AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Merci de privilégier les nombreux scénarios, pré-liens et membres des familles lors de votre inscription !
N'hésitez pas à interpréter un membre de la secte !
Nous recherchons activement des parrains, n'hésitez pas
N'oubliez pas d'aller vous recenser

Partagez | 
 

 Until we break through | Colin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

membre qu'on adore
Voir le profil de l'utilisateur
LITTLE TALKS : 476
PSEUDO : Dezbaa
AVATAR : Amanda Seyfried
CREDITS : praimfaya (avatar), tumblr (gif), Dezbaa (signature)
ÂGE : 28

MessageSujet: Until we break through | Colin   Sam 21 Juil - 23:26




Until we break through
Dans son sillage, la mort laisse un frisson de vie. Un frisson qui galope sur tout le corps et vient chatouiller l'âme. Un frisson qui rappelle l'éphémère et l'incertain, la beauté et la rapidité. Demain, tout sera peut-être fini. Les possibilités du destin sont autant de raisons de ne pas poser sur l'existence un regard morose, mais de la percevoir comme une chance inouïe. Lou avait l'habitude de côtoyer la mort. C'était une vieille compagne, qu'elle rencontrait à l'occasion sur ses terrains d'intervention. Elle lui remémorait sans cesse que tout ne tient qu'à un fil. Cependant, la frôler comme elle l'avait fait... C'était déjà arrivé. Avec Caleb, son mari décédé. A l'époque, cela avait été un déclic. Puis, le premier engrenage d'un repli sur soi. Elle avait eu peur ; elle ne voulait plus avoir peur. Elle s'était cachée. Elle s'était bandé les yeux. Elle avait trouvé le confort de la surprotection et de l'isolement - quoi que cela ne lui ressemblât pas. Néanmoins, cette fois... cette fois, elle ne s'était réfugiée que quelques temps. Quelques temps d'apaisement. Ensuite, elle avait relevé la tête. Et elle avait décidé de ne plus avoir peur.

Elle pinça un mouchoir avec sa bouche pour bien fixer le rouge à lèvres. Ce soir, elle sortait. Pour célébrer la vie, pour s'amuser, pour profiter. Pour tirer la langue à la mort qui soufflait dans son cou. Elle était vivante. La blonde repoussa une mèche de cheveux derrière son oreille et se regarda dans le miroir. Maintenant, tout allait bien. Elle pouvait se voir sans se détester. Un picotement subsistait dans sa nuque, mais elle l'ignorait avec facilité. C'était fini. Son regard tomba sur la cicatrice qui marquait son épaule, là où la balle avait frappé. Cela aussi, c'était fini. Elle se sourit, presque confiante, puis s'écarta de la glace et fit volte-face pour sortir de la salle de bains. Cependant, dans son mouvement, elle se tapa la main contre un meuble. « Aïe ! » Elle serra ses doigts endoloris de son autre main, tout en se maudissant intérieurement. C'était impossible d'être aussi maladroite. Toujours à se cogner ou à faire tomber des objets, quand elle n'était ni haute ni bien épaisse. Bien loin de l'éléphant dans le magasin de porcelaine, et pourtant !

Après avoir vérifié que Mingan disposait bien d'eau pour le reste de la soirée, elle l'appela pour qu'il revînt dans la maison, ferma la porte-fenêtre, attrapa un sac à main, y fourra quelques affaires - papiers, bouteille d'eau, téléphone... -, et commença à fermer les volets. Lorsque la sonnette retentit, elle attrapa son sac au vol, enfila ses chaussures en avançant vers l'entrée, et sortit à toute vitesse. Près du portail, une amie l'attendait - les autres étaient dans la voiture. Ce soir, c'était virée entre filles. Elle ferma à clé et les rejoignit. Le véhicule s'élança vers Burlington. La dernière fois que Lou y avait été, c'était parce qu'elle s'était trouvée à l'hôpital. Après la prise d'otages... Cependant, elle était bien décidée à ne pas laisser ce souvenir gâcher sa soirée. Elles garèrent la voiture dans un parking, puis, le rire aux lèvres, se dirigèrent vers un bar que la blonde avait bien connu, des années auparavant. Ce soir avait de doux airs de nostalgie.

La musique sifflait un rythme connu. L'un des sons de l'été ; éphémère. La jeune femme jeta un rapide regard à la salle, un sourire accroché au visage. Les filles s'installèrent à une table, et chacune commanda un cocktail. Elles discutèrent, du temps, des vacances, des amis, des amants, des souvenirs, des rires. Au bout d'un moment, Lou se leva pour faire un tour aux toilettes. La musique y était étouffée ; il y régnait une atmosphère plus paisible. Ça ne sentait pas encore mauvais ; la soirée ne faisait que commencer, si bien que chacun savait encore tenir correctement sur ses deux jambes - et elle en était ravie. Elle se passa un coup d'eau sur la nuque, puis ressortit. En se dirigeant vers la table qu'occupaient ses amies, elle faillit heurter quelqu'un : elle s'écarta juste à temps pour éviter la collision. Comme elle relevait la tête, elle fut surprise de découvrir un faciès connu. « Colin ! » Elle sourit. La dernière fois qu'elle avait vu le mécanicien, c'était lorsqu'ils avaient pris un café ensemble, sur son invitation. Parce que la fois précédente, elle avait manqué de le blesser sévèrement à cause de sa maladresse. Il devait donc commencer à s'y habituer, désormais. « Je suis désolée, j'ai encore failli te blesser. Un vrai danger public... » Elle ironisait : considérant leurs gabarits, elle se serait certainement plus fait mal que lui si elle l'avait percuté. « Tu vas bien ? Je savais pas que tu venais par ici. » acheva-t-elle, encore étonnée de cette rencontre.

© Dezbaa

_________________

Revenir en haut Aller en bas

avatar

membre qu'on adore
Voir le profil de l'utilisateur
LITTLE TALKS : 255
PSEUDO : Mily
AVATAR : Chris Evans
CREDITS : Cranberry
ÂGE : 35

MessageSujet: Re: Until we break through | Colin   Mar 7 Aoû - 16:54


Lou & Colin
A force de fréquenter toujours les mêmes bars dans la même petite ville, oui il m'arrivait de prendre ma moto, et de rouler pendant des heures. La plupart du temps je n'allais pas plus loin que Burlington. Particulièrement après une journée de boulot intense en ennui. Je n'avais pas arrêter de bricoler ma bécane tellement les clients étaient absents. Et la chaleur était tellement pesante que je ne sait pas comment j'avais survécu tout l'après-midi. C'était la fin de semaine et je ne me voyais pas rentrer dans mon nouveau chez moi pour me rendre compte une nouvelle fois qu'Alice n'était pas là. J'avais réussi à aller voir sa mère au parc, pour essayer de trouver une solution. C'était en bonne voie, même si j'ai clairement vu qu'elle m'en voulait encore. A croire qu'elle aurait vraiment préféré que je lui mente jusqu'à la fin de sa vie. Et de continuer à la tromper dans son dos. J'ai vraiment parfois du mal à comprendre l'esprit féminin. Pour ne pas dire tout le temps. D'où le fait que j'ai toujours fini par merder dans mes relations avec elles. Mais j'avais besoin d'en rencontrer d'autres, m'amuser tout simplement, faire de nouvelles rencontres, m'éloigner un peu de Redwood. M'éloigner de mes soucis et arrêter d'en parler à tout va ou même de ressasser sans cesse les mêmes choses. Il était encore tôt et m'arrêtais dans le premier bar qui me semblait assez bien ambiancé. Il y avait déjà un peu de monde et j'avais bon espoir pour trouver quelqu'un avec qui je serais capable de me changer les idées. Je venais m'accouder au bar, attendant que le barman ne vienne à prendre ma commande. Mon regard se mit à parcourir la salle et aperçus une tête blonde assez familière. Les sourcils froncés, je me demandais si c'était bien elle. Mais pas le temps d'en penser davantage que je me faisais accosté par une habituée. A peine plus âgée que mon ex-femme. Je me demandais si elles se connaissaient. Je n'écoutais même pas ce qu'elle me disait, mes pensées n'arrivaient pas à se défaire de mon ex-femme qui me manquait par moment. Et à chaque fois je m'en voulais. Je fronçais davantage les sourcils et m'excusais auprès de la femme, me levant trop précipitamment de mon tabouret, sentant une présence me frôler. C'était bien elle, c'était bien Lou. Cette charmante jeune femme qui m'arrachait un sourire à chaque fois que je l'entrevoyais. Je savais très bien qu'Aaron préférait que je la laisse tranquille, sûrement parce qu'il connaissait mes besoins de célibataire. Mais cette femme avait quelque chose qui m'intriguait, qui m'attirait vers elle. Sûrement parce que je sentais que quelque chose était différent chez elle. Lou … Répondais-je bien moins surpris, et bien plus intrigué. J'ai aussi tendance à reculer sans regarder dans mes rétros, t'en fais pas. Même si pour le coup, j'avais bien remarqué qu'elle pouvait être très maladroite dans son genre. Il m'arrive parfois de rouler des heures en moto. Forcément, il se fait soif et je m'arrête dans le premier bar venu. Ok, c'était pas réellement vrai mais je ne me voyais pas lui dire mes réelles motivations du soir. Tu es venue accompagnée ? Bien curieux de savoir si je pourrais profiter de sa présence pour ce soir.
AVENGEDINCHAINS

_________________
« Next to you »

1.08.17 --> first day of the rest of my life
©crackintime
Belugaaaa d'or:
 
Revenir en haut Aller en bas

avatar

membre qu'on adore
Voir le profil de l'utilisateur
LITTLE TALKS : 476
PSEUDO : Dezbaa
AVATAR : Amanda Seyfried
CREDITS : praimfaya (avatar), tumblr (gif), Dezbaa (signature)
ÂGE : 28

MessageSujet: Re: Until we break through | Colin   Sam 15 Sep - 16:04




Until we break through
« Pas très pro pour un mécano. » sourit-elle, taquine. Cela dit, même si c'était vrai, ce n'était pas surprenant ; l'autre mécanicien qui lui venait en tête n'avait pas toujours fait preuve d'une grande prudence au volant... Lou chassa cette pensée désagréable. Ce soir, elle ne ruminerait pas le passé et ne s'encombrerait pas des doutes de l'avenir. Il n'y avait de place que pour le présent. Elle se raccrocha rapidemment à la réalité. A l'explication de la présence de Colin dans le bar, elle rit. « Ouais je vois, un vrai routard. » Elle comprenait, en un sens. Elle aimait bien rouler, elle aussi - en dépit de l'accident d'Aaron. Prendre le volant et lancer la voiture, sur une grande route droite et déserte, avec aucun autre repère que le hasard du chemin. Elle avait commencé à agir ainsi quand elle essayait de fuir Caleb. Et puis c'était resté, comme un vestige de ses souffrances, un mémorial pour elle-même ; c'était devenu un moyen de décompresser en décrochant de sa réalité. Mais peut-être que lui, Colin, roulait pour le simple plaisir d'entendre le moteur qui vrombit et de fendre l'air. Et il se perdait dans des bars quand elle venait y trouver ce qui lui échappait. « Oui, c'est des copines, là-bas. » répondit-elle en désignant une table autour de laquelle discutaient plusieurs jeunes femmes. « Virée entre filles, tu vois le genre... » Un nouveau sourire étira ses lèvres. En vérité, c'était plutôt notable. Lou avait souvent du mal à s'entendre avec les filles. Du moins, avec celles qui faisaient une histoire d'un rien et se montraient si superficielles qu'on pouvait se demander si tant d'artifices ne cachaient pas quelque chose de mort à l'intérieur. Cela dit, elle ne supportait pas les hommes comme ça non plus. Ils étaient peut-être moins nombreux, parce que c'était socialement moins acceptable pour eux. C'était toujours la même rengaine. « Et toi ? J'imagine que tu roulais en solitaire ? » La jeune femme se trouva idiote de rester là, immobile, dans le passage des serveurs et des clients. Aussi, elle demanda : « Puisque tu es si assoiffé, te paye un verre ? » Ça allait finir par devenir une habitude, après ce premier café... Elle commença à s'approcher du bar, en précisant : « Les filles pourront bien m'attendre un peu. »

© Dezbaa

_________________

Revenir en haut Aller en bas

avatar

membre qu'on adore
Voir le profil de l'utilisateur
LITTLE TALKS : 255
PSEUDO : Mily
AVATAR : Chris Evans
CREDITS : Cranberry
ÂGE : 35

MessageSujet: Re: Until we break through | Colin   Jeu 27 Sep - 14:33


Lou & Colin
Si j'avais osé espéré croisé la route d'une charmante demoiselle, je n'aurais pu espérer mieux que Lou. Faut dire qu'elle me plaît depuis la première fois où elle a failli me tuer au garage. J'exagère bien sûr, mais à croire que j'étais destiné à la voir devenir maladroite à chaque fois qu'on se croisait.  Je n'allais pas m'en plaindre, comme pour ce soir, ça me permettait de passer du temps avec elle. Même s'il y avait de fortes chances pour qu'elle ne soit pas venu seule ce soir. Pas comme moi. Il était rare de croiser une jolie demoiselle toute seule dans un bar. Dans un sens je pouvais le comprendre. Se faire accoster par des mal-autrui toutes les trente secondes ne devait pas être très agréable. En attendant, j'avouais à la blonde que je ne regardais pas toujours mes arrières quand je reculais et me rendais compte du lapsus face à sa réponse. Je grattais l'arrière de la tête, gêné par cette révélation pas très prudente avant de me mettre à rire légèrement de nervosité. En effet. Lui répondais-je simplement avant de lui expliquer comment j'avais fini par atterrir ici. Même s'il n'y avait pas toute la vérité. Ce n'était pas un mensonge. La réalité me revint alors en face et j'osais espéré qu'elle ne soit pas accompagnée, ou alors par une ou des personnes dont elle pouvait se passer. Je lâchais alors un Oh de légère déception quand elle m'avouait être en compagnie de quelques copine. Je ne voulais pas non plus insister et m'imposer. Elle me retourna alors la question, dont la réponse était plutôt logique mais pas évidente Oui, en solo. Du moins pour ce soir. Il m'arrivait d'emmener ma petite sœur ou de partir en virée moto avec quelques compagnons de route aussi. Mais plus trop depuis ces derniers temps, surtout depuis l'accident de ma sœur et de mes déboires amoureux. C'est alors que, contre toute attente, elle me proposa de me payer un verre. Je ne pus m'empêcher d'arborer un sourire en coin tout en arquant un sourire. Assez surpris, mais agréablement. Avec plaisir. Elle ne semblait pas être pressé de rejoindre ses amies, et c'était pour mon plus grand plaisir. Je regardais un bref instant où j'étais assis quelques minutes plus tôt, sentant bien le regard de travers de la femme qui essayait de me séduire depuis dix minutes et passais ma main dans le dos de Lou, lui donnant une légère impulsion pour qu'on puisse aller s'asseoir ailleurs. Tant pis pour mon verre entamé. Je l'avais bientôt terminé de toute façon. Je prendrais bien une bonne bière fraîche, et toi?
AVENGEDINCHAINS

_________________
« Next to you »

1.08.17 --> first day of the rest of my life
©crackintime
Belugaaaa d'or:
 
Revenir en haut Aller en bas

avatar

membre qu'on adore
Voir le profil de l'utilisateur
LITTLE TALKS : 476
PSEUDO : Dezbaa
AVATAR : Amanda Seyfried
CREDITS : praimfaya (avatar), tumblr (gif), Dezbaa (signature)
ÂGE : 28

MessageSujet: Re: Until we break through | Colin   Sam 27 Oct - 9:59




Until we break through
Lou avait toujours trouvé ça un peu triste, les gens qui venaient seuls dans les bars. Pourtant, ils ne s'y rendaient pas nécessairement parce qu'ils se trouvaient peinés. Ils ne regardaient pas forcément le fond de leur verre en se demandant quelle serait la prochaine étape de leur chute vers un gouffre abyssal. Certains entraient le sourire aux lèvres ou l'œil pétillant, prêts à faire de nouvelles rencontres. D'autres venaient s'y détendre après une dure journée de labeur, ou simplement pour regarder l'éventuel match diffusé sur l'écran de télévision autour duquel tous se pressaient. Peut-être qu'elle trouvait cela triste avant toute chose à cause des clichés véhiculés dans les films et les séries. Ou parce qu'elle avait déjà bu seule pour mieux supporter Caleb ou l'oublier, lui et ses horreurs. Des souvenirs indiluables. Elle n'avait pas bu bien longtemps ; ça n'arrangeait rien, au contraire.

Depuis, elle ne buvait plus seule ; l'alcool s'associait désormais à des moments de partage, à des rires et des histoires drôles, parfois ridicules, qu'on n'aurait pas osé raconter en étant sobre. Malgré tout, la blonde ne pouvait s'empêcher de se demander si Colin n'essayait pas de mettre des choses de côté. Par curiosité, par empathie aussi. Gamine, déjà, elle avait la manie de tendre la main aux autres. Elle aidait, tentait, réconfortait. Parfois, elle s'accrochait trop. Il y avait des gens qui n'avaient pas envie d'être aidés. Des gens qui, de manière absolument incompréhensible, de complaisait dans le confort de leur situation, quand bien même elle les rendait malheureux. Plus le temps avait passé, plus elle avait eu du mal à tolérer la mentalité de ses personnes. Elle faisait toujours tout pour s'en sortir, pour trouver le positif. Chacun pouvait avoir besoin d'aide ; il fallait savoir l'accepter, et avancer avec.

La main de Colin apposée dans son dos la tira de ses pensées. Elle suivit le mouvement et s'assit à une table un peu plus loin. « Va pour une bière. » acquiesça-t-elle en souriant. « Je vais les chercher. Tu veux quoi comme bière ? Pression ou bouteille ? » Lorsqu'elle eut la réponse, elle se dirigea vers le bar et passa commande. Moins d'une minute plus tard, elle revint avec les deux verres et posa celui de Colin devant lui. « Santé ! » Elle but une gorgée. Elle connaissait peu Colin. Ils avaient un peu parlé, la dernière fois qu'elle l'avait invité à boire un verre - pour se faire pardonner -, mais la discussion était demeurée très en surface - logique. « Alors, personne n'a essayé de te tuer depuis mon dernier passage ? » demanda-t-elle, moqueuse.

© Dezbaa

_________________

Revenir en haut Aller en bas

avatar

membre qu'on adore
Voir le profil de l'utilisateur
LITTLE TALKS : 255
PSEUDO : Mily
AVATAR : Chris Evans
CREDITS : Cranberry
ÂGE : 35

MessageSujet: Re: Until we break through | Colin   Mer 7 Nov - 17:44


Lou & Colin
Le fait qu’elle veuille bien passer du temps en ma compagnie et profiter d’un verre ensemble me faisait plaisir. Faut dire que ces derniers temps, mon temps passé avec les femmes n’avaient rien de glorieux. La ville est assez petite aussi, et faire de nouvelles rencontres n’est pas évident. C’était sûrement pour cela aussi que je préférais tester de nouveaux bars, un peu plus loin de Redwood Une blonde en pression s’il te plaît. Il n’avait pas de piquette heureusement dans ce bar, alors forcément je n’allais pas paraitre trop exigent. Je m’installais donc le premier à la table de libre et attendais patiemment qu’elle revienne, ayant du mal à quitter mon regard d’elle. Elle avait une certaine grâce, même si je voyais bien qu’il y avait quelque chose de différent face à une autre femme. Une certaine fragilité je dirais. Sûrement que son côté maladroit venait de là. Elle revint assez rapidement et on se mit à trinquer juste après Santé ! Répétais-je après elle. Nos verres s’entrechoquèrent et je buvais une bonne gorgée de ma bière, me sentant bien rafraîchi. Je me suis alors mis à rire face à la question de la demoiselle qui suivait Figure-toi que je n’ai jamais rencontré de personne aussi maladroite ! Je me mettais à rire avant de continuer Donc non, tout va bien. Et toi ? Tu n’as pas fait d’autres dégâts par la suite ? Au boulot ? A la maison ? Tout va bien ? Je la taquinais bien entendu, c’était plutôt agréable de parler sur un ton aussi léger, de ne pas me prendre la tête en me forçant à essayer de plaire pour avoir ce que je veux. Même si je ressentais cette légère pression pour éviter de me faire abandonner lâchement par la demoiselle. De plus cela pourrait me permettre d’en savoir plus sur elle et sur sa vie. Nous n’avions pas vraiment pris le temps d’apprendre à se connaître, seulement à échanger quelques banalités, rien de plus.
AVENGEDINCHAINS

_________________
« Next to you »

1.08.17 --> first day of the rest of my life
©crackintime
Belugaaaa d'or:
 
Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Until we break through | Colin   

Revenir en haut Aller en bas
 

Until we break through | Colin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Connaissez-vous Prison Break ?
» Colin Crivey
» Colin Powell endorses Obama
» Break It Down [Swann Neige]
» how to break a heart (avery)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
REDWOOD HILLS :: 
YOU'RE ENTERING REDWOOD HILLS
 :: travelling :: Burlington
-
Sauter vers: