AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Merci de privilégier les nombreux scénarios, pré-liens et membres des familles lors de votre inscription !
N'hésitez pas à interpréter un membre de la secte !
Nous recherchons activement des parrains, n'hésitez pas

Partagez | 
 

 a night to remember (clee #2)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

avatar

Pumba, propriété de Timon
Voir le profil de l'utilisateur
LITTLE TALKS : 70
PSEUDO : Meg'
AVATAR : Shelley Hennig
CREDITS : little wildling (avatar)
ÂGE : 30

MessageSujet: a night to remember (clee #2)   Dim 11 Mar - 0:37


A night to remember
Bee & Clint

« Right here, right now, I'm looking at you and my heart loves the view, cause you mean everything. Right here, I promise you somehow that tomorrow can wait for some other day to be, but right now, there's you and me »
Faire la tournée des bars à Chicago, ce n’était pas tout à fait pareil que de faire la tournée des bars à Redwood Hills, et il y avait une raison à ça : le nombre de bars était considérablement plus limité à Redwood Hills qu’à Chicago. Et puis là-bas, chez eux, ils avaient leurs habitudes. Les endroits qu’ils évitaient à tous prix et leurs lieux préférés, où ils avaient fini par apprendre à connaître le personnel et où il payaient généralement une conso sur deux. Il faut avouer qu’avoir ces deux là  comme clients, ça animait tout de suite une soirée et Bee, qui était bien incapable de s’empêcher de prendre des photos partout où elle allait, leur faisait de la pub gratuite. Alors ça valait bien le coup de leur offrir quelques verres, non ?

Mais ce n’était pas parce que la vie nocturne n’était pas aussi animée qu’à Chicago qu’ils allaient rester enfermés comme deux petits vieux. Ils avaient trente ans, pas soixante-dix, et puis Bee avaient décrété qu’ils avaient des choses à fêter. Sa présence ici, pour commencer. Le nouveau job de Clint, aussi. Et puis son anniversaire, même si pour ça ils étaient légèrement à la bourre. Mieux vaut tard que jamais, à ce qu’il paraît. Bee comptait aussi sur cette soirée pour faire parler un peu son meilleur ami. Quelque chose clochait, elle en mettrait sa main à couper. Bon, peut être pas sa main, c’est utile quand même, ces petites bêtes là… Un doigt ? Ou ses cheveux… Enfin, tout ça pour dire que quelque chose ne tournait pas rond, et elle voulait savoir quoi.

Des preuves, elle en avait. L’inspecteur Bee avait déjà commencé son enquête, récolté des indices… Premier de sa liste, le peu de contact qu’ils avaient eu entre le départ de Clint et l’arrivée de Bee à Redwood Hills. Ce n’était pas normal. Peu importe où ils se trouvaient dans le monde tous les deux, ils arrivaient toujours à s’organiser un skype, ou toute autre forme de communication autre que de simples SMS envoyés à la va-vite. Et puis il y avait ce coup de téléphone, aussi. Elle avait gardé le message sur son répondeur. Deuxième indice, et pas des moindres, pas de partie de jambe en l’air depuis un mois. Et honnêtement, vous avez vu le loustic ? Ce n’est pas parce que Bee avait grandi avec lui et avait été témoin des phases les plus gênantes de sa vie qu’elle était aveugle. Clint, c’était pas le mec le plus dégueulasse qu’on puisse se mettre sous la dent. Loin de là. Entre sa carrure, ses yeux bleus et son sourire à tomber par terre, la nature l’avait plutôt bien servi. Bon, faut pas lui dire sinon il risque de choper le melon, et de devenir encore plus chiant qu’il ne l’est déjà. Donc un Clint sans personne pour partager ses draps pendant un mois complet… C’était louche. Ca devait bien être la première fois depuis qu’il avait appris à se servir de ce qu’il avait dans le caleçon pour faire autre chose que d’écrire son prénom dans la neige.

Et puis il y avait ce dernier indice. Pour celui-là, Bee était contrainte de reconnaître qu’elle n’avait pas vraiment d’explication non plus… Ce presque baiser qui l’avait tellement laissée sur le cul qu’elle en avait même oublié de râler. Il ne l’avait pas embrassée, pas vraiment. Peut être que ça n’avait même pas été volontaire, d’ailleurs. Pressé comme il l’était, il était venu lui faire un bisou avant de partir et avait raté son coup, embrassant à la place la commissure de ses lèvres. Et elle, truffe qu’elle était, elle était restée assise là, entre le canapé et la table basse, à regarder la porte derrière laquelle il avait disparu comme un voleur. Depuis, elle était bien incapable de se le sortir de la tête, ce presque-baiser, peu importe combien elle se répétait que ce n’était rien de plus qu’une maladresse. Elle devait arrêter d’y penser, d’ailleurs, sinon c’était sa langue à elle que l’alcool risquait de délier, et ce n’était pas le but de cette soirée.

Bee n’était pas du genre à se mettre sur son trente-et-un tous les jours, mais cette soirée avec Clint était la première depuis trop longtemps et l’anniversaire en retard de son meilleur ami, alors elle avait décidé de faire un effort et d’abandonner son habituel uniforme jeans – converses pour quelque chose d’un peu plus sophistiqué. Après une bonne douche – en mode karaoké, cela va sans dire – elle avait donc pris le temps de se pomponner un peu. Coiffure, maquillage, une petite robe noire et une paire de bottines à talons feraient l’affaire. Elle n’aurait plus qu’à enfiler manteau et écharpe et elle serait prête à filer vers de nouvelles aventures. Ce n’est qu’une fois prête qu’elle sorti de la chambre de Clint pour le retrouver au salon. Désolée, j’ai pris un peu plus de temps que prévu… J’me suis dit qu’il fallait marquer le coup ! annonça-t-elle, faisant un petit tour sur elle-même. T’es prêt ? Lui demanda-t-elle avec un grand sourire alors qu’il était planté là à la regarder comme un idiot.

(c) DΛNDELION

_________________
+ BEE RUSSO+
So, baby, can we dance, Oh, through an avalanche? And say, say that we got it, I'm a mess, but I'm the mess that you wanted. Oh, 'cause it's gravity Oh, keeping you with me

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Timon, propriété de Pumba
Voir le profil de l'utilisateur
LITTLE TALKS : 174
PSEUDO : monster.
AVATAR : zac efron.
CREDITS : (c) Lempika.
ÂGE : 30

MessageSujet: Re: a night to remember (clee #2)   Dim 11 Mar - 23:35


A night to remember
Bee & Clint

« Right here, right now, I'm looking at you and my heart loves the view, cause you mean everything. Right here, I promise you somehow that tomorrow can wait for some other day to be, but right now, there's you and me »
L'inspecteur Barnabi ce n'est pas toi, Gagdet non plus, mais ce soir tu comptes bien avoir tes réponses. Pourquoi est-elle là par exemple ? Ce n'est pas dans ses habitudes de débarquer ainsi, enfin d'un côté tu as envie de dire oui, mais d'un autre … D'un autre Bee, elle a sa vie à Chicago, elle a son truc, son boulot… et là elle plaque tout pour venir te voir ? Sans réel explication, tu trouves ça louche, un peu trop même, bon tu ne vas pas te plaindre. Et à l'inverse de la gente féminine, tu ne vas pas cogiter cent six heures sur la question. Pas ton style et tu as d'autres trucs à faire, comme ton boulot par exemple. Aujourd'hui encore tu as fuis rapidement l'appartement, rien d'alarmant, mais … tu te souviens encore de ton réveil avec une Bee dans les bras. La surprise pas qu'un peu, tu as tellement été heureux que tu as … eu une érection pour parler franchement. T'as mis ça sur le compte du manque parce qu'en parlant avec la chieuse, tu t'es rendu compte : un mois. Un mois que tu n'as pas batifolé avec une demoiselle. Un mois que tu es propre et sage. Ce qui ne te ressemble pas, tu sais pourquoi, mais c'est pas aussi facile de l'avouer verbalement .. l'idée elle a germé au fond de toi durant ce mois. Elle s'est creusée et puis elle est apparue à ta porte, grande sourire .. ironiquement c'est arrivée aussi en vrai, pas que dans ton cerveau. Alors oui tu as été sage et chaste, mais tu sais la raison et tu n'as pas envie de lui dire … étant la première concerner et puis tu n'as pas encore digéré la chose. Ou plutôt cette révélation.

L'inspecteur que tu es, a mis de côté ses plans tv pour la soirée. La raison ? Bee t'a envoyé un sms, elle veut sortir, elle veut s'amuser. Tu ne vas pas dire non à ça et puis tu as prévu le coup. Une bouteille de Tequilla et des citrons sont cachés dans un placard de la cuisine. Endroit où elle ne s'y rend pas, du moins sauf le frigo, mais rien ne se trouve là. Tu es malin quand tu veux, elle te compare souvent à Max des sorciers, mais tu as plus d'un tour dans ta manche. Ce soir, vous aviez ou plutôt Bee a décidé de faire la tournée des bars. Une vieille habitude que vous appris à Chicago pour chaque occasion. Tu l'as prévenu en lui disant qu'ici ça va aller très vite, vu qu'il n'y avait qu'un bar .. au moins vous savez où allez et où continuer la soirée : chez toi ! D'où ton plan machiavélique qui dort dans un placard. Parce que Bee, c'est pas qu'une fille bêta, elle tient bien l'alcool la cochonne ! T'en sais quelque chose, pour toutes les fois où elle t'a couché. Pour ta défense : elle trichait. Elle profitait du fait que tu n'avais soit pas mangé ou que tu avais eu un gros entraînement ou journée. Elle connaît tes points faibles, le pire c'est quand tu flirts et qu'elle t'envoie la charge d'alcool. La traître. Tu finis par rentrer à l'appartement, tu t'es arrêté pour manger un truc avant de franchir les portes de l'enfer. Oui tu prends des devants, t'as pas envie de finir par balancer des informations … qui pourrait se retourner contre toi. Oh que non. Le ventre remplit, la tête bien faite, tu finis par rentrer chez toi. Pas de pot de peinture, pas de nouvelles décorations, tu y échappes pour cette fois … mais jusqu'à quand ? Tel est la question.

Avachi sur le canapé, télécommande à la main, c'est ainsi que tu l'attends. La chieuse se fait désirer, t'as pas eu le droit d'entrer dans ta chambre, encore moins dans la salle de bain. Toute façon tu ne comptais pas te changer. Toi c'est jean, tee-shirt, chemise, basta. Bon le manteau, le bonnet et l'écharpe, tu n'es pas un fou au point de mourir de froid. T'as déjà failli y passer la dernière fois chez le bûcheron donc non .. tu prends tes devants et puis ce soir tu as vérifié la météo avant de lui dire oui. Quoique tu aurais dit non, elle aurait incité, Bee elle est pas du genre à accepter un non. Elle t'aurait traité de pantouflard ou pire encore : vieux. Ça en revient au même, mais tu n'es pas vieux. Puis apparemment vous devez fêter tes trente ans … ça non plus t'as pas hâte … tu n'as rien contre ton âge, car c'est celui que tu as dans ta tête qui compte, mais bon .. te rappeler que tu n'as plus vingt ans et bien … ça fout un coup. Tu es dans la trentaine à présent, plus de retour arrière. Foutu pour foutu autant le faire en beauté. Tu te souviens vaguement d'avoir pris une cuite le soir de ton anniversaire … et puis si tu savais que ce que tu as réellement fait. Comme par exemple appeler Bee pour lui dire ce que tu as sur le cœur ou presque .. tu as encore un bouton d'avertissement et surtout t'es pas le genre de mec qui dit 'je t'aime' aussi facilement .. non cette partie là tu l'as mis sous silence. Oublié comme on dit mais vraiment, tu ne joues pas la comédie. Passant ta main sur le visage, tu t'apprêtes à gueuler pour sortir le Pumba de la salle de bain quand elle apparaît sous tes yeux .. who's that girl que tu penses en la voyant … Désolée, j’ai pris un peu plus de temps que prévu… J’me suis dit qu’il fallait marquer le coup ! La bouche pendue, tu ne sais plus quoi dire … tu aurais eu un truc dans la bouche, le contenue serait actuellement au sol ... tu restes stoïque face à elle. Faudrait que tu parles, mais tu ne sais pas quoi dire.  T’es prêt ? Secouant la tête, tu bondis du canapé. « affirmatif » tel un brave soldat, tu attrapes tes affaires. « tu vas sortir comme ça ? » que tu lui balances .. bonjour les compliments. Elle te regarde, l'air de dire je vais te tuer « non mais je veux dire tu mets un manteau ? T'as pas peur d'avoir froid ? » si c'est une technique pour .. ou alors … tu cogites un peu trop. Elle lui a envoyé un sms .. elle peut jouer la comédie. Oui tu es largué, lui ouvrant la porte, prêt pour la soirée de votre vie. Ce n'est pas tes mots, mais les siens.

Une chance pour vous le bar n'est pas très loin. Tu lui ouvres la porte, ouais tu es galant ce soir, qu'elle n'y prenne pas habitude. Un peu à l'ouest surtout, parce que t'aimerais savoir pourquoi une tenue pareille .. elle essaie de faire passer un message ? Du genre je n'ai plus de mec ? Nan, elle te l'aurait dit si elle avait rompu avec machin .. ou alors justement elle sait pas comment te le dire. Là tu te fais des films et c'est bien la première fois que tu songes ainsi « la première tournée est pour moi » t'avançant vers le barman. Tu la laisses vous trouver une table. Tu attrapes les deux bières et retournes vers elle. « on a d'la chance y a pas trop de monde, la dernière fois … j'me suis retrouvée avec une nana et un nain .. bien mignonne mais ça rien donné » oui tu n'es pas non plus moine. À l'écouté, un truc cloche dans ta vie .. si elle savait qu'elle était ce truc …


(c) DΛNDELION

_________________

I wanna be your endgame I wanna be your first string. I wanna be your A-Team. I wanna be your endgame, endgame. I don't wanna touch you, i don't wanna be

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Pumba, propriété de Timon
Voir le profil de l'utilisateur
LITTLE TALKS : 70
PSEUDO : Meg'
AVATAR : Shelley Hennig
CREDITS : little wildling (avatar)
ÂGE : 30

MessageSujet: Re: a night to remember (clee #2)   Mer 14 Mar - 23:01


A night to remember
Bee & Clint

« Right here, right now, I'm looking at you and my heart loves the view, cause you mean everything. Right here, I promise you somehow that tomorrow can wait for some other day to be, but right now, there's you and me »
Quand on se mettait sur son trente et un tous les jours, les efforts finissaient par passer inaperçus quand une occasion spéciale se présentait. Bee, quand elle faisait un effort, ça se voyait. Bye bye jeans, baskets et autres vêtements de tous les jours et bonjour petits robes et talons hauts. Après tout dans la vie, il faut savoir s’adapter aux circonstances, et l’anniversaire en retard de Clint, c’était bien l’occasion de se faire une beauté. Même si la tournée des bars se limiterait à… Eh bien, un bar. On peut plus trop appeler ça une tournée, mais dans l’idée, ils allaient picoler, et elle allait en profiter pour essayer de le faire parler. Que ce soit dans un bar ou dans plusieurs, au bout du compte, le résultat serait le même.  Elle devrait juste s’arranger pour ne pas finir totalement bourrée avant lui… Une chance qu’elle ne soit pas un poids plume en ce qui concernait les soirées alcoolisées. On ne croirait pas comme ça, mais elle avait déjà couché Clint plus d’une fois. Littéralement, puisqu’elle avait dû le ramener chez lui et le mettre au lit, le débarrasser de ses chaussettes, le border, tout ça tout ça… Alors oui, elle croyait en ses chances. Elle pouvait résister, et sortir vainqueur de cette soirée de débauche. Si en plus de rentrer sur ses deux pieds, elle pouvait réussir à lui tirer les vers du nez, alors sa mission serait accomplie. Mais ne mettons pas la charrue avant les biquettes.

C’est donc habillée pour sa mission secrète qu’elle avait rejoint Clint qui lui, n’avait fait aucun effort. Elle n’en attendait pas moins – ou plus ? – de sa part. Honnêtement, elle s’en moquait. Si elle avait fait un effort, c’était avant tout pour elle. Qui a dit qu’une fille ne pouvait pas se faire jolie juste pour son plaisir personne, hein ? Personne ! Si elle remarqua le regard de Clint lorsqu’elle sorti de la salle de bain ? Pas le moins du monde. Pas qu’elle soit aveugle, non, seulement Clint avait toujours une tête de crétin, c’était son réglage par défaut, et puis surtout elle avait le regard plongé dans le contenu de son sac à main, dressant un rapide inventaire afin de s’assurer que rien ne manquait. Genre, de l’argent. Ca peut être utile. Et son téléphone, évidemment, elle ne résisterait pas bien longtemps à immortaliser cette soirée par quelques clichés, et elle n’allait pas trimballer tout son attirail jusqu’au bar alors son smartphone devrait faire l’affaire. Affirmatif Clint bondit du canapé sur lequel il était vautré, avant de mettre joliment les pieds dans le plat. Tu vas sortir comme ça ? Sourcil arqué : check. Regard assassin : double check. non mais je veux dire tu mets un manteau ? T'as pas peur d'avoir froid ? Ouais, c’est ça Clint, rattrape-toi aux branches. Bee leva les yeux au ciel. Toujours aussi doué pour les compliments, à ce que je vois. Ca m’apprendra à passer une heure dans la salle de bain, tiens. Heureusement qu’elle n’était pas excessivement susceptible, n’est-ce pas ?  

C’est donc bel et bien avec un manteau sur le dos, et une écharpe autour du cou en prime, qu’elle avait quitté l’appartement avec Clint, direction le seul et unique bar de la ville. Plus qu’à espérer qu’il y ait au moins un peu d’ambiance là-bas. Si c’était un bar de papy avec que des vieux qui se plaignent de leurs âneries, la soirée allait vite tourner court. En tout cas, le bar n’était pas très loin si bien qu’elle n’eut en théorie pas le temps d’attraper une pneumonie sur le chemin. Lorsque Clint lui ouvrit la porte, elle s’engouffra à l’intérieur. L’ambiance, elle verrait, mais au moins ils avaient du chauffage. Et ça, c’était déjà un bon point. L’optimisme selon Bee. Le chauffage, c’est la vie. Ca, et la bouffe. Clint annonça qu’il se chargeait de la première tournée, ce qui lui laissait la corvée de leur trouver une table. L’endroit n’étant pas trop bondé, elle n’eut aucun mal à leur dégoter un coin tranquille, un peu à l’écart de la foule. Qu’on se le dise, son souci de tranquillité n’était pas tant pour eux que pour ceux qui pourraient les trouver trop… chiants. Il fallait établir une distance de sécurité, même si ça risquait de ne pas durer très longtemps. Le jukebox lui faisait déjà de l’œil. Mais d’abord, elle entreprit de retirer son manteau et son écharpe, les posant sur le dossier de sa chaise avant d’y poser ses fesses tandis que Clint revenait avec deux bières. On a d'la chance y a pas trop de monde, la dernière fois… j'me suis retrouvée avec une nana et un nain... bien mignonne mais ça rien donné Bee arqua un sourcil. Oui, encore, la miss joue des sourcils comme personne. Ca a rien donné avec la fille, ou avec le nain ? demanda-t-elle, un sourire malicieux étirant ses lèvres, avant de lever son verre pour trinquer. A tes trente ans… Et à ton abstinence ! lança-t-elle avant d’éclater de rire à ses propres bêtises. Elle bu une gorgée de sa bière, et ajouta C’est peut être l’âge. Tu te ramollis, papy, ça va plus du tout. On devrait peut être te dégoter une petite vieille… ou une cougar ! Papy… et dire que d’eux deux, c’était elle la plus vieille. Pas de grand-chose, mais quand même, elle avait passé le cap de la trentaine avant lui et n’avait pas le souvenir d’y avoir vu le moindre changement dans sa libido. Enfin, il y en avait quelques uns mais ça, ce n’était pas l’âge. C’était surtout la jalousie de Ty et le fait qu’elle avait l’impression qu’ils s’encroutaient, tous les deux. La routine, ce n’était pas pour elle. Enfin, Clint n’était pas le plus grand fan de Ty – et c’était réciproque – alors autant éviter d’en rajouter une couche. Du coup c’est quelle heure ton couvre feu, papy ? 22h et au dodo ? Oui, elle avait envie de lui casser les pieds, ce soir. Enfin, ce soir… Si c’était que ce soit, ça lui ferait des vacances à Clint. Mais c’était un moyen comme un autre de rentrer dans le vif du sujet.

(c) DΛNDELION

_________________
+ BEE RUSSO+
So, baby, can we dance, Oh, through an avalanche? And say, say that we got it, I'm a mess, but I'm the mess that you wanted. Oh, 'cause it's gravity Oh, keeping you with me

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Timon, propriété de Pumba
Voir le profil de l'utilisateur
LITTLE TALKS : 174
PSEUDO : monster.
AVATAR : zac efron.
CREDITS : (c) Lempika.
ÂGE : 30

MessageSujet: Re: a night to remember (clee #2)   Jeu 22 Mar - 16:57


A night to remember
Bee & Clint

« Right here, right now, I'm looking at you and my heart loves the view, cause you mean everything. Right here, I promise you somehow that tomorrow can wait for some other day to be, but right now, there's you and me »
On ne peut pas dire que tu es l'habitude de la voir ainsi … tu n'en perds pas une miette, mais ce n'est pas Bee. Enfin si c'est elle, mais pas la Bee que tu connais et la voir ainsi.. eh bien ça t'intrigue, parce que Bee, elle s'en moque de savoir si elle ressemble à un chiffon, torchon ou une serviette. Elle s'en moque des regards, des conventions et ça t'a toujours plu, pas que là elle ne te plaise pas… Bon là n'est pas la question, tu es juste désorienté et surtout surpris. Sous le choque, c'est bien l'une des première fois qu'elle sort vêtue de la sorte pour une occasion de plus minimes. Certes ton anniversaire, ou plutôt tes trente piges, mais bon … ce n'est pas l'occasion pour se mettre sur son trente et un. À tes yeux : c'est louche, très louche. Qu'elle soit là, qu'elle est mis autant de temps dans la salle de bain pour ressembler à une nana. Trop de chose étranges à tes yeux, il faut vraiment que tu mènes à l'enquête. Tel un Hercule Poirot des temps modernes, la moustache en moins. Oui parce qu'on va pas se mentir, tu ne portes pas très bien la moustache. Tu as essayé, mais ce n'est pas ton délire. Tu préfères ta tête de poupon comme le dirait si bien ta mère, toi ça te fatigue, tu n'as plus cinq ans, mais bon … tu ne va pas changer ta mère, pas maintenant en tout cas. Tu restes le dernier de la famille, son petit garçon, qui devrait devenir un homme aux commentaires de tes frères. Toi tu te sens comme un homme, c'est pas parce que t'as pas le boulet, les chaînes que ça te ne fait pas de toi un homme. Tu t'en moques d'avoir femme, chien, enfin et maison. Tu vis ta vie comme tu l'entends et ça ne va pas changer du jour au lendemain .. ou peut-être que si ? Non. Sur ce point tu es sûr. Tu ne vois peut-être pas que tu changes vis-à-vis de Bee, mais tu sais que tu n'es pas encore prêt pour être le gendre idéal. Puis toute façon c'est relou d'être parfait, de sourire, d'être bien sous tout rapport, ça te fatigue d'avance, rien qu'en y songeant… puis ce n'est pas le sujet. Tu t'égares dans tes pensées. L'ordre du jour : Bee. Pourquoi a-t-elle débarqué ? Et pire pourquoi elle est sapée comme si elle voulait attraper tous les petits vieux du bar ?

Ce n'est qu'un barathon, bon techniquement comme tu lui as stipulé, il n'y a qu'un bar ici, donc la tournée va être vite fait. C'est bien pour ça que tu as prévu de quoi vous amusez pour l'après. Tu comptes bien la faire parler, qu'elle le veuille ou non. En tentant toi aussi de garder tout ce qui se passe dans ta tête, très très secret. Tu peux le faire. La preuve tu as bien oublié que tu l'avais appelé, magie de ton cerveau .. ou de l'alcool.Ça a rien donné avec la fille, ou avec le nain ? Bee qui te ramène à la réalité. Tu lèves les yeux au ciel, mais en même temps tu la reconnais bien là. Tu aurais posé toi même la question et si elle avait été là, tu sais qu'elle aurait bien rigolé. C'est que tu la connais et pas qu'un peu. A tes trente ans… Et à ton abstinence ! Tes yeux rencontrent de nouveau le plafond. « mais t'as pas bientôt fini avec ça ? C'est rien ! » que tu dis en trinquant avec elle. Ok tu n'as pas eu de parties de jambe en l'air depuis un mois, une première mais .. Tu as une excuse. Ce qu'elle ne sait pas et que tu n'as foutrement pas envie de lui dire. Il manquerait plus que ça. Que tu lui balances que la raison de ton abstinence, c'est elle. Elle risquerait de rien comprendre, un peu comme toi. Ou pire elle comprend tout et tu es dans la merde. Dans tous les cas ce n'est pas quelque chose que tu as envie qui éclate au grand jour. Pas maintenant. C’est peut être l’âge. Tu te ramollis, papy, ça va plus du tout. On devrait peut être te dégoter une petite vieille… ou une cougar ! Tu lui ferais bien bouffé son papy, tu n'es pas encore de cette tranche. « tu peux parler la vieille » que tu lui soulignes, ne relevant pas sa petite réflexion. Tu bois à nouveau, vous êtes là pour ça après tout, pas pour faire de la figuration. Toi admirer un verre, pas ton délire, le boire, ça l'est plus. Beaucoup plus. Du coup c’est quelle heure ton couvre feu, papy ? 22h et au dodo ? Et elle continue, encore. D'un côté ça t'avais foutrement manqué, mais lui dire ? Non, parce qu'elle le sait déjà. « ah ah ah, ça t'éclate hein ? » tu bois à nouveau. L'alcool te fait du bien, mais bon tu n'es pas là pour que boire. Faut pas que tu oublies, qu'elle doit boire. « puis ça peut te faire quoi que j'me suis pas tapé une nana d'puis un mois ? » et toc ! Retournement de situation, après tout, c'est vrai. Elle fait une fixette sur ça. « j'sais que ma libido est passionnante mais bon .. » ce n'est pas une raison pour se focaliser dessus. « à moins que tu veuilles y remédier ? » plantant ton regard dans le sien. Sérieux ? Ou pas ? Tel est la question. Elle te dévisage un instant, avant que tu n'éclates de rire. Pourtant l'idée de vous deux dans un lit te plaît bien, mais ce n'est pas le moment. « nan mais ça va j'te dis, j'suis juste débordé, pas au point d'être à la maison d'retraite. J'ai juste pas vu les jours défilés et tout l'reste ! » vrai. Tu dis vrai. Bon en cachant un chouia la vérité, mais ce n'est que pour le bien de vous deux. «bon puis toi ? t'es autant en manque pour te focus sur ma vie ? » chacun son tour. Y a pas de raison que tu sois le seul à trinquer ce soir. Toute façon t'es là pour la faire parler et tu comptes bien obtenir tes réponses.

(c) DΛNDELION

_________________

I wanna be your endgame I wanna be your first string. I wanna be your A-Team. I wanna be your endgame, endgame. I don't wanna touch you, i don't wanna be

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Pumba, propriété de Timon
Voir le profil de l'utilisateur
LITTLE TALKS : 70
PSEUDO : Meg'
AVATAR : Shelley Hennig
CREDITS : little wildling (avatar)
ÂGE : 30

MessageSujet: Re: a night to remember (clee #2)   Mar 3 Avr - 19:07


A night to remember
Bee & Clint

« Right here, right now, I'm looking at you and my heart loves the view, cause you mean everything. Right here, I promise you somehow that tomorrow can wait for some other day to be, but right now, there's you and me »
Bee était bien la seule sur son trente et un dans tout le bar. Clint… Bah, c’était Clint, sur une échelle de un à trente et un, il a tendance à s’arrêter au numéro douze… Parce qu’il s’en fichait royalement. Elle aussi, cela dit. Elle avait bien le droit de se séparer de ses jeans une fois de temps en temps sans avoir besoin de raison, et si on la regardait comme une folle parce qu’elle avait sorti ses plus beaux atours sans raison apparente… Eh bah ça aussi, elle s’en foutait. Si elle avait envie de mettre une jolie robe et une paire de talons hauts juste pour s’enfiler des bières avec son meilleur ami – et poursuivre son enquête, évidemment – et bien elle avait le droit, voilà ! Et puis qui sait, cette tenue suffirait peut être pour déstabiliser Clint. Pas qu’il l’ait déjà regardée de cette manière, mais il risquait au moins de se demander pourquoi elle avait fait tant d’effort pour fêter ses trente ans en retard. Eh ouais, c’est qu’elle réfléchissait, la petite Bee. Des fois.

Table trouvée, bières en main, ils n’avaient plus qu’à porter un toast et évidemment, il était tout trouvé. Bee n’avait pas pu s’empêcher de le charrier un peu plus. C’était plus fort qu’elle, le fait que Clint n’ait pas ramené une seule fille dans son lit depuis son arrivée en ville était à mettre dans les annales. Elle le connaissait son Clint, et ce n’était clairement pas un comportement habituel pour lui. Alors oui, elle l’embêtait avec ça. Une chose de plus qui clochait concernant son meilleur ami, entre ça et le message vocal qui traînait encore sur son répondeur… Quelque chose allait de travers. Elle le savait. Elle le sentait, même si elle n’arrivait pas encore à mettre le doigt sur ce dont il s’agissait. Même s’il lui soutenait que c’était rien. Elle espérait donc bien réussir à mettre du clair dans tout ça au terme du barathon le plus court de l’histoire de tous les barathons. Un bar. Sérieux, ça existe des villes avec un seul bar ? Juste dans le Vermont, certainement…

Après avoir trinqué, elle bu quelques gorgées de sa bière et reposait déjà son verre. Raisonnable, on a dit. Le but, c’était qu’il soit bourré avant elle, pour qu’elle puisse lui tirer les vers du nez. Et puis, elle était plus vieille que lui, comme il ne manqua pas de lui faire remarquer. Pas de grand-chose, certes, mais elle l’était. Elle le vivait plutôt bien, cela dit. Trente, ce n’était pas si différent de vingt neuf, elle ne voyait pas pourquoi certaines filles déprimaient en passant ce cap. Elle ne se sentait pas plus vieille que l’année précédente à la même période. Je suis pas vieille. Je suis sage, lui assura-t-elle, le plus sérieusement du monde. Clairement, la sagesse n’était pas son trait de caractère le plus dominant. Elle le savait parfaitement, si bien qu’elle ne manqua pas elle-même de pouffer de rire face à l’absurdité de ses propos. Bee, sage. L’espoir fait vivre. Pendant ce temps-là, Clint buvait. Très bien. Son verre descendait plus vite que le sien. Très très bien, même. Si elle avait eu une moustache, elle se la serait lissée, un air machiavélique sur le visage. Une chance qu’elle n’ait pas de moustache, parce que d’une part, elle serait ridicule, et d’autre part, ça n’aurait pas été très discret. Ah ah ah, ça t'éclate hein ? Sans un mot, elle leva la main, approchant son index tout près de son pouce. Ouais, ça l’amusait un petit peu. Un petit peu beaucoup, même. Pour ne pas paraître suspecte, elle porta à nouveau sa bière à ses lèvres et en avala quelques gorgées. Puis ça peut te faire quoi que j'me suis pas tapé une nana d'puis un mois ? J'sais que ma libido est passionnante mais bon… à moins que tu veuilles y remédier ? lui lança-t-il. Toutes les répliques bien senties qui lui avaient traversé l’esprit s’envolèrent lorsqu’elle s’étouffa sur sa bière, en renversant du même coup la moitié sur la table. C’est qu’il avait l’air sérieux en plus, ce crétin. Enfin ça, c’était jusqu’à ce qu’il n’éclate de rire. Est-ce qu’elle aurait préféré qu’il soit sérieux ? Nah. Bien sûr que non. Bon, sous la torture elle avouerait peut être que parfois, l’idée lui avait traversé l’esprit. Mais non. Parce que c’était Clint, et qu’elle était en couple. Arguments imparables.

Nan mais ça va j'te dis, j'suis juste débordé, pas au point d'être à la maison d'retraite. J'ai juste pas vu les jours défilés et tout l'reste ! expliqua-t-il tandis qu’elle s’occupait de nettoyer avec des serviettes miniatures et pas du tout absorbantes le résultat des bêtises de Clint. D’un sens, c’était ça de moins qu’elle boirait. Un point pour la Team Bee. Composée de Bee et de… Eh bah, Bee. Quelle équipe de choc. J’avais remarqué. C’est à peine si j’ai eu droit à un coup de téléphone depuis que t’es ici. Hop, après ce petit entracte, l’enquête reprenait. Le téléphone. Il n’avait pas l’air de se souvenir de l’avoir appelée, cette nuit là… mais qui sait, peut être qu’il la faisait marcher. C’était un test. Bon puis toi ? t'es autant en manque pour te focus sur ma vie ? Pourquoi avait-elle soudain l’impression qu’ils avaient échangé le rôle dans ce petit interrogatoire non-officiel ? C’était elle qui posait les questions, normalement ! Ce qui était beaucoup mieux d’ailleurs, parce que Bee était une piètre menteuse, surtout face à Clint. En partie parce qu’elle n’aimait pas mentir, quelle que soit la raison, mais aussi parce que Clint la connaissait trop bien pour gober ses bobards. J’suis pas en manque. Je vois pas de quoi tu parles. Bien joué Bee. Oh regarde, un jukebox ! Diversion ! Vu la tête de Clint ça aussi c’était un peu trop évident, il suffisait de voir la tronche de Clint pour s’en rendre compte. C’est pas ma vie sexuelle le problème, si tu veux savoir. C’est… le reste. Tu sais comment je suis, j’aime bien faire ce que je veux, quand je veux, j’suis un peu chiante comme fille. Un petit regard qui signifiait clairement qu’il n’avait pas intérêt à approuver. Elle était chiante, elle le savait. Pas besoin de commentaire. Mais il devient… jaloux. J’ai l’impression de pas pouvoir faire ce que je veux sans qu’il ait besoin de mettre son nez dans mes affaires et de me dire comment faire ma vie. Même là, à des centaines de kilomètres, il continue de vouloir tout savoir de ce que je fais, ça m’agace. Bee soupira et avala d’une traite ce qu’il restait de sa bière avant de reposer son verre bruyamment sur la table. Voilà, mon grand secret. Content ? C’était pas un secret en soi. Existe-t-il des couples sans problèmes, après tout ? Bee, elle n’en connaissait aucun en tout cas.

(c) DΛNDELION

_________________
+ BEE RUSSO+
So, baby, can we dance, Oh, through an avalanche? And say, say that we got it, I'm a mess, but I'm the mess that you wanted. Oh, 'cause it's gravity Oh, keeping you with me

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Timon, propriété de Pumba
Voir le profil de l'utilisateur
LITTLE TALKS : 174
PSEUDO : monster.
AVATAR : zac efron.
CREDITS : (c) Lempika.
ÂGE : 30

MessageSujet: Re: a night to remember (clee #2)   Jeu 5 Avr - 18:08


A night to remember
Bee & Clint

« Right here, right now, I'm looking at you and my heart loves the view, cause you mean everything. Right here, I promise you somehow that tomorrow can wait for some other day to be, but right now, there's you and me »
Un mot. Un mot traître. Un mot remplit de définition. Un mot qui divise, mais aussi partage. Un mot qui peut causer beaucoup de tort si on ne sait pas s'en servir correctement. Rien qu'un mot. Un mot pour commencer cette soirée. Un mot que tu vas utiliser pour obtenir les informations dont tu désires. Savoir pourquoi elle est là. Pourquoi elle est habillée ainsi par exemple ? Ou pourquoi elle est si choquée que ta vie sexuelle soit si … molle. Attention on parle de la vie sexuelle, pas d'autre chose. Oui, un mot. Rien qu'en y songeant cette après-midi tu vas un petit sourire mutin sur le visage. Ta revanche tu la tiens et elle ne sait pas ce que tu lui réserves. La totale, le citron, le sel et la tequilla. Oui ce soir elle ne t'échappera pas. Tu es le prédateur, elle est la proie. En tout bien tout honneur bien sûr, que les pervers s'abstiennent de penser autre chose. Il s'agit de Bee. Certes ta dernière nuit avec elle fut particulièrement … différente, surtout le réveil. T'avais pas prévu ce qui est arrivé dans ton caleçon ce matin là. Encore moins le fait que tu es failli l'embrasser. Non tu n'avais rien prévu de tout ça, juste ton corps qui parle pour toi. Il serait peut-être temps de l'écouter ? Ton corps te dit un truc, mais ta tête dit autre chose. Qui tu écouteras ? Tu ne sais pas encore. Entre un qui dit « saute lui dessus » et l'autre qui dit « non mais ça va pas la tête »… ouais ça va pas du tout et tu es largué. Ne sachant plus quoi penser parce que c'est le bordel complet là haut. Quoi faire parce que ton corps n'écoute plus les messages qu'il reçoit de la centrale. En clair, tu es dans le jus de pomme, la corde est prête. Tu peux sauter. Enfin pour l'heure, tu sautes les yeux fermés dans cette soirée. Tu ne sais pas ce qui vous attends, enfin tu sais juste comment tu veux qu'elle se termine : à coup de tequilla. Ton mot tu le tiens, il s'agit d'alcool. Ce mot fatidique et tu te doutes qu'elle pense la même chose. Elle ne t'aurait pas amené ici, enfin à faire la tournée des bars si elle voulait siroter un diabolo menthe. Y a des limites à la connerie. D'ailleurs tu la soupçonnes de quelque chose, parce que Bee est … différente. Pire elle est bizarre, mais pas dans le bizarre que tu connais. Non, non un autre bizarre, déjà elle agit en nana ce soir et ça te fait étrange. T'es pas habitué à la voir ainsi. Oui t'es encore là dessus, mais tu n'es qu'un simple mec, les informations mettent du temps à monter et surtout à être digérées.

Buvant doucement, le but n'est pas que tu sois ivre avant elle, mais le contraire. Bon de toute façon, tu as toujours eu une longueur d'avance, c'est bien connu ton métabolisme réagit mieux que le sien. Il est bien sûr arrivé une à deux fois qu'elle te mette une piquette, mais .. ces fois sont rares et cela n'arrivera pas ce soir. Tu ne perds pas de vue ton objectif : comprendre. Et ce verbe, quand tu l'as en tête et bien tu l'as pas ailleurs. Faudrait une pince à épiler pour te le sortir des narines ou du cul pour parler joliment. Ton idée, tu la tiens, tu la lâches plus. Elle va en bouffer Bee de tes approches, le prédateur ne lâchera rien. Tu vas obtenir ce que tu veux et comprendre. Au pire la tequilla fera le reste pour toi. Tu sais que tu as devant toi une adversaire coriace, mais le jeu ne fait que commencer. Pour l'instant, elle mène la danse, enchaînant les remarques. Cette partie t'avait manqué, elle le sait, tu le sais, tout le monde dans ta tête le sait … donc pas besoin de le dire à voix haute. Ça lui ferait bien trop plaisir et puis tu peux lui faire fermer son clapet toi aussi. Oui c'est possible. Rien n'est impossible quand il s'agit de vous. Tu la connais autant qu'elle te connaît. C'est pour ça que tu es encore un brin désorienté de la voir ainsi .. si apprêtée, mais elle reste Bee d'une certaine manière. C'est à dire ? Eh bien elle s'en moque comme de sa première couche qu'on la regarde ou pas, que tu portes une tenue de tous les jours. Ouais parce que te l'a joué pingouin… pas ton délire. Toi tu préfères rester simple, les pingouins c'est pour les jours de messes et une chance tu ne fais plus cela aujourd'hui. Merci la vie d'adulte.

Bee et la sagesse. Deux mots qui ne vont pas dans la même phrase. La preuve elle s'étouffe avec ta répartie. Ce qui t'amuse. Clairement là tu prends ton pieds avec sa réaction, bon c'est peut-être exagéré, mais pas loin. La voir manquer de s'étouffer juste par ta connerie, c'est plaisant. Non, tu n'es pas sadique. Qu'on se rassure, tu lui serais venu en aide si ça avait été le cas, d'un potentiel vrai étouffement, mais ça l'est pas. Elle est toujours là et sa bière s'est dissipée ! Shit ! Que tu penses. Toi qui jouais le jeu de boire, mais là ça va plus. Plus du tout. Tu rappelles le barman du doigts, la bière doit revenir. La tienne est toujours dans ta main, parce que tu es plus doué qu'elle et que tu as relevé ton verre lorsqu'elle a bousculé la table. T'as pas trop compris comment elle avait fait son machin, mais toujours est-il que là.. la bière ne va pas dans son système sanguins, mais au sol. Ça ne va pas du tout ! Absolument pas, ce plan ne te plaît pas. C'est Bee qui doit être bourrée, pas le sol. Tu t'en fous de lui, il ne va rien t'apporter. Pas que tu saches en tout cas, il était déjà là la dernière fois, cette tâche en moins. Tes yeux reviennent sur Bee, qui essuie SES conneries. Ouais parce que tu peux lire dans son regard, qu'elle met ça sur ton dos. T'as bon dos, mais là tu n'y es pour rien.

J’avais remarqué. C’est à peine si j’ai eu droit à un coup de téléphone depuis que t’es ici. Qu'elle te rétorque en guise de réponse. Tu constates qu'elle ne t'a pas répondu à ta pseudo proposition. Certes tu y as répondu en rigolant, mais bon … tu y reviendras. Tu sens qu'il y a quelque chose là dessous, ou bien tu te fais des idées ? Cette preuve reste ouverte, tu reviendras dessus et l’analyseras en profondeur. Affinant ton rôle de détective et pas du dimanche, tu as plus d'assurance qu'hercule Poirot. Pas besoin d'une moustache pour montrer qui est le patron. Pas les jaunes en tout cas, l'équipe rouge est en tête et tu montres à Bee de quoi tu es capable : pas d'une défaite ça c'est sûr. Quand les rouges passent, les jaunes trépassent, tu ne donnes pas cher de la peau de Bee avant la fin de la soirée … tu obtiendras tous ses secrets… techniquement vous en avez jamais eu, mais faut bien une première fois à tout ? La preuve en est. J’suis pas en manque. Je vois pas de quoi tu parles. Tu fronces les sourcils, crédible ? Zéro, Bee piètre actrice, elle est aussi douée pour mentir que Max pour retenir un sortilège. Oh regarde, un jukebox ! Sérieusement .. que tu penses. Elle t'a pris pour un chat qui dès qu'il voit de la lumière s'amuse avec ? Et puis quoi encore ? Tu as une enquête à mener. C’est pas ma vie sexuelle le problème, si tu veux savoir. C’est… le reste. Tu sais comment je suis, j’aime bien faire ce que je veux, quand je veux, j’suis un peu chiante comme fille.  AHAHAHAH que tu cries dans ta tête. Le saint Graal tu vas le récupérer des mains d'Indiana ou mieux d'Arthur. Rien ne te retient, tu es sur ta lancée, personne ne t'arrête. Mais il devient… jaloux. J’ai l’impression de pas pouvoir faire ce que je veux sans qu’il ait besoin de mettre son nez dans mes affaires et de me dire comment faire ma vie. Même là, à des centaines de kilomètres, il continue de vouloir tout savoir de ce que je fais, ça m’agace. T'as tellement été gentil que de un tu n'as pas fait de commentaire sur le fait qu'elle soit chiante. Parce qu'elle l'est et pas qu'un peu. Qu'ensuite tu lui as servi une nouvelle bière, bah ouais faut pas qu'elle se désèche. Tu penses à elle. Puis de trois, tu veux qu'elle continue à se livrer, tu trouves cela … passionnant. Voilà, mon grand secret. Content ? Passant ta main sur ton menton, feintant de réfléchir «  hm hm je vois ... » non tu ne vois rien, mais ça elle le sait pas. Il te faut un peu d'alcool, tu gardes la cadence, car elle doit te rattraper.

« Du coup tu n'as rien trouvé d'mieux que venir ici ? Non parce que ce secret est pas clair ? J'veux bien croire que tu sois chiante que le couple ça soit un enfer, parce que ça j'arrête pas de te le dire d'puis des années, mais ... » mais tu dois trouver un bon jeu de mot pour qu'elle explique la suite de ce que tu veux savoir. Qui est ? Bah là est la question, tu veux savoir ce que tu ne sais pas, mais qu'elle seule sait. Claire ? Pas vraiment mais t'as pas envie de te faire des nœuds dans la tête. « pourquoi tu es là ? » tu plonges ton regard dans le sien. «  hormis profiter de mon corps. » ET TOC ! Tu as pu la replacer tranquillement sans qu'elle y voit quelque chose. Tu es doué, trop doué. Tu mérites une médaille, mais ça tu l'sais déjà .. tu ne baisses pas ton regard. Pas de sourire. Elle ne sait pas si c'est du lard ou du cochon, mais on est d'accord, les deux sont de la même famille. Est-ce que tu rigoles ou pas ? Tel est la question. Toi seul le sait… tu pourrais te reculer un peu, sait-on jamais si elle reproduit ce moment de 'giclage' mais non, tu tentes le diable …

(c) DΛNDELION

_________________

I wanna be your endgame I wanna be your first string. I wanna be your A-Team. I wanna be your endgame, endgame. I don't wanna touch you, i don't wanna be

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Pumba, propriété de Timon
Voir le profil de l'utilisateur
LITTLE TALKS : 70
PSEUDO : Meg'
AVATAR : Shelley Hennig
CREDITS : little wildling (avatar)
ÂGE : 30

MessageSujet: Re: a night to remember (clee #2)   Dim 15 Avr - 0:52


A night to remember
Bee & Clint

« Right here, right now, I'm looking at you and my heart loves the view, cause you mean everything. Right here, I promise you somehow that tomorrow can wait for some other day to be, but right now, there's you and me »
Bee n’était pas assez stupide pour prétendre être une bonne menteuse. Elle ne l’était pas, et elle le savait pertinemment. Ce n’était pourtant pas faute d’avoir essayé, mais elle finissait toujours pas se mélanger les crayons et à révéler elle-même le pot aux roses sans même s’en rendre compte. Et le plus souvent, il était déjà évidemment pour tout le monde qu’elle était en train de raconter n’importe quoi. Son attitude, sa voix la trahissaient, et ses histoires n’avaient ni queue ni tête. Alors plutôt que de partir sur un véritable mensonge que jamais ô grand jamais Clint ne goberait – il la connaissait trop pour ça – elle avait choisi de cacher une vérité derrière une autre. Parce que tout ce qu’elle disait était vrai. Même si elle avait réussi à sauver les meubles avant de quitter Chicago, cela n’enlevait rien au fait qu’entre elle et Ty, tout n’était pas au beau fixe. C’était pourtant simple entre eux, au début, et c’est d’ailleurs ce qui lui avait plus. Pas de prise de tête. Ca n’avait pas duré. Alors si elle dissimulait la vraie raison de sa présence, elle ne mentait pas non plus. Prendre un peu de distance avec Chicago, et plus particulièrement avec son petit ami, lui ferait le plus grand bien. Peut être que ça lui permettrait d’avoir les idées plus claires… Encore que ça, ce n’était pas gagné d’avance puisqu’avec Clint sous la main, elle avait d’autres chats à fouetter.

Peut être aurait-elle dû aller droit au but, mais elle savait pertinemment qu’avec Clint, ça ne serait pas très judicieux. Si vraiment quelque chose n’allait pas – et elle en avait l’intime conviction – il risquait de se braquer voire pire, de mettre les voiles et de la planter là. Non, elle devait la jouer fine… Certes, ce n’était pas vraiment sa spécialité, mais elle était déterminée. Et la détermination, c’était important. Garder l’esprit clair, ça l’était aussi, mais à peine sa bière s’était elle renversée que déjà il lui en commandait une autre… Ce qui n’était pas du tout compatible avec sa bonne résolution, à savoir celle de ne pas finir la soirée totalement bourrée. Mais elle ne pouvait rien dire, parce qu’il ne pouvait pas savoir. Alors tout en continuant de parler, elle avait porté le verre à ses lèvres, comme si de rien n’était. Et l’Oscar de la meilleure actrice revient à…. Oui, non, on ira peut être pas jusque là.

En le voyant se frotter le menton à la manière d’un penseur de Rodin au QI de moule, elle avait envie de lui mettre des claques. C’était l’Effet Clint, avec un grand E. Elle l’adorait autant qu’elle avait envie de le frapper, parfois. C’te truffe. C’était lui al truffe, pas Bee, qu’on soit clairs. Du coup tu n'as rien trouvé d'mieux que venir ici ? Non parce que ce secret est pas clair ? J'veux bien croire que tu sois chiante que le couple ça soit un enfer, parce que ça j'arrête pas de te le dire d'puis des années, mais ... Bee arqua à nouveau un sourcil, attendant la suite de sa connerie. Parce qu’à un moment, il y aurait une connerie, elle le savait. C’était Clint, à un moment ou à un autre, il serait obligé de sortir sa bêtise, sinon il risquait de s’étouffer, ou de faire une crise d’urticaire. Pourquoi tu es là ? Et trois… deux… un… Hormis profiter de mon corps. BINGO ! Cette fois, pas d’accident. Elle était préparée. Nerfs d’acier, tout ça tout ça. Sa serviette imbibée de bière vola malgré tout droit vers sa tronche, parce que quand même, il ne fallait pas exagérer. Ca te plairait, hein ? T’en parles beaucoup, ça serait presque à croire que t’as des idées derrière la tête, rétorqua-t-elle du tac au tac, de son air le plus innocent, avant de siroter quelques gorgées de sa bière. S’il voulait jouer à ça, ils pourraient s’y mettre à deux, maintenant qu’elle savait dans quel jeu elle se lançait. j’ai vraiment besoin d’une raison pour être là ? T’es là, alors je suis là. C’est pas plus compliqué que ça. T’es mon meilleur ami, Clint. OUI, MEILLEUR AMI, fais pas cette tronche là. Allez savoir pourquoi, il n’aimait pas ce terme. Elle, ça ne lui faisait pas peur.  Tu me manquais. T’es content ? Je l’ai dit ! Et c’était vrai… même si ce n’était pas tout à faire la raison de sa présence, encore une fois. Après une nouvelle gorgée de sa bière, elle se leva et se dirigea d’un air bougon vers le jukebox. S’il pensait qu’il avait réussi à lui tirer les vers du nez, peut être qu’il lui lâcherait la grappe et la laisserait mener l’enquête tranquillement.

Une fois arrivée à destination, elle soupira, et entrepris de regarder la liste des titres disponibles. C’est là que son regard tomba sur LA chanson. Footloose, de Kenny Loggins. Un grand sourire s’étala sur ses lèvres et elle glissa une pièce dans l’appareil et sélectionna la chanson, qui ne tarda pas à résonner dans le bar. A peine les premières notes jouées que déjà, elle se tournait vers Clint. Pourrait-il résister ? Elle en doutait. On ne résiste pas à Footloose. S’approchant tout en dansant – à la manière d’une Bee, c’est-à-dire avec un rythme tout ce qu’il y a de plus aléatoire et une grace inexistante – elle tendit une main vers lui et lui fit signe d’approcher.  

(c) DΛNDELION

_________________
+ BEE RUSSO+
So, baby, can we dance, Oh, through an avalanche? And say, say that we got it, I'm a mess, but I'm the mess that you wanted. Oh, 'cause it's gravity Oh, keeping you with me

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Timon, propriété de Pumba
Voir le profil de l'utilisateur
LITTLE TALKS : 174
PSEUDO : monster.
AVATAR : zac efron.
CREDITS : (c) Lempika.
ÂGE : 30

MessageSujet: Re: a night to remember (clee #2)   Ven 20 Avr - 0:57


A night to remember
Bee & Clint

« Right here, right now, I'm looking at you and my heart loves the view, cause you mean everything. Right here, I promise you somehow that tomorrow can wait for some other day to be, but right now, there's you and me »
Ça te plairait, hein ? T’en parles beaucoup, ça serait presque à croire que t’as des idées derrière la tête, yeux dans les yeux, tu la lâches pas d'un pouce. Elle rigole ? Elle te prend aux mots, tu adores, tu t'avances un peu plus et .. tu écopes de la serviette bien dégueulasse dans la tronche. L'espace d'un instant tu aurais pu y croire. Aurais parce que t'es pas con, malgré ce qu'on peut dire de toi, pas à c'point là ! Des idées t'en as derrière la tête pas vraiment, te la mettre derrière l'oreille : assurément. Il s'agit de Bee. La même qui t'a donné la trique y a pas si longtemps … tu te recules légèrement en y repensant, souriant jaune. Ouais tu es dans la merde si elle sait. Sauf qu'elle ne sait pas, tout comme tu ne sais pas. Personne ne sait, enfin pas vous deux. Tellement ancré dans vos habitudes que vous voyez quedal. Toi d'un côté t'es pas prêt, pas capable de comprendre que ça se trouve sous tes yeux. Parce que là pour le coup, t'es con. Sacrément con, au point que tu as totalement oublié que tu l'avais appelé .. l'alcool c'est mal. C'est bien pour ça que tu compte t'allier à ce remède ce soir pour obtenir ce que tu désires. Non pas le corps de Bee, la perversion est à mettre de côté, mais ses secrets. La petite se livre et tu aimes ça. Rouge au pouvoir. Le patron mène la danse, car oui à tes yeux c'est une danse et quand on connaît Bee. Le tour est vite fait : tu gagnes !! Et d'une longueur, Bee c'est une frite en matière de danse, elle n'a pas le rythme dans la peau, juste des hanches qui se balancent. Une chance pour elle, ses hanches sont pas dégueulasse à regarder, mais bon .. tu sais que tu mènes et ça te plaît. Loin de savoir que vous menez tous les deux le même combat, quel bande de con vous faites. Tu prends tes précautions et enchaînent les questions à ton rythme, tu la connais. Tu sais comment elle peut réagir et qu'aussi elle est incapable de te mentir. Ça c'est un bon point, toi t'en sais rien. Mentir, c'est comme jouer à tes yeux et tu es plutôt dans le deuxième verbe, mais ça ne veut pas dire que tu mens pas plaisir. T'en sais rien, quoiqu'avec la gente féminine tu te démerdes pas trop mal. À l'exception peut-être de ce mois-ci.... j’ai vraiment besoin d’une raison pour être là ? T’es là, alors je suis là. C’est pas plus compliqué que ça. T’es mon meilleur ami, Clint. OUI, MEILLEUR AMI, fais pas cette tronche là. Une grimace apparaît sur ton visage, elle le sait, t'aimes pas les étiquettes. Tu as une sainte horreur de ça, mais elle … elle s'est une gazelle, une donzelle qui aime le sentimental et tous ces délires. Écœurant à tes yeux. Pourquoi se donner la peine de donner des étiquettes aux gens ? Ça tu comprends pas. Ça change rien à tes yeux. Certes ta mère a une étiquette, parce que bah .. c'est ta maman et que tu te vois mal avoir une autre mère qu'elle … oui tu es proche de ta mère et tu emmerdes le premier qui en fait une réflexion. Elle se complaint souvent de ta vie, du fait que tu es incapable de te fixer, mais malgré tout elle n'abandonne pas. Ne perd pas espoir que tu trouves chaussures à ton pieds, ouais ta mère te prend pour Cendrillon. Et si le prince s'trouve en face de toi … eh bah t'es pas dans la merde. Tu me manquais. T’es content ? Je l’ai dit ! Un sourire narquois s'affiche sur ton visage. Oui tu es content. Oui ça se voit. Oui tu n'en as rien à faire. Oui tu emmerdes les gens. Et oui tu ne diras rien de plus. Oui c'est ainsi. Oui tu gagnes, mais elle reprend la distance, sans que t'en rendes compte. Oui tu te deviens sentimental .. oui elle fait chier.

Et comme une connerie n'arrive jamais seul, tu entends la musique qui résonne dans le bar. Soupirant, baissant la tête. Elle est impossible que tu penses. Elle ne tient pas en place, y a encore cinq secondes elle se tenait devant toi et là… Là elle se retrouve derrière toi, sûrement son désir d'admirer son derrière … non ça c'est toi. Non elle se trouve devant le Judbox … Bee qui programme de la musique, Bee qui veut que tu danses avec elle… oui la connerie arrive. Et pourtant son verre n'est … pas fini, fin à tes yeux si elle est déjà prête à rendre les armes, tu dis oui. Tu te laisses désirer un peu, parce que tu aimes ça. Et qu'ensuite t'as pas foutrement envie de danser devant des gens … pas que ça te dérange, mais là … t'es pas assez alcoolisé. Et puis la frite elle bouge, du moins elle tente de faire quelques mouvements .. rien n'est clair, ça te fait marrer. Tu la regardes en buvant ta bière. Bon sang qu'elle t'avait manqué. Pas qu'un peu. T'en prends doucement conscience, tout comme tu réalises que si tu continues … bah t'es dans la merde. Et le patron c'est toi, pas elle. Tu dois tenir le game jusqu'à la réunification. Elle ne peut pas avoir le dessus, tu es sûr qu'il y a autre chose, mais … là t'es trop content pour creuser un peu plus. Tu savoures ce moment, ça fait du bien. T'as juste pas envie de te prendre la tête. Bee est là. Elle est là pour toi. Parce que tu lui manquais … si elle savait.. tu soupires et finis par la rejoindre. Diable la réputation. Toute façon au vu de tes antécédents dans cette ville … t'es déjà foutu. Entre un grand blond qui t'a coincé chez lui… une petite brune qui t'a expliqué la vie avec des nains. Ouais tu touches le fond, donc un pas de plus ou de moins.. bah t'es plus à ça prêt.

Sa main vient se caler dans la tienne, tes doigts dansent avec les siens. L'attrapant vers la table. Tu finis par la lâcher. Ce contact qui te plaisait, mais ses frissons intérieurs que tu ne comprends. Cette sensation en toi, tellement de nouveauté. Tu te dis que c'est juste le plaisir de la retrouver. Juste ça. Finissant ta bière cul sec «on bouge ? » que tu lui proposes. Bon vous n'avez pas beaucoup bougé ici, ou bien picolé, mais t'en as marre. Puis à la base lorsque vous faisiez vos barathons eh bien .. y avait plus de bars… Là tu as envie de bouger, tu passes devant le barman pour acheter une bouteille. La Tequilla attend bien sagement, mais une petite découverte de la ville ne peut pas faire de mal avant. « j'ai une ville à s'faire découvrir » que tu lui dis en lui faisant un petit clin d’œil. Bon techniquement tu n'es pas le meilleur guide, surtout pas si vous buvez mais ça … ça elle le sait pas. Tu finis par ouvrir la bouteille, fais un peu froid à l'extérieur, elle a beau avoir une veste, elle tremble la Pumba. « compte pas sur moi pour jouer les princes charmants, j'vais pas m'geler les couilles pour toi ! » que tu lui dis en buvant une gorgée. Sourire bien fier sur tes lippes. Oui tu es fier de ta connerie. Elle t'attrape la bouteille en te tirant la langue, « range moi ça, j'serais capable d'en tirer des conclusions » et un autre clin d’œil. Mains dans les poches tu tapes dans la neige et avance. Il ne fait pas si froid que ça, ou alors tu as déjà l'alcool qui te réchauffe ou sa présence ? T'en sais rien, mais tu es bien.
(c) DΛNDELION

_________________

I wanna be your endgame I wanna be your first string. I wanna be your A-Team. I wanna be your endgame, endgame. I don't wanna touch you, i don't wanna be

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Pumba, propriété de Timon
Voir le profil de l'utilisateur
LITTLE TALKS : 70
PSEUDO : Meg'
AVATAR : Shelley Hennig
CREDITS : little wildling (avatar)
ÂGE : 30

MessageSujet: Re: a night to remember (clee #2)   Lun 30 Avr - 19:15


A night to remember
Bee & Clint

« Right here, right now, I'm looking at you and my heart loves the view, cause you mean everything. Right here, I promise you somehow that tomorrow can wait for some other day to be, but right now, there's you and me »
Bee qui dansait, c’était… artistique. Particulier. De grand Bee. Elle n’avait pas le rythme dans la peau. Et elle le savait pertinemment, inutile de se voiler la face. Mais elle s’en moquait royalement. Tout comme elle se moquait du fait que ses pas de danse endiablés lui attirent les regards curieux des autres clients du bar. De toute façon Bee, elle ne résistait pas à Footloose. Quand Footloose passe, on danse. C’est la règle. Et puis pendant qu’elle dansait au moins, elle ne buvait pas. Clint semblait plus réticent à l’idée de venir remuer ses petites fesses sur ce dancefloor improvisé, mais il en fallait plus que ça pour l’arrêter. Au moins pendant ce temps là, il buvait, ce qui rentrait droit dans ses plans pour la soirée. Elle était persévérante la petite Bee, et puis elle le connaissait son Clint : il viendrait. Au diable sa réputation de journaliste sportif sérieux – ou allez savoir quelle autre image les habitants de cette bourgade pourraient avoir de lui. Bee, elle voyait qu’un crétin posé là sur son siège à la regarder, l’air de dire Non, j’viendrais pas, quand bien même ils savaient tous les deux comment tout ça allait se terminer : il cèderait.

Et elle avait raison. Après s’être fait désirer, il vint la rejoindre sur sa piste de danse et Bee alla trouver sa main pour une séance endiablée de remuage de popotin à la sauce Bee et Clint. Elle était ridicule, mais elle n’en avait fichetrement rien à cirer. Si le ridicule tuait les gens, ça se saurait, et elle ne serait plus sur cette terre depuis longtemps. La chanson terminée, Clint l’attira jusqu’à leur table, où il lâcha sa main avant de finir sa bière d’une traîte. On bouge ? Bee haussa les épaules, l’air de dire comme tu veux, et alors qu’il s’éloignait vers le bar, elle avala une gorgée de sa bière, histoire de se rafraichir après cette danse endiablée, avant de délaisser son verre sur la table, encore à moitié plein. Voyant Clint revenir avec une bouteille, elle se dit qu’elle avait bien raison de ne pas finir son verre. La soirée était loin d’être finie. Chaque gorgée en moins était précieuse si elle voulait garder les yeux en face des trous. C’est qu’elle avait une enquête à mener, bon sang !

J'ai une ville à t'faire découvrir,annonça-t-il, l’entraînant dehors, bouteille à la main. Et t’as pas trouvé de meilleur moment pour faire ça ? Genre, quand il fera pas nuit. Ou moins huit mille degrès alors que je suis en robe et perchée sur des escarpins dans la neige, par exemple,, ronchonna-t-elle, le suivant malgré tout. Elle avait prévu un barathon – qui consistait d’un seul et unique bar – pas une randonnée à travers la ville. Un peu d’alcool – mais pas trop – et quelques conneries, ils seraient vite réchauffés. Bon, ils finiraient peut-être avec une pneumonie, mais il fallait savoir se sacrifier pour les besoin de l’enquête.  Compte pas sur moi pour jouer les princes charmants, j'vais pas m'geler les couilles pour toi ! Puni le Clint ! Bee lui arracha la bouteille des mains, lui tirant la langue au passage. Range moi ça, j'serais capable d'en tirer des conclusions Tout en portant la bouteille à ses lèvres, Bee leva un doigt dans sa direction – est-ce utile de préciser lequel ? – comme pour lui signifier d’où il pouvait se les mettres, ses conclusions. T’as les idées bien mal placées ce soir, Clinton, constata-t-elle, se plaçant face à lui, et avançant donc en marche arrière. Sur le trottoir enneigé. Oui, elle prenait des risques. Son derrière en avait vu d’autres – et rien de cochon, merci bien. Tu dois être sacrément en manque si la simple vue d’une langue te fait autant d’effet, ajouta-t-elle, un sourire en coin sur le visage. Ca vire à l’obsession, va peut être falloir que tu consultes. Encore que la psy en aurait pour des lustres avec toi, j’suis pas sûre que ton budget de journaliste suffise. Oui, elle était mal placée pour parler. Toujours en marche arrière, ce qui devait arriver arriva, et Bee glissa dans la neige qui recouvrait le sol, finissant les quatre fers en l’air dans la poudreuse le tout dans une classe et une élégance inimitable, tant au niveau de la chute que des jurons qui sortirent de sa bouche. Eheh, j’ai sauvé la bouteille, annonça-t-elle fièrement, en agitant le contenu avant d’éclater de rire face à sa propre maladresse. Un coup de main ? demanda-t-elle, tendant la main vers Clint, dans sa plus belle imitation du Chat Potté. Lorsqu’il s’en saisi, Bee, qui bien entendu avait une idée derrière la tête, le tira vers elle, le faisant tomber à son tour dans un grand éclat de rire. Je t’ai eu ! lança-t-elle à la cantonnade, se relevant rapidement pour se barrer le plus vite possible, fuyant la vengeance qui ne tarderait pas à lui tomber sur le coin du nez.  

(c) DΛNDELION

_________________
+ BEE RUSSO+
So, baby, can we dance, Oh, through an avalanche? And say, say that we got it, I'm a mess, but I'm the mess that you wanted. Oh, 'cause it's gravity Oh, keeping you with me

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Timon, propriété de Pumba
Voir le profil de l'utilisateur
LITTLE TALKS : 174
PSEUDO : monster.
AVATAR : zac efron.
CREDITS : (c) Lempika.
ÂGE : 30

MessageSujet: Re: a night to remember (clee #2)   Mar 8 Mai - 0:32


A night to remember
Bee & Clint

« Right here, right now, I'm looking at you and my heart loves the view, cause you mean everything. Right here, I promise you somehow that tomorrow can wait for some other day to be, but right now, there's you and me »
  Les yeux grands ouverts, tu n'en crois pas tes mirettes. Elle a osé. De un, elle a osé t'appeler par ton prénom et ça personne le fait. Plus personne à l'exception peut-être de ta mère et parfois l'un de tes frères, mais eux … ils ont une excuse. Lui parce qu'il s'est engagé vers Dieu et du coup il pense autrement que moi et du coup .. il n'aime pas utiliser ton surnom. Soit disant c'est indigne du prénom que tes parents t'ont donné .. fin vos parents, mais toi tu t'en moques. Tu l'aimes bien ton surnom et puis ta mère .. bah c'est ta moman, elle peut t'appeler n'importe comment que tu ne diras jamais rien. Toute façon avec elle c'est pas la peine que tu essaies de dire un truc, elle te couve comme si tu avais encore dix ans. Pourtant tu es bien le plus casse cou et aussi couille des quatre, mais étant le dernier … et bien tu as le titre du petit chouchou. Ou juste parce que tes parents ne savent plus vraiment quoi faire de toi. Tu n'es pas prêt de te marier, très loin, t'as jamais présenté une demoiselle à tes parents. À l'exception du tartufe qui se trouve devant toi, non tu leur as jamais fait l'immense joie de poser mille et une question … tout le tralala des parents qui accueillent la petite amie. Ils l'ont fait à tes aînés, mais toi. Toi non, faudrait déjà que tu ramènes quelqu'un, autre que Bee, et qu'en plus tu leur laisses ce privilège. Ce qui n'est pas gagné. Oh que non. Alors oui ta mère peut bien faire ce qu'elle veut, c'est ta mère et tu discutes pas. Pourtant elle sait que tu es en bonne santé, que tu as un bon job, que tout va bien dans ta vie.. mais non elle s'inquiète. Un peu comme l'autre énergumène face à toi. Toi tu comprends pas pourquoi elles s'inquiètent pour toi ou pour ta libido. Bon ta mère n'est pas encore rendue là et encore heureux, car là tu n'imagines pas la discussion. Oh que non. Parler sexe avec ta mère, c'est comme manger du piment et pas le plus doux, sans boire du lait après. Trop chaud et dangereux pour ton corps et ta bouche. Oui bon techniquement ça revient à ton cerveau, mais cette métaphore te convient parfaitement car techniquement le piment il remonte au cerveau après et ça chauffe trop. Tu ne sais même pas pourquoi tu te mets à penser à ça .. la faute à Bee. Oui toute façon c'est toujours sa faute, comme elle remet toutes les fautes sur ton dos. Faut bien que tu en fasses de même.

Quand le monde entier et persécute.. tu te dois de persécuter le monde … que tu songes à cet instant précis… oubliant tout ce que tu pensais juste avant et vaut mieux. Tes yeux toujours bien ouvert, ton fessier qui se refroidit. Oui tu n'en crois pas tes yeux. Parce que oui le un est passé et le deux ? Et bien tu t'es fait avoir comme un bleu. Tu lui as tendu ta main, tel un gentleman et … elle t'a pris par surprise. Résultat : te voilà dans la neige, à sa place, alors que c'était CLAIREMENT son erreur. Quelle idée aussi de marcher à l'envers ? Toi tu t'es bien marré lorsqu'elle s'est retournée tel une crêpe, les deux pieds en l'air. Tu te relèves sans mal, alors que l'autre spécimen se trouve à des années lumières d'ici. Exactement, elle a pris la poudre d'escampette une fois sur ses deux pieds. Elle ne perd rien pour attendre que tu marmonnes entre tes dents. Cette ville, malgré que tu sois nouveau, tu la connais un peu mieux qu'elle. Puis tu l'entends glousser d'ici, tel une dinde en liberté. Tu avances tranquillement. «  RUSSO la maison c'est à gauche et j'ai les clefs » que tu gueules, bon un peu moins fort sur les dernières décibels. Elle met un petit temps à revenir, mais tu vois son visage qui apparaît, tu ne bouges pas. Laissant la proie venir à toi. Levant tes bras «  promis j'fais rien. » il faut mettre la bête en confiance. Elle arrive doucement et sans qu'elle est le temps de comprendre. Tu l'attaques. Oui tu l'attaques, carrément parce que t'es comme ça toi et qu'elle doit payer. Comme on peut s'y attendre : elle réplique. Et la bataille de boule de neiges commence, parce qu'il n'y a que vous pour faire ça en pleine nuit. Bon techniquement il n'est pas encore minuit et vous êtes pas bourrés … cette soirée s'annonce épique. Tu en oublies presque ta mission, presque car elle te revient doucement. Avançant tel un guépard, tu guettes et d'un coup tu bondis. Créant une surprise, pour toi comme elle, car tes pieds n'ont pas tenus et tu l'entraînes dans ta chute. Heureusement pour vous : la neige est toujours là. Prête à vous accueillir, elle vous tend les bras. Et surtout la chute fait moins mal. Une Bee, sous toi, tes iris qui se perdent dans les siennes. «  hm .. et si on rentrait » que tu dis en te raclant la gorge. Cette situation, innocent, ce temps qui s'est arrêté, ça te rend un peu mal à l'aise … et t'es pas le seul, mais ça tu t'en rends pas compte. Absolument pas.

Une fois sur tes deux pieds, tu l'aides à te relever et cette dernière, pour se venger bien sûr, te balancer de la neige au visage. Pour toute réponse, tu souffles sur une mèche et t'essuies le visage. «  j'me demande si je ferais pas mieux de te laisser là... » que tu dis en la regardant … «  après tout j'ai pas b'soin d'toi » que tu lui dis en souriant. Faux. Elle le sait tout autant que toi, mais bon là tu as froid et elle te cherche, trop même. «  quoique .. pour cette bouteille et l'autre qui attend … j'ai b'soin de quelqu'un » oui qu'on se rassure la bouteille est toujours en vie. Vous connaissez vos priorités. Tu l'attrapes d'ailleurs et en bois une gorgée. «  t'en es ou bien ? » que tu lui demandes en tendant la bouteille. Tu sais qu'elle en est. «  bordel j'rêve d'une douche chaude et d'une pizza .. ou de citron » l'attrapant par l'épaule, l'emmenant dans ta course. «  j'suis content qu'tu sois là, mais j'nierais tout si tu en parles  » sur ces mots tu baisses un peu les yeux, mais gardes ton sourire. Ouais t'es content qu'elle soit là, tout se mélange dans ta tête, c'est le bordel et pas que là … mais bon le froid ça te réussit pas .. et là tu as ta mission à mettre à exécution. Bee et la tequilla .. ton rire machiavélique raisonne dans ta tête rien qu'en savourant ta future victoire. Tu vas les avoir tes informations.

(c) DΛNDELION

_________________

I wanna be your endgame I wanna be your first string. I wanna be your A-Team. I wanna be your endgame, endgame. I don't wanna touch you, i don't wanna be

Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: a night to remember (clee #2)   

Revenir en haut Aller en bas
 

a night to remember (clee #2)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» GRACE & ANDREAS ▪ a night to remember [hot]
» Le 20 juin... Remember Cosmos 1999...
» Perfect night ♪
» Snow Night [F, Clan de Glace]
» Monday Night Raw #46 - Carte

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
REDWOOD HILLS :: 
YOU'RE ENTERING REDWOOD HILLS
 :: Waterfall Avenue :: The Garnet
-
Sauter vers: