AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Merci de privilégier les nombreux scénarios, pré-liens et membres des familles lors de votre inscription !
N'hésitez pas à interpréter un membre de la secte !
Nous recherchons activement des parrains, n'hésitez pas

Partagez | 
 

 Million reasons * Rachel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

membre qu'on adore
Voir le profil de l'utilisateur
LITTLE TALKS : 316
PSEUDO : Namysh
AVATAR : Jon Bernthal
CREDITS : Lux Aeterna (vava) + tumblr (gifs)
ÂGE : 40

MessageSujet: Million reasons * Rachel    Lun 8 Jan - 18:44



"Million reasons"

Head stuck in a cycle, I look off and I stare. It's like that I've stopped breathing, but completely aware. 'Cause you're giving me a million reasons.Hemingway



Des heures, des jours et des semaines qu’ils potassaient ce fichu dossier. A force de se noyer dans les détails, Isiah avait la fâcheuse impression de voir le diable lui-même apparaitre, au beau milieu de tout ce merdier. Le travail de procédure n’en finissait pas. Et plus ils avançaient dans l’enquête et plus la fange remontait à la surface, pour les éclabousser, son coéquipier et lui. A croire qu’ils éprouvaient un malin plaisir à creuser eux-mêmes leur tombe. Jonas, lui avait confié quelques jours plus tôt « d’avoir l’impression d’avoir un bras en moins et de nager en rond ». Certainement une expression à la noix de son pays d’origine, mais il comprenait parfaitement l’idée. Etrangement, il ressentait exactement la même chose. S’ils avaient avancé au départ vitesse grand V, ils se retrouvaient maintenant à ramer à contrecourant. La chose ne se révélait pas franchement agréable. Le dossier trainait lamentablement sur son bureau, des feuillets par ci par là. A force de l’étudier, il en était venu à cartographier mentalement chaque détail, chaque photo, chaque indice. Il avait même apporté une photocopie chez lui et ne dormait quasiment plus. Marilyn commençait à lui dire que cette affaire virait à l’obsession, chose qu’il démentait haut et fort. Mais il devait se rendre à l’évidence, elle avait raison. La douille et la balle de marque Speer, correspondaient à l’arme utilisée lors du crime, cela ne faisait plus aucun doute. L’arme était enregistrée au nom d’Emma Dackson. Jusque-là tout aurait pu concorder entre l’arme du crime et l’assassin. Sauf qu’une ombre venait de s’ajouter au tableau en court de route. Les lividités, l’angle de tir et l’absence de fluide/poudre dans la demeure du défunt, indiquaient qu'on avait déplacé le cadavre. Restait à savoir comment et surtout pourquoi, Mlle Dackson en était arrivé à ce point de non-retour, celui où elle avait ôté la vie de ce dealer. Pour le moment, seule une empreinte partielle retrouvée sur l’arme du crime permettait de la relier à l’affaire. Les détails comptaient et ces mêmes détails chiffonnaient Sørensen et Vaughn. En attendant d’en savoir plus et après une garde à vue de 24h n’ayant absolument rien donné, la jeune femme se retrouvait en liberté, dans l’attente des suites de la procédure policière. Son instinct de flic lui disait qu’elle n’avait rien à faire ainsi dans leurs dossiers sordides. Ils étaient en attente de l’évaluation psychiatrique de l’intéressée, pour le moment elle se pliait volontiers aux différents exercices. Avec cette connerie d’affaire et les zones d’ombre de cette dernière, ils étaient en train de vider le budget de leur modique poste de police, pour l’année à venir. La hiérarchie de Burlington n’allait pas tarder à leur tomber dessus.


Jonas lui dit un truc en Danois, qu’il ne comprit pas. Quand allait-il enfin se mettre en tête qu’il ne pigeait rien à son dialecte de barbare ? L’inspecteur se contenta de secouer la tête avec véhémence, l’air soudainement agacé. Une preuve de plus du non-respect flagrant de son coéquipier. Bien décidé à ne pas prêter attention à Jonas, il se prit à rêver - l’espace de quelques instants - d’un beignet et d’un café chaud. Etrangement, rêver d’un beignet ce n’en était pas un. Dommage. Ses pensées furent interrompues par son collègue, qui baragouinait encore dans son coin et lui jeta sa gomme en pleine tête. « Oh Vaughn ? T’es bouché mon vieux ? J’viens te dire que ta femme est là ! S’tu veux pas la recevoir, jm’en charge ». L’inspecteur fronça les sourcils. Sa femme. Quelle connerie était-il en train de raconter ? « T’as fumé Soren ou quoi ? ». Il secoua à nouveau la tête et se replongea dans le PV qu’il devait rédiger depuis ce matin. « Arrête d’faire ton vieux grincheux, j’te dis qu’elle t’attends… Tu ferais mieux d’aller la voir, s’tu veux pas dormir sur le canapé ce soir ! » Machinalement, il se leva, lança sans ménagement la gomme de Jonas sur ce dernier et quitta son bureau, un air sombre collé à ses traits. Pas franchement content d’avoir été interrompu de la sorte. Sans conviction, il se dirigea vers l’accueil du poste, avec l’intime sensation qu’il s’agissait encore d’une mauvaise plaisanterie du Viking. Tandis qu’il rêvassait au sort qu’il pourrait bien réserver à ce dernier, à savoir créer des clones pour les éliminer les uns après les autres, en leur infligeant d’atroces souffrances, le brun parvint à côté de la stagiaire, qui faisait office de secrétaire. Il allait la rabrouer, en lui disant qu’elle ne devait pas marcher dans les combines de Jonas, quand il aperçut Rachel, assise sur une chaise. Instantanément, son air renfrogné laissa place à un tout autre visage. Mentalement, il avait toujours envie de frapper le Danois, mais la vision de la jeune femme – que visiblement ce dernier prenait pour sa femme – lui fit oublier instantanément sa mauvaise humeur passagère ainsi que ses tracas. « Rachel, tu t’es perdue ? Il t’est arrivé quelque chose ? Tu viens porter plainte ? », demanda-t-il en souriant, avant de finalement enlacer cette dernière – toutefois après avoir jeté un coup d’œil rapide en direction des bureaux, histoire de s’assurer que la plaie, qui lui servait de coéquipier, n’avait pas eu la bonne idée de le suivre. Après une étreinte – qui dura bien plus que de raison – Isiah allait lui demander si elle avait passé de bonnes fêtes, quand Jonas vint se poster à côté d’eux, ce qui fit sursauter Vaughn. « J’viens d’avoir l’nouveau rapport de Burlington pour notre affaire en cours. La taille du tireur correspond pas à la nana suspectée ! P’tain t’avais raison ! » Il réalisa finalement qu’il était en train de déranger mais s’en fichait, puisqu’il enchaina en demandant à Rachel « Pourquoi il est aussi aigri vot’ mari ? » Isiah lui indiqua de la fermer et entraina la jeune femme à l’écart, dans la salle de pause et referma la porte derrière eux. Il eut presque envie de bloquer la porte à l'aide d'une chaise, mais ne le fit pas. « Désolé, je crois qu’il lui manque une case à ce pauvre garçon ! Je sais pas pourquoi il pense que nous sommes mariés… Fin bref, j’aurai mieux fait de me casser une jambe le jour où les équipes ont été composées. Ce mec est une vraie plaie ! » Il sorti un fauteuil pour que Rachel puisse s’asseoir. « Est-ce que tu veux un café ? Une pause me ferait pas de mal ! » Prenant les devants, il installa plusieurs dosettes dans la machine située sur le plan de travail. En attendant que le café passe, il se retourna vers sa meilleure amie et vint s'installer sur la table face à elle. La vie lui apparaissait toujours bien plus belle dès que Rachel était auprès de lui. Sans doute trop. Et dès qu'elle vaquait à nouveau à sa vie, il ressentait comme un vide immense. Ce qu'il ressentait pour elle – et ce depuis de nombreuses années – allait bien au-delà de l'amitié. Et malgré tout, il n'osait pas se l'avouer, du moins il respectait cet accord passé avec elle. Ce dérapage, suite à son retour d'Irak, ils avaient décidés ensemble de passer outre. Leur amitié étant bien plus importante que cette nuit-là. Il se méprenait sûrement et s'emmêlait les pieds dans ses sentiments. Cela sautait tellement aux yeux, que même l'abruti de Jonas, avait remarqué qu'il en pinçait pour elle. Il essuyait également les railleries de la part de Sveinn. La terre entière se fichait de lui. « Tu as passé de bonnes fêtes de fin d'année ? », finit-il par demander, afin d'éviter de partir en sucette.

Code by Sleepy

_________________
I'm no hero & I'm not made of stone
What have I done. I spoke to the devil today and he swears he's not to blame and I understood, 'cause I feel the same... Arms wide open. I stand alone
Revenir en haut Aller en bas

avatar

membre qu'on adore
Voir le profil de l'utilisateur
LITTLE TALKS : 142
PSEUDO : foxpaw
AVATAR : gal gadot
CREDITS : faith (ava) + anaëlle (sign)
ÂGE : 33

MessageSujet: Re: Million reasons * Rachel    Dim 28 Jan - 10:46



"Million reasons"

Head stuck in a cycle, I look off and I stare. It's like that I've stopped breathing, but completely aware. 'Cause you're giving me a million reasons.Hemingway



La cohue passée, le calme reprenait doucement mais surement de ses droits dans les environs de Redwood Hills. L’auberge se vidait à vue d’œil alors que les séjours se terminaient les uns après les autres. Les visages s’éteignaient petit à petit, délaissant les joies des fêtes de fin d’année, pour retrouver un quotidien qu’ils arpentaient depuis des années. Le nettoyage était de rigueur, et conséquent, mais il n’en restait pas moins que la période de creux permettait de souffler légèrement. La jeune femme se plaisait à vagabonder de chambres en chambres, chantonnant quelques airs de Hula alors qu’elle effectuait les tâches qui lui incombaient. Les habitudes reprenaient le dessus petit à petit et ses pensées s’étaient obstruées pendant un temps pour lui permettre de profiter de l’instant présent. Profiter ou plutôt répondre présente professionnellement parlant dès qu’un client lui demandait une information ou un service. La jeune brune appréciait son travail. Certes, il n’était pas aussi clinquant que ce que pouvait l’être un agent de police ou une avocate ou bien encore un journaliste, mais il lui plaisait. Et comme ses parents le lui avaient toujours dis, il n’existait pas de sous métier, le plus important résidait dans le fait qu’elle se sente à sa place là où elle se mouvait. Rachel se sentait bien à l’auberge. Elle pouvait partager la vie de sa grande sœur Abi, d’une certaine manière, et restait toujours dans cette ville qui lui tenait tant à cœur. Redwood Hills était son berceau et serait probablement l’endroit où elle finirait ses vieux jours également. Après tout, à quoi bon partir ? Si ses parents l’avaient abandonné ou du moins délaissé au moment de l’accouchement, c’était probablement pour une bonne raison. Son côté rêveur avait longtemps voulu croire qu’ils avaient été victimes de quelques supercheries ou injustices, veillant à devoir faire ce choix douloureux et difficile. Mais ils l’avaient sauvé d’une certaine manière. Et c’était d’autant plus pour les remercier de ce geste que la jeune femme désirait les retrouver. Peut-être pensaient-ils à elle à un moment de leur journée ? Peut-être même en venaient-ils à regretter ce qu’ils avaient du faire contre leur gré ? Rachel refaisait son monde de cette manière et croyait dur comme fer qu’il y avait des explications à tout cela. Sauf si elle était une enfant née d’un viol… Auquel cas, elle comprenait d’autant plus les raisons pour lesquelles personne n’avait jamais osé la chercher. Et si elle était ainsi, alors elle comprenait également pourquoi le sort s’acharnait de cette manière contre elle. Elle payait les pêchés des autres. Elle les assumait sans même en avoir connaissance alors qu’elle n’avait jamais rien demandé à personne. Finalement, la période de noël aurait du être constante et s’effectuer toute l’année. Au moins, elle n’aurait pas eu à faire face à ce genre de pensée qui veillait à la faire douter de tout et n’importe quoi. Le mal persistait encore. Tel un serpent, il sifflait et tournait autour d’elle prêt à attaquer au moindre instant. Autant l’avouer, cela la fatiguait au plus haut point. Faire la fête s’avérait être le meilleur moyen pour oublier ce genre de tracas, faire la fête mais aussi trouver des cadeaux qui pourraient faire plaisir à son meilleur ami. Isiah lui manquait énormément, surtout depuis qu’il tenait à boucler cette affaire dont il lui avait vaguement parlé à ses prémices. A croire que le temps était contre eux là aussi, puisqu’ils n’avaient pas eu l’occasion de se revoir depuis un bon moment maintenant. Son absence la peinait, et pourtant, Rachel ne disait rien, préférant de loin qu’il puisse avancer et devenir ce grand inspecteur qu’il voulait devenir, plutôt que passer du temps avec elle. Elle se sentait seule à sa manière. Ses sœurs avaient leurs familles respectives, ses amies avaient également les leurs, et elle… Elle s’était effacée auprès de ses parents de manière à ce qu’ils puissent profiter des petits enfants. Heureusement Flint restait à lui-même et avait pu lui faire passer des moments durant lesquels les ronrons avaient pu résonner en écho un peu partout dans son appartement. Mais malgré son caractère volontaire et toujours à même de sourire qu’importe les situations, il n’en restait pas moins qu’il y avait eu cet instant le jour de noël où elle avait pleuré. Pour se consoler, elle avait cherché à se changer les idées à sa manière, en s’enfermant dans des films comiques. Mais arrivait toujours le moment où les personnages étaient en compagnie des leurs et profitaient d’un bel instant en famille. Les vannes de la fontaine avaient été grandes ouvertes ce jour là mais elle ne le dirait à personne.

Et puis, il lui suffisait de songer aux cadeaux qu’elle délivrerait à un moment où à un autre pour prendre conscience que le bonheur recouvrerait son cœur à un moment donné. Même si, il s’exprimait d’une autre manière, il serait présent et saurait la conduire vers des élans qui la rassureraient encore et encore. Le sourire lui était réapparu alors qu’elle avait fixé pendant longtemps ce petit paquet qu’elle gardait précieusement depuis sa dernière aventure. Mieux valait-il en oublier les retrouvailles qui avaient découlé de cet achat afin de se concentrer sur la finalité de ce présent. Elle se promit d’attendre son jour de repos ou sa pause entre deux reprises de poste pour retrouver son meilleur ami et lui faire une surprise au commissariat. Et lorsque le jour arriva enfin, Rachel n’hésita pas à enfourcher son vélo avec dextérité et bon engouement pour pédaler en direction du poste de police. Le temps demeurait le même, froid, humide, il glaçait encore ses poumons dès lors que l’oxygène pénétrait ces derniers, mais il lui suffisait de s’emmitoufler dans une écharpe pour en apaiser les rudesses. Sans son acolyte préféré, la jeune femme avait préféré le laisser dormir en boule sur son lit plutôt que  l’emmener avec elle aujourd’hui. Isiah aurait l’occasion de revoir Flint dès qu’il viendrait passer un moment à l’appartement en leurs compagnies. Son sourire ne la quittait pas le moins du monde, alors qu’elle s’arrêtait devant la boulangerie et qu’elle commandait des donuts. A coup sûr, son meilleur ami n’aurait pas mangé depuis un petit moment. Elle le connaissait assez pour savoir qu’il avait cette fâcheuse manie d’oublier les besoins vitaux liés à une bonne santé dès lors que son esprit était prit dans une affaire. Guillerette, elle choisit donc ceux qu’elle connaissait pour être ses préférés et retrouva rapidement la selle de son vélo pour finir sa course devant le poste. Rassemblant ses affaires, elle se retrouva rapidement à l’intérieur et demanda à la jeune fille de l’accueil s’il lui était possible de voir l’inspecteur Vaughn. Inspecteur… Cette appellation avait toujours eu tendance à la faire rire, mais elle tenait à la préserver de manière à ce qu’il puisse garder une once de respect dans son équipe. Ce fut à ce même moment que l’équipier de son meilleur ami pointa le bout de son nez. Fidèle à lui-même, il salua Rachel à sa manière, dont elle préférait ne pas trop oser prêter de jugement puisqu’elle ne connaissait pas les pratiques de son pays, avant qu’il ne lui ponctue à voix haute et bien distincte. « Je vais chercher vot’ mari. » « Euh… Il n’est… » Ses paroles restèrent en suspend puisqu’il avait déjà quitté l’accueil pour se rendre vers les bureaux. Les yeux de Rachel s’ouvrirent en grand et il lui fallut un bon moment pour secouer sa tête et lancer un regard en direction de la secrétaire. « On est pas mariés hein… Ni… Bref, je vais attendre là si ça ne vous dérange pas. » s’empressa t-elle de rajouter tout en pointant du doigt une chaise un peu plus reculée. Mariés ? Rachel n’en revenait toujours pas de ce qu’elle venait d’entendre et en venait à se demander si Isiah n’avait pas émis des suppositions que Jonas aurait mal interprété. C’était surement ce cas là. Puisqu’il n’y avait rien d’autre. Oui, elle préférait s’en convaincre. De toute façon, elle en oubliait complètement ses pensées alors que la porte s’ouvrait à nouveau et qu’elle pu reconnaître la silhouette de son meilleur ami. Heureusement de le retrouver, elle n’hésita pas une seule seconde et s’empressa de rejoindre ses bras pour le serrer tendrement contre elle en recouvrant son sourire qui prouvait bien combien il lui avait manqué. « J’ai besoin d’avoir un prétexte pour rendre visite à mon meilleur ami ? » s’amusa t-elle à commenter alors qu’elle se reculait un peu et qu’elle passait sa main sur sa joue pour profiter un peu de sa présence. Cette caresse aurait pu durer plus que de raison, d’ailleurs, elle n’était surement pas permise, mais elle n’avait pas pu la retenir. Le sursaut du jeune homme accompagna le sien et veilla à la faire reculer pour récupérer ses affaires au moment où son coéquipier revint à la charge. De ce qu’elle pouvait entendre, elle ne s’était pas trompée le concernant et déjà elle songeait à toutes les questions qu’elle lui poserait pour savoir si il pensait un peu à lui. A nouveau, la jeune femme resta toutefois la bouche grande ouverte comme un poisson au moment où le châtain lui assigna le titre d’épouse d’Isiah. « Mais… » Elle fut néanmoins coupée dans son élan par son meilleur ami qui commença à s’emporter, signe de sa gêne effective concernant un tel sujet.

Après quoi, Rachel se laissa entraîner jusque vers la salle de pause et veilla à entrer rapidement dans la pièce tout en constatant de la manière dont Isiah désirait les isoler de toute cette histoire qu’il ne donnait pas lieu de contrôler. Car il était gêné et elle n’aimait pas cela. « Ne t’en fais pas, je ne le prends pas mal. » tenta t-elle de le rassurer alors qu’elle souriait de bon cœur comme pour lui montrer qu’elle n’était pas n’importe qui, elle était sa meilleure amie. « Il nous voit souvent tous les deux, ça peut paraître logique pour beaucoup de nous considérer comme un couple. » Elle avait baissé ses yeux au moment où elle avait énoncé le terme de « couple ». Il y avait quelque chose de regretter dans cela, mais il s’agissait là d’une promesse qu’ils s’étaient fait l’un et l’autre. « Il n’a pas l’air méchant. » conclut-elle dans l’espoir que ce changement de sujet soit suffisant pour permettre à Isiah de rire avec elle. Car oui, elle riait de bon cœur devant cette révélation, il valait mieux qu’ils le vivent de cette manière là. Accueillant la chaise dans des remerciements audibles, la brune s’y installa et s’empressa de relever son bras chargé pour montrer à son meilleur ami les gourmandises qu’elle lui avait rapporté. « Je crois qu’on café ne serait pas de refus pour accompagner ça. » Elle exagéra le haussement de ses sourcils tout en adoptant un air faussement angélique. « Je me suis dis que tu oublierais de manger, donc j’apporte ta dose de sucre. » Rajouta t-elle avant de le regarder partir en direction de la cafetière. Son sourire ne la quittait plus et cherchait simplement à le rassurer de sa présence et de ce moment dans lequel il pourrait souffler un peu. Mais son regard se déporta en direction des tasses qu’il prenait et c’est avec un engouement bien particulier qu’elle se redressa de sa chaise. « Atteeeeeeeeeeends ! » Elle rapprocha rapidement la distance qui les séparait et s’enquit de lui donner le petit paquet cubique. « Tiens, pour ta collection. Quand je l’ai vu j’ai pensé directement à toi. » On aurait cru entendre une petite fille prête à vouloir faire plaisir à son meilleur ami. Et elle s’impatientait déjà de le voir ouvrir et découvrir le fameux mug qu’elle avait trouvé pour lui. Pour sûr, il n’en aurait pas deux comme celui là. « Je pensais tu l’offrir le jour de noël mais… t’étais ou d’ailleurs ce jour là ? » Ses yeux devenaient interrogateurs alors qu’elle avait volontairement omis de répondre à la question qu’il lui avait posée à l’instant. « Ne me dis pas que t’es resté ici ! » Son ton s’apparentait plus vers celui d’une mère qui menaçait son garçon de le gronder après une bêtise. Et quelque part, la jeune femme en venait à croire qu’il n’avait pas bougé de son bureau. « Bon non, attends, ouvre d’abord et je t’engueule ensuite. » spécifia t-elle alors qu’elle regardait le paquet et qu’elle le tendait directement vers Isiah. Une chose après l’autre, même si il travaillait, Rachel osait espérer qu’ils auraient le temps de pouvoir discuter un peu tous les deux.


Code by Sleepy

_________________
TAKE ME TO CHURCH

I'll worship like a dog at the shrine of your lies, I'll tell you my sins and you can sharpen your knife. Offer me that deathless death, Good God, let me give you my life signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
 

Million reasons * Rachel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» You're giving me a million reasons [Maxine]
» Combat 4: Annie Villeneuve vs Rachel Hunter
» Rachel Berry - Obviously, i'm a star
» Rachel Draan
» 05. [Villa des Berry] Pendant que Rachel n'est pas là, les AV dansent

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
REDWOOD HILLS :: 
YOU'RE ENTERING REDWOOD HILLS
 :: Midtown :: police station
-
Sauter vers: