AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Merci de privilégier les nombreux scénarios, pré-liens et membres des familles lors de votre inscription (#016) Echange de bons procédés - Alejandro 3189630431
N'hésitez pas à interpréter un membre de la Rose (préliens) (#016) Echange de bons procédés - Alejandro 3843455399
N'oubliez pas de voter sur les top-sites pour faire connaitre le forum (#016) Echange de bons procédés - Alejandro 3118605328
Le deal à ne pas rater :
Lego Days : 1 Lego acheté, le 2ème à -50%
Voir le deal

Partagez

(#016) Echange de bons procédés - Alejandro

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

Miranda Baker
-- membre qu'on adore --
Miranda Baker

PERSONNAGE
(#016) Echange de bons procédés - Alejandro Tumblr_o9ad2lzVJy1rkpizbo4_250
LITTLE TALKS : 102
PSEUDO : dardar
AVATAR : Emily Blunt
CREDITS : bambieseyes (avatar), drake (sign), kinneyscomics (img sign)
ALTER-EGO : /
ÂGE : 41
QUARTIER : Midtown
MÉTIER : Distillatrice de whisky, gérante du Boyden Valley
COEUR : Divorcée
INTERVENTIONS RL : Oui !
INFOS RP

(#016) Echange de bons procédés - Alejandro Empty
MessageSujet: (#016) Echange de bons procédés - Alejandro (#016) Echange de bons procédés - Alejandro EmptyLun 11 Déc - 12:40

Echange de bons procédés Quelques jours après avoir fêté ses 41 ans, le juge avait finalement posé son jugement. Miranda récupérait l'entreprise de son mari, mais également sa voiture. Quant à leur fils, ils en avaient la garde alternée. Lui avait gardé la maison et d'autres biens qu'ils avaient eu en commun. Noël avant l'heure, mais qui annonçait beaucoup de chamboulement avant les fêtes de famille. Après avoir fêté avec sa meilleure amie les deux ans de galère dont elle venait de sortir, elle sut qu'elle aurait du pain sur la planche. Reprendre l'entreprise, aménager un logement pour s'y installer confortablement... Cela faisait plus d'une semaine qu'ils s'étaient installés dans le centre-ville dans une petite maison, avant le jugement, car la vie au domicile lui était devenue impossible. Peut-être était-ce à cause de ça qu'elle avait perdu la maison. Mais l'environnement devenait oppressant au possible et leur fils était impacté par les nombreuses tensions malgré les efforts qu'ils faisaient devant lui pour ne pas se charcuter. Elle avait fait le gros du déménagement seul avec son fils, profitant des mains tendues quand elle ne pouvait faire autrement. Mais il y avait tant de choses à faire sans compter la Boyden Valley où elle y passait ses journées entre coups de fils, rencontre des partenaires, etc. Elle rentrait la plupart du temps lessivée de sa journée avant de prendre son rôle de maman. Elle voulait se montrer présente pour son fils, quitte à en faire trop. Au milieu, elle avait essayé de brûler la voiture de son ex, mais cela ne s'était pas terminé comme prévu. Une longue histoire.

Bref, tout cela pour dire qu'elle avait emménagé dans cette maison de Willow Street et qu'il y avait encore des choses à faire. Elle dormait sur un matelas à même le sol, n'ayant pas trouvé le bon sommier. La chambre de son fils avait été aménagée en priorité quant aux restes, ils vivaient entre cartons et nouveautés. Mais elle avait chiné sur son temps libre, avant que les magasins ne ferment, des meubles, des objets qui apporteraient un vent de fraîcheur, vent de fraîcheur dont elle avait cruellement besoin. Elle avait trouvé un meuble pour sa chambre, une commode qui pesait son poids et qu'elle ne pourrait transporter avec son fils. Alors Miranda demanda à une de ses connaissances, un ami pourrait-on même dire, qu'elle avait connu par Morgane même si elle l'avait déjà croisée à l'école d'Ezra, leurs enfants ayant fait amis-amis. Elle lui passa un coup de fil la veille, préférant cela à un sms qui pouvait être oublié, lui demandant s'il était libre pour l'aider à récupérer un meuble, avec la promesse d'un repas en guise de paiement, proposant même à son fils, Emilio devenir. Il accepta et ils convinrent de l'organisation ensemble, même si la quadragénaire avait déjà pensé à tout. Se retrouver chez elle pour aller ensemble au magasin, mettre le meuble dans son pick-up et retourner chez elle. Simple et efficace. Il pourra rentrer à son domicile quand il le voudra ayant tout une tribu chez lui avec sa mère. Elle savait qu'il avait largement de quoi vivre de ses investissements et n'avait plus besoin de travailler aujourd'hui, profitant ainsi de sa famille. Il avait donc le temps et c'était pour cela qu'elle avait pensé à lui. En dehors d'indisponibilité parce que déjà quelques parts, lui refuser tout coup de main aurait été surprenant.

Le lendemain soir, un soir de semaine, elle partit plus tôt de son boulot pour s'assurer de ne pas se retrouver devant le magasin fermé. Elle s'était arrangée avec l'employée de l'heure. Elle avait eu le temps de faire la préparation pour le plat qu'ils allaient manger ce soir, des enchiladas qu'elle n'aura plus qu'à monter et faire chauffer au four pour en faire fondre le fromage. Miranda avait un faible pour les plats mexicains même s'il lui restait un monde culinaire à découvrir. Entendant une voiture se garer devant, la brune regarda par la fenêtre pour reconnaître le rentier et d'Emilio. Ouvrant la porte pour les accueillir, elle le laissa entrer.

Hey ! Merci d'être venu ! Comment ça va tous les deux ?

La maison était petite avec un étage où les chambres et la salle de bain étaient, le rez-de-chaussée contentant la cuisine et le salon, le tout en une seule pièce. Elle avait un petit jardin de quelques mètres derrière. Une cuisine avec un îlot centrale où la plaque de cuisson était éteinte. Il y avait les éléments principaux, l'essentiel pour vivre, mais de nombreux cartons étaient encore présent, non déballés. Il manquait de décoration notamment. Elle appela Ezra pour lui annoncer que son ami était arrivé. L'adolescent descendit en trombes, les saluant à leur tour avant que les deux n'échangent quelques paroles avant de vouloir monter dans sa chambre pour lui faire visiter les lieux.

Je prends mes affaires et on y va ? Lui demanda-t-elle s'arrêtant dans son mouvement. On va aller à Waterfall Avenue, il y a un magasin d'antiquité où j'ai vu cette commode et après, j'ai prévu des enchiladas. J'espère que ça vous ira.

Enfilant ses chaussures, une veste épaisse et d'une écharpe pour se couvrir du froid, elle attrapa son sac, un petit sac à dos en cuir. Elle semblait tendue, réfléchissant à mille choses à la fois donnant l'impression d'être en apnée. Elle ressemblait à une tornade qui avait bien besoin de souffler. Heureusement pour elle qu'elle avait les cheveux attachés en un chignon strict sinon ses cheveux partiraient dans tous les sens.

- Ezraa, vous avez à boire dans le frigo, mais ne vous gavez pas de cochonnerie ! Dit-elle en haussant la voix pour se faire entendre, avant de se murmurer, j'ai tout, j'ai les clés, mon téléphone, mon portefeuille, oui ! En voiture, Simone !

©️ 2981 12289 0

_________________
start of something new
Revenir en haut Aller en bas

Alejandro Álvarez
-- membre qu'on adore --
Alejandro Álvarez

PERSONNAGE
(#016) Echange de bons procédés - Alejandro Tumblr_owkdj8ZFY71rmxa4zo4_540
LITTLE TALKS : 497
PSEUDO : vala29
AVATAR : pedro pascal
CREDITS : ultraviolences (avatar) berserker (code signature)
ALTER-EGO : june, tehaunui, juliet, edith, josephine
ÂGE : 48
QUARTIER : (#182) farming area. Il vit dans une grande ferme avec sa mère, Margaret, ses enfants et son neveu
MÉTIER : Ingénieur de formation, il est devenu riche d'abord dans les télécommunications en Amérique Latine. Il a ensuite réinvestit dans différents secteurs (bâtiment, immobilier, tourisme...). Il ne travaille plus et vit de ses rentes.
COEUR : marié deux fois. divorcé deux fois. père de quatre enfants, il a recueilli son neveu. il est célibataire, quelque peu épris de son amour de jeunesse.
INTERVENTIONS RL : oui
INFOS RP

(#016) Echange de bons procédés - Alejandro Empty
MessageSujet: Re: (#016) Echange de bons procédés - Alejandro (#016) Echange de bons procédés - Alejandro EmptyDim 17 Déc - 12:40



Echanges de bons procédés
@Miranda Baker & Alejandro Álvarez
Alejandro appela encore une fois son fils. Il était en bas de l’escalier, attendant que sa progéniture se décide enfin à le rejoindre. Ils étaient attendus en ville, mais cela ne semblait pas pressé le jeune garçon. Même s’il allait retrouver un pote. Non, Emilio faisait on-ne-sait-quoi, laissant son père poireauter. Il est pas du genre à s’énerver, Al’. Depuis qu’il a arrêté le travail, il a un peu lâché prise sur les horaires. Sauf qu’il n’aime toujours pas être en retard ! Son amie l’attendait et comptait sur lui. Il regarda son portable. Si dans cinq minutes, il est pas descendu, je pars sans lui. se dit-il. Mais arrivera-t-il à tenir cinq minutes en bas de l’escalier ? Il entend des pas dans le couloir et se dit que - enfin ! - Emilio rapplique et qu’ils vont pouvoir partir. Mais raté, ce n’est pas le bon fils ! Celui qui émerge de sa grotte, c’est l'aîné de ses fils. Gustavo. Les cheveux en bataille, la démarche lente, hésitante, le regard dans le vague, le môme vient clairement de se réveiller. « La nuit a été courte ? » qu’il rit. La seule réponse qu’il aura est un regard assassin de la part de son fils. Ça le fait marrer encore plus, Alejandro. « T’as des restes de ce midi dans le frigo. » qu’il lui précise, quand même. Il y avait toujours des restes dans cette famille. Et si machin passait par là ? Et Gus aura faim quand il se lèvera ! Et si jamais Miguel a un petit creux dans l’après-midi ? Les excuses ne manquaient pas. Le frigo n’est jamais vide chez les Álvarez ! Margaret, la mère d’Alejandro, aime trop voir sa maison remplie de vie et d’animation. Elle était la plus heureuse des grand-mères, avec tous ses petits-enfants !

Alors qu’Alejandro avait trouvé de quoi s’occuper en embêtant Gustavo, Emilio se décida enfin à pointer le bout de son nez ! « Ah bah enfin ! Il te faut tant que ça de temps pour te préparer pour aller voir ton pote ? » Le gamin lève les yeux au ciel avant de les reposer sur son téléphone. Il était pourtant certain que ses gosses étaient doués de parole… « Vamos ! » Le trajet en voiture fut plutôt silencieux. Père et fils échangèrent quelques mots, mais sans plus. Apparemment, Emilio n’était pas d’humeur. Pas grave ! Ils arrivaient chez Miranda. Celle-ci les accueillit avant même qu’ils aient eu le temps d’atteindre le palier de la porte. Un large sourire s’était dessiné sur le visage d’Alejandro. « Hola señora ! Ça va et toi ? » Al’ entra dans la maison, ne cherchant pas à dissimuler son regard curieux. Il avait suivi l’affaire, le rentier. Le divorce, la garde du môme, tout ça. Les derniers temps, le sujet avait été souvent abordé lors des réunions au crépuscule dans le jardin d’hiver de Margaret. Il aurait pu dire que c’était le sien, puisqu’il était propriétaire de la maison et du terrain, mais c’était bien sa mère qui entretenait le lieu et lui donnait son ambiance et son atmosphère chaleureuse. Cela ne faisait pas si longtemps que Miranda avait emménagé dans cette petite maison. Les cartons pas encore déballés en étaient la preuve. L’aménagement n’était pas encore terminé. « C’est mignon chez toi ! J’adore la déco à base de boîtes de cartons ! » lance-t-il en riant. Il ne se moquait pas. Il se souvient quand ils avaient emménagé à Redwood Hills. Il y avait des cartons dans tous les recoins. S’il n’y avait eu que lui, certainement que les boîtes seraient toujours là ! Mais c’était sans compter sur l’énergie de Margaret et son envie d’établir un véritable foyer dans cette grande maison pour laquelle elle avait eu un coup de cœur.

Ezra et Emilio ne furent pas long à rejoindre l’étage de la maison, et c’était l’heure pour les deux adultes de se mettre au travail, apparemment. « J’te suis, c’est toi la patronne ! » Et c’était encore plus vrai aujourd’hui, maintenant qu’elle était officiellement à la tête de la distillerie ! « Enchiladas ? Parfait ! Emilio et moi on adore ça ! » Que ce soit la cuisine mexicaine, brésilienne, cubaine, chilienne, Alejandro aime les spécialités d’Amérique du Sud. Et il aime aussi les cuisiner.

Il observe Miranda se préparer, les mains dans les poches. Elle semblait nerveuse, tendue. Le contraste était saisissant avec Alejandro, complètement détendu. Il se demandait ce qui pouvait bien la mettre dans cet état. Après tout, ils allaient simplement récupérer un meuble, non ? « Ouais, pas trop de cochonneries Emilio ! » qu’il lance, après Miranda, même s’il a beaucoup moins de crédibilité qu’elle ! « Simone ? Non, moi c’est Alejandro ! » Aucun sérieux, Al’. Il essaie aussi de détendre Miranda, tout en la suivant jusqu’à sa voiture. « C’est quoi comme meuble qu’on va chercher, déjà ? »

   

   BY PHANTASMAGORIA
   
   

_________________

┗ No Good ┛
ஃ Can't fight the temptation When you get the vibration Won't do you no good It won't do you no good You better start running
Revenir en haut Aller en bas

Miranda Baker
-- membre qu'on adore --
Miranda Baker

PERSONNAGE
(#016) Echange de bons procédés - Alejandro Tumblr_o9ad2lzVJy1rkpizbo4_250
LITTLE TALKS : 102
PSEUDO : dardar
AVATAR : Emily Blunt
CREDITS : bambieseyes (avatar), drake (sign), kinneyscomics (img sign)
ALTER-EGO : /
ÂGE : 41
QUARTIER : Midtown
MÉTIER : Distillatrice de whisky, gérante du Boyden Valley
COEUR : Divorcée
INTERVENTIONS RL : Oui !
INFOS RP

(#016) Echange de bons procédés - Alejandro Empty
MessageSujet: Re: (#016) Echange de bons procédés - Alejandro (#016) Echange de bons procédés - Alejandro EmptyLun 18 Déc - 21:04

Echange de bons procédés Les deux Alvarez arrivèrent et Miranda put les accueillir sur le perron de sa nouvelle maison. Elle avait l'impression qu'Emilio avait grandi mais c'était peut-être une vue de l'esprit. Elle les fit entrer, répondant un "ça va, ça va", par automatisme. Elle leur laissa le temps de découvrir les lieux, voyant bien que l'homme faisait un tour rapide du regard, ce dernier s'arrêtant sur les cartons qui décoraient ici et là le salon et la cuisine. Alejandro plaisanta quant à la décoration et la brune sourit.

- Écoute, c'est un style que j'essaie d'instaurer mais ça n'a pas l'air de trop prendre ! Je te ferai visiter après.

L'enfant marmonna quelque chose que la brune ne comprit pas et rapidement, Ezra descendit, saluant les deux invités, proposant à son ami de monter à l'étage. La divorcée sourit en les voyant disparaître à l'angle de l'escalier, proposant rapidement à se mettre en route pour récupérer avant que le magasin ne ferme sa commode. Alejandro était au garde-à-vous, obéissant au doigt et à l'œil. Enfin, l'idée était amusante.

- Tu l'as dit ! Glissa-t-elle un peu absente, réfléchissant à mille et une chose à la fois, soupirant de soulagement lorsqu'il confirma qu'ils aimaient les enchiladas. Oh Dieu, merci ! Enfin, j'aurai pu faire autre chose mais ça aurait été à la va-vite.

Miranda se prépara, ne voyant pas l'opposition de leur deux personnalité sur le coup. Lui, détendu, elle, agitée, nerveuse. Une fois habillée, vérifiant qu'elle avait tout, elle rappela à son fils de ne pas grignoter, suivi d'Alejandro. Les clés en main, elle sortit une vieille rengaine que son père sortait toujours et son ami attrapa la phrase au vol.

- Pfff. T'es bête ! Dit-elle en levant les yeux en l'air, secouant la tête, un sourire en coin. Je l'ai jamais sortie celle-là ? Mon père le dit toujours et il a même fini par appeler ses vaches "Simone".

Elle ferma la porte et se dirigea vers une fourgonnette avec le logo de la Boyden Valley garé à quelques pas de l'entrée. Elle utilisa la clé pour ouvrir la porte, pestant contre elle-même car n'arrivant pas à trouver le trou de la serrure, entra dans la voiture et ouvrit la porte passager pour faire rentrer Alejandro, ce dernier s'intéressa à ce qu'ils allaient chercher.

- Une commode que j'ai vue dans un magasin d'antiquité. Je veux me faire une chambre dans le style que les magazines appellent "romantique chic" ou "shabby chic" ou j'en sais trop rien, je confonds les styles. C'est vieux et j'ai envie d'un truc du genre ? Ça marche comme nom de style ? Je pense qu'on arrivera à le mettre dans la fourgonnette, mais les garçons nous aideront pour passer les escaliers.

La voiture avait deux places, le reste du petit fourgon étant réservé le matériel de l'entreprise habituellement. Elle se déplaçait avec quand elle devait amener des caisses chez des clients, chose qu'elle devrait faire dans les jours qui viendront pour se faire connaître et poursuivre les ententes écrites des années en arrière. Se mettant en route direction Waterfall avenue, la radio s'alluma en même temps que le chauffage.

- Je te laisse choisir la musique, lui proposa Miranda en se frottant les mains, soufflant dessus, à un feu de circulation, son jambe libre bougeant à un rythme régulier et trop rapide. Alors, comment vont les enfants ? Et ta mère ?

Parce qu'elle savait qu'il avait trois autres enfants, mais aussi un neveu venu vivre avec lui tout comme sa mère. Si elle ne connaissait pas tout de l'histoire d'Alejandro, parce qu'ils s'étaient essentiellement vus chez Morgane puis chez lui à trois autour d'un verre ou d'un repas, elle en savait assez pour savoir qu'il vivait avec une belle petite famille malgré deux divorces. Peut-être aura-t-il droit d'entrer dans le club très fermé des divorcées ?

©️ 2981 12289 0

_________________
start of something new
Revenir en haut Aller en bas

Alejandro Álvarez
-- membre qu'on adore --
Alejandro Álvarez

PERSONNAGE
(#016) Echange de bons procédés - Alejandro Tumblr_owkdj8ZFY71rmxa4zo4_540
LITTLE TALKS : 497
PSEUDO : vala29
AVATAR : pedro pascal
CREDITS : ultraviolences (avatar) berserker (code signature)
ALTER-EGO : june, tehaunui, juliet, edith, josephine
ÂGE : 48
QUARTIER : (#182) farming area. Il vit dans une grande ferme avec sa mère, Margaret, ses enfants et son neveu
MÉTIER : Ingénieur de formation, il est devenu riche d'abord dans les télécommunications en Amérique Latine. Il a ensuite réinvestit dans différents secteurs (bâtiment, immobilier, tourisme...). Il ne travaille plus et vit de ses rentes.
COEUR : marié deux fois. divorcé deux fois. père de quatre enfants, il a recueilli son neveu. il est célibataire, quelque peu épris de son amour de jeunesse.
INTERVENTIONS RL : oui
INFOS RP

(#016) Echange de bons procédés - Alejandro Empty
MessageSujet: Re: (#016) Echange de bons procédés - Alejandro (#016) Echange de bons procédés - Alejandro EmptyMer 27 Déc - 21:34



Echanges de bons procédés
@Miranda Baker & Alejandro Álvarez
Toute sa vie durant, Alejandro a été le gars sérieux, poli, discret. Le genre de garçon qu’on ne remarque pas forcément mais qui fait ses preuves. Avec l’âge, gagnant en maturité et surtout, au fil des rencontres, Al’ a su s'accommoder de son propre caractère, le faire évoluer et se faisant parfois violence pour passer outre. On ne dirait pas comme ça, mais adolescent, Álvarez était maladroit et timide. Incapable de demander à une fille de sortir avec lui. Il en a raté des occasions… Ce n’est que plus tard qu’il a pris de l’assurance, réussissant à mettre de côté sa timidité. Merci aussi à son meilleur pote de l’avoir un peu poussé ! Côté travail, c’est pareil. A force, sa véritable nature semble avoir disparu, même s’il a l’impression d’être plus… naturel. Ce qui ne change pas chez Alejandro, c’est qu’il ne pense jamais à mal. Alors, quand il ne se gêne pas pour détailler la petite maison de Miranda, oui, il fait preuve de curiosité, mais parce qu’il s’intéresse à son amie, à comment elle vit. Dans les cartons apparemment ! « J’ai essayé chez moi aussi, mais… Mamá n’était pas d’accord. » Les deux adolescents montèrent rapidement à l’étage, disparaissant de la vue de leurs parents. Miranda quant à elle, semblait distraite, ou plutôt bien concentrée mais pas sur la conversation en cours. Al’, il connaissait la tête pleine de choses à faire. Il avait été comme ça un moment. Bien trop pris par les affaires. Toujours un peu ailleurs. Alors, pour détendre l’atmosphère, Alejandro plaisante. Il tente le rôle du père autoritaire, après que la brune recommande aux gosses de ne pas manger de cochonneries, mais elle ne relève pas. Par contre, quand il la reprend sur son expression, Al’ décroche un sourire. Il est content, presque fier de lui. Il hausse les épaules. « Peut-être que tu me l’as déjà sortie… T’as l’air préoccupée, je voulais essayer de te détendre un peu… » Franc, Álvarez. S’il fait genre qu’il s’en fout de tout, il est tout de même soucieux parfois, surtout quand il s’agit de ses proches.

Et puis, ils se mirent en route pour aller chercher le meuble dont lui avait parlé Miranda. Il attendit patiemment devant la porte passager que la brune lui ouvre, et une fois à l’intérieur, il demanda des détails. Une commode donc. Il rit alors qu’elle tente de lui expliquer le style qu’elle veut pour sa chambre. « J’y connais rien non plus alors… Ma seconde femme était branchée déco… Mais moi… C’est vieux et tu l’veux, ça me va ! » Un instant, il pense à Ana, la mère de Miguel et Emilio. Ils ne sont jamais allés chercher un meuble ensemble… Il se retourne pour voir le reste du véhicule, découvrant un espace vide, sans siège. Parfait pour transporter tout et n’importe quoi, dont une vieille commode.

Le moteur en route, le chauffage s’allume ainsi que la radio. Miranda lui laisse le choix de la musique. Il hausse les épaules. « Peu importe… T’as qu’à laisser ça. » Il ne connaît pas la chanson qui se joue, mais pour le peu de route qu’ils avaient à faire… Même en voiture, arrêtée à un feu rouge, Miranda semble à mille à l’heure, Al’ notant sa jambe qui bouge à un rythme rapide. Pas de commentaire, il se contente de répondre à la question. « Ça va. Gus traîne plus souvent à la maison qu’en cours, Miguel et Emilio sont en plein dans l’adolescence, donc court toujours pour savoir ce qu’ils pensent et Diego… Il semble aller bien aussi. Quant à Mamá, tout va bien dans le meilleur des mondes ! » Il souffle. « Elle va toujours chez le médecin à reculons et refuse qu’on parle plus de cinq minutes du vilain A. » A comme Alzheimer. Chaque fois qu’Alejandro dit ce mot, sa mère lui demande de parler moins fort. Pour les enfants. Comme s’ils ne savaient pas ce qui se passait… Ce n’est pas la première fois qu’Al’ parle de tout ça avec Miranda, bien que d’habitude, Morgane est là aussi. Elle sait donc que tout n’est pas rose chez les Álvarez, mais il se dit toujours que ça pourrait être pire. « Et toi ? Comment ça se passe cette nouvelle vie de femme divorcée ? »


BY PHANTASMAGORIA


_________________

┗ No Good ┛
ஃ Can't fight the temptation When you get the vibration Won't do you no good It won't do you no good You better start running
Revenir en haut Aller en bas

Miranda Baker
-- membre qu'on adore --
Miranda Baker

PERSONNAGE
(#016) Echange de bons procédés - Alejandro Tumblr_o9ad2lzVJy1rkpizbo4_250
LITTLE TALKS : 102
PSEUDO : dardar
AVATAR : Emily Blunt
CREDITS : bambieseyes (avatar), drake (sign), kinneyscomics (img sign)
ALTER-EGO : /
ÂGE : 41
QUARTIER : Midtown
MÉTIER : Distillatrice de whisky, gérante du Boyden Valley
COEUR : Divorcée
INTERVENTIONS RL : Oui !
INFOS RP

(#016) Echange de bons procédés - Alejandro Empty
MessageSujet: Re: (#016) Echange de bons procédés - Alejandro (#016) Echange de bons procédés - Alejandro EmptyDim 7 Jan - 16:40

Echange de bons procédés L'emménagement était presque terminé, mais il manquait encore des éléments nécessaires à leur confort. Les cartons donnaient une décoration particulière au salon. C'était pire dans sa chambre et Alejandro le découvrira quand il montera le meuble. Des piles de cartons qui faisaient un mur, le genre où ils pourraient y avoir une quelconque bataille, ce mur offrirait une belle défense. Bref.

- Et tu n'as pas le choix que d'obéir si ta mère dit non !

Mais de quoi parlait-il ? Ah oui, de la décoration. Miranda se mit une claque mentale pour essayer d'être un peu plus présente auprès de son ami qui avait fait le chemin pour venir l'aider. Le reste ne compterait pas pour ce soir. Pourra-t-elle y arriver ? Elle pensait au repas et lui annonça la couleur, ce qui ne semblait pas lui déplaire, bien au contraire. Il ne restait plus que les deux adultes au rez-de-chaussée. Elle se prépara, vérifia trop de fois ne rien avoir oublié et passa à côté d'une plaisanterie que le quarantenaire fit. Elle s'arrêta quand elle réalisa la situation alors qu'elle venait de lui expliquer la raison de pourquoi il l'avait appelée Simone. C'était une plaisanterie, pas un sujet sur lequel débattre.

- Pardon ... Je ... Ouais... Je ... Ça se voit tant que ça ?

En vrai, elle n'avait pas les mots pour se justifier, mais au moins, elle s'excusait. Elle eut une petite moue contrite face à cette situation ce qui ne l'empêchait pas de poursuivre sa route, entrer dans la fourgonnette et ouvrir à Alejandro. Ce dernier s'intéressa au meuble qu'ils allaient chercher. Un vieux meuble qu'il lui avait tapé dans l'œil. Son ami avoua qu'il n'y connaissait rien en décoration. C'était son ex-femme - la seconde - qui aimait ça.

- Ça ne t'a jamais branché ? Parce que c'est quand même sympa chez toi.

Le moteur s'alluma et elle lui proposa de choisir la radio, mais il préféra laisser celle qui passait. La voiture démarra en douceur et prit la direction du magasin d'antiquité. Malgré ça, elle était là sans être là, son pied bougeant nerveusement, merci les automatiques pour ça. Se réchauffant les mains à un feu, elle se mit une nouvelle claque mentale et demanda des nouvelles de la famille d'Alejandro. Tout le monde allait bien dans l'ensemble malgré sa mère qui souffrait de la maladie d'Alzheimer. Secouant doucement de la tête, elle se pinça les lèvres.

- J'essaie de m'imaginer à sa place une seconde. Te dire que tu perds la mémoire, y'a de quoi avoir peur, je la comprends d'y aller à reculons. Elle essaie de prendre les traitements au moins ?

Parce qu'il en existait même s'ils ne faisaient que ralentir la maladie. Ce n'était pas évident et il avait eu l'occasion d'en parler lorsqu'ils étaient avec Morgane. Alejandro s'intéressa en retour à cette nouvelle vie de femme divorcée. Elle haussa les épaules et balaya de la main la situation. Pourtant, il l'avait vu juste avant de partir et avait pointé du doigt qu'elle était préoccupé. Pourquoi minimiser ?

- Oh moi, ça va. Je suis libre ! C'est un peu la course entre l'emménagement, l'entreprise, Noël qui est une des meilleurs périodes pour faire du chiffre, j'ai pas une minute à moi, Ezra gère comme il peut le divorce, mais c'est toujours moins pire que lorsqu'on vivait sous le même toi avec Logan et ... je parle beaucoup trop. J'ai l'impression de me répéter et j'ai fait le même discours à Morgane … À deux trois mots près … Donc je radote, ce qui ne fait pas avancer le schmilblick. Désolée.

Oui, elle radotait, oui, elle avait l'impression de ne parler que de ça en ce moment. De toutes les choses qu'elle avait à faire, aux choses qu'elle devait penser, etc. Elle voudrait avoir plus de vingt-quatre heures dans une journée. Tournant à une rue, elle poursuivit le chemin, posant une question qui la taraudait.

- Comment ça s'était passé pour toi après ton, tes divorces ?

©️ 2981 12289 0

_________________
start of something new
Revenir en haut Aller en bas

Alejandro Álvarez
-- membre qu'on adore --
Alejandro Álvarez

PERSONNAGE
(#016) Echange de bons procédés - Alejandro Tumblr_owkdj8ZFY71rmxa4zo4_540
LITTLE TALKS : 497
PSEUDO : vala29
AVATAR : pedro pascal
CREDITS : ultraviolences (avatar) berserker (code signature)
ALTER-EGO : june, tehaunui, juliet, edith, josephine
ÂGE : 48
QUARTIER : (#182) farming area. Il vit dans une grande ferme avec sa mère, Margaret, ses enfants et son neveu
MÉTIER : Ingénieur de formation, il est devenu riche d'abord dans les télécommunications en Amérique Latine. Il a ensuite réinvestit dans différents secteurs (bâtiment, immobilier, tourisme...). Il ne travaille plus et vit de ses rentes.
COEUR : marié deux fois. divorcé deux fois. père de quatre enfants, il a recueilli son neveu. il est célibataire, quelque peu épris de son amour de jeunesse.
INTERVENTIONS RL : oui
INFOS RP

(#016) Echange de bons procédés - Alejandro Empty
MessageSujet: Re: (#016) Echange de bons procédés - Alejandro (#016) Echange de bons procédés - Alejandro EmptyDim 21 Jan - 20:27



Echanges de bons procédés
@Miranda Baker & Alejandro Álvarez
« Je n’oserais jamais désobéir à ma mère ! » répond-il, mi-amusé, mi-sérieux. Margaret Álvarez mène sa maison d’une main de fer. Une main de fer dans un gant de velours. Si Alejandro est propriétaire de la maison, ils sont bien chez Margaret. Sa mère a toujours fait en sorte que sa demeure soit un foyer accueillant et chaleureux. Que ce soit au niveau des meubles et de la décoration, que de ses habitants ! Elle a inculqué à ses petits-enfants le sens de la famille, de l’accueil, du non-jugement et de l’altruisme. Pour autant, ses gosses ne sont pas toujours faciles, mais ils font de leur mieux. Et si Margaret a enseigné tout ça à ses petits-enfants, elle l’avait fait avant avec son fils et sa fille. Alors, forcément, Al’ remarque que Miranda n’est pas à cent pour cent avec lui. Elle ne relève même pas sa tentative de père autoritaire ! Il plaisante pour tenter de la détendre. Elle s’excuse, mais il les balaye d’un geste de la main. « Ne t’en fais pas, ce n’est rien. » Elle est dans une période intense. Un divorce, un déménagement, une décoration à refaire, et une entreprise à faire tourner avec les fêtes de fin d’année qui approchent. « Tu devrais penser à prendre un moment pour toi… Juste pour toi ! » Il la regarde, et il pense à une cocotte-minute. Prête à exploser…

Mais pour l’instant, il faut aller chercher cette commode. Style vieux, tout ça. Il avoue, il y connaît rien, Alejandro en déco. Mais ça lui fait penser à son ex-femme. La deuxième. Ana. Il hausse les épaules. « Elle a essayé, ma seconde femme, de me demander mon avis en me montrant des nuanciers de couleurs, des styles différents pour le salon ou notre chambre… j’avoue que j’en avais pas grand chose à foutre, vu le peu de temps que je passais à la maison… » Il était plus souvent au travail, dans son bureau où là aussi, la décoration n'était pas son truc. « C’est sympa chez moi parce que ma mère est là pour être la cheffe décoratrice. » Il rit. A y réfléchir, Alejandro a toujours compté sur une femme pour tout ça. Comment fera-t-il quand sa mère ne sera plus là ?

Miranda démarre le moteur du fourgon et les voilà en route vers la boutique d’antiquités. Au début, il pense presque que le trajet va se faire en silence, mais la jeune femme lui demande des nouvelles de sa famille. Pas grand-chose ne change de son côté. Comme d’habitude, son sujet d'inquiétude préféré est la maladie de sa mère. Parfois, il se demande s’il n’en parle pas trop. Il va finir par soûler les gens avec ça ! Miranda ne semble pas dans ce cas-là, lui expliquant même qu’elle peut comprendre la vieille dame. Il la regarde, Al’, parce qu’elle n’a pas vraiment tort, mais il préférerait que sa mère soit moins… réticente. « C’est bien la seule chose que je l'oblige à faire. » Sur cette question, Alejandro se montre intransigeant. Et à force d’insister, sa mère a fini par comprendre qu’elle ne le ferait pas changer d’avis.

Mais assez parlé de sa mère, le rentier lui demande comment elle va, elle. Miranda est fraîchement divorcée, et pour en avoir vécu deux, il sait que ce n’est pas toujours facile. « Si tu radotes, c’est que ça te préoccupe et que ça te pèse. Tu peux faire ce discours autant de fois que tu veux, on t’écoutera ! » Si elle amène une bonne bouteille de whisky ! « Tu n’as pas besoin de t’excuser. » qu’il ajoute, avec un petit sourire. Elle lui demande ensuite de partager son expérience en matière de divorce. Il en a deux à son compteur, ce qui fait de lui le début d’un spécialiste ! Il réfléchit un instant. « Le premier, je l’ai pas venu venir. Trop occupé par mon travail. Alors quand le divorce a été prononcé, je me suis encore plus plongé dans le boulot… » Il a eu beaucoup de mal à digérer cette séparation. Olivia a été sa première histoire d’amour. Il ne s’est pas rendu compte qu’il la délaissait, croyant faire ce qu’il fallait pour sa famille. « Le deuxième était prévisible, mais ça ne veut pas dire que ça a été facile. Mais ça a été un des événements qui m’a fait comprendre ce qui est important. » Son deuxième divorce s’est entremêlé avec plusieurs choses. Le suicide de sa petite soeur, la découverte de la maladie de sa mère, son infarctus… « Pourquoi tu veux savoir ? » Aurait-elle des doutes sur son propre divorce ? Il imagine que non, connaissant l’histoire. Mais peut-être qu’elle se sent juste un peu perdue face à cette nouvelle vie qui s’offre à elle. La liberté !


BY PHANTASMAGORIA

 

_________________

┗ No Good ┛
ஃ Can't fight the temptation When you get the vibration Won't do you no good It won't do you no good You better start running
Revenir en haut Aller en bas

Miranda Baker
-- membre qu'on adore --
Miranda Baker

PERSONNAGE
(#016) Echange de bons procédés - Alejandro Tumblr_o9ad2lzVJy1rkpizbo4_250
LITTLE TALKS : 102
PSEUDO : dardar
AVATAR : Emily Blunt
CREDITS : bambieseyes (avatar), drake (sign), kinneyscomics (img sign)
ALTER-EGO : /
ÂGE : 41
QUARTIER : Midtown
MÉTIER : Distillatrice de whisky, gérante du Boyden Valley
COEUR : Divorcée
INTERVENTIONS RL : Oui !
INFOS RP

(#016) Echange de bons procédés - Alejandro Empty
MessageSujet: Re: (#016) Echange de bons procédés - Alejandro (#016) Echange de bons procédés - Alejandro EmptyMar 30 Jan - 15:37

Echange de bons procédés Ne jamais désobéir à sa mère. Ainsi était Alejandro. Sa mère était de celles qui ne se laissaient pas faire et qui avaient toujours géré leur famille de sortes à ce qu'elle file droit. Miranda l'avait croisé plusieurs fois et avait pu voir la femme qu'elle avait été un jour. Et si elle pensait à cette femme, cela la renvoyait immédiatement à elle, à ce qu'elle allait devoir accomplir à partir d'aujourd'hui. Ce qui la faisait se perdre un peu plus dans ses pensés alors qu'elle était en bonne compagnie. Alejandro remarqua évidemment ses absences et son manque de réactivité, chose pour laquelle elle s'excusa. Mais son ami ne lui en voulait pas, lui conseillant même de prendre du temps pour elle, mais Miranda, fière, haussa les épaules et secoua la tête, consciente qu'il avait raison mais consciente aussi qu'elle n'aurait pas ce temps-là pour les prochaines semaines si ce ne sont les prochains mois.

Prenant la direction de la voiture après avoir vérifié un nombre incalculable de fois qu'elle avait tout sur elle, ils parlèrent de décorations. Miranda apprit qu'il n'était pas trop branché déco et il lui expliqua que c'était en raison avec le peu de temps qu'il passait à son domicile que son intérêt ne s'était jamais développé et que si sa maison était sympa, c'était encore une fois grâce à une femme.

- Je vois. Tu n'avais pas le temps d'en profiter réellement. Mais maintenant ce temps, tu l'as, non ? Enfin, ce n'est pas vraiment une obligation d'aimer ça ou de s'y intéresser en vrai. Et au pire, il y a des gens payés pour faire la décoration des domiciles.

Même si elle trouvait ça impersonnel. Mais Miranda n'avait jamais eu affaire à l'un d'eux et ne pouvait pour cette raison parler en bien ou en mal de ce métier. La voiture partit en direction du magasin d'antiquité. Il n'y avait pas trop de monde et la route défilait assez rapidement, n'ayant que peu de feu rouge. Miranda prit des nouvelles de sa famille, échangeant quant à sa mère atteinte de la maladie d'Alzheimer qu'il voyait petit à petit changer. C'était triste et inquiétant mais c'était une maladie sur laquelle on n'avait peu de contrôle, où les traitements ne faisaient que ralentir sa progression. La brune exprima comprendra la peur qui prenait cette femme qui se voyait changer, comprenait qu'il y avait quelque chose qui n'allait pas. La peur de se retrouver devant le fait accompli, de savoir que la mémoire, la seule chose qui nous appartenait entièrement, lui filait entre les doigts. Alejandro lui confirma qu'elle prenait ses médicaments, car son fils était derrière elle pour s'assurer de la prise. Elle hocha de la tête, tournant à l'angle d'une rue.

Elle n'eut pas vraiment le temps de rebondir, signe que le bel homme ne voulait pas poursuivre cette conversation. Il revint sur elle. Miranda résuma son état, montrant bien qu'elle n'allait pas forcément bien, réalisant qu'elle radotait et qu'elle avait l'impression de répéter son discours en boucle comme une litanie sans fin. Elle se sentait obligée de s'excuser de cette logorrhée. Elle espérait finir par voir le bout du chemin lorsqu'elle aura remis l'entreprise sur les rails. Elle aimerait avoir du temps pour son fils également. Et Alejandro trouva les bons mots qui mirent un peu de baume à son cœur, touchant un peu plus qu'elle ne pensait ses émotions, sentant venir les larmes, mais ne leur laissant pas la place de sortir. Alors, elle sourit, touchée qu'il lui rappelle se montrer présent avec sa meilleure amie et qu'elle n'avait pas à s'excuser.

- Merci, murmura-t-elle avec un bref regard vers lui pour qu'il ne voit pas qu'elle était émue même si le trémolo dans sa voix la trahissait notamment à la question qui vint après.

Alejandro s'était enfermé dans le travail après son premier divorce et le second lui a fait réalisé certaines choses importantes.

- Comme quoi ? Demanda-t-elle pour se laisser du temps à ravaler ses sentiments.

Parce qu'après tout, il avait arrêté de travailler pour se consacrer à sa famille. Ce n'était pas rien. Mais le brun lui demanda en retour pourquoi voulait-elle savoir tout ça. Miranda se pinça les lèvres, les yeux sur la route, secouant la tête, haussant les épaules et laissant un petit sourire à l'idée qui la traversait.

- Parce que ce n'est pas une question que je peux poser à Morgane ?

Morgane était toujours mariée, que sa vie était un long fleuve tranquille, en apparence. C'était beaucoup plus compliqué, mais elle n'avait jamais vécu un divorce. Un nouveau haussement d'épaule, sentant bien les vannes s'ouvrir.

- Parce que j'ai besoin de savoir comment ça se passe après, comment les gens arrivent à se reconstruire après des années de vie commune, à se retrouver seuls, à se dire qu'il est temps d'avancer, de passer à autre chose, de tourner la page et d'arriver à être capable de faire de nouvelles rencontres sans avoir l'impression que tous les hommes sont les pires connards du même acabit que Logan.

Mais elle réalisa trop tard qu'elle mettait aussi Alejandro dans la case de ses ordures. Elle voyait les hommes comme des personnes en qui elle ne pouvait pas faire confiance. Et pourtant, c'était à l'un d'eux qu'elle se confiait.

- Enfin, je veux dire ... Pas tous, hein, juste que ... pardon, je ne veux pas te mettre dans le même panier. Tu n'es pas comme lui

C'était un peu la panique à bord mais elle était sincère. Peut-être qu'il était comme les autres, peut-être qu'il ne l'était pas. Miranda n'en avait pas l'impression mais rien ne pouvait le confirmer. Pour Logan, c'était différent, elle le savait avant de se mettre avec lui mais elle avait voulu y croire, avait voulu croire qu'elle pourrait le changer. Enfin bref, elle ne changera pas l'histoire.

- On est arrivé !

Elle s'arrêta sur une place devant le magasin, réservé pour les livraisons, se doutant bien que cela ne plaise pas au reste du monde mais ils ne resteraient pas longtemps. Elle avait fait l'avance et n'avait juste qu'à récupérer le meuble. Sortant de la voiture, elle ouvrit la porte de coffre, n'ayant rien d'important et se dirigea à l'intérieur pour récupérer le meuble. Cela ne prendra que quelques minutes et elle demandera évidemment l'aide de son ami pour l'amener jusqu'à la voiture. La commode était lourde mais avait - à son avantage - de bonnes prises.

©️ 2981 12289 0

_________________
start of something new
Revenir en haut Aller en bas

Alejandro Álvarez
-- membre qu'on adore --
Alejandro Álvarez

PERSONNAGE
(#016) Echange de bons procédés - Alejandro Tumblr_owkdj8ZFY71rmxa4zo4_540
LITTLE TALKS : 497
PSEUDO : vala29
AVATAR : pedro pascal
CREDITS : ultraviolences (avatar) berserker (code signature)
ALTER-EGO : june, tehaunui, juliet, edith, josephine
ÂGE : 48
QUARTIER : (#182) farming area. Il vit dans une grande ferme avec sa mère, Margaret, ses enfants et son neveu
MÉTIER : Ingénieur de formation, il est devenu riche d'abord dans les télécommunications en Amérique Latine. Il a ensuite réinvestit dans différents secteurs (bâtiment, immobilier, tourisme...). Il ne travaille plus et vit de ses rentes.
COEUR : marié deux fois. divorcé deux fois. père de quatre enfants, il a recueilli son neveu. il est célibataire, quelque peu épris de son amour de jeunesse.
INTERVENTIONS RL : oui
INFOS RP

(#016) Echange de bons procédés - Alejandro Empty
MessageSujet: Re: (#016) Echange de bons procédés - Alejandro (#016) Echange de bons procédés - Alejandro EmptyDim 11 Fév - 19:36



Echanges de bons procédés
@Miranda Baker & Alejandro Álvarez
Pendant longtemps, Alejandro semblait être un homme seulement préoccupé par son travail. Il passait la plupart de son temps au bureau, consacrant ses journées à développer son entreprise, à faire fructifier sa fortune. Il passait à la maison en coup de vent, même s’il essayait de consacrer du temps de qualité à ses enfants. Quand il prévoyait de passer un moment avec gosses, il mettait un point d’honneur à leur donner à cent pour cent son attention. Parce qu’Alejandro est aussi quelqu’un d’attentif et de prévenant. S’il travaillait autant, c’était pour mettre sa famille à l’abri du besoin, voilà tout. Mais il avait fait tout ça pour eux, et pas simplement par appât du gain. Aujourd’hui, l’homme nota la non-réponse de Miranda, quand il lui conseilla de prendre soin d’elle. Il connaît la technique, il l’a déjà utilisée par le passé, avec ses deux ex-femmes. Ne pas répondre car elle n’a aucun argument pour contrer ce qu’il dit. Il a raison, mais elle n’en fera rien. Certainement parce qu’elle n’a pas le temps, qu’elle se dit. Quand on veut, on trouve toujours le temps, même cinq petites minutes, seulement pour souffler. Il hésite à insister, pour éviter qu’elle n’explose en plein vol, mais il est temps de se mettre en route. Il note tout de même ça dans un coin de sa tête. Peut-être pourra-t-il en parler à Morgane ? Celle-là aussi aurait besoin de souffler cinq minutes…

La conversation se tourne ensuite vers la décoration intérieure… Un sujet qui ne passionne pas Alejandro. Loin de là. Il jette un coup d’œil en coin à Miranda quand elle lui dit qu’il a le temps désormais et qu’il pourrait s’y intéresser. « Tu viens pas de dire que c’est joli chez moi ? » Du coup, pas besoin d’approfondir le sujet, si ? « Et puis, pour être franc, j’ai essayé de donner mes idées à Mamá… Elle m’a mis dehors. Littéralement. C’est ma baraque et elle m’a poussé vers la sortie parce que je disais n’importe quoi et que je ferais mieux d’aller faire un tour. » Il ne se souvient plus exactement ce qu’il avait proposé, mais il se souvient très bien de la réaction de sa mère. Elle lui avait fait les gros yeux, et il avait su alors que son idée ne serait pas retenue ! « Si j’ai besoin, je ferais appel à un décorateur d’intérieur, et voilà ! Ou peut-être que ma fille pourra s’en charger ! » plaisante-t-il, vu qu’apparemment, cette tâche est toujours dévolue à une femme de sa vie.

Sur le chemin qui mène à la boutique d’antiquités, les deux amis se donnent des nouvelles. Comme à son habitude, Al’ parle de sa mère et de sa maladie. C’était ça ou il parle de ses gosses et de leurs frasques ! Mais il balaye bien vite le sujet, s’intéressant ensuite à Miranda et à ce nouveau départ qui s’offre à elle. Le brun aurait certainement pu se passer de la question, sachant à peu près ce qui préoccupe la blonde. En effet, elle en avait déjà parlé lors d’une autre rencontre, autour d’un verre celle-là. Elle se répète, mais cela ne gêne pas Alejandro qui y décèle un véritable besoin de parler de tout ça. Et il la rassure sur le fait qu’il serait là pour l’écouter, en y incluant Morgane, parce qu'elle n'avait pas le choix, elle. Miranda le remercie, et l’homme tourne la tête vers elle. Il constate l’émotion et serait prêt à blaguer pour détendre l’atmosphère, mais il répond à sa question, le plus sérieusement possible, sur ses deux divorces. « J’ai travaillé d’arrache-pieds pour mettre ma famille à l’abri du besoin. Ils en sont heureux maintenant, de ne pas avoir à se soucier de l’argent - demande à Gustav, tiens ! - mais je ne pense pas que c’était ce qu’il voulait. Ils auraient aimé avoir leur père avec eux, pour les devoirs, les repas, les soirées télé… Je ne m’en suis rendu compte que trop tard, même si ma première femme me l’avait déjà dit. » Il y en avait eu, des disputes, à ce sujet-là. Elle avait tenté de le raisonner, mais Alejandro n’avait rien écouté. Il s’en était mordu les doigts quand il avait découvert les papiers du divorce, signés par Olivia. A ce souvenir, son cœur se serre. « J’ai aussi eu un infarctus et ma petite sœur est décédée dans la même période que mon second divorce. Tout ça en même temps et je me suis rendu compte que la vie est courte. Et puis, j’ai les moyens d’en profiter alors ! » Il eut un grand sourire de gosse ravi de pouvoir passer tout son temps à jouer plutôt qu’à aller à l’école. Désormais, il est à la maison, et il profite de ses gosses, de son neveu, de sa mère, même si certains râlent de devoir encore jouer au monopoly ! Il se demande, Al’, pourquoi elle lui demande ça, Miranda. Il rit légèrement à sa réponse. Non, c’est vrai, elle ne peut pas demander ça à Morgane. Il se tourne sur son siège pour la regarder, tandis qu’elle vide son sac. Se reconstruire, avancer, passer à autre chose, faire de nouvelles rencontres… Il hausse les sourcils, quand elle met tous les hommes dans le même panier. Le même panier que Logan, surtout ! Elle s’excuse, bien sûr, se rendant compte de sa bourde, mais Alejandro n’est pas susceptible, même si là… Il aurait pu se sentir blessé quand même. « J’espère ne pas être dans le même panier que lui ! » répond-t-il avec un petit rire. « Mais je ne suis pas parfait et aucun homme ne l’est… » glisse-t-il. Il attend que Miranda gare la voiture devant la boutique pour lui parler sérieusement. Avant qu’elle ne sorte de la voiture, il la rattrape par le bras. « Miranda. Tu sais… ce n’est pas parce que le divorce est prononcé que c’est fini. Je veux dire… Il te faut du temps, toi, pour mettre fin à cette histoire. C’est à toi de décider quand tu y mets le point final. Et même si ton ex-mari est un connard, ça ne veut pas dire que tu peux tirer un trait dessus rapidement. Tu l’as dit, vous avez eu des années de vie commune. » Il ne sait pas trop si ses paroles trouveront un sens, un écho pour la jeune femme, mais il parle par expérience. « Trois ans après mon premier divorce, je me suis remarié. Je pensais que j’avais fait une croix sur Olivia et notre mariage mais… » Il se tait un instant, plongeant son regard dans celui de Miranda. « J’ai jamais vraiment dit ça à personne… » Sauf à son meilleur ami, bien sûr. « J’avais toujours des sentiments, et des regrets, en fait. Je me suis certainement remarié trop vite. » Pas facile en effet de parler de ça à son meilleur ami, alors que celui-ci n’a jamais été marié. « Écoute les conseils du vieux sage que je suis ! Pense à toi et à ton fils. Amuse-toi ! Prends du bon temps ! Profite ! Va pas t’emmerder avec un mec ! On est très chiants et on laisse traîner nos chaussettes sales partout ! » Il était sérieux, tout en ajoutant une pointe d’humour, en espérant que cette fois-ci ça prenne et qu’elle rit !

Il est désormais temps de s’occuper de cette commode ! Sans un mot, Alejandro suit Miranda, prêt à obéir à ses ordres pour mettre le meuble dans la camionnette.


BY PHANTASMAGORIA


_________________

┗ No Good ┛
ஃ Can't fight the temptation When you get the vibration Won't do you no good It won't do you no good You better start running
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
-- --

PERSONNAGE
INFOS RP

(#016) Echange de bons procédés - Alejandro Empty
MessageSujet: Re: (#016) Echange de bons procédés - Alejandro (#016) Echange de bons procédés - Alejandro Empty

Revenir en haut Aller en bas

(#016) Echange de bons procédés - Alejandro

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Run Alejandro, run !
» this is the way (Alejandro)
» Alejandro Álavarez
» don't call my name (alejandro)
» Whatever you do, don't fall asleep! • Alejandro

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
REDWOOD HILLS :: 
you're entering redwood hills
 :: Midtown :: Willow street
-
Sauter vers: