les situations. Claquer la bise à un autre homme, tout comme nous le disions plus haut au sujet du bar, ne le gênait en rien, les carcans imposés à chaque sexe ayant depuis longtemps perdu tout grâce à ses yeux.

-ça va, merci, lui répondit-il en souriant. On peut se tutoyer, si ça te convient ?

Ils ne se connaissaient certes que depuis environ deux minutes, mais rester sur des bases fadement cordiales ne lui paraissait pas si utile que ça, et encore agréable, un comble pour un rendez-vous informel.

-Vous buvez quelque chose ?


Ses yeux, passant de Scott à Caden, indiquaient que la question s’adressait aux deux amis, à qui visiblement le Bostonien comptait offrir une première tournée de ce qui les tenterait le plus, et ce sans hypocrisie –bien que d’une certaine façon, faire bonne impression à Shaw signifiait d’une certaine façon faire plaisir à l’élu de son cœur tout en continuant à gagner des points de son côté, une opportunité ma foi des plus séduisantes.





(c) hurryupmerlin
Citation : Henry David Thoreau


_________________

Light from Above
Vivre est la chose la plus rare du monde.
La plupart des gens ne font qu'exister.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

membre qu'on adore
Voir le profil de l'utilisateur
LITTLE TALKS : 279
PSEUDO : Elina
AVATAR : James McAvoy ♥
CREDITS : Elina (vava), Elina / Desbaa (gifs)
ÂGE : 35

MessageSujet: Re: we happy few | Scott & Caden   Jeu 15 Fév - 20:36

We happy few


Caden, Logan & Scott

Caden était mon meilleur ami, un garçon que je connaissais depuis toujours. Et que Lara connaissait également. Il était bien normal qu’à un moment où à un autre, il rencontre Logan. Je ne voyais aucune raison qu’ils ne s’entendent pas ces deux là. Caden était adorable et Logan était sympathique, il n’y avait pas de raison que ça se passe mal entre eux. Avant que mon ami n’arrive, j’avais dressé un rapide portrait de lui à Logan, histoire qu’il ait quelques informations de base. Et puis, il était assez célèbre dans le milieu du sport, peut-être que l’éditeur avait déjà entendu parler de lui ? Si tant est qu’il s’intéresse un minimum à ce domaine. Sinon, il était aussi inculte que moi. Le sport n’était pas une activité que j’aimais pratiquer, je préférais rester chez moi à glander, comme tout bon fainéant qui se respecte. Pour ce qui était de le suivre à la télé, je m’y intéressais uniquement pendant des évènements sportifs importants comme des coupes du monde. Et encore. Ce n’était pas le programme que j’affectionnais le plus. D’après ce que je comprenais, Logan non plus n’était pas un fervent supporteur d’une équipe sportive, prétextant que son travail ne lui en laissait pas le temps. C’était amusant de constater que les hommes importants n’avaient jamais le temps de rien. « Et ton travail te laisse le temps de vivre quand même ? » Plaisantais-je, à moitié, en souriant. C’était assez étonnant d’ailleurs de le voir détendu ici à Redwood avec son emploi du temps de ministre.

Caden finit par pointer le bout de son nez et vint me saluer en premier en me claquant une bise. D’où ça sortait ça ? Ou était passée la poignée de main habituelle ? « Salut Cad’. » Qu’importe, une envie passagère sans doute ? Je n’eus pas besoin de faire les présentations que mon ami s’en chargea de lui-même. En même temps avec moi, il valait mieux prendre les devants. J’aurais été capable d’enchainer sur autre chose en zappant totalement de les présenter. Et voilà qu’il claqua une bise à Logan également… Quelle mouche l’avait piqué ? Je lui adressais un regard perplexe. « D’où ça sort ça ? » Bon mieux valait développer avant qu’il ne pose des questions. « La bise je veux dire. C’est nouveau ? T’as vu ça à la télé, tu as voulu tester ? » C’était une nouvelle mode ? Ou une habitude entre sportifs ? Il s’installa au comptoir entre Logan et moi et je pris place à mon tour. « Ça va ouais, et toi ? » Les banalités de base échangées, autant entrer dans le vif du sujet, chose que Logan proposa en nous demandant ce qu’on voulait boire. Ouais si on était dans un bar, c’était bien pour boire quelque chose, sinon on aurait passé le temps ailleurs. « Ouais je vais prendre une bière. » En attendant que tout le monde passe commande et qu’on nous apporte tout ça, il fallait bien faire un minimum la conversation. « Cad’, je disais à Logan avant que tu n’arrives que tu étais un grand joueur de basket. Bon, il est en pause actuellement, donc tu ne le verras pas à la télé. » L’avantage de ma position c’est que je pouvais parler en même temps à Logan et Caden sans avoir besoin de tourner la tête constamment, ils étaient tous les deux dans ma ligne de mire. « A moins que tu aies repris ? Ton manager te harcèle encore ? » La dernière fois qu’on avait parlé c’était le cas. Peut-être que la situation avait changé depuis et qu’il avait repris les entrainements ?


_________________


Laziness has a Face
Writing a book is a childhood dream. But, I never imagined it would be so difficult. Why? Why can't I finish it? There is something wrong with me? Or I miss something. I need to find it or maybe it's him... by Lilie

Revenir en haut Aller en bas

avatar

membre qu'on adore
Voir le profil de l'utilisateur
LITTLE TALKS : 1564
PSEUDO : GekkuNeko aka Juliette.
AVATAR : Thomas Andrew Felton
CREDITS : Avat' Ilyria ; Sign' Emi Burton ; Gif' GekkuNeko & Tumblr
ÂGE : 28

MessageSujet: Re: we happy few | Scott & Caden   Ven 16 Fév - 0:24


« We happy few »
ft. Logan & Scott & Caden

Il y a peu de temps j'ai croisé en ville quelques potes avec qui je faisais du basket durant le temps où j'étais encore professionnel et que donc je n'étais pas en pause j'admets que c'est quelque chose qui me manque parfois quand j'y songe réellement et maintenant que je vois que mes billets commencent à diminuer je me dis que je ne vais pas avoir d'autres choix que de recommencer à bosser dans ce milieu même si très franchement je n'en ai plus envie. Perdre Selena par une tromperie de sa part ça me bouffe au plus haut point et j'en arrive à me dire que oui quand elle a fait ça elle a brisé quelque chose en moi et je crois bien que c'est le côté basketteur de ma personne. Certains me diront que ça pourrait être pire, que j'aurais pu avoir le cœur brisé en morceaux mais ces gens là sont des imbéciles non seulement j'ai le cœur piétiné en morceaux mais en plus je suis incapable de continuer le basket parce que tout me ramène à elle. Je me rappelle encore de mes matchs de basket à l'université où elle était pom pom girl, je me rappelle de ce type important qui est venu à moi, le recruteur, et qu'il m'a proposé une place dans une équipe professionnelle. Déjà à cette époque là nous étions ensemble elle et moi c'était ma première copine et je pensais qu'elle serait le seul et unique amour de ma vie faut croire que je me suis trompé au plus haut point. Mais oui elle a brisé beaucoup en moi parce qu'avant le premier amour dans ma vie c'était le basket et maintenant je suis incapable d'approcher un stade de basket ou de regarder un match à la télé. Je revois sans cesse cette image de cette catin au bar retrouvant son enculé d'amant un moche en plus s'il avait été beau à la rigueur j'aurais compris mais c'était un thon, il n'avait rien pour lui. Je suppose qu'il devait être mieux battit que moi ou il s'en sert mieux que moi, j'en sais rien, mais en tout cas je méritais pas ça, personne ne mérite d'être trompé de la sorte. Surtout pas après des années de mariage et de relation amoureuse intense...

Je finis par arriver au bar et je salue tout le monde par une bise, petite habitude que j'ai reprise en croisant les mecs de l'équipe et ça a le don de surprendre mon meilleur ami qui me fait remarquer que c'est nouveau chez moi puis il me demande si j'ai vu ça à la télé et si j'ai voulu tenter, je ricane alors et le dévisage longuement. « Nan j'ai vu les mecs de l'équipe, habitude quoi... Mais si tu préfères la prochaine fois que je te vois je te roule une grosse pelle mon pote. Je suis sûr que tu adorerais. » C'est de l'humour évidemment mais vu qu'il semble trouver mes nouvelles habitudes étranges autant que je lui montre ce que c'est quand je fais des trucs bizarres. Après bon c'est mon frère et mon meilleur ami je le ferais pas d'autant plus que moi je préfère embrasser une personne qui une paire de seins et non ce n'est pas trop le cas de mon meilleur ami ou alors ses nichons sont bien cachés... Je souris amusé par ma connerie mentale tandis que le jeune homme à ma gauche me propose de nous tutoyer j'acquiesce alors. « Ce sera avec grand plaisir de te tutoyer et je pense que ce sera plus simple. C'est pas un entretient d'embauche donc pas besoin. » Que je dis en souriant. Pour le moment ce n'est pas un entretient d'embauche mais peut-être qu'au cours de la soirée ça en deviendra un. Je sais pas mon meilleur ami est bizarre quand il parle de lui, il est pas comme d'habitude, y a quelque chose qu'il me dit pas et ça me pose soucis, je me demande ce qu'il se passe et d'où vient le problème pour qu'il me cause pas naturellement alors que d'habitude c'est vraiment pas un soucis entre nous. Je me prends sûrement trop la tête mais c'est mon meilleur ami donc ça me semble normal de m'inquiéter pour lui. Justement le voilà qui me demande comment je vais je souris alors. « Je vais bien merci. » Que je réponds simplement tout en décidant de prendre la même chose que mon meilleur ami soit une bière, l'alcool de base ça n'a jamais été vraiment mon truc étant donné que je tiens vraiment mal l'alcool mais une bière ça devrait passer sans trop de soucis. Nous commandons nos boissons au barman devant nous.

Au bout du compte mon meilleur ami m'annonce le sujet de la discussion qu'ils avaient soit moi avant que je n'arrive il me demande alors si j'ai repris le basket ou non et si mon manager me fait toujours chier je roule alors des yeux tout en attrapant ma bière que le barman a déposé précédemment devant moi. J'en bois une gorgée puis je me tourne autant vers mon frère que vers son beau frère en soupirant. « Il me casse les pieds. J'en ai marre. Toujours derrière moi à me demander quand je vais reprendre le basket donc non Bro j'ai pas repris mais je vais pas avoir le choix de reprendre mes réserves de blé commencent à s'épuiser donc je pense que d'ici milieu 2018 c'est fini j'ai plus un rond. Et être obligé de retourner chez mes parents à vingt-huit ans ça m'inspire franchement pas. Donc prochainement je vais reprendre. » Et ça m'exaspère ça s'entend au ton de ma voix et à la gueule que je fais je décide donc de changer de sujet parce que sinon on va déprimer tous les trois et c'est pas franchement ce qu'on souhaite autant mon meilleur ami à ma droite, que le jeune homme à ma gauche comme moi. « Scott m'a annoncé que tu es éditeur. Tu édites quel genre de bouquins ? » En bon amateur de bouquins que je suis c'est vite vu que s'il édite le style de bouquins que j'aime lire je vais de suite m'entendre avec ce type... Je le questionnerais plus tard dans la soirée au sujet de Scott et de son bouquin on verra bien ce que Monsieur en pense et peut-être qu'avec un peu de chance mon meilleur ami arrêtera de dire qu'il n'est qu'un bon à rien qui sait rien foutre de sa vie parce que ça m'agace et me fait énormément de mal quand il dit des choses aussi horribles et dures à son sujet alors que c'est un être humain merveilleux...

_________________
Caden Julian Shaw
« Avancer sans se retourner c'est précisément ce que j'appelle réussir sa vie ! »
Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: we happy few | Scott & Caden   

Revenir en haut Aller en bas
 

we happy few | Scott & Caden

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» 04. Happy Birthday, Cat.
» TNA 4 janvier. Scott Hall, X-Pac, Nasty Boys... et Hogan!
» Scott Gomez à Montréal
» 06. Sunday, Monday, Happy Days. || with Chris Lorentz
» Happy B-day tooooooo youuuuuuuuuuuu! ^^

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
REDWOOD HILLS :: 
YOU'RE ENTERING REDWOOD HILLS
 :: Waterfall Avenue :: The Garnet
-
Sauter vers: