AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Merci de privilégier les nombreux scénarios, pré-liens et membres des familles lors de votre inscription !
N'hésitez pas à interpréter un membre de la secte !
Nous recherchons activement des parrains, n'hésitez pas

Partagez | 
 

 Une petite cousloc ? | Isiah & Marilyn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

membre qu'on adore
Voir le profil de l'utilisateur
LITTLE TALKS : 431
PSEUDO : Timon
AVATAR : Evelyne Brochu la classe incarné
CREDITS : Atomic Squirrel(Avatar) Space Oddity ( signature)
ÂGE : 34

MessageSujet: Une petite cousloc ? | Isiah & Marilyn   Sam 16 Déc - 20:59

Une petite Cousloc ?


Isiah & Marilyn

Elle introduit la clé dans la serrure et fut d’un coup presque soulager. C’était bête, car elle rentrait simplement chez elle, son chez elle a elle a Redwood Hills. Cette maison était a elle, pas a sa mère, ici elle faisait ce qu’elle voulait, quand elle le voulait et surtout elle était tranquille. Enfin, elle savait qu’elle ne serait pas toute seule non plus. Elle avait prêté la maison a Isiah son cousin du coté de son père, quand elle était partie habiter en France.  Il avait eu a ce moment là besoin d’aide, il rentrer de l’arme, surement avec une valise pleine de chose horrible qu’il avait put faire ou voir et qu’il voulait oublier. Et a défaut de pouvoir être là physiquement pour lui, elle lui avait offert de vivre dans cette maison. C’était un bon compromis, il faisait vivre la maison et elle l’aider en lui offrant un toit. Il avait absolument tenue a lui payer un loyer, alors que si ça ne tenait qu’a elle, elle lui aurait laisser y vivre gratuitement, alors ils avaient négocier un loyer, symbolique aux yeux de Marilyn mais qui rassurait surement Isiah. Elle était en train de se demander s’il était là quand elle ouvrit la porte. Elle avait la poignet de sa valise dans une main et la poignet de la porte dans l’autre. Elle poussa la porte, entra dans la maison et regarda autour d’elle. Elle n’avait pas prévenue son cousin qu’elle débarquer, elle aurait peut-être dû, elle allait peut-être le déranger. Ouais, elle aurait surement du lui envoyer un SMS, enfin, maintenant c’était un peu tard elle était dans la maison. Elle regarda autour d’elle, rien n’avait bougé et tout était clean. Enfin elle pouvait faire confiance a son cousin, elle savait qu’il avait prit soin de la maison. « Salut ? Y’a quelqu’un ? » Dit elle tout haut et assez fort pour que presque toute les pièces es l’écho de sa voix. Oh et elle avait parlé en Français aussi, elle aimait bien cette langue et donc être avec son cousin, qui le parlait aussi, lui permettait de continuer de parler cette si belle langue. Depuis qu’elle était revenue ici, elle avait peu l’occasion de parler français mis a part pour son travail.  

Elle ne reçut aucune réponse a son appelle, tant pis, il était surement au travail ou sortie. Elle allait donc décharger ses quelques cartons –deux ou trois tout au plus- toute seule. Heureusement qu’ils n’étaient pas trop lourd.   Une fois ses cartons et sa valise transporté dans sa chambre, qui fut jadis la chambre qu’elle partageait avec Deacon, elle descendit a la cuisine. Elle ne voulait pas se mettre a penser a son ex-mari, ils étaient séparés, bientôt, elle l’espérait fortement, divorcer. Il était donc son passé, et elle ne voulait plus vivre dans le passé, elle se servie un verre de vin blanc, français bien sur, et se dit qu’elle devrait surement faire quelques travaux dans la maison, changer la décoration, jeter certaines choses, elle devait définitivement dire adieux au passé pour avancer. Elle ne voulait plus faire du sur place comme elle avait l’impression d’en faire en ce moment.  Elle était en plein dans ses pensés, si bien qu’elle sursauta quand elle vit son cousin arrivé. Ils ne se ressemblaient pas vraiment, lui était brun, quand elle était blonde, il avait les cheveux raide, enfin le peu qu’il avait, elle bouclé et abondant, il avait les yeux foncé, elle les yeux claire, et pourtant si, ils étaient bel et bien de la même famille, et ils avaient toujours était proche. Elle l’aimait beaucoup, la preuve elle lui avait prêter sa maison. Mais elle ne comptait pas le jeter a la rue maintenant qu’elle était de retour, non elle allait lui proposer de vivre en colocation. C’était surement un peu ridicule vue leurs âges mais ça pourrait être marrant. Elle souri «  Surprise ! » Dit-elle amuser avant de se tourner pour prendre un verre et le poser sur le bar en marbre à coté de celui qu’elle avait déjà entamé. Elle versa du vin dans le verre qu’elle avait sortie pour son cousin et lui souri «  J’suis de retour. Mais t’en fais pas, je te jette pas a la porte, tu peux rester le temps que tu veux. » Qu’elle lui dit en lui tendant le verre.


_________________
I 'm still alive

≈ i need times, to win back your love again.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

membre qu'on adore
Voir le profil de l'utilisateur
LITTLE TALKS : 316
PSEUDO : Namysh
AVATAR : Jon Bernthal
CREDITS : Lux Aeterna (vava) + tumblr (gifs)
ÂGE : 40

MessageSujet: Re: Une petite cousloc ? | Isiah & Marilyn   Dim 7 Jan - 13:24

Une petite Cousloc ?


Isiah & Marilyn

Inspiration, expiration. Un regard à sa montre, lui indiqua qu’il n’était pas encore parvenu à sa foulée idéale. Il n’était parti que depuis une dizaine de minutes après tout. Isiah était de repos aujourd’hui, alors il en profitait pour se vider la tête et aussi s’entrainer pour son objectif de l’année. L’Iron Man 70.3. 1,9 Km de natation, 90 Km de vélo et 21,1 Km de course à pied. De quoi repousser ses limites, encore et toujours plus. Un peu extrême – du moins suivant sa famille – mais le policier avait besoin de ce genre de moteur, pour ne pas virer complètement fou. L’inactivité, quelque chose qu’il avait toujours eu du mal à supporter. Son changement de carrière – un peu soudain – n’avait fait que renforcer ce besoin. Sans doute en avait-il fait voir des vertes et des pas mûres à son corps, depuis l'armée, sans doute, mais il carburait à ça. Les limites. Encore et toujours plus. Comme pour oublier. Ou bien au contraire, pour se prouver qu'il était toujours en vie et qu'il n'était pas resté là-bas, ou pire encore, qu'il ne deviendrait jamais comme son père, que cet attentat avait transformé en loque. Il secoua la tête avec force, pour faire partir cette vision, la pire de toutes. Une légère brise lui caressa le visage, le ramenant presque aussitôt au moment présent. La course. Isiah aimait courir lorsque la température avoisinait le zéro. Il avait toujours aimé cela. Son échauffement devait être un peu plus important, pour éviter la blessure, mais cela ne le dérangeait pas. Tout était calme de ce temps. Il était tôt, personne ne venait troubler sa tranquillité. Seul le bruit de sa respiration parvenait à ses oreilles. Moment durant lequel il profitait pleinement de se retrouver seul. Moment de liberté. Il enfonça un peu plus son bonnet sur sa tête et vissa ses écouteurs à ses oreilles. Il augmenta la cadence. Nouveau regard à sa montre de sport – véritable petit bijou de technologie lui indiquant son rythme cardiaque, la vitesse à laquelle il était en train de courir, mais qui cartographiait aussi son parcours – pour prendre la mesure de sa foulée. Nouvelle accélération. Son cœur cogna un peu plus fort contre sa poitrine. Il savait qu'il pouvait encore accélérer, mais il s'était fixé pour objectif une sortie plutôt longue, 15 km. Il adopta donc une foulée de croisière. La séance de vélo juste avant avait mis ses cuisses à mal, mais il fixa son attention sur la musique, plutôt que sur la douleur. Durant les quelques kilomètres de course, il pensa à tout un tas de choses, toutes plus variées les unes que les autres. La première étant qu'il devrait passer voir si tout allait bien chez son père.

Dégoulinant de sueur, les muscles au bord de la rupture, mais avec une sensation de plénitude lui dansant au creux des entrailles, Isiah franchit le seuil de la demeure que lui prêtait – à titre presque gracieux - sa cousine. Après avoir retiré ses baskets et les avoir rangées consciencieusement à l'emplacement prévu dans le hall, il se rua dans la salle de bain. Il resta sous l'eau chaude de longues minutes, pour décontracter ses pauvres muscles, ayant fini par tétaniser en fin de course. En sortant de la douche et après s'être habillé sommairement d'un sweat et d'un jean – après tout, il était de repos et n'avait pas prévu de sortir – il ouvrit la cage de Winston le perroquet, pour le nourrir. Ce dernier l'accueillit en effectuant des claquements avec son bec et imita le bruit de l'eau du robinet qui coulait. L'imitation, était une fois de plus réalisée à la perfection. Isiah s'étonnait toujours des capacités vocales du gris du Gabon. Après avoir joué avec Winston pendant quelques minutes, il envoya un sms à sa meilleure amie et descendit les escaliers, pour rejoindre la cuisine. Mort de faim, l'estomac sacrément dans les talons – surtout après l’entrainement intensif de la matinée – il entra dans la pièce. Il ne savait pas vraiment ce qu’il allait pouvoir ingurgiter. Si sa mémoire était bonne, il ne restait plus grand chose dans le réfrigérateur, hormis quelques bières, un reste de pizza de la veille et quelques trucs tout prêt. Roi de la cuisine, pas vraiment. Les affaires en cours s'accumulaient sur son bureau en ce moment, à tel point qu'il en avait omis de faire les courses. Il tressauta légèrement, en apercevant la silhouette de sa cousine à l’intérieur de la pièce Il ne s’attendait pas à ce qu’elle arrive aujourd’hui. Elle ne l'avait pas prévenu. Mais c'était plutôt une bonne chose, une très bonne chose même. Il avait toujours adoré Marilyn et mine de rien, la situation actuelle de la jeune femme l'inquiétait. Bien qu'il n'en laisse rien transparaitre. « C’est tellement gentil de ta part d’avoir pitié… », dit-il en Français, d’un ton légèrement sarcastique, en réponse aux paroles de cette dernière. Il lui adressa tout de même un immense sourire. Certainement une des rares personne à le voir sourire de la sorte. « Je savais pas que tu rentrais aujourd’hui. Est-ce que t’as besoin d’aide pour tes bagages ? ». Il attrapa le verre de vin blanc que Marilyn lui tendait. « C'est en quel honneur ? T'as plumé ce vieux Bacon j'espère... », lâcha-t-il à brûle pourpoint, en faisant référence au type qui avait partagé la vie de sa cousine durant plusieurs années. Sans doute devait-il arrêter de fréquenter son coéquipier, voilà qu'il se mettait lui aussi à donner des surnoms stupides à tout le monde.

_________________
I'm no hero & I'm not made of stone
What have I done. I spoke to the devil today and he swears he's not to blame and I understood, 'cause I feel the same... Arms wide open. I stand alone


Dernière édition par Isiah Vaughn le Jeu 1 Fév - 15:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar

membre qu'on adore
Voir le profil de l'utilisateur
LITTLE TALKS : 431
PSEUDO : Timon
AVATAR : Evelyne Brochu la classe incarné
CREDITS : Atomic Squirrel(Avatar) Space Oddity ( signature)
ÂGE : 34

MessageSujet: Re: Une petite cousloc ? | Isiah & Marilyn   Jeu 18 Jan - 21:20

Une petite Cousloc ?


Isiah & Marilyn

Elle avait, sur un coup de tête fait ses valises pour revenir dans le Vermont, s’installer chez sa mère, pensant que sa situation serait temporaire. Et puis maintenant, a nouveau sur un coup de tête, elle avait refait ses valises mais cette fois pour revenir s’installer dans sa propre maison a Redwood Hills. Une maison plutôt grande, ni trop luxueuse ni pas assez. Sa maison coup de cœur qu’elle s’était payer un jour parce qu’elle avait envie de garder une attache dans la ville de sa jeunesse. Et puis ça avait ensuite était la maison qui était occuper par son cousin, chaleureusement et généreusement prêter a son cousin pour qu’il n’ait pas a s’encombré d’un réel loyer a payer. Et même si elle était revenue s’y installer, si elle redevenait pleinement maitresse des lieux, il était hors de question de mettre son cousin à la porte. Elle se disait que ce serait vraiment sympa qu’ils vivent ensemble, après tout ils avaient toujours était proche.  Elle fut contente de voir qu’il prenait bien la petite surprise qu’elle venait de lui faire et souri a son sarcasme.  Et en Français en plus. Mon dieu, ce que cela pouvait faire du bien de parler dans cette si belle langue. Voila, elle savait maintenant qu’ici elle n’allait plus que parler Français, elle parlerait bien assez américain dehors.  Elle lui souri avec tendresse, vraiment contente que voir que même s’ils ne s’étaient pas vue depuis très longtemps  tout était resté comme avant entre eux. «  Le sarcasme a toujours était une de tes choses préféré pas vrai ? » Dit-elle en riant un peu.  Elle le laissa prendre le verre qu’elle lui avait servi et but une gorgée. Enfin elle pouvait faire ou dire ce qu’elle voulait sans que sa mère ne soit là a la regarder par-dessus son épaule commentant et même jugeant tout ce qu’elle faisait.  Comme boire se verre de vin, et même se resservir si cela lui chanter quand elle l’aurait fini, elle savait qu’Isiah  n’allait pas lui faire la moindre remarque la dessus.

Elle souri au brun et se mit a faire tourner doucement le liquide dans son verre d’un fin mouvement de poignet. «  Je t’avoue que je ne savait pas moi-même que j’allais revenir m’installer ici aujourd’hui… » Elle but une nouvelle gorgée de vin «  J’ai agis un peu sur un coup de tête, j’étais chez ma mère jusqu'à maintenant et elle ma saouler alors me voila. Et c’est gentil de proposer mais c’est bon, je me suis déjà occuper de mes quelques affaires. »  Dit elle en toute sincérité. Elle rit un peu quand il lui demanda si elle avait « plumé ce vieux Bacon ». C’était le surnom en faite qui la faisait rire, ou peut-être le fait que le brun face a elle pense que Deacon ai quelque chose a lui prendre. Elle ne savait pas trop ce qui la faisait rire sur le coup, mais en tout cas ca la faisait bien rire. Elle secoua doucement la tête, toujours en souriant et but une gorgée de vin  avant d’enchainer. «  Non, Deacon a plus grand-chose, sa sert a rien que j’essaye de le plumé… » Elle soupira doucement «  Il a même pas encore signer les papiers du divorce, donc officiellement je suis encore mariée et ca a le dont de m’agacer » Dit elle avant de finir son vin et se servir un autre verre.  «  Et toi, t’en ai où avec les femmes ? T’en a toujours pas une dans ta vie ? Autre que Rachel j’entend » Dit elle en souriant. Elle savait qu’elle allait peut-être le mettre un peu mal a l’aise, mais c’était un peu lui qui avait lancer cette discutions.  Elle alla ver le frigo et l’ouvrit, dans l’espoir de trouver quelques chose a manger. Elle fut surprise de voir que c’était a l’interieur presque le vide intersidéral. Des bière, évidement, ainsi que quelques plat déjà tout prêt et un reste de pizza y traîner, mais sinon il n’y avait rien d’autre. Il était vraiment temps qu’elle revienne pour faire correctement a manger a son cousin «  Je vois que tu n’as pas dévaliser le magasin » Dit elle en riant un peu «  J’irais faire les courses demain. A partir de maintenant tu mange correctement » Dit elle en se tournant a nouveau vers son cousin. Et oui, parce qu’il n’avait pas le choix.


_________________
I 'm still alive

≈ i need times, to win back your love again.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

membre qu'on adore
Voir le profil de l'utilisateur
LITTLE TALKS : 316
PSEUDO : Namysh
AVATAR : Jon Bernthal
CREDITS : Lux Aeterna (vava) + tumblr (gifs)
ÂGE : 40

MessageSujet: Re: Une petite cousloc ? | Isiah & Marilyn   Jeu 1 Fév - 15:52

Une petite Cousloc ?


Isiah & Marilyn

Drôle de surprise. Agréable surprise, que de retrouver sa cousine, en ces murs. Même s’ils lui appartenaient en fait. Depuis son retour, depuis son dernier « round » en Afghanistan, Marilyn avait été là, pour qu’il ne se soucie de rien, quant à une éventuelle galère pour trouver un logement. L’armée l’aurait peut-être aidé, même s’il en doutait. Mais elle avait tout fait pour qu’il n’ait à se soucier de rien hormis son retour et s’occuper de Payton, son père. Il lui était reconnaissant à jamais et elle pouvait bien lui demander la lune, qu’il se plierait en quatre pour elle. L’espace d’une demie seconde, le fait de se retrouver à la rue lui effleura l’esprit. Elle le rassura d’ailleurs sur ce point, il ne serait pas mis pour autant à la porte. Cela l’arrangeait, il n’avait pas franchement plus le temps qu’à l’époque, de chercher une nouvelle maison et encore moins de gérer un déménagement. « On ne change pas une équipe qui gagne ! C’est vraiment gentil de ta part, je sais pas ce que je ferais sans toi en fait », dit-il, toujours en Français, sans accent, ce qui relevait presque du miracle, vu le peu d’occasions qu’il possédait de pratiquer cette langue. Il imaginait déjà des soirées films à venir, avec du bon vin et rien que pour cela, il était heureux du retour de sa cousine. Seul point noir au tableau, il devrait s’obliger à parler, chose qu’il n’aimait pas spécialement. Au monde, il n’existait que trois personnes pour lesquelles il acceptait de faire cet effort, Eulalie, sa mère, Rachel « sa meilleure amie » et enfin Marilyn.

Verre en main, il sentit le nectar doré, tout en écoutant Marilyn. Une dispute avec sa mère sans doute, l’ayant poussée à faire ses valises et à revenir chez elle. « Une dispute avec ta mère ? Elle voulait gérer toute ta vie à nouveau ? », demanda-t-il alors, ne voyant pas franchement d’autres solutions possibles quant à ce retour inopiné. Isiah savait à quel point les rapports entre les deux femmes pouvaient être tendus. La blondinette serait très certainement bien plus tranquille ici, que chez sa génitrice. La suite de la conversation le fit sourire. Il ne se mêlait pas de la vie privée de sa cousine, mais juste un peu de soutien n’avait jamais tué personne. « Si t’as besoin de faire accélérer la procédure, il y a surement moyen… ». Ce qu’il entendait par là, c’est qu’il y avait forcément un moyen de faire pression sur ce chef de pacotille, pour faire accélérer les choses. Marilyn devait sans doute amèrement regretter ce mariage. Il ne chercha pas à rentrer dans les détails. Il prenait juste ce qu’elle voulait bien lui confier. Pas plus, pas moins. L’inspecteur manqua à la suite de faire tomber son verre de vin au sol et le rattrapa in-extremis, faisant gicler quelques gouttes du liquide doré sur la table au passage. Mince, pourquoi cette même question ? Pourquoi cela intéressait tant sa cousine et sa mère ? A croire qu’elles se passaient le mot. La bonne résolution de l’année, caser le vieux garçon qu’il était. « Je vais là où me porte le vent », se contenta-t-il de dire en buvant une nouvelle gorgée de vin blanc et en épongeant les marques sur la table, à l'aide d'une éponge. Juste pour ne pas avoir à répondre qu’il n’en était nul part. Le no man’s land dans sa vie sentimentale. Enfin non, plutôt le foutoir intergalactique. « Mon abruti de coéquipier pense que je suis marié à Rachel, ça compte pas ? », lâcha-t-il finalement en riant dans sa barbe. L’idée lui plaisait bien en y réfléchissant, mais cela n’était pas possible. Parce que leur amitié était bien plus importante. Du moins, c’est ce dont ils  se persuadaient. Fichue connerie de friend zone.

Isiah ne put réprimer une nouvelle grimace. Pris la main dans le sac. Véritable frigo de célibataire dans lequel Marilyn farfouillait. Au moins avait-il l’excuse d’être trop pris par son métier. Manger, un besoin bien trop souvent relégué au second plan. Ancienne habitude. Il se contentait de peu et surtout de bouffe toute faite et infâme, comme celle qu’il avait eu l’habitude d’avaler avec les rations. « Je l’ai dévalisé, puis j’ai eu une subite envie de cuisine Française, alors j’ai tout mangé ! ». Lui qui se souciait à peine de faire cuire des œufs pour les gober, n’était absolument pas crédible en disant cela. Il grimaça d’autant plus avec la suite des paroles de sa cousine. « T’embêtes pas va, j’ai à peine le temps de rentrer ces derniers temps. On a du pain sur la planche avec une nouvelle affaire…   ». Nouvelle gorgée de vin. « Est-ce que ça te déranges, si on fait un saut chez mon père, tous les deux ? ». Isiah n’avait pas encore eu le temps de faire sa visite hebdomadaire à Payton. A chaque visite, une angoisse sourde l’accablait. Il comprenait parfaitement la terreur qui avait pu habiter sa mère, au fil des années. A chaque fois, la même question. Etait-il encore en vie ? Quelque part, il jugeait que cela n’était pas humain de le réanimer et lui porter assistance après ses tentatives de suicide. Après tout, c’était son choix, sa vie. Qui étaient-ils pour le priver de ce droit fondamental ? Celui de choisir quand mourir. Mais d’un autre côté, Payton était aussi égoïste qu’eux, en ayant fait ce choix, celui de bousiller leur famille.

_________________
I'm no hero & I'm not made of stone
What have I done. I spoke to the devil today and he swears he's not to blame and I understood, 'cause I feel the same... Arms wide open. I stand alone
Revenir en haut Aller en bas

avatar

membre qu'on adore
Voir le profil de l'utilisateur
LITTLE TALKS : 431
PSEUDO : Timon
AVATAR : Evelyne Brochu la classe incarné
CREDITS : Atomic Squirrel(Avatar) Space Oddity ( signature)
ÂGE : 34

MessageSujet: Re: Une petite cousloc ? | Isiah & Marilyn   Hier à 21:08

Une petite Cousloc ?


Isiah & Marilyn


Elle se félicita d’avoir encore agit sur un coup de tête. Elle qui normalement réfléchissait toujours beaucoup, voir même trop, avant de prendre une décision, agissait beaucoup sur des coups de tête en ce moment. Et au final ce n’était pas trop mal de le faire.  Depuis qu’elle le faisait elle se sentait un peu plus… Libre.  Et puis, en agissant ainsi, elle était revenue chez elle, et elle avait retrouvé son cousin, elle en était contente. Et d’autant plus en voyant qu’entre eux rien n’avait changé. Toujours en train de se taquiner comme frère et sœur. Ils avaient reprit leurs complicité là où ils l’avaient laissé la dernière fois qu’ils s’étaient vue. Elle rit un peu a la réponse de son cousin «  Sans moi ? Tu serais sous un pont déjà. Et puis tu t’ennuierait sans une super cousine comme moi » Dit elle en lui lançant un clin d’œil complice.   Elle était heureuse en réalité de pouvoir faire quelque chose pour lui. Même si c’était juste lui offrir un toit sur la tête, c’était déjà beaucoup.  Elle donna un verra a Isiah, bah oui, il n’allait quand même pas la regarder boire toute seule, autant qu’elle soit accompagner, puis lui dit qu’elle était revenue ici pour ne plus avoir sa mère sur le dos. Elle soupira doucement «  A nouveau ? Elle n’a jamais arrêté de vouloir. Même quand y’avais un océan entre nous elle continuait à  me dire ce que je devais faire… C’est fatiguant a la longue » Dit elle simplement, toujours en Français biens sur avant de boire un verre. Elle avait remarqué que son cousin n’avait plus son joli accent, enfin, il devait beaucoup moins parler cette langue qu’elle. Il n’avait pas vécut aussi longtemps qu’elle en France après tout.  Elle aurait put demander des nouvelle de sa mère a Isiah, mais c’était inutile, Marilyn était assez proche de sa tante, celle-ci téléphonait régulièrement a la blonde, peut-être même plus souvent qu’elle ne téléphonait a son fils. Et le sujet de Deacon arriva, mince, elle aurait préféré ne pas dire a son cousin que c’était la grosse merde son divorce…Enfin si un jour il était prononcer.

Elle ne put s’empêcher de rire a la blague de l’homme face a elle. Enfin, le pire c’est qu’elle y avait déjà songé. Mais elle avait fini par se dire que non, ce n’était pas comme cela qu’elle voulait que ca ce finisse avec cet homme, qui avait quand même beaucoup compté pour elle. Après tout, elle l’avait épousé, avait même eu un enfant avec lui, pas longtemps mais quand même. Il n’était quand même pas un inconnu pour elle. Et même si maintenant, ils en venaient à se dire des horreurs, que leurs relation s’était dégradé a ce point là, elle ne lui voulait dans le fond pas tant de mal que cela.   Elle secoua la tête après avoir arrêté de lire «  Ce ne sera pas nécessaire t’en fait pas. J’irais chercher ces fichu papiers signé moi-même quand je retournerais a Paris pour le travail… D’ici peu je sens » Dit elle simplement. Et elle savait que quand elle irait voir Deacon, il ne faudra pas vraiment qu’il fasse le malin. Et il le savait aussi, il savait très bien que parfois, Marilyn pouvait être… Très convaincante. Et elle retourna plus ou moins la question a son cousin. Elle lui demanda où il en était avec les femmes. Après tout c’était un sujet qui revenait souvent quand elle avait Eulalie au téléphone : les histoires de cœur d’Isiah.  Elle soupira doucement quand il lui répondit qu’il allait ou le vent le menait. Elle savait que la mère de l’homme désespérait de ne toujours pas être grand-mère. «  Tu sais que ta mère aimerait des petits enfants un jour ? De préférence avant qu’elle ne passe l’arme a gauche » Dit elle en douceur et en souriant. Elle rit ensuite quand il demanda si le fait que son coéquipier pense qu’il était marié a Rachel compté. Ah Rachel, toujours et encore elle… Il n’avait d’yeux que pour elle, c’était presque triste selon Marilyn, il pourrait pourtant avoir n’importe quel fille, alors pourquoi désiré celle qu’il ne pouvait pas avoir.  «  Non, ca ne compte pas. Et crois en une femme mariée, ne fait jamais cette connerie. » Dit elle avant de boire une gorgée de vin.  Surement qu’elle avait bien fait, car elle s’était lancer dans la fouille du frigo…Enfin elle n’y trouva pas grand-chose… Un vrai frigo de célibataire. Elle rit quand il fit de l’humour la dessus. «  Bien sur, bien sur, et moi je suis Michelle Obama » Dit elle en riant.  Elle informa ensuite son cousin qu’a partir de maintenant, elle reprenait son alimentation en main. Elle le regarda droit dans les yeux en croisant les bras quand il lui dit que ce n’était pas la peine. Là c’était le moment où elle ne plaisanté plus. «  Bah tu le prendra. Les victimes de tes affaires sont déjà morte de toute façon, elles vont donc pas s’envoler » Dit elle simplement d’un ton calme et sérieux.  Elle n’allait pas lui en demander plus sur l’affaire qu’il avait en ce moment. Pas qu’elle en avait pas envie, au contraire, elle adorerait en savoir d’avantage, mais elle savait qu’il n’avait surement pas trop le droit, ni l’envie d’en parler. Alors elle le laisserait lui en parler s’il le voulait.  Elle fini son verre de vin et décréta qu’elle n’en boirait pas un de plus, enfin pas tant qu’ils n’avaient pas dîné. Elle fut un peu surprise de sa proposition et releva les yeux vers lui. Aller voir le père de son cousin ?  Pourquoi pas, cela faisait longtemps qu’elle ne l’avait pas vue. Elle savait que Peyton ne se souvenait surement pas d’elle, mais bon tant pis, elle devait soutenir son cousin dans cette épreuve difficile. «  Oui avec plaisir » Dit elle en souriant  «  Allons y, c’est moi qui conduit, toi tu dois être fatigué » Dit-elle en attrapant son sac à main et son long manteau noir « Il vit toujours au même endroit je suppose » Quel question, évidement qu’il vivait toujours dans la même baraque, et surement qu’il y vivrait jusqu'à la fin des temps.


_________________
I 'm still alive

≈ i need times, to win back your love again.

Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Une petite cousloc ? | Isiah & Marilyn   

Revenir en haut Aller en bas
 

Une petite cousloc ? | Isiah & Marilyn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Une petite détour aux sources [ PV - Hentaï ]
» Petite histoire aux grandes aventures :D
» Une petite histoire ... pour se remonter le moral !
» [Ruelles] Petite Mendiante
» ROXANNE petite caniche parfaite 9 ans CCDM (30) ADOPTEE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
REDWOOD HILLS :: 
YOU'RE ENTERING REDWOOD HILLS
 :: Around Redwood Hills :: farming area
-
Sauter vers: