AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Merci de privilégier les nombreux scénarios, pré-liens et membres des familles lors de votre inscription !
N'hésitez pas à interpréter un membre de la secte !
Nous recherchons activement des parrains, n'hésitez pas

Partagez | 
 

 here's to the fall

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

avatar

membre qu'on adore
Voir le profil de l'utilisateur
LITTLE TALKS : 22
PSEUDO : allonxy
AVATAR : Hugh Dancy
CREDITS : hasard
ÂGE : 39

MessageSujet: here's to the fall   Mer 16 Mai - 16:36

William Levi Palmer
"chaos inside my nebula"
 


Prénom(s) & noms ★ William Levi Palmer. Date & lieu de naissance ★ 06 Juin 1978 à Redwood Hills, où il est revenu en 2017 Âge ★ 39 ans. Statut social ★ Aisé Situation maritale ★ Célibataire. Orientation sexuelle ★ Pansexuel Métier ou études ★ Ecrivain entre deux livres, il anime çà et là quelques ateliers d'écriture, notamment au lycée Avatar choisi ★ Hugh Dancy   Groupe choisi ★ little talks.


Décrivez le caractère de votre personnage en 5 lignes minimum
Il flotte dans un univers étranger, Will. Au premier abord, on dirait qu'il est très ordinaire, ce type à la barbe de quelques jours, à la crinière indomptée et aux doigts tâchés d'encre, qui remonte incessamment ses lunettes sur son nez alors qu'il plisse les yeux sur quelque feuille de papier. Un prof de littérature sans talent face à des élèves désabusés et des copies médiocres, peut-être. C'est l'impression qu'il donne, en tout cas. Fondu dans le décor, il n'élève pas la voix et ne s'insurge pas contre les injustices triviales du quotidien, ni contre les horreurs qui se passent en ville. C'est toujours le même gamin du fond de la classe, celui qui ne répond pas aux provocations et qui se tait dans les discussions. Alors on se dit qu'il est peut-être un peu simple, ou peut-être qu'il est timide, mais surtout on se dit qu'il est faible, qu'il manque de caractère, qu'il se laisse marcher dessus.

Pourtant, Will, c'est bien plus que ça. Certes, il ne sera jamais celui qui attire toute l'attention, on n'entendra jamais sa voix au dessus du brouhaha, parce qu'il brûle d'un autre feu, Will. Pas un qui brûle, un qui réchauffe et illumine. Asseyez-vous cinq minutes, regardez sous les mèches rebelles qui lui tombent sur le visage, et lancez la conversation. Ce n'est pas le plus loquace, mais ne méprenez pas son silence pour de la timidité, il en apprécie juste la compagnie. Il vous parlera de sa voix basse, constamment coincée entre un murmure et un soupir, et là vous verrez. Vous aviez tort, il a des passions, des intérêts et des histoires à n'en plus finir, logés là, confortablement installés sur ses lèvres ourlées d'un sourire, qui prennent leur temps, se prélassent et se dénouent lentement. Il aime avec une passion tranquille et hait avec une ferveur silencieuse, mais il hait peu, et ses paroles se font rarement négatives. Il observe sans juger, mais il comprend, Will. Il sait lire les autres et démêle les émotions avec brio. Il encourage, Will, il félicite, et s'il s'extasie, c'est dans ses yeux qu'il faut le lire. Face aux provocations, il fait la sourde oreille, il a bien trop à penser de toute façon.

Il est constamment en train de suivre le cours d'une pensée, s'accrochant tant bien que mal au fil rouge de peur qu'il ne lui échappe, et il se perd parfois dans le dédale de son esprit, où l'angoisse attend toujours, tapie dans l'ombre. Elle ne le laisse jamais vraiment tranquille, et quand elle attaque, elle prend toute la place. Il suffoque et se débat, et le sourire se fige un instant. Il doute beaucoup, Will, et il est souvent proie à l'inactivité. Pas fondamentalement passif, il le devient quand le doute le paralyse, et on l'a vu s'enliser dans des situations invivables par peur du changement. Il a tendance à trop aimer, Will, il se laisse malmener. Introverti par nature, il apprécie sa propre compagnie, et s'épuise vite au contact des autres.

Face au succès que ses livres lui ont apporté, il n'a pas changé. Il s'est caché des caméras et a souri pour les photos, mais l'argent qui abonde dans son compte en banque n'a pas corrompu l'humble fils de fermier qui fait compter chaque dollar. Il ne gâche ni n'abuse et ses excès sont rares. L'écriture est une torture cathartique qui l'épuise au plus profond de son âme et une activité dans laquelle il se jette complètement. On l'a vu disparaître des semaines entières lorsque l'inspiration le gagnait, ou qu'elle le perdait. Dans la démesure, il n'y a pas d'entre-deux, soit les mots le possèdent, soit il est sans parole, et les quelques bribes qu'il griffonne sur les serviettes au restaurant ne sont que des mots vides qu'il jette sans conviction. Perfectionniste, Will étudie ses livres en profondeur, n'hésitant pas à entrer en contact avec les personnes les plus inattendues dans l'espoir de glaner une information. Une fois sur un chemin, il ne s'en égare pas, et rien ne saurait le distraire de cet objectif.

La perte de Carys, sa petite fille, a laissé au fond de lui un trou béant qui semble s'agrandir de jour en jour, et qui hurle à la mort en permanence. Will a perpétuellement un cri coincé dans la gorge, et lorsque l'abîme le rattrape, il le laisse pantelant et vide, au bord d'un précipice auquel il est dur de résister. Tomber serait tellement facile. Il se laisse ramener pourtant, par les mots d'un frère, d'un ami, par un message reçu ou par le parfum d'une fleur. Il a de nouveau un sourire accroché aux lèvres, Will, mais il hurle et pleure et saigne à l'intérieur, et il n'atteint jamais vraiment ses yeux.
Quelle est votre position par rapport à la Rose Lunaire?
La secte a toujours eu une importance particulière aux yeux de Will. Les images de cette nuit, trente ans plus tôt, quand une fugue plus ou moins banale s'était soldée par des visions d'horreur qui le suivraient toute sa vie, sont marquées au fer rouge dans son esprit. Il a mis des années à réaliser ce dont il avait été témoin, et il lui fallut bien d'autres années encore pour se débarrasser des cauchemars. Il a assisté au carnage, sans comprendre ce qu'il voyait, et aujourd'hui, il semblerait que la Rose Lunaire ait fait son retour à Redwood Hills. Petit à petit, Will s'est laissé envelopper par cette présence à la fois menaçante et familière, à défaut d'avoir mieux à faire. Plus rien pour rythmer son quotidien, il était facile de tomber dans le piège. Ca avait commencé par de la curiosité, rien de plus. Ce qu'il s'était passé depuis que la Rose était sortie de la tombe, ce que les autorités en pensaient, ce que les anciens en pensaient, ça n'allait pas plus loin. Puis les mois dans le néant semblaient s'étaler à l'infini, et sans promesse de livre et sans aucun espoir pour le futur, c'était si facile de se laisser happer. Ca lui donne quelque chose à faire, cette histoire. Il prend des notes, fait des recherches, suit religieusement toutes les actions de la secte, tous les avancements de l'enquête, tous les témoignages et commentaires. Il a l'habitude de s'engouffrer tout entier dans des projets, et la Rose Lunaire est aujourd'hui le seul projet qui importe. Il n'a plus personne pour venir interrompre ses transes, plus de rires et de jeux infinis pour égayer sa demeure, plus d'horaires à respecter et de devoirs à faire, plus de larmes à sécher ou de bougies à souffler. Lentement, l'intérêt de Will semble se rapprocher dangereusement de l'obsession. Il va en faire un livre, qu'il dit à qui veut bien l'entendre. Un livre sur la Rose Lunaire et les souvenirs qu'il a refoulés trente ans plus tôt et qui brûlent de sortir. Une fiction, peut-être, ou une non-fiction, ou encore un documentaire, ou peut-être qu'il ne va rien écrire du tout, parce que sa plume semble asséchée. Il tente de résister, malgré tout. Les quelques ateliers d'écriture qu'il anime sont disséminés dans la semaine et lui donnent quelques points de repères, et son frère aîné tente tant bien que mal de garder le contact pour ne pas le laisser couler. Il a toujours été doué pour couler, Will. Carys était sa bouée, mais elle n'est plus là et Will suit le chant des sirènes.

Anecdote 1 ★ Auteur à succès, Will est principalement connu pour ses thrillers, mais il a également publié plusieurs recueils de nouvelles, un roman de science-fiction et deux livres pour enfants, qu'il a écrits et illustrés lui-même, pour sa fille. Il a démarré comme tout un chacun, par quelques lignes çà et là dans divers journaux pas toujours littéraires, puis petit à petit on a remarqué sa plume. L'écriture a toujours été pour lui un moyen de communiquer dans une famille bruyante où on ne l'entendait pas. Son premier roman paraît en 2001. Anecdote 2 ★ Il boit au minimum deux tasses de thé par jour Anecdote 3 ★ Il est le premier de sa famille à être allé à l'université. Il décroche une bourse grâce à des résultats scolaires exemplaires et se lance dans un double cursus littérature et théâtre. Même si à l'époque ses frères s'étaient moqués de lui, ils sont aujourd'hui tous fiers de son succès. Anecdote 4 ★ Après ses études, il est parti explorer le monde, et il a vécu en Italie un moment, s'étant enamouré d'un homme qui excellait dans l'art de le rendre malheureux. Après s'être fait tromper et supplier une fois de trop, il fait ses valises et rentre aux Etats-Unis, où il se consacre à l'écriture de son premier livre. Anecdote 5 ★ Autant il apprécie les balades et les après-midi au parc, comme tout le monde, autant vous ne l'emmènerez pas en randonnée. La nature et les grands espaces le mettent mal à l'aise, et ne pas avoir de point de repli le terrifie. Anecdote 6 ★ Bon cuisinier à ses heures perdues, il n'empêche qu'il lui arrive souvent d'oublier de se nourrir. Anecdote 7 ★ Seul son frère aîné habite encore dans la région, les deux autres ont déménagé l'un à l'autre bout du monde, en Europe, et le second est parti s'installer en Louisiane. Depuis la mort de son père, en 2003, sa mère gérait la ferme familiale de main de maître, mais les années passant, c'est désormais son frère qui a repris les rênes. Anecdote 8 ★ Sous l'influence de sa compagne de l'époque, il a acheté, dix ans plus tôt, une belle propriété sur Lilac Road, où lui et sa fille venaient souvent passer le week-end, et où il habite désormais à plein temps, seul. Anecdote 9 ★ Il rencontre la mère de Carys à Los Angeles, lors d'une interview en 2005. La jeune femme est journaliste et très attachée à sa carrière, et entre eux c'est le coup de foudre. Anecdote 10 ★ Parmi ses trois frères, Will est particulièrement proche de son aîné.

Prénom/Pseudo ★ allonxy. Age ★ 23   . Sexe ★ F Comment as tu connu RH ★ On m'en avait parlé il y a un moment mais à l'époque je n'avais pas le temps de rp Ce que tu penses de RH★ Ca m'a l'air bien coolos tout ça   Crédits ★ hasard.  Veux-tu un parrain ? (Si oui, par MP ou salon de discussion ?) ★ Non? Acceptes-tu de recevoir des défis de la secte par mp? ★ yas! Un dernier mot ★ Will Graham  



[spoiler]POUR UN PERSONNAGE INVENTE.
 
 
Code:
[u]hugh dancy[/u] → [url=http://redwood-hills.forumactif.org/u1674]will palmer[/url]



Dernière édition par Will Palmer le Sam 19 Mai - 13:30, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar

membre qu'on adore
Voir le profil de l'utilisateur
LITTLE TALKS : 22
PSEUDO : allonxy
AVATAR : Hugh Dancy
CREDITS : hasard
ÂGE : 39

MessageSujet: Re: here's to the fall   Mer 16 Mai - 16:37

Write your story


"and if you're still breathing, you're the lucky ones
'cause most of us are heaving through corrupted lungs"


2017
dandelions lost in the summer sky

«Dans un trou creusé dans le sol, vivait un hobbit...» Sa voix mesurée emplissait la chambre d'hôpital et n'était perturbée que par le son régulier de l'électrocardiogramme, alors qu'il récitait les lignes qu'il connaissait presque par cœur, le livre corné ouvert sur les genoux. C'était le livre préféré de sa fille, et c'était celui qu'elle lui réclamait le plus souvent. Il n'y a pas si longtemps, avant que ne commence le défilé des infirmières, des examens et des chambres stériles, il n'était pas rare de voir la petite fille affublée de son costume de hobbit, une épée miniature à la main et un sourire édenté aux lèvres. Brièvement, entre deux phrases, les yeux d'Arthur trouvèrent les larges chaussons poilus dans lesquels sa fille serait volontiers partie à l'école, abandonnés au pied du lit depuis plusieurs jours. Elle n'avait même plus la force de se lever. Sa vue se troubla un instant, puis, son regard trouvant celui, affaibli, de l'enfant, un sourire chassa les larmes et il se remit à lire, contant les aventures de Bilbo et la compagnie de Nains. Sa petite fille avait huit ans, la vie devant elle, des milliers d'aventures à l'horizon, et elle était coincée là, dans cette chambre où les quelques dessins et peluches ne suffisaient pas à insuffler de la vie. Carys s'endormit avant d'atteindre le Mont Solitaire, et quelques semaines plus tard, elle avait trouvé, il l'espérait, des contrées plus chaleureuses, où un elfe, un nain ou un hobbit l'avait accueillie avec une carte au trésor. Il n'avait pas hurlé, il n'avait pas titubé, ivre de chagrin, il n'y avait eu que le vide et des larmes silencieuses qui avaient semblé couler pendant des mois. Dans les mois qui suivirent, et sans qu'il n'en soit vraiment conscient, il avait vendu son bel appartement de Los Angeles et emménagé à temps plein dans sa maison secondaire de Redwood Hills. L'été battait son plein, et bientôt, le premier anniversaire que Carys ne célébrerait pas. Elle aurait eu neuf ans, et Will était désœuvré. Les longues soirées d'été le regardaient avec pitié, assis sur les marches devant la maison, et il semblait exister hors du temps. Il n'avait pas de coupable à blâmer, pas de vengeance pour le pousser à se lever le matin, il n'y avait eu que la maladie, et une bataille que la meilleure des volontés n'avait su gagner.


3rd of July 1985

the madman sat in his empire of dust and ashes

La nuit était noire comme l'encre que son stylo laissait sur le papier, écriture malhabile et enfantine, aux grosses lettres rondes et aux quelques fautes qui s'étaient perdues entre les lignes. Il laissa le message sur la table de la cuisine, où sa mère le trouverait en premier en se levant. Il serait loin, d'ici là. Le gamin trop faible, et trop gâté allait lui prouver, à son père, qu'il pouvait s'en sortir tout seul. Cette fois, il irait plus loin que le pré des vaches où il s'était endormi la dernière fois. Il irait jusqu'à la route puis il trouverait une autre famille où on l'apprécierait. Son sac à dos prêt, il avait pensé à tout: Deux sandwichs, une bouteille d'eau, quelques dollars piqués sur la table du salon, un paquet de gâteaux, un T-shirt de rechange, un livre, sa peluche préférée et une lampe torche. Là. Fin prêt à affronter le monde, il avait 7 ans et il allait leur montrer à tous.

La nuit était noire, les insectes et bruits environnants semblaient omniprésents, mais Will avait les sourcils froncés et suivait le faisceau de sa torche avec une détermination féroce. C'était surtout pour ne pas se laisser décourager par l'immensité de la tâche, alors qu'il semblait toujours aussi loin de son objectif. C'était pour ne pas se laisser convaincre que s'il faisait demi-tour maintenant, il pourrait se glisser dans son lit et prétendre que ça n'était jamais arrivé et qu'il n'avait pas entendu ses parents se disputer à son sujet dans la journée. Non. Ça n'était pas la première fois qu'il jetait quelques vivres dans un sac et s'enfonçait dans la nuit, mais cette fois il irait jusqu'au bout. En une demi-heure, il avait quitté la ferme de ses parents, et emprunté un chemin de terre qui, à coup sûr, mènerait jusqu'en ville. D'une main, il tenait la lampe torche, et de l'autre il tentait de chasser les moustiques qui s'acharnaient sur lui. Chaque pas semblait le rendre un peu plus nerveux, son regard s'égarant de plus en plus souvent par-dessus son épaule et dans les champs alentours. Sa torche semblait éclairer des monstres tapis dans les hautes herbes et les animaux qui paissaient non loin semblaient gronder dans ses oreilles. Il avait trop d'imagination pour être courageux en ces circonstances, les menaces multipliées et exacerbées, la nature personnifiée en une créature terrifiante qui se mouvait avec lui. Il avait les larmes aux yeux, des piqûres de moustique partout, et il était presque sûr qu'il était perdu.

La grange était apparue comme un mirage, sa silhouette sombre se découpant dans la nuit, et il s'était mis à courir, à travers les hautes herbes et abandonnant complètement l'espèce de chemin qu'il suivait depuis bien trop longtemps à ses yeux. Il était presque arrivé, épuisé, affamé et désespéré, prêt à s'écrouler et pleurer. Il avait ralenti en s'approchant, parce qu'il avait cru entendre quelque chose. Prudemment, Will avait atteint l'arrière de la grange, silencieux et à l'écoute des voix qu'il distinguait à l'intérieur. Il aurait pleuré de joie, mais quelque chose le retint d'aller quémander de l'aide. Au lieu de ça, il s'était collé au mur, et avait plissé les yeux pour voir entre les planches de bois. Il reconnut quelques visages qu'il croisait souvent en ville, ou à l'école, des parents de ses camarades de classe. Tous portaient de longues capes blanches, et il ne comprenait pas ce qu'ils disaient. Le silence retomba sur la grange, et Will manqua d'appeler à l'aide. A coup sûr, quelqu'un pourrait le ramener chez lui, il avait changé d'avis. Mais il resta silencieux, cloué sur place par une peur viscérale. Puis il y avait eu les plaintes étranglées, et les silhouettes blanches s'étaient contorsionnées, et il s'était mis à courir. Trébuchant et pantelant, il avait couru aussi loin que ses jambes avaient voulu le porter, puis il s'était écroulé au pied d'un arbre et s'était endormi. Un fermier l'avait trouvé le lendemain après-midi, l'avait nourri et ramené à ses parents morts d'inquiétude. Une gifle et une accolade plus tard, il était consigné dans sa chambre pour le reste de la journée. Il n'avait rien dit, Will, de ce qu'il avait vu la veille.

2008
hold on to me, 'cause I'm a little unsteady

Les premiers cris de Carys, sa petite fille. Les pleurs, les exclamations, les félicitations, et puis la chambre d'hôpital était tombée dans le silence alors que mère et enfant s'étaient endormies, épuisées. Will oscillait entre l'éveil et le sommeil, mais il était incapable de détacher son regard du nouveau-né qui dormait paisiblement, et son sourire semblait indélogeable. La grossesse avait été inattendue, et sa compagne avait d'abord semblé réticente, mais elle avait fini par se laisser convaincre. Will avait toujours voulu des enfants, pas elle. Mais elle était là, leur fille aussi, et Will était confiant. Le futur s'annonçait radieux, et il était comblé.

En quelques jours, ils avaient ramené le poupon à la maison, et Will mettait les colères de sa compagne sur la fatigue et l'angoisse. Elle s'agaçait de tous ses mots, elle s'énervait au moindre pleur, et elle s'insurgeait contre la placidité de Will, qui pardonnait les mots crus sans s'en offusquer. C'était difficile de se lever à toute heure de la nuit, difficile de voir son quotidien et sa routine chamboulés par une nouvelle vie qui demandait toute l'attention, alors il tentait d'alléger sa charge de travail. Elle devait être épuisée, alors il se contentait de s'excuser et de sourire, et de lui laisser du temps et de l'espace. Il se concentrait sur Carys.

En y repensant quelques années plus tard, il réaliserait que les disputes et les cris avaient commencé avant même qu'elle ne tombe enceinte. Elle lui en avait toujours beaucoup demandé, mais il s'était toujours dit que ça en valait la peine. Que les blessures n'étaient que superficielles, que les mots n'étaient pas pensés, et qu'ils s'en sortiraient. C'était facile de fermer les yeux quand on aimait comme Will. Mais les mois passaient, et les sautes d'humeur et les colères semblaient s'être fait une place dans leur quotidien, allant souvent de pair avec l'odeur d'alcool. L'écrivain semblait incapable d'apaiser la jeune femme, ses paroles apaisantes tombant dans le vide, ses excuses ignorées, ses questions renvoyées à son visage avec une violence presque physique. Les plaies superficielles se creusaient un peu plus à chaque fois, comme une falaise lentement érodée par les vagues. Carys avait beau être épargnée par ces affrontements, elle grandissait en leur sein, et elle commençait à les comprendre. Will, quant à lui, s'accrochait furieusement à l'espoir que ça allait s'arranger. Les quelques moments de joie et de bonheur qu'ils partageaient attisaient l'espoir qui refusait de mourir, et l'idée de partir était si terrible et effrayante qu'il était bien plus facile de lécher ses plaies.

Puis elle avait giflé Carys. Sans raison, elle avait hurlé et giflé l'enfant, et Will en avait eu assez. Il avait haussé le ton, et ne s'était pas laissé défaire par ses supplications. Qu'elle revienne quand elle serait sobre. Valises faites, elle avait jeté un regard insondable en direction de sa fille, avait pensé à supplier Will à nouveau, puis elle était partie et n'était jamais revenue. Longtemps, le brun s'était demandé ce qu'il aurait pu faire, ce qu'il aurait pu changer, s'il aurait pu l'aider. Elle était malheureuse, il en était certain, elle les avait aimés. Mais à travers la culpabilité il s'était rendu à l'évidence : il avait essayé. Lui et Carys allaient s'en sortir, il le voyait dans ses yeux verts et ses sourires.


Dernière édition par Will Palmer le Sam 19 Mai - 13:31, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar

membre qu'on adore
Voir le profil de l'utilisateur
LITTLE TALKS : 1567
PSEUDO : meiywa
AVATAR : k.stew
CREDITS : .cranberry
ÂGE : 29

MessageSujet: Re: here's to the fall   Mer 16 Mai - 16:47

Hello you I love you

Bienvenue sur le forum et bon courage pour la rédaction de ta fiche J'ai hâte de connaître Will' (a)
Revenir en haut Aller en bas

avatar

membre qu'on adore
Voir le profil de l'utilisateur
LITTLE TALKS : 1349
PSEUDO : Dezbaa
AVATAR : Aaron Taylor-Johnson
CREDITS : EXORDIUM (avatar), Tumblr (gifs), Dezbaa (signature)
ÂGE : 25

MessageSujet: Re: here's to the fall   Mer 16 Mai - 16:48

Hugh Trop bon choix Bienvenue parmi nous :hert: Si tu as des questions, n'hésite pas à contacter un membre du staff

_________________


NO SHAME :
 
Revenir en haut Aller en bas

avatar

membre qu'on adore
Voir le profil de l'utilisateur
LITTLE TALKS : 928
AVATAR : Mila Kunis
CREDITS : malbe (ava) - astra (sign) - ghostczerny, lo, lfb (icon sign)
ÂGE : 31

MessageSujet: Re: here's to the fall   Mer 16 Mai - 16:54

Bienvenuuuue dans le coin
Bonne chance pour ta fichette et comme déjà dit, hésite pas à contacter le staff

_________________


Fun & Free.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

membre qu'on adore
Voir le profil de l'utilisateur
LITTLE TALKS : 1113
PSEUDO : camille
AVATAR : ben barnes
CREDITS : abisror (ava) & batwan (gif)
ÂGE : 33

MessageSujet: Re: here's to the fall   Mer 16 Mai - 16:58

Bienvenue sur le forum
J'ai hâte de voir ce que tu vas faire comme personnage, avec Hugh Dancy en plus

Bonne chance pour la rédaction

_________________

Heavy on your heart, Heavy on your mind, Wandering the streets tonight, Heavy on my feet, Heavy on me knees, Walking down a winding road.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Chasseuse de moustaches
Voir le profil de l'utilisateur
LITTLE TALKS : 367
PSEUDO : mohnstad
AVATAR : josefine the bae
CREDITS : lux aeterna(avatar)+ beylin <3 (avatar) + tumblr aesthetic (gifsigna)
ÂGE : 22

MessageSujet: Re: here's to the fall   Mer 16 Mai - 17:12

Bienvenue iciiiiiiiiiiii

Super choix d'avat ! :mici: :mici:

_________________
call me by your name
We rip out so much of ourselves ▬ to be cured of things faster than we should that we go bankrupt by the age of thirty and have less to offer each time we start with someone new.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

membre qu'on adore
Voir le profil de l'utilisateur
LITTLE TALKS : 28
PSEUDO : Aloa
AVATAR : Andrew Scott
CREDITS : Signature : anaëlle.
ÂGE : 41

MessageSujet: Re: here's to the fall   Mer 16 Mai - 17:27

Bienvenue sur le forum et bon courage pour ta fiche !

_________________

« I want to break free ~ Queen. »

Revenir en haut Aller en bas

avatar

membre qu'on adore
Voir le profil de l'utilisateur
LITTLE TALKS : 390
PSEUDO : Namysh
AVATAR : Jake McDorman
CREDITS : Gommeamacher (avat) + tumblr + etc
ÂGE : 35

MessageSujet: Re: here's to the fall   Mer 16 Mai - 20:26

Bienvenue parmi nous Excellent choix d'avatar
Bon courage pour la rédaction de ta fiche ! Et je vais faire le perroquet, mais n'hésite pas si tu as besoin !

_________________
It's not magic ! It's physics
People say you can't live without love... I think oxygen is more important ▬ Oh Gravity, thou art a heartless b*tch. #WW
Revenir en haut Aller en bas
En ligne

avatar

membre qu'on adore
Voir le profil de l'utilisateur
LITTLE TALKS : 190
PSEUDO : foxpaw
AVATAR : gal gadot
CREDITS : starfire (ava) + anaëlle (sign)
ÂGE : 33

MessageSujet: Re: here's to the fall   Mer 16 Mai - 20:52

Maaaaaa Hugh . Bienvenue parmi nous et bon courage pour la rédaction de ta fichette .

_________________
TAKE ME TO CHURCH

I'll worship like a dog at the shrine of your lies, I'll tell you my sins and you can sharpen your knife. Offer me that deathless death, Good God, let me give you my life signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: here's to the fall   

Revenir en haut Aller en bas
 

here's to the fall

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
REDWOOD HILLS :: 
we'll never be royals
 :: born to run :: fiches validées
-
Sauter vers: