AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Merci de privilégier les nombreux scénarios, pré-liens et membres des familles lors de votre inscription !
N'hésitez pas à interpréter un membre de la secte !
Nous recherchons activement des parrains, n'hésitez pas
N'oubliez pas d'aller vous recenser

Partagez | 
 

 A long time ago we used to be friend (Ruth)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

avatar

membre qu'on adore
Voir le profil de l'utilisateur
LITTLE TALKS : 320
PSEUDO : FAR AWAY
AVATAR : Toby Kebbell
CREDITS : odistole
ÂGE : 35

MessageSujet: A long time ago we used to be friend (Ruth)    Mer 4 Juil - 22:35

Cela faisait seulement quelques semaines que l'ex pilote était rentré en ville et pourtant il avait l'impression que rien n'avait vraiment changé. Il était retombé sur beaucoup de têtes connues, par moment sur des jeunes gens qui tentaient de vivre la même vie que lui à l'époque mais surtout il avait l'impression que cette tension autour de la secte ne cesserait donc jamais dans cette ville. C'était un peu comme si tout le monde avait envie de garder cette histoire vivante et vibrante pour que l'on continue à parler de leur petite ville. Pour sa part, il se passerait bien de cette agitation. Il voulait revenir à une vie simple et passe partout de manière à pouvoir mener sa petite investigation à bien. De toutes façons, après des années d'armée, cela ne pouvait pas lui faire de mal de prendre un peu de repos et si possible, de trouver la sérénité. Le problème étant qu'avec toute cette agitation autour de la secte ne lui en donnait pas réellement l'occasion.

Ce soir là, il avait eu besoin de s'occuper l'esprit, de ne pas entendre uniquement des personnes en train de s'inquiéter sur les derniers événements. Le meilleur endroit pour cela ne pouvait être qu'un bar et à Redwood Hills, il n'y avait que le Garnet. Alistair s'était rendu là bas en début de soirée. Il avait grignoté sur place car la cuisine n'était pas son fort. En fait, il s'en sortait plutôt bien mais pas pour la nourriture de tous les jours. Demandez lui un repas de festin, un bon plat familial, il pouvait le faire mais se faire à manger chaque jour cela ne l'intéressait pas. Non, s'il n'y avait pas quelqu'un pour qui cuisiner il ne s'embetait pas. Cela devait donc faire une bonne heure qu'il était sur place à boire des verres, à manger et à regarder ce qu'il se passait autour de lui. Lorsqu'il était jeune, il avait un caractère expansif, il aimait se mettre en avant mais maintenant il se mettait en retrait et observait pour prendre toutes les informations dont il avait besoin.

Un peu lassé d'observer les jeunes arriver avec leurs fausses cartes d'identité, il finit par sortir du bâtiment pour faire une pause et se fumer une cigarette. Il n'était pas un gros fumeur mais en quittant l'armée il avait repris cette vieille habitude de jeunesse. Le stress et le manque de rigueur l'avaient fait replonger. Sur le trottoir devant le bar, il tirait les lattes de la cigarette faisant entrer la fumée dans ses poumons avant de l'en expulser. Il était dans sa bulle, comme depuis le début de la soirée d'ailleurs, jusqu'à ce qu'il entende un groupe de mecs qui venaient de débarquer et faisaient beaucoup de bruits. Il tendit alors l'oreille pour voir de quoi il en retournait. A l'évidence, ils avaient trouvé une proie et ne voulaient pas la laisser. " Allez, tu vas pas rentrer maintenant, restes avec nous." le ton était lourd et avait le don d'exasperer Alistair alors il ne pouvait que se dire que la jeune femme devait en avoir marre. Il les écouta lui parler pendant quelques secondes avant de se rapprocher d'eux. " Dîtes les gars, je crois que vous ennuyez la dame et sans exagérer je peux vous dire que vous me faites chier aussi alors vous avez plutôt intérêt à vous casser." Ils le regardèrent pendant quelques secondes mais vu son regard ils ne demandèrent pas leur reste. Il leva les yeux au ciel avant de se tourner vers la jeune femme. Elle avait quelque chose de familier mais en même temps, il n'arrivait pas à dire quoi. Il faut dire qu'il était parti il y a bien longtemps en même temps. "Ça va ? Au nom de la gente masculine je tiens à m'excuser pour leur attitude. Si tu veux je peux t'offrir un verre en excuse." Oui, il en avait un peu marre d'être seul ce soir donc cela ne pouvait pas faire de mal de boire à deux plutôt.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

membre qu'on adore
Voir le profil de l'utilisateur
LITTLE TALKS : 847
PSEUDO : pearlizz ou jess.
AVATAR : elizabeth olsen.
CREDITS : timeless. (avatar) &. excelsior (signature).
ÂGE : 34

MessageSujet: Re: A long time ago we used to be friend (Ruth)    Sam 7 Juil - 23:44


a long time ago we used to be friend
Ruth & Alistair

« It's weird when you realize the person you once told everything to now has no idea of what's happening in your life. »
Le vide. Le néant. Depuis que Ruth était revenue de son petit périple en compagnie d’Edwin à Greenwich, elle ne faisait plus que tourner en rond. Encore et encore. Rester allongée dans ce semblant de chambre qu’elle avait aménager dans cet atelier qui était devenu sa maison, fumer comme un pompier, sortir pour faire quelques courses, boire, fumer encore… et surtout, voir le moins de monde possible. La jeune femme avait pressenti dès le départ que ce voyage n’amènerait rien de bon, elle avait su au plus profond d’elle-même que ce qu’ils pourraient découvrir ne lui permettrait pas d’aller de l’avant comme elle l’avait initialement penser en venant s’installer à Redwood Hills et elle avait eu raison. Tout ne faisait que tourner encore et encore dans sa tête sans qu’elle ne puisse passer outre. C’était stupide et idiot, elle en avait parfaitement conscience. Tout comme il avait été idiot d’idéaliser cette sœur disparue, la mettre sur un piédestal tout en s’effaçant derrière la parfaite Hannah. Après tout, il en avait toujours été ainsi alors pourquoi aurait-il dû en être autrement après sa mort ? Mais ce qu’ils avaient découvert avec Edwin dans cette maison où elle avait grandi remettait tout en question. Absolument tout. Et tout ce que la jeune femme avait trouvé pour surmonter ça était de broyer du noir, seule, dans son coin… Au moins, elle avait le mérite de n’emmerder personne ainsi. Bien que ce soir, la bouteille de rhum étant vide et n’en n’ayant plus de réserve, l’idée de braver le monde extérieur pour aller boire un verre au Garnet était alléchante. Qu’avait-elle à y perdre ? Rien. Et avec un peu de chance, puisqu’il s’agissait d’un soir de semaine, elle ne croiserait pas trop de monde et pourrait profiter tranquillement de son verre. Enfilant un perfecto en cuir pour se protéger de la fraîcheur de la soirée, Ruth glissa son paquet de cigarettes dans une poche, vérifia que ses clés ainsi que son portefeuille étaient bien dans son sac avant de se diriger vers le Garnet.

Elle était là depuis une bonne heure, son verre était fini lorsqu’un gars était venu l’accoster. Ruth l’avait plus ou moins poliment remballer pour aller se fumer une clope à l’extérieur. Elle n’était pas certaine de retourner dans le bar, mais elle resta malgré tout dans la ruelle attenante pour fumer posément sa cigarette. L’idée de retourner à l’intérieur pour se prendre un dernier verre avant de rentrer la tentait bien. Elle n’en n’avait pas eu assez ce soir pour que son esprit soit assez embrumer par l’alcool, cependant, elle n’avait pas envie de faire face à nouveau à un quelconque lourdaud qui tenterait sa chance face à une demoiselle esseulée dans un bar. En parlant de type lourd, celui de tout à l’heure semblait croire bon d’insister. Il était sorti lui aussi, accompagné de deux potes, insistant pour qu’elle revienne avec eux. « Allez, tu vas pas rentrer maintenant, restes avec nous. » Un soupir échappa à la blonde tandis qu’elle levait la main pour repousser l’idiot qui avait osé se montrer trop insistant en posant la main sur elle, mais une autre voix masculine s’éleva par derrière eux. Le ton était assez dure et il n’y avait pas besoin d’être expert pour savoir que face à la carrure du nouvel arrivant, les trois petites frappes qui avaient mis le grappin sur Ruth ne feraient pas long feu. Ils semblèrent le comprendre d’eux même et replièrent rapidement bagage pour retourner à l’intérieur du bar. « C’est dingue comme avoir un quelque chose en plus dans le pantalon vous donne plus de crédit face à une bande de débiles profonds. » lança-t-elle presque avec amertume en regardant les imbéciles s’en aller. Elle aurait pu s’en tirer d’elle-même et elle était même prête à l’assurer lorsque le sauveur de ces dames s’avança vers elle, mais elle arqua finalement un sourcil lorsqu’il s’excusa pour le comportement des types qui venaient de partir. « Ca va… » souffla-t-elle d’abord avant de reprendre ; « Juste pour bien comprendre… tu joues les chevaliers en armure blanche, tu prends ma défense… et tu proposes de m’offrir un verre pour t’excuser de l’attitude de primates écervelés ? … Ca serait idiot de refuser. » Et peut-être suicidaire aussi… Qu’est-ce qui lui disait que ce type ne faisait pas partie de la bande et qu’il s’agissait là de leur technique pour emballer la fille ? Absolument rien. Mais quoi qu’il en soit, Ruth n’était pas d’humeur à refuser un verre à l’œil. Ecrasant son mégot de cigarette dans le cendrier prévu à cet effet à l’entrer du bar, elle poussa ensuite la porte pour regagner l’intérieur de l’établissement suivie par le jeune homme. Ruth jeta un coup d’œil autour d’elle puis repéra une table libre non loin de là. Elle en prit la direction puis s’installa. A peine étaient-ils installés que le barman arriva pour prendre leur commande. Elle demanda un rhum sans glace, reflet de ce qu’elle avait déjà bu un peu plus tôt dans la soirée et une fois la commande entièrement prise, le barman retourna derrière son comptoir. « Et donc… C’est une nouvelle technique de drague que d’offrir un verre aux “demoiselles en détresse” ? »
(c) DΛNDELION

_________________
can't pretend
☾ ☾ ☾ There you are. In a darkened room. And you're all alone, looking out the window. Your heart is cold and lost the will to love. Like a broken arrow. Nobody wants to be lonely. Nobody wants to cry.

:hert::
 
Revenir en haut Aller en bas

avatar

membre qu'on adore
Voir le profil de l'utilisateur
LITTLE TALKS : 320
PSEUDO : FAR AWAY
AVATAR : Toby Kebbell
CREDITS : odistole
ÂGE : 35

MessageSujet: Re: A long time ago we used to be friend (Ruth)    Dim 8 Juil - 3:43


a long time ago we used to be friend
Ruth & Alistair

« It's weird when you realize the person you once told everything to now has no idea of what's happening in your life. »
Alistair n’avait rien du parfait prince charmant venu pour sauver les belles princesses en détresse. Ce n’était d’ailleurs pas le but premier de la soirée. Non, comme tous les soirs, il avait simplement voulu essayer de comprendre son retour, voire peut être d’oublier pourquoi il l’avait fait. Il était responsable de cet homme et par conséquent il était aussi responsable de sa mort. Cela faisait deux fois qu’il était coupable de la mort d’un homme et même si le premier avait été son frère, il avait l’impression que ce nouvel échec était encore plus douloureux que le premier. Dans le fond, il n’était coupable de rien, pour l’un d’avoir juste voulu vivre sa vie et pour l’autre de ne pas avoir refusé un connard inconscient à l’intérieur de son unité. Non, il n’avait rien du prince charmant, il voulait juste pouvoir aider le plus de monde possible en espérant racheter peut être un peu ses fautes. En venant ici ce soir et en enchainant les scotchs ce n’était pas forcément le meilleur moyen de le faire mais c’était un peu sa façon de faire. Lorsqu’il n’y avait plus d’ordre et de rigueur il faisait un peu n’importe quoi en attendant de voir ce qu’il pourrait bien se passer par la suite. A l’évidence pour ce soir, ce serait une pause clope gâchée par de gros débiles qui pensaient qu’être lourds et insistants pouvaient leur permettre de se faire une fille. En même temps, il y avait probablement des femmes capables de succomber à ce genre de magouilles donc ils seraient presque bêtes de ne pas essayer. Le problème c’est que la belle jeune femme du bar n’avait pas l’air d’une cruche prête à se laisser faire. Peut être même qu’il aurait dû la laisser s’en sortir seule mais en réalité, il en avait surtout marre d’entendre ce malotrus parler. Cela en était même arrivé à lui gâcher le plaisir de sa cigarette. C’était en tout cas l’excuse derrière laquelle il pouvait se cacher s’il voulait prétendre ne pas voler au secours des demoiselles en détresse. Ce n’était pas franchement son genre de jouer aux gentils depuis qu’il avait quitté la ville il y a dix-sept ans. Il ne le faisait que lorsqu’il était dans l’armée et maintenant que c’était terminé c’était un peu comme s’il ne savait plus bien qui il était et comment il devait se comporter.

En fait, ce n’était pas non plus ce que la jeune femme lui balança après son intervention qui le rassura dans sa manière d’agir. En même temps, elle n’avait pas vraiment tort. Elle était plutôt claire et ferme avec eux mais ce ne fut que lorsqu’un homme s’en mêla qu’ils se décidèrent à partir. Bizarrement, cela fit apparaître sur son visage un léger sourire en coin. « Je dirai plutôt que c’est surtout de voir que même avec un quelque chose en plus dans le pantalon on est pas obligé d’être des cons qui les intimide… » il haussa les épaules comme si c’était une hypothèse plausible mais sans grande conviction. « Ou alors, juste en me voyant ils ont bien vu que j’en avais plus dans le pantalon qu’eux. » Son sourire revint furtivement sur son visage. Ce n’était pas vraiment son genre de plaisanter depuis la mort de son frère mais il y avait vraiment quelque chose de familier chez cette femme. Cet emportement momentané de la jeune femme laissa place à de la surprise par la suite. En l’entendant terminer sa phrase, cette fois son sourire laissa même apparaître ses dents. En fait, s’il n’avait pas fait nuit, peut être même qu’on aurait pu le voir un peu rougir parce qu’il avait presque l’impression qu’il se faisait passer pour un véritable gentleman. « Le raconte pas autour de toi, on pourrait me décerner le prix d’homme de l’année. » Il lui fit un clin d’œil – ce qui ne lui ressemblait pas non plus d’ailleurs. Il se contenta donc de l’oublier avant de la suivre à l’intérieur du bar pour lui offrir ce nouveau verre. Il prit un nouveau scotch pour accompagner son rhum et s’installa avec elle à la table qu’elle avait repéré. Jusqu’à présent il s’était contenté du comptoir mais il était vrai qu’à deux c’était tout de même plus pratique. Le pire c’est qu’il l’avait invité à boire un verre mais il ne savait même pas ce qu’il fallait qu’il dise ou non. La socialisation n’était plus vraiment son fort. « Non, normalement je fais comme eux donc t’as rien à craindre, ça montre bien que je veux pas te draguer…. » Encore que cela restait encore à voir puisqu’il se mit une nouvelle fois à sourire ce qui devait probablement trahir tout de même une certain inclination pour un potentiel flirt. « Et puis t’as pas l’air d’être du genre à aimer qu’on la prenne pour une demoiselle en détresse si on doit la draguer.. Après t’es difficile quand même, on peut pas être un prince charmant et on peut pas être un gros lourd non plus, tu nous facilites pas la vie. » Il allait probablement se retrouver avec une crampe à force de sourire autant en si peu de temps. Il finit par se raviser et laisser un peu de répit à ses muscles faciaux. « Au fait, je me suis pas présenté, je m’appelle Alistair. » C’était vrai qu’ils n’avaient pas fait les présentations au milieu de tout ça. Il fallait bien qu’il lui donne son prénom, ou du moins celui qu’il utilisait maintenant puisque les rares survivants de la ville qui le connaissaient avant l’appelaient Robert. Ce ne fut qu’en partant à l’armée qu’il prit son deuxième prénom pour oublier au mieux son père qui lui avait transmis son nom.
PS : j’ai fait la précision du nom au cas où parce qu’elle le connaissait probablement pas sous son nom acutuel
(c) DΛNDELION

_________________
On avale à pleine gorgée le mensonge qui nous flatte et l'on boit goutte à goutte une vérité amère. ▵ endlesslove.
patience is bitter but its fruit is sweet ▵
Revenir en haut Aller en bas

avatar

membre qu'on adore
Voir le profil de l'utilisateur
LITTLE TALKS : 847
PSEUDO : pearlizz ou jess.
AVATAR : elizabeth olsen.
CREDITS : timeless. (avatar) &. excelsior (signature).
ÂGE : 34

MessageSujet: Re: A long time ago we used to be friend (Ruth)    Lun 9 Juil - 18:28


a long time ago we used to be friend
Ruth & Alistair

« It's weird when you realize the person you once told everything to now has no idea of what's happening in your life. »
Elle était venue pour profiter d’un verre en toute tranquillité et voilà qu’elle se retrouvait bloquée par une bande d’imbéciles qui ne semblaient pas réellement d’avis à la laisser tranquille. Il avait fallu l’intervention d’une tierce personne pour qu’ils se décident à décamper. Un simple merci aurait suffi, mais la fierté quelque peu déplacée de Ruth l’avait poussée à balancer une remarque sexiste. Elle ne put s’empêcher de rouler des yeux lorsque le nouvel arrivant émit l’hypothèse qu’ils aient pu comprendre que le fait d’être un mâle ne leur donnait pas forcément le droit d’agir comme des idiots puis pouffa finalement suite au complément d’informations qu’elle reçut. « Les hommes et leur incroyable faculté à décerner le pouvoir à celui qui fait pipi le plus loin… Je ne sais pas si je dois être amusée ou exaspérée. » Le sourire qu’elle affichait qu’elle avait tendance à être plutôt amusée. Cela dit, l’exaspération n’était pas bien loin non plus, mais elle n’eut pas vraiment l’occasion de s’étendre sur le sujet que le jeune homme face à elle lui proposait de lui offrir un verre. A nouveau, elle ne put retenir un léger rire avant de sceller symboliquement ses lèvres en y passant les doigts devant. « Motus et bouche cousue, je garde ça pour moi. » Un haussement d’épaules et un sourire plus tard, Ruth entra à nouveau dans l’établissement et trouva rapidement une table où s’installer. On ne pouvait pas vraiment dire que la jeune femme avait ses habitudes au Garnet. Pendant un moment, lorsqu’elle avait décidé de s’installer en ville, il n’était pas rare de la voir dans le coin, assise au comptoir ou à une table en retrait si elle avait besoin de calme. Puis elle avait ensuite tenté de se reprendre un peu en main, limiter la consommation d’alcool qui ne lui servait à rien, si ce n’est qu’à fermer les yeux plus rapidement en rentrant chez elle. Le barman vint prendre leur commande puis une fois qu’il fut retourné derrière son bar, la jeune femme se permit une nouvelle remarque sur l’attitude chevaleresque de son sauveur. Et à nouveau, un éclat de rire lui échappa. « Me voilà rassurée, merci beaucoup. » assura-t-elle dans un clin d’œil et main au coeur, feignant le soulagement, avant que le jeune homme ne reprenne en dressant un portrait plutôt fidèle de ce qu’elle pouvait être. « Je ne suis juste pas une fille facile, c’est tout. » Une pointe d’amusement perça dans le son de sa voix et elle en fut la première surprise. Voilà bien longtemps qu’elle ne s’était pas laissé aller à plaisanter et discuter avec un parfait inconnu. Et ça n’était pas si désagréable que cela. « Ou alors… peut-être que je ne suis tout simplement pas intéressée par les grands bruns ténébreux, qu’importe la tentative d’approche et que je préfère les partenaires disons… plus féminines et à la poitrine plus développée ? » Un sourire amusé se posa au coin des lèvres de la jeune femme tandis qu’elle arquait un sourcil, affichant presque ainsi un air de défi. Après tout, même si ça n’était clairement pas le cas pour elle, pourquoi faudrait-il tout de suite mettre cette éventualité de côté ? Cela dit, elle attendait avec curiosité la réaction du jeune homme. Ils furent néanmoins interrompus par le serveur qui revint avec leurs boissons. Ruth prit possession de son verre pour y verra vaguement danser les glaçons jusqu’à ce que le sauveur de ces dames – Alistair, puisqu’il venait de le dire – ne fasse les présentations. « Ruth. Enchantée. » répondit-elle dans un nouveau sourire tout en levant son verre, bien inconsciente du fait qu’elle connaissait peut-être un peu plus le jeune homme qui se trouvait face à elle que ce qu’elle ne le croyait. Comment aurait-elle pu s’en douter après tout ? Sans un mot de plus, elle trempa les lèvres dans son verre pour en boire une première gorgée. Elle se délecta de la brûlure particulière le long de sa gorge puis reporta son attention sur le grand brun. « Et sinon, tu es du coin ou juste de passage en ville ? » La moindre des politesses selon elle était de faire la conversation. Certes, elle était loin d’être une experte dans ce domaine, mais il aurait été plutôt malvenu de sa part de rester plantée là en se murant dans un silence soutenu.
(c) DΛNDELION

_________________
can't pretend
☾ ☾ ☾ There you are. In a darkened room. And you're all alone, looking out the window. Your heart is cold and lost the will to love. Like a broken arrow. Nobody wants to be lonely. Nobody wants to cry.

:hert::
 
Revenir en haut Aller en bas

avatar

membre qu'on adore
Voir le profil de l'utilisateur
LITTLE TALKS : 320
PSEUDO : FAR AWAY
AVATAR : Toby Kebbell
CREDITS : odistole
ÂGE : 35

MessageSujet: Re: A long time ago we used to be friend (Ruth)    Lun 9 Juil - 21:46


a long time ago we used to be friend
Ruth & Alistair

« It's weird when you realize the person you once told everything to now has no idea of what's happening in your life. »
Il y avait une sorte d’habitude chez les gens à se permettre de dire que l’armée avait la fâcheuse tendance à changer un homme. La vision de scènes traumatisantes, l’obligation de faire parfois des choses contre nature… il y avait probablement de quoi ne pas revenir exactement comme avant mais pour Alistair, là n’était pas le problème. Il avait déjà laissé la personne qu’il était avant de partir à l’armée. Peut être bien qu’il avait enterré son ancienne personnalité en même temps que l’on enterrait son frère. Pour lui, l’armée avait été les plus belles années de sa vie. Tout n’avait pas été toujours facile au départ bien sûr mais il avait fini par s’habituer à l’ambiance et il s’était rendu compte que même s’il avait perdu son frère c’était un peu comme s’il avait réussi à avoir la famille qu’il avait toujours désiré. Les Fairchild n’avaient jamais eu l’image d’une famille parfaite et aimante. En fait, Alistair et son frère étaient très proches mais ce n’était pas le cas avec toute la famille. Son frère était toujours l’incarnation de la perfection aux yeux de son père et de sa mère alors forcément Alistair, le petit rigolo de la classe, pas forcément impliqué à l’école essuyait de gros revers avec ses parents. A l’armée, tout le monde se fichait de son passé, de ce qu’il avait pu faire ou bien de ce qu’il cachait au fond de lui. Ils étaient ici pour servir un pays donc ils se serraient les coudes et étaient respectueux des uns et des autres.

C’était aussi pour cela qu’il n’aimait pas voir des hommes se comporter ainsi avec la jeune femme. C’était pour que tout le monde se sente en sécurité dans leur pays qu’il avait continué à évoluer dans l’armée alors ce n’était pas pour que des connards se permettent d’emmerder de jolies filles. Après tout, on dit bien qu’il faut protéger le pays que les menaces viennent de l’extérieur ou de l’intérieur. Alors oui, s’il ne voulait pas passer pour un prince charmant, il n’avait qu’à dire que cela venait simplement d’une déformation professionnelle. De toutes façons, il n’eut pas vraiment le temps d’épiloguer longtemps sur cette pensée étant donné qu’elle se mit elle-même à divaguer sur la façon de fonctionner des hommes. Cela ne put que le faire sourire à son tour parce qu’il ne pouvait qu’être d’accord avec elle. Les hommes étaient loin d’être logique par moment étant donné que de simples futilités pouvaient leur permettre d’élire des leaders. Il n’y avait qu’à voir celui qu’ils avaient mis à la tête de leur pays d’ailleurs. Il finit par la suivre à l’intérieur du bar où ils reprirent leur conversation une fois qu’ils furent installés à leur place. « Mais de rien. » Se contenta-t-il de répondre comme s’il avait dit toute la vérité. Le fait est qu’il y avait de fortes chances pour qu’il se soit retourné sur elle s’il l’avait vu entrer dans le bar avant. Il n’aurait pas su dire s’il aurait eu la motivation de l’accoster mais cela ne l’aurait pas dérangé. On va dire que finalement le destin faisait parfois bien les choses. « C’est pour ça que je vais pas te draguer. Y a que les filles faciles qui m’intéressent. » le coin de sa lèvre s’étira légèrement laissant comprendre que cette réflexion l’amusait encore une fois mais il fut surtout légèrement désarçonné en entendant la réplique de la jeune femme. Il haussa les sourcils, surtout parce qu’il ne s’attendait pas à une telle répartie. « Ce serait ton droit et sûrement beaucoup de femmes à la poitrine développée en seraient heureuse. » Il en fallait pour tous les goûts dans la nature donc il aurait très certainement pu être possible qu’elle ne soit pas intéressée. Cela aurait même pu expliquer qu’elle ait été autant exaspérée par l’attitude des mecs. « Après, tu as jamais vu le grand brun ténébreux torse nu, peut être qu’il a une poitrine développée aussi, on sait jamais. » Il se mit à rire légèrement avant de récupérer son verre pour avaler une nouvelle gorgée de scotch tandis que la dénommée Ruth en faisait de même après avoir trinqué avec lui. « De même. » répondit-il simplement alors que quelque chose semblait se mettre en place dans son esprit. Il avait toujours cette sensation étrange qu’il y avait quelque chose de familier chez elle, jusqu’à son prénom. Il prit une nouvelle gorgée pour le temps de la réflexion mais elle reprit la conversation. « Disons que je suis du coin… » il laissa un temps de pause avant d’ajouter de manière un peu énigmatique il devait l’avouer « Mais je suis probablement aussi de passage seulement. » Il n’avait pas encore décidé s’il resterait dans la ville ou pas alors il ne pouvait pas être catégorique. « Et toi ? » Il attendit d’en savoir un peu plus sur elle mais pendant ce temps, il n’arrêtait pas de cogiter sur le fait qu’il avait probablement dû déjà voir la jeune femme. Le problème c’est qu’il ne voulait pas arriver de but en blanc en disant ‘’hé c’est toi que j’ai connu quand j’étais encore pré-pubère ?’’ Non ce n’était pas son genre, il lui fallait plus de subtilité et de retenue. « J’ai connu une Ruth il y a longtemps, elle venait passer les vacances et quelques semaines de temps en temps. » Il y avait peut être plus délicat comme approche mais il faisait un peu du mieux qu’il pouvait étant donné qu’il n’était pas un spécialiste dans les relations humaines depuis la mort de son frère.

(c) DΛNDELION

_________________
On avale à pleine gorgée le mensonge qui nous flatte et l'on boit goutte à goutte une vérité amère. ▵ endlesslove.
patience is bitter but its fruit is sweet ▵
Revenir en haut Aller en bas

avatar

membre qu'on adore
Voir le profil de l'utilisateur
LITTLE TALKS : 847
PSEUDO : pearlizz ou jess.
AVATAR : elizabeth olsen.
CREDITS : timeless. (avatar) &. excelsior (signature).
ÂGE : 34

MessageSujet: Re: A long time ago we used to be friend (Ruth)    Dim 22 Juil - 1:40


a long time ago we used to be friend
Ruth & Alistair

« It's weird when you realize the person you once told everything to now has no idea of what's happening in your life. »
L’idée d’un dernier verre en toute tranquillité avait été mise de côté dès l’instant où le jeune homme lui avait proposé de lui offrir un verre. Ruth n’avait pas la moindre idée de ce à quoi tout ça pouvait rimer et dans le fond, elle n’avait pas spécialement à côté de se poser un torrent de question. Tout ce qu’elle voyait c’était le verre à l’œil et le fait que le type en question ne devait pas être un mauvais bougre en soit puisqu’il l’avait débarrassée de types lourds. Peut-être était-ce une technique comme une autre pour tenter d’appâter les filles… Peut-être. Peut-être pas… Encore une fois, elle n’en savait rien, mais il y avait quelque chose qui se dégageait du jeune homme… quelque chose de rassurant peut-être. Oui, rassurant… Il n’y avait que ça pour expliquer le fait que la jeune femme puisse se mettre ainsi à plaisanter en toute légèreté là où elle avait plutôt l’habitude de rester dans son coin en s’assurant d’avoir la mine assez renfrognée pour que personne ne chercher à l’approcher. Un léger rire échappa à nouveau à Ruth lorsque le jeune homme assura une fois de plus qu’il ne tentait pas de la draguer puisqu’il avait une préférence pour les filles faciles. « Dans ce cas, tu devrais peut-être aller jeter un coup d’œil dans ce coin. » souffla-t-elle, sourire en coin, tout en désignant une table un peu plus loin derrière le jeune homme. « Sans jugement aucun, elles devraient probablement t’intéresser. » Assises à la table, trois demoiselles qu’elle ne connaissait ni d’Eve, ni d’Adam, mais qu’il n’était pas bien difficile à déchiffrer. Tenue courte ou décolleté plongeant – assez classe pour ne pas combiner les deux malgré tout – des talons vertigineux, des cocktails devant elle et le regard qui ne cesse de balayer la salle ou de se tourner vers l’entrée dès qu’un nouvel arrivant se pointe. Le genre de fille qui n’attend qu’une chose ; ne pas se retrouver dans un lit seule pour la nuit. Exaspérant. Cela dit, Ruth ne put s’empêcher une nouvelle plaisanterie concernant ses préférences en terme de compagnie. Le but n’était pas de tenter de remettre à sa place le jeune homme ou de lui faire comprendre de façon détournée qu’il ne l’intéressait pas. Elle avait juste envie de s’amuser un peu et surtout… elle était curieuse de voir sa réaction. Réaction qui ne tarda pas et qui réhaussa les lèvres de la blonde en un nouveau sourire dans un premier temps alors qu’il flattait un peu plus son égo, jusqu’à ce qu’elle ne se laisse aller à un éclat de rire tandis qu’il soulignait le fait qu’elle n’ait jamais vu le grand brun ténébreux torse-nu. « C’est pas faux. Pour la peine, je serai plutôt curieuse de voir ça. » Le regard en coin et cet imperceptible sourire qui réhausse doucement ses lèvres. Ce jeu de séduction auquel elle n’avait plus jouer depuis bien longtemps. Un jeu dont elle ne connaissait probablement même plus les règles. Et pourtant, elle semblait vouloir s’y adonner sans réelle retenue. Probablement parce qu’elle n’en n’était pas à son premier verre, que l’estime qu’elle pouvait avoir d’elle était loin d’être à son apogée ces derniers temps… Et puis Alistair – puisqu’il venait de se présenter en tant que tel – n’était pas de mauvaise compagnie. Son regard lui était presque familier et Ruth avait comme cette sensation de pouvoir être en confiance à ses côtés – sans pour autant pouvoir se l’expliquer.

Après une gorgée de son verre, elle lui demanda s’il était du coin. La réponse fut aussi précise qu’énigmatique et Ruth ne put empêcher un nouveau sourire au coin de ses lèvres avant de baisser le regard vers son verre dans lequel elle fit brièvement danser le liquide ambré. « J’étais de passage… Et je crois qu’on peut dire que je suis du coin maintenant. » répondit-elle tout en relevant la tête. Elle avait été de passage, pendant longtemps, à passer quelques jours de vacances dans cette petite ville du Vermont. Et puis il avait fallu que Hannah disparaisse. Ruth s’était installée ici sans pour autant réellement savoir ce qu’il adviendrait de tout cela. Voilà près de deux ans qu’elle s’était installée dans le studio qu’elle avait finalement acquis. On peut considérer ça comme étant du coin, non ? Qu’importe. La jeune femme porta son verre à ses lèvres pour un boire une gorgée lorsque le grand brun reprit la parole. Cette impression de familiarité pourrait ne pas sortir totalement de nulle part ? Pour la peine, Ruth fut quelque peu décontenancée… L’allure du jeune homme ne lui était pas totalement inconnue, mais pour autant, le prénom d’Alistair ne lui disait strictement rien. « Et il y a une chance sur combien pour que je sois cette fille que tu as connu ? » demanda-t-elle tout en se redressant sur son siège en en venant s’accouder à la petite table de bar. « Parce que je n’ai pas mauvaise mémoire et pour autant ton nom ne me dit rien… A moins que tu m’aies donné un nom bidon, comme tu pourrais le faire pour toutes les filles que tu pourrais accoster dans un bar... au cas où elles finiraient par tomber follement amoureuse de toi et éviter qu'elles ne te retrouvent d'une quelconque manière. » Un semblant de sourire passa sur les lèvres de la blonde avant qu’elle ne hausse un sourcil, comme si elle mettait au défi le jeune homme de lui confirmait qu’il lui avait bel et bien donné un nom bidon.
(c) DΛNDELION

_________________
can't pretend
☾ ☾ ☾ There you are. In a darkened room. And you're all alone, looking out the window. Your heart is cold and lost the will to love. Like a broken arrow. Nobody wants to be lonely. Nobody wants to cry.

:hert::
 
Revenir en haut Aller en bas

avatar

membre qu'on adore
Voir le profil de l'utilisateur
LITTLE TALKS : 320
PSEUDO : FAR AWAY
AVATAR : Toby Kebbell
CREDITS : odistole
ÂGE : 35

MessageSujet: Re: A long time ago we used to be friend (Ruth)    Lun 23 Juil - 1:44


a long time ago we used to be friend
Ruth & Alistair

« It's weird when you realize the person you once told everything to now has no idea of what's happening in your life. »
La soirée n’avait rien de bien attrayant au départ. C’était un peu une soirée comme toutes les autres depuis qu’il était rentré en ville. Il n’avait pas trouvé de meilleures activités que de venir s’enivrer un peu chaque soir. Il avait toujours du mal à supporter le fait qu’il soit responsable une nouvelle fois de la mort d’une personne. Il n’était pas forcément du genre à noyer ses problèmes dans l’alcool, surtout qu’en étant pilote dans l’armée, il ne pouvait pas vraiment se le permettre mais depuis le retour à la vie civile, il ne voyait pas vraiment d’autres choses à faire. Il était passé voir comment se portait la famille de son collègue, il ne voyait pas ses parents, il lui restait très peu d’amis étant donné qu’il ne leur avait jamais donné de nouvelles alors à quoi bon faire autre chose. Pourtant, si la soirée avait commencé exactement comme les autres, la présence de la jeune femme risquait de tout changer. Certes, elle ne s’était pas invitée dans sa vie par elle-même mais elle était, pour l’instant en tout cas, une très bonne compagnie. Il devait avouer qu’il n’avait plus pour habitude de rire car il prenait trop les choses au sérieux mais ce soir il avait envie de se laisser aller.

Lorsqu’elle lui parla d’un endroit précis où il devrait regarder, il se retourna sans la moindre discrétion. Bien sûr il y en eut une qui le remarqua et qui transmit l’information à tout le reste du troupeau qui se mit à regarder vers lui tout en gloussant légèrement. Il se demanda en premier lieu l’âge qu’elle pouvait avoir. Il se demanda ensuite si c’était lui qui était trop vieux ou elles qui étaient trop jeunes. « C’est malin, elles regardent par ici maintenant. » dit-il un peu bougon en s’engueulant plus lui de s’être retourné qu’elle de lui avoir fait part de cette information. « Tu as raison, c’est plus mon genre mais bon tant pis, j’ai promis de t’offrir un verre, je suis bloqué avec toi. » Il prit une mine déconfite en essayant de lui donner un air convaincant. Pourtant, après un nouveau coup d’œil à la table des jeunes femmes, il ne put que se rendre compte qu’elles étaient encore en train de le dévisager. Ce n’est pas qu’il n’aimait pas ça ou qu’il y portait un réel intérêt mais il n’avait pas envie que cela vienne affecter le moment avec la jeune femme. Si pour le moment, ils étaient en train d’en rire, on pouvait vite déchanter avec ce genre de filles. Il déplaça légèrement sa chaise pour venir se rapprocher un peu de la jolie blonde et lui prit la main sur la table tout en souriant avant de poser ses lèvres sur la peau au niveau de l’une de ses phalanges tout en la regardant comme si l’était l’homme le plus amoureux du monde. « Désolé, mais si j’avais pas fait ça, elles auraient fini par venir nous voir. » dit-elle en parlant des jeunes femmes sans pour autant lui lâcher la main alors qu’elle parlait du fait qu’elle pouvait tout aussi bien être attirée par les femmes. Il aurait pu y croire pendant un certain temps mais pas à partir du moment où elle se montra plus ou moins intéressée par le fait de voir ses abdos. Il fallait avouer que dix-sept années dans l’armée avaient fait qu’il se trouvait plutôt bien entretenu. Il se mit à sourire à la jeune femme ce qui devait lui donner vraiment un air amoureux puisqu’il ne lâchait toujours pas la main de la jeune femme. Il s’en rendit compte et décida d’en jouer un peu plus en caressant légèrement sa peau avec son pouce. « Merci de m’avoir rendu service en me laissant faire ça pour repousser les femmes de peu de vertues… tu pourras me demander un service aussi, mais évites de me faire me déshabiller dans le bar quand même. » dit-il en pensant au fait qu’elle se montrait curieuse de découvrir son corps.


Il finit toutefois par lâcher sa main parce qu’il ne voulait pas la gêner outre mesure, après tout, ils se connaissaient à peine. Enfin… c’est ce qu’il pensait jusqu’à présent. Il en apprenait un peu plus sur elle en tout cas mais s’il avait su qu’il la connaissait bien mieux qu’il ne le pensait, ils auraient peut être pu sauter certaines étapes. D’ailleurs, la question commençait à se poser puisqu’ils se demandaient s’il avait été possible qu’ils se soient connus à l’époque. « Je sais pas, faut dire que c’était il y a plus de dix-sept ans… tu as une sœur non ? » demanda-t-il sans savoir qu’il mettait un peu les pieds dans le plat. Il voulait simplement être sûr que ce soit bien elle. En fait, il aurait pu penser à autre chose probablement mais il se souvenait bien que ces sœurs dont l’une était un peu la coqueluche de ces jeunes hommes et des jeunes filles aussi d’ailleurs alors que la seconde était bien plus en retrait. C’était elle qui avait plu à Alistair à l’époque et apparemment cela n’avait pas changé avec les années. Il se mit à rire lorsqu’elle lui demanda s’il ne sortait pas des faux noms à tout bout de champ pour draguer les filles. « Serais-tu en train de te moquer de mon prénom ? Il est bion ? » Il fit une mine outrée tout à coup, comme si elle venait de lui donner un coup en plein cœur mais il se ressaisit très vite. « En fait quand je suis parti d’ici j’ai adopté mon deuxième prénom… a la base je m’appelle Robert… junior… finalement mon prénom actuel fait pas si bidon non ? » Il tenta de sourire mais ce ne fut pas très concluant étant donné qu’il ressentit une forme d’amertume en repensant au fait qu’elle avait le même prénom que ce père qui l’avait renié.

(c) DΛNDELION

_________________
On avale à pleine gorgée le mensonge qui nous flatte et l'on boit goutte à goutte une vérité amère. ▵ endlesslove.
patience is bitter but its fruit is sweet ▵
Revenir en haut Aller en bas

avatar

membre qu'on adore
Voir le profil de l'utilisateur
LITTLE TALKS : 847
PSEUDO : pearlizz ou jess.
AVATAR : elizabeth olsen.
CREDITS : timeless. (avatar) &. excelsior (signature).
ÂGE : 34

MessageSujet: Re: A long time ago we used to be friend (Ruth)    Mar 31 Juil - 1:48


a long time ago we used to be friend
Ruth & Alistair

« It's weird when you realize the person you once told everything to now has no idea of what's happening in your life. »
Ruth n’aurait pu expliquer ce qu’il lui arrivait ce soir, ou tout simplement ce qui la poussait à être aussi détendue en présence de ce jeune homme qu’elle ne connaissait vraisemblablement ni d’Eve, ni d’Adam. Elle n’avait jamais véritablement été du genre à jouer de ses charmes dans les bars, elle n’avait pas particulièrement l’âme séductrice – même si elle était loin d’être prude pour autant. Et pourtant, ce soir, elle semblait vouloir se lancer dans ce jeu de séduction qu’elle ne maitrisait pas réellement. Mais qu’importe… Que risquait-elle réellement ? Pour l’heure, plus grand-chose puisqu’ils étaient à nouveau à l’intérieur du bar, dans un lieu public où dans la mesure où elle ne serait pas capable de se défendre elle-même, il y aurait bien quelqu’un pour intervenir. Et quand bien même… pour une raison étrange, elle avait tendance à vouloir faire confiance à ce type qui lui faisait face. Ce quelque chose de familier… Enfin toujours est-il qu’elle n’avait aucun mal à plaisanter ce soir. Ce qu’elle fit en désignant une table par derrière le grand brun après qu’il ait annoncé qu’il avait tendance à préférer les filles faciles. « Parce que ça va être de ma faute ?! » reprit-elle, portant une main à sa poitrine tout en feignant d’être offusquée. On n’a pas idée d’être aussi peu discret dans ce genre de situation. Cela dit, elle était plus amusée que tout autre chose par cette situation et ça pouvait clairement se lire sur son visage même si elle tentait d’éviter de sourire largement. « Oh mais je t’en prie, ne te sens pas obligé de rester auprès de moi ! Va donc rejoindre ces charmantes demoiselles, je dirai simplement au barman de mettre ma prochaine consommation sur ton compte. » Cette fois, Ruth ne put réprimer un éclat de rire. Elle plaisantait bien entendu. Ou à moitié, qui sait. Elle aurait probablement été capable de faire un coup pareil s’il fallait que le jeune homme lui fausse compagnie. Elle s’en vexerait peut-être, mais de là à s’en lamenter… Tant qu’elle finissait avec un verre rempli dans les mains et qu’elle ne l’aurait pas payé, le contrat était rempli. Cependant, elle n’eut pas plus l’occasion que ça de se pencher sur la question que le jeune homme avait approché sa chaise de la sienne. Fronçant d’abord les sourcils, parce qu’elle ne comprenait pas ce qu’il était en train de se passer, elle dut finalement se pincer les lèvres pour s’éviter d’éclater de rire alors que le grand brun lui attrapait la main pour y déposer délicatement les lèvres. Elle ne put cependant se retenir bien plus longtemps alors qu’il posait un regard amoureux sur elle. « C’est qu’on pourrait presque y croire, respect ! » Autant en rire que de s’en formaliser n’est-ce pas ? D’autant plus qu’elle laissait à présent entendre qu’elle pouvait parfaitement être plus intéressée par les femmes que les hommes. Certains en seraient rester là, Ruth en aurait mis sa main à couper, mais au lieu de cela, sa main se trouvait toujours dans celle du jeune homme. La situation en était presque gênante, mais tout cela faisait partie du jeu, pas vrai ? Une fois de plus, ça n’engageait à rien, ça ne voulait rien dire de plus. Et pas prête à laisser apparaître la moindre faille, la blonde préféra se cacher derrière un nouvel élan d’humour. « Oh crois-moi, tout ça te coûtera bien plus cher qu’un éventuel strip-tease en public. » commença-t-elle tout en se penchant dangereusement vers le grand brun. Leurs visages étaient à présent anormalement proches lorsqu’elle continua, le regard planté dans le sien. « Après tout, c’est moi que tu fais passer pour une femme de peu de vertu maintenant… Il faut juste que je réfléchisse pour trouver la compensation qu’il se doit. » Un sourire narquois se dessina cette fois sur les lèvres de la jeune femme qui se redressa, presque fière d’elle. Toujours est-il qu’il fallait qu’elle trouve à présent une compensation pour toute cette petite comédie.

Ruth récupéra néanmoins sa main et elle jeta un dernier coup d’œil en direction du grand brun avant que les présentations ne se fassent finalement. Il était peut-être temps d’ailleurs. C’est ainsi qu’Alistair fit savoir qu’il avait connu une Ruth à l’époque, une fille qui venait passer les vacances dans le coin. La coïncidence était bien trop énorme pour que ça en soit réellement une. Il aurait été plutôt coquasse qu’une autre Ruth se balade à Redwood Hills en même temps qu’elle et dans les même conditions. Face à l’éventualité qu’ils aient pu déjà s’être rencontrer par le passé, un nouveau sourire prit place sur le visage de la blonde, mais elle le perdit rapidement alors que le jeune homme évoqua indirectement Hannah. « Avais… mais effectivement. » souffla-t-elle, tentant de chasser sa sœur jumelle de son esprit. L’idée première en entrant dans ce bar avait été d’oublier Hannah pour la soirée, la laisser derrière elle ainsi que tout ce que cela pouvait impliquer aujourd’hui. Ruth tenta de se reprendre en faisant savoir que le prénom du jeune homme ne lui disait rien, malgré son excellente mémoire et la quasi-certitude qu’ils s’étaient croisés dans le passé. Elle tenta une plaisanterie, même si l’humeur était bien moins à l’humour à présent. Il fallait qu’elle se reprenne et qu’elle laisse les fantômes là où ils devaient être pour le moment. Si la soirée aurait pu mal tourner, elle passait un bon moment en bonne compagnie jusqu’à présent, elle n’avait pas envie de gâcher tout cela. Et finalement, elle obtint les quelques informations supplémentaires. Alistair n’était pas un nom bidon donné aux filles de passage, juste sa nouvelle identité. Les connexions se firent et une nouvelle lueur se mit à briller dans le regard de la jeune femme. Se détendant quelque peu, elle s’accouda même à la table face à elle, appuyant son menton sur sa main. « Alistair, ça sonne mieux. » affirma-t-elle dans un mince sourire tandis que le jeune homme lui demandait si son nouveau prénom sonnait si bidon que ça. Voilà donc pourquoi elle lui trouvait une allure familière alors qu’elle n’avait pas l’impression de l’avoir déjà croiser par le passé. Seulement tout cela remontait à bien longtemps. Si longtemps que Ruth avait l’impression qu’il faisait partie d’une autre vie. Une époque où les choses étaient plus faciles, où il n’était pas question de secte ou de noyade. Une époque où il n’y avait que des ados qui appréciaient de passer du temps ensemble le temps de quelques semaines de vacances. « Qui l’aurait cru… » souffla-t-elle finalement, nostalgique, tout en revenant s’appuyer sur le dossier de son siège, mais sans pour autant quitter le grand brun du regard. C’était à la fois troublant et réconfortant, sans qu’elle ne puisse réellement expliquer pourquoi. Peut-être parce que le Bobby de l’époque s’était en premier lieu tourner vers elle plutôt que vers sa sœur là où tout le monde avait l’habitude d’aller vers Hannah. Un tel rayon de soleil… « Et donc… qu’est-ce que j’ai raté ? » Un  nouveau sourire naquit au coin des lèvres de Ruth. Cette question, elle lui avait posé un bon nombre de fois. A chaque fois qu’ils se retrouvaient lorsque la famille Whitaker venaient passer quelques jours à Redwood Hills, jusqu’au jour où elle était allée sonner chez les Fairchild et où on lui avait dit que Bobby ne vivait plus là. Une question qui fit resurgir un tas de souvenirs. C'était sa façon à elle de lui demander ce qu'il était devenu durant tout ce temps.
(c) DΛNDELION

_________________
can't pretend
☾ ☾ ☾ There you are. In a darkened room. And you're all alone, looking out the window. Your heart is cold and lost the will to love. Like a broken arrow. Nobody wants to be lonely. Nobody wants to cry.

:hert::
 
Revenir en haut Aller en bas

avatar

membre qu'on adore
Voir le profil de l'utilisateur
LITTLE TALKS : 320
PSEUDO : FAR AWAY
AVATAR : Toby Kebbell
CREDITS : odistole
ÂGE : 35

MessageSujet: Re: A long time ago we used to be friend (Ruth)    Dim 19 Aoû - 1:49


a long time ago we used to be friend
Ruth & Alistair

« It's weird when you realize the person you once told everything to now has no idea of what's happening in your life. »
Alistair n’avait pas eu envie de s’amuser depuis bien longtemps. Il était tout le temps sérieux depuis la mort de son frère et l’armée n’avait pas vraiment arrangé ça. Il faut dire qu’il avait tout fait pour être irréprochable, ce qu’il n’avait pas réussi à faire lorsqu’il était plus jeune et ce qui avait causé la perte de son frère. Il avait d’ailleurs rapidement eu des responsabilités dans l’armée et cela n’avait fait qu’exacerber son côté sérieux. Il s’était tenu à l’écart de toutes distractions pendant des années mais ce soir ce n’était plus le cas. Ruth lui donnait envie de se dérider. Elle le mettait en confiance sans qu’il ne puisse vraiment l’expliquer. Il se mit d’ailleurs à sourire en la voyant jouer l’innocente face à sa réflexion. « C’est toi qui me les as montrées donc oui, c’est ta faute. » Il y allait fort au niveau de la mauvaise foi, il pouvait l’avouer sans trop de mal mais c’était bien plus drôle d’en rajouter des caisses. « Ha ouais, je te propose de t’offrir un verre et toi tu veux profiter de moi ? Non, non, je vais rester avec toi et contrôler ce que tu bois. On verra après pour le paiement des verres en plus ne t’en fais pas. » Il fit un clin d’œil plein de sous entendus mais à ce moment de la soirée, ils n’en étaient plus à ça près étant donné qu’il venait de se rapprocher d’elle pour poser ses lèvres sur sa peau comme un couple particulièrement complice. « Quoi ? tu n’y crois pas vraiment ? mince, moi qui voulais que tu penses que je me mettais enfin à te draguer… j’ai perdu la main à l’évidence. » Bien qu’il n’avait pas eu l’intention première de se mettre à lui faire du gringue, il ne savait pas ou pouvait les mener cette soirée. Le fait est, en revanche, qu’il n’était plus vraiment habitué à draguer quelqu’un. Il avait eu un bon quart d’heure de gloire lorsqu’il était au lycée mais tout cela s’était arrêté avec son entrée dans l’armée. Il n’avait que quelques relations sans lendemain pendant des permissions et une brève relation avec une des femmes sur le porte avion où il se trouvait. Cela n’avait pas vraiment fonctionné bien que la jeune femme soit merveilleuse. Il n’était simplement pas prêt à être en couple. Il n’arrivait pas à se supporter lui-même alors il ne pouvait pas concevoir que quelqu’un puisse l’aimer. En revanche, concevoir que quelqu’un puisse être attiré par lui, ça, il n’avait pas trop de problème. L’armée lui avait permis de se maintenir dans une forme olympienne et beaucoup de femmes s’arrêtaient à son physique. Il ne pensait pas que la jeune femme était de cet acabit mais cela le fit rire de les entendre se mettre à parler de strip tease. Pendant quelques secondes, il sentit le sang battre au niveau de ses tempes alors que son regard bifurquait vers les lèvres de la jeune femme lorsqu’elle se rapprocha de lui. Les siennes s’étirèrent à son tour en l’entendant continuer sur sa lancée. « Femme de peu de vertu ? oh non, je te fais passer pour la femme dont je suis incapable de détourner mon regard… c’est bien plus flatteur je trouve. » Elle se recula, affichant un air fier sur son visage ce qui la rendit particulièrement attirante aux yeux de l’ancien militaire. Il aimait bien les femmes sûres d’elle et qui assumaient leurs paroles. « Mais maintenant je suis curieux de connaître le genre de compensation que tu pourrais me demander. » probablement qu’elle le lui aurait déjà dit si elle le savait mais il aimait bien chercher à la pousser dans ses retranchements.

Bien que ce petit jeu l’amusait et lui rappelait de bons souvenirs de sa jeunesse, il se devait de redevenir un peu sérieux étant donné qu’il avait l’impression de la connaître depuis très longtemps. Il savait qu’il pouvait facilement passer pour un fou si ce n’était pas la Ruth qu’il avait connu mais il était quasiment sûr de lui. Toutefois, il ne s’attendait pas à ce que sa sœur ait aussi disparue. Cela leur faisait au moins un point commun et il comprenait un peu le changement de timbre dans sa voix. « Désolée… je sais ce que c’est… » Tout le monde ne pouvait pas comprendre ce que l’on ressentait. Certains ne savait pas comment réagir et se montrait un peu trop gêné, ne sachant plus quoi dire. D’autres essayaient d’avoir des détails mais par moment, il fallait simplement se montrer compatissant sans chercher à remettre l’interlocuteur dans cette position de revivre cette époque. Il ne s’attarda donc pas sur cette nouvelle et lui apprit enfin son véritable prénom pour qu’elle se rende compte de qui il était. Ils s’étaient effectivement connus lorsqu’ils étaient plus jeunes et cela lui faisait plaisir de la retrouver. Il aurait pu se trouver un peu gêné de s’être mis à la draguer pendant cette soirée mais il avait toujours apprécié la jeune femme et les années lui allaient particulièrement bien. Elle était devenue une jeune femme magnifique et ils étaient deux adultes qui pouvaient décider de ce qu’il se passait dans leur vie. « Je suis d’accord, en plus ça rime à rien d’appeler son fils comme le père. A croire que Robert est un prénom en voie d’extinction tu sais… » Non pas que ce prénom ne lui plaisait pas vraiment mais c’était plutôt le fait d’être assimilé à son père qui ne lui plaisait pas. Le fait est qu’il ne voulait plus être lié à ce père qui l’avait totalement renié et qui ne voulait plus entendre parler de lui. Le soir où son frère était mort, il avait perdu ses deux fils. C’était exactement ce qu’il avait dit à Alistair et c’est à ce moment là qu’il avait décidé de s’engager. Il se mit à sourire en l’entendait dire ‘’qui l’aurait cru’’. C’est sûr que lui n’aurait pas parié là-dessus. La jeune femme n’habitait pas sur place à l’époque et lui ne pensait jamais revenir et pourtant ils étaient là, comme si le destin les avait ramené l’un vers l’autre. Cette vieille manière de lui demander des nouvelles lui donnant encore plus cette impression. « Pas grand-chose, dix-sept ans dans l’armée et me voilà de retour par ici… à croire que Redwood Hills nous rappelle toujours à elle. » Il y avait presque un peu de désarroi dans sa voix en disant cela parce qu’il n’était pas encore sûr d’avoir envie d’être ici. Il ne s’étala pas outre mesure sur son départ pour ne pas l’inonder de détails qu’elle ne voulait peut être pas mais avec Ruth il serait prêt à dire la vérité si elle le voulait. Il n’’avait juste pas envie de plomber l’ambiance avec ses histoires. « Et toi, comment ça se fait que tu vis ici maintenant ? Tu m’attendais peut être ? » Il termina sa phrase sur une touche d’humour pour éviter qu’ils ne se lancent dans des conversations trop pesantes mais il savait aussi comment se montrer sérieux si la situation le lui demandait.

(c) DΛNDELION

_________________
On avale à pleine gorgée le mensonge qui nous flatte et l'on boit goutte à goutte une vérité amère. ▵ endlesslove.
patience is bitter but its fruit is sweet ▵
Revenir en haut Aller en bas

avatar

membre qu'on adore
Voir le profil de l'utilisateur
LITTLE TALKS : 847
PSEUDO : pearlizz ou jess.
AVATAR : elizabeth olsen.
CREDITS : timeless. (avatar) &. excelsior (signature).
ÂGE : 34

MessageSujet: Re: A long time ago we used to be friend (Ruth)    Dim 23 Sep - 11:42


a long time ago we used to be friend
Ruth & Alistair

« It's weird when you realize the person you once told everything to now has no idea of what's happening in your life. »
Un éclat de rire franc passa les lèvres de Ruth lorsque le jeune homme face à elle laissa croire que c’était effectivement de sa faute à elle si les trois jeunes femmes attablées derrière eux regardaient à présent dans leur direction. « Elle est bonne celle-là ! T’es plutôt haut gradé au Royaume de la Mauvaise Foi toi, je me trompe ? » La jeune femme secoua légèrement la tête, riant encore de bon cœur lorsqu’Alistair enchaîna malgré tout en affirmant que ces demoiselles étaient effectivement plus de son genre, mais qu’il était à présent bloqué avec elle. « Profiter de toi ?! Non, juste de ton portefeuille… Je ne vois pas ce que je pourrais espérer de plus de ta part. » Puisqu’elle n’était pas son genre de fille, n’est-ce pas ? Un sourire malicieux se posa au coin des lèvres de la blonde, réponse au clin d’œil qu’il venait de lui lancer. Ils s’engageaient sur une pente glissante à jouer à ce jeu et Ruth en avait parfaitement conscience, mais était-ce une si mauvaise chose ? Peut-être… peut-être pas. Elle n’avait ni envie de réfléchir, ni envie de se prendre la tête. Elle passait actuellement un bon moment et il s’agissait bien là de tout ce qui importait. Jusqu’à ce que le jeune homme ne lui attrape la main et commence à jouer les amoureux transi. Rire de la situation fut le premier réflexe de la blonde. Que faire d’autre ? Et elle en rajouta même une couche. « Ah non, mais de l’extérieur, je suis sûre qu’on n’y voit que du feu, vraiment… Cela dit, il se pourrait que tu aies perdu la main, effectivement… » Ou pas, puisque ça aurait été mentir que de dire qu’elle n’était pas sous le charme du grand brun. Mais prétendre le contraire était bien plus amusant. Ce faux jeu de séduction était grisant et s’il n’était clairement pas dans les habitudes de Ruth d’agir ainsi, il fallait avouer que tout cela lui plaisait un peu au fond. Si bien qu’elle se pencha dangereusement vers Alistair, jouant à son tour la provocation en lui soufflant quelques mots alors que leurs visages n’étaient qu’à quelques centimètres l’un de l’autre. Elle avait bien remarqué le coup d’œil qu’il avait porté à ses lèvres et il était inutile de préciser que la tension était palpable, mais elle fit abstraction de toute cela, continuant de jouer comme si de rien n’était. Être sûre d’elle, ne pas baisser les armes et surtout ne pas le laisser croire qu’il mène la danse. « Bien rattrapé. » lança-t-elle dans un nouveau sourire et en se redressant alors qu’il affirmait qu’il la faisait surtout passer pour la femme dont il ne pouvait détourner le regard. Et lorsqu’il laissa entendre qu’il était malgré tout curieux de connaître le prix qu’il aurait à payer, un nouveau sourire entendu se posa au coin des lèvres. « On verra ça au moment de l’addition, qu’est-ce que t’en dis ? » Pas peu fière de la référence qu’elle venait de faire à ce qu’avait dit le jeune homme un peu plus tôt, lorsqu’il sous-entendait qu’elle profitait de lui, Ruth arqua un sourcil, presque triomphante, se demandant ce qu’il répondrait à ça.

Mais en attendant, les présentations arrivèrent et il se trouva qu’ils découvrirent rapidement qu’ils se connaissaient déjà tous les deux. Ou en tout cas, tout portait à croire que le grand brun la connaissait puisqu’il aborda le fait qu’elle ait une sœur tandis que de son côté, Ruth ne parvenait pas à se souvenir d’un Alistair. La jeune femme ne put s’empêcher de se renfermer légèrement à l’évocation d’Hannah, l’atmosphère jusqu’ici plutôt légère et presque frivole était retombée comme un soufflet, mais le jeune homme ne sembla pas vouloir creuser un peu plus de ce côté, se contentant de s’excuser et Ruth lui en fut reconnaissante. Parler d’Hannah était compliqué. D’autant plus après ce qu’elle avait découvert lors de son voyage dans le Connecticut avec Edwin. Elle se contenta alors simplement de hocher la tête avant de plonger dans son verre de rhum pour en boire une longue gorgée. La mine basse, les connexions finirent par se faire et finalement, un maigre sourire retrouva les lèvres de la blonde lorsqu’Alistair lui indiqua qu’il se faisait appelé ainsi à présent, mais qu’à l’époque, elle le connaissait sous le nom de Robert. Bobby. Ce garçon avec qui elle avait passer la plupart de son temps lorsqu’elle venait à Redwood Hills avec sa famille. « C’est pas non plus comme si on croisait des Robert de moins de trente ans à tous les coins de rue non plus. » souligna-t-elle avec une pointe d’amusement dans la voix. Robert était clairement un nom commun, bien plus qu’Alistair, mais qu’importe, la question ne se trouvait pas là. Ils en avaient passer du temps ensemble et elle s’en voulait de ne pas l’avoir reconnu immédiatement… et en même temps, le temps avait fait son œuvre, n’était-ce pas là une bonne excuse ? Elle peinait quelque peu à réaliser, se retrouvant presque plongée une bonne dizaine d’année en arrière. Instinctivement, et maintenant qu’elle avait conscience de la personne qui se trouvait face à elle, elle lui demande des nouvelles. « L’armée, rien que ça ? Impressionnant… » souffla-t-elle dans un hochement de tête approbateur. Impressionnée, elle l’était réellement et elle estimait qu’il y avait de quoi l’être. Ca n’était pas rien de s’engager afin de servir le pays après tout. Puis finalement, c’est un léger éclat de rire qui lui échappa suite à la blague du jeune homme concernée son installation à elle dans le coin. « Démasquée. » grimaça-t-elle, amusée, avant de reprendre ; « J’avais besoin de changement et je pensais trouver des réponses dans le coin alors j’ai fini par m’installer. » Ruth haussa les épaules dans un geste presque désinvolte, comme si tout cela n’avait pas grande importance. Ca n’en n’avait pas. Pas pour le moment, elle n’avait pas envie d’entrer dans les détails ce soir alors que quelques minutes plus tôt, elle s’étonnait de la tournure que semblait vouloir prendre cette soirée. Elle voulait retrouver cette légèreté, les sujets sérieux, il ne serait probablement jamais trop tard pour y revenir.

Distraitement, Ruth fit danser son verre entre ses doigts, laissant son regard se perdre dans la danse qu’effectuait le liquide ambré avant de relever la tête et de croiser le regard d’une des filles installée à la table qu’elle avait désigné un peu plus tôt dans la soirée. Un nouveau sourire se posa alors au coin de ses lèvres. « Tu veux que je te dise ? Tout ton petit manège d’homme éperdument amoureux n’a strictement pas marché. » Amusée, elle trempa une fois de plus ses lèvres dans son verre avant de reprendre ; « Je suis prête à parier que si je me lève pour aller aux toilettes, cette chaise sera prise avant même que je n’ai eu l’occasion de pousser la porte. » Un éclair de défi passa dans le regard de la jeune femme. Est-ce qu’elle était réellement prête à tenter l’expérience ? C’était une évidence.
(c) DΛNDELION

_________________
can't pretend
☾ ☾ ☾ There you are. In a darkened room. And you're all alone, looking out the window. Your heart is cold and lost the will to love. Like a broken arrow. Nobody wants to be lonely. Nobody wants to cry.

:hert::
 
Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: A long time ago we used to be friend (Ruth)    

Revenir en haut Aller en bas
 

A long time ago we used to be friend (Ruth)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Brazava ♦ Long time no see...
» Scott ♦ a long time ago, we used to be friend
» long time no see. ➢ CRASHWOOD. {pv. crash}
» It's Been A Long Time [with Faith] (RP MIS EN PAUSE)
» MEGHAN ♔ Forever is an awfully long time

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
REDWOOD HILLS :: 
YOU'RE ENTERING REDWOOD HILLS
 :: Waterfall Avenue :: The Garnet
-
Sauter vers: