AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Merci de privilégier les nombreux scénarios, pré-liens et membres des familles lors de votre inscription !
N'hésitez pas à interpréter un membre de la secte !
Nous recherchons activement des parrains, n'hésitez pas

Partagez | 
 

 don't look around cause love is blind | edwin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

Chasseuse de moustaches
Voir le profil de l'utilisateur
LITTLE TALKS : 283
PSEUDO : mohnstad
AVATAR : josefine the bae
CREDITS : lilousilver(avatar) + tumblr aesthetic (gifsigna)
ÂGE : 20

MessageSujet: don't look around cause love is blind | edwin   Lun 11 Déc - 21:14

don't look around cause love is blind
edwin + maggie



I thought I was dying.
But then I saw you.
And I almost tried to wake up.


C’est un cycle perpétuel qui lui bouffe toute envie de sortir la tête hors de son oreiller. Des cauchemars et des chimères désastreuses. Elle a envie de crever, un peu, mais elle se dit que ça serait profondément idiot et qu’il faudrait bien qu’elle se lève un jour. Alors, Maggie sort de son lit et se gratte la tête d’un air las. Il fait trop froid pour sortir sans une bonne dose de caféine. D’un geste, elle attache ses cheveux avec un chouchou trop gros qui traine sur le bord de son lit et parcourt sa chambre en pyjama. Depuis qu’elle a emménagé chez Zelda, la décoration de sa chambre à plus ou moins prit forme. En réalité, elle consiste en deux mannequins avec des projets non-aboutis sur les épaules, des croquis à l’aquarelle un peu partout sur le sol et les murs, puis, des chutes de tissu épinglés sur sa commode. Elle essaye d’avoir de l’inspiration, mais elle se noie dans les froufrous, une inspiration un peu plus classique dont elle connait la source. Coquette Maggie, elle enfile un jean et un pull en laine qu’elle a confectionné elle-même. D’un beige doux, elle en a fait un pareil à sa mère. Un peu cliché peut-être, mais elle aime savoir qu’elle partage quelques chose. Encore. Malgré tout. Elle continue son chemin et descend à la cuisine.

Depuis quelques temps, la maison est bien vide. Et elle ne voit Zelda que très rarement, au vu de sa proximité avec Jon lorsqu’elle l’avait vu à la soirée d’Halloween, elle se doute que rien n’est facile. Et que rien n’est plus comme avant. Chassant ses pensées morbides, elle se rue sur le café. Même si ça ne lui fait pas beaucoup d’effet. Elle en boit une grande gorgée et dévore un pain à la cannelle. Son sachet est vide, il faudrait peut-être qu’elle pense à en refaire. Mais pas vraiment l’esprit à cuisiner des pâtisseries en ce moment. Un coup d’œil par la fenêtre et sur le jardin. Son rosier personnel était en piteux état, tout comme elle. Coûte que coûte, déterminée à le sauver, Maggie se précipite vers sa salle de bain pour se rendre digne de sortir dehors. Puis, elle court enfiler ses baskets, enfile son manteau et s’engouffre dans le froid.

Ça lui fait l’effet d’une claque, mais elle en a bien besoin. Alors, elle parcourt du bout des doigts le rebord de la fenêtre en fermant la porte. Ça gèle presque son doigt mais elle esquisse un sourire. Elle ne s’est jamais sentie aussi seule qu’aujourd’hui. Dans la froideur de ce matin, elle serre son écharpe un peu plus fort et s’approche de son rosier fané. Elle espère qu’il ne gèlera pas, autrement il en serait fini des repousses possibles. Elle l’examine un peu et se dit que c’est le moment d’en planter d’autres. Comme elle l’a lu dans son bouquin « le jardinage pour les nuls ». Elle attrape les outils de jardins qu’elle a laissé trainer un peu plus loin une semaine plus tôt et va chercher son sachet de pousses qu’elle avait laissé sécher. Quelques coups de bêches plus tard, Maggie savoure la satisfaction de la tâche accomplie. Puis, elle se dit que le travail lui manque un peu, elle est certaine de reprendre incessamment sous peu pourtant. Mais l’atelier lui rappelle un peu trop Blake et ça lui fait un peu trop mal. Elle se demande un peu ce qu’il peut faire de sa vie. Avec sa petite femme. Elle aurait dû s’en douter, elle le sait bien, mais tant pis. Elle avait su dans quoi elle s’était embarquée à la seconde où elle l’avait aperçu dans son salon de coiffure.

Un mouvement près d’elle l’arrache de ses pensées et elle retient un léger sursaut. La personne lui dit légèrement quelque chose. Elle se lève, sa petite bêche à la main, les doigts pleins de terre. « Je peux vous aider ? »


made by black arrow

_________________
i've seen you skating
it's pretty shit
I really need to cry
Revenir en haut Aller en bas

avatar

fantôme égaré
Voir le profil de l'utilisateur
LITTLE TALKS : 553
PSEUDO : caro, linoa
AVATAR : sam claflin
CREDITS : tearsflight (av) bat'phanie & vinyle idylles (sign)
ÂGE : 33

MessageSujet: Re: don't look around cause love is blind | edwin   Ven 15 Déc - 21:39

don't look around cause love is blind.
Maggie & Edwin
••• L’incident de la soirée d’Halloween avait laissé des séquelles. Edwin avait survécu, il n’avait même pas été blessé physiquement mais pourtant, le sentiment d’avoir changé depuis ce jour l’assaillait. Il n’irait plus dans ce genre de fêtes organisées par la mairie, il craindrait les espaces clos et plus que tout, il craindrait la Rose. Cette même Rose qui ne répandait que souffrance et désespoir partout où elle passait, cette Rose qui subsistait qui semblait même prospérer jour après jour. Edwin se demandait qui étaient ses adeptes et pourquoi, il se demandait s’il en avait déjà croisé un jour sans le savoir, il devenait paranoïaque. Cette ville aurait raison de lui, comme elle avait eu raison d’Hannah. Plus que jamais, depuis l’incendie, il était décidé à enquêter sur la Rose, mais dans un but précis. Il n’était pas policier ou journaliste, son but n’était ni d’arrêter des individus, d’écrire un article ou de démanteler le réseau ; son enquête était personnelle, secrète et complètement égoïste. Mais il devait découvrir s’il existait un lien entre la secte et Hannah et peut-être enfin, comprendrait-il pourquoi elle était venue ici quelques temps avant sa mort, peut-être parviendrait-il à percer son énigme. Cette idée l’obnubilait depuis des mois, la hantait et l’empêchait parfois de trouver le sommeil. Il n’avait pas pu en reparler avec Ruth depuis l’été et leurs retrouvailles au cimetière, il n’avait plus de ses nouvelles et il se demandait si elle avait trouvé quelque chose. Si elle avait enquêté, elle aussi, comme c’était prévu. Mais il n’avait eu l’occasion de lui poser la question. Edwin avait une bien piètre allure, ces derniers temps, surtout depuis l’incendie. Entre le manque de sommeil et le mystère d’Hannah qui le rongeait chaque jour un peu plus, il était presque effrayant, le visage pâle, les joues creusées, une barbe de trois jours qui lui mangeait le bas du visage, il n’avait plus l’allure assurée et avenante d’autrefois.

Paraître agréable et souriant n’était plus sa préoccupation principale. Surtout pas aujourd’hui, alors qu’il errait dans les rues glacées de Redwood Hills, parcourant les façades des maisons du quartier comme s’il cherchait quelque chose, comme si sa promenade dans l’hiver avaient un autre but que de respirer l’air vivifiant. Car un but, il en avait bien un. Edwin en avait toujours un, il était un homme prévoyant et calculateur, un homme d’anticipation. Il parvint finalement à sa destination finale, une maison assez classique, mais à sa grande surprise, il aperçut une jeune femme dans le jardin. Etait-elle vraiment en train de jardiner ? Par ce temps ? Edwin connaissait bien peu de choses en jardinage, ce n’était guère son domaine. Et dans le domaine familial des Stanhope, à Greenwich, les jardiniers ne manquaient pas pour soigner l’extérieur. La jeune femme sembla comprendre qu’elle était observée, elle releva la tête et lui demanda si elle pouvait l’aider. Il ne pouvait plus reculer, il était pris au piège. « Nous nous connaissons, non ? Nous nous sommes rencontrés, je crois. Lors de la soirée d’Halloween » il se souvenait de chaque détail, de chaque personne croisée ce soir-là, il ne pourrait rien oublier. Il ne se rappelait en revanche pas de son nom, mais il aurait juré qu’elle était présente, avant de se perdre dans le tourbillon des tragiques événements. Il la dévisagea avec suspicion, son regard passa de la jeune femme à la maison, puis de la maison à la jeune femme. Habitait-elle ici ? « Je ne sais pas si je suis au bon endroit, mais je recherche une maison. Il semblerait qu’elle soit célèbre en ville pour avoir été le lieu de vie d’un ancien adepte de la Rose Lunaire. On m’a dit que c’était ici » Edwin n’avait pas de temps à perdre, il ne voulait pas prendre des chemins détournés pour parvenir à ses fins, il en avait trop pris depuis un an pour tergiverser davantage. Maintenant, il était prêt à tout pour savoir, prêt à employer tous les moyens possibles. Croisant le regard de l’inconnue, guettant sa réaction, la redoutant sûrement un peu.
2981 12289 0

_________________
doux rêve
On voudrait souvent que notre vie soit différente. On rêve d'autre chose, rien ne bouge. On se fait des promesses. On avance avec des si qui n'arrivent jamais. On attend, on recule le moment où notre existence sera meilleure, et les jours, les années passent avec nos serments rassis ou évanouis.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Chasseuse de moustaches
Voir le profil de l'utilisateur
LITTLE TALKS : 283
PSEUDO : mohnstad
AVATAR : josefine the bae
CREDITS : lilousilver(avatar) + tumblr aesthetic (gifsigna)
ÂGE : 20

MessageSujet: Re: don't look around cause love is blind | edwin   Jeu 28 Déc - 16:11

don't look around cause love is blind
edwin + maggie



don't look around
cause love is blind
and darling right now
I can't see you


En temps normal, Maggie était physionomiste et se souvenait toujours du nom des gens qu’elle rencontrait. Même si elle ne les avait vu qu’une seule fois. C’était d’ailleurs de cette façon qu’elle devenait obsessive trop vite avec des gens qu’elle ne connaissait presque pas. Mais puisque cette période lui avait complètement retournée la tête, elle avait du mal à se souvenir de la personne qui venait l’interpeller dans son jardin d’hiver. Halloween, mais bien sûr. « Vous étiez déguisé en Harry Potter, c’est bien cela ? », demanda-t-elle en fronçant un sourcil. Edward, Alwin ou quelque chose comme cela. Malgré tout, Maggie ne put s’empêcher de se dire qu’il était beau garçon, bien qu’elle n’avait plus du tout la tête à ça, à présent. Le naturel revenait au galop apparemment. Elle se sentit presque embarrassée de se présenter avec des mains pleines de terre, mais elle se rappela bien vite qu’elle était dans son jardin et que c’était lui qui venait l’interrompre dans sa propriété privée. « C’est mieux pour vous si je ne vous serre pas la main ! », dit-elle en grimaçant. Son sens de l’humour avait du mal à faire surface, même si elle sentait que peu à peu, le moral commençait à revenir. Elle était convaincue que s’occuper le plus possible et s’investir dans ses nouveaux projets allait l’aider. Et ça l’aidait déjà. Pourtant, Maggie tressaillit un peu en entendant la personne parler de la Rose Lunaire et de la maison de l’oncle de Zelda. Elle n’aimait pas ça, ni le fait que des personnes puissent vouloir établir des connexions récentes entre sa maison et la secte. Tout ça lui faisait peur, l’évènement d’Halloween n’avait rien fait pour arranger son sentiment. Maggie hocha, malgré tout, la tête. Après tout, les personnes intéressées par la Rose grouillaient à Redwood Hills, un journaliste avait déjà essayé de pénétrer la maison plus tôt dans l’année.

Elle n’en comprenait pas vraiment l’utilité, la maison était vieille, l’oncle Greene n’était plus de ce monde depuis longtemps et tout ce qu’il restait était une inscription idiote sur le mur. C’était d’ailleurs ce qui avait du faire peur à pas mal de personnes qui avaient envisagé une collocation avec Zelda. Mais la petite Campbell s’en fichait pas mal. Une belle maison restait une belle maison, vestiges d’une secte ou pas. « C’est cette maison, c’est celle de ma colocataire, elle l’a hérité de son oncle qui était un adepte de la Rose Lunaire… » Elle marqua une pause et fronça les sourcils, « Qu’est-ce que vous voulez à ma maison ? La prendre en photo ? Vous êtes journaliste ? », demanda-t-elle la mine plus sérieuse que jamais. En réalité, Maggie s’en fichait pas mal de laisser rentrer cet individu chez elle pour qu’il voit l’inscription sur le mur et s’en aille avec sa petite photo mystère. Ni qu’il fasse le tour de la maison et prélève un échantillon du buisson gelé. Mais, il restait un inconnu et elle se méfiait tout de même. Il pouvait très bien la prendre en otage, faire un braquage ou pire, être un meurtrier. Par principe, sa mère lui avait toujours dit de ne jamais ouvrir la porte aux personnes qu’elle ne connaissait pas. « C’est quoi votre nom déjà ? Je suis désolée, le tumulte de la soirée d’Halloween m’a provoqué des trous de mémoire. », dit-elle en souriant. Elle avait un peu froid, mais luttait mentalement pour ne pas le montrer et être obligée d’inviter Harry Potter à l’intérieur pour poursuivre la discussion. Elle envisagerait éventuellement de le laisser entrer, parce que son visage lui était familier et qu’il paraissait tout à fait respectable. Comme le grand méchant loup.


made by black arrow


Spoiler:
 

_________________
i've seen you skating
it's pretty shit
I really need to cry
Revenir en haut Aller en bas

avatar

fantôme égaré
Voir le profil de l'utilisateur
LITTLE TALKS : 553
PSEUDO : caro, linoa
AVATAR : sam claflin
CREDITS : tearsflight (av) bat'phanie & vinyle idylles (sign)
ÂGE : 33

MessageSujet: Re: don't look around cause love is blind | edwin   Mer 3 Jan - 10:18

don't look around cause love is blind.
Maggie & Edwin
••• Edwin était comme attiré par cette maison, elle dégageait quelque chose, une singulière aura qui le fascinait et le mettait aussi mal à l’aise. Sans doute aussi car il avait entendu beaucoup de rumeurs autour de l’habitation, son avis n’était donc pas totalement impartial. En revanche, il ne s’attendait pas à tomber sur une habitante des lieux, perdue dans une séance de jardinage. Elle était si jeune, presque une enfant se dit-il, même si elle n’était certainement plus une enfant depuis longtemps. Il sourit quand elle lui demanda si, à la soirée d’Halloween, il était déguisé en Harry Potter. « C’est cela, oui. Nous avions une connaissance en commun – Nathan, je crois » au moins se rappelait-il de cela. En revanche, il ne souvenait toujours pas du prénom de la demoiselle. Il hocha la tête, inutile qu’ils se serrent la main, Edwin n’avait aucune envie de se retrouver couvert de terre. Il était d’ailleurs trop propre sur lui pour se lancer dans une activité aussi salissante que ne l’était le jardinage, c’était pour cette raison qu’il avait un employé chez lui qui faisait des merveilles dans son jardin, depuis un an. Rapidement, Edwin rentra dans le vif du sujet en évoquant la Rose Lunaire et cette maison, car il fallait bien commencer quelque part. Il ignorait s’il trouverait quelque chose, s’il parviendrait à en tirer quoi que ce soit, mais il était dépité de ne rien trouver. Son espoir un peu fou était de rencontrer de véritables membres de la secte qui pourraient l’éclairer, mais il ignorait comment les contacter – il se doutait que ça ne se trouvait pas facilement, qu’ils se cachaient, donnaient le change. Mais il espérait mener une véritable enquête, de façon insidieuse, un peu secrète pour ne pas trop éveiller les soupçons. Peut-être qu’à terme, il parviendrait à son but.

« Non, je ne suis pas journaliste, je n’ai aucune intention d’écrire un article, un roman, ou quoi que ce soit d’autre, et je ne suis pas un officier de police non plus. En fait... Je ne suis absolument rien. Une sorte de fantôme, si vous voulez » c’était ainsi qu’il se qualifiait depuis la mort d’Hannah, il peinait à revivre comme avant, à se montrer aussi heureux. Il souriait, bien sûr, il passait parfois de bons moments, mais tout ceci était factice, sonnait faux. Tant qu’il n’obtenait pas de réponses, il ne pourrait pas faire son deuil et laisser partir Hannah. Relevant les yeux vers la jeune femme, il réfléchit un instant. S’il voulait rentrer ou même en apprendre davantage, il devrait se la mettre dans la poche, il devait la convaincre. « Je m’appelle Edwin Stanhope. Et le vôtre ? Je crains l’avoir oublié également » il lui adressa un sourire de connivence. « Je sais que... Ma présence semble un peu impromptue, j’en ai conscience. Mais je vous assure que je ne vous veux aucun mal » elle le prendrait sûrement pour un fou, rien qu’à sa manière de s’exprimer, de s’habiller. Edwin débarquait tout droit du dix-neuvième siècle, il fallait croire. Il demeura immobile, à une distance raisonnable pour ne pas l’effrayer. Il s’arrangerait pour ne rien faire qui pourrait la mettre mal à l’aise, il attendrait seulement que la glace se brise. Il était patient, il était prêt à tout.  

2981 12289 0

_________________
doux rêve
On voudrait souvent que notre vie soit différente. On rêve d'autre chose, rien ne bouge. On se fait des promesses. On avance avec des si qui n'arrivent jamais. On attend, on recule le moment où notre existence sera meilleure, et les jours, les années passent avec nos serments rassis ou évanouis.
Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: don't look around cause love is blind | edwin   

Revenir en haut Aller en bas
 

don't look around cause love is blind | edwin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Absolarion Love.
» Love me now or hate me forever!
» « CENTRAL PARK » New York i love you .
» Mangas-Love RPG ♥
» Love et Story

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
REDWOOD HILLS :: 
YOU'RE ENTERING REDWOOD HILLS
 :: Waterfall Avenue :: lilac road
-
Sauter vers: